Sucy-en-Brie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sucy et Gare de Sucy - Bonneuil.

48° 46′ 11″ N 2° 31′ 22″ E / 48.7697222222, 2.52277777778

Sucy-en-Brie
L'hôtel de ville de Sucy-en-Brie
L'hôtel de ville de Sucy-en-Brie
Administration
Pays France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Arrondissement de Créteil
Canton Canton de Sucy-en-Brie
Code commune 94071
Code postal 94370
Maire
Mandat en cours
Marie-Carole Ciuntu
2008-2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Haut Val-de-Marne
Site web www.ville-sucy.fr
Démographie
Population 26 089 hab. (2008)
Densité 2 501 hab./km²
Gentilé Sucyciens, Sucyciennes
Géographie
Coordonnées 48° 46′ 11″ Nord
       2° 31′ 22″ Est
/ 48.7697222222, 2.52277777778
Altitudes mini. 33 m — maxi. 110 m
Superficie 10,43 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Sucy-en-Brie est une commune française, située dans le département du Val-de-Marne et la région Île-de-France. Elle est située dans la banlieue sud-est de Paris. Chef-lieu de canton, elle fait partie de la Communauté d'agglomération du Haut Val-de-Marne. Ses habitants sont les Sucyciens.

Sommaire

Géographie

Situation

Sucy-en-Brie est située entre les routes nationales RN4 et RN19, à 17 km du centre de Paris.

La ville présente un relief plat dans sa partie est (quartier des Bruyères) ainsi qu'en son centre (quartier du Plateau, du Fort,...). Cependant, sa partie ouest (Quartier des Monrois, de la Fosse Rouge, de la Gare...) est caractérisée par une altitude plus basse pour le plus grand malheur des cyclistes désirant rejoindre le centre ville en partant du "bas" de Sucy. Ce relief particulier a de plus dans le passé posé des problèmes d'inondation en cas de fortes pluies : C'est pour cela qu'un bassin de rétention d'eau a été construit près de la gare de Sucy - Bonneuil.

Sucy est également une ville caractérisée par sa proximité avec de grand espaces naturels. On peut bien sûr trouver autour du quartier des Bruyères la forêt de Notre-Dame qui s'étend sur neuf communes à cheval sur les départements du Val-de-Marne et de Seine-et-Marne : Cette forêt présente de nombreux aménagements (allées blanches, sentiers) permettant la pratique d'activités sportives telles que le vélo mais aussi des balades à pied ou à cheval. Il existe d'autres espaces boisés tels que le Bois du Petit Val et le Bois du Piple qui s'ajoutent au parc départemental du Morbras tout proche de la commune d'Ormesson-sur-Marne.

Du point de vue des cours d'eau, la Marne assure la frontière entre Sucy et la ville Saint-Maur-des-Fossés au nord sur une centaine de mètres. En outre, la commune est traversée par le ru de la Fontaine de Villiers qui se jette dans le Morbras, affluent de la Marne.

Localisation de Sucy-en-Brie dans le Val-de-Marne

Municipalités limitrophes

Il convient toutefois de noter que la commune de Saint-Maur-des-Fossés est limitrophe sans accès direct (séparée du quartier des Berges par la Marne) et que les communes de La Queue-en-Brie et Santeny ne sont limitrophes que par des chemins dans le Bois Notre-Dame.

Transports

La commune est desservie par la ligne (RER) (A), gare de Sucy - Bonneuil.

Elle est aussi traversée par de nombreuses lignes de bus qui assurent un transport public dans l'ensemble des quartiers :

Toponymie

L'origine du nom de la commune n'est pas connue avec certitude. Le premier texte connu mentionnant le nom de la commune (la charte de donation du comte Etienne au Chapitre de Notre-Dame de Paris) utilise le mot latin Sulciacus, mais quel sens donner à ce mot ? Parmi les hypothèses reprises dans la Nouvelle Histoire de Sucy-en-Brie[1], on citera une origine dans le mot latin sulcus (soc de charrue) qui renverrait au caractère agricole de la terre, ou le mot latin surcia (source, fontaine), l'abondance de sources rendant cette hypothèse tout à fait pertinente. Les auteurs du livre cité penchent plutôt sur une origine venant du nom d'un propriétaire de domaine à l'époque gallo-romaine, Sulciacus serait alors un dérivé venant du nom Sulcius.

Histoire

Héraldique

Blason_sucy.svg

Dans la partie centrale du blason, on peut remarquer la présence d'une fleur de lys qui marque l'appartenance de la ville à une étendue de terre plus vaste représentant l'ancien domaine des Rois de France (Nombre de villes et de départements de la région Ile de France ont également adopté dans leurs blasons cette fleur). Plus bas, la présence d'un château rappelle que Sucy en Brie a été dans le passé une terre d'accueil pour les seigneurs qui appréciaient son cadre de vie agréable et campagnard. Plus haut, à droite et à gauche, les épis et le pampre (Branche de vigne) rappellent que la ville a été du fait de ses terres fertiles et de sa bonne exposition un territoire de production agricole et viticole (La culture de la vigne existe toujours par ailleurs même si la production de vin reste symbolique).

Ce blason a été réalisé par Marius Aubertin, peintre sucycien et conseiller municipal (1947-1953)[2].

Faits historiques

Des origines à la Révolution

Le site de Sucy-en-Brie, à la rupture du plateau de Brie et dominant la vallée de la Marne, est habité depuis la période néolithique (cinquième et quatrième millénaires avant notre ère), comme en attestaient les pierres levées qui étaient encore visibles au début du XXe siècle et comme cela fut confirmé par des fouilles archéologiques en 2001[3]. La découverte (en 1882) d'un dépôt de l'âge du bronze confirme des implantations humaines à cette époque[4].

Le premier document mentionnant Sucy est la charte par laquelle le comte Etienne donne, en 811, à l'église cathédrale de Paris un certain nombre de terres dont Sucy[5]. Cette charte mentionne déjà l'existence d'une église saint Martin. Du fait de cette donation, le chapitre de Notre-Dame de Paris sera le seigneur du village jusqu'à la Révolution. Il faut noter que le territoire de Sucy ne dépend pas seulement du chapitre de Notre-Dame mais qu'il est au contraire découpé en de nombreux fiefs et alleux. Un document de 1259 permet d'estimer la population du village à 192 familles[6].

Église Saint-Martin
Église Saint-Martin

Les XIVe et XVe siècles sont à Sucy, et dans toute l'Île de France, une période de crises : disettes, peste et guerres. L'analyse du censier de 1412[7] nous fait connaitre l'organisation du terroir. Les deux principaux éléments en sont des terres labourables (31,1%) et des vignes (45,2%). On n'y trouve que 5 des familles citées en 1259 (ce qui montre l'impact des crises) et peut estimer la population à 800 à 900 personnes.

En 1544, François Ier, permit d'enclore le village d'une enceinte de murailles[8].

La Fronde (1648-1653) va toucher Sucy[9] et y faire comme dans toute l'Île de France, des ravages et destructions. Une noble habitante du village, Madame de La Guette, va participer à la Fronde, ses Mémoires permettent de mieux connaître cette époque et des événements qui se sont tenus à Sucy. Sa maison est toujours visible en ville.

L'étude du bâti au XVIIe siècle[10] montre d'abord que, bien que les anciens remparts ne soient plus que ruines, le plan du centre du village n'a pas évolué depuis le Moyen-âge. l'église saint Martin en est l'édifice le plus remarquable. L'habitat y est enchevêtré autour de nombreuses cours communes. Les grandes fermes sont situées à l'extérieur des murs. On peut citer : la ferme de Grand-Val, celle du Petit-Val et celle de Pacy, toutes dépendent d'un des châteaux qui caractérisent l'évolution du village : la proximité de Paris a fait que de nombreux bourgeois ont une maison dans le village et que les châteaux y sont nombreux tout autour. A l'exception des châteaux de Grand-Val et de Chaumoncel, ils existent toujours et font partis du patrimoine de la ville.

Ces nombreux châteaux ont été le siège d'une intense activité intellectuelle aux XVIIe et XVIIIe siècles et parmi les grandes figures qui y séjournèrent souvent, il convient de relever la marquise de Sévigné qui fut élevée et vécue longtemps au Château de Montaleau.

Sucy sous la Révolution (1788-1804)

En 1788 le village de Sucy correspond au centre de la ville actuelle. Il compte 1063 habitants répartis en 269 feux. La vigne y est une activité importante[11].

En 1793 Sucy devient chef-lieu de canton, fait partie du district de Corbeil dans le département de Seine-et-Oise. Le premier maire est Jacques-Claude Henry. La village prend le nom de Sucy-le-Peletier en hommage au député Peletier de Saint Fargeau[12].

Lors de la vente des biens nationaux les principaux biens sont ceux du chapitre de Notre-Dame, seigneur du lieu.

L'an 1794 voit lancer l'assèchement du marais qui sépare Sucy de Bonneuil.

En frimaire de l'An II, trois cloches de l'église Saint Martin sont descendues du clocher et envoyées à Paris pour y être fondues. Il ne restera plus que la plus grosse, baptisée Martine, elle est toujours en place.

En 1794 a lieu à Sucy un événement tragique de la Terreur. Le 1er avril, madame de Saint-Amaranthe, propriétaire du château de Chaumoncel, est arrêtée. Elle sera guillotinée le 17 juin ainsi que sa fille Emilie (19 ans) et son fils Louis (16 ans)[13].

Du village à la banlieue (1804-1914)

Cette section est en cours de réécriture ou de restructuration importante. Les informations peuvent être modifiées à tout moment par le ou les utilisateurs ayant apposé ce bandeau.
Bandeau apposé par Mgiraud (lui écrire) • août 2011

En ce début du XIXe siècle, Sucy-en-Brie est impactée par les événements nationaux qui se succèdent. Les guerres de l'Empire entrainent des réquisitions, puis la chute de Napoléon en 1814 voit le village subir l'occupation des forces alliées. Le maire de l'époque, César Ginoux, se plaint des Wurtembergeois et des Bavarois auprès du préfet[14]. A l'issue des Cent-Jours des troupes d'occupation sont de nouveau présentes avec leur cortège de réquisitions, la ville en sort appauvrie mais sans avoir été dévastée[15].

Les Révolutions de 1830 et 1848 n'ont pas d'impact majeur sur le village[16], il n'en sera pas de même avec la guerre de 1970. Sa proximité de Paris fait que Sucy-en-Brie est directement mêlé à la guerre. Face à l'arrivée des Prussiens, les habitants fuient pour se réfugier à Paris ; le village est occupé le 16 septembre 1870[17]. Des batailles ont lieu dans les boucles de la Marne, au voisinage immédiat du village, en particulier à Champigny en novembre 1870. En 1871 les sucyciens rentrent progressivement. Le village est dévasté, tout particulièrement ses châteaux qui abritent des troupes d'occupation. La château de Chaumoncel, restera à l'abandon[18], il sera progressivement détruit à la fin du siècle et son terrain loti.

Le XXe siècle

Cette section est en cours de réécriture ou de restructuration importante. Les informations peuvent être modifiées à tout moment par le ou les utilisateurs ayant apposé ce bandeau.
Bandeau apposé par Mgiraud (lui écrire) • août 2011


Politique et administration

La commune de Sucy forme aussi le canton du même nom dans l'Arrondissement de Créteil. Elle fait partie de la la Communauté d'agglomération du Haut Val-de-Marne.

Tendances politiques

Sucy-en-Brie est une ville de droite, les résultats de l'ensemble des élections des cinquante dernières années le démontrent.

Lors des élections présidentielles de 2007[19], Nicolas Sarkozy y a réuni 57,5 % des voix au second tour ; le premier tour l'a vu en tête avec 36,67 % des voix devant Ségolène Royal (24,13 %), François Bayrou (21,82 %), Jean-Marie Le Pen (7,20 %)...

Administration municipale

La commune comprenant entre 20 000 et 30 000 habitants, le conseil municipal comprend 35 membres. La majorité municipale y dispose de 27 sièges, la liste d'opposition « Sucy, envie d'avenir - la gauche et les verts pour Sucy » 5 sièges et la liste « Tous ensemble pour Sucy » 3 sièges.

Depuis février 2007, Marie Carole Ciuntu est Maire de Sucy-en-Brie.

Liste des maires

Une des caractéristiques fortes de la commune est le très long mandat de Jean-Marie Poirier, maire de 1964 à 2007, qui a marqué la ville de son empreinte.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2007 ... Marie Carole Ciuntu   Avocate au barreau de Créteil
1965 2007 Jean-Marie Poirier   Député, sénateur...
1947 1964 Albert Pleuvry   Industriel
1946 1947 Louis Hutin    
1944 1946 Francis Nespoulous ...  

Organes municipaux particuliers

Dans cette ville, il y a un Conseil Municipal des Jeunes(CMJ). Ce conseil regroupe une vingtaine d'élèves élus, de toutes les écoles primaires et collèges de Sucy en Brie. Ces conseillers, issus des classes de CM1 et de 6e, ont un mandat de 2 ans. Le Conseil Municipal des Jeunes de Sucy en Brie s'organise en trois commissions de travail : la commission sports, loisir et vie scolaire, la commission environnement & vie locale et la commission solidarité . Le conseil Municipal des jeunes de Sucy en Brie a un journal "l'écho du CMJ " qui retrace toutes les actions du CMJ, notamment à vocation éducative ou caritative, durant l'année passée.

Jumelages

Sucy-en-Brie est jumelée[20] avec les villes de
Blank map of world no country borders.PNG
La ville de Bietigheim-Bissingen en Allemagne
La ville de Surrey Heath en Angleterre
La ville d'Ofakim en Israël
La ville de Trujillo au Pérou
La ville de Scituate aux États-Unis

Population et société

Démographie

En 2008, avec 26 089 habitants, Sucy-en-Brie est la 21e commune la plus peuplée du Val-de-Marne (sur 47) et la 318e au niveau national.

Enseignement

La commune de Sucy-en-Brie relève de l'Académie de Créteil.

Enseignement public

Lycée Christophe Colomb
Lycée Christophe Colomb

La commune comprend deux lycées, deux collèges, sept écoles élémentaires et neuf écoles maternelles.

Le lycée Christophe Colomb (154 rue de Boissy) prépare : BEP électronique ; BAC : série L, série ES, série S, série STI, génie électronique ; BAC professionnels : Systèmes électroniques numériques et Micro-informatique réseau d'installation et de maintenance. A l’entrée en Seconde, il offre les options suivantes : Mesures Physiques et Informatiques, Initiation aux Sciences de l'Ingénieur, Sciences Economiques et Sociales, Italien LV3, Latin.

Le lycée des métiers de l’hôtellerie Montaleau (2 bis, rue Pierre Sémard) prépare : BAC Technologique hôtellerie ; BAC professionnels : bureautique B, restauration ; BEP : hôtellerie (cuisine, restaurant), métiers de la comptabilité, Ventes actions marchandes ; CAP : cuisine et restaurant.

Le Collège du Fort (7 avenue de la Pléiade) comprend une Section d'Education Générale Professionnelle Adaptée (SEGPA).

Le Collège du Parc (5 allée du Parc) dessert aussi la commune voisine de Noiseau.

Enseignement privé

L'institution du Petit-Val, établissement privée catholique mixte sous contrat avec l'État comprend :

  • Une maternelle
  • Une élémentaire
  • Un collège
  • Un lycée.

Personnalités liées à la commune

Économie

Revenus de la population et fiscalité

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 24 866 €, ce qui plaçait Sucy-en-Brie au 900e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[23].

Emploi

En 2008[24], la commune de Sucy-en-Brie offrait 6 532 emplois et 11 699 habitants avaient un emploi. Le nombre de chomeurs était de 1 005 soit un taux de chômage de 7,9%.

Répartition des emplois par domaine d'activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants,

chefs d'entreprise

Cadres,

professions intellectuelles

Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Sucy-en-Brie (Ensemble : 12 641) 6 641 3 354 3 687 3 186 1 683
Source des données : Insee[24]

Culture et patrimoine

Monuments et lieux touristiques

Monuments

Château de Montaleau
Château de Montaleau
Château de Sucy-en-Brie
Château de Sucy-en-Brie
  • L'église Saint-Martin et son clocher, édifié au XIIe siècle.
  • Le château de Grand-Val, détruit presque totalement en 1949, dont il ne reste aujourd'hui que la ferme, occupée par le Centre culturel de la commune. Le château accueillit entre autres Diderot, sur l'invitation de Grimm.
  • Le château de Haute-Maison, édifié au XVIIe siècle est marqué par un de ses illustres propriétaires, Ludovic Halévy, librettiste de Carmen et des opérettes d'Offenbach. Il accueille aujourd'hui la salle des mariages et certain des services municipaux.
  • Le château de Montaleau, qui fut la propriété de Philippe de Coulanges, grand-père de Madame de Sévigné, fut utilisé comme mairie puis pour abriter le Conservatoire de musique (jusqu'en 2007).
  • Le château de Sucy est édifié en 1660 par l'architecte François Le Vau pour le financier Nicolas Lambert (qui possédait en outre l'hôtel Lambert à Paris). Il est sauvé de la destruction et classé Monument historique le 18 juillet 1974. Les dépendances, métairie et orangerie ont été transformées respectivement en musée et siège de la Société historique, et en lieu d'expositions et de concerts. Au terme d'une longue et méticuleuse restauration, la certitude est maintenant acquise qu'un des plafonds peints du château l'a été de la main de Charles Le Brun. Depuis sa restauration et son inauguration en juin 2007, il abrite le Conservatoire de musique.
  • Le château du Petit-Val édifié en 1772, anciennement propriété du frère de Madame de Pompadour. Puis le toit des sœurs Marianistes pendant de longues années, il est aujourd'hui un établissement d'enseignement privé mixte, l'Institution du Petit-Val, toujours sous la responsabilité des sœurs.
  • Le fort de Sucy construit de 1879 à 1881 par le général Séré de Rivières, le père des fortifications françaises sous la IIIe République. Il a été utilisé pendant la seconde guerre mondiale. Il fait l'objet d'une campagne de restauration et de mise en valeur (coordonnée par l'association À la découverte du fort de Sucy), abrite quelques associations et des visites y sont régulièrement organisées.

Espaces verts et naturels

  • Parc de Sucy (Parc des sports de 47 ha)
  • Parc de la Garennière (11 ha)
  • Bois du Petit Val
  • Bois du Piple
  • Parc départemental du Morbras (27 ha)
  • Parc de Montaleau (7.7 ha)

Le bois de Notre-Dame (306 ha dans Sucy), forêt domaniale, s'étend sur les communes de Sucy, Santeny, Lésigny, Boissy-Saint-Léger, Marolles, La Queue en Brie, Noiseau, Pontault Combault et Ozoir la Ferrière.

Liens externes

Notes, sources et références

  1. Balard 2010, p. 18-...
  2. Sucy-en-Brie / Portrait de la ville sur site de la ville de Sucy-en-Brie. Consulté le 25 août 2011
  3. Balard 2010, p. 14-15
  4. Balard 2010, p. 16-17
  5. Balard 2010, p. 20-26
  6. Balard 2010, p. 46
  7. Balard 2010, p. 34, 59
  8. Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti
  9. Balard 2010, p. 74-...
  10. Balard 2010, p. 111-...
  11. Balard 1989, p. 18-...
  12. Balard 1989, p. 202
  13. Balard 1989, p. 210-...
  14. Méa 1996, p. 17-18
  15. Méa 1996, p. 21-23
  16. Méa 1996, p. 25-...
  17. Méa 1996, p. 38-41
  18. Méa 1996, p. 100-...
  19. Scrutin présidentiel de 2007 - Sucy-en-Brie sur le site du quotidien Le Figaro. Consulté le 23 août 2011
  20. Sucy-en-Brie / Relations internationales sur site de la ville de Sucy-en-Brie. Consulté le 25 août 2011
  21. Recensement de la population au 1er janvier 2008 sur Insee
  22. Notice communale de Sucy-en-Brie sur le site Cassini de l’EHESS
  23. CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl sur le site de l'Insee. Consulté le 6 novembre 2010
  24. a et b Emploi - population active sur le site de l'Insee. Consulté le 24 août 2011

Bibliographie

  • Michel Balard et Françoise Balard, Nouvelle histoire de Sucy-en-Brie, t. 1 : Naissance et développement d'un village briard. Sucy des origines à la Révolution, Société historique et archéologique de Sucy-en-Brie, 2010 (ISBN 2-9504165-4-4) 
  • Françoise Balard (préf. Jean Jacquart), Nouvelle histoire de Sucy-en-Brie, t. 2 : Une révolution villageoise. Sucy sous la Révolution. 1788-1804, Société historique et archéologique de Sucy-en-Brie, 1989 (ISBN 2-9504165-0-0) 
  • Bernard Méa (dir.) (préf. Michel Balard), Nouvelle histoire de Sucy-en-Brie, t. 3 : La grande mutation. Du village à la banlieue. 1804-1914, Société historique et archéologique de Sucy-en-Brie, 1996 
  • Georges Carrot (dir.) (préf. Michel Balard), Nouvelle histoire de Sucy-en-Brie, t. 4 : Le XXe siècle. 1914-2000, Société historique et archéologique de Sucy-en-Brie, 2001 (ISBN 2-9404165-3-5) 

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sucy-en-Brie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sucy-en-brie — Pour les articles homonymes, voir Sucy et Gare de Sucy Bonneuil. Sucy en Brie L hôtel de ville de Sucy en Brie …   Wikipédia en Français

  • Sucy-en-Brie — Escudo …   Wikipedia Español

  • Sucy-en-Brie — Sucy en Brie …   Deutsch Wikipedia

  • Sucy-en-Brie — French commune|nomcommune=Sucy en Brie mapcaption=Paris and inner ring départements lat long=coord|48|46|15|N|2|31|20|E|region:FR type:city région=Île de France département=Val de Marne arrondissement=Créteil canton= insee=|cp=94370 maire=|mandat …   Wikipedia

  • Sucy-en-Brie — Original name in latin Sucy en Brie Name in other language Sucy, Sucy en Brie State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 48.76872 latitude 2.53474 altitude 97 Population 25014 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Canton De Sucy-en-Brie — Administration Pays France Région Île de France Département Val de Marne Arrondissement Arrondissement de Créteil Code cantonal 94 46 …   Wikipédia en Français

  • Canton de sucy-en-brie — Administration Pays France Région Île de France Département Val de Marne Arrondissement Arrondissement de Créteil Code cantonal 94 46 …   Wikipédia en Français

  • Kanton Sucy-en-Brie — Region Île de France Département Val de Marne Arrondissement Créteil Hauptort Sucy en Brie Einwohner 26.089 (1. Jan. 2008) …   Deutsch Wikipedia

  • Canton de Sucy-en-Brie — Administration Pays France Région Île de France Département Val de Marne Arrondissement Arrondissement de Créteil …   Wikipédia en Français

  • Ligne de Paris-Bastille à Marles-en-Brie — Pour les articles homonymes, voir Ligne V. ligne Paris Bastille Marles en Brie Ligne de Paris à Marles en Brie via Vincennes et Brie Comte Robert …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”