Baron Haussmann

Georges Eugène Haussmann

Georges Eugène Haussmann en 1865

Georges Eugène Haussmann (né le 27 mars 1809 à Paris, mort le 11 janvier 1891 à Paris), couramment appelé le « baron Haussmann », a été préfet de la Seine du 23 juin 1853 au 5 janvier 1870. À ce titre, il a dirigé les transformations de Paris sous le Second Empire en élaborant un vaste plan de rénovation.

Sommaire

Enfance et carrière jusqu'au Second Empire

Né à Paris le 27 mars 1809 au 55 rue du Faubourg-du-Roule, dans le quartier Beaujon, dans une maison qu'il n'hésita pas à faire démolir, il est le fils de Nicolas-Valentin Haussmann (1787-1876), protestant, commissaire des guerres et intendant militaire de Napoléon Ier et d'Ève-Marie-Henriette-Caroline Dentzel (fille du général et député de la Convention Dentzel, baron d'Empire) et le petit-fils de Nicolas Haussmann (1759-1847), député de l'Assemblée Législative et de la Convention, administrateur du département de la Seine-et-Oise, commissaire aux armées.

Il fait ses études au collège Henri-IV et au lycée Condorcet à Paris, puis il entame des études de droit tout en étant au conservatoire de musique de Paris.

Il se marie le 17 octobre 1838 à Bordeaux avec Octavie de Laharpe, protestante comme lui. Ils ont deux filles : Henriette, qui épouse en 1860 le banquier Camille Dollfus et Valentine, qui épouse en 1865 le vicomte Maurice Pernéty, chef de cabinet du préfet de la Seine puis, après son divorce, en 1891 Georges Rénouard.

Le 21 mai 1831, il est nommé secrétaire général de la préfecture de la Vienne à Poitiers puis sous-préfet d'Yssingeaux, le 15 juin 1832.

Il est successivement sous-préfet du Lot-et-Garonne à Nérac (le 9 octobre 1832), de l'Ariège à Saint-Girons (le 19 février 1840), de la Gironde à Blaye (le 23 novembre 1841), puis préfet du Var (le 24 janvier 1849), et enfin de l'Yonne (15 mai 1850).

Présenté à Napoléon III par Victor de Persigny, ministre de l'Intérieur, il devient préfet de la Seine le 22 juin 1853, succédant ainsi à Jean-Jacques Berger et à Rambuteau.

La transformation de Paris

Au milieu du XIXe siècle, Paris se présente à peu près sous le même aspect qu'au Moyen Âge : les rues y sont encore sombres, étroites et insalubres. Lors de son séjour en Angleterre (1846-1848), Napoléon III avait été fortement impressionné par Londres : il est vrai que la reconstruction de la capitale anglaise suite à l'incendie de 1666 avait fait de cette ville une référence en matière d'hygiène et d'urbanisme ; et l'empereur voulait faire de Paris une ville aussi prestigieuse que Londres ; ce sera le point de départ de l'action du nouveau préfet.

L'idée maîtresse des travaux est une meilleure circulation de l'air et des hommes, en adéquation avec les théories hygiénistes, héritées des « Lumières » et qui sont alors en plein essor, mais aussi en réaction à l'épidémie de choléra de 1832. Un autre objectif, moins avoué, est de maîtriser d'éventuels soulèvements populaires, en souvenir de ceux de 1830 et 1848. Cette campagne sera intitulée « Paris embellie, Paris agrandie, Paris assainie ».

Haussmann a l'obsession de la ligne droite, ce que l'on a appelé le « culte de l'axe » au XIXe siècle. Pour cela, il est prêt à amputer des espaces structurants comme le jardin du Luxembourg mais aussi à démolir certains bâtiments comme le marché des Innocents ou l'église Saint-Benoit. Des boulevards et avenues sont percés de la place du Trône à la place de l'Étoile, de la gare de l'Est à l'Observatoire. Haussmann donne également aux Champs-Élysées leur visage d'aujourd'hui.

Dans le but d'améliorer l'hygiène, par une meilleure qualité de l'air, suivant les recommandations de son prédécesseur le préfet Rambuteau, il aménage un certain nombre de parcs et jardins : ainsi sont créés, outre de nombreux squares, le parc Montsouris ou encore le parc des Buttes-Chaumont. D'autres espaces déjà existants sont transformés et passent du statut d'espaces verts à celui de hauts lieux voués à la promenade (c'est le cas des bois de Vincennes et Boulogne).

Des règlements imposent des normes très strictes quant à la hauteur et au style architectural des édifices. L'immeuble de rapport et l'hôtel particulier s'imposent comme modèles de référence. Les immeubles se ressemblent tous : c'est l'esthétique du rationnel.

Afin de mettre en valeur les monuments nouveaux ou anciens, il met en scène de vastes perspectives sous forme d'avenues ou de vastes places. L'exemple le plus représentatif est la place de l'Étoile d'où partent douze avenues dont la plus célèbre de toutes : l'avenue des Champs-Élysées. Il souhaite aussi créer des églises, afin d'influencer la population sur les progrès de l'industrialisation. Car à cette époque l'église et l'État sont très liés.

Il crée en parallèle, avec l'ingénieur Belgrand, des circuits d'adduction d'eau et un réseau moderne d'égouts, puis lance la construction de théâtres (Théâtre de la Ville et Théâtre du Châtelet), ainsi que deux gares (Gare de Lyon et Gare de l'Est).

Des communes limitrophes de Paris, comme La Chapelle, Montmartre, Auteuil ou encore Passy, seront annexées à la capitale.

Cette transformation a un coût très élevé, puisque Napoléon III souscrit un prêt de 250 millions de francs en 1865, et un autre de 260 millions de francs en 1869.

Au total, on estime que les travaux du baron Haussmann ont modifié Paris à 60 %[réf. nécessaire]

Haussmann a su aussi propager son savoir-faire dans les différentes régions françaises sous le Second Empire et le début de la Troisième République. Les villes les plus influencées sont Rouen qui, avec sa transformation va perdre plus de 500 maisons et deux églises, mais aussi Bordeaux, Toulouse, Avignon, Toulon, Lyon et Marseille qui est l'une des villes dont la physionomie a le plus changé.

Honneurs et critiques

Rue de Paris, temps de pluie (1877) de Gustave Caillebotte, Art Institute, Chicago

Son activité au service de la transformation de Paris lui a permis d'accéder à la fonction de sénateur en 1857, de membre de l'Académie des Beaux-Arts en 1867 et de chevalier de la Légion d'honneur en 1847, puis grand-officier en 1856 et enfin grand-croix.

Son titre de baron a été contesté. Comme il l'explique dans ses Mémoires [1], il a utilisé ce titre après son élévation au Sénat en 1857, en vertu d'un décret de Napoléon Ier qui accordait ce titre à tous les sénateurs. Il aurait refusé, d'une boutade, le titre de duc proposé par Napoléon III (cf anecdotes). Le Dictionnaire du Second Empire [2], toutefois, estime qu'Haussmann a utilisé ce titre en se basant, de manière abusive, sur l'absence de descendance mâle de son grand-père maternel, Georges Frédéric baron Dentzel.

Son œuvre n'en reste pas moins contestée à cause des sacrifices qu'elle a entraînés ; en outre, les méthodes employées ne s'encombrent pas des principes démocratiques et les manœuvres financières sont assez douteuses : cet aspect a été particulièrement bien décrit par Émile Zola dans son roman La Curée.

Les nouvelles lois d'expropriation entraîneront plus tard de nombreuses contestations et pousseront à la faillite de nombreux petits propriétaires qui ont vu leurs biens détruits. En parallèle, les nouveaux règlements imposent des constructions d'un niveau de standing élevé. Il en résulte une forte spéculation immobilière qui exclut de facto les classes les moins aisées de la société parisienne.

Une partie de la population manifeste son mécontentement en même temps que son opposition au pouvoir en place. En 1867, le baron Haussmann est interpellé par le député Ernest Picard. Les débats houleux que le personnage suscite au sein du Parlement entraînent un contrôle plus strict des travaux, qu'il avait habilement évité jusque-là. Jules Ferry rédige la même année une brochure intitulée : « Les Comptes fantastiques d'Haussmann » [3], par allusion aux Contes fantastiques d'Hoffmann. On l'accuse, à tort, d'enrichissement personnel[réf. nécessaire].

Le Baron, qui avait un temps espéré entrer au gouvernement pour mettre en œuvre ses idées à l'échelle du territoire national, est destitué de son pouvoir par le nouveau cabinet d'Émile Ollivier le 5 janvier 1870, quelques mois avant la chute de Napoléon III. Son successeur est Léon Say, mais Belgrand et surtout Alphand conservent un rôle prépondérant et poursuivent l'œuvre d'Haussmann.

Après s'être retiré pendant quelques années à Cestas près de Bordeaux, Haussmann revient à la vie publique en devenant député de la Corse de 1877 à 1881. Il reste bonapartiste malgré le retour de la République. Il consacre la fin de sa vie à la rédaction de ses Mémoires (1890-1891), un document important pour l'histoire de l'urbanisme de Paris.

Le baron Haussmann meurt le 11 janvier 1891. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Anecdotes

  • Haussmann mesurait 1,90 m.
  • Ernest Renan raconte que Haussmann a fait disparaître une île entière en Bretagne, l'Île-Grande (face à Pleumeur-Bodou), pour obtenir la pierre nécessaire à ses travaux. L'écrivain exagère quelque peu, car l'île est toujours là mais on peut voir sur celle-ci d'imposantes carrières datant de l'époque de ces travaux.
  • On a prêté à madame Haussmann cette remarque naïve ou cynique : « Mon mari et moi n'avons pas de chance. Dès que nous nous installons quelque part, nous en sommes expropriés ! »
  • Haussmann raconte dans ses Mémoires que Napoléon III voulait donner son nom à la partie du boulevard de Sébastopol qui s'étendait sur la rive gauche (actuel boulevard Saint-Michel). Le préfet refusa en feignant la modestie. En réalité il espérait, et obtint en fin de compte, que son nom revienne à un boulevard dont l'idée lui revenait plus directement et au bord duquel il était né (dans une maison qu'il dût d'ailleurs détruire) : c'est l'actuel boulevard Haussmann.
  • Afin de montrer son peu d'attachement aux titres officiels, il rapporte dans ses Mémoires le dialogue suivant, où un interlocuteur lui suggérait qu'il pourrait être nommé duc de la Dhuis, en référence aux travaux d'Haussmann par lesquels l'eau de cette rivière était venue alimenter Paris. Haussmann objecte :
    « De la Dhuis ? Mais, duc, ce ne serait pas assez.
    — Que voulez-vous donc être ? … Prince ?
    — Non ; mais il faudrait me faire aqueduc, et ce titre ne figure pas dans la nomenclature nobiliaire. »
  • Haussmann fut surnommé Attila par les parisiens, en référence à ses démolitions massives d'immeubles.
  • Le mot haussmannisation fait référence directement à la méthode d'urbanisme par éventrement des anciens quartiers, et surtout à l'aspect chirurgical que représente l'urbanisme d'Haussmann.

Notes et références

  1. Baron Haussmann, Mémoires, trois tomes publiés en 1890 et 1893. Nouvelle édition établie par Françoise Choay, Seuil, 2000. Voir aussi l'exemplaire de Gallica.
  2. Dictionnaire du Second Empire, sous la direction de Jean Tulard, article Haussmann.
  3. Jules Ferry, Les comptes fantastiques d'Haussmann (Gallica).

Voir aussi

Articles connexes

Liens et documents externes

  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de Paris Portail de Paris
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme
Ce document provient de « Georges Eug%C3%A8ne Haussmann ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Baron Haussmann de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Barón Haussmann — Baron Haussmann, hacia 1865. Georges Eugène Barón Haussmann (París, 27 de marzo de 1809 – París, 11 de enero de 1891) fue un funcionario público, diputado y senador francés. Recibió el título de Barón del emperador Napoleón III, con quien trabajó …   Wikipedia Español

  • Baron Haussmann — Georges Eugène Haussmann (March 27, 1809 ndash; January 11, 1891), who called himself Baron Haussmann, was a French civic planner whose name is associated with the rebuilding of Paris. He was born in Paris to a Protestant family from… …   Wikipedia

  • Barón Haussmann — Georges Eugène Barón Haussmann (27 de marzo, 1809 – 11 de enero, 1891) funcionario público, diputado y senador francés de origen alemán. Recibió el titulo de Barón del emperador Napoleón III, con quien trabajó en la ambiciosa renovación de París …   Enciclopedia Universal

  • Georges-Eugène Baron Haussmann — Georges Eugène Haussmann Georges Eugène Baron Haussmann (* 27. März 1809 in Paris; † 11. Januar 1891 ebenda) war französischer Präfekt von Paris und Stadtplaner. Er gab Paris Mitte des 19. Jahrhunderts ein modernes Stadtbild, das bis heute… …   Deutsch Wikipedia

  • Haussmann — Haussmann, Georges Eugène, barón de * * * (as used in expressions) Haussmann, Georges Eugène barón Haussmann Jacques Haussmann …   Enciclopedia Universal

  • Haussmann — Georges Eugène Haussmann Georges Eugène Haussmann en 1865 …   Wikipédia en Français

  • Haussmann's renovation of Paris — The Haussmann Renovations, or Haussmannisation of Paris , was a work commissioned by Napoléon III and led by the Seine prefect, Baron Georges Eugène Haussmann between 1852 and 1870, though work continued well after the Second Empire s demise in… …   Wikipedia

  • Haussmann, Georges-Eugène, Baron — (1809 1891)    administrator, urban planner    Georges Eugène, Baron Haussmann, who extensively redesigned paris during the reign of napoléon III (1852 70), was born in that city and began his administrative career shortly after the revolution of …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Haussmann, Georges-Eugène, Baron — ▪ French civil servant born March 27, 1809, Paris, Fr. died Jan. 11, 1891, Paris  French administrator responsible for the transformation of Paris from its ancient character to the one that it still largely preserves. Though the aesthetic merits… …   Universalium

  • Haussmann — Haussmannization /hows meuh neuh zay sheuhn/, n. /hows meuhn/; Fr. /ohs mannn /, n. Georges Eugène /zhawrddzh ue zhen /, Baron, 1809 91, French administrator who improved the landscaping, street designs, and utilities systems of Paris. * * * (as… …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”