Fagus sylvatica

Hêtre européen

Comment lire une taxobox
Hêtre européen
 Fagus sylvatica
Fagus sylvatica
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Hamamelidae
Ordre Fagales
Famille Fagaceae
Genre Fagus
Nom binominal
Fagus sylvatica
L., 1753
Classification phylogénétique
Clade Angiospermes
Clade Dicotylédones vraies
Clade Rosidées
Clade Fabidées
Ordre Fagales
Famille Fagaceae
 Fagus sylvatica

Fagus sylvatica

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Le hêtre européen (Fagus sylvatica) est une espèce d'arbre à feuilles caduques, originaire d'Europe, de la famille des Fagaceae qui comprend en outre le chêne et le châtaignier.

Il fait partie des essences nobles sélectionnées par les forestiers. En association avec le chêne, il forme des futaies appelées « chênaie-hêtraie ».

Le hêtre a reçu, au cours des âges et selon les régions, de nombreuses dénominations dérivées de son nom latin fagus : faye, fau, faon, fayard, favinier, foutel, fouteau… On retrouve souvent ces noms dans celui des communes ou des lieux-dits en -etum > -ay, -ey, -y (ex : Fay, Fey, Fy) > -aie (ex: hêtraie), ainsi que dans les noms de famille. Le nom de hêtre vient du Bas-francique *haistr cf. néerlandais *heester « petit arbre ».

Sommaire

Répartition

Le hêtre fait partie en France des essences dominantes et constitue environ 10 % des forêts françaises. C'est un arbre de longévité moyenne de 150 à 200 ans allant exceptionnellement jusqu'à 300 ans. C'est un arbre de plaine et de basse montagne (jusqu'à 1500 m). On le trouve en abondance en Bretagne, Normandie (Lyons-la-Forêt) et Picardie (particulièrement en Forêt de Crécy, dont il forme l'essence noble). Il recouvre collines et basses montagnes en Lorraine, Bourgogne et Franche-Comté. Il est rare en Méditerranée (uniquement en montagne) et absent ou presque du Bassin aquitain, de la Champagne et de la Sologne. Les plus belles hêtraies d'Europe sont la forêt de Soignes, poumon vert de Bruxelles, et, au Pays basque, la forêt d'Iraty, qui est la plus grande hêtraie d'Europe.

Son aspect varie selon le traitement forestier. En futaie, il peut avoir un grand tronc très dégagé avec un houppier étroit et des branches dressées, tandis qu'isolé, son tronc est très court avec un houppier large et haut, aux branches étalées.

Le hêtre fructifie à partir de 60 ou 80 ans. Cette fructification qui a lieu tous les ans, est très abondante sur tout le massif forestier l'année suivant un été chaud, ensoleillé et sec, mais jamais deux années de suite. Son fruit, la faîne, est très apprécié des rongeurs mais aussi, autrefois, des enfants. C'était un aliment de disette, utilisée aussi pour la nourriture des porcs. Légèrement toxique si elle est consommée en grande quantité, la faîne n'en était pas moins pressée au siècle dernier en Angleterre pour obtenir une huile qui entrait dans les préparations culinaires… et comme huile lampante.

Description

En futaie, les individus typiques ont un tronc droit à l'écorce lisse gris-clair, les cimes sont imposantes et très ramifiées. Le bord des feuilles comporte des poils, en début de saison végétative.

A ce titre, les botanistes néophytes ont un procédé mnémotechnique humoristique pour distinguer la feuille de hêtre de celle du charme (Carpinus betulus), voisine morphologiquement : "Le charme d'Adam (à dents), c'est d'être (Hêtre) à poils", rappelant ainsi la nature du bord du limbe.[1]

Habitat et exigences

Climat de températures variées avec une constante d'humidité. Peu exigeant sur les sols à condition qu'ils soient bien drainés. On le trouve en montagne jusqu'à 1500 m.

Les sous-bois de hêtraie sont très sombres et très peu d'espèces végétales sont capables de survivre dans ce milieu où le soleil perce à grand peine. Le hêtre dans ses premières années a besoin d'ombre ; les jeunes sujets redoutent par-dessus tout un ensoleillement excessif. En forêt, dans une « coupe blanche », il germe et meurt de dessèchement. Sous les chênes au feuillage clairsemé, il croît très vite et les dépasse. Il les recouvre de son feuillage dense et les fait mourir par manque de lumière. Mais sur le plan commercial, le chêne est supérieur au hêtre, et les forestiers en assurent la survie en détruisant les jeunes fayards.

L'enracinement est puissant et peu profond (voire superficiel) et de grosses racines se répartissent dans toutes les directions.

Peu difficile quant à la nature du sol, le hêtre a pour exigences majeures : une atmosphère humide (des précipitations bien réparties tout au long de l'année ou des brouillards fréquents) et un sol bien drainé : il ne résiste pas à l'excès d'eau. Il préfère les sols peu fertiles, calcaires ou légèrement acides. Ainsi, le trouve-t-on plus volontiers à flanc de coteaux qu'au fond d'une cuvette argileuse. S'il est bien résistant aux froids rigoureux de l'hiver, le hêtre est particulièrement sensible aux gelées de printemps. Le rôle des mycorhizes dans la croissance du hêtre est considérable. Sans mycorhize, le hêtre ne pourrait vivre ni se développer normalement. Ce rôle est complexe et peut être ainsi schématisé : protection chimique et mécanique des racines contre les bactéries, élaboration de substances de croissance, amélioration dans d'alimentation en éléments minéraux et en eau de l'arbre. C'est la raison pour laquelle il est toujours conseillé lors d'un prélèvement ou d'un rempotage de conserver et réintégrer une part du substrat d'origine pour faciliter la reconstitution de cette flore mycorhizienne. Les partenaires fongiques du hêtre sont : les bolets, les lactaires, les amanites, les girolles, les cortinaires et les hébélomes.

Phénologie

Le débourrement des bourgeons a lieu tardivement. Entre autres signes et indices biologiques ou chimiques, le hêtre reconnaît le moment propice à l'éclosion à la durée journalière d'ensoleillement. C'est pour cette raison que le débourrement du hêtre a lieu chaque année fin avril, début mai avec une remarquable précision (à peu de jours près), pourtant plus précoce dans le nord qu'au sud, à 600 mètres d'altitude qu'au niveau de la mer (1).

Chaque bourgeon contient depuis sa formation au cours de l'été précédent, la totalité des feuilles qui composeront le rameau (entre 3 et 11). Comme chez de nombreux feuillus, le bourgeon terminal émet au printemps une hormone inhibitrice qui freine le développement des bourgeons adventifs. Cette tendance, très forte au début de leur existence, s'affaiblit chez les vieux sujets.

Ce n'est qu'après le débourrement que la croissance des racines commence : il apparaît d'abord de très fines racines (de diamètre inférieur à 0,5 mm) puis après la vague d'allongement aérien, des racines moins fines croissent de façon rythmique.

Croissance : conseils pour la culture du hêtre en bonsaï

Le hêtre investit beaucoup en été et automne pour le printemps suivant. Ses conditions de vie estivales déterminent directement le nombre de feuilles incluses dans les bourgeons. En automne, le hêtre fait les réserves que le printemps viendra lui soutirer. On comprend aisément qu'en jouant sur la vigueur de l'arbre à la belle saison, on peut guider son évolution de l'année suivante. Pour augmenter le nombre de bourgeons et donc favoriser la ramification, il faut encourager le développement de nombreuses feuilles. Pour cela, il faudra un arrosage abondant en été et un apport d'engrais azoté fin août, début septembre. Le dernier fumage de la saison, fin septembre début octobre, préparera l'hiver (phosphore). Dans de bonnes conditions, un bourgeon peut avoir jusqu'à 10 feuilles. Au printemps on veillera à modérer l'arrosage de manière à éviter l'allongement des rameaux et donc la longueur des entre-nœuds. Dans la même optique, le premier engrais de la saison devra être administré au plus tôt fin mai.

Utilisation du bois

Le bois du hêtre est très utilisé dans la fabrication de nombreux objets et ustensiles. Son grain fin et court en fait un bois facile à travailler notamment en petite menuiserie. Des chaises aux avirons en passant par les escaliers, le hêtre sait tout faire à condition qu'il n'y ait pas de longue portée (charpente) et qu'on ne le laisse pas dehors. En effet, le bois de hêtre pourrit facilement s'il n'est pas protégé par de la créosote, un goudron à base de distillat de sa propre écorce (comme pour les traverses de chemin de fer). C'est le meilleur bois de feuillu connu pour la pâte à papier, et il est actuellement abondamment exploité pour cet usage. C'est aussi un excellent bois de chauffage. Ce sont les bois d'éclaircie, de moins bonne qualité qui sont destinés à ces deux derniers usages.

Les quilles utilisées pour le jeu de quilles de neuf sont en bois de hêtre.

Facile à imprégner et à colorer (mis à part le cœur rouge), à enduire et à coller. Le bois est plus facile à usiner une fois étuvé mais cela augmente sa tendance à se gondoler et à se fissurer et provoque une couleur chair. Sciage parfois difficile : risques de fentes. Finition excellente. Le hêtre est un des bois les plus résistants. Il est donc très employé dans le siège de style. Il offre actuellement le meilleur rapport résistance/facilité de traitement. Bonne résistance à la compression. Un peu raide en flexion. Peu fissile et peu résilient.

Propriétés

  • Dureté : dur, mi-lourd.
  • Densité : 0,70 kg/dm³ environ.
  • Rétractabilité : retrait total élevé (surtout pour les bois de montagne). Nerveux.
  • Stabilité : faible à modérée. A tendance à se fissurer et à se gondoler.
  • Sensibilité aux insectes : assez résistant. Sensible au puceron lanigère.
  • Sensibilité aux champignons : très forte.
  • Résistance aux intempéries : très faible.

Maladies et ravageurs

La galle sur les feuilles du hêtre, petite et pointue, est une tumeur provoquée par un insecte parasite :Mikiola fagi.

Le Charançon du hêtre (Orchestes fagi), et plus spécifiquement sa larve, est un ravageur du hêtre, il grignote les feuilles. Quand des milliers de feuilles d'un vieux hêtre sont ainsi marquées, le superbe colosse paraît roussi de haut en bas comme il le serait si les tendres feuilles du printemps avaient été surprises par les gelées, ou frappées par la grêle depuis plusieurs semaines. Mais si un vieil arbre peut supporter une pareille épreuve une fois ou même deux fois et résister à une nutrition incomplète due à l'altération du feuillage, les plantations de hêtre sont dans une situation plus critique si le fléau les atteint au même degré ; et s'il se répète plusieurs années de suite, elles peuvent être détruites entièrement.

Histoire du hêtre

L’étude de l’ADN de restes fossiles d’arbres confirme que depuis le Néolithique – malgré plusieurs dizaines de milliers d’années de perturbations par l’homme – les hêtres de nos forêts doivent l’essentiel de leurs gènes à des ancêtres qui ne sont pas remontés du Sud européen, ce qui a permis de conserver une biodiversité plus importante. Les hêtres des paysages de l’Europe moyenne reflètent encore les recolonisations forestières de la première moitié du postglaciaire.

Le hêtre, qui a besoin d’une certaine fraîcheur, serait, selon Jean-Luc Dupouey, de l'Inra Nancy, menacé par le réchauffement global[2]. Toutefois, observe le même Jean-Luc Dupouey, « En Lorraine, nous constatons que les hêtres grandissent de 45 centimètres par an, contre 30 centimètres autrefois. C'est dû au réchauffement, mais aussi à l'augmentation du CO2 »[3].

Symbolique

Symbole de sagesse, il est l'un des quatre piliers (avec le chêne, le bouleau et l'olivier) de l'année solaire chez les anciens Celtes. Rien ne remplace la puissance calorifique de son bois.

Vertus médicales

Les faînes contiennent 40% de matières grasses. On les fait bouillir comme des châtaignes ou on les broie pour en faire un beurre aux propriétés vermifuges ou parasiticides.

Les formes et variétés de Fagus sylvatica

Formes naturelles

Les deux formes suivantes ne sont, en fait, plus scientifiquement reconnue à part entière.

  • Le hêtre pourpre, Fagus sylvatica f. purpurea (Aiton) C.K.Schneid, fut découvert en Thuringe, vers 1680. On le trouve naturellement dans l’Est de la France, en Suisse et en Bavière.

Variétés horticoles (Cultivars)

Fagus sylvatica compte une quarantaine de variétés ornementales issues des sélections des horticulteurs.


Images

Notes

Liens externes

  • Portail de la botanique Portail de la botanique
  • Portail des plantes utiles Portail des plantes utiles

Ce document provient de « H%C3%AAtre europ%C3%A9en ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fagus sylvatica de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fagus sylvatica — European Beech European Beech foliage Scientific classification Kingdom: Plantae …   Wikipedia

  • Fagus sylvatica — Rotbuche Rotbuchenwald Systematik Klasse: Dreifurchenpollen Zweikeimblättrige (Rosopsida) Unterklasse …   Deutsch Wikipedia

  • Fagus sylvatica —   Haya común …   Wikipedia Español

  • Fagus sylvatica — Beech Beech, n.; pl. {Beeches}. [OE. beche, AS. b?ce; akin to D. beuk, OHG. buocha, G. buche, Icel. beyki, Dan. b[ o]g, Sw. bok, Russ. buk, L. fagus, Gr. ? oak, ? to eat, Skr. bhaksh; the tree being named originally from the esculent fruit. See… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Fagus sylvatica — paprastasis bukas statusas T sritis vardynas apibrėžtis Bukinių šeimos dekoratyvinis, medieninis augalas (Fagus sylvatica), paplitęs Europoje ir pietvakarių Azijoje. atitikmenys: lot. Fagus sylvatica angl. common beech; European beech vok.… …   Lithuanian dictionary (lietuvių žodynas)

  • Fagus sylvatica — weeping beech weeping beech n. a variety of European beech ({Fagus pendula}, {Fagus sylvatica} pendula) with pendulous limbs. [WordNet 1.5] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Fagus sylvatica — ID 34630 Symbol Key FASY Common Name European beech Family Fagaceae Category Dicot Division Magnoliophyta US Nativity Introduced to U.S. US/NA Plant Yes State Distribution MA, MD, ME, NY, OH, RI, UT Growth Habit Tree …   USDA Plant Characteristics

  • Fagus sylvatica — noun large European beech with minutely toothed leaves; widely planted as an ornamental in North America • Syn: ↑common beech, ↑European beech • Hypernyms: ↑beech, ↑beech tree • Member Holonyms: ↑Fagus, ↑ …   Useful english dictionary

  • Fagus sylvatica — …   Википедия

  • Fagus sylvatica — El haya es un árbol muy elegante, que es muy apreciado como ornamental y que en la naturaleza forma los bosques de cuentos de hadas …   Enciclopedia Universal

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”