Maurice (pays)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurice.
Republic of Mauritius (en)
République de Maurice (fr)
Drapeau de la République de Maurice Armoiries de Maurice
(Drapeau de la République de Maurice) (Armoiries de Maurice)
Devise nationale : Stella Clavisque Maris Indici (en latin)
(en français : « L’étoile et la clef de l’océan Indien »)
carte
Langue officielle Créole 80% , Français 3.4%, bhojpuri 12% [1],[2]
Capitale Port-Louis
20°9′36″S 57°30′36″E / -20.16, 57.51
Plus grande ville Port-Louis
Forme de l’État République
 - Président de la République
Premier ministre
Anerood Jugnauth
Navin Ramgoolam
Superficie
 - Totale
 - Eau (%)
Classé 168e
1 860 km2
0,05
Population
 - Totale (2008)
 - Densité
Classé 144e
1 274 189 hab.
588 hab./km2
Indépendance
 - Date
du Royaume-Uni
12 mars 1968
Gentilé Mauriciens
Monnaie Roupie mauricienne (MUR)
Fuseau horaire UTC +4
Hymne national Mère Patrie
Code ISO 3166-1 MUS, MU
Domaine internet .mu
Indicatif
téléphonique
+230


Maurice, en forme longue la République de Maurice, en anglais Mauritius et Republic of Mauritius, est un État de l’océan Indien dans l’archipel des Mascareignes. Il se situe au sud-est de l’Afrique à environ neuf cents kilomètres à l’est de Madagascar, à deux cent cinquante kilomètres de la Réunion et au sud des Seychelles.

Cette république d’une superficie de 2 040 km2 est composée de l’île Maurice qui représente 91 % de la superficie du pays avec 1 865 km2 de superficie ainsi que plusieurs petites îles et récifs dont Rodrigues et les archipels de Cargados Carajos et d’Agaléga. Comme les Seychelles, Maurice est une ancienne colonie britannique, à large majorité francophone. C'est une république parlementaire depuis 1992.

Le dodo, un oiseau disparu, est l’emblème du pays.

Sommaire

Histoire

Article détaillé : Histoire de Maurice.

Les historiens pensent que les premiers visiteurs de l'île Maurice furent les navigateurs phéniciens qui l’auraient abordée lors de la première circumnavigation autour du continent africain[réf. nécessaire], commanditée par le pharaon d’Égypte Néchao II, vers l’an -600. Les marins arabes visitèrent Maurice régulièrement à partir du Ve siècle et lui donnèrent le nom de Dina Arobi. Ce n'est qu'au début du XVIe siècle que des navigateurs portugais commencèrent à circuler dans la région. Des Portugais s'y installèrent pour la première fois en 1505 (elle figure malgré tout sur des cartes arabes datant d'avant la découverte par les Portugais, sous le nom de Cirné). L'île est occupée puis colonisée par les Néerlandais à partir de 1598. Elle est baptisée Maurice en l'honneur du prince néerlandais Maurice de Nassau. Les Néerlandais sont les premiers à introduire des esclaves sur l'île, les esclaves les plus nombreux sont amenés d'Afrique et de Madagascar. Leurs descendants, plus ou moins métissés, constituent la population dite créole. Il existe aussi des Indiens esclaves[3], présents dans l'île aux côtés des premiers Européens, et d'Indiens libres de niveau social non négligeable. Ils apporteront aussi les cerfs de Java, qui sont aujourd'hui chassés.

En 1715, Maurice passe sous le contrôle de la France, quand Dufresne d'Arsel la revendique, et est renommée Île de France. L'île est prise par les Britanniques en décembre 1810 après une défense du gouverneur-général Isidore Charles Decaen. En août de la même année eut lieu l'unique victoire navale de Napoléon : la bataille du Grand Port. L'île est officiellement rattachée à l'Empire britannique en 1814, date à laquelle elle retrouve son ancien nom.

L'esclavage est aboli à Maurice le 1er février 1835. Les affranchis sont mis en apprentissage chez leur maître jusqu'en 1839, puis s'éloignent des grandes plantations de canne à sucre pour se consacrer à la culture vivrière et aux petits métiers[Quoi ?].

Le suffrage universel est introduit à Maurice en 1958.

L'indépendance est obtenue le 12 mars 1968 par le scrutin du 7 août 1967. Le pays reste depuis membre du Commonwealth des Nations, bien qu'il soit devenu une république le 12 mars 1992. Grâce à une démocratie relativement stable ponctuée d'élections libres et régulières et à un bilan positif en matière de droits de l'homme, le pays attire des investissements étrangers importants et dispose d'un des revenus par tête les plus importants d'Afrique.

Politique

Article détaillé : Politique de Maurice.

La République de Maurice a un système juridique de droit mixte. S'y appliquent le droit d'origine française et notamment le code civil et la Common Law anglaise. La procédure judiciaire correspond aux règles de procédure anglaise en grande partie avec une certaine variante. La hiérarchie des tribunaux est ainsi du sommet au plus bas : le comité judiciaire du Conseil privé de la Reine, puis la Cour suprême de Maurice (comprenant une juridiction de première instance et d'appel) et les tribunaux de magistrats.

Le système politique et institutionnel[4] correspond à un régime parlementaire.

Le chef du pouvoir exécutif de Maurice est le Premier ministre. Le président de la République n'a pas de pouvoir décisionnel, mais symbolise à l'étranger la République de Maurice. Il est élu pour une période de cinq ans par l'Assemblée nationale. Le Parlement est constitué d'une unique chambre (unicaméral). Des 70 membres de l'Assemblée, 62 sont élus directement par un scrutin populaire (3 pour chacune des 20 circonscriptions et 2 représentant Rodrigues), tandis que 8 sont désignés pour représenter les minorités ethniques. Leur choix dépend des résultats des élections. Le pays suit le système de Westminster. Le chef de la majorité parlementaire devient premier ministre.

Les trois principaux partis politiques du pays sont le Parti travailliste (PTr, actuellement au pouvoir), le Mouvement militant mauricien (MMM) et un mouvement né dans les années 1980 de la scission du MMM, le Mouvement socialiste militant (MSM). Comme l'indiquent leurs noms, chacun de ces trois partis se réclame de gauche et est affilié ou a entamé des démarches pour être admis à l'Internationale Socialiste.

À l'issue du scrutin national de 2010, Navin Ramgoolam du PTr en alliance avec le MSM est reconduit à la tête du pays. Ces élections confortent sa position comme Premier Ministre mais note néanmoins une progression du principal parti de l'opposition, le MMM qui obtient 43 % des suffrages.

Géographie

Article détaillé : Géographie de Maurice.
Carte topographique de l'île Maurice

Maurice est composé de plusieurs îles dont l'île Maurice, qui représente l'essentiel du pays, qui comprend également l'île de Rodrigues et des archipels de Cargados Carajos et d'Agaléga.

La formation de cet archipel résulte d'éruptions volcaniques sous-marines qui se sont produites il y a des millions d'années. L'île Maurice elle-même s'est formée autour d'un plateau central d'environ 500 mètres d'altitude, dont le point le plus élevé, le Piton de la Petite Rivière Noire, culmine à 828 m dans le sud-ouest. Autour de ce plateau, on distingue assez facilement le cratère Kanaka des nombreuses montagnes qui l'entourent.

Le climat, de type tropical, est tempéré par les alizés du sud-est. Il y a deux saisons : la saison sèche de mai à novembre — appelée également hivernage — et la saison humide de novembre à mai — appelée saison cyclonique.

Située dans le nord-ouest, Port-Louis est la capitale de l'île et la plus grande ville. Les autres villes importantes sont Curepipe (au centre), Vacoas-Phœnix, Quatre Bornes, Rose-Hill et Beau-Bassin. Mahébourg (au sud-est) n'est pas une grande ville, néanmoins c'est la plus proche de l'aéroport international de Plaisance-Sir Seewoosagur Ramgoolam.

Subdivisions

Les districts de Maurice

L'île Maurice comprend 10 districts :

  1. Rivière Noire
  2. Flacq
  3. Grand Port
  4. Moka
  5. Pamplemousses
  6. Plaines Wilhems
  7. Port-Louis
  8. Rivière du Rempart
  9. Savanne
  10. Rodrigues

Rodrigues, les îles Agaléga et les écueils des Cargados Carajos (également appelés Saint-Brandon) constituent les dépendances de Maurice. L'archipel des Chagos (Diego Garcia) et l'île Tromelin sont revendiqués par Maurice.

Économie

Article détaillé : Économie de Maurice.

Depuis son indépendance acquise en 1968, Maurice a connu une évolution économique fulgurante. L'île est passée d'un statut de pays à bas revenus, dont l'économie reposait sur l'agriculture, à un statut de pays dit émergent, aux revenus intermédiaires dont l'économie diversifiée repose sur des secteurs industriel et financier en pleine croissance et sur le tourisme. Durant cette période, la croissance annuelle est de l'ordre de 5 % à 6 %. Ce résultat remarquable se traduit par une amélioration de l'espérance de vie, une baisse de la mortalité infantile et un grand développement des infrastructures.

La canne à sucre est plantée sur 90 % environ de la surface cultivée, et constitue 25 % des revenus du commerce extérieur. Une sècheresse historique a cependant endommagé durement la récolte sucrière de 1999. La stratégie de développement du gouvernement est axée sur les investissements étrangers. Maurice a attiré plus de 9000 sociétés offshore, dont beaucoup se consacrent au commerce en Inde et en Afrique du Sud. Maurice est aussi un pavillon de complaisance. Le secteur bancaire a réalisé plus d'un milliard de dollars d'investissements. Les performances économiques dans la période 1991-99 sont restées fortes, avec un taux de chômage limité.

Cependant, l'économie mauricienne risque de recourir à une forte restructuration dans les années à venir. En effet, les réformes de l'Union européenne concernant le marché sucrier vont lourdement affecter l'exportation du pays. Ainsi, d'autres secteurs restent à développer pour constituer de nouveaux piliers de l'économie (les services informatiques, notamment).

L'île compte par ailleurs énormément sur l'industrie touristique pour générer davantage de richesses et créer des emplois. En 2006, l'île Maurice a accueilli 788 000 touristes, dont la majorité vient de France. Il existe actuellement 99 hôtels en opération dans le pays, dont 42 avec plus de 80 chambres. Pour attirer davantage de touristes, le pays a commencé à libéraliser l'accès aérien et des lignes comme Corsairfly et Virgin Atlantic peuvent maintenant desservir la destination.

La construction de villas de luxe vendues sous l'Integrated Resort Scheme est appelée à devenir un nouveau pôle de croissance économique. Grâce à ce nouveau type d'aménagement combiné à l'ouverture du pays aux étrangers, Maurice amorce une nouvelle ère de développement, qui porte déjà ses fruits en termes d'investissement étranger direct et d'emplois créés et qui est appelée à changer la face du pays, à plus long terme. L'IRS a bien vite suscité l’intérêt de dizaines de promoteurs locaux et étrangers ; pour preuve les autorités ont reçu plus d’une vingtaine de projets de ce type représentant des investissements de 100 milliards de Rs et avec un potentiel de création pour 12 000 emplois. Au total, rien qu’avec ces projets, plus de 1700 villas de luxe devraient voir le jour dans les deux à cinq prochaines années.

Dans les années 1970, Maurice a misé sur le textile pour ne plus dépendre uniquement de la canne à sucre. Mais aujourd'hui, le tourisme constitue sa principale ressource (1,1 milliard d'euros par an contre 800 millions pour le sucre et le textile).

Cybercité

La Cybercité voulue par le gouvernement de Paul Bérenger est située à Ébene au sud de la capitale. Elle doit permettre le développement du secteur des technologies de l'information à Maurice. Le but étant de faire de cette dernière une « Cyber Île » et donc de trouver un complément à l’activité sucrière menacée par les accords internationaux. Les activités possibles grâce au décalage horaire de GMT +4 ont ainsi permis l'émergence de centres d'appel et de sites de Disaster Recovery.

Le câble sous-marin SAFE devait offrir au projet son assise technique, mais des dysfonctionnements au sein du BPML en charge de la Cybercité suivi du manque d'un doublon tel que MAURISAT (solution mutualisée satellite) sur le site et en général sur l’Île Maurice pouvant sécuriser les connexions vers l’international et de nombreuses pannes en 2006, imputées à Mauritius Telecom ou à ses fournisseurs, ont pu réduire l’engouement de certaines sociétés intéressées par une délocalisation d’une partie de leurs activités à Maurice.

Depuis 2006, avec la signature d’un accord pour le déploiement du câble sous-marin EASSY, Maurice est en passe de combler cette lacune mais repousse au minimum à 2008-2010 l’échéance sécuritaire du projet[5].

Population

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffres de la FAO, 2005), en milliers d'habitants
Article détaillé : Démographie de Maurice.

La population de l'île Maurice est le résultat de plusieurs vagues d'immigration, d'abord les colons français, ensuite les esclaves venus d'Afrique, les Chinois venus comme commerçants et finalement, les Indiens amenés de gré ou de force dans l'île pour travailler sous contrat avec les Britanniques dans les champs de canne à sucre.

Langues

Le créole, à base lexicale française et enrichi d'apports provenant d'autres langues, est la langue maternelle de plus de 90 % de la population. On dit du créole mauricien qu'il tient sa base du créole mascarin.

La constitution de Maurice ne mentionne aucune langue officielle pour le pays. Néanmoins l'anglais est utilisé par l'administration, les Britanniques ayant été les derniers à administrer l'île avant son indépendance[6]. En revanche, le français est le plus utilisé dans le monde des affaires et de l'information (la presse et la télévision émettent en français). Diverses langues orientales sont également parlées, parmi lesquelles le bhojpuri (langue du nord-est de l'Inde apparentée à l'hindi avec beaucoup d'emprunts créoles), l'ourdou, le tamoul, le cantonais et le hakka, dialectes chinois. Ces dernières sont parlées par les descendants des immigrants venus d'Inde et de Chine. La plupart des Indo-Mauriciens sont des hindous et constituent 70 % de la population. Les autres religions pratiquées sont le christianisme, l'islam et le bouddhisme. Le reste de la population est d'origine chinoise, africaine, française ou métisse.

Le français est en progression, mais le créole adopte de plus en plus de mots anglais.

D'après les estimations de 2003 fournies par le gouvernement à l'OIF, le nombre de francophones est estimé à 15 % de la population et le nombre de francophones partiels à 57,7 % soit au total 72,7 % de la population ayant une certaine maîtrise du français[7].

Culture

Article détaillé : Culture de Maurice.

La cuisine mauricienne est un mélange de cuisines indienne, créole, chinoise et européenne. De même, le séga mauricien est une musique aux influences diverses.

En 1847, Maurice devint le cinquième pays dans le monde à émettre des timbres postaux, après la Grande-Bretagne en 1840, la Suisse et le Brésil en 1843, les États-Unis en 1846, l’île Maurice est le troisième territoire au monde à émettre des timbres et le premier autorisé à le faire par l’empire britannique dont elle était une colonie en 1847. Les deux types de timbres, la série des Post Office (le Red Penny et le Blue Penny), sont parmi les plus célèbres et les plus chers du monde.

Au moment de sa découverte, l'île Maurice abritait une espèce d'oiseau qui était auparavant inconnue. Les Portugais l'appelèrent le dodo (simplet), en raison de son apparence nonchalante. Cependant, en 1680, pendant la période hollandaise, cette espèce avait complètement disparu. Dans les livres d'histoires la disparition du dodo a longtemps été attribuée aux abus des colons hollandais. Mais les études récentes démontrent plutôt que c'était dû aux prédateurs qui dévoraient leurs œufs. Le dodo est devenu l'emblème de Maurice.

Le 9 septembre, un pèlerinage rassemble chaque année entre 100 000 et 200 000 Mauriciens, pas seulement de foi catholique, au tombeau du bienheureux Jacques-Désiré Laval (1803-1864), à Sainte-Croix, dans la proche banlieue de Port-Louis.

Il existe une fameuse déclaration de Mark Twain, souvent citée pour décrire la beauté incomparable de l'île : « Dieu créa d'abord l'île Maurice puis s'en inspira pour faire son Paradis terrestre. »

Le pays est membre de l'Organisation internationale de la francophonie et a statut d'observateur au sein de la Communauté des pays de langue portugaise.


Galerie de photos

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Principaux artistes et auteurs mauriciens

Codes

Maurice a pour codes :

Notes et références

  1. Gouvernement de Maurice. http://www.gov.mu/portal/site/abtmtius/menuitem.42f3149f267522984d57241079b521ca English is the official language. French is extensively used and Creole is widely spoken. Asian languages also form part of the linguistic mosaic.
  2. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/countrytemplate_mp.html Languages: Creole 80.5%, Bhojpuri 12.1%, French 3.4%, English (official; spoken by less than 1% of the population), other 3.7%, unspecified 0.3% (2000 census)
  3. A l'autre bout de la nation
  4. Le constitutionnalisme mauricien
  5. Extrait du rapport « IT, Île Maurice 2006 » de Gerald Raverdy avec son autorisation légale gerald_raverdy<at>hotmail.com
  6. Chap V, partie I, titre 56 de la Constitution : « The official language of the Assembly shall be English but any member may address the chair in French. »  : La langue officielle de l'Assemblée est l'anglais mais tout membre peut s'exprimer en français. Constitution de Maurice
  7. La Francophonie dans le Monde 2006-2007 Nathan, Paris, 2007, p. 17 ; accessible sur : http://www.francophonie.org/Rapport-du-Secretaire-general-de.html
  8. Dominique Chabrol, « JMG Le Clézio, les racines mauriciennes du nouveau Prix Nobel » Les Echos, 9 octobre 2008.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Maurice (pays) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Maurice de Nassau — Maurice de Nassau, Prince d Orange – portrait de Michiel Jansz van Mierevelt Maurice de Nassau, Prince d Orange (en néerlandais Maurits van Nassau) né le 14 novembre 1567, mort le 23  …   Wikipédia en Français

  • Maurice De Nassau — Maurice de Nassau, Prince d Orange portrait de Michiel Jansz van Mierevelt Maurice de Nassau, Prince d Orange (en néerlandais Maurits van Nassau) né le 14 novembre 1567, mort le 2 …   Wikipédia en Français

  • Maurice d'Orange — Maurice de Nassau Maurice de Nassau, Prince d Orange portrait de Michiel Jansz van Mierevelt Maurice de Nassau, Prince d Orange (en néerlandais Maurits van Nassau) né le 14 novembre 1567, mort le 2 …   Wikipédia en Français

  • Maurice d'Orange-Nassau — Maurice de Nassau Maurice de Nassau, Prince d Orange portrait de Michiel Jansz van Mierevelt Maurice de Nassau, Prince d Orange (en néerlandais Maurits van Nassau) né le 14 novembre 1567, mort le 2 …   Wikipédia en Français

  • Maurice de nassau — Maurice de Nassau, Prince d Orange portrait de Michiel Jansz van Mierevelt Maurice de Nassau, Prince d Orange (en néerlandais Maurits van Nassau) né le 14 novembre 1567, mort le 2 …   Wikipédia en Français

  • Maurice Bonney — Maurice Bonney …   Wikipédia en Français

  • Maurice Moritz — Maurice Moritz …   Wikipédia en Français

  • Maurice — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir Saint Maurice, Saint Maurice et Morris. Maurice est un nom propre qui peut désigner  …   Wikipédia en Français

  • Maurice Yameogo — Maurice Yaméogo Pour les articles homonymes, voir Yaméogo. Maurice Yaméogo …   Wikipédia en Français

  • MAURICE (ÎLE) — Île indépendante au sein du Commonwealth, terre à majorité indienne où le français est la langue de la presse et d’une grande partie des communications sans être la langue officielle, lieu où coexistent peuples, langues et religions d’Asie,… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”