Villers-Cotterets

Villers-Cotterêts

Villers-Cotterêts

La statue d'Alexandre Dumas, natif de Villers-Cotterêts, installée sur la place centrale de la ville.
La statue d'Alexandre Dumas, natif de Villers-Cotterêts, installée sur la place centrale de la ville.

Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Soissons
Canton Villers-Cotterêts (chef-lieu)
Code Insee abr. 02810
Code postal 02600
Maire
Mandat en cours
Jean-Claude Pruski
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes Villers-Cotterêts - Forêt de Retz
Site internet Site officiel
Démographie
Population 10 128 hab. (2006)
Densité 243 hab./km²
Gentilé Cotterézien, Cotterézienne
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 36″ Nord
       3° 05′ 26″ Est
/ 49.259963, 3.090591
Altitudes mini. 65 m — maxi. 226 m
Superficie 41,71 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Villers-Cotterêts est une commune française, située au cœur de la forêt de Retz dans le département de l'Aisne (02) et la région Picardie.

Villers-Cotterêts (« Petite villa sur la côte de Retz »).

Ses habitants sont les Cotteréziennes et Cotteréziens.

La Fontaine de la Coquille, au coin de deux rues du centre-ville.

Sommaire

Géographie

Villers-Cotterêts est une ville située au sud du département de l'Aisne. La commune est dominée à l'est par la forêt domaniale de Retz.

Distance de Paris : 80 km au nord-est sur la RN2 direction Laon.

Toponymie

Histoire

Une simple clairière de l’immense forêt des Sylvanectes servait de lieu de rassemblement aux plus lointains ancêtres des Cotteréziens qui vivaient le plus souvent à l’abri des grands bois ; les historiens locaux ont pu démontrer que c’est le centre actuel de la ville.

Il faut attendre le VIe siècle pour qu’il soit fait mention d’une métairie « une villa » entourée de quelques chaumières attribuée par Clovis à l’un de ses lieutenants. En 632, Dagobert chasse dans la forêt ; il y possède un pied-à-terre puis une résidence royale (le palatium) et l’histoire de la ville se confond bien vite avec celle de son château, tout d’abord simple rendez-vous de chasse.

Au IXe siècle, le château c’est la Malemaison (mauvaise demeure) dont les seigneurs sont des brigands qui pillent et rançonnent les voyageurs osant s’aventurer en forêt. Propriété des seigneurs de Crépy, le château est agrandi et embelli en 1165 par Philippe d’Alsace, Comte de Flandre, époux d’Elisabeth, fille de Raoul V. En 1214, le Valois est réuni à la Couronne et la Malemaison devient propriété royale.

En 1284, Philippe III le Hardi concède le Valois à son fils cadet Charles, qui prend le titre de Comte de Valois (et sera à l’origine de la branche royale de Valois). Il fait alors rebâtir et orner le château avec une magnificence et un luxe dont parlèrent avec admiration tous les chroniqueurs du temps.

Les années passent, la Guerre de Cent Ans ravage le Valois et le Chastel de Villers-Cotterêts qui restera désert pendant de longues années. Après son accession au trône de France en 1498, Louis XII donne le Valois à son jeune cousin (et futur gendre) François d’Angoulême, à charge pour lui de rétablir le Chastel de Villers-Cotterêts. Mais François n’a pas encore cinq ans et ce n’est qu’en 1506 qu’il viendra pour la première fois chasser avec le Roi à Villers-Cotterêts.

Monté sur le trône en 1515, François Ier va faire renaître le duché de Valois qui surpassera son ancienne splendeur. Le Roi aime la chasse et le chroniqueur nous dit que « Françoys s’estudia pour le plaisir de la Chasse à faire recoustrer, rebastir et accommoder le Château de Villers-Cotterêts » ( Bergeron – Le Valois Royal )

La cour intérieure du Château François Ier.

De 1530 à 1535, le Roi lui-même veille à la rapidité des travaux. A cette époque, Villers-Cotterêts n’est encore qu’un village dont la population s’est accrue, pendant la Guerre de Cent Ans, des réfugiés de Crépy, Pierrefonds et Vivières. On peut dire sans crainte que la ville actuelle doit son origine à François Ier, car les fréquents voyages de ce roi, avec toute sa suite, amenèrent une foule de marchands, d’aubergistes et d’artisans qui s’établirent près du château dans des maisons élevées le long de la route, et il fallut bien loger et nourrir les ouvriers nombreux, occupés à la construction de l’édifice.

En 1535, le château est terminé.

Des réunions fastueuses y sont organisées, des fêtes littéraires, avec Rabelais et Clément Marot.

La chapelle du château.

En août 1539, François Ier y signera une ordonnance restée célèbre sous le nom « d’ordonnance de Villers-Cotterêts ». Ordonnance générale pour la police et la justice, elle comporte 192 articles. Les articles 50 à 54 ordonnent aux curés de tenir registres des baptêmes et des décès et peuvent être considérés comme les prémices de l’état-civil.

Mais ce sont surtout les articles 110 et 111 qui ont fait la célébrité de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts en imposant la rédaction des actes officiels et notariés en français et non plus en langues régionales comme l'occitan ou bien en latin.

Le Pavillon Henri II.

Henri II succède à son père en 1547 et fait entreprendre au château d’importants travaux dirigés par Philibert Delorme. Des fêtes splendides et galantes marquent l’inauguration des restaurations et nouvelles constructions. Diane de Poitiers, la maîtresse du roi, y maintient la « Petite bande des Dames de la Cour » et c’est à cette époque que l’on situe l'origine du fameux dicton « s’amuser comme à Villers-Cotterêts ».

Les Rois et Princes de France feront de fréquents séjours à Villers-Cotterêts, mais le château, mal entretenu, et finalement délaissé, sera, une fois encore, la proie de pillards en 1636, pendant la « Guerre des Mécontents » qui ravage le Valois.

Le plafond richement sculpté d'un des escaliers du château.

En 1661, Louis XIV donne le duché de Valois en apanage à son frère unique, Philippe de France, duc d’Orléans. Dès lors, la cité va revivre. De grands travaux sont effectués au château, et le parc est aménagé sous la direction de Le Nôtre.

Dans le même temps, la ville se développe ; il s’y crée un hôpital de charité, et un collège. La création du Bailliage de Villers-Cotterêts, en 1703 donnera encore plus d’importance à la cité, lieu de commerce très fréquenté, ayant un siège de maîtrise des Eaux et Forêts.

1789: La Révolution marque la fin de l’apanage des Orléans et de la gloire du château. Manquant de peu d’être vendu comme bien national, il sera, en 1806, transformé en dépôt de mendicité pour le département de la Seine, avant de devenir Maison de retraite dépendant de l’Assistance Publique puis de la ville de Paris.

La suite de l’histoire de la ville est en parallèle avec celle des guerres qui l’épargnèrent rarement. Dès 1815, des combats furent livrés à proximité. La ville fut occupée de longs mois en 1870-71.

La façade du Musée Alexandre Dumas.

La guerre de 1914-1918 a marqué toute la région, ainsi qu’en attestent de nombreux monuments commémoratifs. C’est de la forêt de Villers-Cotterêts que partit l’offensive victorieuse du 18 juillet 1918, marquant la fin d’un cauchemar qui avait duré plus de quatre années. De 1940 à 1945, plus de la moitié des maisons furent touchées. La petite ville a vu passer de nombreux personnages historiques. Elle s’enorgueillit d’être le lieu de naissance du poète Demoustier (1760) et surtout du plus populaire romancier du XIXe siècle, Alexandre Dumas, (1802), l’illustre auteur des « Trois Mousquetaires».[1]


Héraldique

Armes de Villers-Cotterêts

Les armes deVillers-Cotterêts se blasonnent ainsi : d'azur à la salamandre d'argent dans sa patience de gueules, la tête contournée vomissant une flamme du même, surmontée d'une lettre F capitale couronnée et accostée de deux lettres H capitales, le tout d'or

On sait très peu de chose sur ce blason

Politique et administration

Tendances politiques

L'Hôtel de Ville de Villers-Cotterêts.

élections municipales :

Villers-Cotterêts, lors des élections municipales de 2008, a vu s'affronter quatre listes :

  1. liste soutenue par le Front national, dont la tête de liste était Franck Briffaut
  2. liste soutenue par le Mouvement démocrate, dont la tête de liste était Renaud Belliere
  3. liste soutenue par le Parti socialiste et divers partis de gauche, dont la tête de liste était Jean-Claude Pruski
  4. liste Divers Droite, dont la tête de liste était Jean-Claude Gervais.

Ces listes ayant toutes réalisées plus de 10% au premier tour... :

  1. liste FN : 19%
  2. liste MoDem : 22%
  3. liste d'Union de la Gauche : 30%
  4. liste Divers Droite : 30%

... se sont toutes maintenues au second avec les reports de voix que cela a pu produire :

  1. liste FN : 13%
  2. liste MoDem : 18%
  3. liste d'Union de la Gauche : 36%
  4. liste Divers Droite : 34%

Au final, on observe une répartition générale de l'électorat, avec un MoDem et un FN, plus fort qu'au niveau national ; et une gauche et une droite qui réalisent globalement des scores à peu près identiques ; se neutralisant et offrant ainsi des résultats relativement proches.[2]

Administration municipale

Les maires de Villers-Cotterêts

Liste des maires
Période Identité Parti Qualité
1855 1867 Jean François Léon Senart[3] ... ...
1882 1884 Jean François Léon Senart ... ...
1919 1929 Henri Mouflier ... Médecin
1954 1989 Charles Baur UDF ...
1989 mars 2001 Georges Bouaziz Parti socialiste Médecin
mars 2001 mars 2008 Renaud Bellière UDF puis MoDem ...
mars 2008 Jean-Claude Pruski[4] PS
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Ehess[5] et INSEE[6])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 400 2 327 2 273 2 543 2 688 2 692 3 481 3 465 3 609
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 602 2 764 3 396 3 119 3 206 3 811 3 790 4 582 4 772
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 981 5 381 5 654 4 208 4 610 4 612 5 070 3 607 3 917
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
5 489 6 313 8 949 8 380 8 867 9 839 10 128 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes



Jumelages

Célébrités natives de Villers-Cotterêts

Monuments

L'enceinte fortifiée du Château de Noüe.
François 1er fit construire à partir de 1532, un nouveau château sur l'emplacement d'un précédent (XIIIe siècle ?). Ce château où François 1er signa probablement l'ordonnance généralisant l'usage du français, passa à la famille d'Orléans qui à la fin du XIXe siècle en fit don à la ville de Paris.
Le Pavillon Henri II.
  • Le Pavillon Henri II. Édifié à la fin du XVIe siècle, agrandi et redécoré par le Duc d'Orléans (1756-1760), Alexandre Dumas a écrit : « La maison de Monsieur Deviolaine était un palais très apprécié par moi... » avant qu'en août 1843, le Roi Louis-Philippe rachète le bâtiment.
  • Église Saint-Nicolas
À l'intérieur de l'édifice, la base de la chaire représente Saint Pierre en atlante.
L'Église Saint-Nicolas, accolée à la mairie.

Notes et références

Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens externes


  • Portail de l’Aisne Portail de l’Aisne
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Villers-Cotter%C3%AAts ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Villers-Cotterets de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Villers-cotterêts — La statue d Alexandre Dumas, natif de Villers Cotterêts, installée sur la place centrale de la ville …   Wikipédia en Français

  • Villers-Cotterêts — Escudo …   Wikipedia Español

  • Villers-Cotterêts — Villers Cotterêts …   Deutsch Wikipedia

  • Villers-Cotterêts — v. de France (Aisne), dans la forêt de Villers Cotterêts ou de Retz (13 340 ha); 8 904 hab. Industries. Chât. Renaissance. L ordonnance de Villers Cotterêts, promulguée par François Ier en 1539, réorganisait la justice et imposait le français à… …   Encyclopédie Universelle

  • Villers-Cotterets — (spr. wilǟr kotträ; Cotterets bedeutet: »Wald von Retz«), Stadt im franz. Depart. Aisne, Arrond. Soissons, im Wald von V. (12,550 Hektar), Knotenpunkt der Nordbahn, hat ein ehemals königliches Schloß aus dem 16. Jahrh. (jetzt Armenhaus), ein… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Villers-Cotterets — (spr. willähr kott reh), Stadt im franz. Dep. Aisne, im Walde von V. (125 qkm), (1901) 4981 E.; Schloß (jetzt Versorgungsanstalt) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Villers-Cotterêts — Pour les articles homonymes, voir Villers. 49° 15′ 36″ N 3° 05′ 26″ E …   Wikipédia en Français

  • Villers-Cotterêts — French commune nomcommune=Villers Cotterêts région=Picardie département=Aisne arrondissement=Soissons canton= Villers Cotterêts insee=02810 cp=02600 maire=Renaud Belliere mandat=2001 2008 intercomm=Villers Cotterêts ndash;Forêt de Retz… …   Wikipedia

  • Villers-Cotterets — Original name in latin Villers Cotterts Name in other language Vijer Kotre, Villare ad Collum Retiae, Ville Kotre, Villers Cotterets, Villers Cotterts, wei lai ke te lei, Вийер Котре, Вилле Котре, Вілле Котре State code FR Continent/City… …   Cities with a population over 1000 database

  • VILLERS-COTTERÊTS (ORDONNANCE DE) — VILLERS COTTERÊTS ORDONNANCE DE (1539) La première grande étape de la justice française au XVIe siècle commence avec l’ordonnance de Villers Cotterêts. Son intérêt est quadruple. Elle marque, d’abord, la volonté de rendre l’administration… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”