Villemus


Villemus

43° 51′ 35″ N 5° 42′ 06″ E / 43.8597222222, 5.70166666667

Villemus
vue générale sur Villemus
vue générale sur Villemus
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Reillanne
Code commune 04241
Code postal 04110
Maire
Mandat en cours
Pierre Pourcin
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de Haute Provence
Démographie
Population 157 hab. (2008)
Densité 16 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 35″ Nord
       5° 42′ 06″ Est
/ 43.8597222222, 5.70166666667
Altitudes mini. 424 m — maxi. 779 m
Superficie 9,59 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Villemus est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Villemusiens.

Sommaire

Géographie

Accès

Le village de Villemus se situe entre Reillanne et Montfuron. Il est accessible par la RD 314.

Communes limitrophes

Relief

Géologie

Hydrologie

Villemus est traversée par le Largue et certains de ses affluents :

  • Le ruisseau de la bonde, cours d'eau de 5,6 Km[1]
  • Le ravin de piférat, long de 3,6 Km [2], et son affluent de 2,6 Km, le ravin des plaines[3]

Sismicité

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque nul. Les cantons de Banon, La Motte-du-Caire, Noyers-sur-Jabron sont classés en Zone 1a (risque très faible), ceux d'Allos-Colmars, Barcelonnette, Le Lauzet-Ubaye, Annot, Castellane, Saint-André-les-Alpes, Barrème, Digne-Est, Digne-Ouest, La Javie, Mézel, Moustiers-Sainte-Marie, Riez, Seyne, Forcalquier, Reillanne, Saint-Étienne-les-Orgues, Sisteron, Turriers et Volonne, en Zone 1b (risque faible) et ceux d'Entrevaux, Les Mées, Valensole, Manosque-Nord, Manosque-Sud-Est, Manosque-Sud-Ouest et Peyruis, en Zone 2 (risque moyen)[4].

Climatologie

Villemus est soumise à un climat méditerranéen d'intérieur, dit tempéré continental. Les hivers sont plus froids qu'en basse Provence, avec des gelées fréquentes (moyenne mensuelle de 4,6 °C en janvier). Les étés sont très chauds avec une sécheresse habituelle en juillet (température moyenne de 22 °C). La température moyenne annuelle est de 12,6 °C. Les étés sont presque aussi chauds qu'en basse Provence mais un peu moins secs et l'amplitude thermique annuelle et diurne est importante (15 à 20 °C de différence entre été et hiver). Dans ces régions abritées, les hivers sont souvent plus secs que les intersaisons. La moyenne annuelle des précipitations est de 736 mm et la ville reçoit environ 2800 heures d'ensoleillement par an.

Villemus n'ayant pas de station météo, la plus proche est celle de Manosque[5].

Relevé météorologique de Manosque
mois jan. fév. mar. avr. mai jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -0,3 0,4 2,4 4,8 8,6 12,1 14,8 14,3 11,6 7,9 2,9 0,5 6,6
Température moyenne (°C) 4,6 5,7 8,4 10,8 15 18,6 22 21,5 18 13,5 8,1 5,1 12,6
Température maximale moyenne (°C) 9,5 11,1 14,4 16,8 21,7 25,1 29,7 29,5 24,8 19,2 13,3 9,7 18,7
dont pluie (mm) 60 50 51 69 60 53 36 52 77 91 65 59 723
dont neige (cm) 4 3 1 0 0 0 0 0 0 0 2 3 13
Source : (en) The Weather Channel


Histoire

Une nécropole gallo-romaine a été retrouvée sur le territoire de la commune, avec notamment un sarcophage en plomb.

La seigneurie appartient à la dynastie autochtone des Villemus du XIe au XVe siècle, puis passe aux d’Estienne jusqu’à la Révolution[6].

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[7]. Un mandat de destruction du château est signé, et les travaux de démolition entamés, mais restent inachevés[8].

Jusqu’au XIXe siècle, on exploitait une mine de lignite (charbon pauvre)[9], et un gisement de grès bitumineux[6].

Toponymie

Le nom du village, tel qu’il apparaît la première fois vers 1025 (Villa Murs), est issu de l’occitan vila (pour un village ou un hameau) et de mur (pour un mur d’enceinte). Il s’agissait donc d’un village fortifié[10].

Héraldique

Blason Villemus.svg

Blasonnement :
D'or au château de gueules, donjonné de trois tours de même, ajouré en maçonné de sable.[11]

Économie

Plaine agricole au pied de Villemus

Administration

Mairie de Villemus
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 réélu en 2008[12] Pierre Pourcin PS Conseiller général

Démographie

Évolution démographique
Années 1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
Population 69 feux 16 feux 230 234 269 303 264 286 315 296
Années 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
Population 296 286 288 277 270 244 258 226 206 191
Années 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 221 180 191 165 191 156 109 109 150 105
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 - -
Population 96 66 71 83 99 111 147[13] 152[14] - -
Notes, sources, ... Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale à partir de 2006
Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[6] ; Insee[15], EHESS[16] pour les chiffres issus des recensements légaux
Courbe d'évolution démographique de Villemus depuis 1793

Lieux et monuments

Facade de l'église
Chapelle Notre Dame, à Villemus

La Grande Bastide, qui est en fait plus un château, une résidence seigneuriale, distribue ses différents bâtiments autour d’une cour. Le bâtiment du fond est percé de croisées ; sa porte est couverte d’un fronton et encadré de colonnes. Les ailes relient deux pavillons à ce bâtiment ; l’un des pavillons abrite une chapelle (voir plus bas). L’ensemble est construit entre 1600 et 1650[17]. Une maison du village possède une porte en plein cintre, dont la clef est sculptée d’une feuille d'acanthe (1680)[18].

Il reste quelques ruines du château fort[19] (tour de 10 m) ; maison forte du Castellet (XVIIee)

L’église paroissiale Saint-Étienne, du XVIIe, conserve une influence romane dans sa construction, d’une manière imprécise. Sa nef ne possède aucune travée ; voûtée en berceau, elle aboutit à une abside en cul-de-four. Le bas-côté, voûté d’arêtes, est plus court que la nef. Les cloches sont logées dans une imposante tour. L’ensemble, sans style prononcé, est probablement issu de nombreuses campagnes de réfection et reconstructions, qui ont remployé des matériaux anciens[20]. Elle est reliée au presbytère par un chemin aérien.

La chapelle Notre-Dame du Pont, ou du Largue, ou chapelle des Craux, est un ancien prieuré dont subsiste un bâtiment à étage, roman : il a conservé des portes géminées, des arches sous claveaux romans. La chapelle a disparu en grande partie : il subsiste l’abside en cul-de-four, en appareil moyen. Elle doit dater de la fin du XIe siècle ou du XIIe, sauf la porte sud, de la première moitié du XVIIe siècle[21]. Les Monuments historiques, qui ont inscrit les bâtiments, les datent de la deuxième moitié du XIIe[22].

La chapelle de la Grande Bastide, en gothique du XVIIe siècle, est intégrée au bâtiment (rez-de-chaussée). À une seule travée, sous croisée d’ogives, elle possède des semblants d’enfeux sur trois côtés[23].

Vie locale

Culte

La paroisse est rattachée à un groupe inter-paroissial qui comprend Aubenas-les-Alpes, Céreste, Dauphin, Lincel, Mane, Montfuron, Montjustin, Oppedette, Reillanne, Sainte-Croix-à-Lauze, Saint-Maime, Saint-Martin-les-Eaux, Saint-Michel-l'Observatoire, Vachères et Villemus. Le culte est célébré alternativement dans les églises de ces quinze communes[24].

Environnement

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles de Wikipédia

Liens externes

Sources

Bibliographie

  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p.
  • Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969

Notes

  1. Fiche du ruisseau de la bonde sur le site du SANDRE
  2. Fishe du ravin de piférat sur le site du SANDRE
  3. fiche du ravin des plaines sur le site du SANDRE
  4. Sismicité dans les Alpes-de-Hautes-Provence
  5. (fr) Station météo la plus proche : Manosque, MSN Météo
  6. a, b et c Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969, p. 207
  7. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-298
  8. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p., p 243
  9. Raymond Collier, op. cit., p 416
  10. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Collection Publications romanes et françaises, volume CVCIII. Volume III : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, § 26 145, p 1434
  11. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994
  12. Site de la préfecture des AHP
  13. Insee, Population légale au 1er janvier 2006, consulté le 13 janvier 2009
  14. Insee, Historique des populations par commune depuis le recensement de 1962 (fichier Excel), mis à jour en 2010, consulté le 21 juillet 2010
  15. Villemus sur le site de l’Insee
  16. EHESS, notice communale de Villemus sur la base de données Cassini, consultée le 1er août 2009
  17. Raymond Collier, op. cit., p 261
  18. Raymond Collier, op. cit., p 369
  19. Raymond Collier, op. cit., p 273
  20. Raymond Collier, op. cit., p 217-218
  21. Raymond Collier, op. cit., p 149
  22. Arrêté du 21 février 1989, notice de la Base Mérimée, consultée le 5 mars 2009
  23. Raymond Collier, op. cit., p 179
  24. Groupe Avance au Largue

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Villemus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Villemus — Campanario de la iglesia de Villemus …   Wikipedia Español

  • Villemus — Infobox Commune de France nomcommune=Villemus région=Provence Alpes Côte d Azur département=Alpes de Haute Provence arrondissement=Forcalquier canton=Reillanne insee=04241 cp=04110 maire=Pierre Pourcin mandat=2001 2008 intercomm=Haute Provence… …   Wikipedia

  • Saint-Martin-les-Eaux — Pour les articles homonymes, voir Saint Martin. 43° 52′ 31″ N 5° 44′ 09″ E …   Wikipédia en Français

  • Montfuron — 43° 50′ 12″ N 5° 41′ 41″ E / 43.8366666667, 5.69472222222 …   Wikipédia en Français

  • Reillanne — 43° 53′ N 5° 40′ E / 43.88, 5.66 …   Wikipédia en Français

  • Aubenas-les-Alpes — Pour les articles homonymes, voir Aubenas (homonymie). 43° 55′ 56″ N 5° 40′ 52″ E …   Wikipédia en Français

  • Montjustin — Pour les articles homonymes, voir Montjustin (homonymie). 43° 51′ 00″ N 5° 38′ 08″ E …   Wikipédia en Français

  • Route départementale 314 (Alpes-de-Haute-Provence) — Route départementale 314  D 314  Caractéristiques Longueur 5 km Direction Nord Ouest/Sud Est Extrémité Nord Ouest Reillanne Intersect …   Wikipédia en Français

  • Céreste —  Pour l’article homophone, voir Ceyreste. 43° 51′ 24″ N 5° 35′ 16″ E …   Wikipédia en Français

  • Dauphin (Alpes-de-Haute-Provence) — Pour les articles homonymes, voir Dauphin (homonymie). 43° 53′ 57″ N 5° 47′ 01″ E …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.