Pierrevert


Pierrevert
Page d'aide sur les redirections Pour le vin, voir pierrevert (AOC).

43° 48′ 44″ N 5° 45′ 01″ E / 43.8122222222, 5.75027777778

Pierrevert
Vue sur le village de Pierrevert
Vue sur le village de Pierrevert
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Manosque-Sud-Ouest
Code commune 04152
Code postal 04860
Maire
Mandat en cours
Sylviane Chaumont-Gorius
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes Sud 04

Pays de Haute-Provence

Démographie
Population 3 577 hab. (2007)
Densité 128 hab./km²
Gentilé Pierreverdants
Géographie
Coordonnées 43° 48′ 44″ Nord
       5° 45′ 01″ Est
/ 43.8122222222, 5.75027777778
Altitudes mini. 308 m — maxi. 618 m
Superficie 27,9 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Pierrevert (Peiravèrd en provençal selon la norme classique et Pèiroverd selon la norme mistralienne) est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Pierreverdants.

Sommaire

Géographie

Située en Provence, Pierrevert est au carrefour des départements du Var, du Vaucluse, des Bouches-du-Rhône et des Alpes-de-Haute-Provence. Pierrevert se situe à 5 km à l'ouest de Manosque, à 5 km de Sainte-Tulle, à 7 km de Montfuron, à 8 km de Corbières, à 11 km de La Bastide-des-Jourdans et à 14 km de Beaumont-de-Pertuis.

La ville se trouve dans le parc naturel régional du Luberon et est traversée par le sentier de grande randonnée GR4.

Relief

Paysage vue de Pierrevert


Géologie

Hydrologie

Sismicité

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque nul. La commune appartenant au canton de Manosque-Sud-Ouest est en Zone 2 (risque moyen)[1].

Climatologie

Relevé météorologique de Pierrevert
mois jan. fév. mar. avr. mai jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -0,0 0,6 2,8 5,3 9,0 13,1 15 15,1 11,6 7,9 3,3 0,5 6,9
Température moyenne (°C) 4,5 5,8 8,7 11,2 15,4 19,5 22,3 22,2 18,2 13,5 8,2 5,1 12,5
Température maximale moyenne (°C) 9 11,1 14,8 17,1 21,8 26,1 29,7 29,5 24,8 19,2 13,3 9,7 18,1
Précipitations (mm) 47 34 34 44 40 28 21 33 46 54 73 61 515
dont pluie (mm) 27 24 24 44 40 28 21 33 46 54 53 31 425
dont neige (cm) 2 1 1 0 0 0 0 0 0 0 2 3 9
Source : (fr) Relevé météo de Pierrevert 2000/2007, MSN Météo
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
47
 
9
-0.0
 
 
34
 
11.1
0.6
 
 
34
 
14.8
2.8
 
 
44
 
17.1
5.3
 
 
40
 
21.8
9.0
 
 
28
 
26.1
13.1
 
 
21
 
29.7
15
 
 
33
 
29.5
15.1
 
 
46
 
24.8
11.6
 
 
54
 
19.2
7.9
 
 
73
 
13.3
3.3
 
 
61
 
9.7
0.5
Temp. moyennes maxi et mini (°C) • Précipitations (mm)

Communes voisines[2]

Voies de communication et transports

Voies routières

Pierrevert est située sur la RD 105 au l'ouest, qui rejoint à Sainte-Tulle à Lincel.

Pierrevert est à 11 kilomètres de la bretelle autoroutière de la bretelle autoroutière de Manosque (sortie 18) située sur l'autoroute A51 qui assure une communication rapide vers le sud en direction d'Aix-en-Provence et de Marseille et vers le nord en direction de Gap et de Sisteron.

Les accès secondaires sont assurés par la RD 6 au nord, qui rejoint à Manosque.

Services autocars

Le village est reliée par une ligne départementale[3].

Transports ferroviaires

La gare SNCF la plus proche est celle de Manosque - Gréoux-les-Bains situé à 9 kilomètres de Pierrevert, desservie par les TER de la ligne Lyon-Perrache - Marseille-Saint-Charles (via Grenoble).

La gare TGV la plus proche de Pierrevert est celle d'Aix-en-Provence TGV.

Histoire

Le territoire de la commune était occupé dans l’Antiquité : des vestiges gallo-romains ont été retrouvés[4].

À l'origine, un castrum avait probablement été édifié sur le rocher[réf. nécessaire]. Celui-ci s’était alors développé relativement loin de la voie romaine rejoignant la Domitienne vers Reillanne. La première agglomération se regroupait alors autour d’un premier château dans le quartier actuel de la Bourgade. En 1168, on dénombrait deux châteaux. Le village s'était alors déplacé vers le plus important des châteaux pour s'assurer de sa protection. Au XIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possède un prieuré (actuel quartier Saint-Michel), l’église paroissiale Saint-Pierre, et les deux églises rurales Saint-Jean et Sainte-Marguerite (elle conserve cette dernière jusqu’au XVe siècle) ; elle percevait les revenus de toutes ces églises[5].

Le village était partagé en six arrière-fiefs : Beauchamp, Bouc, Carbonelle, Châteauneuf, Sainte-Marguerite et Valgast. En 1390, Pierrevert fut considérablement détruit lors du passage de Raymond de Turenne, malgré la résistance et le combat de Gaudissart. Le plus imposant des châteaux est détruit en 1792 pendant la Révolution.

Le village de Pierrevert fut tout d'abord une possession de l’abbaye Saint-Victor de Marseille[6]. Puis, la seigneurie de Pierrevert, appartenant ensuite aux comtes de Forcalquier, fut donnée successivement aux familles des Mévouillon, Villemus, Allamanon, Anduze-la Voulte (XIVe), Lévis de Ventadour (XIVe au XVIIe siècle), Oraison, Conte et de Bernier. Valgast constituait un fief distinct au Moyen Âge[7].

Saint Patrice à qui on attribuait le fait que la population n’avait pas souffert de la peste de 1631, est le patron du village et une chapelle rurale lui est dédiée au quartier du même nom. Elle a été récemment restaurée comme la chapelle de Sainte-Marguerite.

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[8].

Toponymie

Le nom du village, tel qu’il apparaît la première fois en 1113 (Petra viridi), signifie pierre verte ; le nom actuel est donc une francisation de l’occitan pèira + viridi, pour pierre verte[9].

Administration

Mairie de Pierrevert

Intercommunalité

Pierrevert fait partie de la Communauté de communes Sud 04.


Cette intercommunalité est composée des communes suivantes :

Corbières, Pierrevert et Sainte-Tulle

Municipalité

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
         
1945 1983 André Turcan    
1983 2001 Gilbert Cordier    
mars 2001 mars 2008 Jean Aymard DVD  
mars 2008   Sylviane Chaumont-Gorius[10] DVG Conseillère générale

Enseignement

Localisation des villes jumelées avec Pierrevert.
Localisation de la ville
Pierrevert

La commune est dotée de deux écoles, une école maternelle et une école primaire[11].

Politique environnementale

Pierrevert est classé une fleur au concours des villes et villages fleuris.

Jumelage

Démographie

Au milieu du XIXe siècle, la population de Pierrevert a culminé à 902 habitants pour tomber à 347 en 1946. L’augmentation sur les 40 dernières années a été très importante avec une multiplication par sept de la population. L’accroissement s’est produit après l’implantation du Centre d’études nucléaires de Cadarache et le développement induit du secteur tertiaire à Manosque, ville à laquelle Pierrevert est très étroitement liée.

Évolution démographique
Années 1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
Population 130 feux 18 feux 723 768 755 886 908 852 821 902
Années 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
Population 871 850 803 813 785 730 702 662 616 526
Années 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 528 522 525 519 522 403 421 405 347 431
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 - -
Population 518 1028 1772 2560 2914 3280 3540[13] 3577[14] - -
Notes, sources, ... Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[6] ; Insee[15], EHESS[16] pour les chiffres issus des recensements légaux
Courbe d'évolution démographique de Pierrevert depuis 1793

Économie

Coopératie de Pierrevert

La commune de Pierrevert produisait surtout des céréales, des olives et des amandes. Mais sa réputation lui venait essentiellement de la qualité de ses fruits, cerises, en particulier, qui ont valu à ses habitants le surnom de "manjo-grafien" (mangeurs de cerises).

Depuis 1925, Pierrevert possède une coopérative vinicole[17], aujourd’hui dernière rescapée dans le département. La viticulture s’est développée dans les années 1930 et les efforts des viticulteurs ont abouti au classement en Vin délimité de qualité supérieure (VDQS), en 1959 puis au classement en AOC, en 1998 avec le label "Coteaux de Pierrevert". Outre la structure coopérative, il existe sur le territoire de la commune deux domaines privés importants.

Des mines de lignite se trouvaient sur la commune[4].

Personnalités liées à la commune

La commune de Pierrevert a vu naître des personnages célèbres :

  • Louis Nicolas Balthasar de Bernier qui fit une carrière militaire brillante (1726-1792) ;
  • Antoine Melchior Balthasar de Bernier, mort au commandement de la Bellone lors d’un combat naval aux côtés de son oncle, le bailli de Suffren ;
  • Eugène Étienne Charbonnier, évêque de Cochinchine orientale ;
  • André Turcan, maire de la commune de 1945 à 1983, qui fut le plus jeune maire de France lors de sa première élection ;
  • Étienne Gaudemard, curé de la paroisse de 1839 à 1885, est l’oncle d’Élémir Bourges, un des créateurs de l’Académie Goncourt qui effectua de nombreux séjours à Pierrevert ;
  • le philosophe Gaston Berger repose au cimetière de la commune.

Héraldique

Blason Pierrevert.svg

Blasonnement :
de gueules, à un renard d’or coupé d’or, à une bande de sable".

Lieux et monuments

Pierrevert conserve la porte Saint-Joseph (1701) (inscrite à l’inventaire supplémentaires des monuments historiques[18]) sur les quatre d'origine de son rempart, avec quelques éléments de la courtine[19]. Les deux châteaux ont été rasés, un lors des guerres de religion, l'autre à la Révolution. Les restes du château Sainte-Marguerite ou château des Tributiis consistent en quelques fenêtres Renaissance intégrées dans la ferme actuelle, côté cour[20],[21]. Ces fenêtres sont en gypserie et datent du milieu du XVIe siècle[22]. Le décor intérieur est inscrit comme monument historique[23]. L'église certainement élevée sur l'emplacement d'un "oppidum" gallo-romain est restaurée.[réf. nécessaire]

La chapelle Sainte-Marguerite est située près de la route qui relie Pierrevert à La Bastide-des-Jourdans dans les vignes et au bord d'un bois, au droit de la cave de Régusse, a été restaurée en 1934.

Par ailleurs, au cœur du village, se trouve l’église Saint-Pierre. Les bases des murs datent du Moyen Âge (XIIIe siècle), le bas-côté nord étant encore plus ancien[24]. Le reste de l’église (XVIIe siècle). Son clocher domine le village et sa porte est datée du XVIIIe siècle. Le portail XVIe vient d’une église démolie (à l’emplacement de l’actuel oratoire Saint-Jean-Baptiste[25]) ; il est inscrit comme monument historique[26]. L’église a des parties de différentes époques, avant 1722, pour la nef de la Vierge, agrandi deux fois par la suite, en 1722 et 1822.

Allant vers Sainte-Tulle, un peu à l'ouest, se trouve la chapelle Saint-Patrice datée du XIVe siècle[4]. Elle est située au cœur de la campagne et fait l'objet d'un pèlerinage annuel.

L'oratoire Saint-Jean-Baptiste est situé à l'extrémité ouest de la colline du village. Autrefois, il y avait là une église dont le porche aurait été réutilisé pour l'entrée de l'église Saint-Patrice. L'oratoire est composé d'un socle de pierre imposant surmonté d'une croix en fer.

L'oratoire Saint-Joseph, en bordure du carrefour Saint-Joseph, à l'intersection de la route de Manosque, de la route de La Bastide-des-Jourdans et de la route de Pierrevert, a été érigé pour célébrer le jubilé de 1852. On l'a ensuite regravé pour le jubilé de 1865. La statue de saint Joseph paraît être en fait un santon, habillé de tissu, et à la face burinée et très sculptée.

Les autres chapelles rurales sont à l’état de ruines. Ainsi, Notre-Dame des Dones (qui datait du IXe siècle) ou Saint-Véran ont totalement disparu, comme la chapelle de Saint-Michel ou Notre-Dame des Aires, sur la route de Sainte-Tulle.

Galerie


Voir aussi

Articles de Wikipédia

Liens externes

Sources

Bibliographie

  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p.
  • Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969

Notes

  1. Sismicité dans les Alpes-de-Hautes-Provence
  2. IGN, Géoportail, consultation à l’échelle Ville + 1/4, le 12 décembre 2008
  3. Conseil Général 04 Réseau transport bassin Manosque
  4. a, b et c (fr) Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 (non-paginé) p. (ISBN 2-7399-5004-7) 
  5. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », inGuy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 224-225
  6. a et b Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969, p. 190
  7. Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., p. 205
  8. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-298
  9. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Collection Publications romanes et françaises, volume CVCIII. Volume II : Formations non-romanes ; formations dialectales, § 21975, p 1178
  10. Site de la préfecture des AHP
  11. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des écoles de la circonscription de Manosque, publiée le 27 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010
  12. Annuaire des communes jumelées
  13. Insee, Population municipale au 1er janvier 2006, consulté le 11 janvier 2009
  14. Insee, Historique des populations par commune depuis le recensement de 1962 (fichier Excel), mis à jour en 2010, consulté le 21 juillet 2010
  15. Pierrevert sur le site de l'Insee
  16. EHESS, notice communale de Pierrevert sur la base de données Cassini, consultée le 28 juillet 2009
  17. notice de la Base Mérimée, consultée le 1er décembre 2008
  18. Arrêté du 27 octobre 1937, notice de la Base Mérimée, consultée le 1er décembre 2008
  19. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p., p 307
  20. Raymond Collier, op. cit., p 254
  21. Hélène Vésian, Châteaux et bastides en Haute-Provence aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Aubanel (Avignon), 1991. 166 p., ISBN 978-2-7006-0145-9, p 25-26
  22. Comtesse du Chaffaut, Gypseries en Haute-Provence : cheminées et escaliers (XVIe-XVIIe siècles), Turriers, Naturalia publications, 1995, ISBN 2-909717-22-4, p 94
  23. Arrêté du 20 septembre 2005, notice de la Base Mérimée, consultée le 1er décembre 2008
  24. Raymond Collier, op. cit., p 142-143
  25. Raymond Collier, op. cit., p 174
  26. Arrêté du 27 octobre 1937, notice de la Base Mérimée, consultée le 1er décembre 2008

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pierrevert de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pierrevert — Saltar a navegación, búsqueda Pierrevert Peiravèrd País …   Wikipedia Español

  • Pierrevert — Infobox Commune de France nomcommune=Pierrevert région=Provence Alpes Côte d Azur département=Alpes de Haute Provence arrondissement=Forcalquier canton=Manosque Sud Ouest insee=04152 cp=04860 maire=Sylviane Chaumont Gorius mandat=2008 2014… …   Wikipedia

  • Pierrevert — Original name in latin Pierrevert Name in other language P errver, P erver, Peiraverd, Peiravrd, Pierrevert, pi ye er lei wei er, П єррвер, Пьервер State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 43.81634 latitude 5.74638 altitude 407… …   Cities with a population over 1000 database

  • Pierrevert (AOC) — Pour la commune, voir Pierrevert. Provence …   Wikipédia en Français

  • Église Saint-Pierre de Pierrevert — Présentation Type église paroissiale Rattaché à Diocèse de Digne …   Wikipédia en Français

  • AOC Coteaux De Pierrevert — Coteaux de pierrevert (AOC) Vignoble de Provence Désignation(s) Vignoble de Provence Appellation(s) principale(s) Coteaux de pierrevert Type d appellation(s) AOC Reconnue depuis 1er juillet 1998[1] Pays …   Wikipédia en Français

  • AOC Coteaux de Pierrevert — Coteaux de pierrevert (AOC) Vignoble de Provence Désignation(s) Vignoble de Provence Appellation(s) principale(s) Coteaux de pierrevert Type d appellation(s) AOC Reconnue depuis 1er juillet 1998[1] Pays …   Wikipédia en Français

  • Aoc coteaux de pierrevert — Coteaux de pierrevert (AOC) Vignoble de Provence Désignation(s) Vignoble de Provence Appellation(s) principale(s) Coteaux de pierrevert Type d appellation(s) AOC Reconnue depuis 1er juillet 1998[1] Pays …   Wikipédia en Français

  • Coteaux-de-pierrevert — (AOC) Vignoble de Provence Désignation(s) Vignoble de Provence Appellation(s) principale(s) Coteaux de pierrevert Type d appellation(s) AOC Reconnue depuis 1er juillet 1998[1] Pays …   Wikipédia en Français

  • Coteaux-de-pierrevert (AOC) — Vignoble de Provence Désignation(s) Vignoble de Provence Appellation(s) principale(s) Coteaux de pierrevert Type d appellation(s) AOC Reconnue depuis 1er juillet 1998[1] Pays …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.