Le Monde
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le journal français « Le Monde ». Pour les autres significations associées au mot monde, voir Monde.
Le Monde
Le Monde logo.svg

Pays Drapeau de France France
Langue Français
Périodicité Quotidienne
Format Berlinois
Genre Généraliste
Prix au numéro 1,50 , 3,20 le vendredi daté samedi
Diffusion 319 026 ex. (2010)
Fondateur Hubert Beuve-Méry
Date de fondation 1944
Éditeur Paris

Propriétaire La Vie-Le Monde
Directeur de publication Erik Izraelewicz
Directeur de la rédaction Sylvie Kauffmann
Rédacteur en chef Jean-Jacques Bozonnet, Michel Kajman, Franck Nouchi, Isabelle Talès, Didier Pourquery (Le Monde magazine)
ISSN 0395-2037
OCLC 1758539
Site web www.lemonde.fr

Le Monde est un journal quotidien français fondé par Hubert Beuve-Méry en 1944.

C'est un journal « du soir » qui paraît l'après-midi, daté du lendemain, le seul en France à conserver cette formule en 2011. Quotidien français de référence pendant plusieurs décennies, il est toujours le plus diffusé à l'étranger, avec une diffusion journalière hors France de 40 000 exemplaires.

Sommaire

Histoire

Un quotidien français de référence

Le premier numéro du Monde paraît le 18 décembre 1944, daté du 19 décembre sur une seule page recto verso. Il succède au journal Le Temps, dont il reprend le format et la présentation, ainsi que les anciens locaux situés rue des Italiens, où il restera 44 ans. Le général de Gaulle, qui souhaitait doter la France d'un grand journal tourné vers l'étranger, est un élément moteur de sa création. Réalisé par Hubert Beuve-Méry, qui fonde une société à responsabilité limitée au capital de 200 000 francs répartis en 200 parts sociales, son premier comité de rédaction comprenait également René Courtin, professeur de droit, et Christian Funck-Brentano, ancien chargé des questions de presse au cabinet du général de Gaulle.

1951 voit la création de la Société des rédacteurs, 1968 celle des deux sociétés des employés et des cadres, et 1985 celle des lecteurs. Les salariés du journal tiennent une place centrale dans la gestion du quotidien. La ligne éditoriale, sans se revendiquer explicitement de gauche, va jusqu'à titrer « Phnom Penh libéré » lors de la prise de la ville par les Khmers rouges, en avril 1975.

De 1980 à 2006, Le Monde est le partenaire de l'émission Le Grand Jury. Il est remplacé par Le Figaro en septembre 2006[1].

Le Monde s'installe et reste 44 ans dans les locaux du Temps (dont il devient propriétaire en 1956) et, de ce fait, sera souvent désigné comme « le quotidien de la rue des Italiens ». Après la vente, par André Fontaine, de son siège, pour raisons financières, Le Monde s'installe rue Falguière (15e) en avril 1989 dans un bâtiment conçu par les architectes Pierre du Besset et Dominique Lyon, puis rue Claude-Bernard (5e) en 1996 et enfin, en 2004, boulevard Auguste-Blanqui (13e) dans un bâtiment conçu par l'architecte Christian de Portzamparc[2].

Flottements et déséquilibres

Le quotidien connaît des difficultés financières dans les années 1980 et 1990. En 1994, il troque le statut de SARL pour celui de société anonyme à directoire et conseil de surveillance[3].

Edwy Plenel, un des principaux responsables de la rédaction, donne sa démission le 29 novembre 2004. Le Monde a été présidé par Jean-Marie Colombani jusqu'au 22 mai 2007.

Après l'éviction de Jean-Marie Colombani de la présidence du directoire, la Société des rédacteurs du Monde (SRM), qui dispose d'un droit de veto sur la nomination, rejette la candidature de l'ancien président, candidat à sa succession. Les conseils de surveillance des sociétés Le Monde et Partenaires Associés (LMPA), Le Monde SA et la Société éditrice du Monde nomment Pierre Jeantet à la présidence de chacune de ces sociétés le 2 juillet 2007[4].

Crises jusqu'à la perte d'indépendance

Le 19 décembre 2007, suite à des désaccords en matière financière entre la direction et la Société des rédacteurs du Monde, le président du directoire Pierre Jeantet, le vice-président Bruno Patino et le directeur du journal Éric Fottorino démissionnent en bloc[5]. Le 4 janvier 2008, alors que Pierre Jeantet et Bruno Patino confirment leur démission, Éric Fottorino décide finalement de ne pas démissionner[6]. Il devient président du directoire le 25 janvier 2008[7].

En juin 2010, cinq repreneurs sont présentés[8] : Le Nouvel Observateur, le groupe El Pais (Espagne), le groupe de presse L'Espresso (Italie), le groupe de presse Ringier (Suisse) ainsi qu'un trio formé par Pierre Bergé (entrepreneur, propriétaire du magazine Têtu), Matthieu Pigasse (homme d'affaires, propriétaire et président du magazine Les Inrockuptibles) et Xavier Niel (fondateur de Free). Par ailleurs, le président de la République Nicolas Sarkozy rencontre Éric Fottorino le 9 juin 2010, alors que le journal cherche d'urgence un repreneur, pour interdire la reprise du journal par le trio Bergé-Pigasse-Niel et le met en garde en déclarant que si cette option était choisie, l'État renoncerait à verser 20 millions d'euros pour participer au sauvetage de l'imprimerie du journal[9],[10].

L'autre repreneur potentiel est formé du groupe Nouvel Observateur et Orange[11]. Fin juin, l'offre du trio est plébiscitée par les salariés actionnaires[12]. Orange et le Nouvel Observateur décident de retirer leur offre[13]. Ce choix est validé par le vote du conseil de surveillance (11 voix pour et 9 abstentions)[14].

Le 14 septembre 2010, Le Monde annonce qu'il porte plainte contre X pour « violation du secret des sources » après que les services secrets français (DCRI) ont été mis à contribution par l'exécutif pour identifier la source d'un journaliste de la rédaction. Bernard Squarcini, directeur de la direction centrale du renseignement intérieur, le reconnaît dans un entretien au Nouvel Observateur : il a ordonné un « éclairage DCRI » sur des fuites provenant du ministère de la justice au sujet de l'affaire Woerth-Bettencourt, une enquête qui peut être considérée comme une atteinte au secret des sources, protégées par la loi, et donc à la liberté de la presse.

Le 15 décembre 2010, Éric Fottorino est révoqué de la présidence du directoire du groupe Le Monde, pour divergences de point de vue avec les actionnaires, tout en restant provisoirement le directeur du journal. Louis Dreyfus est nommé à sa place directeur de la publication[15] puis Erik Izraelewicz est choisi comme directeur du journal en février 2011.

Position du Monde dans l'espace politique français

Le journal est le point de jonction de plusieurs grands courants d'idées principalement liés au courant de la sociale démocratie chrétienne sur le plan intérieur.

Jean-Jacques Servan-Schreiber, responsable de la page de politique extérieure, le quitte au début des années cinquante en lui reprochant son neutralisme dans les relations Est-Ouest[réf. nécessaire]. En 1955, les milieux d'affaires lui reprochent une position trop à gauche[réf. nécessaire] et lancent un journal concurrent Le Temps de Paris, opération qui échouera. Sous la Ve République, il soutient la politique étrangère du Général de Gaulle[réf. nécessaire], tout en critiquant sa politique intérieure. Dans les années 1970, il s'oriente clairement vers un soutien à l'Union de la Gauche[réf. nécessaire], ce qui l'amène à dénoncer des scandales financiers qui éclatent sous la présidence de Giscard d'Estaing (affaire des diamants, etc). Il soutient alors la candidature de François Mitterrand à l'élection présidentielle de 1981, tout en montrant son scepticisme sur la politique économique de Pierre Mauroy. Quand les scandales de l'ère Mitterrand éclatent à leur tour (carrefour du développement, écoutes téléphoniques contre des journalistes du Monde, etc.), une véritable animosité oppose le journal et Mitterrand[réf. nécessaire], particulièrement avec le journaliste Edwy Plenel[16].

À l'approche des élections présidentielles, dans un éditorial daté du 3 mai 2007, le directeur de la publication Jean-Marie Colombani a lancé un appel à voter pour la candidate socialiste Ségolène Royal. La principale raison invoquée était la situation désastreuse dans laquelle le Parti socialiste se trouverait en cas d'échec[réf. nécessaire]. La « conception revancharde de l'histoire » du candidat UMP, Nicolas Sarkozy, vainqueur de l'élection, est également dénoncée. Depuis, le journal adopte fréquemment des positions hostiles à la politique du président Sarkozy et de son gouvernement[réf. nécessaire].

Responsables

Directeurs de la publication

Directeurs de la rédaction

Les journalistes actuels du Monde

Anciens journalistes du Monde

Les critiques

La Face cachée du Monde

En 2003, une série d'ouvrages et de travaux ont critiqué la neutralité du journal. Dans la revue Actes de la recherche en sciences sociales, le sociologue de l'école bourdieusienne Patrick Champagne analysait l'évolution du quotidien et l'influence de Jean-Marie Colombani dans l'article « Le médiateur entre deux mondes ».

Ces critiques devinrent accusations dans l'essai La Face cachée du « Monde », où Pierre Péan et Philippe Cohen affirment, entre autres choses, que l'équipe dirigeante, constituée alors de Jean-Marie Colombani, Edwy Plenel et Alain Minc, avait pris le parti de s'orienter vers une logique de rentabilité et de vente faisant fi, selon eux, des règles déontologiques. Le non-respect de la raison d'État fut également au cœur de la critique de La Face cachée du « Monde ». Enfin, les critiques pointaient également du doigt certains parti-pris éditoriaux.

Daniel Schneidermann, à l'époque employé du Monde, chroniqueur au supplément radio-TV du quotidien et lui-même animateur d'une émission de télévision sur France 5, a critiqué dans son ouvrage Le Cauchemar médiatique la réaction de la direction du quotidien, en estimant que celui-ci ne répondait pas aux arguments du livre La Face cachée du « Monde ». Les dirigeants du Monde l'ont licencié en octobre 2003 pour « cause réelle et sérieuse » : selon eux, un passage du livre de Daniel Schneidermann était « attentatoire à l’entreprise pour laquelle il travaille ». Le journaliste a poursuivi le quotidien aux prud'hommes de Paris, qui lui ont donné gain de cause en mai 2005[19]. Le jugement a été confirmé en appel en mars 2007[20].

Alain Rollat, journaliste au Monde de 1977 à 2001, s'est livré, quant à lui, à une sévère auto-critique des errements survenus dans la gestion de l'entreprise sous la direction de Jean-Marie Colombani, principal responsable, à ses yeux, de l'emprise croissante des « puissances d'argent » sur le « quotidien de référence ». La publication de son témoignage a été délibérément occultée par ses anciens compagnons[21].

La thèse de Pierre Péan et Philippe Cohen se fondait essentiellement sur le fait que la ligne éditoriale originelle avait été altérée afin de répondre aux objectifs de pouvoir des rédacteurs et d'un petit groupe affilié, avec des collusions dans des cercles économiques. Pierre Péan et Philippe Cohen reprochaient par exemple le salaire mensuel du directeur de la rédaction du Monde (26 000 euros par mois) en dépit d'une perte estimée à 25 millions d'euros pour l'exercice 2003 au niveau du groupe (périmètre de CA de 460 M d'€, année d'acquisition du groupe La Vie catholique par Le Monde). Les avocats du Monde et ceux de Péan-Cohen ont préféré éviter le procès et ont accepté la médiation de Guy Canivet, premier président de la Cour de cassation.

Autres

Michel Legris publie en 1976 Le « Monde » tel qu'il est. D'après cet ancien journaliste du « quotidien de référence », derrière son apparente objectivité, Le Monde appliquerait de multiples procédés de désinformation mis au service de son engagement dans l'intelligentsia de gauche par une ligne éditoriale gauchisante. Il montre aussi comment Le Monde a minimisé les exactions des Khmers rouges au Cambodge[22].

Par ailleurs, Acrimed, association de critique des médias, reproche au Monde de ne pas parler assez de certains livres malgré leur succès[23].

En mai 2011, irrité par le contenu d'un article du Monde consacré à François Mitterrand signé par l'historien François Cusset, l'actionnaire Pierre Bergé dira « regretter » d'avoir investi dans le quotidien[24]. Il avance ainsi : « Je considère que contrairement ... à ce qu’ils prétendent, les journalistes du Monde ne sont pas libres mais prisonniers de leurs idéologies, de leurs règlements de compte, et de leur mauvaise foi[25]. »

Diffusion et audience

Données de l'OJD[26] :

Titre 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Le Monde 390 840 392 772 405 983 407 085 389 249 371 803 360 610 350 039 358 655 340 131 323 039 319 022

Pour comparer avec la diffusion payée des autres quotidiens nationaux français : voir Presse en France.

D'après l'OJD, en 2003, un peu plus de la moitié des abonnés à la version internet sont les abonnés à la version papier utilisant leur droit de consultation :

  • Janvier 2003 : 30 597.
  • Décembre 2003 : 44 687.

L'audience du quotidien s'élève à 1 895 000 lecteurs (EPIQ 2006/2007-LNM) dont 56 % appartient à un foyer CSP+.

Finances

Le Monde ne communique pas son chiffre d'affaires mais la Société des lecteurs du Monde, cotée sur le marché libre d'Euronext Paris, annonçait un chiffre d'affaires de 462 millions d'euros en 2002. En 2007, il est de 628,65 millions d'euros[27]. Le Monde a accusé en 2006 une perte nette de 14,3 millions d'euros, à comparer avec une perte nette de 27,9 millions d'euros en 2005 et de 54,2 millions en 2004. En juin 2010, le journal recherche 10 millions d'euros pour éviter la cessation de paiement en juillet et ses dettes s'élèvent à 94 millions d'euros[10].

Comme la plupart des titres de presse français, le journal Le Monde touche des subventions de l’État. Ainsi, il a perçu 2,95 millions d’euros d’aide du fonds d'aide à la modernisation de la presse de 2003 à 2010[28].

Publications

Le quotidien Le Monde

Le Monde présente la particularité d'être daté du lendemain de son jour de parution. Son édition du jour est ainsi disponible vers 13 heures à Paris, le soir même dans les grandes villes de France et partout ailleurs le lendemain, y compris à l'international. Par exemple, l'édition sortant des rotatives le vendredi 1er sera datée samedi 2.

Toujours appelé « quotidien du soir », Le Monde est aujourd'hui devenu en réalité un quotidien du midi. Le « bouclage » de la rédaction se fait le matin à 10 h 30, ce qui permet d'intégrer des informations tombées dans la nuit ou au petit matin, contrairement à la plupart de ses confrères qui bouclent dans la nuit.

Aujourd'hui, le quotidien se découpe de la façon suivante :

  • La une : elle se compose d'une tribune, très souvent accompagnée d'une photo d'actualité ; de l'éditorial du jour au centre ; d'un dessin de Plantu en pied de page ; ainsi que d'autres brèves qui seront développées dans le journal.
  • 24h dans le monde : cette page du journal est un tour du monde des évènements du jour. Soit ce sont des brèves, soit ce sont des annonces de thèmes développés dans la suite du quotidien.
  • Page trois : cette page, du nom de son emplacement, est le lieu d'une enquête plus poussée sur un thème précis, qu'il soit d'actualité récente ou qu'il procède plus d'une enquête de fond sur un thème méconnu. Une place très large est laissée à l'image au sein de cette page.
  • Planète : page unique consacrée à l'actualité environnementale
  • International, International & Europe : 4, 5 pages consacrées à l'actualité internationale et européenne.
  • France : 3-4 pages consacrées à l'actualité franco-française principalement centrée sur la politique française.
  • Économie : 2-3 pages consacrées à l'actualité économique, financière et industrielle.
  • Décryptages : 3-4 pages réservées aux débats (tribunes, billets d'humeur, réactions publiques, lettres ouvertes...) ou à une enquête poussée sur un point d'actualité
  • Culture : 2-3 pages consacrées à l'actualité culturelle française et internationale. Le numéro du mercredi est consacré aux sorties cinéma.
  • & Vous : 1 page sur la vie pratique et quotidienne
  • Carnet : nécrologie, hommages, mariages, naissances
  • Météo & jeux
  • La dernière page (la page 28 généralement) est consacrée au courrier des lecteurs ainsi qu'à un billet d'humeur d'une personnalité

Chaque numéro du Monde propose une contre-enquête qui peut porter sur n'importe quelle rubrique du journal.

Si le découpage du journal reste la plupart du temps quasiment identique d'un jour à l'autre, rien n'empêche la rédaction de consacrer plus de pages à tel thème en raison d'une actualité importante. Par exemple, pour sa couverture du séisme de mars 2011 intervenu au Japon, la rubrique Planète a pu monopoliser une petite dizaine de pages dans certains numéros du quotidien.

Depuis 2009, Le Monde désigne une personnalité de l'année. Les récipiendaires sont le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, en 2009, et Julian Assange, en 2010.

LeMonde.fr

Logo LeMonde.fr à partir de juin 2005.

Le Monde est présent sur Internet avec son propre nom de domaine (lemonde.fr) depuis le 19 décembre 1995[29], date anniversaire de la création du journal papier. Il était auparavant présent sur les réseaux électroniques grâce à un accord avec Compuserve et Edelweb, une société française spécialisée sur la sécurité en ligne, qui hébergeait les premières pages HTML du quotidien sur internet. Le site LeMonde.fr, après avoir quitté les locaux du quotidien Le Monde, est, depuis 1999, édité par la société Le Monde interactif, filiale du Monde et de Lagardère, et il possède sa propre rédaction, ses propres locaux, distincts de ceux du journal jusqu'en 2009 (ils intégreront finalement les locaux du journal); il reprend les articles du journal Le Monde, mais également d'autres sources (agences de presse, etc.). L'édition électronique a été créé en 1994 par Michel Colonna d'Istria, rejoint par Marlène Duretz, Jean-Jacques Larrochelle, Olivier Puech puis par Olivier Dumons et Nicolas Bourcier, au sein du journal, avant que les activités multimédia ne soient cédées au Monde interactif lors de la création de la filiale, également éditrice du supplément papier Le Monde interactif, qui n'est plus aujourd'hui diffusé. La filiale Le Monde interactif a d’abord été présidée par Alain Giraudo, puis par Bruno Patino, à la suite de l'échec du lancement du portail Tout.lemonde.fr en 2000. Le PDG du Monde interactif est aujourd'hui Philippe Jannet[30].

La quasi totalité du contenu textuel du journal est accessible gratuitement tous les jours, en début d'après-midi. Les articles de moins de trois jours sont également librement accessibles, mais sans la documentation iconographique et infographique du journal.

Pour l'accès aux archives, l'abonné au journal a un droit limité et gratuit de consultation, sinon la lecture des archives est payante. On peut, depuis avril 2002, s'abonner à la partie payante du site et bénéficier des dépêches d'agence (AFP, AP, Reuters), d'une base de données de résultats électoraux mise à jour depuis 1969, accéder à des contenus multimédia (près d'un million d'articles du Monde en ligne, soit l'intégralité du quotidien depuis 1987).

Par ailleurs, depuis septembre 2006, LeMonde.fr a lancé un nouveau service : le Journal électronique[31]. Il est ainsi possible de lire Le Monde en ligne, en bénéficiant des fonctionnalités propres au numérique : feuilletage, zoom numérique, recherche, etc.

En juillet 2008, le portail d'accueil du site a été entièrement refondu dans sa présentation.

Suppléments et sélections d'articles

Le Monde propose des suppléments hebdomadaires et mensuels.

Chaque semaine :

  • M, le magazine du Monde (anciennement Le Monde 2, Le Monde magazine) daté samedi. l'actualité art de vivre, mode et beauté, design, culture… ;
  • Le Monde télévisions, daté dimanche – lundi. Supplément consacré à l'actualité de tous les écrans et les programmes TV de la semaine ;
  • Le Monde économie, daté mardi. Des dossiers, des analyses, des entretiens, consacrés à l'économie, à la vie des marchés et des entreprises ;
  • Le Monde des livres, daté vendredi. L'actualité de l'édition et la critique des principales parutions, dans tous les genres, de la littérature classique à la bande dessinée.

Chaque mois :

  • M, daté jeudi. Dédié à « l’art de vivre » à travers des reportages sur la culture, l'art, la mode, la gastronomie et des voyages ;
  • Le Monde argent, daté samedi. Portant sur l'actualité des placements financièrs (prêt, placement, investissement, immobilier, emprunt…) ;
  • Le Monde éducation, daté mercredi. Analysant l'actualité éducative à destinations des parents, des enseignants et des étudiants.

Le quotidien fait aussi paraître plus de 30 numéros spéciaux par an.

Les articles les plus significatifs publiés dans Le Monde et ses suppléments sont aussi rassemblés et publiés sous différents formats :

  • Le Monde Sélection hebdomadaire, daté samedi est une publication de 12 pages qui reprend les meilleurs articles de la semaine écoulée. Il est vendu uniquement à l'étranger et sous forme d'abonnement.
  • Le Mensuel, sélection des meilleurs articles du mois précédent ; lancé en 2010;
  • Le Monde, Dossiers et documents publie chaque mois, depuis 1973, pour les lycéens et les étudiants un numéro de huit pages présentant un ou deux dossiers sur des questions économiques, historiques, politiques ou de société.

Les collections Le Monde

Le groupe Le Monde édite depuis 2004 des collections de produits culturels. Actuellement, deux collections sont en vente :

  • La collection « Grands cinéastes »
  • Le Monde de Blake et Mortimer

Autres publications

Article détaillé : La Vie-Le Monde.

Le quotidien Le Monde est à l'origine de plusieurs publications dont la ligne éditoriale est indépendante de celle du quotidien :

Au sein du groupe La Vie-Le Monde, le pôle Magazine est constitué de :

  • Courrier international (hebdomadaire mettant en perspective une problématique à partir des traductions des principaux titres de la presse mondiale) ;
  • La Vie (hebdomadaire d'information générale, de sensibilité chrétienne) ;
  • Télérama (programmes de télévision et hebdomadaire culturel de référence donnant à réfléchir sur les médias, l'actualité du cinéma, guide culturel) ;
  • Les Cahiers du cinéma (mensuel traitant de l'actualité cinématographique).

Le groupe Le Monde est actionnaire à 51 % du mensuel Le Monde diplomatique, mais la ligne éditoriale de ce dernier est indépendante, comme celle de tous les titres du groupe La Vie-Le Monde. Le Monde diplomatique édite aussi le bimestriel « Manière de voir » et, à rythme triennal, fait le point sur la situation internationale avec l'Atlas du Monde diplomatique.

Controverses

En janvier 2008, Le Monde a été condamné par un tribunal de Barcelone, à 300 000 euros de dommages-intérêts pour avoir publié un article jugé diffamatoire évoquant les pratiques du dopage au FC Barcelone[32].

Notes et références

  1. (fr) « Six ans de Grand Jury RTL-le Monde », Le Monde, 28 mars 1987
  2. « Les immeubles du Monde », université Paris I Panthéon-Sorbonne
  3. Le Monde, 13 septembre 2006.
  4. « Le Monde : Pierre Jeantet est nommé président du directoire », Le Monde, 3 juillet 2007.
  5. (fr) « Démission du directoire du Monde: Fottorino accuse la Société des rédacteurs », AFP, 18 décembre 2007
  6. (fr) « Le Monde : 2 démissions sur 3 au directoire » sur le blog de Jean-Marc Morandini, 5 janvier 2008
  7. (fr) « Un nouveau patron pour Le Monde mais des tensions subsistent » sur le blog de Jean-Marc Morandini, 26 janvier 2008
  8. « Cinq repreneurs pour le journal » sur lefigaro.fr.
  9. « Intervention du président Sarkozy dans la reprise » sur fr.reuters.com.
  10. a et b Jean-Luc Porquet, « Bientôt, la fin d'un Monde », Le Canard enchaîné, 16 juin 2010, p. 1.
  11. « Le Monde : les deux offres de reprise passées au crible », sur Rue89, 23 juin 2010.
  12. « Le Monde : plébiscite général pour l'offre Pigasse-Niel-Bergé » sur Rue89, 25 juin 2010.
  13. « Reprise du Monde : Orange et Le Nouvel Observateur jettent l'éponge », latribune.fr, 28 juin 2010.
  14. « Rachat du Monde : le trio Bergé-Niel-Pigasse remporte la mise », les info.com, 29 juin 2010
  15. « Eric Fottorino n'est plus le patron du groupe Le Monde » dans Libération du 15 décembre 2010.
  16. Edwy Plenel, « “Le Monde” est-il un danger pour la démocratie ? », in Le Monde, 25 février 2003, article en ligne sur le site France Mail Forum
  17. « Pierre Jeantet élu patron du Monde par les salariés », sur lefigaro.fr du 14 octobre 2007.
  18. « Sylvie Kauffmann est nommée directrice de la rédaction du Monde », sur lemonde.fr, 19 janvier 2010.
  19. Texte du jugement des prud'hommes condamnant Le Monde sur le blog de Daniel Schneidermann (2005).
  20. « Daniel Schneidermann, deux fois en appel : un procès gagné, l’autre pas » sur le site de l'Acrimed.
  21. Op. cit., Ma part du « Monde ».
  22. Vidéo sur le site de l'INA.
  23. « Critique de la caricature ou caricature de la critique ? Le Monde a lu LQR », article de Grégory Rzepski et Alain Thorens en avril 2006 : « Plus grand monde n’espère que Les Nouveaux chiens de garde de Serge Halimi fasse un jour l’objet d’un compte-rendu dans Le Monde. Paru en 1997 dans la collection Raisons d’agir fondée par Pierre Bourdieu et réédité en 2005, ce livre a pourtant été vendu, à ce jour, à plus de 250 000 exemplaires. Plus personne n’espère, pour ne parler que des livres parus depuis la rentrée 2005, que Le Monde rende compte de celui de Pierre Rimbert sur Libération. »
  24. « Le Monde : Bergé regrette d'avoir investi » sur lefigaro.fr, 24 mai 2011
  25. « Pierre Bergé insulte les journalistes du Monde », Carmen Blanchetti, Electronlibre.info, 24 mai 2011.
  26. Le Monde sur le site de l'OJD
  27. (fr) Le Monde a sensiblement réduit ses pertes en 2007, La Tribune, 10 juin 2008
  28. L’heure des fuites sur les subventions à la presse ?, Rue89, publié le 11 août 2010, consulté le 26 octobre
  29. Lemonde.fr
  30. Xavier Ternisien, « Les journaux cherchent le moyen de faire payer leur contenu sur Internet », le Monde du 24 mars 2009
  31. Journal Electronique
  32. « “Le Monde” doit verser 300 000 euros au FC Barcelone », 20 minutes, 15 janvier 2008.

Annexes

Publications du groupe sur le journal

  • Le Style du Monde, 1re édition, 2002 ; la déontologie du journal, ses lexiques et son atlas de référence. Une deuxième édition existe (2003).

Bibliographie sélective

Les ouvrages sont classés par ordre chronologique.

  • Jean Schwoebel, La Presse, le pouvoir et l'argent, préf. de Paul Ricoeur, Paris, éd. du Seuil, 1968
  • Association pour une lecture critique de la presse, Le Monde et ses méthodes, avant-propos de Louis de Villefosse, Paris, Association pour une lecture critique de la presse, 1976
  • Michel Legris, « Le Monde » tel qu'il est, Plon, 1976
  • Jacques Thibau, « Le Monde » : histoire d'un journal, un journal dans l'histoire, Paris, J.-C. Simoën, 1978 (réédition augmentée et mise à jour : Paris, Plon, 1996)
  • Jean-Noël Jeanneney et Jacques Julliard, Le Monde de Beuve-Méry ou Le métier d'Alceste, Paris, Le Seuil, 1979
  • Édouard Sablier, La Création du « Monde », Paris, Plon, 1984
  • Jacques Doléans, La fin d'un « Monde », Paris, Éd. S. Tastet, 1988 (témoignage d'un ancien membre du Service publicité du quotidien)
  • Sirius : Hubert Beuve-Méry et « Le Monde », Paris, Le Monde, 1988
  • Jean Planchais, Un homme du « Monde », Paris, Calmann-Lévy, 1989
  • Laurent Greilsamer, Hubert Beuve-Méry (1902-1989), Paris, Fayard, 1990
  • Bruno Rémond, Sirius face à l'histoire : morale et politique chez Hubert Beuve-Méry, préf. d'André Fontaine, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1990 (avec la liste des publications d'H. Beuve-Méry)
  • Hubert Beuve-Méry, Paroles écrites : mémoires, éd. établie par Pierre-Henry Beuve-Méry d'après les entretiens réalisés par Jean-Claude Barreau et Pierre-André Boutang, Paris, Grasset, 1991
  • Jean Sulivan, Une Lumière noire : sur Beuve-Méry, notes de Laurent Greilsamer, Paris, Arléa, 1994 (réédition : Rennes, Éd. Apogée, 2007)
  • Patrick Éveno, « Le Monde » : histoire d'une entreprise de presse, 1944-1995, Paris, Le Monde, 1996 (version remaniée d'une thèse préparée sous la direction de Jacques Marseille et soutenue à l'université de Panthéon-Sorbonne en 1996)
  • Jean Madiran, « Le Monde » et ses faux, Paris, éd. du Présent, 1997
  • Jean-Paul Gouteux, « Le Monde », un contre-pouvoir ? : désinformation et manipulation sur le génocide rwandais, Paris, L’Esprit frappeur, 1999
  • Patrick Éveno, Le journal « Le Monde » : une histoire d'indépendance, Paris, éd. O. Jacob, 2001
  • Pierre Péan et Philippe Cohen, La Face cachée du « Monde » : du contre-pouvoir aux abus de pouvoir, Paris, éd. des Mille et Une Nuits, 2003
  • Bernard Poulet, Le pouvoir du « Monde » : quand un journal veut changer la France, Paris, La Découverte, 2003 (réédité en 2004 chez le même éditeur, avec un avant-propos et une postface inédits, sous le titre Le Pouvoir du « Monde » ou Les Illusions perdues)
  • Alain Rollat, Ma part du « Monde » : vingt-cinq ans de liberté d'expression, Paris, éd. de Paris, 2003
  • Association de citoyens contre la désinformation, Du bon usage des tribunes du « Monde », Paris, Association de citoyens contre la désinformation, 2004
  • Patrick Éveno, Histoire du journal « Le Monde », 1944-2004, Paris, éd. Albin Michel, 2004
  • Patrick Éveno, Le Monde : soixante ans de politique, dossier paru dans le magazine L'Histoire, no 293, décembre 2004
  • François Jourdier, La désinformation et le journal « Le Monde » : de Judas à Tartuffe, préf. de Vladimir Volkoff, Monaco, éd. du Rocher, 2004 (lettres adressées par l'auteur au Monde entre 1995 et 2003)
  • François Simon, Journaliste : dans les pas d'Hubert Beuve-Méry, Paris, Arléa, 2005
  • Jean-Marie Colombani, Au fil du « Monde », Paris, Plon, 2007
  • Laurent Huberson, Enquête sur Edwy Plenel : de la légende noire du complot trotskiste au chevalier blanc de l'investigation, Paris, Le Cherche Midi, 2008
  • François Jourdier, De Judas à Tartuffe : lettres au journal « Le Monde », 2003-2008, Lausanne, L'Âge d'homme, 2009 (lettres adressées par l'auteur au quotidien)

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Le Monde de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • MONDE — Le terme de monde est utilisé dans des contextes très divers pour indiquer, d’une manière ou de l’autre, une totalité d’appartenance. Ainsi on parle du «monde grec» ou du «monde de la Renaissance», pour désigner des ensembles culturels… …   Encyclopédie Universelle

  • monde — 1. (mon d ) s. m. 1°   Tout ce que nous apercevons d espace, de corps et d êtres, ainsi dénommé à cause de l arrangement et de la régularité qui y règnent. La création du monde. Plusieurs philosophes ont cru que le monde est éternel. •   Tout ce… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Monde entier — Monde (univers) Pour les articles homonymes, voir Monde. Le monde désigne la matière, l espace et les phénomènes qui nous sont accessibles par les sens, l expérience ou la raison. Le sens le plus courant désigne notre planète, la Terre, avec ses… …   Wikipédia en Français

  • MONDE (LE) — MONDE LE Le seul journal quotidien de la presse française qui fasse figure d’institution nationale et dont l’audience internationale se compare à celle des «grands» anglo saxons (quotidiens comme le New York Times ou le The Times de Londres, ou… …   Encyclopédie Universelle

  • Monde De Lyoko —  Cet article concerne le monde virtuel nommé Lyoko. Pour la série d animation, voir Code Lyoko. Lyoko est un monde virtuel autour duquel se déroule la série Code Lyoko. Bien qu il présente de nombreuses divergences avec le monde réel, la… …   Wikipédia en Français

  • Monde Des Ténèbres 2 — Cet article fait partie de la série Jeu de rôle Jeux : Liste par genre • Catégories par genre • Liste alphabétique • Autres : Éditeurs • Magazi …   Wikipédia en Français

  • Monde Iranien — Le monde iranien …   Wikipédia en Français

  • Monde Méditerranéen Au XIIe Siècle — Cet article décrit le monde méditerranéen au XIIe siècle sur les plans civilisationnel et géostratégique. La Méditerranée, est le mare nostrum des Latins, sur laquelle trois continents ont une façade, l Afrique, l Europe et l Asie, et les… …   Wikipédia en Français

  • Monde Virtuel — Un monde virtuel est un monde créé artificiellement par un logiciel informatique et pouvant héberger une communauté d utilisateurs présents sous forme d avatars ayant la capacité de s y déplacer et d y interagir. La représentation de ce monde et… …   Wikipédia en Français

  • Monde de Lyoko —  Cet article concerne le monde virtuel nommé Lyoko. Pour la série d animation, voir Code Lyoko. Lyoko est un monde virtuel autour duquel se déroule la série Code Lyoko. Bien qu il présente de nombreuses divergences avec le monde réel, la… …   Wikipédia en Français

  • Monde de lyoko —  Cet article concerne le monde virtuel nommé Lyoko. Pour la série d animation, voir Code Lyoko. Lyoko est un monde virtuel autour duquel se déroule la série Code Lyoko. Bien qu il présente de nombreuses divergences avec le monde réel, la… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”