Saint-Benoit (Alpes-de-Haute-Provence)


Saint-Benoit (Alpes-de-Haute-Provence)

Saint-Benoît (Alpes-de-Haute-Provence)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Benoît.
Saint-Benoît

Pont Reine Jeanne sur le Coulomp
Pont Reine Jeanne sur le Coulomp

Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Castellane
Canton Annot
Code Insee abr. 04174
Code postal 04240
Maire
Mandat en cours
Henri Ferraro
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes Terres de Lumière
Démographie
Population 122 hab. (2006)
Densité 6 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 05″ Nord
       6° 43′ 35″ Est
/ 43.9680555556, 6.72638888889
Altitudes mini. 515 m m — maxi. 1 402 m m
Superficie 21,03 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Saint-Benoît (Sant Beneset en occitan provençal) est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Saint-Benoîtiens.

Sommaire

Géographie

Le village est construit sur une colline, à 720 m d’altitude[1]. La commune est traversée par le Coulomp.

Accès : deux petites routes partent de la route nationale 202. La commune dispose également d’un arrêt facultatif sur la ligne du train des Pignes.

Hameaux : Jaussiers, Ourgès.

Communes voisines

Rose des vents Braux Castellet-lès-Sausses Rose des vents
Annot N Entrevaux
O    Saint-Benoît    E
S
Ubraye
Enclave: {{{enclave}}}

Histoire

Le territoire de la commune est fréquenté à l’époque néolithique et à l’âge du bronze (découvertes archéologiques dans les grottes de Saint-Benoît, au-dessus du Coulomp[2]).

Une abbaye bénédictine a permis la formation d’un petit village autour d’elle à partir du XIIIe siècle[1].

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[3]. Pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Collet[4].

Toponymie

Le nom du village apparaît pour la première fois vers 1200 (castrum sant Benedicti), sous sa forme occitane, qui a été francisée par la suite[5].

Héraldique

Blason Saint Benoit04.svg

Blasonnement :
D’or à une fasce d’azur, chargée d’une crosse couchée d’or, et accompagnée de trois joubarbes de sinople, tigées et arrachées du même, posées deux en chef et une en pointe.[6]

Économie

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2001 mars 2008 Edmond Vives
mars 2008 Henri Ferraro[7]

Démographie

Évolution démographique
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
550 396 445 523 512 556 590 548 516
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
479 431 395 392 385 405 415 402 379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
269 298 258 244 248 191 183 174 146
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
97 71 54 66 85 112 122[8] - -
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale en 2006
Sources : INSEE[9], EHESS[10]
Courbe d’évolution démographique de Saint-Benoît depuis 1793

Lieux et monuments

Le pont de la reine Jeanne
  • Pont dit de la reine Jeanne (faisant référence à la reine Jeanne de Provence) : long de 39 m, large de 2,7, en dos-d’âne. L’arche a un diamètre de 29 m et une hauteur sous voûte de 12,5 m. Un pont existait déjà en 1296, trente ans avant la naissance de la reine Jeanne. Le pont actuel, à la construction soignée, date en partie du dernier quart du XVIIe siècle, en partie des années 1728-1735, date de sa dernière reconstruction après une crue. La chaussée, caladée, s’élargit aux extrémités (ailes). Les trous de boulins ayant servi à soutenir le cintre lors de la construction sont encore visibles[11]. Il est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques[12].
  • Pont de Gueydan, au débouché des gorges de Daluis, date du début des Temps modernes. Les parties conservées (tunnels d’accès et une partie des culées) sont classées monument historique[13]. Il a été doublé par un pont après 1843 : tous deux sont détruits à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Un nouveau pont est construit en 1979, avec une arche de 37 m de portée, le tablier étant porté, par l’intermédiaire de voûtes d'élégissement, par deux arcs parallèles et indépendants[14].
  • Viaduc de chemin de fer du Coulomp
  • Église Saint-Benoît, placée sous le patronage de saint Marc (roman XVIe siècle) : autel et porche en marbre. Le mur du chœur intérieur est doublé par un second mur, qui date d’une église précédente (XIIIe ou début du XIVe siècle)[15]. Quant à la nef, elle date de la fin du XVIIe siècle (1677)[16]. Dans son mobilier, un calice du XVIIIe siècle est classé monument historique au titre objet[17].
  • Église de l’Assomption à Ourgès (XVIIIe et XIXe siècles)

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Articles de Wikipédia

Liens externes

Sources

Notes

  1. a  et b Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », Paris, 1989, Relié, 72 (non-paginé) p. (ISBN 2-7399-5004-7) 
  2. Géraldine Bérard, Carte archéologique des Alpes-de-Haute-Provence, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1997, p 400
  3. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-298
  4. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 113
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Collection Publications romanes et françaises, volume CVCIII. Volume III : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, § 28315, p 1610
  6. name=armorialProvence
  7. Site de la préfecture des AHP
  8. INSEE, Population municipale au 1er janvier 2006, consulté le 11 janvier 2009
  9. Saint-Benoît sur le site de l'Insee
  10. EHESS, notice communale de Saint-Benoît sur le site Cassini, consultée le 18 juillet 2009
  11. Notice qui lui est consacrée par Guy Barruol in Guy Barruol, Philippe Autran et Jacqueline Ursch, D'une rive à l'autre : les ponts de Haute-Provence de l’Antiquité à nos jours, Les Alpes de Lumière no 153, Forcalquier 2006, p 110
  12. Arrêté du 19 janvier 1928, notice de la Base Mérimée, consultée le 29 août 2008
  13. Arrêté du 28 février 1944, notice de la Base Mérimée, consultée le 29 août 2008
  14. Notice qui lui est consacrée par Guy Barruol in Guy Barruol, Philippe Autran et Jacqueline Ursch, D'une rive à l'autre, op. cit., Forcalquier 2006, p 111-112
  15. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, 1986, 559 p., p 144
  16. Raymond Collier, op. cit., p 151 et 214
  17. Arrêté du 30 janvier 1995, notice de la Base Palissy, consultée le 29 août 2008
  • Portail de la Provence-Alpes-Côte d’Azur Portail de la Provence-Alpes-Côte d’Azur
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Saint-Beno%C3%AEt (Alpes-de-Haute-Provence) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-Benoit (Alpes-de-Haute-Provence) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.