Moustiers-Sainte-Marie


Moustiers-Sainte-Marie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moustier.

43° 50′ 54″ N 6° 13′ 19″ E / 43.8483333333, 6.22194444444

Moustiers-Sainte-Marie
Village de Moustiers-Sainte-Marie
Village de Moustiers-Sainte-Marie
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Digne-les-Bains
Canton Moustiers-Sainte-Marie
Code commune 04135
Code postal 04360
Maire
Mandat en cours
Alain Archiloque
2008-2014
Intercommunalité sans
Démographie
Population 710 hab. (2008)
Densité 8,1 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 54″ Nord
       6° 13′ 19″ Est
/ 43.8483333333, 6.22194444444
Altitudes mini. 474 m — maxi. 1729 m
Superficie 87,97 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Moustiers-Sainte-Marie (Mostiers Santa Maria en provençal selon la norme classique et Moustié-Santo-Mario selon la norme mistralienne) est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Moustiérains.

Blotti contre un escarpement rocheux, Moustiers est souvent comparé à une crèche avec son étoile suspendue dans le vide[1], et fait partie des plus beaux villages de France et du Parc naturel régional du Verdon.

Sommaire

Géographie

À la rencontre des grandes routes touristiques du Verdon, en aval du fameux canyon, cette localité, bien connue des amateurs de céramique, constitue un site exceptionnel.
Depuis la chapelle Notre-Dame-de-Beauvoir située au sommet du village, on peut admirer un immense panorama sur la vallée de la Maire et le plateau de Valensole.
Le village est dominé par deux hautes falaises entre lesquelles coule un torrent, le Riou. Ces deux falaises sont reliées entre elles par une chaîne de fer forgé, longue de 227 mètres à laquelle est suspendue une étoile dorée. Selon Frédéric Mistral, cette chaîne aurait été scellée entre les deux rocs sur l'initiative du chevalier de Blacas de retour de la croisade. Prisonnier des Infidèles à Damiette (Syrie), il avait fait le vœu, s'il était libéré, de tendre cette chaîne et d'y suspendre l'étoile à seize branches, emblème de sa famille.

Hydrographie

Le Riou se jette dans la Maire, qui est elle-même un affluent du Verdon, la confluence s'effectuant dans le lac de Sainte-Croix.

Hameaux

Géologie

Communes limitrophes[2]

Histoire

Gravure ancienne montrant la chaîne, l'étoile, et le pont sur le Riou.
Photographie prise en 2008 sur laquelle l'étoile apparaît en contraste avec un ciel nuageux
Gros plan sur l'étoile

Toponymie

Le nom du village, tel qu’il apparaît pour la première fois dans les textes (ecclesia Sancte Marie in Monasterio) en 1009, désigne le monastère fondé au VIe siècle[3]. Il devient Moustiers-Sainte-Marie en 1848[4].

Moyen Âge

La petite ville de Moustiers est fondée au Ve s. par une colonie de moines. Le monastère se partageait les droits seigneuriaux avec l’abbaye de Lérins aux XIe et XIIe siècle, avant que le bourg rejoigne le domaine des comtes de Provence[5]. Ces derniers accordent un consulat aux habitants au XIIIe siècle, et installent le siège d’une baillie en 1300[5].

Les Temps modernes : du XVIe au XVIIIe siècle

La ville est le siège d’une viguerie[6] et d’une foire jusqu’à la Révolution[7]. Le bourg connaît une grande renommée aux XVIIe et XVIIIe siècles grâce à ses faïences[5].

Selon la tradition, un religieux, venu de Faênza (Italie), aurait appris à un potier de la ville le secret du bel émail blanc laiteux qui devait assurer avec le bleu dit «de Moustiers » la réputation des faïences locales. À la fin du XVIIIe s. douze ateliers fonctionnaient. Puis les fours s'éteignirent un à un, le dernier en 1873. Marcel Provence entreprit, en 1925, de faire renaître à Moustiers l'art de la faïence. Il construisit un four et, avec le concours d'artistes décorateurs et d'artisans qualifiés, en fit sortir une production originale, inspirée de la flore et des insectes du pays.

Moustiers est un des rares bourgs de Haute-Provence à accueillir une loge maçonnique avant la Révolution, nommée Les Indissolubles et affiliée à la Grande loge provinciale en 1788[8].

Révolution française

À la veille de la Révolution, la ville compte une loge maçonnique[9].

La nouvelle de la prise de la Bastille est accueillie favorablement, cet événement annonçant la fin de l’arbitraire royal et, peut-être, des changements plus profonds dans l’organisation de la France. Immédiatement après l’arrivée de la nouvelle, un grand phénomène de peur collective s’empare de la France. Des rumeurs de troupes de plusieurs milliers d’hommes en armes, soldés par les aristocrates et dévastant tout sur leur passage, se propagent à grande vitesse et provoquent la panique. On sonne le tocsin, on s’arme, on envoie des messages aux villages voisins pour se renseigner, ce qui propage la peur. Les solidarités se créent ainsi ; les milices formées à cette occasion constituent la base des bataillons de la Garde nationale. Cette Grande Peur, venant de Digne et appartenant au courant de la « peur du Mâconnais », atteint Moustiers et sa région le 31 juillet 1789 avant de s’éteindre[10].

Une société patriotique y est rapidement créée : elle fait partie des 21 premières créées dans les Basses-Alpes, avant juin 1792[11]. Le 5 frimaire an III, le représentant en mission Gauthier épure la société[12].

Économie

L’économie de Moustiers-Sainte-Marie est fondée essentiellement sur le tourisme, qui permet de faire fonctionner le commerce, l'artisanat, la production de la lavande (miel, distillerie...).

Le secteur agricole est fondé sur le pastoralisme et l’oléiculture, avec une oliveraie qui compte 20 000 pieds. L’huile d'olive produite est intégrée dans l'AOP "Huile d'olive de Haute-Provence"[13].

Article détaillé : Faïence de Moustiers.

Accès

Accessible en autocar depuis Marseille Gare Routière[14].

Héraldique

Blason Moustiers Sainte Marie.svg

Blasonnement :
d’azur à deux rochers d’argent, mouvants des flancs, sur une terrasse de sinople, entre lesquels sont posées en fasce deux fleurs de lys d’or, accompagnés en chef d'une chaîne d’argent reliant les cimes des deux rochers, au milieu de laquelle est suspendue, par un chaînon du même, une étoile d’or[15]

Administration

Municipalité

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 1989 mars 2008 Fred Single PS  
mars 2008   Alain Archiloque[16] DVG  

Fred Single est l’un des 500 élus qui ont parrainé la candidature de Dominique Voynet (Les Verts) à l’élection présidentielle de 1995[17].

Enseignement

Localisation des villes jumelées avec Moustiers-Sainte-Marie.
Localisation de la ville
Moustiers-Sainte-Marie

La commune est dotée d’une école primaire[18].

Politique environnementale

Moustiers-Sainte-Marie est classé trois fleurs au concours des villes et villages fleuris.

Jumelage

Démographie

Évolution démographique
Années 1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
Population 500 feux 162 feux 1955 1902 1831 1752 1828 1725 1790 1812
Années 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
Population 1589 1473 1372 1297 1193 1246 1193 1167 1137 1062
Années 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 1001 907 868 785 548 545 542 534 494 444
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 - -
Population 478 535 602 575 580 625 696[20] 705[21] - -
Notes, sources, ... Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[5] ; Insee[22], EHESS[4] pour les chiffres issus des recensements légaux
Courbe d'évolution démographique de Moustiers-Sainte-Marie depuis 1793

Lieux et monuments

Vue générale du village
Clocher de l’église Notre-Dame-de-l'Assomption.

Le musée archéologique est fondé en 1930[23].

Une porte de l’enceinte du XVe siècle subsiste[5].

L’église paroissiale Notre-Dame est classée monument historique. Sa construction est bien connue : elle est ordonnée par le cardinal Pierre de Pratis, entre 1336 et 1361. Seul le chœur est construit, sur une longueur de quatre travées, voûtées de croisées d'ogives, avec deux bas-côtés. La nef est raccordée au chœur sans être dans le même axe. Les chapiteaux sont ornés de feuilles de chêne[24]. Le clocher est ajouré d'arcades romanes soutenues par de fines colonnettes.

La chapelle Notre-Dame-de-Beauvoir, ou d’Entremont, possède un porche roman, dominé par un petit clocher de même époque ; la porte de bois date de la Renaissance. À l'intérieur, les deux premières travées de la nef sont romanes, les deux autres gothiques ainsi que l'abside. C'était autrefois un "sanctuaire à répit".

Le musée des faïences présente dans trois salles des collections de moules et d’appareils utilisés pour la fabrication des anciennes faïences ; des faïences des différentes époques du vieux Moustiers, parmi lesquelles de belles pièces décorées des XVIIe et XVIIIe siècles, œuvres des maîtres Clérissy, Olérys et Ferrat et des objets et des souvenirs relatifs à la région et à l'histoire de Moustiers depuis l'époque romaine.

L’étoile de Moustiers est accrochée à une chaîne, tendue entre deux montagnes, à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol. Selon la légende, il s'agit d'un ex-voto : le duc de Blacas, qui fut fait prisonnier à la croisade par les sarrasins à Damiette, fit la promesse de dédier un monument à la Vierge s'il revenait un jour en son fief. Revenu sain et sauf, il a tenu sa promesse et a fait suspendre une étoile à seize branches, emblème de sa famille. La chaîne pèse environ 400 kg et l'étoile a un diamètre de 80 cm. L'étoile que l'on peut admirer aujourd'hui n'est pas l'étoile originale mais celle qui a été restaurée en 1882 ; en effet elle n'a maintenant que cinq branches. Il y a une dizaine d'années, l'étoile s'est décrochée et a été retrouvée au fond du ravin. Les habitants se sont cotisés et un mois après elle a été redorée et remise en place.

Autres chapelles :

  • chapelle Saint-Jean ;
  • chapelle au Clastre, gothique des XIIIe ‑ XIVe siècles[5].

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles de Wikipédia

Liens externes

Sources

Bibliographie

  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p.
  • Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969

Notes

  1. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p., p 340
  2. Magazine Conseil général, juillet-août 2008, p 7
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Collection Publications romanes et françaises, volume CVCIII. Volume III : Formations dialectales (suite) ; formations françaises § 27445, p 1518
  4. a et b EHESS, notice communale de Moustiers-Sainte-Marie sur la base de données Cassini, consultée le 27 juillet 2009
  5. a, b, c, d, e et f Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969, p. 186
  6. La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 107
  7. Baratier et Hilsdesheimer, « carte 122 : Les foires (1713-1789) », in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  8. Robert-Henri Bautier, « Les loges maçonniques (seconde moitié du XVIIIe siècle) », cartes 120 et 121 et commentaire in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  9. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 292
  10. Michel Vovelle, « Les troubles de Provence en 1789 », carte 154 et commentaire, in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  11. Patrice Alphand, op. cit. p 296-297
  12. Alphand, p 333
  13. Huile d'olive de Haute-Provence
  14. http://www.moustiers.eu/acces/
  15. Louis de Bresc Armorial des communes de Provence 1866. Réédition - Marcel Petit CPM - Raphèle-lès-Arles 1994
  16. Site de la préfecture des AHP
  17. Conseil constitutionnel, liste des citoyens ayant présenté les candidats à l’élection du Président de la République, Journal officiel de la République française du 12 avril 1995, page 5736, disponible en ligne, consulté le 29 juillet 2010
  18. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées ecole.
  19. Annuaire des communes jumelées
  20. Insee, Population municipale au 1er janvier 2006, consulté le 11 janvier 2009
  21. Insee, Historique des populations par commune depuis le recensement de 1962 (fichier Excel), mis à jour en 2010, consulté le 21 juillet 2010
  22. Moustiers-Sainte-Marie sur le site de l'Insee
  23. Géraldine Bérard, Carte archéologique des Alpes-de-Haute-Provence, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1997, p 58
  24. Raymond Collier, op. cit., p 173

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Moustiers-Sainte-Marie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Moustiers-sainte-marie — Village de Moustiers Sainte Marie Détail …   Wikipédia en Français

  • Moustiers-Sainte-Marie — Moustiers Sainte Marie …   Wikipedia

  • Moustiers-Sainte-Marie — Mostiers Santa Maria Escudo …   Wikipedia Español

  • Moustiers-Sainte-Marie — Moustiers Sainte Marie …   Deutsch Wikipedia

  • Moustiers-Sainte-Marie — (spr. mustjē ßängt marī), Stadt im franz. Depart. Niederalpen, Arrond. Digne, 650 m ü. M., malerisch in einer Schlucht gelegen, die in der Höhe von einer 227 m langen Eisenkette mit einem vergoldeten Stern überspannt wird, mit (1901) 185 (als… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Canton de Moustiers-Sainte-Marie — Administration Pays France Région Provence Alpes Côte d Azur Département Alpes de Haute Provence Arrondissement Digne les Bains …   Wikipédia en Français

  • Canton De Moustiers-Sainte-Marie — Administration Pays France Région Provence Alpes Côte d Azur Département Alpes de Haute Provence Arrondissement Digne les Bains Code cantonal …   Wikipédia en Français

  • Canton de moustiers-sainte-marie — Administration Pays France Région Provence Alpes Côte d Azur Département Alpes de Haute Provence Arrondissement Digne les Bains Code cantonal …   Wikipédia en Français

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Moustiers-Sainte-Marie — Présentation Culte Catholique romain Type Église …   Wikipédia en Français

  • Kanton Moustiers-Sainte-Marie — Region Provence Alpes Côte d’Azur Département Alpes de Haute Provence Arrondissement Digne les Bains Hauptort Moustiers Sainte Marie Einwohner 1.179 (1.& …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.