Greoux-les-Bains


Greoux-les-Bains

Gréoux-les-Bains

Gréoux-les-Bains

Château des Templiers en 1887
Château des Templiers en 1887

Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Digne-les-Bains
Canton Valensole
Code Insee abr. 04094
Code postal 04800
Maire
Mandat en cours
Paul Audan
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes Luberon Durance Verdon

Pays de Haute-Provence

Démographie
Population 2 455 hab. (2006)
Densité 35 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 45′ 33″ Nord
       5° 53′ 03″ Est
/ 43.7591666667, 5.88416666667
Altitudes mini. 268 m — maxi. 571 m
Superficie 69,46 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Gréoux-les-Bains (Grèus en occitan provençal) est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Gryséliens.

Sommaire

Géographie

Le centre-ville est situé à 400 m d’altitude[1]. Construite sur une butte, ses maisons occupent uniquement le versant sud[2].

La commune est située sur le cours du Verdon dont le confluent avec la Durance se trouve sur la commune. Un barrage (le barrage de Gréoux) y a été établi sur le Verdon en amont de la ville, en 1957. La commune est membre du Parc naturel régional du Verdon.

Communes voisines[3]

Rose des vents Manosque Valensole Rose des vents
Sainte-Tulle
Corbières
N Saint-Martin-de-Brômes
O    Gréoux-les-Bains    E
S
Vinon-sur-Verdon Saint-Julien-le-Montagnier Esparron-de-Verdon
Enclave: {{{enclave}}}

Toponymie

La localité apparaît pour la première fois dans les textes sous l’Empire romain (Nymphis Griselicis), nom qui devient Criseldis (963), de Gresols (1018). Il s’agirait du pluriel d’un nom romain, Chrysellus, selon Ernest Nègre, ou d’une référence à la roche gréseuse[4],[5].

Histoire

De nombreuses traces d’occupation néolithique ont été retrouvées aux grottes Saint-Sébastien, dont des fibules de civilisation de Hallstatt[6]. La localité est connue dès l’Antiquité, sous le nom de Nymphis Griselius[1], en rapport avec les sources thermales (les Nymphes sont les divinités des sources), aménagées en thermes par les Romains[7]. Elle devient Grésols en 1084, Gréols au XIIIe.

Une motte castrale est élevée au XIe siècle (site d’Aurabelle)[8]. La ville est pillée par les huguenots lors des guerres de religion.

Note : de très nombreux auteurs (y compris l'abbé Féraud), à partir de 1705, font état de la présence de l'ordre du Temple à Gréoux (soit possesseurs de l'hospice et soignant par les eaux, soit seigneurs du lieu, ou les deux). Raymond Collier dans les Annales de Haute-Provence (livraison de 1959-60), Régis Bertrand et Joseph-Antoine Durbec ont démenti ce qu'ils considèrent comme une légende, aucune pièce d'archive ne mentionnant leur présence à aucun moment à Gréoux. Ces auteurs se contentent d'avancer la présence des Templiers en se recopiant, sans vérifications[9],[10].

Durant la Révolution, la commune compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[11]. En 1793, le château est désigné comme pouvant être démoli par les administrateurs du département, mais échappe à la destruction[12]. Il est néanmoins pillé le 3 décembre 1800 par les royalistes entretenant l’agitation dans la région[13].

Économie

L’activité économique dépend essentiellement des cures thermales.

Héraldique

CoA fr Gréoux-les Bains.svg

Blasonnement :
coupé : au premier d'argent au loup de sable et au second d'azur à l'écureuil d'argent[14]

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2001 mars 2008 Vincent La Rocca DVD
mars 2008 Paul Audan[15] DVG

Démographie

Évolution démographique
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1180 lacune 1471 1419 1432 1337 1374 1368 1404
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1356 1400 1356 1378 1260 1228 1283 1163 1092
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
980 995 1022 855 835 947 950 871 782
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
1039 1182 1296 1635 1718 1921 2455[16] - -
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale en 2006
Sources : INSEE[17], EHESS[18]
Courbe d'évolution démographique de Gréoux-les-Bains depuis 1793

Lieux et monuments

Le barrage de Gréoux est haut de 87 m.

Architecture militaire

Le château dit des Templiers (mais ne leur ayant jamais appartenu), avec des parties allant du XIIe au XVIIe, est classé monument historique en 1840 et restauré. Il appartient aux comtes de Provence à partir de 1248, puis aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Il est acheté par la commune au début des années 1980.

Le château est construit autour d’une cour rectangulaire. L’enceinte est renforcée d’une tour ronde (nord-est) et d’un donjon carré (nord-ouest), qui peut dater du XIIe siècle. Ses défenses sont encore améliorées au XVIe siècle, avant qu’il soit modifié pour apporter plus de confort à ses habitants. Il est classé monument historique depuis 1840[19].

Outre la légende des Templiers, une autre concerne l’existence d’un souterrain partant de la citerne pour rejoindre les caves du village, tout aussi infondée[20].

Gréoux a été protégée par deux murailles successives, qui subsistent toutes deux à l’état de vestiges. Celle du XIIe siècle est visible près du château, au portail du Vieil-Horloge (dit aussi porte de la Vière ou de la vieille horloge), dans une tour d’angle, et des murs qui ont été percés de fenêtres gothiques. De la muraille de 1554, qui était longue de 670 m, subsiste principalement des pans de mur, jardin des Remparts, et une grosse tour ronde[21].

Architecture civile et fonctionnelle

Les maisons anciennes sont rectangulaires, plus profondes que la largeur de la façade, ce qui a contraint à aménager des pièces noires, dites alcoves[22].

Le relais du Rousset est composé de l’ancienne auberge, des écuries, de la fontaine[23]. La ferme, dite château d’Aurabelle, était habitée par des familles nobles, qui tenaient un fief. Elle est constituée d’un corps de logis flanqué de deux tours rondes, et percé de portes cochères[24].

Le château de Rousset, qui datait du XVe siècle, mais surtout du XVIIe siècle, a été reconstruit à partir de 1890, et les parties visibles datent de cette époque[25]. Il a néanmoins conservé une pietà du XVe[26] ou du XVIIIe siècle, classée[27] et, dans sa chapelle, une Assomption du peintre Philippe de Champaigne, datée de 1629 et également classée[28].

Art religieux

L’église paroissiale Notre-Dame-des-Ormeaux, ancien prieuré de l’abbaye de Montmajour, est composée d’une nef à cinq travées voûtées en berceau. Le bas-côté sud, qui coure le long de la nef sur quatre travées, est en fait constitué de chapelles latérales médiévales (chapelle seigneuriale de Sainte-Catherine, chapelle de la confrérie de la Vierge, chapelle Saint-Sébastien, en allant vers l'est), dont les murs de séparation ont été abattus. Au total, il est datable du XIVe siècle, voire du XVe. Les voûtes mettant en communication ces chapelles sont d’ailleurs d’hauteur variable. Le bas-côté nord, qui n’est long que de deux travées, est bas et étroit, et a du être construit vers le XVIe siècle. Le chœur est de style gothique. Le clocher-tour, construit sur la façade occidentale, a été construit vers 1830, environ. Certaines parties de l’église peuvent être du XIIe siècle ou du XIIIe siècle. L’intérieur a été restauré en 1973-1975[29].

Elle contient une Assomption peinte par Jacques Macadré, vers 1615, classée[30]. La Pâmoison de la Vierge (au moment de la descente de Croix du Christ) est la seule peinture retrouvée d’Honoré Morenon, se trouve dans la chapelle Sainte-Croix (1697)[31].

Le retable de l’autel Saint-Sébastien est signalé par Raymond Collier comme étant du XVIIe siècle ; il est classé[32].

Divers

  • Château de Laval,
  • Thermes troglodytiques romains
  • Chapelle Notre-Dame-des-Œufs (pèlerinage contre la stérilité)
  • Chapelle Saint-Sébastien (ouverte aux protestants l’été)
  • Gorges de Malakoff
  • Château des Templiers (spectacle l'été)

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Articles de Wikipédia

Liens externes

Sources

Notes

  1. a  et b Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », Paris, 1989, Relié, 72 (non-paginé) p. (ISBN 2-7399-5004-7) 
  2. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, 1986, 559 p., p 352
  3. IGN, Géoportail, consultation à l’échelle Ville + 1/4, le 12 décembre 2008
  4. Charles Rostaing, Essai sur la toponymie de la Provence (depuis les origines jusqu’aux invasions barbares), Laffite Reprints, Marseille, 1973 (1re édition 1950), p 184
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Collection Publications romanes et françaises, volume CVCIII. Volume I : Formations préceltiques, celtiques, romanes § 11509, p 681
  6. Raymond Collier, op. cit., p 11
  7. fouilles de 1974, Raymond Collier, op. cit., p 29
  8. Parc naturel du Luberon, Autour de l’An Mil en pays de Forcalquier, catalogue d’exposition, 2007, p 31
  9. Régis Bertrand, « Les Templiers à Gréoux. Avatars d'une légende » Annales de Haute-Provence, Bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, n° 285, tome XLVIII, 3e trimestre (1979), p 159-170
  10. Joseph-Antoine Durbec, Jacques Juillet (auteur du préambule), Templiers et Hospitaliers en Provence et dans les Alpes-Maritimes, Le Mercure Dauphinois, Grenoble, 2001, ISBN 2-913826-13-X , p 137
  11. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-298
  12. Raymond Collier, op. cit., p 243
  13. Raymond Collier, op. cit., p 247
  14. Louis de Bresc Armorial des communes de Provence 1866. Réédition - Marcel Petit CPM - Raphèle-lès-Arles 1994
  15. Site de la préfecture des AHP
  16. INSEE, Population municipale au 1er janvier 2006, consulté le 11 janvier 2009
  17. Gréoux-les-Bains sur le site de l'Insee
  18. EHESS, notice communale de Gréoux-les-Bains sur la base de données Cassini, consultée le 25 juillet 2009
  19. Liste de 1840, notice de la Base Mérimée, consultée le 10 novembre 2008
  20. Raymond Collier, op. cit., p 246-247
  21. Raymond Collier, op. cit., p 300 et 305
  22. Raymond Collier, op. cit., p 348
  23. Raymond Collier, op. cit., p 424
  24. Raymond Collier, op. cit., p 373
  25. Raymond Collier, op. cit., p 260
  26. Raymond Collier, op. cit., p 467
  27. Arrêté du 16 mai 1966, notice de la Base Palissy, consultée le 10 novembre 2008
  28. Arrêté du 12 août 1959, notice de la Base Palissy, consultée le 10 novembre 2008
  29. Raymond Collier, op. cit., p 117-118 et 170
  30. Arrêté du 30 janvier 1995, notice de la Base Palissy, consultée le 10 novembre 2008
  31. Pour les deux tableaux, Raymond Collier, op. cit., p 475
  32. Arrêté du 30 janvier 1995, notice de la Base Palissy, consultée le 10 novembre 2008
  • Portail de la Provence-Alpes-Côte d’Azur Portail de la Provence-Alpes-Côte d’Azur
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Gr%C3%A9oux-les-Bains ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Greoux-les-Bains de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gréoux-Les-Bains — Château des Templiers en 1887 Détail …   Wikipédia en Français

  • Gréoux-les-bains — Château des Templiers en 1887 Détail …   Wikipédia en Français

  • Gréoux-les-Bains — Gréoux les Bains …   Deutsch Wikipedia

  • Gréoux-les-Bains — Escudo …   Wikipedia Español

  • Gréoux-les-Bains — 43° 45′ 33″ N 5° 53′ 03″ E / 43.7591666667, 5.88416666667 …   Wikipédia en Français

  • Gréoux-les-Bains — Infobox Commune de France nomcommune=Gréoux les Bains région=Provence Alpes Côte d Azur département=Alpes de Haute Provence arrondissement=Digne les Bains canton=Valensole insee=04094 cp=04800 maire= Paul Audan mandat=2008 2014 intercomm=Luberon… …   Wikipedia

  • Greoux-les-Bains — Original name in latin Groux les Bains Name in other language Greoux, Greoux les Bains, Greu le Ben, Greus, Grus, Groux, Groux les Bains, ge lei wu lai ban, Греу ле Бен State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 43.75753 latitude 5.88169 …   Cities with a population over 1000 database

  • Greoux-les-Bains (France) — Hotels: Inter Hotel Le Grand Jardin Greoux les Bains (Centre) …   International hotels

  • Inter Hotel Le Grand Jardin Greoux-les-Bains (Greoux-les-Bains) — Inter Hotel Le Grand Jardin Greoux les Bains country: France, city: Greoux les Bains (Centre) Inter Hotel Le Grand Jardin Greoux les Bains Located between the well known spa resort of Greoux les Bains, Inter Hotel Le Grand Jardin Greoux les Bains …   International hotels

  • Lou San Peyre Hotel Greoux-Les-Bains (Aix-en-Provence) — Lou San Peyre Hotel Greoux Les Bains country: France, city: Aix en Provence (Greoux Les Bains) Lou San Peyre Hotel Greoux Les Bains Lou San Peyre Hotel is set in the heart of Provence, in Greoux les Bains, a thermal village. The property is close …   International hotels


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.