Haiti

Haiti

Haïti

Repiblik Ayiti (ht)
République d'Haïti (fr)
Drapeau de Haïti Armoiries de Haïti
(Détails) (Détails)
Devise nationale : Liberté - Égalité - Fraternité[1]
carte
Langue officielle Français, créole haïtien
Capitale Port-au-Prince
18°32′21″N 72°20′11″O / 18.53917, -72.33639
Plus grande ville Port-au-Prince
Forme de l’État
 - Président de la République
- Premier ministre
République
René Préval
Michèle Pierre-Louis
Superficie
 - Totale
 - Eau (%)
Classé 142e
27 750 km²
1,9
Population
 - Totale (2008)
 - Densité
Classé 89e
9 776 206 hab.
352,3 hab./km²
Indépendance
 - Date
De la France
1er janvier 1804


Gentilé Haïtien(ne)s


Monnaie Gourde (HTG)
Fuseau horaire UTC -5
Hymne national La Dessalinienne
Domaine internet .ht
Indicatif
téléphonique
+509


Carte topographique d'Haïti

Haïti, officiellement la République d'Haïti, est un pays des Grandes Antilles occupant le tiers occidental de l'île d'Hispaniola (28 000 km² environ). Sa capitale est Port-au-Prince.

Haïti devint en 1804 la première république indépendante de population majoritairement noire après la Révolution haïtienne (1791-1803) qui conduisit l'armée de Napoléon Ier à abandonner l'île.

Sommaire

Géographie

Article détaillé : Géographie d'Haïti.

Le territoire d'Haïti est principalement constitué par la partie occidentale de l'île d'Hispaniola que l'on nomme également « Grande terre », à laquelle vient s'ajouter un certain nombre d'autres îles et archipels tels que : La Gonave, l'Île de la Tortue, Les Cayemites, l'Île-à-Vache et La Navase.

Le relief de la « Grande terre » est généralement constitué de montagnes escarpées avec de petites plaines côtières et des vallées. La partie centrale et l'Est forment un grand plateau d'altitude. Le principal fleuve Haïtien est l'Artibonite.

La plus grande ville est la capitale Port-Au-Prince avec 2 millions d'habitants, suivie du Cap-Haïtien avec 800 000 habitants.

Article détaillé : Villes d'Haïti.

Le climat est tropical. La saison des pluies s'étend d'avril à juin et d'octobre à novembre. Le pays subit régulièrement des précipitations importantes et des ouragans. L'ouragan Jeanne qui a ravagé Haïti le 18 septembre 2004 s'est soldé une semaine plus tard, par un bilan provisoire de plus de 1160 morts et 1250 disparus. Les effets de la tempête aggravent les conditions de vie déjà difficiles de ce pays : 170 000 personnes manquent de nourriture et d’eau, et les bananiers ont été en grande partie détruits par le cyclone, alors que le pays avait déjà souffert des pluies diluviennes en mai 2004 qui avaient entraîné le décès de 1220 personnes.

Évolution du nom du pays

Chez les Taïnos, Ayiti signifiait Terre des hautes montagnes[2] ou La montagne dans la mer[3].

Lorsque les Français, provenant de l'île de la Tortue vers la Grande Terre, occupèrent la partie occidentale de l'île d'Hispaniola, ils francisèrent le nom en usage chez les Espagnols « Santo Domingo » en Saint-Domingue. De 1630 à 1664, ce nom resta informel jusqu'à ce que Colbert incorpore la colonie de Saint-Domingue à la Compagnie des Indes Occidentales. Le nom de Saint-Domingue sera confirmé par les traités de Ryswick (1697) et de Bâle (1795) pour désigner la partie occidentale (pars occidentalis), qui, durant cette période coloniale française, fut aussi surnommée la « perle des Antilles ».

Le 1er janvier 1804, en déclarant l'indépendance du pays, Dessalines lui redonne le nom taino d'origine, Haïti-Bohio-Quisqueya, en honneur à ce peuple amérindien.

Haïti est le nom donné, en français, à l'ensemble de l'île[3],[4].

En créole, le pays est appelé Ayiti.

Histoire

Article détaillé : Histoire d'Haïti.

Cette île des grandes Antilles fut découverte par Christophe Colomb le 5 décembre 1492. Il la nomma Hispaniola.

Les peuples de culture Arawak, Caraïbes et Taïnos occupaient l'île avant l'arrivée des Espagnols. Leur nombre était estimé à la fin du XVe siècle à 100 000. Les Espagnols exploitèrent l'île pour son or. Les Amérindiens refusant de travailler dans les mines furent massacrés et réduits en esclavage ; les rares personnes, qui réussirent à s’échapper et trouvèrent refuge dans les montagnes, furent marginalisées et fortement paupérisées. Les maladies infectieuses arrivées avec les Européens firent des ravages ; les mauvais traitements, la dénutrition et la baisse de natalité firent le reste : la population indigène fut décimée en quelques décennies. Les Espagnols furent alors amenés à faire venir d'Afrique des esclaves noirs déportés. Dès 1517, Charles Quint autorisa la traite des esclaves.

La partie ouest d’Hispaniola dépourvue de minerai fut vite négligée par les colons espagnols qui la laissèrent vide. Des boucaniers français s'y installèrent, malgré plusieurs expéditions militaires espagnoles. Au XVIIe siècle, sous l'autorité du cardinal de Richelieu, l'installation française s'institutionnalisa. L'île de la Tortue, au nord ouest d'Hispaniola, devient le siège de la flibuste. Ces aventuriers gagnèrent peu à peu la "grande terre" : en 1654, ils créèrent la première ville de la future Saint Domingue : Petit-Goave. Le premier gouverneur de la colonie fut Bertrand d’Ogeron, nommé en 1665. Sachant se faire accepter des flibustiers, il organisa la colonisation par la venue de français qui s'engageaient à travailler 3 ans avant de devenir propriétaires de terres (ils s'appelaient les "36 mois"). Il favorisa la plantation de tabac. Ainsi, il sédentarisa une population de boucaniers et de flibustiers peu portée à accepter l’autorité royale jusqu'aux années 1660. Bertrand d’Orgeron attira aussi des colons de Martinique et de Guadeloupe. Mais en 1670-1690 intervint la crise du tabac et un grand nombre de places furent abandonnées. Les rangs de la flibuste grossirent, les pillages, comme ceux de Vera Cruz en 1683 ou de Campêche en 1686, devinrent nombreux et Jean-Baptiste Colbert, Ministre de la Marine, ramena l’ordre en prenant un grand nombre de mesures. Il transféra le gouvernement à Port-de-Paix en 1676. Il encouragea la création de plantations de l’indigo et de la canne à sucre. Le premier moulin à sucre fut créé en 1685. Enfin, il organisa l'esclavage en préparant le Code noir (qui fut promulgué en 1685, après sa mort). L'ensemble donna l'essor économique à la colonie.

À la suite du traité de Ryswick de 1697 et à l'accession au trône d'Espagne d'un petit-fils de Louis XIV, les espagnols renoncèrent à contester la souveraineté de la France sur le tiers occidental de l'île. La France officialisa le nom de Saint-Domingue, pour cette partie. C’est alors que vinrent de France de nombreux colons qui développèrent les plantations ou travaillèrent dans celles-ci. De 1713 à 1787, 30 000 français vinrent grossir le nombre des colons présents dans la partie ouest de l’île. Les guerres éclatèrent en Europe et se prolongèrent sur les mers jusqu’aux Antilles et aux Caraïbes. En 1756, le commerce était paralysé. Un grand nombre de colons et leurs familles quittèrent Saint-Domingue pour la Louisiane, où ils s’installèrent dans des Postes établis par la France et administrés par des militaires. Vers 1790, Saint-Domingue, était devenue la colonie française la plus riche de toute l'Amérique grâce aux profits immenses de l'industrie sucrière et de celle de l’indigo générés par le travail des esclaves. Des dizaines de milliers d'Africains avaient été amenés comme esclaves pour faire fonctionner ces industries. Leur sort était juridiquement encadré par le code noir, mais, dans les faits, ils subissaient des traitements souvent pires que ceux dudit code. Leur nombre (400 000) était dix fois plus élevé que celui des blancs.

La Révolution française entraîna de graves bouleversements sociaux dans les petites Antilles comme à Saint-Domingue. Le plus important fut la révolte des esclaves qui aboutit en 1793 à l'abolition de l'esclavage par les commissaires civils Sonthonax et Polverel, (décision avalisée et généralisée à l'ensemble des colonies françaises par la Convention six mois plus tard). Le Noir Toussaint Louverture, nommé Gouverneur par la France, après avoir rétabli la paix, chassé les Espagnols et les Anglais qui menaçaient la colonie, rétablit la prospérité par des mesures audacieuses. Il alla cependant trop loin en promulguant une constitution autonomiste et Napoléon Bonaparte, sous l'influence des Créoles (Français – et Espagnols – nés sur l’une des îles des Antilles, plus tard en Louisiane aussi) et des négociants, envoya une expédition de 30 000 hommes sous les ordres de son beau-frère le général Leclerc. Il avait pour mission de démettre Louverture et de rétablir l'esclavage. Mais, après quelques victoires, l'arrestation et la déportation de Toussaint Louverture, les troupes françaises commandées par Rochambeau finirent par être battues à la bataille de Vertières par Jean-Jacques Dessalines. Au terme d'une double bataille pour la liberté et l'indépendance, remportée par d'anciens esclaves sur les troupes de Napoléon Bonaparte, l'indépendance du pays fut proclamée le 1er janvier 1804. Le nom de Haïti fut donné au pays. Haïti était devenu le premier pays au monde à rendre effective l'abolition de l'esclavage.

Dessalines se fit proclamer gouverneur à vie par ses troupes. Il fit exécuter les blancs restés sur l'île et gouverna en despote. Il fut assassiné le 17 octobre 1806. Le pays se partagea alors entre un royaume au nord, dirigé par Henri Christophe et une république au sud, dirigée par Alexandre Pétion. Puis le président Jean Pierre Boyer fit réunifier ces deux parties et conquit la partie est de l'île. Le 11 juillet 1825, le roi de France Charles X menaça de reconquérir l'île et envoya une flotte de 14 vaisseaux. Boyer dut signer un traité selon lequel la France ne reconnaissait l'indépendance du pays qu'en échange d'une indemnité de 150 millions de francs-or (la somme sera ramenée en 1838 à 90 millions de francs).

Mission Intérimaire ONU 2004

Une longue succession de coups d'État suivit le départ de Jean Pierre Boyer. Le pouvoir ne cessa d'être contesté par des factions de l'armée, les élites mulâtre et noire, et la classe marchande, maintenant composée de grand nombre d'étrangers (Allemands, Américains, Français et Anglais). Le pays s'appauvrit, peu de chefs d'État se préoccupant de son développement. Dès que le pouvoir se fragilisait, des révoltes armées se déclenchaient, entretenues par les candidats à la succession. Au début du XXe siècle, le pays était en état d'insurrection quasi-permanente.

Les États-Unis occupèrent l'île de 1915 à 1934. Par la suite, de 1957 à 1986, les Duvalier régnèrent en dictateurs. Ils avaient mis en place le système de délation et d'escadrons de la mort dits Tonton Macoute. De nombreux haïtiens s'exilèrent, notamment aux États-Unis et au Québec.

L'ancien prêtre Jean-Bertrand Aristide remporta les élections de décembre 1990. Son mandat débuta le 7 février 1991, mais un coup d'État mené par Raoul Cédras et des militaires soutenus par la bourgeoisie d'affaires le renversa dès le mois de septembre. En 1994, il fut rétabli au pouvoir sous la pression de l'administration de Bill Clinton (qui menaça d'une intervention militaire) à la condition qu'il renonçât à récupérer les années perdues lors de l'intermède militaire. Il quitta alors la présidence en 1995 et fut réélu en 2000. Après plusieurs mois de manifestations populaires et de pressions exercées par la communauté internationale, plus particulièrement par la France et les États-Unis, Aristide fut emmené en exil par des militaires des États-Unis, le 29 février 2004, lorsque des forces armées constituées d'opposants et d'anciens militaires qui contrôlaient le nord du pays menaçaient de marcher sur la capitale Port-au-Prince. Boniface Alexandre, président de la Cour de cassation, assura ensuite le pouvoir par intérim. En février 2006, suite à des élections marquées par des incertitudes sur le décompte des bulletins de vote, et grâce à l'appui de manifestations populaires, René Préval, proche d'Aristide et ancien président de la République d'Haïti entre 1995 et 2000, fut élu.

Récapitulatif
  • 1492 : Débarquement dans l'île par les Européens ayant à leur tête Christophe Colomb.
  • 1517 : autorisation de la traite des Africains par Charles Quint.
  • 1650 - 1660: arrivée des colons français de Martinique et de Guadeloupe.
  • 1685 : promulgation du Code noir par Louis XIV.
  • 1685 : création du premier moulin à sucre.
  • 1697 : séparation de l'île entre France et Espagne, suite au traité de Ryswick.
  • 1713 - 1787 : Arrivée de 30 000 colons français embarqués à Bordeaux, France.
  • 1790 : Assemblée coloniale par les colons blancs.
  • 1791 : révolte des esclaves.
  • 1793 : affranchissement des esclaves de Saint-Domingue par les commissaires Sonthonax et Polverel.
  • 1794 : abolition générale de l'esclavage par la Convention.
  • 1801 : promulgation d'une constitution propre à Saint-Domingue par Toussaint Louverture.
  • 1802 : Paix d'Amiens avec l'Angleterre. Expédition du général Leclerc à Saint-Domingue.
  • 1804 : indépendance d'Haïti.
  • 1826 : reconnaissance de l'indépendance par la France contre une indemnité de 150 millions de francs-or.
  • 1847 : Faustin Soulouque est élu président par le sénat.
  • 1859 : coup d'État de Nicolas Geffrard
  • 1915-1934 : occupation américaine.
  • 1957 : élection de François Duvalier à la présidence de la République.
  • 1971 : Jean-Claude Duvalier succède à son père le 22 avril 1971.
  • 1986 : fuite et exil de Jean-Claude Duvalier (7 février 1986).
  • 1988 : Leslie Manigat porté au pouvoir suite aux élections organisées par l'armée (7 février 1988 - 20 juin 1988).
  • 1988 : coup d'État d'Henri Namphy (20 juin 1988 - 18 septembre 1988).
  • 1988 : coup d'État de Prosper Avril (18 septembre 1988 - 10 mars 1990).
  • 1990 : intérim d'Ertha Pascal-Trouillot (18 mars 1990 - 7 février 1991).
  • 1990 : élection de Jean-Bertrand Aristide (victime d'un coup d'État le 30 septembre 1991, il revint au pays le 15 octobre 1994 pour finir son mandat après trois ans d'exil).
  • 1996 : élection de René Préval (7 février 1996 - 7 février 2001).
  • 2001 : 2e mandat de Jean-Bertrand Aristide.
  • 2004 : démission et exil forcé de Jean-Bertrand Aristide. Mise en place d'un gouvernement ad interim.
  • 2004 : Boniface Alexandre devient président provisoire (du 29 février au 14 mai 2006)
  • 2006 : nouveau mandat de René Préval.
  • 2008 : le Premier ministre Jacques-Édouard Alexis est démis de ses fonctions par une motion de censure du Sénat, suite aux émeutes de la faim.

Politique

Haïti est une république. Le droit de vote est accordé à tous les citoyens de plus de 18 ans.

Le pouvoir législatif est exercé par deux chambres: le Sénat et la Chambre des Députés.

Départements

Article détaillé : Départements d'Haïti.

Haïti est divisée en 10 départements :

Il existe aussi ce qui est couramment appelé le 11e département, représentant les quelque deux millions d'Haïtiens vivant à l'extérieur du pays : la diaspora haïtienne.

Économie

Article détaillé : Économie d'Haïti.

Démographie

Article détaillé : Démographie d'Haïti.
Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

Éducation

Article détaillé : Système éducatif d'Haïti.

Culture

Article détaillé : Culture d'Haïti.
Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local
1er janvier Jour de l'indépendance
2 janvier Jour des Aïeux
7 février (tous les cinq ans) Investiture du Président élu
7 avril Mémoire de Toussaint Louverture, précurseur de l'indépendance
1er mai Jour de l'Agriculture et du Travail
18 mai Fête du Drapeau et de l'Université
27 juin Notre-Dame du Perpétuel Secours, patronne d'Haïti
15 août Notre-Dame de l'Assomption
17 octobre Mémoire de Jean-Jacques Dessalines, père de la Nation
1er novembre Tous les Saints
2 novembre Commémoration des Fidèles défunts
25 décembre Nativité de Jésus-Christ

Codes

Haïti a pour codes :

Voir aussi

Commons-logo.svg

Références

  1. Article 4 de la Constitution de la République d'Haïti : « La devise nationale est: Liberté - Égalité - Fraternité. »
  2. Articles Saint-Domingue, Hispaniola et Haïti du Dictionnaire universel d'histoire et de géographie par Marie-Nicolas Bouillet, édition de 1878, disponible sur le site de gallica
  3. a  et b Petit Robert des noms propres – Édition 2007.
  4. Nouveau petit Larousse illustré — Édition 1932, Grand Larousse encyclopédique — Édition de 1962, Le Petit Larousse illustré — Édition 2005

Articles connexes

Bibliographie

  • Paul Butel, Histoire des Antilles Françaises XVIIe - XXe siècle, Perrin 2002 ISBN 2-262-01540-6
  • Jack Claude Nezat The Nezat And Allied Families 1630-2007 Lulu 2007 ISBN 978-2-9528339-2-9, ISBN 978-0-615-15001-7

Liens externes

Catégorie Haïti de l’annuaire dmoz

  • Portail de la Caraïbe Portail de la Caraïbe

Ce document provient de « Ha%C3%AFti ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Haiti de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • HAÏTI — L’île d’Haïti ou Ayti – son nom indigène – occupe après Cuba la deuxième place par sa superficie (76 484 km2) dans les Caraïbes insulaires. Habitée par les indigènes taino, elle fut dévastée par les conquistadores espagnols après la «découverte»… …   Encyclopédie Universelle

  • Haiti — • An island of the Greater Antilles Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Haiti     Haiti     † C …   Catholic encyclopedia

  • HAITI — HAITI, republic on the Caribbean island of Hispaniola, with a Jewish population of less than 30 persons (2002). Columbus landed there during his first voyage in 1492. In the second half of the 17th century the French gained control of the western …   Encyclopedia of Judaism

  • Haïti — (Hayti, mit dem spanischen, in der Handelswelt gebräuchlichern Namen Santo Domingo, früher auch Hispaniola genannt), nächst Cuba die größte, reichste und schönste der Großen Antillen (s. d. und Karte »Westindien«), zwischen 17°37´ (Kap Beata) bis …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Haiti —    Haiti was the second colony in the Americas, after the United States, to win its independence from European control. Initially a Spanish possession peopled in large part by slaves imported from Africa, Haiti was ceded to France in 1697. A… …   Encyclopedia of the Age of Imperialism, 1800–1914

  • Haiti — n. 1. a country on the island of Hispaniola. [WordNet 1.5] 2. an island in the West Indies. Syn: Hispaniola, Hayti. [WordNet 1.5] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Haiti — oder San Domingo, nach Cuba die größte Antille zwischen Cuba, Portorico und Jamaica gelegen, etwa 1300 QM. groß mit fast 1 Mill. meist farbiger Einw. Das Cibaogebirge erstreckt sich von W. nach O. und geht nach S. O. in grasreiche Flächen über.… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Haiti — er beliggende på den vestlige trediedel af øen Hispaniola i det Caribiske Hav, øst for Cuba. Landet er en tidligere fransk koloni og var et af de første amerikanske lande, efter USA, som erklærede deres uafhængighed. Hovedstaden er Port au Prince …   Danske encyklopædi

  • Haiti — from Arawak haiti land of mountains, and probably originally the name of the whole island …   Etymology dictionary

  • Haiti — Haiti, s. Hayti …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.