Moriez


Moriez

43° 57′ 45″ N 6° 28′ 17″ E / 43.9625, 6.47138888889

Moriez
Le clocher de l'Église
Le clocher de l'Église
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Castellane
Canton Saint-André-les-Alpes
Code commune 04133
Code postal 04170
Maire
Mandat en cours
Alain Coullet
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Moyen Verdon
Démographie
Population 183 hab. (2008)
Densité 4,9 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 45″ Nord
       6° 28′ 17″ Est
/ 43.9625, 6.47138888889
Altitudes mini. 820 m — maxi. 1700 m
Superficie 37,18 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Moriez est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Moriézois.

Sommaire

Histoire

Une découverte archéologique exceptionnelle a été faite sur la commune : il s’agit d’un trésor de 140 bijoux et objets datant de l’âge du bronze[1].

La localité apparaît pour la première fois dans les chartes en 1030 sous le nom de Morierus[2] ; une agglomération plus ancienne existait sur le plateau du Collet-de-Ville[3]. La communauté du Castellet-des-Robines (Castelletum Robine au XIIIe siècle) et qui comptait 11 feux en 1315, est fortement dépeuplée par la crise du XIVe siècle (Peste noire et guerre de Cent Ans) et annexée par celle de Moriez au XVe siècle[4].

Les seigneurs de Moriez sont, au XIVe siècle, les Roquevaire et les Castellane ; au XVe siècle, les Vintimille ; aux XVIe et XVIIe siècles, les Chailans[2].

Durant la Révolution, la société patriotique des Sans-Culottes est créée le 13 octobre 1793.

L’abbaye de Lérins y avait un prieuré. Au XVe siècle, Castellet-de-la-Robine est rattaché à Moriez.

Au début du XIXe siècle, la commune connaît un certain essor industriel grâce au tissage de la laine. La fabrique est créée en 1832 par Ailhaud, sur le modèle de la fabrique Honnorat de Saint-André-de-Méouilles[5]. Cette fabrique emploie jusqu’à 15 ouvriers en 1856[6] et se maintient jusque dans les années 1870 avec moins de 10 ouvriers[7]. Elle disparaît dans les années 1880[8]. Dans le deuxième tiers du XXe siècle, deux alambics distillaient la lavande (un à Hyège, un à Moriez)[9].

Le premier train entre en gare de Moriez le 15 mai 1892.

Juin 2009, l'école communale ferme définitivement ses portes[10].

Toponymie

Le nom du village, tel qu’il apparaît pour la première fois dans les textes vers 1030 (Morierus), est tiré du terme occitan pour mûrier[11].

Géographie

Le village est situé sur le versant nord du col des Robines, dans la vallée de l’Asse.

Hameaux

  • Le Castellet
  • Hyèges
  • Les Chaillans

Communes voisines

Héraldique

Blason Moriez.svg

Blasonnement :
D'azur à une bande d'or, chargée de trois trèfles de sinople[12].

Économie

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 réélu en 2008[13] Alain Coullet    

Démographie

Évolution démographique
Années 1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
Population 75 feux 26 feux 689 886 639 644 850 723 700 637
Années 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
Population 646 563 575 571 535 501 466 463 460 659
Années 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 415 380 373 358 299 284 258 256 240 203
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 - -
Population 195 188 168 170 160 178 187[14] 188[15] - -
Notes, sources, ... Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[2] ; Insee[16], EHESS[17] pour les chiffres issus des recensements légaux
Courbe d'évolution démographique de Moriez depuis 1793

Lieux et monuments

La source salée de Beaumenière a été aménagée en puits au XVIIe siècle. Elle est exploitée par la commune depuis 1672. À proximité, se trouvent deux tables salantes, servant à faire évaporer l’eau pour recueillir le sel. L’ensemble est inscrit aux monuments historiques[18].

Le château est orné de quelques gypseries en bon état : voûtes de l’escalier (fin XVIe siècle), manteau de la cheminée (plus récente)[19]. Quelques maisons anciennes du village sont à signaler : sur trois d’entre elles, la porte cintrée porte des dates allant de 1724 à 1790 ; trois autres, qui ont des fenêtres cintrées et qui sont voisines, sont probablement la division d’une maison unique de la même époque[20].

Une fontaine du village date de 1644 ; son pilier central est orné de quatre visages[21].

L’église paroissiale Saint-Barthélemy date du XVe siècle avec une abside XIIe siècle[22]. L’autel et son retable de la Vierge en bois doré, datés de 1640[23], sont classés monument historique[24]. Les neuf santons de carton-pâte de la crèche datent de 1848, et sont classés au titre objet[25], ainsi que le tableau de sainte Madeleine, saint Barthélemy et saint Antoine, peint par François Mimault en 1609[26].

La chapelle Notre-Dame-du-Serret est un ancien prieuré de l’abbaye de Lérins, dont le bas des murs, en appareil régulier, est du XIIIe siècle. La partie supérieure, la voûte, le décor, sont du XVIIIe siècle[27],[2]. L’oratoire Saint-Raymond est construit en pierre de taille en 1689[28].

  • Église Saint-Claude à Hyèges

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Articles de Wikipédia

Liens externes

Sources

Bibliographie

  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p.
  • Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969

Notes

  1. Jean Gagnepain, Préhistoire du Verdon, Alpes-de-Haute-Provence et Var : des origines à la conquête romaine, Édisud, Aix-en-Provence, 2002. ISBN 2-7449-0347-7. Préface de Jean Courtin, p 80
  2. a, b, c et d Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969, p. 186
  3. Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 (non-paginé) p. (ISBN 2-7399-5004-7) 
  4. Baratier, Duby & Hildesheimer, op. cit., p. 169
  5. Mireille Mistral, L’industrie Drapière dans la Vallée du Verdon, thèse de doctorat d’État en Sciences économiques, Académie d’Aix-en-Provence, Nice, 1951, 231 p., p 119
  6. Mireille Mistral, op. cit., p 139
  7. Mireille Mistral, op. cit., p 145
  8. Mireille Mistral, op. cit., p 191
  9. Véronique Blanc, « L’or bleu d’Argens », Verdons, no 26-27, décembre 2008, p. 139
  10. Un village, une école, la gaité, la vie, Moriez n'est plus. sur www.verdon-info.net. Consulté le 13 mai 2010.
  11. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Collection Publications romanes et françaises, volume CVCIII. Volume II : Formations non-romanes ; formations dialectales § 23342, p 1252
  12. Louis de Bresc, Armorial des communes de Provence, 1866. Réédition : Marcel Petit CPM, Raphèle-lès-Arles, 1994
  13. Site de la préfecture des AHP.
  14. Insee, Population municipale au 1er janvier 2006, consulté le 11 janvier 2009
  15. Insee, Historique des populations par commune depuis le recensement de 1962 (fichier Excel), mis à jour en 2010, consulté le 21 juillet 2010
  16. Moriez sur le site de l'Insee
  17. EHESS, notice communale de Moriez sur le site Cassini, consultée le 19 juillet 2009
  18. Arrêté du 1er janvier 1993, notice de la Base Mérimée, consultée le 26 novembre 2008
  19. Comtesse du Chaffaut, Gypseries en Haute-Provence : cheminées et escaliers (XVIe-XVIIe siècles), Turriers, Naturalia publications, 1995, ISBN 2-909717-22-4, p 88
  20. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, 1986, 559 p., p 368-369
  21. Raymond Collier, op. cit., p 427
  22. Raymond Collier, op. cit., p 100
  23. Raymond Collier, op. cit., p 471
  24. Arrêté du 25 mars 1956, notice de la Base Palissy, consultée le 26 novembre 2008
  25. Arrêté du 13 juin 1988, notice de la Base Palissy, consultée le 26 novembre 2008
  26. Arrêté du 7 septembre 1988, notice de la Base Palissy, consultée le 26 novembre 2008
  27. Raymond Collier, op. cit., p 142
  28. Raymond Collier, op. cit., p 449

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Moriez de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Moriez — Moriez …   Wikipedia

  • Moriez — Escudo …   Wikipedia Español

  • Gare de Moriez — Moriez Localisation Pays  France Village Moriez Coordonnées géographiques …   Wikipédia en Français

  • Fernand Ludovic Marie Philomène Charpentier du Moriez — Fernand Charpentier du Moriez Naissance 20 novembre 1847 Cherbourg Décès 3 mai 1923 (à 75 ans) Varsovie Origine  France Arme Infa …   Wikipédia en Français

  • La Mure-Argens — Pour les articles homonymes, voir La Mure (homonymie). 43° 58′ 50″ N 6° 31′ 17″ E …   Wikipédia en Français

  • Ligne Digne - Nice — Ligne Nice Digne Ligne Nice Digne Gare de La Vésubie Plan du Var Pays  France Villes desservies …   Wikipédia en Français

  • Ligne Nice-Digne — Gare de La Vésubie Plan du Var Pays  France Villes desservies …   Wikipédia en Français

  • Ligne Nice - Digne — Gare de La Vésubie Plan du Var Pays  France Villes desservies …   Wikipédia en Français

  • Ligne de Nice à Digne — Gare de La Vésubie Plan du Var Pays   …   Wikipédia en Français

  • Asse (Alpes-de-Haute-Provence) — Pour les articles homonymes, voir Asse. l Asse Caractéristiques Longu …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.