Chronologie de paris

Chronologie de Paris

Présentation chronologique, par date, d'évènements historiques de la ville de Paris la capitale de la France.

Sundial (PSF).svg
Paris et ses 20 arrondissements Blason de Paris
Chronologie de Paris ·Lutèce ·Histoire de Paris
Article principal : Histoire de Paris.

Sommaire

Préhistoire

  • 40000 av. J.-C. Attestation de présence humaine sur le site de Paris.
  • 4200 av. J.-C. Attestation d’habitation permanente à Paris. Lors de fouilles en 1991 à Bercy, mise au jour de plusieurs pirogues en chêne, un arc et des outils, entre autres.

Antiquité

Maquette des arènes de Lutèce.
  • Entre 100 et 200. Construction à Lutèce de trois thermes alimentées par un aqueduc de 16 kilomètres longeant la Bièvre dont les thermes de Lutèce, d’un amphithéâtre de 17 000 places (les arènes de Lutèce) et d’un théâtre de 3 000 places, notamment.
  • Vers 250. Martyre du premier évêque de Lutèce, saint Denis. Ce dernier fut l’un des sept évêques envoyés en Gaule pour l’évangéliser. Les succès enregistrés provoquèrent la haine des païens qui le firent décapiter sur la colline de Montmartre. La légende précise que saint Denis pris alors sa tête dans ses mains ; c’est la représentation la plus classique du futur saint patron de la France.
  • 275 ou 276. Saccage probable par des envahisseurs germains de la rive gauche de la cité.
  • 291-292. Hiver particulièrement glacial. La Seine gèle ; c'est la première mention de ce type qui soit parvenue jusqu’à nous.
  • Vers 300. Lutèce devient Paris.
  • Vers 308. Construction d’un rempart autour de l’île de la Cité afin de la protéger des envahisseurs germains.
  • Mars 346. 20 jours consécutifs de pluie en mars. Inondations.
  • 360. Concile à Paris sur l’hérésie arianiste. Ce mouvement religieux chrétien typique des « barbares » ne reconnaît ni la divinité du christ, ni l’autorité du pape. L’arianisme, via les invasions barbares, s’impose peu à peu à travers l’Europe entière. Paris devient, plus que Rome elle-même, la ville la plus hostile à l'arianisme et s'attache à rester fidèle au christianisme romain, le catholicisme.
  • Vers 385. Passage à Paris de saint Martin qui guérit un lépreux à la porte Nord de la cité par un simple baiser et une bénédiction.
  • Novembre 397. « été de Saint-Martin » du 8 au 11 novembre : « les roses refleurissent ».
Sainte Geneviève
  • 451. Attila et ses Huns aux portes de Paris. Sainte Geneviève (v. 422-v. 502) dissuade les habitants de fuir la ville. Attila épargne Paris et prend la direction d’Orléans. Sainte Geneviève devient dès lors le personnage politique le plus en vue de la cité. Sainte Geneviève était la fille unique d’un Franc romanisé, Severus, magistrat de la ville. Selon le droit romain, elle hérite de la fortune de son père et de l’aura liée à sa charge.
  • 464. Blocus de Paris par le roi franc Childéric Ier.
  • Vers 475. Construction d’une basilique à l’emplacement du tombeau de saint Denis.
  • 486. Sainte Geneviève négocie avec Clovis la soumission de Paris à son autorité. Clovis vient de remporter une victoire décisive sur le romain Syagrius, mais sainte Geneviève lui interdit toute entrée à Paris. Il assiège la ville où une famine se déclare. Sainte Geneviève organise le ravitaillement, et Clovis lève le siège. Cette situation tendue entre Paris et Clovis perdure pendant dix ans. Paris est alors un îlot catholique au milieu d’un océan dominé par l’arianisme, et sainte Geneviève ne veut pas couper définitivement les ponts avec Clovis, roi païen et pas arianiste comme tous les autres rois barbares. La défaite de Syagrius, « le dernier des Romains », marque la césure parisienne entre l'Antiquité et le Moyen Âge, ou plutôt l'Antiquité tardive.

Moyen Âge

Haut Moyen Âge

  • 494 : Clovis se laisse progressivement convaincre par son entourage catholique de se convertir. Les avantages politiques apparaissent en effet évidents, car de nombreuses cités restées farouchement catholiques, comme Paris, appellent de leurs vœux un roi catholique. Premier signe de cette conversion progressive, le baptême de son fils. Hélas, ce dernier meurt peu après le sacrement, déclenchant une colère noire de Clovis qui assiège alors Paris. Sainte Geneviève organise le ravitaillement de la ville. Clovis lève le siège.
  • 496 ou 498 : La conversion de Clovis au catholicisme à Reims est accueillie par la liesse à Paris qui ouvre désormais en grand ses portes aux Francs convertis. La reconquête face aux hérétiques ariens peut commencer. Clovis est en effet le seul monarque catholique en exercice ; la France hérite du surnom de « Fille aînée de l'Église ».
  • 3 janvier 500 ou 502 : Décès de sainte Geneviève : Elle est inhumée au sommet de la « montagne » qui portera désormais son nom. Clovis y fait bâtir la basilique des Saints-Apôtres, plus tard débaptisée Basilique Sainte-Geneviève : Elle devient plus tard la patronne de la ville.
  • 508 : Clovis fait de Paris la capitale de son royaume.
  • 510 : Proclamation de la loi salique : Afin de se positionner en refondateur de l’état de droit, Clovis fait rédiger entre 508 et 510 le premier code de lois français. Jusqu’à la Révolution française et la rédaction du Code Napoléon, ce code législatif reste à la base de la législation en usage. L’égalité entre Francs et Gallo-romains, la liberté de mariage, et la fin de la coutume du « droit de vengeance » y sont notamment proclamées.
  • Vers 540 : Construction de la cathédrale Saint-Étienne, plus tard Notre-Dame :
  • 577 : Chilpéric fait réparer l’amphithéâtre romain et y donne des spectacles.
  • 582 : Chilpéric convertit de force de nombreux juifs parisiens.
  • Février 583 : Première crue importante de la Seine mentionnée.
  • 583-584 : hiver très doux. Des roses au mois de janvier !
  • 585 : Grand incendie qui ravage toute l’île de la Cité. Seule la cathédrale reste intacte
  • 10 octobre 614 : Concile sur la liberté des élections épiscopales et sur la juridiction des évêques sur les clercs. Depuis 535, et le concile de Clermont, les évêques étaient déjà librement élu par les clercs et le peuple.
  • 654 : Décès de l’évêque Landry qui aurait été le fondateur de l’Hôtel-Dieu vers 651. Contrairement aux autres institutions d’assistance qui verront le jour par la suite, l’Hôtel-Dieu reçoit tous les miséreux et les malades, sans distinction. C'est, de fait, la première institution hospitalière, concept totalement inconnu de l'Antiquité.
  • 28 juillet 754 : Onction papale de Pépin le Bref, Carloman et Charlemagne par le pape Étienne II à l’abbaye de Saint-Denis : Cette dernière obtient le privilège d’une foire annuelle.
  • 763-764 : hiver très rigoureux du 30 octobre au 10 février : La mer gèle en Normandie ! La Seine gèle sur toute son épaisseur à Paris[réf. nécessaire]. Il tombe jusqu’à 10 mètres de neige dans certaines régions. Oliviers et figuiers détruits. Grande famine par la suite.
  • 820 : Attestation de la plus ancienne rue de Paris : la rue Saint-Germain.
Bateau viking
  • 28 mars 845 : Les Normands sous les murs de Paris pour la première fois. À la tête des 120 bateaux Vikings pour 6 000 hommes, le Danois Ragnar Logrok : Charles le Chauve verse 7 000 livres d’argent pour obtenir leur départ.
  • 845 : Famine suite aux aléas climatiques et aux destructions normandes.
  • 855 à 876 : On recense onze famines en vingt ans.
  • 28 décembre 856 : Deuxième raid normand sur Paris qui incendient la ville.
  • 12 juin 857 : Nouveau raid normand. Toutes les églises sont brûlées, sauf celles de Saint-Germain-des-Prés et de Saint-Denis, contre versement d’une solide rançon.
  • 3 avril 858 : Prise de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés par les Normands.
  • 861 : Nouveau raid normand sur Paris qui incendient la ville et l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés :
  • 869 : Nouveau raid normand sur Paris qui pillent l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés.
  • 870 : Afin de protéger Paris des raids normands, construction du Grand-Pont et du Petit-Pont sur ordre de Charles le Chauve :
  • 24 novembre 885 : Nouveau raid normand sur Paris de 700 bateaux normands pour 30 000 à 40 000 hommes sous les murs de la ville.
  • 28 novembre 885 : Après quatre jours d’assauts quasi permanents, les Normands doivent se résoudre à dresser un camp pour mener à bien le siège de la ville. C’est déjà une victoire pour le comte de Paris Eudes, qui dirige la défense de Paris. Pendant le siège de Paris, les Normands ravagent les environs de la cité mais tentent également des attaques contre la ville.
  • 6 février 886 : Effondrement du Petit-Pont suite à une crue permettant aux Normands de remonter la Seine en amont de Paris et piller ces zones. Le gros des troupes maintient le siège devant Paris.
  • Septembre 886 : Arrivée de l’empereur Charles le Gros qui répugne à livrer combat et préfère verser 700 livres d’argent pour faire lever le siège normand. De plus, Charles les autorise à aller ravager la Bourgogne, qui n’est pas encore entièrement soumise… Les Parisiens refusent cet accord et contraignent les Normands à démonter leurs embarcations afin de reprendre leur remontée de la Seine sans passer par Paris.
  • Mai 887 : Nouvelle tentative de raid normand, mais les défenses parisiennes les stoppent.
  • Juin-Juillet 889 : Nouvelle tentative de raid normand, mais les défenses parisiennes les stoppent encore.
  • Hiver 974-975 : hiver rigoureux et long de novembre au 22 mars : la neige tombe encore en mai. Famine tuant le tiers de la population française et certainement la moitié des Parisiens.
  • Octobre 978 : L’empereur Otton II fait le siège de Paris. Hugues Capet l’empêche de franchir le fleuve.
  • 30 novembre 978 : L’empereur Otton II lève le siège de Paris.

XIe siècle

  • 1007. Extinction du titre de comte de Paris, le comté revenant dans la main du roi. Le comté fut introduit par les Francs vers 480 à la place de la civitas (cité + sa zone d’influence directe, soit environ 2500 km² autour de Paris dans le cas de l’ex-Lutèce).
  • 1021. Afflux d’étudiants à Paris pour suivre les cours du chapitre de Notre-Dame. Le premier maître illustre est l’archidiacre Albert, mort en 1040.
  • 1021 à 1029. Famine chronique, avec cas d’anthropophagie les trois dernières années.
  • 1031 à 1040. Famine chronique, qui, selon le témoignage de Raoul Glaber touche les riches et les pauvres.
  • 1037. Incendie important ravageant plusieurs quartiers.
  • 1074. Concile à Paris qui repousse l’obligation du célibat pour les prêtres.
  • 1076-1077. Hiver rigoureux et long du 1er novembre au 15 avril, le plus froid du XIe siècle.
  • 1100. Début de l’enseignement d’Abélard.

XIIe siècle

  • 1103. Nomination de Guillaume de Champeaux comme écolâtre de Paris. Son enseignement vaut un prestige exceptionnel à l’école de Notre-Dame.
  • 1105. Épidémie, sans doute de grippe.
  • 12 mars 1111. Les Parisiens témoignent leur fidélité au roi en repoussant une tentative de prise de la ville par Robert Ier, comte de Meulan.
  • 1112. Paris s’impose comme capitale des Capétiens en prenant clairement l’ascendant sur Orléans.
  • 1117. Castration d’Abélard sur ordre du chanoine Fulbert, oncle d'Héloïse.
  • vers 1120. Installation des maîtres et élèves sur la montagne Sainte-Geneviève ; l’école de Notre-Dame était devenu trop petite.
  • 1129. Épidémie de charbon pestilentielle, dit mal des ardents.
  • 3 novembre 1130. « Miracle des Ardents ». L’épidémie est stoppée nette suite à une procession des reliques de sainte Geneviève.
  • 2 octobre 1131. Mort de Philippe, fils aîné du roi Louis le Gros, désarçonné et tué par son cheval effrayé par un cochon circulant rue Saint-Jean. Suite à cet accident, il sera désormais interdit de laisser les porcs circuler librement dans les rues.
  • 1132. Interdit lancé par l’évêque sur la montagne Sainte-Geneviève pour tenter de mettre fin aux désordres occasionnés par des étudiants toujours plus nombreux.
  • 1132. Incendie important ravageant plusieurs quartiers.
  • 1137. En remplacement du marché de la place de Grève, installation du marché neuf aux Champeaux, origine des Halles.
  • 1140. Début de l’enseignement de Pierre Lombard à l’école de Notre-Dame.
  • Juillet 1140. Condamnation par le concile de Sens de l’enseignement d’Abélard qui quitte Paris pour Cluny.
  • 1141. Pour mieux pouvoir surveiller les changeurs, le roi Louis VII leur interdit d’exercer hors du pont au Change.
  • 1148. Dérivation de la Bièvre par les chanoines de Saint-Victor. La rivière se jette désormais dans la Seine à hauteur de l’actuelle rue de Bièvre.
  • Hiver 1149-1150. Hiver rigoureux et long de début décembre à février.
  • 1150. Population de Paris estimée à 50 000 habitants.
  • 1150. Mention par saint Bernard du premier moulin à vent sur la butte Copeaux.
  • 1154. Début de l’assèchement par les chanoines de Sainte Opportune des marais situés entre Montmartre et la ville.
  • 1164. Percement de la rue Neuve Notre Dame lors de la reconstruction de la cathédrale. Ces travaux entraînent la destruction de l’Hôtel-Dieu, qui est reconstruit au sud du parvis.
  • 5 février 1180. Arrestation des dirigeants de la communauté juive de Paris. Ils sont condamnés par Philippe Auguste à verser une amende de 15 000 marcs d’argent.
  • Avril 1182. Expulsion de Juifs de Paris. Leur synagogue devient l’église de la Madeleine.
Notre-Dame
  • 19 mai 1182. Consécration du maître-autel de la cathédrale Notre-Dame.
  • 1186. Sur ordre de Philippe Auguste, les principales rues de Paris sont pavées.
  • 1188 à 1190. Famine chronique.
  • 1190-1220 : Philippe Auguste, fait édifier une nouvelle enceinte fortifiée de Paris.
  • 3 avril 1194. Pertes des archives royales à l’occasion de la bataille de Freteval. Philippe Auguste décide de tout consigner désormais en double exemplaire, l’un d’eux devant rester impérativement à Paris. C’est le début de la fixation de l’administration royale, jusque là ambulante, comme le reste de la cour.
  • 1194. Famine.
  • 1196. Crue de la Seine
  • 1196 à 1197. Famine.
  • Mars 1197. Crue de la Seine qui emporte les ponts de Paris.
  • 1198. Retour des Juifs à Paris sous la condition de payer de lourdes taxes.
  • 1198. Création d'un premier monastère à l'emplacement de Saint-Antoine-des-Champs.
  • Vers 1200. Apparition des premières enseignes pour permettre l’identification des habitations privées.
  • 1200. Rixe entre les étudiants et les troupes du prévôt de Paris : 5 morts. Philippe Auguste désavoue son prévôt en donnant raison aux étudiants qui menaçaient de quitter la ville. Il confirme le privilège des maîtres et étudiants de ne dépendre que de la justice de l’évêque : c’est l’émergence de l’Université.

XIIIe siècle

Sainte-Chapelle
  • 26 avril 1248. Consécration de la Sainte-Chapelle.
  • Vers 1250. Construction de la Cura Regis, ou parlement, avec des premières sessions uniquement judiciaires. Le Parlement de Paris n’est pas un institut local mais national qui a autorité de la Picardie à l’Auvergne, des Pays de Loire à la Champagne.
  • 1252. Début de l’enseignement de Thomas d’Aquin à l’Université de Paris.
  • 1254. Création par le roi saint Louis de l’hospice des Quinze-Vingt destinée aux soins de 300 aveugles.
  • 1254. Arrivée à Paris d’un éléphant qui sera offert par saint Louis à Henri III d'Angleterre.
  • Vers 1255. Le greffier du Parlement, Jean de Montmartre, ouvre le premier de ses registres, les Olim.
  • 1er septembre 1257. Ouverture du collège fondé par Robert de Sorbon, la Sorbonne.
  • 1261. Le prévôt de Paris est désormais un simple fonctionnaire royal.
  • 1268. Compilation du Livre des métiers par le prévôt royal Étienne Boileau qui mentionne les statuts de cent trente-deux métiers.
  • 1292. Publication du fameux Livre de taille, source majeure pour l’Histoire des métiers à Paris. Ce document fiscal recense et pas moins de 300 rues.
  • 1292. Apogée de l’Université de Paris qui reçoit du pape le droit d’enseigner toute la chrétienté.
  • 21 décembre 1296. début d’une crue très importante de la Seine qui dure près de cinq mois.
  • 1299. Première mention de la construction d’une horloge à Paris.
  • 1300. Population de Paris estimée de 150 000 à 200 000 habitants.
  • Vers 1300. Apparition des premières enseignes afin d’identifier auberges et hôtels. Cette enseigne pouvait se limiter à un bouchon de paille ; c’est l’origine du terme « bouchon » appliqué aujourd’hui encore à certaines auberges et cabarets.
  • Vers 1300. Première liste des noms de rues de Paris dans le Dit des rues de Paris par Guillot.

XIVe siècle

  • 23 mars 1302 : Réunion à Notre-Dame des états généraux de langue d'oïl afin d’apporter un soutien au roi dans un conflit contre le pape.
  • 13 juin 1303 : Nouvelle réunion à Notre-Dame des états généraux de la langue d’oïl afin d’apporter à nouveau un soutien au roi dans un conflit contre le pape.
  • 1304. Installation des changeurs sur le Grand-Pont qui prend désormais le nom de Pont au Change :
  • 1305 : Suite à des travaux de réfection du Pont au Change, les changeurs peuvent exercer sur la rive attenant au Châtelet : Les changeurs, qui se contentaient jusque là d’effectuer le change entre les diverses monnaies européennes, deviennent depuis peu des prêteurs ; on appelle ces derniers les Lombards (16 changeurs et 20 lombards en 1292).
  • 21 juin 1306 : Expulsion des juifs de Paris et confiscation de leurs biens.
  • 30 décembre 1306 : Émeute contre la hausse des loyers. Le roi est même assiégé par la foule au Temple.
  • 5 janvier 1307 : Suite à la révolte contre la hausse des loyers, 28 émeutiers sont pendus.
  • 1307 : Le Parlement de Paris devient une institution permanente qui rend la justice au nom du roi en derniers recours ; ses arrêts ne peuvent être cassés que par le Conseil du roi :
  • 13 octobre 1307 : Arrestation des Templiers :
  • Juin 1310 : Bûcher en place de Grève pour Margueritte Porette, illuminée originaire du Hainaut, et pour une juive relapse.
  • 1311 : Expulsion des usuriers lombards.
  • 1313 : Construction du premier quai de la ville entre le couvent des Grands Augustins et l’hôtel de Nesle :
  • 13 juin 1313 : Nouvelle réunion à Notre-Dame des états généraux de la langue d’oïl afin d’apporter à nouveau un soutien au roi dans un conflit contre le pape.
Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay sur le bûcher
  • 19 mars 1314 : Bûcher pour les Templiers, dont Jacques de Molay, à la pointe de l’Île de la Cité :
  • Avril à juillet 1315 : Pluie et froid. Les moissons ne peuvent pas mûrir.
  • Juillet 1315 : Les Juifs sont autorisés à revenir à Paris et recouvrent un tiers de leurs créances.
  • Hiver 1315-1316 : Hiver rigoureux et long de décembre à Pâques. Grande Famine. La Seine gèle. Lors de la débâcle, les ponts de Paris sont emportés.
  • 1320 : Population de Paris estimée à 250 000 habitants.
  • Décembre 1320 : Organisation définitive du parlement en trois chambres : Grand-Chambre, Chambre des enquêtes et Chambre des requêtes :
  • 1322 : Autorisation par le prévôt de Paris du travail de nuit, jusque là strictement interdit
  • 1323 : Parution du premier guide touristique de Paris de Jean de Jandun :
  • 1325 : Le gibet de bois de Montfaucon est remplacé par un gibet de pierre.
  • 6 janvier 1326 : Hiver rigoureux et long. La Seine gèle. Les ponts de Paris sont emportés par la débâcle. L’île de la Cité est approvisionné par bateaux pendant cinq semaines.
  • Février 1328 : Épidémie particulièrement meurtrière.
  • 20 mars 1342 : Institution de la gabelle, impôt sur le sel qui suscite de très vives résistances.
  • 1345 : Après 182 années de travaux, la cathédrale Notre-Dame de Paris est achevée.
  • Fin août 1348 : Début de l’épidémie de la peste noire à Paris. Elle dure deux ans.
  • 1348 : Interdiction royale de balayer les rues après de fortes pluies afin de limiter le rejet des ordures à la Seine, principale source d’eau potable utilisée par les Parisiens.
  • Mai 1349 : Au paroxysme de l’épidémie de peste noire, le Conseil Royal quitte la ville.
  • 1350. Ouverture du premier égout à ciel ouvert partant de la place Baudoyer pour se déverser dans les fossés de la Bastille.
Étienne Marcel
  • 7 juillet 1357 : Achat par Étienne Marcel, prévôt des marchands depuis 1355, de la maison aux piliers de la place de Grève afin d’y installer la municipalité.
  • 24 janvier 1358 : Assassinat du trésorier du dauphin Jean Baillet par le changeur Marc Perrin qui trouve asile à l’église Saint-Merry : Le maréchal de Normandie fait enfoncer la porte de l’église et Jean Baillet est pendu dès le lendemain. Furieux de cette atteinte contre le droit d’asile, l’évêque excommunie le maréchal de Normandie et exige la restitution du corps du condamné.
  • 22 février 1358 : Invasion du Palais de la Cité par les Parisiens en armes sous la conduite d’Étienne Marcel. Les maréchaux de Champagne et de Normandie sont massacrés, tandis que le dauphin est coiffé du chapeau rouge et bleu de Paris. Étienne Marcel rêve de doter Paris d’un statut d’autonomie.
  • 24 février 1358 : Promesse de dauphin de respecter la grande ordonnance de mars 1357 : Quatre bourgeois de Paris entrent à son conseil, dont Étienne Marcel.
  • 4 mai 1358 : Entrée du roi de Navarre Charles II le Mauvais à Paris.
  • 14 mai 1358 : Édit du Vermandois du dauphin qui assiège Paris.
  • 10 juin 1358 : Fin de la Jacquerie des paysans du Beauvaisis qui avait l’entier soutien d’Étienne Marcel.
  • 11 juillet 1358 : Tentative de sortie des Parisiens assiégés par les troupes du Dauphin. Les Parisiens sont stoppés à Bercy :
  • 19 juillet 1358 : Levée du siège de Paris par le Dauphin à court d’argent.
  • 21 juillet 1358 : Rixe de cabaret entre Parisiens et mercenaires anglais : une trentaine d’Anglais sont tués et plus de cinquante prisonniers.
  • 22 juillet 1358 : Expédition de Parisiens en vue de chasser les mercenaires anglais présents à Saint-Cloud et Saint-Denis : Cette expédition tombe dans un guet-apens et les Parisiens sont massacrés par les Anglais.
  • 31 juillet 1358 : Tentative d’Étienne Marcel pour faire ouvrir les portes de la ville aux mercenaires du roi de Navarre. Il est tué à la bastide Saint-Antoine par des partisans du Dauphin.
  • 2 août 1358 : Entrée triomphale du dauphin, futur Charles V le Sage, à Paris. C’est la fin du rêve d’autonomie pour Paris.
  • 10 août 1358 : Après quelques exécutions de partisans d’Étienne Marcel, une amnistie est proclamée.
  • 13 mai 1360 : Signature d’une convention entre les bourgeois de Paris et les Anglais pour le rachat de dix places fortes qui gênent les communications et le ravitaillement de la ville.
  • 1360 à 1363 : Épidémie de peste.
  • 1363 : La paupérisation s’accentue et le nombre de mendiants errants dans les rues de Paris devient important.
  • 1364 : Charles V le Sage est couronné roi de France et abandonne l’Hôtel Saint-Pol dans le quartier du Marais, siège traditionnel du pouvoir, pour s’installer au Louvre qu’il fait rénover.
  • 1365 : Population de Paris estimée à 275 000 habitants.
  • 1366 à 1369 : Épidémie de peste.
  • 1368 : Nouveau détournement de la Bièvre qui se jette désormais dans la Seine au niveau du Château de la Tournelle. La partie de la rivière restée à Paris est transformée en égout.
  • 1370 : Par ordonnance royale, les églises sonnent les heures et les quarts d’heure en se conformant à l’heure marquée par l’horloge à poids et sonnerie d’Henri de Vic installé au Palais de la Cité.
Fichier:Bastille2.jpg
la Bastille
  • 22 avril 1370 : Pose de la première pierre de la Bastille :
  • 1372 : Jeanne Daubenton, membre très active des [Turlupins] est brûlée vive en place de Grève. Les Turlupins sont les héritiers des adamistes qui prêchent pour le dénuement et la nudité. Ce mouvement est excommunié cette même année par le pape Grégoire XI.
  • 1373 : Crue importante de la Seine.
  • 1374 : Épidémie de peste.
  • 1374 : Afin de mettre un terme à l’usage du « tout à la rue », transformant les rues en véritables égouts, il est désormais obligatoire à tous les propriétaires de la ville et des faubourgs de Paris de doter leurs logements de latrines privées en nombre suffisant. Cette obligation devra être souvent renouvelée, car de nombreux propriétaires n’équipent pas leurs logements.
Salle parisienne de jeu de paume
  • 1378 : Construction du pont Saint-Michel d’abord appelé pont Neuf :
  • 1379 à 1380 : Épidémie de peste.
  • 1380 : Fin des travaux de l’enceinte dite de Charles V qui protège 439 hectares.
  • 1382 : Épidémie de peste.
  • Été 1383 : Canicule.
  • 1392 : On dénombre huit salles de Jeu de paume à Paris.
  • 1395 : Autorisé depuis 1322, le travail de nuit est à nouveau strictement interdit à Paris.
  • 22 janvier 1397 : Ordonnance du prévôt de Paris qui rappelle l’interdiction de la pratique du jeu de paume notamment. Les joueurs ne tiennent évidemment aucun compte de cet interdit…
  • 22 juin 1397 : Le prévôt de Paris interdit la pratique du jeu de paume tous les jours, sauf le dimanche « parce que plusieurs gens de métier et autres du petit peuple quittaient leur ouvrage et leur famille pendant les jours ouvrables, ce qui était fort préjudiciable pour le bon ordre public ». Encore une fois, les joueurs ne tiennent aucun compte de cet interdit et des parties ont lieu tous les jours, au grand désespoir des autorités municipales.
  • 1399 à 1401 : Épidémie de peste.

XVe siècle

Plan de Paris (1422)
  • 1407-1408. Hiver rigoureux et long du 10 novembre au 10 avril, l’un des plus froids du Moyen Âge. 66 jours de gelées à Paris. La Seine gèle. Le pont bâti du Petit-Châtelet, construit en bois, est emporté par les glaces charriées par une crue de la Seine en janvier 1407. Disette.
  • 1413 : Révolte des Cabochiens.
  • 1417 à 1439. Étés généralement plus chauds. Vendanges précoces dès la fin août.
  • 1419-1420. Hiver rigoureux et long. Abondante chute de neige. Les loups à Paris.

Époque moderne

Massacre de la Saint-Barthélemy
Hôtel des Invalides
  • Octobre 1674. Premiers pensionnaires hébergés à l'Hôtel des Invalides.
  • 1708-1709. Hiver glacial. -23,1°C le 13 janvier à Paris. L’hiver le plus froid « depuis longtemps ». Pendant 10 jours consécutifs, la température est inférieure à -10°C à Paris. Record jamais battu. Record de -26°C à Paris. Vague de grand froid du 6 au 23 janvier et très froid du 13 au 20 janvier. La Seine gèle. Famine avec environ 1,4 millions de morts en France. Paris est approvisionné pour la première fois le 5 avril. Dégel en avril.
  • 1739-1740. Hiver glacial. 75 jours de gelées à Paris, dont 22 consécutifs. La Seine gèle sur 40 cm de profondeur. Froid d’octobre à mars.
  • 26 décembre 1740 La troisième crue plus grande de la Seine, avec 8,05 m.
  • 1775-1776. Hiver glacial dans le nord de la France. Normal au Centre et dans le Sud du pays. Grand froid à partie du 8 janvier 1775 jusqu’au début février. Température record : -17,2°C à Paris le 29 janvier. La Seine est gelée du 25 janvier au 6 février.
  • 21 novembre 1783. Premier vol d’un homme en ballon. Le Français Pilatre de Rosier réalise cette première sur un ballon conçu et réalisé par les frères de Montgolfier. Ce premier vol au-dessus de Paris dure 28 minutes et le ballon atteint les 1000 m d’altitude.
  • 1783-1784. Glacial. Froid dans le Nord de novembre à avril. Neige abondante entre le 26 décembre et le 17 février. 69 jours de gels consécutifs à Paris. Température record : -19,1°C à Paris. Grand froid du 7 janvier au 4 février. La Seine gèle pendant deux mois.
  • 1785. Mur des Fermiers généraux
  • 1788-1789. Hiver glacial. 56 jours de gelées consécutives à Paris. La Seine gèle du 20 novembre au 20 janvier. Température record : -21,8C à Paris le 31 décembre 1788.

Époque contemporaine

Révolution française

Prise de la Bastille

XIXe siècle

  • 9 août 1803. Démonstration du bateau à vapeur de Fulton sur la Seine.
Sacre de Napoléon à Notre-Dame
Canal Saint-Martin
Arc de Triomphe
Architecture haussmannienne
Affiche de la Commune de Paris
Tour Eiffel
Métro parisien

Paris au XXe siècle

Libération en août 1944
Maison de la Radio
boulevard périphérique parisien
Palais omnisports de Paris-Bercy

XXIe siècle

  • 18 mars 2001. Le socialiste Bertrand Delanoë est élu maire de Paris.
  • 21 juillet au 18 août 2002. Première édition de Paris-Plage qui transforme les voies sur berges en plage avec 1 000 tonnes de sable fin et palmiers. Très grand succès d’image pour la capitale doublé d’un solide succès populaire avec plus de 2,5 millions de visiteurs. L’idée est reprise à l’étranger.
Nouveau tramway parisien
  • 5 octobre 2002. Première édition de la « Nuit Blanche » qui met à l’honneur l’art contemporain tout au long de la nuit.
  • 2003. Canicule (2 vagues : juin et août), 15 000 morts en France. À Paris, 9 jours consécutifs à plus de 35°C du 4 au 12 août. Record de température minimale (la nuit) avec 25,5°C dans la nuit du 11 au 12 août. Été le plus chaud depuis que des relevés officiels existent à Paris (1757).
  • Novembre 2003 : Forum social européen, organisé par les altermondialistes
  • Été 2005 : une vague d'incendies frappe plusieurs immeubles insalubres de la capitale, entraînant la mort d'une vingtaine de personnes. Ces incendies permettent au ministre de l'intérieur de justifier l'expulsion de plusieurs squats.
  • Novembre 2005 : des émeutes débutées à Clichy-sous-Bois en banlieue est s'étendent rapidement à toute l'agglomération parisienne puis à toutes les zones urbaines sensibles du pays.
  • Mars 2006 : les universités parisiennes sont occupées par les étudiants. La Sorbonne est évacuée par la police puis fermée jusqu'au mois d'avril. Plusieurs jours d'affrontements entre la police et les étudiants.
  • 16 décembre 2006 : inauguration d'une ligne de tramway sur 7,9 km entre le pont de Garagliano et la porte d'Ivry. C'est le grand retour du tramway à Paris, après une absence de près de 70 ans.
  • 15 juillet 2007 : inauguration d'un nouveau système de transport en libre-service le Vélib'

Sources

Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de Paris, p 537 à 658.

  • Portail de Paris Portail de Paris
Ce document provient de « Chronologie de Paris ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Chronologie de paris de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”