Braux (Alpes-de-Haute-Provence)


Braux (Alpes-de-Haute-Provence)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Braux.

43° 59′ 12″ N 6° 42′ 03″ E / 43.9866666667, 6.70083333333

Braux
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Castellane
Canton Annot
Code commune 04032
Code postal 04240
Maire
Mandat en cours
Bernard Grac
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes Terres de Lumière
Démographie
Population 131 hab. (2008)
Densité 11 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 59′ 12″ Nord
       6° 42′ 03″ Est
/ 43.9866666667, 6.70083333333
Altitudes mini. 639 m — maxi. 1600 m
Superficie 11,67 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Braux est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Brauxois.

Sommaire

Géographie

Le village est situé à 950 m d’altitude, au bout d’une route, dans la vallée du Coulomp[1]. La route qui y mène se poursuit par une piste semi-goudronnée vers le hameau de Chabrières.

Bois du Fa au nord du village

Sommets et cols

  • crête du clos Martin (1 522 m et 1 607 m) ;
  • rocher de Pelloussis (1 340 m)

Géologie

Le village est établi sur une résurgence locale de grès datant de l’oligocène (la même que celle qui concerne Annot) au milieu de marnes et de calcaires du jurassique et de l’éocène[2].

Communes limitrophes

Économie

Une association, le Castagnou de Braou (en occitan : le châtaignier de Braux) restaure les plantations de châtaignier, pour créer une filière économique viable basée sur la transformation de la châtaigne ; 3000 pieds de châtaignier sont concernés[3]. Cette action est soutenue par la mission Forêts du Pays A3V, basée à Annot.

La forêt couvre 84 % du territoire communal, dont 511 ha pour la forêt communale. Elle constitue une des principales ressources. Elle est composée à 68 % de pin sylvestre (exploité pour la charpente, la menuiserie et la trituration), de hêtre (23 % de la surface, en progression, exploité comme bois de chauffage), de chêne et diverses autres espèces. Elle fait partie d’une Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[4].

Une carrière exploitant les calcaires marneux est en activité depuis 1987 ; elle produit des blocs destinés aux enrochements (le long des rivières, sur les coteaux)[5].

L’ensoleillement de la région, le calme de la commune, le cadre naturel préservé, attirent un tourisme non-négligeable, notamment de randonneurs. L’été, la population peut atteindre 400 habitants[6]. Plusieurs itinéraires permettant de découvrir la commune, sa flore et sa faune ont été aménagés[7]. La présence de truites de l’espèce salmo trutta, appelée couramment truite fario, non-croisée, attire également les pêcheurs (le Coulomp est classé en 1re catégorie). Les anguilles, les barbeaux et les blageons peuvent également être pêchés[8].

Histoire

Le nom du peuple installé dans la vallée à l’arrivée des Romains n’est pas certain, mais il peut s’agir des Nemeturii[9].

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 1147 (de Bravio)[1] et succède à une agglomération perchée, Petra aura, la pierre venteuse[10]. Le village appartenait aux hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem jusqu’à ce qu’il passe aux comtes de Provence en 1351 ou 1352[11]. Contrairement à une légende locale, si les Templiers y avaient bien des possessions (consistant en terres et divers droits), ils n’y avaient aucun établissement, ni relais ni commanderie[12].

Les premières plantations de châtaigniers ont lieu en 1551[10].

En 1859, un canal est creusé sur 7 km de long, pour permettre l’irrigation d’une centaine d’hectares de terres avec l’eau du Coulomp. Il est encore en fonction et entretenu régulièrement (avec de grosses réparations en 1994), sur un périmètre plus réduit (32 ha)[13].

À Aurent, une motte castrale est élevée au XIe siècle[14]. Aurent est une ancienne commune, d'abord rattachée à Braux en 1932, puis transférée à Castellet-lès-Sausses en 1961[15].

Durant la Seconde Guerre mondiale, Antonin Grac sauve des Juifs de la déportation, et a été pour cette raison distingué comme Juste parmi les nations[16]. Parmi ces Juifs, se trouvait Maurice Rheims[17].

Étymologie

Deux étymologies du nom de la commune sont proposées par les toponymistes :

  • soit Braux dérive du latin : de Bravio est dérivé de barbarus, adjectif signifiant « farouche », ou « taureau », mais dérivant plus probablement du nom propre romain Barbarus[18] ;
  • soit, d’après une forme de 739, Braux viendrait par l’intermédiaire de Braccio, du toponyme *br-, pouvant évoquer soit la terre humide, soit plutôt le plateau sur lequel se trouve Braux[19]. Ce toponyme serait probablement antérieur aux Gaulois[20].

Héraldique

Blason Braux.svg

Blasonnement :
D’or à une fleur de lys d’azur, surmontée d’une coque de châtaignier de sinople.[21].

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 réélu en 2008[22] Bernard Grac DVG  

Une association, le comité des fêtes, organise de nombreux évènements festifs au village.

Démographie

Évolution démographique
Années 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
Population 69 feux 1023 470 402 385 458 454 495 528 538
Années 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 578 540 540 554 560 553 544 510 482 461
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
Population 457 454 425 415 390 377 375 332 289 248
Années 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 - - -
Population 206 153 160 133 118 128[23] 130[24] - - -
Notes, sources, ... Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[11] ; Insee[25], EHESS[15] pour les chiffres issus des recensements légaux
Courbe d'évolution démographique de Braux depuis 1793

En 1881, Aurent comptait 73 habitants[26].

Lieux et monuments

Le mode de construction des maisons présente un particularisme partagé avec le Fugeret : les maisons anciennes étaient construites en grès (il y a une résurgence), les pignons étant montés en dalles empilées en escalier[27].

La maison des notaires Béroard, qui retiennent la charge dans leur famille du XVe siècle au XIXe, porte la date de 1714 sur son linteau[28].

  • sentier partiellement empierré entre le village de Braux, le hameau d’Argenton et au-delà le tombeau gallo-romain[29] (voir commune du Fugeret)
  • église Saint-Martin, construite en 1834, aux arches romanes et au chevet plat[30] ;
  • chapelles : Sainte-Madeleine à l’entrée du village ; chapelle Notre-Dame au Villard, qui contient un buste-reliquaire de saint Auxile en bois doré, argenté et peint du XVIIIe siècle, classé au titre objet[31] et un autre buste-reliquaire de saint Aufred, en bois doré, argenté et peint, de la même époque et également classé[32] ;
  • pont du Gay, à l’entrée sur le territoire de la commune

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Articles de Wikipédia

Liens externes

Sources

Bibliographie

  • ONF, Braux, 2007, 57 p
  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p.
  • Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969

Notes

  1. a et b Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 (non-paginé) p. (ISBN 2-7399-5004-7) 
  2. ONF, Braux, 2007, p 7-8
  3. ONF, Braux, op. cit., p 20
  4. ONF, Braux, op. cit., p 23-24
  5. ONF, Braux, op. cit., p 53
  6. ONF, Braux, op. cit., p 57
  7. ONF, Braux, op. cit., p 33-34
  8. ONF, Braux, op. cit., p 43
  9. Raymond Boyer et Guy Barruol, carte 12 « Peuples et habitats de l’époque pré-romaine », in Baratier, Duby & Hildesheimer, Atlas historique de la Provence, et commentaire
  10. a et b ONF, Braux, op. cit., p 3
  11. a et b Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969, p. 166
  12. Joseph-Antoine Durbec (préf. Jacques Juillet), Templiers et Hospitaliers en Provence et dans les Alpes-Maritimes, Grenoble, Le Mercure Dauphinois, 2001 (ISBN 2-913826-13-X)  , p 121
  13. ONF, Braux, op. cit., p 11
  14. Parc naturel du Luberon, Autour de l’An Mil en pays de Forcalquier, catalogue d’exposition, 2007, p 31
  15. a et b EHESS, notice communale de Braux, consultée le 24 juillet 2009
  16. Article « Antonin Grac » sur le site Anonymes, Justes et persécutés pendant la période nazie dans les communes de France, en ligne [1], consulté le 5 octobre 2008
  17. ONF, op. cit., p 4
  18. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Volume II : Formations préceltiques, celtiques, romanes. Notice 10685, p 644
  19. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence, depuis les origines jusqu’aux invasions barbares, 1re édition 1950, Laffite reprints, Marseille 1973, p 103
  20. Charles Rostaing, « Toponymie d’origine pré-gauloise » in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., carte 11 et commentaire
  21. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994
  22. Site de la préfecture des AHP
  23. Population municipale au 1er janvier 2006, consulté le 10 janvier 2009
  24. Insee, Historique des populations par commune depuis le recensement de 1962 (fichier Excel), mis à jour en 2010, consulté le 21 juillet 2010
  25. Braux sur le site de l'Insee
  26. JL Damon, Les vallées de la Vaïre et du Coulomp : « Histoires » et histoire du « Pays d’Annot ». Arts et traditions populaires, Légendes et souvenirs des origines à la guerre 1914-1918. Annot, 1988, ISBN 2-9502821-0-5, p 59
  27. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p., p 346
  28. ONF, Braux, op. cit., p 6
  29. Raymond Collier, op. cit., p 33
  30. Raymond Collier, op. cit., p 378
  31. Arrêté du 29 août 2002, Notice no PM04000856, sur la base Palissy, ministère de la Culture, consultée le 28 octobre 2008
  32. Arrêté du 29 août 2002, Notice no PM04000855, sur la base Palissy, ministère de la Culture, consultée le 28 octobre 2008

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Braux (Alpes-de-Haute-Provence) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Braux, Alpes-de-Haute-Provence — Infobox Commune de France nomcommune=Braux région=Provence Alpes Côte d Azur département=Alpes de Haute Provence arrondissement=Castellane canton=Annot insee=04032 cp=04240 maire=Bernard Grac mandat=2008 2014 intercomm=Terres de Lumière longitude …   Wikipedia

  • Alpes de Haute-Provence — 44°0′N 6°10′E / 44, 6.167 Alpes de Haute …   Wikipédia en Français

  • Alpes de Haute Provence — 44°0′N 6°10′E / 44, 6.167 Alpes de Haute …   Wikipédia en Français

  • Alpes-de-Haute-Provence — 44°0′N 6°10′E / 44, 6.167 Alpes de Haute Provence …   Wikipédia en Français

  • Authon (Alpes-de-Haute-Provence) — Pour les articles homonymes, voir Authon. 44° 14′ 21″ N 6° 07′ 38″ E …   Wikipédia en Français

  • Montfort (Alpes-de-Haute-Provence) — Pour les articles homonymes, voir Montfort. 44° 03′ 52″ N 5° 58′ 24″ E …   Wikipédia en Français

  • Ongles (Alpes-de-Haute-Provence) — 44° 01′ 44″ N 5° 44′ 03″ E / 44.0288888889, 5.73416666667 …   Wikipédia en Français

  • Venterol (Alpes-de-Haute-Provence) —  Pour l’article homonyme, voir Venterol (Drôme).  44° 26′ 45″ N 6° 05′ 59″  …   Wikipédia en Français

  • Villeneuve (Alpes-de-Haute-Provence) — Pour les articles homonymes, voir Villeneuve. 43° 53′ 42″ N 5° 51′ 49″ E …   Wikipédia en Français

  • Châteaufort (Alpes-de-Haute-Provence) — Pour les articles homonymes, voir Châteaufort. 44° 16′ 29″ N 6° 01′ 01″ E …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.