Pigeonnier


Pigeonnier

Colombier (édifice)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colombier.

Un colombier était à l'époque féodale un édifice destiné à loger et à élever des pigeons. Le colombier, lointain héritier du colombarium romain, est nommé plus souvent pigeonnier depuis le dix-huitième siècle. Les mutations agricoles des Temps modernes, par l'introduction des cultures fourragères comme la betterave, ont condamné insensiblement l'intérêt nourricier et la rentabilité de l'élevage en colombier.

Une grande diversité architecturale caractérise les petits dérivés domestiques ou isolés du colombarium. Il existe une surprenante géographie des colombiers, avec des densités éminemment variables suivant les régions du Moyen-Orient et méditerranéennes, ou encore les contrées d'Europe occidentale. Les colombiers ont marqué les paysages en Gascogne, Quercy, Occitanie toulousaine, Provence, Touraine, Anjou, Normandie, Picardie mais aussi en Angleterre après la conquête normande et plus tardivement en Basse Ecosse, notamment sur les rives du Firth of Forth, près d'Edimbourg pendant le règne Stuart.

Intérieur du pigeonnier troglodytique de Tourtenay


Sommaire

Appellation

Le colombier désigne encore les édifices de la Renaissance et du début des Temps modernes.

Une variante de petite taille annexée à une tour ou à une ferme s'est appelée en latin fuga, qui a donnée fua, puis fuie à partir du XIIIe siècle. La fuie consiste en une petite volière qu'on ferme avec un volet et où l'éleveur particulier peut nourrir son pigeon domestique. Il faut noter que l'évolution gasconne de fuga, sous la forme hune, désigne un colombier à pied. En effet, dans les pays proches de la Garonne et du Midi français, couloume dérivé de colombarium correspond à une installation domestique, c'est-à-dire à la fuie de Touraine.

Le terme pigeonnier est plus commun au XIXe siècle, attestant la lente obsolescence du mot colombier. Les deux termes peuvent être considérés comme synomymes.


Historique

Les plus anciens seraient les colombiers forteresse de Haute-Égypte, et les colombiers perses surmontés d’une poivrière. Dans les régions arides, la fiente est une fumure recherchée et elle est recueillie sur des nattes régulièrement nettoyées. Dans l'ancienne Perse et Irak, elle servait à la culture des melons.

Intérieur du colombier du château d'Époisses

La présence de colombiers n’est pas attestée en France avant l’invasion romaine par César. L’élevage des pigeons était alors une passion à Rome. Le colombarium romain, généralement rond, avait son intérieur recouvert d’un enduit blanc de poudre de marbre. Varron, Columelle et Pline l'Ancien ont écrit des ouvrages sur l’élevage des pigeons et la construction des colombiers.

L’intérieur du colombier, espace imparti aux pigeons, est divisé en nichoirs appelés boulins. Chaque boulin est le logement d’un couple de pigeons. Ces boulins peuvent être en pierre, brique ou torchis et installés lors de la construction du colombier ou être en poterie (pots couchés, tuiles canal, diverses cases), en osier tressé en forme de panier ou de nid. C’est le nombre de boulins qui indique la capacité du pigeonnier. Celui du château d'Aulnay avec ses 2000 boulins et celui de Port-d'Envaux avec ses 2400 boulins de terre cuite sont parmi les plus vastes.

Au Moyen Âge, la possession d’un colombier à pied, construction séparée du corps de logis (ayant des boulins de haut en bas), était un privilège du seigneur haut justicier. Pour les autres constructions, le droit de colombier variait suivant les provinces. Elles devaient être en proportion de l’importance de la propriété, placées en étage au-dessus d’un poulailler, d’un chenil, d’un four à pain, d’un cellier… Généralement les volières intégrées à une étable, une grange ou un hangar, étaient permises à tout propriétaire d’au moins 50 arpents (environ 2,5 hectares) de terres labourables, qu’il soit noble ou non, pour une capacité ne devant pas dépasser suivant les cas 60 à 120 boulins.

Produisant un excellent engrais (la colombine), les pigeons étaient vus comme une catastrophe par les cultivateurs, en particulier au moment des semailles. Il était donc nécessaires d'enfermer les pigeons dans le colombier lors des semis agricoles, en obstruant les ouvertures du colombier.

Dans les anciennes provinces de Droit coutumier où posséder un colombier était un privilège réservé à la noblesse et au clergé (Normandie, Bretagne, etc.), les cahiers de doléances en demandèrent très fréquemment la suppression, ce qui sera entériné lors de la nuit du 4 août 1789.

Architecture

Leur emplacement est choisi loin des grands arbres qui peuvent abriter des rapaces et à l’abri des vents dominants et leur construction obéit à quelques règles de sécurité : portes d’accès hermétiques et murs lisses munis d’un bandeau en saillie nommé larmier ou radière afin d’interdire la montée aux prédateurs (fouines, belettes…). La façade était, si nécessaire, enduite uniformément ou seulement sur une bande horizontale, afin d’empêcher leur ascension.

pigeonnier de la poste royale à Sauzé-Vaussais

Les colombiers peuvent être de matériaux très variés et de forme et de dimension extrêmement divers :

  • le colombier carré à quadruple voûte serait d’avant le XVe siècle (château de Roquetaillade, Bordeaux) ou Saint-Trojan près de Cognac)
  • la tour cylindrique : du XIVe siècle au XVIe siècle, elle est recouverte de tuiles canal, de tuiles plates, de lauzes et très exceptionnellement d’une coupole de briques. Une fenêtre ou une lucarne est la seule ouverture. Des balconnets forment plage d’envol en saillie ;
  • le colombier sur pilier ou sur arcades, cylindrique, hexagonal ou carré ;
  • le colombier hexagonal (colombiers de la poste royale à Sauzé-Vaussais) ;
  • le colombier carré à toit de tuiles plates au XVIIe siècle puis à toit d’ardoises au XVIIIe siècle ;
  • le pied de mulet, adossé aux bâtiments.
  • le colombier monté sur escalier à vis

L’intérieur d’un colombier pouvait être soit pratiquement vide (les boulins étant situés dans les murs), soit réduit à une structure d’échelle tournante, permettant le ramassage des œufs ou des pigeonneaux et l’entretien.

Bibliographie

  • Kathleen Watts, Colombiers & pigeonniers, édition C.L.D. France, 1980, 222 pages, avec glossaire. Ouvrage traduit de l'anglais par Elisabeth Cuenod.
  • Pierre Leron-Lesur, Colombiers, pigeonniers en France, éd. Massin, 1987 (ISBN 2707201146)
  • Dominique Letellier, Pigeonniers de France, éd. Privat, 1998
  • Sabine Derouard, Les Colombiers du pays de Caux, éd. Charles Corlet, 1998 (ISBN 2-85480-811-8)
  • Christian Genet, Jacques Rollet, Jacqueline Fortin, Vieux Pigeonniers des Charentes, éd. Aubin, 1990

Pigeonniers à pied, de seigneurs hauts justiciers :

Autres pigeonniers

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi

Commons-logo.svg

  • Portail de l’ornithologie Portail de l’ornithologie
Ce document provient de « Colombier (%C3%A9difice) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pigeonnier de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pigeonnier — [ piʒɔnje ] n. m. • 1479; de pigeon ♦ Petit bâtiment où l on élève des pigeons domestiques. ⇒ 1. colombier. Les boulins d un pigeonnier. ♢ Fig. Petit logement situé aux étages supérieurs. Venez me voir dans mon pigeonnier. ● pigeonnier nom… …   Encyclopédie Universelle

  • pigeonnier — Pigeonnier. s. m. Lieu où l on tient les pigeons, & qui est plus petit qu un colombier. Il n a point de colombier chez luy, il n a qu un pigeonnier …   Dictionnaire de l'Académie française

  • pigeonnier — Pigeonnier, ou columbier, Columbarium …   Thresor de la langue françoyse

  • pigeonnier — (pi jo nié ; l r ne se lie jamais ; au pluriel, l s se lie : des pi jo nié z en brique) s. m. 1°   Habitation préparée pour les pigeons domestiques. 2°   Familièrement et fig. Lieu situé sur une hauteur et comparé à un pigeonnier. •   Ebernbourg… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PIGEONNIER — n. m. Construction destinée à loger les pigeons domestiques. Il se dit figurément et familièrement d’une Habitation élevée. Il est remonté dans son pigeonnier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • PIGEONNIER — s. m. Habitation préparée pour les pigeons domestiques …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • pigeonnier — nm. : kolonbire nf. (Gruffy) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Pigeonnier de Pouancé — Présentation Propriétaire Commune Protection …   Wikipédia en Français

  • Pigeonnier du Moulin Grand — Présentation Propriétaire Propriété privée Protection  Classé MH (1993) Géog …   Wikipédia en Français

  • Le Pigeonnier Le Pigeonnier Domaine de la Provencane — (Salernes,Франция) Категория отеля: Адрес: Dom …   Каталог отелей


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.