La Joconde
La Joconde
Image illustrative de l'article La Joconde
La Joconde, musée du Louvre.
Artiste Léonard de Vinci
Année Entre 1503 et 1506
Type Huile sur panneau de bois de peuplier
Dimensions (H × L) 77 cm × 53 cm
Localisation Musée du Louvre, Paris

La Joconde, ou Portrait de Mona Lisa, est un tableau de Léonard de Vinci, réalisé entre 1503 et 1506, qui représente un buste, probablement celui de la florentine Mona Lisa del Giocondo. Cette peinture à l'huile sur panneau de bois de peuplier de 77 x 53 cm est exposée au musée du Louvre à Paris. La Joconde est l'un des rares tableaux attribués de façon certaine à Léonard de Vinci.

La Joconde est devenue un tableau éminemment célèbre car, depuis sa réalisation, nombre d'artistes l'ont prise comme référence. Elle constitue en effet l'aboutissement des recherches du XVe siècle sur la représentation du portrait. À l'époque romantique, les artistes ont été fascinés par l'énigme de La Joconde et ont contribué à développer le mythe qui l'entoure, en faisant de ce tableau l’une des œuvres d'art les plus célèbres du monde, si ce n'est la plus célèbre. Au XXIe siècle, elle est devenue l'objet d'art le plus visité au monde, juste devant le diamant Hope[1].

Sommaire

Historique

Ancien Régime

Le Château du Clos Lucé à Amboise

Léonard de Vinci commence le portrait à Florence en 1502, et d'après Giorgio Vasari l'achève au bout de quatre années. La Joconde ne quitte jamais Léonard de son vivant. Il l’emporte probablement à AmboiseFrançois Ier le fait venir. Ce dernier en fait l'acquisition et l'installe à Fontainebleau.

XIXe siècle

Il regagne le Louvre devenu musée en 1798, mais est à nouveau déplacé sur ordre du premier consul Bonaparte qui le fait accrocher au palais des Tuileries en 1800 dans les appartements de Joséphine, puis le rend au Louvre en 1804.

En 1870, La Joconde est mise en sécurité dans les souterrains de l'Arsenal de Brest[2] puis retourne au Louvre à l'issue de la Guerre franco-prussienne de 1870.

Vol du tableau

La foule vient contempler dans le Salon Carré le "trou" après le vol.

Le 22 août 1911, Louis Béroud se rend au Louvre pour y faire un croquis de sa prochaine toile Mona Lisa au Louvre, mais à la place de La Joconde se trouve un grand vide[3]. Béroud contacte les gardiens, qui indiquent que l'œuvre doit être à l'atelier photographique de la maison Braun. Quelques heures plus tard, Béroud s'enquiert à nouveau auprès des surveillants et on lui apprend que Mona Lisa n'est pas chez les photographes. Le tableau a bel et bien été volé le 21 août 1911[4]. Le criminologue Alphonse Bertillon découvre une empreinte de pouce sur la vitre abandonnée, il décide de relever les empreints digitales des 257 personnes travaillant au Louvre. L'analyse des dactylogrammes ne donne aucun résultat, ce qui entraîne la démission du directeur du Louvre Théophile Homolle. Le juge d'instruction Joseph Marie Drioux, que la presse surnomme ironiquement « le mari de la Joconde », emprisonne plusieurs jours le poète Guillaume Apollinaire, celui qui avait un jour crié qu'il fallait « brûler le Louvre », pour complicité de recel de malfaiteur (ayant quelques années auparavant employé comme secrétaire et factotum Géry Pieret, cet aventurier d'origine belge avait lui-même dérobé des statuettes et des masques phéniciens au Louvre : ayant contacté le 28 août le quotidien Paris-Journal, il lui fait parvenir une statuette volée au Louvre puis par bravade s'accuse d'avoir volé la peinture et réclame 150 000 francs or[5] pour sa restitution ; en fuite, la Cour d'assises de la Seine le condamne par contumace en 1912 pour le vol des trois statuettes ibériques à dix ans de réclusion[6]) et soupçonne le peintre Pablo Picasso qui est longuement interrogé (il avait acheté à Géry Pieret ses masques et statuettes dont le primitivisme influencera les Demoiselles d’Avignon). Le vol est revendiqué par plusieurs mythomanes, dont l'écrivain italien Gabriele D'Annunzio qui avait composé en 1898 une tragédie intitulée La Joconde en la dédiant à « Eleonora Duse aux belles mains »[7]. La Société des amis du Louvre offre une récompense de vingt-cinq mille francs, par ailleurs un anonyme propose de doubler cette somme. La revue L'Illustration promet cinquante mille francs pour qui rapporterait le tableau dans les locaux du journal.

Le voleur était l'Italien Vincenzo Peruggia, un vitrier qui avait participé aux travaux de mise sous verre des tableaux les plus importants du musée. Il conserve le tableau pendant deux ans dans sa chambre à Paris, il était caché dans le double fond d'une valise de bois blanc, sous son lit. De retour en Italie, il propose de le revendre le 10 décembre 1913 à un antiquaire florentin, Alfredo Geri, qui avait passé une petite annonce pour acheter des œuvres d'art et qui donne l'alerte. Geri ayant prévenu la police, Peruggia est arrêté dans la chambre de son hôtel (rebaptisé par la suite hôtel Gioconda), et n'est condamné qu'à 18 mois de prison, la presse italienne saluant son patriotisme. Le 4 janvier 1914, après des expositions à Florence et à Rome, le tableau revient solennellement au Louvre[8],[6] où il est désormais placé sous une surveillance accrue[9].

De nombreuses hypothèses ont été proposées pour expliquer le vol de Vincenzo Peruggia : il aurait agi par patriotisme (c'est la ligne de défense préconisée par ses avocats lors de son procès), croyant naïvement que tableau avait été volé par Bonaparte lors de la campagne d'Italie ; il aurait agi sur commande du faussaire argentin Eduardo de Valfierno (en) qui voulait vendre comme authentiques six copies du tableau, réalisées avant le vol par Yves Chaudron, à des acheteurs américains convaincus d'acquérir l'original (thèse d'un journaliste dans les années 1930). Le journaliste et critique d'art Jérôme Coignard, ayant exhumé les confessions faites par Peruggia dans le quotidien Le Journal en juillet 1915, prend au sérieux son témoignage : il aurait été approché par un allemand qui joue sur son nationalisme et le manipule. Cet allemand pourrait être un espion cherchant à déstabiliser la France dans le contexte de la future Seconde Guerre Mondiale ou Otto Rosenberg, escroc notoire appartenant à une bande de trafiquants d'art de haute volée mais n'ayant pu récupérer le tableau car il était sous surveillance policière française suite au vol[10].

La Joconde pendant les deux guerres mondiales

Inauguration de l'exposition de La Joconde à Washington en 1963 en présence des Kennedy, du vice-président Lyndon Johnson, d'André Malraux, ministre français des Affaires culturelles et de son épouse

En 1914, La Joconde est mise en sécurité à Bordeaux puis à Toulouse[2] puis retourne au Musée du Louvre à l'issue de la Guerre 1914-1918.

En septembre 1938, suite à l'invasion des Sudètes par Hitler et au risque de guerre, La Joconde est une première fois mise en sécurité hors du Louvre mais y retourne assez rapidement[11]. Au déclenchement de la guerre, le tableau part d'abord pour le château de Chambord[11], où transitèrent à cette période de nombreuses peintures et sculptures des musées parisiens, puis il se retrouve successivement dans les caves du château d'Amboise[12], à l’abbaye de Loc-Dieu[11], au musée Ingres de Montauban[12], retourne à Chambord[11] avant d'être entreposé sous le lit même du conservateur du musée du Louvre en exil dans le château de Montal en Quercy (Lot)[12],[11] avant d'être envoyée dans diverses demeures anonymes du Lot et des Causses[2] jusqu'en juin 1945 où il sera réinstallé au Louvre. La Joconde, « enfermée sous un capitonnage en velours rouge, puis dans un écrin, lequel est placé[e] dans une caisse avec double paroi en bois de peuplier [… et] porte le matricule NLP n°0, ainsi que trois points rouges - signes distinctifs de sa très grande valeur »[13].

Depuis les années 1960

En janvier 1963, le ministre de la Culture André Malraux expédie La Joconde aux États-Unis où elle est reçue par le président Kennedy. Elle est exposée à la National Gallery de Washington puis au Metropolitan Museum of Art de New York. Elle est admirée par 1,7 million de visiteurs au total[14]. Elle fait aussi deux autres voyages en Russie et au Japon en 1974.

Depuis mars 2005, La Joconde bénéficie au musée du Louvre d'une salle rénovée et spécialement aménagée pour la recevoir, la salle des États, dans laquelle elle fait face au non moins célèbre tableau de Véronèse, les Noces de Cana.

La Joconde fait partie des collections du département des Peintures du musée du Louvre dirigé par Vincent Pomarède. Jusqu'en 2006, elle était sous la responsabilité du conservateur Cécile Scailliérez. Depuis novembre 2006, elle relève des collections de Vincent Delieuvin, conservateur chargé des peintures italiennes du XVIe siècle au musée du Louvre.

Le 2 août 2009, une touriste russe lance une tasse de thé vide sur le tableau protégé par une vitre blindée, ne causant donc aucun dommage[15].

Description

La Joconde est le portrait d'une jeune femme, sur fond d'un paysage montagneux aux horizons lointains et brumeux.

La femme porte une robe et, sur la tête un voile noir transparent. On remarque que totalement épilée, conformément à la mode de l'époque, elle ne présente ni cils, ni sourcils. Elle est assise sur un fauteuil dont on aperçoit le dossier à droite du tableau. Ses mains sont croisées, posées sur un bras du fauteuil. Elle se trouve probablement dans une loggia : on peut voir un parapet juste derrière elle au premier tiers du tableau, ainsi que l'amorce de la base renflée d'une colonne sur la gauche. À l'arrière plan se trouve un paysage montagneux dans lequel se détachent un chemin sinueux et une rivière qu'enjambe un pont de pierre. On peut remarquer une cassure de la ligne d'horizon. La tête de La Joconde sépare le tableau en deux parties dans lesquelles l'horizon ne se trouve pas au même niveau.

La source de lumière provient essentiellement de la gauche du tableau.

L'œuvre jouissait déjà d'une grande considération à la Renaissance. Voici ce qu'en dit Giorgio Vasari dans son ouvrage de 1550 :

« Celui qui désiroit se convaincre jusqu'à quel point l'art peut imiter la nature, le pouvoit d'autant plus, que les moindres choses sont rendues dans cette tête avec la plus grande finesse. Les yeux avoient ce brillant, cette humidité qui existent sans cesse dans la nature, et étoient entourés de ces rouges pâles, et des paupières qui ne peuvent s'exécuter qu'avec une très-grande subtilité. On voyoit la manière dont naissent les sourcils dans la chair, qui tantôt plus épais, tantôt plus clairs, tournoient selon les pores qu'indique la nature. Le nez étroit n'étoit pas moins bien rendu, et toutes ces belles ouvertures rougeâtres et délicates. La bouche vermeille et ses extrémités se fondoient tellement avec la carnation du visage, que l'on croyoit plutôt y voir la chair que la couleur. Lorsque l'on regardait attentivement le creux de la gorge, on sembloit apercevoir le battement du pouls; et l'on peut dire avec verité que ce portrait étoit peint de manière à faire craindre et trembler les plus grands maîtres[16]. »

Le modèle

Plusieurs hypothèses ont été formulées à propos de l'identité du modèle.

Lisa Maria Gherardini

Article détaillé : Lisa Gherardini.
Esquisse de La Joconde attribuée à Léonard de Vinci
La Joconde telle qu'aux premiers jours

Selon l'hypothèse admise depuis Giorgio Vasari, le modèle s'appellerait à l'origine Lisa Del Giocondo, née Lisa Maria Gherardini en mai 1479 à Florence (Toscane). Issue d'une famille modeste, elle épousa à 16 ans le fils d'un marchand de soie, Francesco di Bartolomeo di Zanobi del Giocondo. Déjà veuf à deux reprises, Giocondo a 19 ans de plus que Lisa. Elle lui donna trois enfants, Piero Francesco — né en 1496 — une fille au prénom inconnu morte en 1499 et Andrea — né en 1502.

Le nom du tableau viendrait de Madonna (Ma dame, en français), abrégé en Monna, et Lisa, premier prénom du modèle.

Cette hypothèse semble confirmée par une découverte récente. Dans une édition de l'œuvre de Cicéron, retrouvée à Heidelberg, en Allemagne, et datant de 1503, son propriétaire Agustino Vespucci, ami de Léonard de Vinci a annoté une page de l'ouvrage, indiquant que De Vinci avait trois peintures en cours cette année-là, dont un portrait de Mona Lisa del Giocondo[17].

Francesco del Giocondo possédait une chapelle familiale dans l'église de la Santissima Annunziata, où il fut plus tard inhumé. Cette église était tenue par les Servites de Marie, qui ont hébergé en 1501 Léonard, fils de Piero da Vinci, le notaire de leur ordre. Il est probable que Léonard et Francesco ont fait connaissance à cette époque.

En 1503, Francesco del Giocondo emménage dans une demeure plus grande, via della Stufa, et cherche un peintre pour réaliser le portrait de son épouse. Il se tourne vers Léonard de Vinci.

Lisa Gherardini était âgée de 24 ans, et Léonard de 51 ans au moment où il commença son tableau.

Francesco del Giocondo ne reçut jamais son tableau. Il était inachevé quand l'artiste quitta Florence pour Milan.

Cette thèse reste discutée, au prétexte qu'aucune trace d'un paiement n'a été retrouvée. Les liens étroits entre Léonard de Vinci et la famille del Giocondo ont été établis en 2004 par Giuseppe Pallanti (2007)[18], d'après qui les archives d'une église du centre historique de Florence font référence à un acte de décès de « l'épouse de Francesco Del Giocondo », morte le 15 juillet 1542 et enterrée au couvent Sant'Orsola.

Selon Daniel Arasse, s'il était vivant quand le tableau fut fini, Francesco del Giocondo se serait senti outragé et l'aurait probablement refusé. D'après lui, à cette époque une femme au front dégarni et aux sourcils épilés ne pouvait être qu'une prostituée. Des analyses du tableau postérieures à 2000 ont montré que La Joconde a la tête couverte d'un voile transparent ou peu visible.

Autres suggestions

Certains font l'hypothèse que le tableau de La Joconde est un autoportrait travesti, comme l'attesterait la superposition des calques des autoportraits présents dans ses carnets de croquis et celle de « Monna Lisa ».

La dernière conjecture est basée sur une analogie : le visage de Monna Lisa serait superposable à celui de Catherine Sforza, princesse de Forlì (XVe siècle), dans un portrait peint par Lorenzo di Credi[19]. Ce portrait est conservé dans le musée de Forlì, en Italie.

Daniel Arasse, dans son livre Histoires de peintures, écrit que le « mystère » de La Joconde date du début du XIXe siècle, avec l'attribution erronée, à Léonard de Vinci, de la tête de méduse du Musée des Offices, en fait peinte par un Flamand du XVIIe siècle. On a fait de la méduse le revers de La Joconde, en supposant qu'un monstre se cachait derrière son sourire.

Selon d'autres hypothèses, le sujet du tableau est la propre mère de Léonard, d'après ses souvenirs de jeunesse[20].

Silvano Vincenti, président du Comité national pour la valorisation des biens historiques affirme quant à lui qu'il y a de fortes similitudes entre les traits des visages du Saint Jean Baptiste, de l'ange et de Monna Lisa. D'après cette hypothèse, la Joconde serait donc un homme. Le peintre aurait laissé des indices en peignant dans les yeux de la Joconde un minuscule L pour Leonardo et un S pour Salai, assistant du peintre qui aurait servi de modèle. Le chercheur, auteur d'un livre sur le sujet, révèle que son équipe a analysé des reproductions numériques de haute qualité du tableau[21]. Sophie Herfort, chercheur en sciences de l'art à la Sorbonne, considère que le portrait de Salai, personne androgyne aimant porter des bas roses et se féminiser à outrance, et celui de La Joconde posés en calque montrent beaucoup d'analogies[22]. Toutefois, le musée du Louvre réfute la démonstration.

Analyse du tableau

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Dénomination

Le titre du tableau vient probablement du patronyme du sujet — « del Giocondo » — mais peut également être attribué à l'attitude de la femme représentée.

Il vient du latin iucundus qui signifie « plaisant, agréable », et qui selon la plupart des auteurs[23] vient de iuuare « plaire ; être utile ; aider »[24]. On a aussi pensé[25] que iucundus viendrait de ioca « plaisanteries ; jeux » ou que le sens du premier aurait été influencé par le second. Dans la mythologie grecque, Horace donne Jocus (le Jeu) pour compagnon de l'Amour dans la deuxième ode de son livre Ier, vers 34 : Vénus rieuse, entourée du vol de Jocus et de Cupidon.

Le tableau est aussi appelé « Monna Lisa » ou sa déformation plus courante « Mona Lisa », une contraction de « ma donna Lisa » qu'on peut traduire par « madame Lisa ».

Symbolisme

En italien, giocondo signifie « heureux, serein ». Léonard était sûrement conscient qu'il peignait non seulement le portrait d'une femme, mais aussi le portrait d'une expression. La Joconde constitue réellement le portrait de l'idée de sérénité, comme la maternité épanouie de Mona Lisa del Giocondo qui venait d'accoucher de son troisième enfant lors de la réalisation de son portrait.

Selon certains, La Joconde est aussi l'expression de la féminité, voire de la maternité, car elle semble apparaître comme tenant un enfant dans ses bras.

Daniel Arasse nous apprend dans un de ses ouvrages[26] que le pont, qui figure dans le paysage, est le symbole du temps qui passe.

Le sourire et le regard

Le sourire de La Joconde constitue un des éléments énigmatiques du tableau, qui a contribué au développement du mythe. Son sourire apparaît comme suspendu, prêt à s'éteindre : quand on le fixe directement, il semble disparaître pour réapparaître lorsque la vue se porte sur d'autres parties du visage. Le jeu des ombres accentue l'ambiguïté que produit le sourire[27]. Plusieurs études scientifiques ont analysé ce sourire :

  • Alors que plusieurs hypothèses plus ou moins farfelues ont été données depuis des décennies pour expliquer ce sourire (asthme, paralysie faciale de Bell[28], bruxisme dû au stress des longues poses ou au contraire sourire de plaisir par l'écoute de musique lors de ces séances, sourire maternel de femme enceinte, stratagème du peintre qui entoure son modèle de musiciens, de chanteurs et de bouffons, pour effacer la mélancolie de son visage de femme maltraitée...), le professeur en odontologie Joseph Borkowski remarque une cicatrice sous la lèvre inférieure de la Joconde, similaire à celle créée quand les bords incisifs des dents percent la lèvre : Mona Lisa aurait perdu des dents de devant, comme beaucoup de personnes à cette époque où l'hygiène dentaire était déficiente, ce qui lui donne un sourire particulier[29].
  • Selon la neuroscientifique Margaret Livingstone, Léonard de Vinci a longtemps étudié l'anatomie de l'œil et la perception visuelle pour créer volontairement une confusion entre la vision périphérique sensible aux "fréquences basses spatiales" (les zones sombres) et la vision centrale sensible aux détails : en accentuant la bouche et le sourire par le renforcement des ombres sur les pommettes et la mâchoire, le sourire ne devient visible que lorsque la vision périphérique se fixe hors de la région péribucale[30].
  • En 2005, un logiciel de reconnaissance des émotions corrèle la courbure des lèvres et les pattes d'oie autour des yeux à six émotions de base : le sourire de la Joconde traduirait à 83 % le bonheur, à 9 % le dédain, à 6 % la peur, à 2 % la colère, à 1 % la neutralité et aucun %age à la surprise[31].

Tout en donnant l'impression de suivre le spectateur des yeux, le regard de Mona Lisa fixe un point situé au-delà du spectateur, légèrement à sa gauche, provoquant ainsi une mise en profondeur du dialogue entre l'œuvre et le spectateur.

Dans le Quatuor d'Alexandrie, Lawrence Durrell compare le sourire de la Joconde à celui « d'une femme qui vient d'empoisonner son mari ».

Une source d'inspiration

Tableau Monna Vanna, de Salai, inspiré de La Joconde

Dès le XVIe siècle, La Joconde inspira de nombreux peintres, qui en firent des copies et imitations plus ou moins fidèles. Le disciple de Léonard de Vinci, Salai réalisa en 1515 un portrait de femme nue, appelé Monna Vanna ou Lisa del Giocondo (aujourd'hui conservé au musée de l'Ermitage de Saint-Petersbourg).

Corot, Robert Delaunay et Fernand Léger ont tiré des variations du tableau de Léonard de Vinci. Au XXe siècle les surréalistes, pour protester contre « l'art établi » détournèrent le tableau. Monna Lisa se vit affublée d'une moustache par Salvador Dali, et par Marcel Duchamp sous le titre L.H.O.O.Q. [32], reçut une pipe dans la bouche, chevaucha une moto, fut déguisée en ange de la mort, en chien ou en sirène…

D'autres arts s'en sont emparés : des chanteurs, comme Barbara (paroles et musique de Paul Braffort), Serge Gainsbourg ou Patachou l'ont chantée. Le chanteur Bob Dylan réfère au sourire de la Joconde, dans l'une de ses chansons surréalistes[33]. Des auteurs « jocondoclastes », de Jean Margat à l'oulipien Hervé Le Tellier, ont fait d'elle un personnage littéraire.

Plus récemment, le sculpteur Daniel Druet a donné corps à l'œuvre phare de Léonard de Vinci en réalisant le buste grandeur nature de Mona Lisa pour le compte du designer contemporain Yves Cohen. Une copie de ce buste en biscuit de porcelaine a été confiée à Henri Loyrette, l'actuel président du musée du Louvre.

L'illustrateur Paul Kidby s'en est aussi emparé en la parodiant pour la couverture de L'Art Du Disque-Monde sous le nom de "Mona Ogg". En 2008, le peintre Yanick Douet a réalisé une joconde en imaginant le corps dans son entier, afin de personnaliser la femme coupée en deux.

L'art postal (mail art) s'est aussi emparé de Mona Lisa. La Joconde est source d'inspiration pour de nombreux mailartistes[34].

Analyses techniques

Le flou du tableau est caractéristique de la technique du sfumato. Le sfumato, qui signifie en Italien « enfumé », est un effet vaporeux, obtenu par la superposition de plusieurs couches de peinture extrêmement délicates qui donne au tableau des contours imprécis. Cette technique a été employée en particulier au niveau des yeux dans la mise en ombrage.

En décembre 2005, le magazine britannique The New Scientist relate une étude[31] basée sur un logiciel de reconnaissance des émotions sur le visage. D'après cette étude Mona Lisa était « 83 % heureuse, 9 % écœurée, 6 % craintive et 2 % en colère ».

Le Conseil national de recherches du Canada a dévoilé, à Ottawa, le 26 septembre 2006, les résultats d'une étude réalisée grâce à un système de balayage laser sophistiqué, en couleurs et en trois dimensions. Celle-ci a permis de découvrir que Mona Lisa était enveloppée d'un « voile de gaze » fin et transparent normalement porté à l'époque par les femmes enceintes ou venant d'accoucher. Masqué par le vernis, ce détail n'avait jamais été observé auparavant.

Le sourire mystérieux de La Joconde serait donc celui d'une femme enceinte ou qui vient d'avoir un enfant.

Au printemps 2008, les physiciens M. Elias et P. Cotte [35] ont étudié le tableau grâce à un appareil-photo multi-spectral (lumière visible et infrarouge) conçu par la société Lumiere Technology. Cela a permis une avancée sur la connaissance du sfumato[36], ainsi que la reconstitution d'une image aux couleurs originales en retirant l'effet du vernis vieilli[37]. En outre, la position de sa main gauche s'expliquerait par la présence d'une couverture sur ses genoux, révélée elle aussi par l'image infrarouge[38].

Matsumi Suzuki, acousticien spécialisé dans l’étude de la voix, et son entreprise Japan Acoustic Lab ont retrouvé le timbre de voix de La Joconde. En prenant en compte sa taille (estimée à 1,68 m), la morphologie de son crane, il a pu déterminer à 90 % la voix de la Mona Lisa. « La partie inférieure de son visage est assez large, et elle a un menton pointu. Ce volume se traduit par une voix relativement basse, et la forme du menton par la présence de tons dans les gammes medium. » a-t-il expliqué à l’agence Reuters. Matsumi Suzuki a déjà fait ses preuves dans les affaires criminelles[39].

Références culturelles

La Joconde au cinéma

La Joconde est souvent utilisé dans la culture populaire, comme l’œuvre d'art ultime, celle qui est le butin à obtenir pour un cambrioleur ou une œuvre d'art à protéger :

  • Dans On a volé la Joconde (1966) de Michel Deville un voleur parvient à subtiliser le tableau et croise une femme de chambre qui est le sosie de Mona Lisa.
  • Dans 2012 (2010) de Roland Emmerich, en prévision de la fin du monde, la Joconde est enlevée du Louvre et est remplacée par une copie parfaite. Elle est officiellement destinée à un coffre-fort en Suisse, mais va être en fait chargée dans l'une des arches de sauvegarde.

Dans certains films, la Joconde est utilisée comme une sorte de métaphore. Dans Le Sourire de Mona Lisa de Mike Newell l'étude du tableau est prétexte à la libération de la condition féminine dans les années 1960.

Notes et références

  1. Hope, le plus gros et le plus cher diamant du monde se dote d'une nouvelle monture sur France 24, 21 novembre 2010
  2. a, b et c Tout sur tout, dictionnaire de l'insolite et du sourire, page 118, France Loisirs, 1986
  3. (en) Calum Storrie, The delirious museum : a journey from the Louvre to Las Vegas, London : I. B. Tauris, 2007. ISBN 978-1-84511-509-8, p. 9-15
  4. article du quotidien Le Petit Parisien du 23 août 1911 sur Gallica
  5. Sa valeur fut calculée et évaluée à 500 000 francs or à l'époque
  6. a et b Tout sur tout, dictionnaire de l'insolite et du sourire, page 119, France Loisirs, 1986
  7. Jean-Pierre Mohen, Les sciences du patrimoine : identifier, conserver, restaurer, Odile Jacob, 1999, p. 89
  8. Anecdotes issues de Jérôme Coignard, « L'énigme de La Joconde », Connaissance des arts, no 626, avril 2005, Paris, p. 47-48
  9. article du quotidien Le Petit Parisien du 5 janvier 1914 sur Gallica
  10. Jérôme Coignard, Une femme disparaît : le vol de la Joconde au Louvre en 1911, le Passage, octobre 2010, 358 p. 
  11. a, b, c, d et e Claire Bommelaer, « Quand La Joconde voyageait incognito », Le Figaro, 14 octobre 2009.
  12. a, b et c Le Louvre se penche pour la première fois sur ses années d'occupation, Le Monde, 7 mai 2009.
  13. Claire Bommelaer, « Le Louvre sur les routes de l'exode », in Le Figaro, samedi 31 juillet / dimanche 1er août 2010, page 12.
  14. Frédéric Martel, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006, p. 36.
  15. « La Joconde victime d'un jet de tasse de thé », Le Parisien, 11 août 2009.
  16. Giorgio Vasari, Vies des peintres, sculpteurs et architectes les plus célèbres, Chez Boiste, 1803, p. 27-28.
  17. Reportage vidéo du 16 janvier 2008 sur LCI
  18. L'histoire de Lisa Gherardini est issue de Jérôme Coignard, « L'énigme de La Joconde », Connaissance des arts, no 626 avril 2005 Paris, p. 42-43. Voir un résumé de l'ouvrage de Giuseppe Pallanti, Monna Lisa Mulier ingenua, Polistampa, 2004 (ISBN 88-8304-725-7)  sur le site < www.telegraph.co.uk - consulté le 20/5/06 >
  19. Portrait de Catherine Sforza sur le site chifar.unipv.it (page consultée le 20/5/06)
  20. Roni Kempler: Who is the Mona Lisa?
  21. La Joconde serait un homme, Culture sur Le Point, 3 février 2011.
  22. Sophie Herfort, Le Jocond : qui était vraiment Mona Lisa ?, Michel Lafon, 2011, 304 p. (ISBN 274991485X)
  23. Alois Walde, Michel Bréal et Anatole Bailly (Dictionnaire étymologique latin), Félix Gaffiot, F. Balsan, l'encyclopédie Treccani, l'Oxford English Dictionary, le dictionnaire Webster, Loren Edward Meierding...
  24. Alois Walde, 1938, Lateinisches etymologisches Wörterbuch.
  25. Ottorino Pianigiani, 1907, Vocabolario etimologico della lingua italiana, Rome : Albrighi, Segati e C., XXIV + 1559 p.
  26. Histoire de peintures (ISBN 978-2-07-032081-3)
  27. Luca Sciortino, « Le regard et la bouche de la Joconde », dans Cerveau & Psycho, no 12, novembre 2005 
  28. (en) K.K. Adour, « Mona Lisa Syndrome: Solving the Enigma of the Gioconda Smile », dans Annals of Otology, Rhinology, and Laryngology, vol. 89, no 3, 1989, p. 196-199 
  29. (en) Joseph E. Borkowski, « Mona Lisa : The Enigma of the Smile », dans Journal of Forensic Sciences, vol. 37, no 6, 1992, p. 1706-11 
  30. (en) Margaret S. Livingstone, « Is it Warm? Is it Real? Or Just Low Spatial Frequency ? », dans Science, vol. 290, no 5495, 2000, p. 1299 
  31. a et b (en) « Software decodes Mona Lisa's enigmatic smile », dans New Scientist, no 2530, 17 décembre 2005, p. 25 [résumé] .
  32. LHOOQ se prononce « Elle a chaud au cul ».
  33. Visions of Johanna, album Blonde on Blonde, 1966
  34. Des exemples sur Galerie des Mona ou Mona Lisa world tour.
  35. Voir recherches sur le tableau ici.
  36. Applied Optics du 1er juin 2008 (Vol. 47, #16), sous le titre « Multispectral camera and radiative transfer equation used to depict Leonardo's sfumato in Mona Lisa »
  37. (en) Spectral imaging of Leonardo Da Vinci’s Mona Lisa: A true color smile without the influence of aged varnish papier de P. Cotte et D. Dupraz pour la conférence CGIV 2006 (Third European Conference on Color in Graphics, Imaging and Vision).
  38. La Joconde avait des cils et des sourcils, dépêche AFP du 24 octobre 2007, consultée le 12 octobre 2011.
  39. Tarek Kerir, « Un acousticien sur la voix de Mona Lisa » sur Institut culture science, Université de Nice Sophia-Antipolis, 9 juin 2006.

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Article :

  • Jérôme Coignard, « L'énigme de La Joconde », Connaissance des arts, no 626, avril 2005, Paris
  • Vincent Delieuvin, « La Joconde », revue Grande Galerie, n°10 de décembre 2009 (revue consacrée à La Joconde : son vol, son histoire au musée et l'analyse de chef-d'œuvre).

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article La Joconde de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • La Joconde (Léonard de Vinci) — La Joconde La Joconde …   Wikipédia en Français

  • On a vole la Joconde — On a volé la Joconde On a volé la Joconde est une production franco italienne réalisée par Michel Deville en 1965. Résumé 1910, Vincent, collectionneur d oeuvres d art qu il acquiert en pillant les musées, tombe amoureux de la belle Mona Lisa,… …   Wikipédia en Français

  • On a volé la joconde — est une production franco italienne réalisée par Michel Deville en 1965. Résumé 1910, Vincent, collectionneur d oeuvres d art qu il acquiert en pillant les musées, tombe amoureux de la belle Mona Lisa, modèle du célèbre tableaux La Joconde. Il ne …   Wikipédia en Français

  • On a volé la Joconde — est une production franco italienne réalisée par Michel Deville en 1965. Résumé 1910, Vincent, collectionneur d œuvres d art qu il acquiert en pillant les musées, tombe amoureux de la belle Mona Lisa, modèle du célèbre tableaux La Joconde. Il ne… …   Wikipédia en Français

  • On a volé la Joconde —    Comédie de Michel Deville, avec Marina Vlady, George Chakiris, Henri Virlojeux, Jean Lefebvre.   Pays: France et Italie   Date de sortie: 1966   Technique: couleurs   Durée: 1 h 30    Résumé    Un monte en l air entreprend de voler la Joconde …   Dictionnaire mondial des Films

  • joconde — ⇒JOCONDE, subst. fém. [P. allus. à un portrait célèbre peint par Léonard de Vinci] Jeune femme énigmatique, à la fois distante et séduisante. Le passage du père Alta séparait sa vie en deux cycles, en deux ères. Avant, elle était la Joconde, la… …   Encyclopédie Universelle

  • Joconde Jusqu'à Cent — est un livre d Hervé Le Tellier publié en 1999 aux éditions Le Castor Astral. Une suite intitulée Joconde sur votre indulgence a été publiée en 2002 chez le même éditeur. Synopsis L auteur se livre ici à un exercice de style à la façon de son… …   Wikipédia en Français

  • Joconde jusqu'a cent — Joconde jusqu à cent Joconde jusqu à cent est un livre d Hervé Le Tellier publié en 1999 aux éditions Le Castor Astral. Une suite intitulée Joconde sur votre indulgence a été publiée en 2002 chez le même éditeur. Synopsis L auteur se livre ici à… …   Wikipédia en Français

  • Joconde jusqu'à 100 — Joconde jusqu à cent Joconde jusqu à cent est un livre d Hervé Le Tellier publié en 1999 aux éditions Le Castor Astral. Une suite intitulée Joconde sur votre indulgence a été publiée en 2002 chez le même éditeur. Synopsis L auteur se livre ici à… …   Wikipédia en Français

  • Joconde Sur Votre Indulgence — Cette création littéraire d Hervé Le Tellier publiée en 2002 (Éditions Le Castor Astral) est dans la suite directe de Joconde jusqu à cent, du même auteur, publiée en 1999. (ISBN 285920427X) Synopsis Écrite sur le même schéma que le volume… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”