Television

Télévision

Page d'aide sur les redirections « Télé » et « TV » redirigent ici. Pour les autres significations, voir Télé (homonymie) et TV (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir télévision (homonymie).

Le terme télévision (du grec; tele: loin + vision. Voir loin) regroupe l'ensemble des technologies, techniques et métiers destinés à produire, diffuser, recevoir des programmes (émissions, films et spots publicitaires) comprenant du son et de l'image. La transmission de ces programmes peut se faire par ondes radioélectriques ou par réseau câblé. Ils sont reçus et transcrits sur un poste récepteur appelé téléviseur (ou, par métonymie, une télévision ou « télé »), au fur et à mesure de leur réception.

Les premières étapes de la vision à distance par l'électricité ont été les télectroscopes. La télévision, telle qu'on la connaît aujourd'hui, est également tributaire d'un réseau économique (publicité, redevance), politique et culturel (langues nationales ou régionales, genres et formats.)

Un téléviseur de 1958

Sommaire

Histoire

Les techniques de télévision

La télévision est un moyen de diffuser par un courant électrique (ligne) ou par une onde (voie hertzienne), de façon séquentielle, les éléments d'une image analysée point par point, ligne après ligne. À l'origine, un mécanisme permet l'exploration d'un ensemble de cellules photoélectriques (mosaïque). Plus tard, le balayage (scanning) de la mosaïque s'effectue par un mince faisceau d'électrons (analyse cathodique) et la première mosaïque composée d'éléments de sélénium est décrite, en 1877, par George R. Carey (Boston, États-Unis).

Inspiré par le Pantélégraphe de Caselli (1856)[1], le principe du balayage gogole apparaît en 1879, dans un projet de « télectroscope » de Constantin Senlecq, notaire dans le Pas-de-Calais : un mécanisme de pantographe explore la face arrière d'un verre dépoli sur lequel est projetée l'image d'un objet.

Un téléviseur portatif

En 1884, l'ingénieur allemand Paul Nipkow dépose un brevet de « télescope électrique » (elektrisches teleskop). Un disque, percé à sa périphérie de trous disposés selon une spirale centripète, analyse en tournant les brillances d'une ligne de l'image transmise par un objectif. Le décalage des trous permet de passer d'une ligne à l'autre. Dans ces divers cas, le caractère réversible de chacun des procédés doit assurer la reproduction de l'image.

En 1891, Raphael Eduard Liesegang publie l'ouvrage : Beiträge zum Problem des electrischen Fernsehens (Contribution sur la question de la télévision électrique). L'ouvrage R.W. Burns, Television, an international history of the formative years, The Institution of Electric Engineers, London, 1998 ne mentionne pas Liesegang mais il dit que Rosing (cité ci-dessous) reconnaît sa dette envers lui.

En 1907, le russe Boris Rosing dépose un brevet qui propose d'utiliser un tube cathodique perfectionné en 1898 par Ferdinand Braun, pour reproduire une image analysée par des moyens électromagnétiques. L'année suivante un Anglais, Campbell-Swinton, propose l'utilisation du tube cathodique à l'analyse et à la reproduction de l'image. Aucun de ces projets ne mentionne la reproduction du mouvement.

Ces projets conduisent un Russe émigré aux États-Unis, Vladimir Zworykin, à déposer en 1923 un brevet de télévision « tout électronique » (all electronic), alors qu'en Grande Bretagne Logie Baird obtient une licence expérimentale en 1926 pour son televisor[2]. Les années 1930 allaient alors être marquées par des tentatives diverses d'émissions en Europe (surtout la BBC en Grande-Bretagne) et aux États-Unis mais la bataille entre les différentes licences et techniques utilisées d'une part et la Seconde Guerre mondiale d'autre part, allaient retarder l'avènement de la télévision comme média populaire.

Les États-Unis, sortants grands gagnants de la guerre, furent les premiers à imposer une normalisation technique qui permit une progression rapide des stations d'émission et une progression fulgurante du parc de récepteurs (30 000 en 1947, 157 000 en 1948, 876 000 en 1949, 3,9 millions en 1952[3]). "L'année 1949 est [alors] celle de l'explosion. La grille des programmes de l'automne abonde en émissions en tous genres, annonciatrices de ce que nous pouvons voir à l'écran aujourd'hui : fictions comiques et dramatiques, théâtre, films, sport et, bien sûr, variétés et jeux de connaissance générale richement dotés"[4].

En 1957, le pape Pie XII proclama que Claire d'Assise était la sainte patronne de la télévision. [5]

La télévision en France

Technique

Principes de base

Standards de diffusion

Moyens de diffusion

Différents moyens de diffusion peuvent être utilisés :

Moyens de réception


Télévision et société

Le média de masse dominant

« Aux États-Unis, le nouveau médium a évincé la radio et le cinéma pour s'imposer comme la forme de divertissement populaire standard dans les années 1950 ; pays prospère, la Grande-Bretagne a suivi dans les années 1960 » rapporte l'historien Eric Hobsbawm[6].

Actualité et média

La télévision est dans la société occidentale l'un des principaux médias d'information, le journal de 20 heures enregistre de très fortes audiences mais cette portée médiatique n'est pas toujours à la hauteur de sa réputation. Certains sont insatisfaits des analyses qu'ils trouvent superficielles, d'autres y voient parfois une certaine partialité des propos des journalistes, et le choix des informations peut être le témoin, voire l'amplificateur, d'une certaine obsession planant autour d'un sujet. Par exemple, le sujet du 11 septembre a martelé les écrans pendant plusieurs jours alors que d'autres conflits importants n'ont pas été abordés (notamment sur TF1, France 2, France 3 et M6).

La véracité des propos tenus dans un journal télévisé est présumée, mais les détracteurs émettent des réserves : les rapports économiques et financiers qu'entretiennent les chaînes télévisées avec le reste du monde peuvent biaiser l'authenticité et les faire se heurter à certaines formes de censure ; les journalistes étant dépendants de ces informations, il est possible qu'une entité fasse pression sur eux pour qu'ils n'ébruitent pas un scandale, au mépris de la transparence et de la qualité de leur compte rendu.

Critiques de la télévision

Plusieurs types de critiques sont adressées à la télévision.

La qualité des programmes

  • Les chaînes de télévision sont accusées de céder à la facilité en ce qui concerne les programmes diffusés, au détriment de la qualité.
  • La neutralité des programmes de télévision est considérée comme discutable par certains, la faisant participe autant à la désinformation qu'à l'information des spectateurs.
  • Les séries télévisuelles sont accusées par certains d'être des fictions qui s'inspirent de la réalité, parfois uniquement de la réalité d'un certain milieu où les gens ne se fréquentent qu'entre eux, elles peuvent partiellement déformer le sens des réalités des téléspectateurs ou provoquer des frustrations de par ce décalage illusoire.
  • Les chaînes de télévision ont été accusées de propager la vulgarité et le voyeurisme, notamment lors de l'apparition des émissions de télé-réalité.
  • La télévision est accusée par certaines associations d'être une machine fonctionnant au service des grandes entreprises diffusant des spots de publicité (les "annonceurs"). La déclaration de Patrick Le Lay, président de la première chaîne française TF1 sur son rôle de vente de "temps de cerveaux disponible" aux annonceurs a été interprétée par ces associations comme un aveu de la réalité de la télévision. Le Lay avait déclaré en juillet 2004 : "dans une perspective 'business', soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. […] Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible."[7]
  • La logique mercantile de la télévision expliquerait, selon ses critiques,la réduction au cours des dernières années de la durée de chaque plan. Christophe Girard, adjoint au maire de Paris chargé de la culture, écrit, dans la page Débat du journal Le Monde du 24 août 2008, que chaque plan "excède désormais rarement dix secondes.", ce qui contribue à "placer l'esprit du téléspectateur sous tutelle, dans un état de fascination télévisuelle." Cela nuit par ailleurs selon lui au fond des émissions : "A la télévision, couper l'image est un moyen très efficace de couper la parole, voire de détruire la pensée ou de noyer le poisson... Ce saucissonage des plans rend difficile la production d'une pensée qui ait un peu de continuité. Chaque intervention ne dure pas plus d'une ou deux minutes et se voit elle-même découpée en tranches de 5 secondes"[8]

L'impact des programmes sur les spectateurs

  • Plusieurs études scientifiques ont montré que la télévision altère le sommeil des enfants, par des heures irrégulières ou tardives de coucher ou en provoquant de l'excitation avant le coucher[9]. Une étude scientifique publiée en 2008 concernant l'impact de la télévision sur les jeunes enfants (4 à 35 mois) montre que "les enfants de moins de 3 ans regardant beaucoup la télévision auraient un sommeil agité, se réveillant plusieurs fois dans la nuit. Pour l'auteur de l'étude, le problème posé est de grande importance, car beaucoup de parents utilisent la télévision pour endormir leurs enfants"[10]. En France, la Caisse d'allocations familiales dispense le conseil suivant : "La télévision est une dévoreuse de temps de sommeil : les films ou feuilletons du soir retardent le coucher et les dessins animés du mercredi, du samedi et du dimanche matin incitent l’enfant à se lever".[11]
  • Selon une enquête menée au cours de l'année 2006 ,la télévision serait omniprésente dans la vie des français et resterait allumée , en moyenne 6 heures par jour . [5]
  • La télévision est dangereuse pour le développement des bébés. En France, la direction générale de la santé (DGS) a publié un avis négatif sur les chaînes de télévision pour enfant, consécutif aux travaux du groupe d’experts réuni le 16 avril 2008 [12]. Les associations familiales et syndicats d'enseignants réunis dans le Collectif inter-associatif enfance et média [13], rappelant que les chaînes de télévision destinées aux bébés représentaient un danger pour leur santé et leur développement intellectuel et émotionnel, ont demandé aux pouvoirs publics l'interdiction des chaînes Baby TV et Baby first[14] [15].
  • La télévision est accusée de banaliser ou de susciter la violence.
  • La télévision est accusée de développer des comportements passifs. Mais aussi, à travers des conséquences associées (grignotage, manque d'activité physique), une dégradation des conditions physiques.

Le temps consacré à ce loisir

  • La télévision est accusée, du fait de son attractivité, de monopoliser le temps de loisirs,notamment des jeunes, au détriment des autres fomes de loisirs (lecture, travaux manuels, jeux, sport, activités de plein air, sociabilité).
  • La télévision est accusée d'être un loisir passif qui ne développe pas les qualités personnelles, l'imagination, etc.
  • Le programme télévisuel peut être un moyen, chez le spectateur, de fuir la réalité, qui, de moment de détente, peut mener à l'accoutumance. La consommation des programmes télévisés chez les Européens peut prendre, suivant le profil des téléspectateurs, plusieurs heures par jour. Cette dépendance pour la télévision, si elle est ajoutée au sentiment d'insécurité (souvent entretenue par les médias), peut conduire les plus sensibles à rester chez eux, et à s'isoler.
  • La télévision - et l'attention qu'elle réclame - a été accusée de nuire au dialogue au sein des foyers.

Autres critiques

La télévision est accusée de contribuer à l'augmentation de l'obésité à la fois par l'inactivité physique qu'elle entraîne pour le spectateur et par l'effet de la publicité pour des produits alimentaires souvent gras et sucrés. Concernant l'influence de la publicité, un groupe de scientifiques français responsables de questions de nutrition affirmait en 2008, dans une tribune intitulée "Engraisser les enfants pour sauver la télévision"[16], et se référant à "des rapports récents" : "Il existe même un lien entre une forte exposition aux publicités télévisées et l'obésité des enfants âgés de 2 à 11 ans ainsi que des adolescents de 12 à 18 ans. L'exposition à la publicité télévisée portant sur des aliments de haute densité énergétique (notamment sucrés et gras) est associée à une prévalence plus élevée de l'obésité."

Elle peut être aussi accusée de transmission d'idées fausses avec les images subliminales qui ont été parfois employées dans la publicité ou des séries télévisées comme Les Simpson.

Défense

Sur la qualité des programmes

Certaines personnes[Qui ?] refusent de critiquer la télévision dans son intégralité et voient en ce média un objet-clé de la culture populaire.

Notes et références

  1. Albert, Pierre et Tudesq, André-Jean, Histoire de la radio-télévision, Paris, Presses universitaires de France, 1981, p.61
  2. Albert, Pierre et Tudesq, André-Jean, Histoire de la radio-télévision, Paris, Presses universitaires de France, 1981, p.63
  3. Albert, Pierre et Tudesq, André-Jean, Histoire de la radio-télévision, Paris, Presses universitaires de France, 1981, p.67
  4. Winckler, Martin, Séries télé. De Zorro à Friends, 60 ans de téléfictions américaines, Paris, Flammarion, Librio Références, 2005, p.12-13.
  5. Lettre apostolique du pape
  6. Eric Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle, 1914-1991, Complexe, 2003, p. 647.
  7. Par exemple cité dans une conférence de l'université d'Orléans
  8. Christophe Girard, "Pour une télé-vision de la télévision", in Le Monde, 24 août 2008, page 12
  9. Parmi d'autres études, celle publiée en 2005 dans la revue américaine Pediatrics [1] et la position de l'America academy of pediatrics en 2001 [2]
  10. Etude du Dr. Dimitri Christakis, de l'Université de Washington, publiée en 2008 [3]
  11. Les Infos Familiales (journal de la CAF) n°177, 17 septembre 2007 [4]
  12. Avis de la DGS reproduit sur le site de l'UNAF
  13. Notamment les Associations familiales catholiques, la Confédération syndicale des familles, le Conseil français des associations pour les droits de l'enfant, le Conseil national des associations familiales laïques, Familles de France, les Scouts de France, la PEEP et la FCPE, le SGEN-CFDT, la Ligue de l'enseignement, le Syndicat des enseignants (SE-UNSA), le SNES, le SNUIPP/FSU, l'Union Nationale des Associations Familiales et l'UNAPEL..
  14. Famille et Éducation magazine n°470, janvier/février 2008, page 14
  15. Communiqué du CIEM faisant référence à l'avis de la DGS
  16. Serge Hercberg (professeur de nutrition et président du comité de pilotage du PNNS), Yannick Le Marchand-Brustel (directrice de recherche Inserm, président de l'Association française d'étude et de recherche sur l'obésité), Joël Ménard (professeur de santé publique), Dominique Turck (professeur de pédiatrie, président du comité d'experts en nutrition humaine de l'Afssa), in Libération, 25 avril 2008, page 32.

Voir aussi

Bibliographie

Filmographie

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Télévisions nationales
Chaînes de télévision
Émissions de télévision

Liens externes

  • Portail de la télévision Portail de la télévision
Ce document provient de « T%C3%A9l%C3%A9vision ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Television de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • TÉLÉVISION — La télévision est devenue un fait social de première importance puisque, dans les pays les plus développés, il y avait, en 1990, environ dix récepteurs de télévision pour vingt cinq habitants. Grâce à l’électronique, certains spectacles,… …   Encyclopédie Universelle

  • Television — Основная информация Жанры …   Википедия

  • television — UK US /ˈtelɪvɪʒən/ noun [U] (also TV) ► COMMUNICATIONS a system of broadcasting images and sound using electrical signals, and the programmes that are shown: on (the) television »Consumer programmes on the television have enjoyed a rise in… …   Financial and business terms

  • televisión — sustantivo femenino 1. Área: tecnología Uso/registro: coloquial. Sistema de transmisión de imágenes y sonidos a distancia por medio de ondas hertzianas: programa de televisión, presentador de televisión, estudios de televisión. Veo poca… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • television — [tel′ə vizh΄ən] n. [ TELE + VISION] 1. the practice or science of transmitting scenes or views by radio or, sometimes, by wire: the television transmitter, by means of a camera tube, such as an image orthicon or vidicon, converts light rays into… …   English World dictionary

  • Television — Sf Fernsehen (meist TV abgekürzt) erw. fach. (20. Jh.) Neoklassische Bildung. Entlehnt aus ne. television; dieses ist eine Hybridbildung aus gr. tẽle fern und l. visio Sicht .    Ebenso nndl. televisie, ne. television, nfrz. télévision, nschw.… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • television — (n.) 1907, the action of seeing by means of Hertzian waves or otherwise, what is existing or happening at a place concealed or distant from the observer s eyes [OED]; in theoretical discussions about sending images by radio transmission, formed… …   Etymology dictionary

  • television — ► NOUN 1) a system for converting visual images (with sound) into electrical signals, transmitting them by radio or other means, and displaying them electronically on a screen. 2) the activity, profession, or medium of broadcasting on television …   English terms dictionary

  • Television — actorvist adrenaline television appointment television backstory baked potato barking head begathon …   New words

  • Television —    Television (TV) was only just developing at the end of the 1930s, with only one station in New York City and about 1,000 sets in operation by 1939. By 1941, there were 13 stations and the 521 lines of signal had become standard, but World War… …   Historical Dictionary of the Roosevelt–Truman Era

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”