Franconville (Val-d'Oise)

48° 59′ 01″ N 2° 13′ 43″ E / 48.983533, 2.2285556

Franconville
L'ancien hôtel de ville
L'ancien hôtel de ville
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Franconville
(chef-lieu)
Code commune 95252
Code postal 95130
Maire
Mandat en cours
Francis Delattre (UMP)
2008-2014
Site web www.ville-franconville.com
Démographie
Population 32 932 hab. (2007 INSEE)
Densité 5 320 hab./km²
Gentilé Franconvillois, Franconvilloises
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 01″ Nord
       2° 13′ 43″ Est
/ 48.983533, 2.2285556
Altitudes mini. 54 m — maxi. 167 m
Superficie 6,19 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Franconville[1] - nommée Franconville-la-Garenne par la municipalité[2] - est une commune située dans le département du Val-d'Oise et la région Île-de-France, en France. Elle est la cinquième ville du département par sa population. Ses habitants sont appelés les Franconvillois et les Franconvilloises.

Sommaire

Géographie

Géologie et relief

Franconville se situe au centre de la vallée de Montmorency. Les zones habitées occupent pour l'essentiel le fond de vallée à une soixantaine de mètres d'altitude, et sont dominées d'un ensemble de buttes-témoins boisées à l'ouest nommés buttes du Parisis, et qui atteignent 167 mètres d'altitude.

Situation géographique

Franconville se situe à vingt kilomètres au nord-ouest de Paris, dans la vallée de Montmorency. Les communes limitrophes sont Beauchamp au nord-ouest, Taverny et Le Plessis-Bouchard au nord, Ermont à l'est, Sannois au sud-est, Cormeilles-en-Parisis et Montigny-lès-Cormeilles à l'ouest.


Réseau de communication

Carte de France, dite d'État-major, vers 1870.

La commune est traversée par l'autoroute A15 qui relie Gennevilliers à Cergy, l'autoroute A115 de Franconville à Méry-sur-Oise et Auvers-sur-Oise et la route départementale 14 qui relie Paris à Rouen via Pontoise et le Vexin.

Franconville est par ailleurs traversé depuis 1846 par la ligne Paris - Pontoise et est desservie depuis cette date par la gare de Franconville - Le Plessis-Bouchard située sur le territoire de la commune.

Urbanisme et logement

Franconville est composée à la fois de zones d'habitations denses et de zones pavillonnaires. La part de logement social à Franconville a atteint jusqu'à 35 % au début des années 1980 avant de décroître sous la majorité de Francis Delattre (UDF-DL puis UMP) depuis 1983, de 27,5 % en 2000 à 23,9 % en 2005[3] alors que selon la mairie, la commune compte 3 350 logements sociaux soit 26 % de l'effectif total[4]. La ville remplit les conditions posées par la loi loi SRU qui impose pour certaines communes un minimum de 20 % de logements sociaux. Le parc social de Franconville date pour l'essentiel des années 1960 et 1970 qui ont vu la population communale croître rapidement sous les mandats des prédécesseurs du maire actuel, André Blondé (UDF-PR) de 1959 à 1977 et Annie Brunet (PCF) de 1977 à 1983.

Climat

Franconville comme toute l'Île-de-France est soumis à un climat océanique dégradé. La localisation de la commune au sein de l'agglomération parisienne provoque une très légère élévation de la température d'un ou deux degrés en fonction des conditions climatiques par rapport aux zones rurales d'Île-de-France. Cet écart est particulièrement notable au lever du jour par temps calme et anticyclonique, et la situation a tendance à s'accentuer au fil des années. La température moyenne annuelle est de 11 °C, le mois le plus le froid est janvier avec +°C ; les mois les plus chauds sont juillet et août avec +19 °C (moyenne journalière). Le nombre moyen de jours où la température dépasse 25 °C est de 40, dont 8 au-delà de 30 °C. Dans le sud du Val-d'Oise, depuis 1955, la durée moyenne annuelle d'ensoleillement est de 1719 heures[5].

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 6 7 11 14 18 21 24 24 21 15 9 7 14,8
Températures minimales moyennes (°C) 1 1 3 6 9 12 14 14 11 8 4 2 7,1
Températures moyennes (°C) 4 4 7 10 14 17 19 19 16 12 7 5 11,2
Source : Climatologie mensuelle - Aéroport de Roissy, France[6]

Histoire

Franconville sur la carte de Cassini, vers 1780.

Antiquité et Moyen Âge

La chaussée Jules César, ancienne voie romaine de Lutèce à Lillebonne, traverse le territoire de Franconville sur la partie jouxtant Le Plessis-Bouchard.

Néanmoins, c'est aux Francs que Franconville doit sa création. Franconville, était connu au VIIIe siècle[7].

Le nom Francorum Villa (la maison des Francs) apparaît pour la première fois dans les écrits de l'abbé Suger de Saint-Denis en 1137. Le bourg est peuplé de quelques familles d'agriculteurs, et se caractérise entre autres par ses vergers de noyers.

La paroisse relève de l'abbaye de Saint-Denis puis des barons de Montmorency qui se disputent le pouvoir. Le premier seigneur connu est Guillaume Bateste qui fait édifier une église. L'abbé Suger en fut également le seigneur. Les revenus du village étaient affectés à l'entretien des habits et de la chaussure des religieux de Saint Denis.

En 1229, une léproserie est créée à Franconville pour accueillir les croisés, dont le heros local de retour de croisade la même année : Gilles "la brute" Gaillard .

Renaissance et Temps modernes

La gare vers 1900.

L'église date du XVe siècle.

Maison Rouge appartint à la famille Cassini.

Au XVIe siècle, le village se développe réellement : agriculture et hôtelleries connaissent une grande prospérité car Franconville se trouve sur une route très fréquentée, qui deviendra par la suite la route royale de Paris à Rouen puis route nationale 14.

Mais ces facilités de communications et la proximité de la capitale apportent également les effets des guerres et la commune est souvent dévastée. Néanmoins, le village conserve sa prospérité, du XVIe au XIXe siècle, les chevaux des relais de poste font la fortune des aubergistes et artisans qui entretiennent les voitures et carrosses.

Durant les XVIIe et XVIIIe siècles, de belles demeures sont édifiées accueillant des familles bourgeoises ou nobles s'isolant à la campagne. Les Sœurs de Saint Vincent de Paul s'installent dans les années 1630, ce qui fait de Franconville une des toutes premières paroisses à s'être occupées d'œuvres de charité. Pendant la Révolution, Franconville est brièvement rebaptisée Franconville-la-Libre[8].

Époque contemporaine

Le chemin de fer arrive à Franconville en juin 1846 et entraîne, comme dans toutes les communes de la vallée de Montmorency, de profondes mutations. Un nouveau centre se développe à proximité de la gare, en pleine campagne à un kilomètre au nord du village.

Des lotissements apparaissent au début du XXe siècle.

Durant les années 1960 et 1970, le centre-ville est reconstruit selon les idées urbanistiques de l'époque : de nombreux immeubles, barres et tours, sont érigés contribuant à un fort accroissement de la population. Ainsi, au fil des années, Franconville est devenue la 5e commune la plus peuplée du Val-d'Oise derrière Argenteuil, Sarcelles, Cergy et Garges-lès-Gonesse.

Le 16 septembre 2005 un habitant de Franconville remporte la somme de 75 888 514 euros au Loto européen « Euro Millions », ce qui constitue alors le record absolu de gains à un jeu de tirage de ce genre en France. Le 1er février 2008 au restaurant Le Petit Prince de Franconville, le policier Emmanuel Gillot, en état de forte ébriété, menace le personnel du restaurant avec son arme de service qu’il croyait non chargée, et blesse grièvement par balle Sukhev Sing, ancien serveur du restaurant, à la base du cou ; la victime restera tétraplégique[9],[10].

La commune, membre de la communauté d'agglomération Val-et-Forêt depuis 2003, a choisi de la quitter le 1er janvier 2009[11].

La place Charles-de-Gaulle

Héraldique

Armes de Franconville

Les armes de Franconville se blasonnent ainsi :

Tiercé en bande, au premier d’azur semé de lys d’or, au deuxième d’argent à la francisque de sable posée dans le sens de la bande, au troisième de gueules à trois arbres d’or mouvant de la point

Ornements extérieurs : l’écu timbré de la couronne murale à trois tours crénelées d’or, maçonnée et ouverte de sable est soutenu par deux branches de noyer, tigées, feuillées et fruitées d’or, croisées en pointe en sautoir et liées du même.

Le 15 octobre 1964, les armoiries définitivement adoptées sont celles retenues par la direction des archives de France pour figurer sur les documents officiels de la ville.

Explication : L’azur semé de lys d’or indique l’appartenance à l’Île-de-France. La francisque est l’arme des francs qui ont donné leur nom à la ville. Les arbres d’argent évoquent la garenne et les branches de noyer les forêts qui couvraient le territoire.

Démographie

Evolution démographique

Évolution démographique
(Source : Cassini[12] et INSEE[13])

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 082 1 016 1 005 1 124 1 193 1 152 1 248 1 222 1 154
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 092 1 147 1 207 1 300 1 352 1 431 1 525 1 518 1 640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 779 2 188 2 869 3 498 4 934 6 278 6 151 6 130 7 697
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008    
11 185 16 205 24 231 32 948 33 802 33 497 33 214    

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Courbe de la population

Pyramide des âges


Pyramide des âges à Franconville en 2008[14] en pourcentage.
Hommes Classe d'âge Femmes
0,2 
90 ans ou plus
0,8 
4,2 
75 à 89 ans
7,5 
11,1 
60 à 74 ans
11,3 
20,6 
45 à 59 ans
20,8 
21,4 
30 à 44 ans
20,8 
21,3 
15 à 29 ans
20,3 
21,3 
0 à 14 ans
18,6 

Administration et politique

L'hôtel de ville de Franconville.

Organes municipaux

La commune de Franconville comme toutes les communes françaises régies par le droit commun, dispose de deux organes prévus par le Code général des collectivités territoriales : tout d'abord le conseil municipal qui exerce le pouvoir délibératif et le maire, assisté de ses adjoints, qui exerce le pouvoir exécutif et préside l'assemblée délibérante.

La commune de Franconville se situe dans la strate démographique allant de 30 000 à 39 999 habitants et à ce titre élit au scrutin de liste à deux tours avec représentation proportionnelle 39 conseillers municipaux lors de l'élection municipale qui a lieu en principe tous les six ans.

Comme pour toutes les communes, il existe une limitation du nombre d'adjoints au maire qui se situe à 30 % de l'effectif total du conseil municipal mais il existe la possibilité de désigner des adjoints de quartiers supplémentaires. Le code prévoit qu'il y ait obligatoirement, au minimum, un adjoint au maire. Le maire et les adjoints sont élus par le conseil municipal en son sein.


Le conseil municipal

Conseil municipal de Franconville

Lors de l'élection municipale du 9 mars 2008, la liste Union Franconville Avenir (UMP-NC-GE-Indépendants et associatifs) conduite par Francis Delattre a recueilli 54,58 % des suffrages exprimés (5 814 voix) et remporté 31 sièges au conseil municipal contre 36,08 % des suffrages exprimés (3 844 voix) et 7 sièges pour la liste Franconville Citoyenne (PS-Les Verts-PC-MRC-Non inscrits et société civile) conduite par Gérard Sebaoun et 9,34 % des suffrages exprimés (995 voix) et un siège pour la liste Agir pour Franconville (MoDem-Non inscrits et société civile) conduite par Thierry Bournonville. La participation à ce scrutin s'est élevée à 50,72 % avec 10 901 votants sur 21 494 électeurs inscrits (49,28 % d'abstention)[15].


Le conseil municipal comporte 8 commissions créées sur la base de l'aticle L2121-22 du Code général des collectivités territoriales. Elles sont toutes présidées de droit par le maire Francis Delattre et désignent en leur sein un vice-président afin de remplacer le maire en cas d'absence ou d'empêchement. Ces commissions sont les suivantes :

  • Commission de l'urbanisme, du plan local d'urbanisme, des réseaux et de l'environnement ;
  • Commission des finances, du budget et de l'informatique ;
  • Commission des affaires scolaires et de l'enfance ;
  • Commission des affaires culturelles ;
  • Commission de la politique de la ville, de l'habitat, de la jeunesse et des conseils de quartiers ;
  • Commission des affaires sociales et de la santé ;
  • Commission des sports ;
  • Commission de l'emploi, du commerce local et du développement économique.

Le maire

Article détaillé : Maire (France).

Le maire est Francis Delattre (UMP), il a été élu pour la première fois à cette fonction à l'issue du renouvellement du conseil municipal en 1983. Il est sénateur du Val-d'Oise depuis 2011 et a été vice-président de la communauté d'agglomération Val-et-Forêt de 2004 à 2008, conseiller général du Val-d'Oise de 1979 à 1988 (vice-président du conseil général de 1985 à 1988) et député de la 4e circonscription du Val-d'Oise de 1986 à 2007[19].

La chronologie des maires de Franconville
18?? 1904 1908 1919 1930 1944 1947 1959 1977 1983
Toussaint Lucas
-
Claude Bonne
-
Georges Leredu
AD
M. Gentil
-
M. Lagoutte
-
Octave Bucourt
-
Ferdinand Grosdemange
-
André Blondé
UDF-PR
Annie Brunet
PCF
Francis Delattre
UDF-DL puis UMP
  
Les données antérieures ne sont pas encore connues.

Conseils de quartiers

La ville est divisée en neuf quartiers, chacun doté de son conseil de quartier disposant de son enveloppe budgétaire. Les neuf quartiers sont :

Relations internationales

Jumelages
Année Ville Population Pays
1966 Viernheim 32 884 habitants (2005) Drapeau d'Allemagne Allemagne
1973 Potters Bar (en) 21 618 habitants (2001) Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

Tendances politiques

Le commune de Franconville constitue à elle seule le canton de Franconville, elle fait partie de la section régionale du Val-d'Oise et fait également partie de la 4e circonscription du Val-d'Oise. Le canton est la circonscription dans laquelle a lieu l'élection cantonale, la section régionale du Val-d'Oise est la division dans laquelle ont lieu les élections régionales tandis que la circonscription est la division dans laquelle a lieu l'élection législative.

La statue de Rébecca.

Élection cantonale

Article détaillé : Canton de Franconville.

L'actuel conseiller général élu lors de l'élection cantonale de 2004 est Gérard Sebaoun (PS) qui est vice-président du conseil général du Val-d'Oise depuis mars 2008 et conseiller municipal d'opposition à Franconville depuis 2001. Il a succédé à ce siège à René di Piazza (UMP) qui était conseiller général depuis 1988 et adjoint au maire de Franconville.

Élection régionale

Lors des élections régionales de 2004, les électeurs franconvillois ont participé à la désignation des 21 élus val-d'oisiens du conseil régional d'Île-de-France et lors du second tour de scrutin, la liste PS-PC-Les Verts-MRC menée par Jean-Pierre Muller (PS), maire de Magny-en-Vexin et conseiller général du Val-d'Oise, a obtenu 13 sièges, la liste UMP-UDF menée par Jean Bardet (UMP), conseiller régional d'Île-de-France et député de la 3e circonscription du Val-d'Oise a obtenu 6 sièges, enfin la liste FN menée par Jean-Michel Dubois, conseiller municipal d'Enghien-les-Bains et conseiller régional d'Île-de-France a obtenu 2 sièges.

Lors du second tour de l'élection régionale de 2010, les électeurs franconvillois venus voter ont placé la liste « Huchon 2010-La gauche et les écologistes rassemblés pour l'Ile-de-France » (PS-MRC-PRG-MUP-Europe écologie-FG) menée par Ali Soumaré (soutenu par Jean-Paul Huchon) en tête avec 55,19 % des voix devant la liste « Changer pour mieux vivre en Ile-de-France » (UMP-NC-LGM-Les Progressistes-PR-PCD-CPNT) menée par Axel Poniatowski (soutenu par Valérie Pécresse) qui a recueilli 44,81 % des voix, l'abstention s'élevant à 56,29 %[20]. Au premier tour, les électeurs avaient voté à 28,27 % pour les listes de Valérie Pécresse (UMP-NC-LGM-Les Progressistes-PR-PCD-CPNT), à 26,42 % pour les listes de Jean-Paul Huchon (PS-MRC-PRG-MUP), à 13,72 % pour les listes de Cécile Duflot (Europe Écologie), à 12,04 % pour les listes de Marie-Christine Arnautu (FN), à 4,75 % pour les listes de Pierre Laurent (FG), à 4,19 % pour les listes d'Alain Dolium (MoDem), à 3,84 % pour les listes de Nicolas Dupont-Aignan (DLR), à 3,45 % pour les listes d'Olivier Besancenot (NPA), à 1,76 % pour les listes de Jean-Marc Governatori (AEI), à 0,79 % pour les listes de Jean-Paul Mercier (LO), à 0,51 % pour les listes d'Axel de Boer (Solidarité - Liberté, Justice et Paix,Liste chrétienne) et à 0,26 % pour les listes d'Almamy Kanouté (Émergence), l'abstention s'élevant à 59,60 % des inscrits.

Élection législative

L'actuel député de la 4e circonscription du Val-d'Oise élu lors de l'élection législative de 2007 est Claude Bodin (UMP) qui est conseiller régional d'Île-de-France depuis mars 2004 et ancien conseiller municipal de Franconville, de Pierrelaye et d'Eaubonne. Il a succédé à ce poste à Francis Delattre (UMP), maire de Franconville et député depuis 1986.

Justice et sécurité

Justice

La commune de Franconville fait partie du ressort de juridiction du tribunal d'instance de Montmorency, de celui du tribunal de grande instance de Pontoise et de celui du tribunal de commerce de Pontoise pour l'ordre judiciaire ainsi que de celui du tribunal administratif de Cergy-Pontoise pour l'ordre administratif. La commune fait en appel partie du ressort de la cour d'appel de Versailles pour l'ordre judiciaire et de la cour administrative d'appel de Versailles pour l'ordre administratif.

Sécurité

Franconville - Plaque Allee Hector-Berlioz.jpg

Le taux de criminalité de la circonscription de police d'Ermont (incluant Franconville, Le Plessis-Bouchard, Saint-Prix, Montlignon et Eaubonne[21]) est de 66,26 actes pour 1000 habitants (crimes et délits, chiffres 2005) ce qui le situe parmi les plus faibles du Val-d'Oise, très largement inférieur aux moyennes nationale (83/1000) et départementale (88,15/1000). Le taux de résolution des affaires par les services de police n'est en revanche que de 27,93 %, sous la moyenne du département de 28,83 %[22].

Économie

Une partie de la zone commerciale de la Patte d'Oie d'Herblay se situe à l'ouest du territoire de la commune. Le plus grand magasin Ikea de France y a ouvert ses portes le 23 février 2005 (titre qu'il perdra en cours d'année 2011 pour l'Ikéa de Villefranche-sur-Saône)[23]. Le distributeur E. Leclerc possède également une grande surface, où il a lancé son premier magasin d'optique discount en décembre 2005[24].

Transports

Réseau ferroviaire

La gare de Franconville - Le Plessis-Bouchard est desservie par la ligne H du Transilien Paris-Nord qui relie la Gare du Nord à Pontoise et par la ligne C du RER.

Réseau autobus

La commune est desservie par les réseaux des Cars Lacroix, de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) et du Noctilien.

Le bus 95-19 C, rue du Général-Leclerc
Un train Transilien en gare de Franconville

Lignes du réseau Lacroix

Saint-Leu-la-Forêt Gare - Le Plessis-Bouchard - Franconville Gare.

Le Plessis-Bouchard - Ermont - Eaubonne - Saint-Prix - Montlignon.

Le Plessis-Bouchard - Franconville.

Busval d'Oise 95.19A 95.19B 95.19C Argenteuil Gare - Montigny-Beauchamp Gare - Cergy Préfecture - Ermont-Eaubonne Gare.

Ligne du réseau RATP

261 : Église de Franconville - Saint-Denis Université Métro.

Ligne du réseau Noctilien

N150 Gare Saint-Lazare - Gare de Cergy - Le Haut RER.

Espaces verts

La ville de Franconville a été récompensée de deux fleurs au concours des villes et villages fleuris.

  • Le Parc Cadet de Vaux (Rue d'Ermont) est ouvert chaque jour du 1er octobre au 31 mars de 8h30 à 18h et du 1er avril au 30 septembre de 8h30 à 20h30.
  • Le Bois des éboulures. Sur 55 hectares, il constitue un exemple réussi d'intégration d'une zone naturelle dans un périmètre urbain.
Le parc Cadet de Vaux.

Monuments

La commune ne possède aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire[25].

Le château, caractéristique du XVIIIe siècle, fut construit par la famille Becquet sur une vaste terrain, racheté aux héritiers de la veuve de Couet de Montbayeux, avocat au parlement. Il fut ensuite acquit le 22 août 1788 par le savant et philanthrope Antoine Alexis Cadet de Vaux qui lui laissa son nom. Le domaine changea ensuite de nombreuses fois de propriétaire. Il subsiste la glacière du XVIIIe siècle et encore une grande partie du parc paysager du XVIIIe siècle. Il est planté de nombreuses essences remarquables : Ginkgo biloba, séquoia, pins de l'Himalaya, cèdres, hêtre pourpre, ainsi qu'une rivière sinueuse qui accueille canards et poules d'eau.

La maison Suger fut édifiée vers 1850 par la famille Baudouin. Le pavillon de l'aile nord fut agrandi par un notaire, Blanchet, et son gendre Radius. Après la Seconde Guerre mondiale, la fondation Suger s'y installe et lui donne son nom. Elle laisse place, suite à des difficultés financières, à une école privée de plein air, qui ferme ses portes en 1970. Rachetée par la municipalité, elle a été rénovée et elle accueille l'école municipale de musique, de danse et d'art dramatique.

La statue de Rébecca en fonte peinte, qui orne le massif à droite de l'entrée de l'hôtel de ville, fut érigée vers 1868. Elle surmontait à l'origine une fontaine en pierre au milieu d'un carrefour circulaire lors de la création du lotissement du Parc.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités

Politique

Hippolyte Passy.

Sport

Culture et divertissement

Jean-François Clervoy.
  • Lorie y a passé sa jeunesse.
  • Hassan Koubba, comédien, le lieutenant Micky Zafraoui de la série de TF1 Diane, femme flic, y fait son footing quotidien, le long du stade municipal, chaussée Jules César.
  • Marcel L'Enfant, peintre paysagiste néo-impressionniste d'origine granvillaise né à Paris en 1884 qui a passé sa vie à Franconville où il est mort en janvier 1963. Il est mentionné dans le Bénézit. Il est souvent mal orthographié « Lenfant ».
  • Jean Daurand, comédien, l'inspecteur Dupuy de la série Les Cinq Dernières Minutes, exploita quelque temps un café à l'enseigne toute trouvée : Les Cinq Dernières Minutes, à Franconville, à la fin de sa vie.

Sciences

  • Cassini de Thury, directeur de l'observatoire, y possède une importante propriété — Celle-ci est vendue en 1781 au comte d'Albon qui y créa des jardins extravagants aujourd'hui disparus.
  • Antoine Cadet de Vaux, philanthrope, y posséda une propriété de cinq hectares, où il chaule gratuitement les blés des habitants. Sa demeure et son parc deviennent plus tard la Fondation Suger, établissement d'enseignement privé où se révéla le jeune chef d'orchestre Roberto Benzi (à 11 ans !). Le parc de 5 hectares de cette institution fit place à la fin des années 1950 à la Résidence du Parc, qui en conserva la mare d'origine.
  • Jean-François Clervoy, spationaute français de l'Agence spatiale européenne (ESA) et ancien élève du collège Bel-Air. Le dernier collège construit dans la commune porte son nom.

Culture

La ville dispose de l'Espace Saint-Exupéry, d'un bibliobus et d'une école municipale de musique, de danse et d'art dramatique.

L'Espace Saint-Exupéry.

L'Espace Saint-Exupéry

L'espace construit en 1980 et agrandi en 1996 comporte :

L'espace accueille chaque année des chanteurs en résidence et organise des rencontres « jeunes talents » afin de venir en aide à la création et à la diffusion.

Le centre Saint-Exupéry héberge également l'académie de danse de Franconville (ADF) dont la création remonte à 1977.

La Maison Suger.

Le bibliobus

Il sillonne la commune et s'arrête périodiquement dans les quartiers pour prêter divers documents mais surtout des livres. Il dessert la résidence Yvonne de Gaulle, le foyer AREPA et les quartiers de l'Épine Guyon, la Mare de Noues, Montédour et la Fontaine Bertin.

L'École municipale de musique, de danse et d'art dramatique

Elle dispense des enseignements de musique, de danse et de théâtre. Cet établissement est installé dans la Maison Suger rénovée. L'établissement dispose de l'agrément du ministère de la culture et est un service public d'enseignement artistique.

Éducation

La commune compte douze établissements d'enseignement pré-élémentaire, onze établissements d'enseignement élémentaire et six établissements d'enseignement secondaire (dont quatre collèges et deux lycées).

Franconville relève de l'académie de Versailles. Les écoles de la commune sont gérées par l’inspection générale de l'inspection départementale de l’Education nationale d'Ermont (1, rue de l'Est 95120 Ermont)[27]. La circonscription fait partie du bassin d'éducation et de formation d'Enghien-les-Bains[28].

Le groupe scolaire Ferdinand Buisson.

Lieux de culte

Lieux cultuels catholiques

L'église Sainte-Madeleine
L'église Notre-Dame des Noues

La paroisse de Franconville dépend du doyenné d'Ermont-Eaubonne qui se trouve dans le diocèse de Pontoise, lui même situé dans la province ecclésiastique de Paris. Le curé de la paroisse est actuellement le père Hugues Sehounhouedo assisté des vicaires, le père Emmanuel Nduwayo et le père Gérard Dogbovi. Le presbytère est situé à côté de l'église Sainte Madeleine[29].

L'église Sainte Madeleine fut édifiée à partir de 1903 par l'architecte Lucien Roy, à l'emplacement de l'ancien sanctuaire du XVe siècle qui tombait en ruine. Le chœur et le transept de style néo-roman furent édifiés les premiers, le clocher dans les années 1950. Plusieurs vitraux dégradés et peu esthétiques furent remplacés en 1963 sous l'impulsion du curé Maurice Nassoy[30], qui munit également le clocher du coq qui lui manquait[31]. Le vitrail que l'on peut voir près de l'entrée de l'église est celui du chœur de l'église précédente sur le même lieu, aujourd'hui 79 rue du général Leclerc.

L'église Notre-Dame des Noues, située au 2 rue des quatre fourchettes.

Le parc paroissial sur lequel se trouve la Maison Jean-Paul II, situé au 64 boulevard Maurice Berteaux.

Lieux cultuels protestants

L'église adventiste de Franconville, située au 79 chaussée Jules César, dépend de la Fédération Nord de l'Église adventiste du septième jour qui fait partie de l'Union franco-belge des fédérations adventistes. Le pasteur de l'église est actuellement Johan van Bignoot[32].

L'Eglise protestante évangélique est située au 161 rue du Plessis Bouchard.

Sports

La patinoire

Clubs importants

  • Franconville Athlétisme Val D'oise
  • Basketball Club de Franconville-Le Plessis-Bouchard.
  • Jorkyball parisien.
  • SCAF : Club d'Activités Subaquatiques de Franconville
  • Le Club de Football du FCFPB (DSR)
  • Club de Tennis de Table de Franconville

Équipements sportifs

Voir aussi

Liens internes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Notes et références

  1. Voir le Code officiel géographique de l'INSEE
  2. http://www.ville-franconville.fr/media/media5605873.pdf Les documents officiels de la municipalité sont signés Ville de Franconville-la-Garenne
  3. Mémoire de Caroline Levron, étudiante en master 1 de sociologie à l'université de Paris X-Nanterre sous la direction de Philippe Batifoulier.
  4. Page du service logement sur le site internet de la mairie
  5. Météo France - Climatologie
  6. L'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle distant de 25 kilomètres au sud-est en plaine constitue la station de référence pour le département du Val-d'Oise.
  7. Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti
  8. http://assphilateliquelilloise.wifeo.com/documents/Correspondance-entre-les-dnominations-des-villes-sous-l.pdf Correspondance entre les dénominations des villes sous l'ancien régime et les appellations modifiées à la Révolution
  9. Le Monde, édition du 5 février 2008
  10. LCI, édition du 4 février 2008
  11. Val-et-Forêt - Nouveau territoire
  12. http://cassini.ehess.fr/ Population avant le recensement de 1962
  13. INSEE: Population depuis le recensement de 1962
  14. Pyramide des âges, recensement de 2008 sur le site de l'INSEE
  15. Résultats complets de l'élection municipale du 9 mars 2008.
  16. Catherine Lefèvre a été installée en conseil municipal le 27 novembre 2008 en remplacement d'Annie Didelet, démissionnaire.
  17. Bruno de Carli a été installé en conseil municipal le 4 février 2010 en remplacement de Martine Bain, démissionnaire le 16 janvier 2010.
  18. Michèle Auboin a été installée en conseil municipal le 1er avril 2008 en remplacement de Marie-Claire Robert qui a démissionné le 16 mars 2008.
  19. Notice biographique de Francis Delattre sur le site internet de l'Assemblée nationale.
  20. http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/2/89/41/80/Elections/Resultats-du-2e-tour-de-l-election-regionale-d-Ile-de-Fran.pdf Résultats copmplets du second tour de l'élection régionale de 2010 à Franconville
  21. Préfecture et services de l'État dans le Val-d'Oise
  22. Le Figaro - Délinquance : Palmarès 2005 du Val-d'Oise
  23. Journal 20 minutes, édition du 23 février 2005
  24. Journal 20 minutes, édition du 16 décembre 2005
  25. IAURIF - Sites et monuments historiques protégés
  26. Les 1000 médaillés des Jeux paralympiques d’hier à aujourd’hui
  27. Site municipal d'Ermont - Les instances éducatives
  28. Inspection académique du Val-d'Oise
  29. Site de la paroisse de Franconville
  30. également initiateur de la construction de la deuxième église de Franconville, Notre-Dame des Noues
  31. Traditionnellement associé à Saint Pierre, le coq n'a pas de réelle signification dogmatique ni liturgique dans le catholicisme; il s'agit en revanche d'une tradition assez ancrée en France, et à laquelle cette église faisait exception.
  32. Site de l'Église adventiste du septième jour

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Franconville (Val-d'Oise) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Franconville (Val d'Oise) — Franconville L ancien hôtel de ville Détail …   Wikipédia en Français

  • Franconville (val-d'oise) — Franconville L ancien hôtel de ville Détail …   Wikipédia en Français

  • Franconville (Val-d’Oise) — Franconville …   Deutsch Wikipedia

  • Franconville, Val-d'Oise — French commune nomcommune=Franconville caption=Maison Suger (Municipal Music school) map size=270px adjustable mapcaption=Location (in red) within Paris inner and outer suburbs région=Île de France département=Val d Oise arrondissement=Pontoise… …   Wikipedia

  • Val-d'Oise — Val d’Oise Administration Pays France …   Wikipédia en Français

  • Val-d'oise — Val d Oise …   Wikipédia en Français

  • Val-d’Oise — Val d Oise Val d Oise …   Wikipédia en Français

  • Val d'Oise — Val d Oise …   Wikipédia en Français

  • Val d’Oise — Val d Oise Val d Oise …   Wikipédia en Français

  • Val-d'Oise —   Department   …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”