Evreux

Évreux

Évreux

La cathédrale Notre-Dame.
La cathédrale Notre-Dame.

Armoiries
Détail
logo
Administration
Pays France
Région Haute-Normandie
Département Eure (préfecture)
Arrondissement Évreux (chef-lieu)
Canton Chef-lieu de quatre cantons :
Évreux-Nord
Évreux-Est
Évreux-Ouest
Évreux-Sud
Code Insee abr. 27229
Code postal 27000
Maire
Mandat en cours
Michel Champredon
2008 - 2014
Intercommunalité Grand Évreux (siège)
Site internet www.evreux.fr
Démographie
Population 51 239 hab. (2006)
Densité 1 937 hab./km²
Aire urbaine 97 177 hab.
Gentilé Ébroïcien, Ébroïcienne
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 07″ Nord
       1° 08′ 56″ Est
/ 49.0187, 1.1489
Altitudes mini. 58 m — maxi. 146 m
Superficie 26,45 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Évreux est une commune française, préfecture du département de l’Eure. Avec 51 239 habitants, elle est la troisième ville de la région Haute-Normandie, après Le Havre et Rouen. L’agglomération d'Évreux compte 83 900 habitants. Évreux est également siège d’un évêché.

Le nom d’Évreux (Ebroïcum au Moyen-Âge) trouve son origine dans celui de la tribu gauloise des Eburovices, littéralement ceux qui vainquent par l’if (eburo signifie if en gaulois). Elle s'appelait précédement Mediolanum Aulercorum.

Sommaire

Géographie

Elle est située dans la vallée de l’Iton au cœur d’une grande forêt qui porte son nom.

Histoire

Antiquité

Mur d’enceinte et chaussée romaine d’Évreux, IIIe siècle, musée municipal.

Pendant l’Antiquité, Évreux portait le nom de Mediolanum Aulercorum ; elle était la capitale du peuple des Aulerques Éburovices et fut fondée à la fin du Ier siècle av. J.-C.[1],[2]. Au début du Haut-Empire, ces derniers honoraient les dieux romains dans le sanctuaire de Gisacum à cinq kilomètres de la cité.

Évreux était également dotée d’édifices publics tels qu’un théâtre, un forum, des thermes, aujourd’hui connus sous le nom de thermes romains du Vieil-Évreux. Située sur un carrefour de voies terrestres (Rouen/Chartres et Évreux/Paris), la cité a développé un commerce florissant. Les vases déposés dans la nécropole du Clos au Duc témoignent d’échanges avec le centre de la Gaule[3]. Une inscription (C.I.L. 3202) atteste d’une activité textile dès l’Antiquité gallo-romaine.

À la fin du IIIe siècle, dans le contexte des raids barbares, la ville s’entoure d’un rempart que l’on peut voir aujourd’hui en partie dans le musée municipal.

Moyen Âge

Châsse de saint Taurin, XIIIe siècle.

Taurin est le premier évêque d’Évreux. Évreux devint en 989 le siège du comté d'Évreux et de l’évêché d'Évreux. Les Normands la prirent en 892, Lothaire la pilla en 962. Elle fut saccagée par Henri Ier d'Angleterre en 1120, et brûlée par Philippe-Auguste en 1194.

Pendant la Guerre de Cent Ans, la ville est prise en 1418 par le roi anglais Henri V. Elle retourne à la souveraineté du roi de France en 1440 grâce à l’action de Robert de Flocques.

En 1499, débute la reconstruction du siège de l’évêché par l’architecte Pierre Smoteau, dans le style flamboyant.

Temps modernes et époque contemporaine

En 1793 , François Buzot essaya vainement de faire de cette ville un centre de résistance contre la Convention.

Dès 1855 la mise en service de la ligne de chemin de fer Mantes-Lisieux impose l’ouverture d’un « embarcadère » qui, vite insuffisant, fut remplacé par la nouvelle gare, laquelle fut mise en exploitation le 21 décembre 1887[4].

Le 7 mars 1942 Pierre Semard , est mort fusillé par les Allemands à la prison d'Évreux.

La ville a subi de forts dommages au cours de la Seconde Guerre mondiale et la plus grande partie de son centre a été reconstruite. Le musée municipal ouvre ses portes en 1961. La ville connaît une croissance rapide au cours des années 1970, avec l’implantation d’industries de transformation. La création du quartier de la Madeleine situé au sud de la ville. L’amélioration des relations avec Paris permet à une importante population d’employés parisiens de s’implanter à Évreux.

Économie

Évreux est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Eure.

Administration

Hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
2008   Michel Champredon Divers gauche en congé du PS Conseiller général
2007 2008 Jean-Pierre Nicolas UMP  
2001 2007 Jean-Louis Debré UMP Président de l’Assemblée nationale
1977 2001 Roland Plaisance PCF Conseiller général
1971 1977 Augustin Azémia PS Conseiller général
1953 1971 Armand Mandle div. gauche proche de P. Mendès-France  
1947 1953 Georges Bernard RPF  
avril 1945 1947 Georges Chauvin Parti radical  
août 1944 avril 1945 Georges Bernard Gaulliste  
1940 août 1944 Raymond Thierry -  
1936 1940 Georges Chauvin Parti radical  
1904 1936 Dr Léon Oursel Parti radical  
1902 Ed. Féray  
1830 1848[5] Pierre-Nicolas L'Hopital   conseiller général élu par le canton de Nonancourt
1800 23/11/1812 Guillaume Michel Dureau de la Buffardière[6]    
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Le président de la République Alexandre Millerand choisit cette ville, en octobre 1923, pour sortir de la réserve habituelle des chefs d’État de la Troisième République et ose un discours très orienté, fustigeant les fonctionnaires, les syndicalistes.

Le Docteur Oursel, maire, entend bien, à sa façon, contribuer à l’échec politique de Millerand : aucun discours d’accueil, marquant ainsi son hostilité en se démarquant des usages.

Cultes

Évreux est le siège d'un évêché depuis le milieu du IVe siècle (voir Évêché d'Évreux), fondé par saint Taurin, premier évêque d'Évreux. Le diocèse d'Évreux fut remodelé suite au Concordat de 1801, correspondant désormais au département de l'Eure. La cathédrale Notre-Dame, ou se trouve la cathèdre, siège de l'évêque, est la marque visible de la capitale du diocèse. Le palais épiscopal, ancien évêché, est aujourd'hui désaffecté, reconverti en musée. Un centre diocésain existe aujourd'hui, le centre Saint-Jean, regroupant les services du diocèse, 11 bis, rue Jean Bart, dans le quartier de Nétreville.

La ville d'Évreux est aujourd'hui découpée en deux paroisses principales, ce à quoi il faut ajouté que deux quartiers de la ville sont rattachés à des paroisses comprenant d'autres villes et villages, à savoir :

  • Paroisse Notre-Dame/Saint-Taurin
    • Cathédrale Notre-Dame-d'Évreux.
    • Église abbatiale Saint-Taurin-d'Évreux.
  • Paroisse La Madeleine/Nétreville
    • Église Sainte-Marie-Madeleine-d'Évreux.
    • Église Sainte-Thèrèse-de-l'Enfant-Jésus-de-Nétreville.

A cela s'ajoute :

  • Église Saint-Michel-d'Évreux, pour le quartier Saint-Michel, comprise dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste-du-Val-Iton.
  • Église Saint-Germain-de-Navarre, pour le quartier de Navarre, comprise dans la paroisse Notre-Dame-de-l'Alliance.

L'Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, Branche (sorte de paroisse) d'Évreux, a sa chapelle rue Isambard.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini[7] et INSEE[8])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8 000 8 426 9 511 9 728 9 963 10 287 11 706 11 802 12 877
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
12 227 12 265 12 320 13 350 14 627 15 847 16 755 16 932 17 766
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
18 292 18 971 18 957 18 234 18 841 19 315 20 116 20 436 23 647
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
36 695 42 550 47 412 46 045 49 103 51 198 51 239 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Enseignement

Personnalités liées à Évreux

Natifs d'Évreux

Louis Marie Turreau.
François Buzot.
Lucien Saint.
Léon Walras.

Autres personnalités

Monuments et lieux touristiques

Malgré les destructions de la Seconde Guerre mondiale, il subsiste quelques monuments du Moyen Âge, notamment :

  • le beffroi (Tour de l’Horloge)
  • l’évêché, qui abrite aujourd’hui les collections du musée d'Évreux. La salle archéologique présente les découvertes de la région, de la préhistoire à la période gallo-romaine. La statue en bronze de Jupiter Stator, provenant du site de Gisacum, constitue l’une des plus belles pièces de la collection. Plusieurs salles sont consacrées au Moyen Âge (mitre de Jean de Marigny, anneau épiscopal de Jean de La Cour d’Aubergenville, statues). On peut voir également plusieurs tapisseries d’Aubusson (XIVe siècle). Le premier étage rassemble des œuvres des XVIIe siècle et XVIIIe siècle ainsi qu’une belle série de montres anciennes. Le deuxième étage est consacré à la peinture et la sculpture du XIXe siècle (Flandrin, Boudin, Rodin, Gérôme).
  • la cathédrale Notre-Dame, de style gothique composite et plutôt tardif.
  • l’église Saint-Taurin possède la châsse de saint Taurin qui est un des chefs d’œuvre de l’orfèvrerie médiévale en France.
  • le théâtre d’Évreux de pur style italien qui fut construit en 1903 d’après les plans de l’architecte Léon Legendre. Il tient, conjointement au théâtre de Louviers, le label de scène nationale. Ce théâtre est actuellement en cours de travaux depuis le mois d'Août 2008.

Jours de marché

  • Centre ville, place Clemenceau : mercredi matin et samedi matin
  • La Madeleine, place Kennedy : vendredi après-midi et dimanche matin
  • Navarre, place Bertrand du Pouget : dimanche matin
  • Nétreville, Centre commercial des Peupliers : mercredi après-midi
  • Saint-Michel, place Aimé Doucerain : mardi matin et vendredi matin.

Transports en commun

Bus articulé sur la ligne 4 du réseau géré par Transurbain.

Un système de transport urbain a été conçu et permet aux habitants du Grand Évreux de voyager toute l'année. Ce réseau, géré par Transurbain, couvre la ville d'Évreux et 17 communes de son agglomération (sur 37 au total).

Le réseau est constitué de 10 lignes de bus fonctionnant en semaine, de 4 lignes de bus les dimanches et jours feriés et d'une navette « Ebroïbus » circulant en centre-ville. Le transport à la demande a fait son apparition en 2002 dans l'agglomération. Ce service permet, après réservation, d'emprunter un « taxibus » au tarif d'un titre de transport du réseau géré par Transurbain

Culture et animations

Plusieurs évènements ont lieu à Évreux chaque année, le plus souvent sur la place de la Mairie ou le long des berges de l’Iton :

  • La fête de la pomme (délocalisée à conches-en-ouche pour l'année 2009)
  • Les bouquinistes (délocalisée à pacy-sur-eure pour l'année 2009)

Théâtre

Son théâtre : une scène nationale, qui accueille et a accueilli les plus grands créateurs de théâtre contemporains, Py, Novarina, Pommerat, Pineau (artiste associé depuis 3 ans)...

Cinéma

Le cinéma le Zénith est régulièrement classé comme le cinéma le plus fréquenté de France en termes de population touchée, grâce entre autres à des avant-premières, des cinés clubs, des journées cinéma sur auteurs classiques, un festival de l’éducation, etc.

Salles de concerts

  • L’Abordage, participant activement au festival « Le rock dans tous ses états », depuis 1984.
  • Le Cadran, servant également de salle de spectacle. Plus orienté vers des artistes populaires.

Événement

  • 21 juin : fête de la musique

Juin : fête de la fraternité

Jumelages

Armes de la ville d’Évreux, dites « d’Évreux moderne », blasonnées :
« D’azur, à trois fleurs de lis d’or, au bâton componé d’argent et de gueules, brochant sur le tout. »

Blasonnement

Jusque vers la fin du XVe siècle, armes de Louis, comte d’Évreux († 1319) :

D’azur, semé de fleurs de lis d’or, à la bande componée d’argent et de gueules, brochant sur le tout.

Depuis le XVIe siècle, armes actuelles de la ville d’Évreux :

D’azur, à trois fleurs de lis d’or, au bâton componé d’argent et de gueules, brochant sur le tout.

Ces armes, dites d’Évreux moderne, à trois fleurs de lis au lieu d’un semé de fleurs de lis, sont attestées au moins à partir de Jean III de Navarre (Jean II d’Albret) (1469-1516), comte de Penthièvre et de Périgord, vicomte de Tartas et de Limoges et roi de Navarre (du chef de sa femme, descendante de la maison d’Évreux), qui les arborait sur une partie de son écu.

Philatélie

En 1995, La Poste a consacré un timbre à la Châsse de Saint-Taurin, un chef-d’œuvre de l’orfèvrerie française du XIIIe siècle. En 2008, elle en émettra un sur le beffroi du XVe siècle.

Annexes

Notes, sources et références

  1. S. Pluton-Kliesch, « Évreux l’antique, le cimetière du Ier siècle », dans Archéologia, n° 434, juin 2006, page 80
  2. À ce titre, il n’y a pas lieu, semble-t-il, d’accentuer la première syllabe d’Evrecin, Evreux, Ebroïcien. De plus, l’accent aigu, qui est un diacritique de l’alphabet latin hérité de l’accent aigu grec, ne fait son apparition en français qu’au XVIe siècle.
  3. S. Pluton-Kliesch, « Évreux l’antique, le cimetière du Ier siècle », dans Archéologia, n° 434, juin 2006, page 84
  4. Amis des monuments et sites de l’Eure - n° 45, p. 24.
  5. Alfred de JancignyGeorges L'hopital 1825-1892 Evreux imprimerie Charles Hérissey
  6. ° 27/03/1747 à Mamers (Sarthe INSEE 72180) † 23/11/1812 Evreux, sources état civil Eure http://archives.cg27.fr/pleade
  7. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  8. INSEE : Population depuis le recensement de 1962

« Évreux », dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang [sous la dir. de], Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions]  (Wikisource)

Bibliographie

  • P. Aubert et alii, Les thermes d’Évreux, Archéologia no 332.
  • Jacques Dimet, Évreux cité capitale, éditions Messidor, 1988 (ISBN 2209060168).
  • Jean Mineray, Évreux histoire de la ville à travers les âges, éditions Bertout, Luneray, 1988. (ISBN 2867430658).
  • André Plaisse, Évreux et les Ébroïciens au temps de Louis XI, Évreux, Publication de la Société libre de l’Eure, 1986, 234 p.

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de l’Eure Portail de l’Eure
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « %C3%89vreux ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Evreux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Évreux — River Iton …   Wikipedia

  • Évreux — Évreux …   Deutsch Wikipedia

  • Évreux — Escudo …   Wikipedia Español

  • Evreux — Évreux …   Deutsch Wikipedia

  • Evreux — • Diocese in the Department of Eure, France; suffragan of the Archbishopric of Rouen Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Evreux     Evreux      …   Catholic encyclopedia

  • ÉVREUX — ÉVREUX, capital of the Eure department, N.W. France. During the Middle Ages, Évreux was renowned as a center of Jewish scholarship. Most famous of its scholars was the tosafist samuel (b. Sheneor) of Évreux, known as the Prince of Évreux ; his… …   Encyclopedia of Judaism

  • Évreux AC — Évreux Athletic Club Évreux Athletic Club logo absent Club fondé en Couleurs Siège …   Wikipédia en Français

  • Évreux —   [e vrø], Stadt in der Normandie, Frankreich, Verwaltungssitz des Départements Eure, am Iton, einem Nebenfluss der Eure, 49 100 Einwohner; katholischer Bischofssitz; Herstellung von Elektrogeräten und Autozubehör u. a. Industrie.   Stadtbild:  … …   Universal-Lexikon

  • Evreux — (spr. Evröh), 1) Arrondissement im französischen Departement Eure; 33 QM., 126,000 Ew. in 10 Cantonen; 2) Hauptstadt desselben u. des Departements, am Iton u. der Eisenbahn von Mantes nach Caen; 2 Friedensgerichte, Sitz der Departementalbehörden… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Evreux — (spr. ewrö), Hauptstadt des franz. Depart. Eure, im fruchtbaren Tal des Iton, der sich hier in drei Arme teilt, Knotenpunkt der Westbahn und der Eure Eisenbahn, hat eine imposante Kathedrale (vom 11.–16. Jahrh. in verschiedenen Stilformen erbaut) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”