Oraison (Alpes-de-Haute-Provence)


Oraison (Alpes-de-Haute-Provence)

43° 55′ 05″ N 5° 55′ 09″ E / 43.9180555556, 5.91916666667

Oraison
Ville d'Oraison
Ville d'Oraison
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Digne-les-Bains
Canton Mées
Code commune 04143
Code postal 04700
Maire
Mandat en cours
Michel Vittenet
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes Intercommunalité du Luberon Oriental

Pays de Haute-Provence

Site web Site officiel
Démographie
Population 4 999 hab. (2007)
Densité 130 hab./km²
Gentilé Oraisonnais
Géographie
Coordonnées 43° 55′ 05″ Nord
       5° 55′ 09″ Est
/ 43.9180555556, 5.91916666667
Altitudes mini. 323 m — maxi. 645 m
Superficie 38,42 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Oraison (en provençal Aurasoun dans la norme mistralienne et Aurason dans la norme classique) est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Oraisonnais.

Sommaire

Étymologie

Les Ligures qui vivaient dans la région sont apparemment à l'origine du mot "Oraison" : le spécialiste Charles Rostaing estime que le toponyme est probablement antérieur aux Gaulois[1].

Une étymologie populaire tire parti de la situation antérieure du village, bâti sur les hauteurs (colline du Tholonet au lieu-dit Villevieille) et exposé à tous les vents (auro en provençal). Cette situation lui valut le nom d’Auraisonum, contraction de "Auroe sonum", qui devint Oraison[2].

Géographie

Oraison est située au confluent de la Durance et de l’Asse et se situe au pied de la colline du Tholonet. La commune a une superficie de 38,42 km² et culmine à 645 m

Accès et transports

Gare ferroviaire et gare routière à moins de 5 km. Oraison se situe à 14 km de Manosque (à vol d'oiseau) et à 32 km de Digne.

Principaux hameaux

  • La Grande Bastide
  • Les Buisonnades
  • Les Couès
  • La Tuilière
  • Saint-Pancrace

Communes voisines[3]

Climat

Oraison est soumis à un climat méditerranéen d'intérieur, très semblable à celui que l'on trouve dans le reste de la Provence à basse altitude. Les hivers sont frais, avec des gelées fréquentes, tandis que les étés sont très chauds et secs, avec quelquefois des orages.

Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Année
Températures maximales moyennes (°C) 8,4 10,4 13,5 16,8 20,9 24,9 29,0 28,4 24,6 19,2 12,8 9,1 18,2
Températures minimales moyennes (°C) -0,4 0,5 2,3 5,2 8,4 12,0 14,8 14,3 11,7 7,8 3,2 0,4 6,7
Températures moyennes (°C) 4,0 5,4 7,9 11,0 14,7 18,5 21,9 21,3 18,1 13,5 8,0 4,8 12,4
Ensoleillement (h) 155,8 155,9 209,9 225,2 256,7 291,8 343,0 312,8 250,5 205,5 161,3 154,4 2755,5
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 51,8 58,2 58,0 67,2 73,4 61,3 40,7 61,3 59,3 81,5 64,6 58,8 735,8
Source : Archives climatologiques mensuelles - Saint-Auban (1961-1990)

La ville bénéficie d’un climat méditerranéen avec 2750 heures de soleil par an soit environ 300 jours.[réf. nécessaire]

Histoire

Le village primitif était situé sur la colline du Tholonet (au lieu-dit Villevieille). Des traces de l'occupation romaine existent en de nombreux points de la commune : dans la plaine de la Durance dont les colmatages avaient été réalisés à l'époque romaine à des fins agricoles et artisanales (four de potier, villa, tuilerie).

La localité est citée dès le XIIe siècle[4]. La maison d'Oraison est l'une des plus anciennes familles provençales. Hugues d'Oraison, seigneur d'Oraison et de Clumanc, est, d'après les recherches[Qui ?], le premier seigneur de ce village[réf. nécessaire]. La baronnie est érigée en marquisat en 1588 pour François d’Or[5].

Au cours du XVIIIe siècle, comme dans toute la France, les seigneurs tentent de réactiver d’anciens droits pour augmenter leurs revenus, ou de revenir sur les droits des paysans. C’est ainsi qu’en 1770, le marquis d’Oraison interdit le glanage. En réaction, la communauté d’Oraison décrète l’interdiction de moissonner les terres du seigneur, et punit d’amende les contrevenants, ce qui pousse le seigneur à négocier[6].

Durant la Révolution, une société patriotique est fondée assez précocement, à l’été 1792[7] et le château démoli[8]. En 1792-1793, la section est contrôlée par les fédéraliste. En relations avec la section de Marseille, elle diffuse les idées des Girondins, jusqu’à leur proscription le 31 mai 1793 et l’écrasement de l’insurrection fédéraliste en juillet. Le tribunal révolutionnaire prononce une condamnation à mort à Oraison[9].

Héraldique

Blason d'Oraison

Blasonnement :
« d’or à une fasce d'azur, chargée de trois losanges d’argent et accompagnée de deux vaches passantes et contournées de gueules, l’une en chef, l’autre en point »[10]

Administration

La mairie d'Oraison

Intercommunalité

Oraison fait partie de la Communauté de communes Intercommunalité du Luberon Oriental


Cette intercommunalité est composée des communes suivantes :

La Brillanne, Le Castellet, Entrevennes, Oraison, Puimichel, Saint-Maime, Villeneuve et Volx

Liste des maires

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
21 août 1944 29 avril 1945 Justin Reynaud   1er adjoint puis maire
29 avril 1945 2 novembre 1947 Émile Bonnet    
2 novembre 1947 20 juillet 1975 Marcel Sauvecane    
20 juillet 1975 25 juin 1995 Jean Santucci PS Conseiller général
25 juin 1995 réélu en 2008[13] Michel Vittenet UDF puis DVD Pharmacien

Le conseil municipal ne se réunit pas d’octobre 1848 à février 1849, suite à la répression par 450 soldats du 22e léger, en garnison à Digne des manifestations contre l’impôt des 45 centimes (système des soldats garnissaires). De nouvelles élections municipales ont lieu en juillet 1849, le nouveau maire n’est élu qu’en août 1849.

Joseph Déthez, maire républicain ou montagnard en 1851, est condamné après le coup d'État du 2 décembre 1851 à la déportation en Algérie, car il était favorable à l’opposition. Il est nommé à l’unanimité président de la commission provisoire en 1870, probablement à titre de reconnaissance et de réhabilitation. À 84 ans, il démissionne 10 jours plus tard, pour raisons de santé[14].

Conseil municipal

Conseil municipal d'Oraison (mandature 2008-2014)[15]
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Oraison pour tous » DVD Michel Vittenet 22 Majorité
« Ensemble vers un nouvel horizon  » DVG Joëlle Joselet 5 Opposition

Budget municipal et fiscalité

L'endettement de la commune au 31/12/07 s'élève à 4 079 000 €[16]. En 2007, la taxe d'habitation s'élève à 7,87 % (en comparaison le taux départemental est de 5,53 %). On peut constater une baisse de ce taux par rapport à 2002 (24,46 %). Le taux de la taxe sur le foncier bâti et de 25,70 % (celui de la taxe sur le foncier non bâti de 57,36 %) et celui de la taxe professionnelle de 0 % (au niveau communal).

Jumelage

Environnement et recyclage

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la Intercommunalité du Luberon Oriental.

Démographie

Évolution démographique
Années 1315 1765 1787 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
Population 109 feux 1068 1100 1555 lacune 1404 1471 1736 1892 1855
Années 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
Population 1871 1946 1998 1995 2055 1962 1980 1820 1780 1752
Années 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 1899 1944 2153 2044 1735 1773 1936 1784 1834 1982
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 - -
Population 3054 2702 2667 2963 3509 4114 4867 4999[18] - -
Notes, sources, ... Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer (1315 et 1765), Blanc (1787) pour l’Ancien Régime[5],[19] ; Insee[20], EHESS[21] pour les chiffres issus des recensements légaux
Courbe d'évolution démographique d’Oraison depuis 1765

Le déséquilibre entre les hommes et les femmes est plus marqué à Oraison que dans le reste de la France : 52,91 % de femmes à Oraison, contre 51,4 % en France. L’augmentation du nombre d’hommes est également plus faible, entre 1990 et 1999 : 14,58 % pour les hommes et de 15,26 % pour les femmes.

La tranche d’âge la plus importante est celle des 60-74ans (19,8 %), suivie par les 30-44 ans. On constate une population relativement vieille, même si elle se rajeunit entre 1990 et 1999 (les tranches 0-44 ans ont légèrement augmenté à l'inverse des tranches 45-95 et plus).

Pyramide des âges à Oraison en 1999[22] en pourcentage.
Hommes Classe d'âge Femmes
0,4 
Avant 1904
0,7 
11,3 
1905-1924
16,7 
20,0 
1925–1939
19,6 
17,7 
1940-1954
17,6 
19,5 
1955-1969
18,8 
14,9 
1970-1984
12,4 
16,1 
1985-1999
14,2 

Logement

En 1999 Oraison comptait 2 136 logements (augmentation de 13,6 % par rapport à 1990) dont 1 774 étaient des résidences principales (83 % du total). La même année 61,1 % des résidents étaient propriétaires contre 34,5 % de locataires[23]

Le parc immobilier est composé principalement de bâtiments construits entre 1975 et 1989 (35,9 %) et construits avant 1945 (26,6 %). Toujours en 1999 0,8 % des logements n'étaient équipés ni de douche, ni de baignoires.

Toujours à la même année 59 % des logements comportaient plus de 4 pièces, suivis par les logement de 3 pièces (28,6 %), enfin les studios représentent 3,8 % des logements. Depuis quelques années, de nombreuses zones jusqu'alors non habitées se sont construites (sud de la ville).

Économie

Oraison 2.JPG

L'économie de la commune dépend principalement de l'agriculture et de l'industrie agro-alimentaire.

La commune compte une coopérative céréalière, plusieurs conserveries, une centrale hydro-électrique souterraine.

Emploi et revenus
Revenus moyens par ménage 15 121 € / an
Population active 1549 (pour 4122 hab)
Taux de chomage (2006) 10,50%
Nb d'entreprises pour 1000 Habitants 54,65 ‰

Lieux et monuments

Église d’Oraison

Autres monuments, les ruines de Villevieille , le pont aux 7 arches , le pont roman, les fontaines du village..;

Kiosque à musique

Château

Le château

Le château[24] situé en plein centre ville fut construit à la fin du Moyen Age ou pendant la Renaissance par la famille d'Oraison. Il fut profondément remanié par la famille de Fulque, originaire de Valensole, qui fit l'acquisition du marquisat d'Oraison en 1720. Ce château, conservé par cette même famille de Fulque jusqu'à la Révolution de 1789 et après, fut vendu en 1806 à trois particuliers du lieu. On le suréleva par la suite d'un étage pour y loger une magnanerie (Laugier). Louis Pasteur viendra d'ailleurs y étudier en 1868 les maladies du magnan (magnan, nom du ver à soie en provençal). Dans les année 50, cette magnanerie alors désaffectée, abrita un temps "l'usine" des cartes postales d'Oraison qui migra par la suite jusqu'à l'emplacement de l'actuelle gendarmerie.

Architecture utilitaire

Le petit pont de pierre[25]en dos-d’âne dit "roman" (car il est construit exactement selon les techniques médiévales) sur le Rancure fut construit en 1697[26] et fait 35 m de long, avec une arche de 25 m. Il a été construit pour conduire les eaux de la source de la Boucharde jusqu'aux fontaines du village.

Le pont[27] à 7 arches entre La Brillanne et Oraison, long de 285 mètres, est inauguré le 2 avril 1888.

L’hippodrome, le 1er hippodrome des Basses-Alpes date du 25 novembre 1900.

En 1950 la municipalité de Marcel Sauvecane achète les jardins qui se trouvaient devant le château pour en faire un terrain de foot et un jardin public (transformé en parking public en 2007).

Oraison a un plan d'eau, le plan d'eau "les Buissonnades".

Églises, chapelles et oratoires

L'église Notre-Dame-du-Thor fut construite au XVIe siècle puis agrandie au XVIIe siècle[24] : elle est d'architecture gothique (croisée d'ogive, arcs brisés, tiercerons, ...) sur la partie Est (chœur) et romane (arcs plein cintre) sur la partie ouest. Son clocher qualifié de "point noir" de la commune au milieu du XIXe siècle fut détruit puis reconstruit en 1862 grâce au curé Richaud qui finança l'essentiel du projet. La commune se chargea de faire réaliser la flèche en pierre de Mane. La cloche du XVIIe siècle provient du village d'Ubaye englouti sous les eaux en 1958, elle a été installée en 1962.

La chapelle Saint-Pancrace date du XIIe siècle

Vie locale

Le kiosque

Fêtes et animations

Le marché a lieu tous les mardi

La fête votive est le 1er week-end de mai et la fête de Saint Pancrace le 2e dimanche de mai

Sports

Oraison possède deux stades, le stade Sauvecanne et le stade Giai Minet, celui-ci comportant un dojo et un gymnase.

Oraison a aussi un terrain de boules et un skate park.

Les clubs sportifs sont ceux de football, ping-pong, tennis, judo, boules , hockey sur roller....

Loisirs

  • Randonnées pédestres
  • Il existe deux sentiers botaniques sur la commune :
    • sentier botanique du lac des Buissonnades,
    • et le sentier du pont roman.

Plusieurs équipements de loisir sont disponibles sur la commune : piscine ouverte l'été, itinéraires VTT, lac de pêche (aux Buisonnades) et les rivières sont classées 1re et 2e catégorie ainsi qu'un site de vol libre de parapente (Relais).

Il y a aussi un poney-club près du pont de l’Asse.

Education

La commune est dotée de quatre établissements d’enseignement, qui relèvent de l’académie Aix-Marseille :

  • trois écoles, une primaire, une annexe de l'école primaire et une maternelle[28] ;
  • le collège Dr J.M.G Itard[29].

Cultes

Oraison 3.JPG

La messe hebdomadaire se déroule le dimanche à 10h30.

Hébérgements

La commune compte 1 hôtel-restaurant, 1 camping et plusieurs gîtes et chambres d'hôtes.

Personnalités liées à la commune

Docteur J.M.G. Itard, célèbre pour son travail sur le cas de l'enfant sauvage.

Louis Pasteur, (il a séjourné au château en 1868 où il a étudié les maladies du ver à soie).

Romain Selsis (1898-1956), poète qui vécut à Oraison.

Documents

  • Les Insurgés républicains d'Oraison et du Val de Rancure, Christian BLANC, Ed Rancure, novembre 2007.___
  • Le pays d'Oraison, Christian BLANC, Ed Alpes de Lumière, mai 1985.___
  • Le Petit Pont de Pierre et ses fontaines, Christian BLANC, Yannick et Claude SAUVE, Ed Rancure, août 1998.___
  • Rancure, Christian BLANC, Ed Rancure, mai 1996.___
  • Histoire d'une gare, Claude SAUVE, Ed Rancure, mai 1999.___
  • Les Dynasties seigneuriales Oraisonnaises, Joseph MONARD, Ed Rancure, 2002.___
  • Le Temps retrouvé Claude SAUVE Ed Equinoxe.___
  • Mémoire en Images Claude SAUVE Ed Alan Sutton.___
  • Regards croisés Claude SAUVE Ed Alan Sutton.'

Voir aussi

Articles de Wikipédia

Liens externes

Sources

Bibliographie

  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p.
  • Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969

Notes

  1. Charles Rostaing, « Toponymie d’origine pré-gauloise » in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., carte 11 et commentaire
  2. Office de tourisme d'Oraison
  3. IGN, Géoportail, consultation à l’échelle Ville + 1/4, le 12 décembre 2008
  4. Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 (non-paginé) p. (ISBN 2-7399-5004-7) 
  5. a et b Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969, p. 188
  6. Jean Nicolas, La Rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris : Gallimard, 2008. Collection Folio, ISBN 978-2-07-035971-4, p. 251
  7. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p 296-297
  8. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p., p 243
  9. Michel Vovelle, « Diffusion et répression du mouvement fédéraliste en 1793 », carte 157 et commentaire, in Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit.
  10. Louis de Bresc Armorial des communes de Provence 1866. Réédition - Marcel Petit CPM - Raphèle-lès-Arles 1994
  11. Christian Blanc, Jean Vivoli (illustrateur), Les insurgés républicains d’Oraison et du Val de Rancure, décembre 1851, Oraison, Association Rancure, 2008, ISBN 978-2-9531011-0-2, p 34 et 41-42 pour les maires de 1848-1852
  12. Blanc-Vivoli, Les Insurgés..., p 81
  13. Site de la préfecture des AHP
  14. Blanc-Vivoli, Les Insurgés..., p 35
  15. Liste des élus au conseil municipal en 2008 sur le site linternaute.com Consulté le 08/04/2010.
  16. http://alize2.finances.gouv.fr/communes/eneuro/detail.php?icom=143&dep=004&type=BPS&param=0&exercice=2007 Comptes sur le Minefi
  17. Annuaire des communes jumelées
  18. Insee, Population municipale au 1er janvier 2006, consulté le 11 janvier 2009
  19. Blanc-Vivoli, Les Insurgés..., p 16
  20. Oraison sur le site de l'Insee
  21. EHESS, notice communale d’Oraison sur la base de données Cassini, consultée le 28 juillet 2009
  22. Pyramide des âges, Recensement 1999 sur le site de l'INSEE
  23. http://www.recensement.insee.fr/RP99/rp99/c_affiche.affiche?nivgeo=C&codgeo=04143&produit=P_LOGA&theme=ALL&typeprod=ALL&lang=FR -logement à oraison -Les occupants
  24. a et b Collectif, Oraison, Patrimoine et Histoire, Ed Rancure, à paraître.
  25. Rancure, Histoire d'un torrent de Haute-Provence, Christian Blanc, Ed Rancure, mai 1996 ; page 16 et suivantes.
  26. Philippe Autran, in Autran, Guy Barruol et Jacqueline Ursch, D’une rive à l’autre : les ponts de Haute-Provence de l’Antiquité à nos jours, Les Alpes de lumière no 153, Forcalquier, 2006. ISBN 2-906162-81-7, p 104
  27. "in" Histoires d'un pont, 1888 - 1988, Christian Blanc, 1988, page 11 et suivantes.
  28. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des écoles de la circonscription de Sisteron-Sud, publiée le 27 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010
  29. Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence, Liste des collèges publics, publiée le 6 avril 2010, consultée le 31 octobre 2010

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Oraison (Alpes-de-Haute-Provence) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.