Secheresse

Sécheresse

Wiktprintable without text.svg

Voir « sécheresse » sur le Wiktionnaire.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sécheresse (homonymie).
Terre asséchée
Disparition de la mer d'Aral ; sécheresse provoquée par le détournement en amont de l'eau des fleuves pour l'irrigation agricole
Exemple de carte d'aléa sécheresse (6 septembre 2005), les taches rouges désignent les zones de sécheresse exceptionnelles.
Autre exemple de cartographie de la sécheresse (6 septembre 2005), les zones violettes désignent les zones de sécheresse exceptionnelles.
Sacrifices humains lors de la sécheresse de 1450-1454 (Codex Telleriano-Remensis)
Texas, 1935 : Tempête de poussière induite par la sécheresse et par le remplacement de la grande prairie et des forêts par des labours
Aux USA, dans les années 30, la sécheresse et les tempêtes de poussières ont jeté sur les routes des milliers de paysans en faillite (ici, Missouri, Californie, 1937)
Les sécheresses aggravent la superficie et l'impact écologique des feux allumés pour la déforestation en zones tropicales, même en forêt humide (ici, le 14 oct 2004 à Sumatra, Indonésie).
A la fumée des feux, il faut ajouter l'envol de millions de tonnes de poussières et aérosols issus des sols dégradés ; ici en Chine où dans certaines villes la pollution est quasi-permanente.

La sécheresse (ou sècheresse) est l'état (normal ou passager) du sol et/ou d'un environnement, correspondant à un manque d'eau, sur une période significativement longue pour qu'elle ait des impacts sur la flore naturelle ou cultivée;

- ce « déficit hydrique » est épisodiquement naturel (par exemples, périodes glaciaires/interglaciaires, cycles El Niño / El Niña, etc. et peut être amplifié par l'émission humaine de gaz à effet de serre).
- il fait suite à un déficit pluviométrique inexpliqué, sur de longues périodes durant lesquelles les précipitations sont anormalement faibles ou insuffisantes pour maintenir l'humidité du sol et l'hygrométrie normale de l'air.
- il peut être aggravé ou expliqué par des pompages, une baisse du niveau de la nappe phréatique, l'érosion et la dégradation des sols ( l'humus favorise la rétention de l'eau, la coupe à blanc de zones forestières dans la région de l'Amazonie, par exemple, entraîne rapidement la perte de cet humus essentiel à la rétention de l'eau et cause une désertification anthropomorphique accélérée), une augmentation de l'évapotranspiration induite par des plantations consommatrices d'eau (peupliers, maïs...)

La sécheresse peut détruire les récoltes (partiellement ou totalement) et tuer les animaux d'élevage, et parfois sauvages. Elle devient alors un facteur de famine régionale et d'exode, souvent accompagnés de troubles sociaux puis de conflits armés, notamment dans les régions avec peu de ressources économiques.

La sécheresse n'est donc pas qu'un phénomène physique ou climatique objectif. C'est aussi une notion relative qui reflète l'écart entre la disponibilité de l'eau et la demande en eau pour l'homme, son agriculture et son bétail et certains usages de luxe (piscine, arrosage des gazons, lavage de voiture, etc .). Ceci rend toute définition de la sécheresse relative au contexte géopolitique et sociologique ; l'état « normal » de disponibilité de l'eau change selon les zones biogéographiques et les besoins réels ou ressentis des individus et des sociétés.

Sommaire

Trois types de sécheresse

  1. la sécheresse météorologique quand il y a une période prolongée de précipitations en dessous de la moyenne
  2. la sécheresse agricole quand il n'y a pas assez d'humidité pour les cultures. Cette condition peut avoir lieu même si les précipitations sont normales à cause des conditions du sol et des techniques agricoles, ou de choix de plantes inadaptées (ex : maïs ou riz, très consommateurs d'eau en zone sèche).
  3. la sécheresse hydrologique quand les réserves d'eau disponibles dans les nappes aquifères, lacs et réservoirs descendent en dessous de la moyenne. Ceci peut arriver même avec des précipitations normales ou au-dessus de la moyenne lorsque l'eau est détournée pour une autre zone géographique ou qu'elle a été surexploitée, ou quand qu'une consommation élevée d'eau dépasse les capacité de la nappe ou des réservoirs à se renouveler, ou quand les conditions d'alimentation des nappes (perméabilité du sol (Voir Loi de Darcy) ne sont plus réunies.

Dans l'usage le plus fréquent le mot sécheresse se réfère généralement à la sècheresse météorologique.

- Scientifiquement parlant, la sécheresse est appelée "déficit climatique" Dc.

Dc=P-ETP

  • P correspond à la pluviométrie en millimètres.
  • ETP est l'évapo-transpiration potentielle d'une plante en millimètres, c’est-à-dire sa perte d'eau par la respiration et l'évaporation.

Dc=0 en cas de sécheresse.

- Au niveau agricole, la sécheresse correspond à ce qu'on appelle le "déficit agricole" Da.

Da=P-ETP+RFU

  • RFU est la réserve facilement utile, c'est la réserve d'eau dans le sol disponible pour les plantes en millimètres. Elle vaut 2/3 de la RU qui est égale au taux d'humidité x la profondeur des racines.

La sécheresse par continent

La sécheresse en Afrique

Les sécheresses sont fréquentes et graves dans beaucoup de pays d'Afrique Subsaharienne et ont un impact dévastateur sur leurs populations et leurs économies. L’extrême vulnérabilité aux précipitations dans les zones arides et semi-arides du continent ainsi que la faible capacité d’une grande partie des sols Africains à maintenir l'humidité font que presque 60 pour cent de ces sols sont vulnérables à la sécheresse et 30 pour cent extrêmement vulnérables. Depuis les années 60, les précipitations dans les parties du Sahel et l'Afrique australe ont également été sensiblement en dessous des normes des 30 années précédentes. En plus, la perspective d'un effet EL Niño a conduit à porter plus d’attention sur l'impact de la sécheresse en Afrique subsaharienne.

La sécheresse en Europe

Depuis 1000 ans en Europe, on note les années de sécheresse suivantes[réf. nécessaire] :

  • 1303 : sècheresse la plus importante du millénaire. Le Rhin pouvait être traversé à pied sec.
  • 1540, 1719, 1874, 1906, 1911, 1912, 1921, 1945, 1947, 1949, 1953, 1957, 1964,
  • Pour la période récente, les sécheresses de 1976, 1988 1989, 1990, 1991, 1992 et 2003 ont eu des impacts importants sur les écosystèmes et les cultures en Europe, ainsi que sur la santé (surmortalité liée à la canicule)

Conséquences de la sécheresse

Conséquences écologiques

Conséquences sur la forêt

La forêt joue un rôle essentiel pour le stockage, l'infiltration et le cycle de l'eau. La forêt artificialisée a souvent été drainée et génétiquement très appauvrie. Les sécheresses importantes semblent avoir des impacts sanitaires mesurables sur les arbres jusque 10 ans après. Par ailleurs les sécheresses favorisent les incendies qui s'ils sont fréquents dégradent fortement les sols et les possibilités de régénération et de stockage de l'eau, notamment dans les zones sub-désertiques et sur les pentes où l'érosion est exacerbée. La forêt primaire ou à haut degré de naturalité bénéficient d'une forte résilience. Les mousses, les tourbes, l'humus riche en champignons, formé à partir du bois mort et des excréments des organismes forestiers, les embâcles naturels, et en zone tempérée les barrages de castors contribuent ont un fort pouvoir tampon. De plus les arbres, s'ils sont dans leur optimum stationnel disposent de stratégies d’évitement du stress hydrique face aux sécheresses non-exceptionnelles. Les pins par exemple opturent précocement leurs stomates, et si la sécheresse perdure, ils émettent des hormones qui attirent des insectes défoliateurs, puis des scolytes qui tueront les arbres les plus vieux (qui évapotranspirent le plus) si la sécheresse perdure plus de 2 ans. Certains feuillus des zones tropicales sèches diminuent leur transpiration ou perdent leurs feuilles en saison sèche. Ceux des zones tempérées semblent moins capables de régulier seuls leur évapotranspiration ; Certains perdent une partie de leurs feuilles, d'autres semblent capables d'attirer des défoliateurs en cas de stress aigu. A noter qu'une forêt naturelle riche en biodiversité associe généralement des essences qui ont des zones de prospection racinaire variées, exploitant mieux les nappes tant en période de haute nappe que de sécheresse. Inversement les monocultures, surtout si elles sont équiennes, exploitent l'eau du sol à la même profondeur en exacerbant les effets des sécheresse qui y sont beaucoup plus brutaux.

La protection des forêts contre la sécheresse

Elles passent à la fois par des adaptations à la sécheresse, par une meilleure gestion de l'eau, et par une lutte contre les causes anthropiques de nombreux phénomènes d'aridification ou désertification, qui peut être de long terme si l'on estime, conformément aux conclusions répétées du GIEC que le réchauffement climatique est bien en grande partie d'origine humaine.
De nombreuses solutions écotechnique sont proposées, notamment la restauration de la végétation et de l'Humus détruit par les méthodes d'agriculture moderne, mais difficiles à mettre en œuvre (les programmes de ceintures vertes ou boisement au sahel ont souvent pâti de l'aggravation des sécheresses, de la faiblesse des moyens mis en œuvre, notamment pour la protection des arbres contre les chèvres et troupeaux). Des techniques utilisant mieux les ressources de la biodiversité et des essences pionnières locales (telles que développées par Akira Miyawaki) forçant les racines à s'enfoncer plus profondément (plantation dans un tuyau dégradable, avec arrosage initial déclenchant la remontée capillaire de l'eau profonde) ou des rétenseurs d'eau tels que le polyter ont été efficacement testées, mais sans développement à grande échelle.
Les promoteurs des OGM arguent qu'on peut transformer des plantes pour les adapter à des sols secs et/ou salinisés, mais leurs détracteurs mettent en avant le risque qu'elles y pompent le peu d'eau qui y restait, en augmentant la salinisation et en éliminant d'autres espèces encore présentes, au détriment de la faune et de la biodiversité peut-être. Des solutions techniques (déssalinisation d'eau de mer) existent aussi, mais qui sont coûteuses et parfois à forte empreinte écologique. Les grands programmes d'irrigation ont souvent généré en aval des conséquences désastreuses (pollution et baisse de niveau de la mer d'Aral par exemple).

Conséquences économiques

La sécheresse économique est définie comme se rapportant aux effets des précipitations anormalement basses, en dehors des paramètres normaux prévus dont une économie est équipée. En tant que telle, son impact dépend de l'interaction d'un événement ou d'une anomalie météorologique avec la structure dynamique changeante et la santé d’une économie. Certains observateurs ont distingués trois situations de pays en termes d'impact de la sécheresse : des économies simples, intermédiaires et dualistes.

Les économies simples sont des économies agricoles, d’élevage, et de semi-subsistance fortement influencées par les pluies, disposant d’une infrastructure limitée, ayant des niveaux bas de revenus par habitant, et des niveaux élevés d’auto-approvisionnement au sein de la population rurale. L'impact de la sécheresse dans son ensemble peut être particulièrement énorme en raison de l'importance relative du secteur agricole. Cependant, traduisant des relations intersectorielles faibles, des niveaux élevés d'auto-approvisionnement et des secteurs non-agricoles relativement petits, les effets multiplicateurs d’un choc de la sécheresse dans le reste de l’économie sont bien limités.

Dans les économies intermédiaires, les effets de la sécheresse sont très largement répandus dans l'économie, reflétant une plus grande intégration d’ensemble et des relations intersectorielles plus solides entre les secteurs agricoles et les secteurs manufacturiers naissants. Il est probable que les biens intermédiaires constituent une plus grande partie des importations, impliquant qu'une compression des importations due à la sécheresse aura des implications multiplicatrices additionnelles sur la production domestique. Dans l’entretemps, la reprise de l’activité après la sécheresse peut être très retardée dans la mesure où le secteur manufacturier continue de faire face au manque d'intrants et à la lenteur de la relance de la demande. Les implications sur les finances publiques peuvent également être très graves, étant donné que le gouvernement est susceptible de faire face lui-même à une plus grande partie des coûts des efforts de reprise, plutôt que de compter presque entièrement sur l’assistance internationale.

Enfin, dans des économies dualistes, qui disposent de grands secteurs d’extraction minière, à moins que le secteur d’extraction soit à grande intensité en eau, l'impact économique de la sécheresse est limité à la variabilité du secteur agricole avec un petit effet multiplicateur. Ainsi donc, l'impact macro-économique de la sécheresse apparaît encore faible, bien qu'il puisse avoir des effets profonds dans le secteur agricole dont dépend la majorité de la population.

Les chocs dus à la sécheresse ont des effets importants, mais hautement différenciés sur l’ensemble de l’économie. La fréquence, l'échelle et la nature probable de ces effets dépendent de l'interaction de la structure économique et des dotations en ressources, aussi bien que des facteurs économiques à court terme. Contrairement à l’intuition, certaines des économies relativement plus développées ou " plus complexes " de l’Afrique subsaharienne, telles que celles du Sénégal, de la Zambie et du Zimbabwe, sont plus vulnérables aux chocs de la sécheresse que celles des pays moins développés et plus arides, telles que celles du Burkina Faso, ou des pays qui connaissent des conflits comme la Somalie. Par conséquent, un pays moins développé tel que l'Éthiopie pourrait devenir dans un premier temps plus sensible à la sécheresse pendant que son économie se développe. Alors, comme les économies deviennent plus complexes et diversifiées, elles deviennent par la suite moins vulnérables à la sécheresse.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Ce document provient de « S%C3%A9cheresse ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Secheresse de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sécheresse — [ sɛʃrɛs ] n. f. • 1120; de sec 1 ♦ État, caractère de ce qui est sec, de ce qui manque d humidité. Sécheresse de la terre, du sol. ⇒ aridité. « Une campagne déserte, d une aridité, d une sécheresse et d une désolation dont rien ne peut donner l… …   Encyclopédie Universelle

  • Sècheresse — Sécheresse Voir « sécheresse » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • Sêcheresse — Sécheresse Voir « sécheresse » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • secheresse — Secheresse. s. f. Estat, qualité de ce qui est sec. La chaleur & la secheresse sont des qualitez des corps la secheresse de la terre. Il se dit plus ordinairement en parlant des choses qui n ont pas toute l humidité qu elles doivent avoir. La… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Sécheresse — Pour les articles homonymes, voir Sécheresse (homonymie). Terre asséchée …   Wikipédia en Français

  • sécheresse — (sè che rè s ) s. f. 1°   État, qualité de ce qui est sec. La sécheresse de la terre fait grand tort aux moissons. La sécheresse de la langue dans la fièvre. 2°   Absolument. Disposition de l air et du temps contraire à l humidité. •   Cette… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SÉCHERESSE — s. f. État, qualité de ce qui est sec. La sécheresse de la terre fait grand tort aux moissons. On reconnaît l ardeur de sa fièvre à la sécheresse de sa langue. SÉCHERESSE, se dit absolument de La disposition de l air et du temps quand il fait… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SÉCHERESSE — n. f. état, caractère de ce qui est sec. La sécheresse de la terre fait grand tort aux moissons. La sécheresse de la langue est un signe de fièvre. Il se dit absolument de l’état atmosphérique. Il fit une grande sécheresse cette année là. La… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • sécheresse — nf. : sè <sec> nm. (Albanais 001bB, Cordon 083b, Saxel 002b), sé (083a) || sèshena nf. (002a), sètyà (001aA, Annecy, Combe Sillingy, Vieugy), stéchà, sèstèrèssa (Albertville), sèshèrèssa (Thoiry), sètsèraache (Montagny Bozel), shèsrèssa… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Secheresse (homonymie) — Sécheresse (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Une sécheresse est une longue période de temps pendant laquelle les quantités de précipitations sont en dessous des statistiques… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”