3e arrondissement de Paris
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 3e arrondissement.
3e arrondissement
de Paris
« arrondissement du Temple »
Chronologie de Paris · Lutèce · Histoire de Paris
Coordonnées 48° 51′ 50″ N 2° 21′ 42″ E / 48.864027, 2.36153148° 51′ 50″ Nord
       2° 21′ 42″ Est
/ 48.864027, 2.361531
  
Maire Pierre Aidenbaum
Mandat en cours 2008 - 2014
Quartiers
administratifs
Arts-et-Métiers (9)
Enfants-Rouges (10)
Archives (11)
Sainte-Avoye (12)
Code Insee 75103
Code postal 75003
Altitude 32 m (mini) – 41 m (maxi)
Superficie 1.17 km2
Population sans
doubles comptes
34 576 hab.
(2010[1])
Densité 29 552 hab./km2

Le 3e arrondissement de Paris est le résultat de l'extension de la ville aux XIIIe et XIVe siècles, enceinte de Charles V (1371 - 1380). Les plus vieux immeubles datent aujourd'hui du XVIIIe siècle. Cet arrondissement est un quartier plutôt résidentiel, dont une grande partie se situe dans Le Marais.

Aux termes de l'article R2512-1 du Code général des collectivités territoriales (partie réglementaire), il porte également le nom d'« arrondissement du Temple »[2], mais cette appellation est rarement employée dans la vie courante.

Sommaire

Histoire

Les limites actuelles du 3e arrondissement datent de 1860, suite à la loi du 16 juin 1859 donnant lieu à un nouveau découpage de Paris en 20 arrondissements. Elles comprennent la moitié ouest de l'ancien 6e arrondissement, la moitié nord de l'ancien 7e et une partie de l'ancien 8e.

Édifices

Les principaux édifices sont aujourd'hui les Archives Nationales, le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), le Musée Picasso, le Carreau du Temple. On trouve également au 51 rue de Montmorency la Maison de Nicolas Flamel, construite en 1407, qui est la maison la plus ancienne de Paris (son premier propriétaire, juré de l'Université, prétendait posséder la pierre philosophale). Enfin, le 3e arrondissement est à la lisière du célèbre Centre Beaubourg ou Centre Pompidou (dont le nom complet est Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou), ce qui explique le développement dans cet arrondissement de nombreuses galeries d'art intéressantes.

L'arrondissement compte aussi plusieurs squares comme le square du Temple, le Jardin de l'Hôtel Salé (voir Musée Picasso) ou le jardin Saint-Gilles-Grand-Veneur.

Un quartier recherché

On y trouve de beaux immeubles et de nombreux hôtels particuliers, tels l'Hôtel de Montmorency, l'Hôtel de Marle ou encore l'Hôtel d'Albret. À partir du XVIIe siècle, les 3e et 4e arrondissements sont habités par la noblesse (comme Madame de Sévigné, d'où le nom de l'actuelle rue de Sévigné qui passe dans les deux arrondissements). Certaines rues comme la rue de Bretagne, la rue de Montmorency, la rue Charlot ou la rue de Braque sont particulièrement recherchées.

Le 3e a été le lieu d'établissement de plusieurs communautés, auvergnate, juive, et chinoise. La plus ancienne communauté chinoise de Paris (entre la rue au Maire, la rue du Temple, et la rue des Gravilliers), essentiellement constituée d'émigrés de la région de Wenzhou, arrivés en France pendant la Première Guerre mondiale (voir Corps de travailleurs chinois), d'abord installés à proximité de la gare de Lyon durant l'entre-deux-guerres, est arrivée dans l'arrondissement en 1954.

Démographie

En 2006, la population était de 34 721 habitants pour 117 hectares, soit une densité moyenne de 29 676 hab/km2. L'arrondissement représente 1,6% de la population parisienne.

Année
(recensement national)
Population Densité
(hab. par km2)
1861 (pic de population) 99 116 84 642
1872 89 687 76 656
1936 66 233 56 609
1954 65 312 55 822
1962 62 680 53 527
1968 56 252 48 038
1975 41 706 35 616
1982 36 094 30 823
1990 35 102 29 976
1999 34 248 29 247
2006 34 721 29 676

Note: La population maximum du 3e arrondissement fut en réalité atteinte avant 1861.
Cependant, l'arrondissement ayant été créé en 1860, l'on ne dispose pas de données fiables avant cette date. On distingue une baisse constante du nombre d'habitants dans cet arrondissement, cependant la tendance est légèrement à la hausse ces dernières années.

Population par quartier

Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861
(pic de population)
41 096 création
1999 9 560 30 063
Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861
(pic de population)
24 940 création
1999 8 562 30 799
Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861
(pic de population)
24 967 création
1999 8 609 23 392
Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861
(pic de population)
28 638 création
1999 7 501 35 216

Administration

Maires depuis 1983

Liste des maires successifs
Élection Identité Parti Notes
1983 Jacques Dominati RPR Élu en 1983 et 1989.
1995 Pierre Aidenbaum PS Élu en 1995, 2001 et 2008.

Élections

2001

Aux élections municipales de 2001, au premier tour, sur 16 735 inscrits dans le 3e arrondissement, 10 770 électeurs ont voté, dont 10 537 votes exprimés (35,64 % d'abstention).

Les résultats de ce premier tour donnent par ordre décroissant les listes menées par Pierre Aidenbaum (4 016 voix, 38,11 %), PS et gauche, par Yves Contassot, Les Verts (2 412 voix, 22,89 %) - ces deux listes fusionnent pour le second tour -, Jack-Yves Bohbot, droite, tibéristes, 1 705 voix, 16,18 %, Mario Stasi, droite, UDF, 1 594 voix, 15,13 %, et les listes Boulinier, Lutte ouvrière (251 voix, 2,38 %), Lebraud, Front national (243 voix, 2,31 %), Jeanne (Parti des travailleurs (184 voix, 1,75 %), Collement, MNR (132 voix, 1,25 %).

Au second tour, l'arrondissement enregistre 10 950 (34,55 % d'abstention), dont 10 587 votes exprimés. La liste de gauche menée par Pierre Aidenbaum remporte l'élection avec 6 913 voix (65,30 %) contre la liste de droite menée par Jack-Yves Bohbot qui obtient 3 674 voix (34,70 %)[3].

2008

Aux élections municipales de 2008, il y a 12 098 votants sur 21 370 inscrits (43,39 % d'abstention), soit 56,61 % de participation, dont 56,03 % de suffrages exprimés.

L'élection ne nécessite qu'un seul tour: le 9 mars 2008, la liste de gauche menée par Pierre Aidenbaum remporte l'élection avec 55,83 % des voix (6 685 voix), gagnant la totalité des trois mandats de conseillers de Paris de l'arrondissement et 12 des 13 mandats de conseillers d'arrondissement.

Les listes suivantes obtiennent : 20,53 % (2 458 voix), liste UMP menée par Martine Weill-Raynal (un mandat de conseiller d'arrondissement) ; 10,33 % (1 237 voix), liste des Verts menée par Laurence Hugues ; 9,28 % (1 111 voix), liste MoDem menée par Raphaëlle Bidault-Waddington ; 2,15 % (258 voix), liste Front national menée par Annie Viguier ; 1,11 % (133 voix), liste Lutte ouvrière menée par Jean-Pierre Luciano ; 0,77 % (92 voix), liste Parti des travailleurs menée par Hélène Rubinstein-Carrera[4].

Principaux édifices

Le square du Temple, la mairie d'arrondissement au fond

Principales rues

Mairie d'arrondissement, 2 rue Eugène Spuller

Passages

Article connexe : Passages couverts de Paris.

Quartiers administratifs

Plan du 3e arrondissement

Transports en commun

Notes et références

  1. Population légale INSEE au 1er janvier 2010.
  2. Source : article R2512-1 du Code général des collectivités territoriales (partie réglementaire), sur Légifrance.
  3. Résultats des élections municipales de 2001, ministère de l'Intérieur, et dépêche AFP du 26 janvier 2008, 4h20, Paris 3e arrondissement (Paris) : rappel des résultats des élections municipales précédentes
  4. Résultats des élections municipales dans le 3e arrondissement de Paris, ministère de l'Intérieur

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :