Tartonne


Tartonne

44° 04′ 15″ N 6° 23′ 20″ E / 44.0708333333, 6.38888888889

Tartonne
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Digne-les-Bains
Canton Barrême
Code commune 04214
Code postal 04330
Maire
Mandat en cours
François Serra
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Moyen Verdon
Démographie
Population 140 hab. (2008)
Densité 3,1 hab./km²
Géographie
Coordonnées 44° 04′ 15″ Nord
       6° 23′ 20″ Est
/ 44.0708333333, 6.38888888889
Altitudes mini. 879 m — maxi. 2 285 m
Superficie 44,88 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Tartonne est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Tartonnais.

Sommaire

Géographie

Étymologie

Le nom de la localité (Tortona en 1199, Tartona en 1200), serait formé sur la racine préceltique *Tortona, d’origine et de sens inconnus[1]. Charles Rostaing, lui donne une racine en *Tar, désignant la pierre[2].

Site et climat

Le village de Tartonne se situe en fond de vallée, à 945 m d’altitude[3], ce qui influence énormément le climat ; les différences de températures dans la même journée sont très importantes : en 2004, l'amplitude moyenne des températures était de 27° C.

Le paysage est marquée par la robine, une roche sédimentaire de couleur noire qui est très molle et friable à l'air, mais qui est très solide en sous-sol.

Habitat et hameaux

Comme sa voisine Clumanc, Tartonne ne correspond pas à une agglomération précise, ce qui est assez peut commun. L’habitat est très dispersé, et l'on peut distinguer cinq groupes de hameaux très éloignés les uns des autres (jusqu’à 10 km) :

  • Le Petit Défend à 850 m d'altitude,
  • Plan-de-Chaude : hameau principal à 975 m qui constitue le chef-lieu avec la mairie,
  • Maladrech à 950 m,
  • Le Viable, Les Thourons, Les Laugiers (1075-1200 m),
  • Les Sauzeries-Hautes et les Sauzeries-Basses (800-1050 m),
  • La Pène ou La Peine à 1100 m.

Cet éloignement s'explique par la pauvreté du terroir, et la difficulté de construire : les fortes dénivellations, la présence de nombreux cours d'eau et l'instabilité du terrain font que plus de 85 % du territoire de la commune est inconstructible.

Économie

Histoire

Les premières traces d’occupation datent de l'époque gallo-romaine à l'emplacement actuel du hameau du Petit Défend.

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes au XIIIe siècle[3]. Le village de La Peine ou La Pène lui est rattaché au XVe siècle. Il était constitué de bâtiments civils et d'un monastère abandonné avant la Révolution. La seule trace de cette occupation religieuse est l’oratoire à Saint-Gervais qui a été installé à l'entrée du hameau, à l'endroit ou les villageois avaient installé la croix de bois de la chapelle du monastère, après son démantèlement. Ce monastère et les bâtiments civils ont appartenu à la famille du célèbre philosophe dignois Gassendi. Ce n'est qu'au XIIe siècle que le village commence à se développer, dans la mesure où le village est situé sur la route reliant Digne-les-Bains à Colmars en passant par Thorame, et qu'une source d'eau salée a été trouvée, permettant aux habitants de ne pas payer la gabelle. Le village vit principalement de l'agriculture (cultures maraîchères[réf. nécessaire], ovins) et de la récolte du sel, grâce à la source salée concédée par la reine Jeanne en 1402[4].

Durant tout le Moyen Âge, le village est rasé plusieurs fois. La communauté La Pène (ou la Peine) est fortement dépeuplée par la crise du XIVe siècle (Peste noire et guerre de Cent Ans) et annexée par celle de Tartonne au XVe siècle[5], mais continue de constituer un fief distinct[6]. Plus tard, la création du modeste château de Maladrech (1642), situé à proximité de la route menant vers Digne, procure une défense au village. Tartonne n’est pas épargnée par les guerres de religion (avec un pillage en 1574[3]) : la population passe d'environ 500 à 200 habitants.

Les seigneurs successifs sont les Baux (du XIIIe au XVe siècle), les d’Agoult aux XIVe et XVe siècle, les Villeneuve aux XVIe et XVIIe siècles, et enfin les Gassendi jusqu’à la Révolution[5].

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[7].

Au XIXe siècle, le percement de la clue de la Peine permet le passage de convois plus importants, et raccourcit le trajet (30 km au lieu de 55 km). Cette route est abandonnée dans la seconde moitié du XXe siècle avec l'arrivée de l’automobile et la création de routes départementales[réf. nécessaire].

Tartonne est occupée durant la Seconde Guerre mondiale par les troupes italiennes dès 1940. L'environnement, de nombreux parachutages d'armes et l'instauration du STO (qui conduit beaucoup de jeunes à venir dans les environs) permettent aux résistants de mener des actions d'envergure contre l'armée allemande, qui occupe la région dès 1942. En représailles, de nombreuses maisons sont incendiées et le château de Maladrech, qui servait de cache, détruit.

En 2010, Tartonne est le lieu de tournage du web-film "Tartonne et les 7 fous". Ce métrage de 40 minutes connait un succès énorme sur le net et Tartonne devient le symbole des villages montagnards. Une suite est annoncée pour l'été 2011 "Tartonne Movie" avec une apparition exceptionnelle de la chanteuse roumaine inna.

Héraldique

Blason Tartonne.svg

Blasonnement :
D’or à trois tourteaux de gueules, deux en chef et un en pointe, et une fleur de lys d’azur en coeur.[8]

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1983 (?) 1989 Serge Dho[9] PCF Conseiller général du Canton de Barrême (1979-1992)
1989 2008 Guénolé Vallon[10],[11] PCF[12]  
2008 en cours François Serra[13]    

.

Démographie

Évolution démographique
Années 1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
Population 65 feux 44 feux 473 502 488 515 506 512 489 489
Années 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
Population 446 394 371 380 384 378 345 350 347 333
Années 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 311 275 245 255 199 194 167 152 125 139
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 - -
Population 123 104 98 101 113 131 138 139[14] - -
Notes, sources, ... Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale à partir de 2007
Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[5] ; Insee[15], EHESS[16] pour les chiffres issus des recensements légaux
Courbe d'évolution démographique de Tartonne depuis 1793

Lieux et monuments

L’église paroissiale est placée sous le vocable de Notre-Dame d’Entraigues, et construite à l’écart du village. Le clocher-tour date de 1564, sauf le dernier étage ajouté en 1865. La nef, construite au XIIe siècle, compte trois travées couvertes d’une voûte en berceau, refaite au XVIIe siècle puis en 1830. Le chœur, sous une travée courte, précède l’abside arrondie (XIIIe siècle) ; quelques chapiteaux sont sculptés, avec notamment un atlante. Un projet de bas-côté sur le côté sud a été abandonné ; du côté nord, les deux chapelles datent du XVIIe). C’est un monument historique inscrit depuis le 12 avril1972[17]; elle a été restaurée dans les années 1970 (notamment avec la coulée d’une dalle de béton sur la voûte, qui avait tendance à se déformer)[18],[19]. Une des cloches daterait du XVIe siècle, l’autre de 1771[20]

Le château de Maladrech, avec deux pigeonniers ronds[21] (1644) ; Maladrech signifie mauvais lieu. Une chapelle lui a été ajoutée entre 1764 et 1779, mais a disparu aujourd’hui. Comprenant deux corps de bâtiment, il comporte également une ferme. La décoration intérieure comprend plafonds à la française, cheminée de gypserie ; de l’extérieur, on peut voir croisées, cadran solaire de 1642.

Autres lieux :

  • la clue de la Peine ;
  • La source salée de la Salaou, couverte sous une voûte, est un monument historique inscrit depuis le 1er avril 1993[22]
  • la chapelle Saint-Jean-Baptiste, ancienne Notre-Dame du Rosaire (1787), au Plan-de-Chaude, au Thouron[23] ;
  • la chapelle Sainte-Anne, au Thouron, du XVIIe siècle, construite par les habitants du village, restaurée dans les années 1830. De petites dimensions, la nef mesure 8,65 de long sur 4,8 à 5,4 m de large[24].

Personnalités liées à la commune

Bibliographie

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sources

Bibliographie

  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p.
  • Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969

Notes

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Volume I : Formations préceltiques, celtiques, romanes. Notice 1187, p 57
  2. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence (depuis les origines jusqu’aux invasions barbares, Laffite Reprints, Marseille, 1973 (1re édition 1950), p 268
  3. a, b et c Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 (non-paginé) p. (ISBN 2-7399-5004-7) 
  4. notice de la Base Mérimée, consultée le 2 mars 2009
  5. a, b et c Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969, p. 202
  6. Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., p. 189
  7. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-298
  8. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994
  9. Serge Dho est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature d’André Lajoinie à l’élection présidentielle de 1988, cf Conseil constitutionnel, liste des citoyens ayant présenté les candidats à l’élection du Président de la République, Journal officiel de la République française du 12 avril 1988, page 4803, disponible en ligne, consulté le 29 juillet 2010
  10. Guénolé Vallon est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature de Robert Hue (PCF) à l’élection présidentielle de 2002, Parrainages élection présidentielle 2002, consulté le 28 juillet 2010 et Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2002
  11. Guénolé Vallon est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature de Marie-George Buffet (PCF) à l’élection présidentielle de 2007, Parrainages élection présidentielle 2007, consulté le 28 juillet 2010, et Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2007
  12. Parti communiste français, liste des maires communistes, publiée le 6 mars 2008 (sic), consultée le 25 septembre 2010
  13. Site de la préfecture des AHP
  14. Insee, Population municipale au 1er janvier 2007, consulté le 2 février 2010
  15. Tartonne sur le site de l'Insee
  16. EHESS, notice communale de Tartonne sur le site Cassini, consultée le 19 juillet 2009
  17. Eglise Notre-Dame d'Entraigues, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  18. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p., p 115
  19. Inventaire topographique, notice de la Base Mérimée, consultée le 2 mars 2009
  20. notice de la Base Mérimée, consultée le 2 mars 2009
  21. Raymond Collier, op. cit., p 262
  22. Source salée, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  23. notice de la Base Mérimée, consultée le 2 mars 2009
  24. notice de la Base Mérimée, consultée le 2 mars 2009

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tartonne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tartonne — País …   Wikipedia Español

  • Tartonne — Infobox Commune de France nomcommune=Tartonne région=Provence Alpes Côte d Azur département=Alpes de Haute Provence arrondissement=Digne les Bains canton=Barrême insee=04214 cp=04330 maire= François Serron mandat=2008 2014 intercomm=Moyen Verdon… …   Wikipedia

  • Clumanc — 44° 01′ 28″ N 6° 23′ 02″ E / 44.0244444444, 6.38388888889 …   Wikipédia en Français

  • Barrême — Pour les articles homonymes, voir Barrême (homonymie). 43° 57′ 15″ N 6° 22′ 07″ E …   Wikipédia en Français

  • Lambruisse — 44° 02′ 57″ N 6° 26′ 34″ E / 44.0491666667, 6.44277777778 …   Wikipédia en Français

  • Blieux — 43° 52′ 24″ N 6° 22′ 18″ E / 43.8733333333, 6.37166666667 …   Wikipédia en Français

  • Canton de Barrême — Administration Pays France Région Provence Alpes Côte d Azur Département Alpes de Haute Provence Arrondissement Digne les Bains …   Wikipédia en Français

  • Chaudon-Norante — 43° 58′ 49″ N 6° 18′ 46″ E / 43.9802777778, 6.31277777778 …   Wikipédia en Français

  • Saint-Jacques (Alpes-de-Haute-Provence) — Pour les articles homonymes, voir Saint Jacques. 43° 58′ 13″ N 6° 22′ 33″ E …   Wikipédia en Français

  • Saint-Lions — 43° 59′ 10″ N 6° 24′ 01″ E / 43.9861111111, 6.40027777778 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.