Morbihan
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morbihan (homonymie).
Morbihan
Logo 56 morbihan.jpg
Localisation du Morbihan en France
Administration
Pays France
Région Bretagne
Code département 56
Création 4 mars 1790
Chef-lieu
(Préfecture)
Vannes
Sous-préfecture(s) Lorient
Pontivy
Président du
conseil général
François Goulard
Préfet de département Jean-François Savy
Statistiques
Population totale 710 034 hab. (2008)
Densité 104 hab./km2
Superficie 6 823 km2
Subdivisions
Arrondissements 3
Circonscriptions législatives 6
Cantons 42
Intercommunalités 21
Communes 261

Le Morbihan est un département français situé en région Bretagne, qui doit son nom au golfe du Morbihan, nom breton qui signifie « petite mer », de mor, la mer, et bihan, petit, par opposition à mor bras qui désigne l'Océan. Il correspond pour l'essentiel au royaume, devenu comté puis baillie de Broërec et plus anciennement à la cité des Vénètes. De tous les départements bretons c'est le seul à avoir un nom fait de termes bretons. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 56.

Sommaire

Histoire

Article détaillé : Histoire du Morbihan.

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d'une partie de l'ancienne province de Bretagne, composée de l'évêché de Vannes (moins deux petites parties au nord, une autre à l'est et une dernière à l'ouest, de l'extrême est de la Cornouaille, du sud de l'évêché de Saint-Brieuc, du sud-ouest de l'évêché de Saint-Malo et du nord-est de l'évêché de Nantes.

Il est créé à partir de la circonscription du présidial de Vannes à laquelle on a retranché la sénéchaussée de Quimperlé et la moitié nord de celle de Ploërmel et ajouté la sénéchaussée de Gourin (à peu près).

Les communes de la Cornouaille morbihannaise (l’ancienne sénéchaussée de Gourin) qui n'avaient pas choisi d'être annexées au département du Morbihan ont régulièrement réclamé de rejoindre le Finistère, sans succès[réf. nécessaire]. Des pétitions circuleront à plusieurs reprises mais seul la commune de Locunolé réussira à obtenir gain de cause en 1847.

Les concepteurs des départements ont choisi de ne pas reprendre les noms portés par les circonscriptions antérieures pour en éradiquer les identités, cultures et particularismes, afin qu'il n'y ait plus ni Angevin, ni Corses, ni Alsaciens, ni Breton etc., mais seulement des Français. Les noms des départements sont choisis à partir de particularités géographiques, notamment des noms de fleuves, de mers ou de montagnes. On songea à nommer ce département « les Côtes du sud », par opposition aux Côtes-du-Nord, mais la présence de plusieurs golfes appelés mor bihan (« petite mer » en français) par les habitants, à Gâvres et au sud de Vannes, lui a fait préférer ce vocable géographique.

Le département du Morbihan fait partie en 1919 de la Ve région économique ou région de Nantes (départements 37-44-49-53-56-72-85), mais aussi de la région touristique de Bretagne (22-29-35-56). Plus tard, le Morbihan fait partie des régions « Bretagne » créées successivement en 1941, 1944 et 1956-72-88 (l'actuelle région Bretagne) et regroupant toutes les départements du Finistère, des Côtes-d'Armor et de l'Ille-et-Vilaine.

Étymologie

Le nom du département vient de Mor-Bihan, nom breton, signifiant Petite Mer (le golfe du Morbihan). La transposition en français a pour conséquence le retrait du tiret, pour ne former au final qu'un mot.

Emblèmes

Blason

Blason Blasonnement
« Coupé ondé d'hermine et d'azur. »

Géographie

Morbihan.png

Le Morbihan fait partie de la région Bretagne. Il est limitrophe des départements du Finistère à l'ouest, des Côtes-d'Armor au nord, d'Ille-et-Vilaine à l'est et de la Loire-Atlantique au sud-est, et bordé par l'océan Atlantique formant la Côte des Mégalithes.

Comme ailleurs en Bretagne, les marées remplissent et vident les estuaires de fleuves – grands et petits – appelés localement en français rivières. C'est l'équivalent des abers du Léon et de ce que les géographes dénomment ria.

Le golfe qui a donné son nom au département contient 42 îles, dont deux forment communes : l'île d'Arz et l'île aux Moines.

Hors du golfe du Morbihan, dans le Mor Braz (« la grande mer », pour l'Océan) il y a quatre îles habitées :

Climat

carte de précipitation annuelle dans le Morbihan (moyenne sur la période 1997-2006)     > 1 300 mm      1 200 à 1 300 mm      1 100 à 1 200 mm      1 000 à 1 100 mm      900 à 1 000 mm      800 à 900 mm      700 à 800 mm      < 700 mm

Le climat est de type tempéré océanique voire océanique dégradé dans l'intérieur des terres, et sous l'influence du Gulf Stream et des perturbations atlantiques. Il se caractérise par sa douceur aussi bien en hiver qu'en été. En été, la chaleur reste modérée sauf à l'occasion de brefs et rares épisodes de canicule comme ce fût le cas en août 2003 (température de 37,5 °C le 10 août 2003 à Lorient). En hiver, les gelées sont rares, surtout dans les îles et sur la côte. Les précipitations sont abondantes toute l'année, avec un maximum en hiver. Le littoral et la partie orientale du département sont les parties les moins arrosées. Les landes de Lanvaux et surtout le nord-ouest du département, au relief plus prononcé, reçoivent les précipitations les plus abondantes. Dans le secteur de Guiscriff, le cumul annuel dépasse les 1 300 mm, alors qu'à Belle-Île il avoisine les 700 mm. Il existe des microclimats surprenants tels que ceux de la presqu'île de Quiberon ou de Belle-Île.

Politique

Article détaillé : Politique du Morbihan.

Économie

Longtemps le Morbihan — comme la plupart des départements de l'Ouest — a eu une vocation essentiellement agricole. La présence d'un long littoral a toutefois apporté la diversité par la pêche depuis toujours, le commerce maritime depuis le Moyen Âge et les arsenaux au XVIIe siècle. La Révolution industrielle a moins touché le département que le Nord-Est de la France ; on notera néanmoins le développement de la métallurgie (Forges d'Inzinzac-Lochrist, fonderies de Ploërmel...) et de la construction navale contemporaine (pays lorientais). La décentralisation industrielle après la Seconde guerre mondiale a été bénéfique pour Vannes (implantation de Michelin). Au cours des décennies 50-80, l'agriculture se transforme profondément. Elle se modernise, se spécialise (élevage, en particulier avicole) et place sa production dans les premiers rangs des départements français. Elle est cependant confrontée actuellement à des problèmes de pollution des sols et des eaux. La pêche côtière, présente sur tout le littoral, a subi depuis vingt ans une crise qui a réduit d'un tiers ses effectifs ; elle reste un acteur fort de l'économie locale, tout comme la pêche industrielle à Lorient (2e port de France pour le tonnage). L'ostréiculture et la mytiliculture ont connu un essor dans les années 60-90. Le Morbihan se classe juste derrière la Charente-Maritime dans ce domaine. Le secteur des services domine fortement aujourd'hui. Lorient, Vannes et même Auray ou Pontivy constituent des pôles commerciaux notables. Le tourisme est le pilier de ce secteur, et entraîne avec lui le bâtiment, les travaux publics, les services à la personne.

Démographie

Les habitants du Morbihan sont les Morbihannais et les Morbihannaises.

Évolution de la population

Évolution démographique du Morbihan
Années 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866
Population 401 215 403 423 416 224 433 522 449 743 447 898 472 773 478 172 473 932 486 504 501 084
Années 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
Population 490 352 506 573 521 614 535 256 544 470 552 028 563 468 573 152 578 400 546 047 543 175
Années 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008
Population 537 528 542 248 506 884 520 966 530 833 540 474 563 588 590 889 619 838 643 873 710 034
Notes, sources, ... Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
Courbe d'évolution démographique du Morbihan depuis 1800

Répartition de la population

Densité de population par commune en 2007.      >400 hab./km2      200 à 400 hab./km2      100 à 200 hab./km2      50 à 100 hab./km2      25 à 50 hab./km2      <25 hab./km2

La densité moyenne de la population s'établit à 104 habitants/km² en 2008 et est légèrement inférieure à la densité moyenne de la France métropolitaine (113 habitants/km²). Cette moyenne recouvre d'importante disparités puisque sur les 261 communes que compte le département, 28 comptent moins de 30 hab./km² et 10 plus de 1000 hab./km². La population se concentre majoritairement dans les zones proche du littoral où se trouvent notamment les aires urbaines de Lorient et de Vannes. Le taux d'urbanisation de la population est de 61 %. L'agglomération urbaine de Lorient, la plus peuplée du département, compte 115 991 habitants et se classe au troisième rang régional derrière Rennes et Brest tandis que celle de Vannes, la seconde la plus peuplée, compte 63 089 habitants et se classe au sixième rang régional juste derrière Saint-Brieuc et Quimper. La population de quatre autres agglomérations du département dépasse le seuil des 10000 habitants. Il s'agit par ordre décroissant des agglomérations d'Auray, Hennebont, Pontivy et Locmiquélic[1].


Unité urbaine Population en 2008 Superficie
(km²)
Densité
(hab./km²)
Nombre de communes
Lorient[2] &0000000000115991.000000115 991 &0000000000000106.770000106,77 &0000000000001086.0000001 086 &0000000000000005.0000005
Vannes[3] &0000000000063089.00000063 089 &0000000000000058.39000058,39 &0000000000001081.0000001 081 &0000000000000002.0000002
Auray[4] &0000000000023857.00000023 857 &0000000000000073.97000073,97 &0000000000000323.000000323 &0000000000000003.0000003
Hennebont[5] &0000000000020461.00000020 461 &0000000000000063.24000063,24 &0000000000000324.000000324 &0000000000000002.0000002
Pontivy[6] &0000000000013693.00000013 693 &0000000000000024.85000024,85 &0000000000000551.000000551 &0000000000000001.0000001
Locmiquélic[7] &0000000000012866.00000012 866 &0000000000000020.59000020,59 &0000000000000625.000000625 &0000000000000004.0000004
Aire urbaine Population en 2008 Superficie
(km²)
Densité
(hab./km²)
Nombre de communes
Lorient[8] &0000000000193486.000000193 486 &0000000000000500.640000500,64 &0000000000000387.000000387 &0000000000000024.00000024
Vannes[9] &0000000000136314.000000136 314 &0000000000000662.990000662,99 &0000000000000206.000000206 &0000000000000030.00000030
Auray[10] &0000000000023857.00000023 857 &0000000000000073.97000073,97 &0000000000000323.000000323 &0000000000000003.0000003
Pontivy[11] &0000000000023075.00000023 075 &0000000000000197.800000197,80 &0000000000000117.000000117 &0000000000000007.0000007
Ploërmel[12] &0000000000011793.00000011 793 &0000000000000085.45000085,45 &0000000000000138.000000138 &0000000000000004.0000004

Tourisme

Selon le recensement général de la population du 8 mars 1999, 18.5 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes du Morbihan dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 25 % des logements totaux.

Année Ville Population SDC Nombre de logements Rés. secondaires  % Rés. secondaires
2005 Damgan 001 443 003 929 003 185 81,06 %
2005 Arzon 002 173 005 905 004 685 79,34 %
2006 Carnac 004 445 009 573 007 380 77,09 %
1999 Saint-Gildas-de-Rhuys 001 436 002 776 002 053 73,96 %
2005 Île-aux-Moines 000 527 001 045 000 770 73,68 %
2006 La Trinité-sur-Mer 001 531 002 853 002 053 71,96 %
2005 Locmaria 000 777 001 373 000 980 71,90 %
2006 Île-d'Arz 000 254 000 522 000 373 71,46 %
2006 Saint-Philibert 001 442 002 084 001 426 68,43 %
2005 Ambon 001 480 002 031 001 386 68,24 %
2006 Saint-Pierre-Quiberon 002 204 003 582 002 399 66,97 %
1999 Pénestin 001 527 002 344 001 528 65,19 %
1999 Quiberon 005 073 007 193 004 623 64,27 %
2006 Sauzon 000 860 001 127 000 707 62,73 %
2007 Bangor 000 894 001 167 000 724 62,04 %
2004 Sarzeau 006 941 008 558 005 278 61,67 %
2007 Locmariaquer 001 632 001 889 001 118 59,18 %
2005 Erdeven 003 063 003 233 001 848 57,16 %
1999 Larmor-Baden 000 954 000 849 000 409 48,17 %
2004 Gâvres 000 826 000 860 000 406 47,21 %
2006 Groix 002 266 002 375 001 120 47,16 %
2004 Le Tour-du-Parc 000 889 000 741 000 332 44,80 %
2005 Le Palais 002 537 002 399 001 058 44,10 %
2007 Billiers 000 910 000 665 000 289 43,46 %
2004 Saint-Armel 000 774 000 593 000 241 40,64 %
2005 Plouharnel 001 865 001 367 000 545 39,87 %
2007 Arzal 001 378 000 954 000 350 36,69 %
2006 Camoël 000 815 000 581 000 218 37,52 %
2004 Étel 002 081 001 602 000 521 32,52 %
1999 Melrand 001 525 001 086 000 331 30,48 %
2004 Ploemel 002 287 001 301 000 364 27,98 %
2007 Béganne 001 381 000 899 000 235 26,14 %

Culture

Langues

Comme les Côtes-d'Armor, le Morbihan possède deux langues: le breton, dans sa partie occidentale, et le gallo, dans sa partie orientale, que sépare une frontière linguistique. Cette frontière a reculé au profit du français depuis le IXe siècle. Celle-ci courait depuis l'est de la ville de Rohan jusqu'à la ville de La Roche-Bernard au XVIIIe siècle. Dans la première moitié du XIXe siècle, les communes situées au sud de la Vilaine (Pénestin, Férel) ont été francisées, ainsi que celles d'Arzal, de Molac et d'Elven[13]. En 1886, Paul Sébillot fixe la limite entre les deux idiomes. Une ligne Nord-Ouest — Sud-Est coupe le département : la zone bretonnante inclut dans sa limite orientale les communes d'Ambon, Berric, Sulniac, Treffléan, Plaudren, Saint-Jean-Brévelay, Bignan, Saint-Allouestre, Naizin, Kerfourn, Noyal et Croixanvec. Billiers, Muzillac, Noyal-Muzillac, La Vraie-Croix, Elven, Trédion, Plumelec, Billio, Guéhenno, Radenac, Réguiny, Crédin, Gueltas, Saint-Gonnery constituent la limite Ouest du Gallo. Au cours du XXe siècle, avec la francisation de toute la zone bretonnante et la mobilité croissante de la population, cette frontière a progressivement perdu de son sens. Elle correspond cependant avec la répartition des écoles où l'on enseigne le breton aujourd'hui.

Les effectifs pondérés que fournit l'enquête Étude de l'histoire familiale menée par l'INSEE en 1999 sont de plus de 48 000 britophones de plus de 18 ans pour ce seul département. S'y ajoutent notamment les effectifs des écoles bilingues qui se montent à 3 183 élèves à la rentrée 2005, ou encore les élèves suivant des cours de breton dans les établissements publics du secondaire (plus de 900 en 2002/2003). La signalisation routière bilingue (français/breton) est de plus en plus utilisée dans le département y compris sur sa partie gallèse.

Musée

  • Le musée de préhistoire de Carnac expose une des plus riches collections préhistorique au monde retracant l'évolution de l'Homme en Bretagne du Paléolithique au Moyen Âge.
  • Le musée d'histoire et d'archéologie de Vannes, abrité dans le Château-Gaillard, ancien manoir du XVe siècle, retrace les recherches archéologiques menées dans le Morbihan depuis le XIXe siècle. Les plus beaux objets issus de ces recherches sont aujourd’hui présentés dans ce musée, suivant un parcours chronologique allant de la préhistoire à l'époque moderne.
  • Il existe à Baden un musée (Des Passions et des Ailes) consacré à l'histoire de Joseph Le Brix (célèbre aviateur de la région).
  • L'écomusée de Saint-Dégan à Brech traite de la société agraire en Morbihan : L'évolution et les mutations sociales, économiques et culturelles de la société rurale.
  • Le Conservatoire Régional de la Carte Postale à Baud qui conserve plus de 60000 cartes postales. Il présente l'histoire de la carte postale et la Bretagne traditionnelle dans son exposition permanente. On peut y consulter une importante base de données avec 35 000 cartes postales numérisées en haute définition, accessible en basse définition sur internet.

Musique

Festivals

Salles de concert

  • L'Echonova à Saint-Avé
  • Le manège à Lorient
  • Le petit théatre à Auray

Monuments historiques

Notes et références

  1. Population légale 2008 du Morbihan sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  2. Unité urbaine de Lorient sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  3. Unité urbaine de Vannes sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  4. Unité urbaine d'Auray sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  5. Unité urbaine de Hennebont sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  6. Unité urbaine de Pontivy sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  7. Unité urbaine de Locmiquélic sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  8. Aire urbaine de Lorient sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  9. Aire urbaine de Vannes sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  10. Aire urbaine d'Auray sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  11. Aire urbaine de Pontivy sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  12. Aire urbaine de Ploërmel sur www.insee.fr, 1er janvier 2011. Consulté le 13 août 2011
  13. Histoire de la langue bretonne par Hervé Abalain, Les Universels Gisserot

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

47°50′N 02°50′W / 47.833, -2.833


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Morbihan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Morbihan —   Department   C …   Wikipedia

  • Morbihan — Region Bretagne …   Deutsch Wikipedia

  • Morbihan — Departamento de Francia …   Wikipedia Español

  • Morbihan —   [mɔrbi ã], Name von geographischen Objekten:    1) Morbihan, Département in Westfrankreich, in der Bretagne, 6 823 km2, 644 000 Einwohner; Verwaltungssitz ist Vannes.    2) Golfe du Morbihan [gɔlf dy ], Bucht an der Südküste der Bretagne im… …   Universal-Lexikon

  • Morbihan — (spr. Morbihang), 1) Meerbusen des Atlantischen Oceans an der nördlichen Westküste von Frankreich, 4 Stunden lang, 11/2 Stunde breit; umschließt mehre Inseln, nimmt einige Flüsse, z.B. den Auray, auf, ist mit der Stadt Vannes durch einen Kanal… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Morbihan — (spr. biáng), franz. Departement in der Bretagne, am Meerbusen M., 7093 qkm, (1901) 563.468 E.; Hauptstadt Vannes …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Morbihan — Morbihan, französ. Depart., Theil der ehemaligen Bretagne. 124 QM. groß mit 478000 E., die von Ackerbau, Viehzucht und Fischerei leben. Hauptstadt ist Vannes …   Herders Conversations-Lexikon

  • Morbihan — dép. franç.; 6 763 km²; 619 838 hab.; ch. l. Vannes (48 454 hab.). V. Bretagne (Rég.) …   Encyclopédie Universelle

  • Morbihan — Sp Morbihãnas Ap Morbihan L Prancūzijos departamentas …   Pasaulio vietovardžiai. Internetinė duomenų bazė

  • Morbihan — /mawrdd bee ahonn /, n. a department in W France. 563,588; 2738 sq. mi. (7090 sq. km). Cap.: Vannes. * * * …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”