Augusta Suessionum
Soissons - Wikipédia

Soissons

Soissons

La cathédrale de Soissons
La cathédrale de Soissons

Soissons#Héraldique
Détail
Administration
Pays France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Soissons (chef-lieu)
Canton Soissons-Nord (chef-lieu)
Soissons-Sud (chef-lieu)
Code Insee abr. 02722
Code postal 02200
Maire
Mandat en cours
Patrick Day
2008-2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Soissonnais
Démographie
Population 28 442 hab. (2006)
Densité 2 309 hab./km²
Gentilé Soissonnais, Soissonnaise
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 54″ Nord
       3° 19′ 25″ Est
/ 49.3816666667, 3.32361111111
Altitudes mini. 38 m — maxi. 130 m
Superficie 12,32 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Soissons est une commune française, située dans le département de l'Aisne et la région Picardie, également appelée « cité du Vase ».

Les habitants sont les Soissonnais.

Sommaire

Géographie

Localisation de Soissons

Soissons est située dans le département de l'Aisne, dont elle constitue la seconde agglomération la plus peuplée (environ 40 000 habitants). Elle est située à 35 km de Laon, 60 km de Reims et 100 km de Paris.

Soissons est traversée par l'Aisne. La région environnante est appelée le Soissonnais.

Bien que située en Picardie, elle appartient plus d'un point de vue historique et culturel à l'Ile-de-France. L'influence de Paris est d'ailleurs importante.

Héraldique

Le blason de Soissons

Blasonnement des armes traditionnelles de la ville de Soissons :

« D’azur, à une fleur de lis d’argent, » avec pour devise : « Fidelis aduror amore. » (Fidèle, je brûle d’amour)
tel que rapporté par Malte-Brun, dans la France illustrée (1882).

Histoire

La capitale des Suessiones

Soissons doit son nom aux Suessions (en lat. Suessiones), peuple belgo-gaulois mentionné par César dans la La Guerre des Gaules, comme très étroitement allié aux Rèmes (peuple ayant pour capitale Reims). Cependant, lors de la Guerre des Gaules, ils prirent la tête de la coalition des Belges, alors que les Rèmes se rangèrent du côté des Romains.

Leur oppidum principal (ils en possédaient 12 selon César) Noviodunum, dont la localisation est objet de discussion (Villeneuve-Saint-Germain ou Pommiers) fut délaissé, au profit d'une ville nouvelle : Augusta Suessionum (ce nom fut donné en l'honneur de l'empereur Auguste), fondée à l'emplacement de Soissons.

Bien que les Suessions aient combattu César, grâce à l'intercession des Rèmes, la cité était considérée comme libre par les Romains.

La ville antique est mal connue, malgré de très nombreuses découvertes signalées depuis l'Époque moderne. Un seul monument est localisé, le théâtre fouillé partiellement au XIXe siècle. L'extension de l'occupation reste encore à préciser, mais elle est évaluée à 130 hectares, ce qui est considérable pour la Gaule. Les découvertes archéologiques donnent l'image d'une ville prospère. Pour preuve, signalons les remarquables peintures murales trouvées à l'emplacement du Lycée Gérard de Nerval, au cœur du quartier du Château d'Albâtre (nom qui provient d'un ensemble monumental - peut-être des thermes- dont les vestiges ont frappé l'imagination des habitants).

Moyen Âge

À l’époque mérovingienne, la ville devient la première capitale du royaume des Francs après la victoire (en 486 après J.C.) de Clovis sur le général romain Syagrius. C’est l’époque du fameux épisode du vase de Soissons.

Soissons redevint capitale de la Neustrie sous le règne de Clotaire Ier et sa région fut le théâtre des affrontements opposant la Neustrie à l’Austrasie. En 752, Pépin le Bref y fut proclamé roi et sacré par saint Boniface. En 768, à la mort de Pépin le Bref, Carloman monte sur le trône du royaume Franc partagé avec son frère Charles (futur Charlemagne) qui est, quant à lui, proclamé à Noyon.

La ville connaît la prospérité aux XIIe siècle et XIIIe siècle qui ont laissé de nombreux édifices gothiques.

Temps modernes

Pendant les guerres de religion, la ville est prise par les protestants en 1567, ce qui occasionne des dégâts, en particulier aux édifices religieux[1].

Sous l'Ancien régime, Soissons est le chef-lieu d'un Gouvernement général : l'intendant siège dans l'Hôtel de l'intendance, actuel hôtel de ville.

Soissons perd cette fonction politique lors de la désignation du chef-lieu de département en 1791. Malgré la bataille menée par Louis Antoine de Saint-Just qui prend position pour Soissons, c'est la ville de Laon, plus centrale, qui est choisie.

Ville martyre de la Première Guerre mondiale

La ville en ruines, 1914-1918
Le chevet de la cathédrale et le monument aux morts, Place F. Marquigny

Soissons est l’une des villes martyres de la Première Guerre mondiale. D’abord prise à la fin août 1914 par l’armée allemande, elle est récupérée par les Français en septembre à l’issue de la bataille de la Marne. Le général Louis de Grandmaison, y meurt d’un éclat d’obus dans la tête. Le front se stabilise au nord de la ville, qui est amplement bombardée jusqu’en 1917. Henri Barbusse y écrit Le Feu. Pendant les mutineries de 1917, la ville voit défiler des soldats refusant de monter au front après la désastreuse offensive du Chemin des Dames. Soissons est prise encore une fois au printemps 1918 lors de l’offensive allemande, avant d’être définitivement libérée au cours de l’été.

Une statue dressée à l’effigie des soldats français tombés au combat en 1917 se trouve derrière l’église Saint-Pierre, à côté du palais de Justice de Soissons.

François Flameng, peintre officiel des armées pendant la Grande Guerre, a immortalisé ces événements dans des croquis et dessins qui furent publiés dans la revue: L'Illustration

Seconde guerre mondiale

Déportations

Au cours de l’Occupation durant la Seconde Guerre mondiale, la communauté juive de Soissons est déportée lors de deux grandes rafles : la première, le 17 juillet 1942, est opérée par la police soissonnaise, en même temps que la rafle du Vél d'Hiv, tandis que la Gestapo réalise la seconde le 4 janvier 1944[2].

La Résistance à Soissons

Après l’appel du 18 juin du général de Gaulle, des réseaux de résistance se mirent en place à Soissons, de juin à août 1940. Ce furent les résistants de la "première heure". Le réseau "Vérité Française" était affilié à celui de Paris (lui-même rattaché au réseau "Musée de l’Homme" ou "Boris Vildé").

Des structures pour aider et cacher les évadés furent mises en place (faux papiers, fausses cartes d’alimentation, filières pour Londres, etc.).

Mais les résistants furent trahis. Un jeune homme, belge de dix-huit ans, Jacques D. contacta Daniel Douay. Il se disait traqué et poursuivi (en réalité, il œuvrait pour la Gestapo). Pour se mettre à l’abri, il devint secrétaire du comte de Launoy, à Paris (réseau chapeautant celui de Soissons). Là, il réussit à trouver tous les renseignements voulus.

Le 25 novembre 1941, la Gestapo organisa des rafles à Paris, Blois et Soissons. Les résistants sont incarcérés à Fresnes. Torturés, ils ne parleront pas. Le 15 avril 1942 s’ouvre le premier procès d’un réseau de résistance. Le verdict tombe : condamnation à mort ! Le 23 octobre 1942, le commandant Coqueugniot, le Comte de Launay, Pierre Stumm de Paris, Daniel Douay, Jean Vogel, Émile Louys sont fusillés à la caserne Balard. Le 5 décembre 1942, dans la forteresse de Brandebourg, le capitaine Descamps est décapité ainsi que Maurice Moreau en 1943. D’autres Soissonnais périront en camp de concentration : Aimé Dufour, Gilbert Jordana, Eugène Delhaye, André Meurghe, Ludovic Pluche et Louis Leseigneur; ainsi que Roger Ambroise de Berzy-le-Sec. La ville de Soissons a voulu honorer ce réseau en donnant son nom à une rue [3].

Août 1944 : libération de Soissons

Le 23 août 1944, vers minuit, des maquisards du groupe « Aurèle » commandés par Lucien Berger sont guidés par Madame Delhaye et Madame Douay (dont les maris, résistants du « Réseau Vérité Française » ont été fusillés) vers des caches d’armes. Un arsenal de fusils, mitrailleuses, grenades, un mortier et un char démontés (de quoi équiper mille hommes) ont été mis en lieu sûr dès juillet 1940 par les résistants « de la première heure » (entre autres, le capitaine Descamps, Messieurs Meurghe, Moreau, Vogel tous arrêtés en 1941 et exécutés) dans l’usine Zieckel où M. Delhaye était ingénieur, au cimetière de la ville, dans des carrières, etc. Les armes sont chargées sur des tombereaux recouverts de fumier. Deux agriculteurs de la région se chargent de les faire entrer dans la ville pour les mener à Pasly. Arrivés place de la République, ils sont interpellés par une patrouille allemande. Heureusement, après vérification des papiers d’identité, ils les laissent passer. Quelques jours après, Soissons sera libérée.

À la Libération, la résistance joue un grand rôle et « Roberte » (nom de résistance de Raymonde Fiolet) est maire de Soissons durant quelques mois [4].

Vue panoramique depuis le haut des silos du bord de l’Aisne.

Économie

L’industrie est, surtout depuis ces dernières années, en perte de vitesse (les plus grandes entreprises de la ville telles que BSL et AR Carton ont dû fermer entre 2002 et 2003). Les services y sont prédominants. Des parcs industriels tentent d’y être installés, ainsi qu’une politique de défiscalisation (les entreprises de moins d’un an d’existence ne payent pas d’impôts locaux), mais ces mesures ne semblent pas remporter le succès attendu.

Depuis 2004, Soissons se concentre avant tout sur les activités du secteur tertiaire, grâce à la création du Plateau route de Paris et du parc Gouraud, réhabilitation de l’ancienne caserne militaire.

L’économie est aussi assez orientée vers l’agriculture (la betterave à sucre principalement).

À la suite des travaux du Comité de Développement économique du Soissonnais, le CIADT du 18 mai 2000 valide la création et le financement d’un centre de ressource en logiciel libre à Soissons. L’association Soissons Informatique Libre est créée en janvier 2001 pour porter le projet. Le Pays Soissonnais, créé en mai 2005, inscrit lui aussi le Logiciel Libre comme identité du territoire. Soissons est aussi la ville des Trophées du Libre et bientôt du Festival du Libre.

Soissons possède un centre consulaire de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Aisne au 2 rue Quinette.

Vie culturelle

Chaque année la ville de Soissons est le lieu de nombreuses manifestations :

  • la journée des fleurs et des saveurs en avril,
  • le festival V.O en Soissonnais en mai,
  • la fête de la Saint-Jean en juin,
  • le feu d'artifice du 13 juillet,
  • le trophées Clovis Karting en août,
  • le Soissons en Sc'Aisne en septembre (anciennement fête du haricot et fête de la rivière),
  • la foire Saint-Martin en novembre.

La ville possède un centre culturel où de nombreux spectacles et concerts ont lieu chaque année.

Administration



Liste des maires depuis 1944
Période Identité Parti Qualité
1944 1945 Raymonde Fiolet PCF
1945 1965 Louis Roy RPF Sénateur
1965 1977 Jean Guerland Radical
1977 1995 Bernard Lefranc PS Député
1995 2000 Emmanuelle Bouquillon UDF-PSD Députée
mars 2000 novembre 2001[5] Claude Parisot RPR
novembre 2001 mars 2008 Édith Errasti UMP Conseillère Régionale
mars 2008 Patrick Day[6] PS Conseiller Général

Évolution démographique

Évolution démographique
(Source : Cassini[7] et INSEE[8])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7 675 7 229 8 126 7 765 8 149 8 424 9 152 10 143 9 477
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7 875 10 208 11 099 10 404 11 089 11 112 11 850 12 074 12 373
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
13 240 14 334 14 458 14 391 17 865 18 705 20 090 18 174 20 484
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
23 150 25 890 30 009 30 213 29 829 29 453 28 442[9] - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Personnages célèbres

Vue à 360 ° de la ville depuis le haut de la cathédrale Saint-Gervais-et-Saint-Protais.

Monuments et lieux touristiques

Soissons est classée ville d’art et d’histoire.

Ville fleurie : 3 fleurs Ville fleurie.svg Ville fleurie.svg Ville fleurie.svg attribuée en 2007 par le Conseil des Villes et Villages Fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[10].

Spécialités et particularités

La spécialité culinaire du Soissonnais est le haricot de Soissons, haricot blanc cultivé dans l’Aisne depuis le XVIIe siècle. L’on trouve également des friandises en forme de haricot ayant également l’appellation de « haricot de Soissons». Ce haricot entre aussi dans la fabrication de cosmétiques (fards).

Vie militaire

Unité militaire ayant été en garnison à Soissons :

Un Comité de soldats clandestin y fut actif à la fin des années 1970[11].

Jumelages

Notes et références

  1. cf. Le journal de Dom l'Epaulart sur la prise de Soissons par les Huguenots, copie manuscrite, Bibliothèque Municipale, Soissons.
  2. Dominique Natanson, La Mémoire juive en Soissonnais, Éd. Mémoires, 1992.
  3. Le contenu de la section « La Résistance à Soissons » reproduit tout ou partie de celui de la page vallee-de-l-aisne.com, à l’initiative de son auteur, Nicole Rommechon-Douay, cf. ticket OTRS #2007112610018935.
  4. Le contenu de la section « Août 1944 : libération de Soissons » reproduit celui de la page vallee-de-l-aisne.com, à l’initiative de son auteur, Nicole Rommechon-Douay, cf. ticket OTRS #2007112610018935.
  5. Mort en fonctions
  6. Conseil général de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  7. Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  8. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  9. Recensement de 2006 des communes de l'Aisne
  10. « Le palmarès des villes et villages fleuris », dans Le Courrier picard édition de l'Oise, 5 juillet 2008 
  11. Soissons Rouge n°23, Publication de la LCR, Archives Départementales

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Commons-logo.svg

http://soissonsfc.footeo.com/

Bibliographie

  • Bernard Ancien
    • Soissons, Éd. Colmar.
    • Soissons gallo-romain (musée de Soissons)
    • Abbaye Saint-Jean-des-Vignes
  • Geneviève Cordonnier, Soissons, son histoire illustrée à travers ses rues, places, monuments et ses habitants
  • Dominique Natanson, La Mémoire juive en Soissonnais, Éd. Mémoires, 1992.
  • Portail de l’Aisne Portail de l’Aisne
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Soissons#La cit.C3.A9 des Suessiones ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Augusta Suessionum de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Augusta Suessionum — was the civitas capital of the Suessiones, gallic people, belonging to the Belgae group, founded at the end of the first century B.C. near their central oppidum, Noviodunum localised at Pommiers. The city is now called Soissons …   Wikipedia

  • Augusta Suessionum — Soissons …   Deutsch Wikipedia

  • SUESSIONUM Augusta — caput gentis primo dicta est Gallicô vocabulô Noviodunum. Galbae olim apud Caesar. regia ac sedes, Primorumque civitatis domicilium. Postea ab Octavio Augusto nomen Latinum accepit, et Suessionum Augusta dici coepit: tandem communi Gentis nominae …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Augusta — can mean:Augusta as a place nameAugusta, a feminine form of the name of the Roman Emperor Augustus, is also part of the original Latin names of many ancient places.In Australia*Augusta, Western Australia *Port Augusta, South Australia *Shire of… …   Wikipedia

  • Augusta — (lateinisch „die Erhabene“) bezeichnet: Augusta (Vorname), weiblicher Vorname Augusta (Titel), Ehrentitel römischer Kaisergattinnen und anderer Frauen der kaiserlichen Familie Augusta (Titularbistum) (254) Augusta, Asteroid des Asteroidengürtels… …   Deutsch Wikipedia

  • Augusta — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Augusta est un nom propre qui peut désigner : Sommaire 1 Prénom 2 Saintes chrétiennes …   Wikipédia en Français

  • Augusta — I Augụsta   [weibliche Form von Augustus],    1) Ehrentitel der Gattin oder nächsten weiblichen Verwandten eines römischen Kaisers; erstmals an Livia, die Gemahlin von Kaiser Augustus, 14 n. Chr. verliehen.    2) Name oder Beiname von Städten… …   Universal-Lexikon

  • Augusta [1] — Augusta, Name mehrerer von römischen Kaisern angelegter oder nach ihnen benannter Städte: A. Emerita, Hauptort von Lusitanien, am Anas, von Augustus Legaten Publius Carisius 23 v. Chr. angelegt; jetzt Merida. A. Praetoria, oberitalische Stadt der …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Augusta [2] — Augusta, Name zahlreicher durch röm. Kaiser angelegter oder nach ihnen benannter Städte und Kolonien; darunter: A. Rauracōum, August (Basel ); A. Suessiōnum, Soissons; A. Taurinōrum, Turin; A. Treverōrum, Trier; A. Veromanduōrum, St. Quentin; A.… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • SUESSIONES — et Suessones Caesari, l. 7. Bell. Gall. c. 75. et l. 1. c. 3. Suesiones Strab. l. 4. Vessones Ptolem. (cui Augusta Vessonum, pro Sueslonum) populi et urbs Galliae Belgicae in Campaniae et Picardiae confiniis, ad Axonam fluvium vulgo Soissons.… …   Hofmann J. Lexicon universale

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”