1848

Années :
1845 1846 1847  1848  1849 1850 1851

Décennies :
1810 1820 1830  1840  1850 1860 1870
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada, États-Unis) • Asie • Europe (France, Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Droit Littérature Musique Musique classique Parcs de loisirs • Photographie • Science Sociologie • Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Cette page concerne l'année 1848 du calendrier grégorien.

Sommaire

Événements

Afrique

Caricature de Victor Schoelcher, initiateur de l'abolition, par André Gill
  • Fuyant les Zoulous, les Ngunis forment cinq royaumes et effectuent de nombreuses incursions militaires entre le lac Victoria et le Zambèze.
  • Conquête de Bondo et de Kasanje en Angola par les Portugais (fin en 1852).
  • Début du règne de Olimi V Rwakabale, roi du Bounyoro (fin en 1852). Il arrive au pouvoir suite à une nouvelle guerre de succession.
  • Le gouverneur de la Gold Coast, William Winniett, et le missionnaire Thomas B. Freeman à Abomey signent un accord commercial avec le Dahomey. John Duncan est nommé vice-consul résident à Ouidah.
  • Le chef Toucouleur El Hadj Omar s’installe à Diguinraye sur les bords du fleuve Sénégal. Il acquiert une réputation de saint et rassemble de nombreux disciples qui formeront les cadres de son armée.

Maghreb

  • Le duc d’Aumale envisage la pacification totale de la Kabylie, mais la révolution de 1848 l’oblige à s’embarquer le 2 mars pour l’Angleterre où il rejoint la famille royale en exil.
  • Chute de Constantine et fin de la résistance ottomane à la présence française. La répression en France sur les insurgés de juin provoque une vague de migration vers l’Algérie.
  • 19 septembre : Le gouvernement accorde un crédit de 50 millions pour développer la colonisation prolétarienne en établissant quelque 12 000 ouvriers et intellectuels en Algérie. Le nombre de colons passe de 40 000 en 1840 à 131 000 en 1848 et le rythme de confiscation de terres s’accélère.
  • 12 novembre : La nouvelle Constitution française déclare l’Algérie partie intégrante du territoire français.
  • Le général Bugeaud achève son mandat et quitte Alger. Jusqu’en 1851, sept gouverneurs se succéderont à Alger : Changarnier, Cavaignac, de nouveau Changarnier, puis Marey-Monge, Charon, d'Hautpoul et Pélissier.
    • Durant la seconde République, l’instabilité politique en France se répercute en Algérie. Certaines tribus kabyles se livrent au pillage ; les confréries religieuses, en particulier les Derkaoua et les Senousis aux confins des régences de Tunis et de Tripoli, prêchent la guerre sainte ; dans le Sud-Oranais, les Ouled-Sidi-Cheikh se soulèvent. En 1848, le colonel Canrobert riposte par une expédition dans les Aurès et capture le bey Ahmed qui s’y est réfugié.
  • Dans le Sud, à vingt kilomètres à l’ouest de Biskra, dans l’oasis de Zaatcha, un ancien cheikh d’Abd el-Kader, Bou Ziam, soulève les Ksouriens et les nomades.

Proche-Orient

  • Perse : Le gouverneur d’Azerbaïdjan Birman, en conflit avec le Premier ministre, s’exile en Russie. Le chah craint que Birman ne soit rétablit à son poste de gouverneur avec l’aide des Russes.
  • Le sultan ottoman installe un sixième corps d’armée à Bagdad, chargé de surveiller l’Irak, les frontières turco-perses et les Britanniques, de plus en plus présents dans le Golfe Persique.

Asie

  • Wolter Robert van Hoëvell, pasteur à Batavia, a fondé un journal qui en 1848 prend un caractère politique. Revenu aux Pays-Bas et membre de la seconde Chambre, il critique la politique coloniale du gouvernement.

Océanie

  • Australie : Création de la police montée indigène dans le Queensland pour « nettoyer le pays » et mater les voleurs de bétail et les révoltes indigènes. Légende de Tjandawara, dit « Pigeon le broussard », ancien pisteur aborigène de la police monté déserteur, qui entre en résistance en attaquant les fermes des colons avec sa troupe de guerriers.
  • Polynésie : Le presbytérien John Geddie s’installe sur l’île de Tauna et Aneityum, qu’il transforme en une sorte de théocratie, régissant la population selon une conception puritaine qui ne laisse aucune place à la vie coutumière.

Amérique

Article détaillé : 1848 aux États-Unis.
24 janvier : Découverte d'or à Sutter's Mill

Europe

10 avril : Manifestation chartiste à Kennington, photographie de William Kilburn.

Allemagne

  • 9 février : À Munich : manifestations contre Lola Montez.
  • 27 février : L’Allemagne du Sud est gagnée par la vague révolutionnaire : à Mannheim se constitue une assemblée de démocrates.
  • 5 mars : Réunion des libéraux allemands à Heidelberg qui convoquent un Parlement préparatoire (Vorparlament). Début de la révolution allemande.
  • 17-19 mars : Révolution de Berlin. Assemblée constituante.
  • 18 mars : La population de Berlin se soulève contre la bureaucratie, les hobereaux et le militarisme.
  • 19 mars : Pour gagner du temps, Frédéric-Guillaume IV de Prusse constitue un ministère libéral dirigé par Camphausen.
  • 20 mars : À la suite du scandale provoqué par sa liaison avec l'aventurière irlandaise et fausse danseuse « espagnole » Lola Montès (Maria-Dolorès Eliza Gilbert), le roi de Bavière Louis Ier abdique.
  • 31 mars : Réunion du Vorparlement qui décide de faire élire au suffrage universel une assemblée nationale afin d’établir une constitution pour l’ensemble de l'Allemagne.
  • Mars : Début de la première guerre des Duchés (1848-1851).
  • 18 mai : Parlement de Francfort. Il adopte le drapeau noir, rouge et or, désigne un Ministère impérial et prépare la Constitution du Reich à venir, mais sans supprimer l’ancienne Diète. Elle se divise bientôt ente partisans de la solution grande-allemande (großdeutsche Lösung), favorables à une Allemagne fédérale comprenant l’Autriche et s’étendant de la Baltique à l’Adriatique, et ceux de la solution petite-allemande (kleindeutsche Lösung), favorables à une Allemagne plus petite, sans l’Autriche et sous l’autorité prussienne. Les libéraux prussiens dénoncent le gouvernement provisoire, confié à l’archiduc d’Autriche Jean.
  • 21 mai Des incidents se produisent entre la garde nationale et la garnison prussienne de la forteresse fédérale de Mayence. Le vice-gouverneur prussien, le général Hüser, avait exigé le désarmement de la garde nationale et menacé de bombarder la ville au cas où son ordre ne serait pas exécuté.
  • 31 octobre : Frédéric-Guillaume IV de Prusse, encouragé par la victoire des absolutistes à Vienne, place la capitale Berlin en état de siège.
  • 5 décembre : Dissolution de l'Assemblée constituante en Prusse. Le comte de Brandebourg et Manteuffel forment un gouvernement réactionnaire.
    • Échec de la révolution allemande pour l'unité et la liberté (fin en 1850). Après cet échec, de nombreux Juifs émigrent vers l’Amérique.

Empire d'Autriche

15 mars : Révolution à Budapest
  • La révolution parisienne du 22 février appelle les mouvements libéraux à l’action en Autriche et en Hongrie.
  • 3 mars : Kossuth réclame à la diète de Presbourg une constitution pour la Hongrie et fait adopter une adresse à l’empereur.
  • 6 mars : Les corporations de Basse-Autriche réclament des droits politiques pour le peuple, la suppression de la censure, la publicité des procédures judiciaires et l’institution des jurys.
  • 11 mars : À Prague, tchèques et allemands exigent des réformes constitutionnelles, l’autonomie des pays de la couronne de Bohême et le respect des droits des deux nations.
  • 13-14 mars : Révolution de Vienne. Manifestation au Landhaus à Vienne (13 mars). La troupe ouvre le feu et l’agitation s’étend aux faubourgs. Metternich démissionne et s’enfuit. La cour octroie la liberté de la presse et promet une constitution. Les forces révolutionnaires s’organisent (comité bourgeois de sécurité, garde nationale, comité central).
  • 15 mars : La révolution éclate à Budapest. Petöfi et ses amis organisent une manifestation qui porte aux autorités un programme national et libéral en 12 points (liberté de la presse, suppression de la censure, ministère responsable et Assemble nationale à Budapest, égalité de droits civique et religieuse, contribution égale de tous aux charges publiques, suppression des redevances seigneuriales, Banque nationale, forces armées nationales, libération des prisonniers politiques, réformes judiciaires, union avec la Transylvanie). Le conseil de lieutenance capitule devant la foule et le comte Batthyány devient le président du conseil du premier ministère responsable de l’histoire hongroise.
  • 18 mars : Les garnisons autrichiennes sont chassées d'Italie centrale. Abolition des servitudes féodales en Hongrie.
  • 22 mars : Les Autrichiens sont chassés de Venise. Ils évacuent Milan.
  • 24 mars : En Transylvanie, Simion Bărnuţiu (1808-1864), professeur du séminaire uniate de Blaj, lance une proclamation pour demander la reconnaissance des Roumains en tant que « Nation » et l’abolition du servage.
  • 8 avril : Révolution à Prague. Charte de la Bohême.
  • 11 avril : Statut particulier de la Hongrie. La Diète hongroise est dissoute et remplacée par une Assemblée nationale élue au suffrage direct des nobles, des bourgeois et des paysans aisés.
  • 12 avril : Diffusion à Vienne d’un programme politique pour la « Slovénie unifiée » pour la réunion de tous les slovènes dans une même entité administrative.
  • 25 avril : Une constitution (suffrage censitaire et bicaméralisme) est publiée par le baron Pillersdorf, chef du gouvernement impérial à Vienne. Elle ne convient pas au comité central qui organise les journées révolutionnaires des 15 et 26 mai.
  • 10-15 mai : Le colonel Josip Jelačić, désigné comme ban par la diète (25 mars) proclame l’indépendance de la Croatie face à la Hongrie et met ses forces à la disposition de l’empereur. Slovaques, Serbes, Roumains font de même.
  • 11 mai : Présentation des « Demandes de la nation slovaque » à Saint-Nicolas-de-Liptov. Elles réclament le suffrage universel masculin, la liberté de la presse, le droit de réunion, une réforme de la loi sur l’abolition du servage, une représentation propre à la diète, une diète slovaque provinciale, des écoles slovaques. Le gouvernement hongrois répond en décrétant la loi martiale et en émettant un mandant d’arrêt à l’encontre de Štúr, de Hodža et de Hurban qui doivent s’exiler.
  • 15 mai : Émeute à Vienne, assemblée constituante. La cour quitte Vienne pour Innsbruck. Une assemblée constituante est élue au suffrage universel. Elle siège à Kremsier (Moravie) et élabore un projet de constitution progressiste.
  • 30 mai : La Transylvanie proclame sa réunification avec la Hongrie.
  • 2 juin : Congrès de Prague. Le premier congrès panslave, réuni à Prague, proclame sa fidélité aux Habsbourg sur la base d’un État fédéral.
  • 5 juin : Diète croate.
  • 12-27 juin : Alfred, Prince de Windisch-Graetz, gouverneur de Bohême, assiège et bombarde Prague qui capitule.
  • 29 juin : L'archiduc Jean est vicaire d'Empire.
  • 8 juillet : Pillersdorf démissionne et est remplacé par le ministère Doblhoff (Alexandre Bach, ministre de la justice) chargé de donner une constitution à l’ensemble de la monarchie.
  • 11 juillet : Le parlement hongrois, élu le 5 juillet, vote la levée en masse pour défendre la patrie en danger.
  • 7 septembre : Le parlement autrichien de Kremsier (Moravie) abroge tous les liens serviles et abolit les droits seigneuriaux. Les propriétaires sont indemnisés.
  • Septembre : Jellachich entre en Hongrie le 11 septembre, ce qui permet à Kossuth de prendre le pouvoir en créant un comité de défense nationale (22 septembre) dont il prend la direction le 8 octobre. L’armée hongroise entre deux fois en Autriche.
  • 16 septembre : Formation du Conseil national slovaque à Vienne.
  • 19 septembre : Lors d’un rassemblement public à Myjava, le Conseil national slovaque rejette la tutelle du pouvoir hongrois et déclare l’autonomie de la nation slovaque. Une troupe slovaque armée se constitue pour la première fois. Le mouvement est rapidement réprimé par les armées impériales et par la défense intérieure hongroise.
  • 6 octobre : Assassinat à Vienne du ministre de la guerre Latour par la foule, qui s’empare de l’arsenal. Le gouvernement rejoint la Cour à Olomouc en Moravie.
  • 16 octobre : Windischgrätz est nommé général en chef.
  • 25 octobre : L’armée hongroise marche sur Vienne pour porter secours à l’insurrection de la capitale.
  • 26 octobre : Windischgrätz commence les opérations contre Vienne en liaison avec Jellachich, ban de Croatie.
  • 30 octobre : Les troupes de Kossuth sont battues par les Croates à Schwechat.
  • 31 octobre : Reprise de Vienne par la réaction. Les impériaux exercent une répression brutale.
  • 21 novembre : L’empereur nomme un nouveau gouvernement présidé par le prince Félix Schwarzenberg. Bien que conservateur, il s’entoure de libéraux comme Stadion et Bruck (commerce). Kraus reste aux finances et Alexandre Bach à l’intérieur.
  • 2 décembre : En Autriche, Ferdinand Ier d'Autriche abdique. Début du règne de François-Joseph, empereur d'Autriche, choisi par l’aristocratie conservatrice et l’armée (fin en 1916).
  • Décembre : Le général autrichien Windischgrätz entre en Hongrie, atteint Györ, puis Budapest le 31 décembre.
  • De décembre 1848 à l’été 1849, trois expéditions de volontaires slovaques armés sont envoyées en Slovaquie. Elle s’opposent au gouvernement révolutionnaire hongrois qui refuse de reconnaître les autres nationalités jusqu’au 28 juillet 1849.

Moldavie-Valachie

Révolutionnaires valaques à Bucarest arborant le drapeau tricolore
13 septembre : Répression du mouvement révolutionnaire à Bucarest par les Turcs
  • 8 avril : Mouvement national et libéral en Moldavie et Valachie. Il débute par une grande réunion à Iasi où est approuvé une pétition-programme adressée au prince M. Sturdza qui réclame les libertés individuelles, la responsabilité ministérielle, l’organisation d’une milice, la fondation d’une banque nationale, la suppression de la censure, etc. Treize leaders, dont A. I. Cuza, sont arrêtés et envoyés en exil en Turquie.
  • 22 mars : En Valachie, un « Comité révolutionnaire » est formé à Bucarest qui adopte un programme en 22 points voisin de celui de Moldavie mais réclame en plus l’émancipation des paysans corvéables et la redistribution des terres en leur faveur.
  • 9 juin : Radulescu lit la Proclamation d’Izlaz, qui revendique l’abolition du protectorat étranger, l’élection du prince pour cinq ans par une assemblée représentative de l’ensemble de la population, l’émancipation des Juifs et des Tziganes. Un gouvernement provisoire est aussitôt constitué (Bălcescu, Rosetti, Golescu).
  • 11 juin : L’agitation gagne Bucarest. Le prince Georges III Bibesco, par hostilité envers la Russie, accepte la Proclamation d’Izlaz et désigne à son tour un gouvernement provisoire, puis abdique et se retire en Transylvanie.
  • 26 juin : Les deux gouvernements fusionnent sous la présidence du métropolite Neofit qui exerce le pouvoir pendant un mois. Il adopte le drapeau tricolore bleu-jaune-rouge, supprime les titres de noblesse, crée une garde nationale, abolit la peine de mort. Des oppositions apparaissent entre conservateur et libéraux à propos de l’émancipation des paysans. Balcescu fait créer une « commission de la propriété » pour régler le problème.
  • Septembre : Le mouvement est maté dans le même temps par les Russes et les Turcs. Les deux principautés passent sous la domination des Russes jusqu’en 1851.

Péninsule italienne

18-22 mars : Les cinq journées de Milan

France

Article détaillé : 1848 en France.

Chronologies thématiques

Arts et culture

Albayde, toile d'Alexandre Cabanel

Sur les autres projets Wikimedia :

  • La Demande en mariage du commandant, tableau de Fedotov.

Sports

  • Le Sussex est sacré champion de cricket en Angleterre.
  • Première tentative d'unification des différentes règles du football avec l’adoption des « Cambridge Rules », premières règles écrites connues.

Science et techniques

Article détaillé : 1848 en science.

Économie et société

Naissances en 1848

Décès en 1848


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1848 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 1848 — Portal Geschichte | Portal Biografien | Aktuelle Ereignisse | Jahreskalender ◄ | 18. Jahrhundert | 19. Jahrhundert | 20. Jahrhundert | ► ◄ | 1810er | 1820er | 1830er | 1840er | 1850er | 1860er | 1870er | ► ◄◄ | ◄ | 1844 | 1845 | 1846 | 18 …   Deutsch Wikipedia

  • 1848 — Años: 1845 1846 1847 – 1848 – 1849 1850 1851 Décadas: Años 1810 Años 1820 Años 1830 – Años 1840 – Años 1850 Años 1860 Años 1870 Siglos: Siglo XVIII – …   Wikipedia Español

  • 1848 — Year 1848 (MDCCCXLVIII) was a leap year starting on Saturday (link will display the full calendar) of the Gregorian Calendar (or a leap year starting on Thursday of the 12 day slower Julian calendar).1848 is historically famous for the wave of… …   Wikipedia

  • 1848 — …   Википедия

  • 1848 — Демократическая конституция Щвейцарии в результате победы либералов …   Хронология всемирной истории: словарь

  • 1848 — матем. • Запись римскими цифрами: MDCCCXLVIII …   Словарь обозначений

  • 1848 год в науке — 1846 – 1847  1848  1849 – 1850 См. также: Другие события в 1848 году В 1848 году были различные научные и технологические события, некоторые из которых представлены ниже. Содержание 1 События …   Википедия

  • 1848 год в истории железнодорожного транспорта — 1846 1847 1848 1849 1850 Портал:Железнодорожный транспорт См. также: Другие события в 1848 году …   Википедия

  • 1848 au theatre — 1848 au théâtre Années : 1845 1846 1847  1848  1849 1850 1851 Décennies : 1810 1820 1830  1840  1850 1860 1870 Siècles : XVIIIe siècle &# …   Wikipédia en Français

  • 1848 en litterature — 1848 en littérature Années : 1845 1846 1847  1848  1849 1850 1851 Décennies : 1810 1820 1830  1840  1850 1860 1870 Siècles : XVIIIe siècle …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”