5V

Togo

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Togo (homonymie).
République togolaise (Togo) (fr)
Drapeau du Togo Armoiries du Togo
(Détails) (Détails)
Devise nationale : Travail, liberté, patrie
carte
Langue officielle Français
Capitale Lomé
6°7′N, 1°13′E
Plus grande ville Lomé
Forme de l’État
 - Président
Premier ministre
République
Faure Gnassingbé
Gilbert Houngbo
Superficie
 - Totale
 - Eau (%)
Classé 123e
56 785 km²
4,2%
Population
 - Totale (2008)
 - Densité
Classé 104e
5 858 673 hab.
95 hab./km²
Indépendance
 - Date
de la France
27 avril 1960


Gentilé Togolais


Monnaie Franc CFA (XOF)
Fuseau horaire UTC +0
Hymne national Terre de nos aïeux
Domaine internet .tg
Indicatif
téléphonique
+228


Le Togo est un pays d’Afrique de l'Ouest ayant des frontières communes avec le Bénin à l’est, le Burkina Faso au nord, et le Ghana à l’ouest. Sa façade sud est ouverte sur le golfe du Bénin. La population est estimée en 2009 à environ 6 millions d’habitants pour une densité de 95 hab/km².

Le Togo est l’un des plus petits États africains avec 56 785 km², s’étirant sur 600 km du nord au sud avec une largeur n’excédant pas 100 km. Cette faible superficie n’empêche pas le Togo d’être reconnu pour la grande diversité de ses paysages (une côte de sable fin bordée de cocotiers au sud, des collines, des vallées verdoyantes et des petites montagnes dans le centre du pays, des plaines arides et de grandes savanes plantées de baobabs au nord).

Sommaire

Histoire

Voir l'article détaillé Histoire du Togo

Le Togo tire son nom de Togodo (L´autre Rive) aujourd'hui Togoville, une ville coloniale germanique, première capitale du pays qui est située à l'est de la capitale Lomé.

Époque coloniale

Le Togo subit le commerce négrier du XVIe au XIXe siècle. En 1884, le roi Mlapa III de Togoville, signe un traité de protectorat avec l’Allemagne (représentée par Gustav Nachtigal), qui perdure jusqu’en 1918, à la fin de la Première Guerre mondiale.

La colonie est alors divisée entre le Royaume-Uni et la France, parfois au prix de la division de certaines ethnies.

La partie sous contrôle français passe sous tutelle de l’ONU en 1946.

Le Royaume-Uni rattache la partie Sud de la région qu’il contrôle au Ghana en 1956.

L’indépendance

Le Togo acquiert son indépendance, le 27 avril 1960, par un accord avec l’administration française, sous le contrôle de l’ONU. L’autonomie interne remonte à 1956.

En 1958 le CUT partisan de l'indépendance remporte les élections organisée et supervisée par l'ONU et M.Sylvanus Olympio devient premier ministre. Sous l’instigation du commandant français Maitrier, chef de la gendarmerie nationale et conseiller du président dont le contrat de coopération arrivait à terme, 626 vétérans togolais de l’armée française, dont une grande partie avait combattu en Algérie et en Indochine demandent à être intégrés dans les forces de sécurité togolaises qui comptent 300 membres. Sylvanus Olympio refuse. Ils le destituent dans un coup d’État, le 13 janvier 1963, dans lequel Olympio trouve la mort.[1]

C’est donc un président civil, Nicolas Grunitzky (1963-1967) qui est porté au pouvoir, mais quatre ans plus tard, à la suite d’un autre coup d’État, il fuit le pays. Il décèdera le 27 septembre 1969 à Paris dans un accident de voiture.

Le règne de Gnassingbé Eyadema

Carte du Togo

Un des organisateurs du coup d’État de 1963, Gnassingbé Eyadema est promu président en 1967. Il supprime les partis politiques et crée le Rassemblement du peuple togolais (RPT).

Une nouvelle constitution, en 1979, instaure la troisième république et donne le pouvoir au président par une élection au suffrage universel. Il est ensuite réélu en 1986.

En 1990, suite à de violentes manifestations, suivies d'une conférence nationale, un premier ministre issu de l'opposition Maître Joseph Kokou Koffigoh est élu premier ministre. L’adoption d’une nouvelle constitution en 1992 n’apaise cependant pas les tensions. En 1993, Eyadema remporte de nouveau l’élection présidentielle boycottée par l’opposition.

Gnassingbé Eyadéma est proche de la défaite, lors des élections de 1998, face à Gilchrist Olympio, fils de Sylvanus Olympio. Il remporte l’élection dans des conditions très controversées.

Gnassingbé Eyadéma est réélu en 2003 suite à un changement dans la constitution pour l’autoriser à se présenter à nouveau.

Faure Gnassingbé

Gnassingbé Eyadéma décède le 5 février 2005, mettant fin à 38 ans de présidence consécutifs. L’armée prend le pouvoir, en enfreignant la Constitution qui dispose que c’est le président de l’Assemblée nationale (à l’étranger lors du décès de Gnassingbé Eyadema) qui doit présider l’intérim et le confie à un des fils de Gnassingbé Eyadema, Faure Gnassingbé.

Sous la pression de l’opposition, de l’Union Africaine (UA) et de la communauté internationale, ce coup d’État « échoue » le 25 février 2005 avec la démission de Faure Gnassingbé. La légalité constitutionnelle est rétablie.

Le 24 avril 2005, une élection présidentielle est organisée. Elle se déroule dans des conditions très controversées, l’opposition, dénonçant des fraudes, notamment des vols d’urnes par des militaires. Emmanuel Bob Akitani, chef de l’opposition, se déclare vainqueur avec 70% des voix alors que le gouvernement déclare Faure Gnassingbé élu. Dés l’annonce des résultats, des manifestations éclatent dans les principales villes. Elles seront violemment réprimées par l’armée, faisant 500 morts selon les estimations de la commission d’enquête nationale, plus de 800 selon la Ligue togolaise des droits de l'homme (LTDH)[2]. De nombreux Togolais, environ 40 000, se réfugient dans les pays voisin, le Bénin et le Ghana[3]. Le 3 mai 2005, Faure Gnassingbé prête serment et déclare qu’il se concentrera sur « la promotion du développement, le bien commun, la paix et l’unité nationale ».

Depuis, le jeune président est parvenu à rétablir la confiance avec l'Union européenne (UE) après 13 ans d'embargo. Il a en outre donné son accord à la formation d'un gouvernement d'unité nationale. Le Premier ministre est un opposant de longue date, Me Yawovi Agboyibo, président du CAR.

Après de nouvelles élections législatives relativement transparentes deux partis politiques se partagent l'Assemblée nationale : le RPT et l'UFC. Un nouveau premier ministre issu du RPT, Komlan MALLY, est nommé. Ce dernier a été remplacé le 7 septembre 2008 par Mr Gilbert Fossoun Houngbo, qui assumait jusqu'à cette date la direction du bureau Afrique du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) avec rang de secrétaire général adjoint des Nations Unies, comme nouveau Premier Ministre du Togo.

Des élections législatives devraient se dérouler à l'automne 2007 (plusieurs reports ont eu lieu).

Politique

Voir l'article détaillé Politique du Togo

Sylvanus Olympio est le premier président togolais, mais il est tué au cours du coup d’État du 13 janvier 1963.

Nicolas Grunitzky devient président du Togo à la suite du coup d’État, le premier de toute l’histoire de l’Afrique noire après les Indépendances, organisé par un groupe de soldats dirigé par le sergent Étienne Gnassingbé Eyadema. Nicolas Gruniztky est destitué par coup d’État en 1967 organisé par le même Étienne Gnassingbé Eyadema.

De 1967 au 5 février 2005, Étienne Gnassingbé Eyadema, très critiqué pour ses méthodes de répression envers ses opposants politiques, est président du Togo. Suite à l’absence au pays du président de l’Assemblée nationale, qui selon l’article 65 de la Constitution doit assurer l’intérim de la présidence, l’armée togolaise prend la décision de confier le pouvoir au fils de Gnassingbé Eyadema, Faure Gnassingbé Eyadema. L’Union africaine par la voix du président de la Commission Alpha Oumar Konaré dénonce un coup d’État militaire.

Le 25 février 2005, suite aux pressions de la CEDEAO et de l’Union européenne, le fils de Gnassingbé se retire et laisse la place au vice-président de l’Assemblée nationale togolaise Abbas Bonfoh. Ce dernier assure l’intérim de la fonction présidentielle jusqu’à la tenue de l’élection présidentielle du 24 avril 2005. Quatre candidats se présentent : Faure Gnassingbé Eyadema, soutenu par le Rassemblement du peuple togolais (RPT), Emmanuel Bob Akitani, candidat de la coalition de l’opposition radicale, Harry Olympio, candidat du Rassemblement pour le soutien à la démocratie et au développement (RSDD, opposition modérée) et Nicolas Lawson, homme d’affaire qui annonce le retrait de sa candidature le 22 avril 2005.

Le 26 avril 2005, la Commission électorale nationale et indépendante (CENI) proclame les résultats de l’élection présidentielle du 24 avril. Faure Gnassingbé, remporte l’élection avec 60,22% des suffrages devant Emmanuel Bob Akitani avec 38,19 % et Harry Olympio avec 0,55 %. L’opposition et le RPT s’accusent mutuellement de manipulations et de fraudes. La France, très impliquée dans les événements du Togo, juge que le scrutin s’est déroulé dans des conditions acceptables même s’il y a eu plus de 500 morts, 10 000 blessés et 30 000 réfugiés. La Commission européenne, malgré un rapport confidentiel accréditant l’existence de fraudes massives de la part du pouvoir, a pris acte de l’élection de Faure Gnassingbe. Le parlement européen a voté une résolution de non-reconnaissance de Faure Gnassigbé comme président élu du Togo.

Le 8 juin 2005, Edem Kodjo, président de la Convergence patriotique panafricaine (CPP, opposition modérée), est nommé Premier ministre. Il est chargé de constituer un gouvernement d’union nationale.

Amnesty International publie en juillet 2005, un rapport dénonçant selon ses propres termes « un scrutin entaché d’irrégularités et de graves violences » tout en montrant que « les forces de sécurité togolaises aidées par des milices proches du parti au pouvoir (le Rassemblement du peuple togolais (RPT)) s’en sont violemment prises à des opposants présumés ou à de simples citoyens en ayant recours à un usage systématique de la violence. » Le rapport reproche aussi à la France son rôle ambigu dans la situation actuelle.

Les violences suites aux événements politiques de 2005 auraient entraîné entre 400 et 500 morts. Certains parlent même de plus de 800 victimes.

Subdivisions

Article détaillé : Subdivisions du Togo.

Le Togo est divisé en cinq régions administratives, elles-mêmes découpées en 30 préfectures.

Géographie

Voir l'article détaillé Géographie du Togo, villes du Togo

Le Togo est un pays africain de 56 785 km² dont la longueur est 600 km et la largeur varie de 50 à 150 km. Le pays possède 1 700 km de frontière avec le Burkina Faso, le Ghana et le Bénin et 50 km de côtes donnant sur le Golfe de Guinée. L’érosion y est très importante ; par exemple, en six ans l’eau a avancé de 140 m. L’altitude maximale est le mont Agou qui culmine à 986 m.

Démographie

Voir l'article détaillé Démographie du Togo

En 2006, la population du Togo était estimée à 5,4 millions d’habitants, avec une densité moyenne de 95 habitants au km².

En 2005, son taux de croissance annuelle était de 2,17%, le taux de mortalité infantile s’élevant à 66,6/1000. L’espérance de vie était de 52,6 ans.

En 2003, 35% de la population habitait en ville.

En 2006, les dix plus grandes villes du pays étaient :

Ethnies

Le Togo comprend une cinquantaine d'ethnies :

  • Groupe Kwa :
    • peuple ewe (sud) 22% de la population
    • Ouatchi 10%


Économie

Voir l'article détaillé Économie du Togo

L’économie du Togo repose essentiellement sur la culture vivrière qui représente 65% des travailleurs. Le reste de la main-d’œuvre (30%) vit de la culture du cacao, du café, du coton mais surtout des mines de phosphates qui sont vitales au pays.

Le Togo est d’ailleurs le cinquième producteur mondial de phosphates.

À l’instar de nombreux pays africains (Sénégal, Île Maurice, Namibie), le Togo s’est doté d’une zone franche dès la fin des années 80.

Ainsi, dans cette zone sont implantés des sociétés pharmaceutiques, des fabricants d’huiles végétales, des assembleurs informatiques, des distributeurs de produits cosmétiques, des prothésistes dentaires ou des entreprises de transport routier…

Le port de Lomé, seul port en eau profonde de la sous-région, est donc une zone franche qui ne cesse de se développer rapidement.

À titre d’exemple, le port autonome de Lomé (PAL) vient d’acquérir en mars 2006, deux grues portuaires qui disposent d’une force de levage de 104 tonnes.

Ces équipements sont destinés à accompagner l’extension et l’exploitation du terminal qui connaît une rapide expansion régionale qui couvre les besoins de nombreux pays comme le Niger, le Mali ou le Burkina Faso.

Le trafic conteneurisé (par conteneurs) à Lomé a doublé en trois ans pour atteindre 212 000 EVP (équivalent vingt pieds) en 2005.

Ce projet va permettre d’accueillir les navires de grande capacité et d’attirer ainsi les flux en transbordement, notamment ceux en provenance d’Asie.

Depuis le début du conflit en Côte d'Ivoire, le Togo est devenu une plateforme portuaire très importante pour les opérateurs de l’ouest africain.

Le Togo fait partie de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine

Culture

Voir l'article détaillé Culture du Togo

Au Togo, le français est langue officielle[4]. L'Ewe, le Kabiyé et le Mina sont les langues nationales les plus utilisées par la population.

Les différentes religions du pays sont l'animisme pratiqué par 50% de la population, le catholicisme (26%), l'islam (15%) et le protestantisme (9%).

Fêtes et jours fériés
Date Nom Remarques
1er janvier Jour de l'an
13 janvier Assassinat de Sylvanius Olympio 1er Président du Togo Prise du pouvoir par l'armée.
27 avril Fête de l'indépendance Fête Nationale
1er mai Fête nationale du travail
21 juin Fête des Martyrs
23 septembre Commémoration de "l’attaque terroriste" de 1986
25 décembre Noël
Fêtes locales non fériées du Togo

Notes

  1. Le sergent Gnassingbé Eyadema a raconté à des journalistes dans quelles circonstances il a lui-même assassiné Sylvanus Olympio. De nombreux indices, dont le témoignage de l’épouse du président Sylvanus Olympio, montrent que l’ambassadeur de France au Togo était en relation directe avec le commando qui traquait le président élu.
  2. Philippe Bernard, La répression au Togo aurait fait plus de 800 morts, Le Monde 15 mai 2005
  3. « Togo: premier scrutin pacifique depuis le processus démocratique », Afp, 15 octobre 2007
  4. Article 3 de la constitution de 2003


Bibliographie

  • Jean de Menthon, A la rencontre du Togo, éd. L’Harmattan, 2000, coll. A la rencontre de, 271 pages
  • Tètè Tete, Démocratisation à la togolaise, éd. L'Harmattan, 2000, coll. Points de vue
  • Yvonne François, Le Togo, éd. Karthala, 2000, coll. Méridiens, 192 pages
  • Fulbert Sassou Attisso, La Problématique de l'alternance politique au Togo, éd. L'Harmattan, 2003, coll. Études Africaines
  • Jacques Rongier, Parlons Ewe une Langue du Togo, éd. L'Harmattan, 2004
  • Hilaire Dossouvi Logo, Lutter pour ses droits au Togo, éd. L'Harmattan, 2004, coll. Mémoires africaines, 156 pages

Codes

le Togo a pour code :

Voir aussi

Commons-logo.svg

Wikinews-logo.svg

Wikinews propose des actualités concernant « Le Togo ».

Articles connexes

Liens externes

Catégorie Togo de l’annuaire dmoz

  • Portail de l’Afrique Portail de l’Afrique

Ce document provient de « Togo ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 5V de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Auster J/5V Autocar — Auster J/5B Autocar Auster J/5F Aiglet Trainer …   Wikipédia en Français

  • Adalbero, V. (5) — 5V. Adalbero, Ep. (6. August). Der ehrwürdige Adalbero, aus dem gräflichen Geschlechte der Rheinfelder, war Bischof zu Worms und hatte den Herzog von Schwaben, nachmaligen Kaiser Rudolph, zum Bruder. Er verließ die Welt und nahm den Habit im… …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Albericus, V. (5) — 5V. Albericus, Mon. Cardin. (10. Mai, al. 17. Okt.) Der chrw. Alberich, später Cardinal vom Titel Quatuor Coronatorum, war zuvor Mönch auf Cassino gewesen, hatte aber dort durch seine Einsicht, Weisheit und andere vortreffliche Eigenschaften ein… …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Angela Maria Astorch, V. (5) — 5V. Angela Maria Astorch. Die ehrw. Angela Maria Astorch war zu Barcellona (Barchinona) i. J. 1592 geboren und trat später in den Orden der hl. Clara. Von früher Jugend an der Gottseligkeit ergeben und darauf bedacht, das Kleid der Unschuld rein… …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Benno, V. (5) — 5V. Benno (Benedictus), (3. Aug. al. 14. Aug.), Einsiedler in der Meinradszelle in Einsiedeln und später Bischof von Metz. Nachdem die Meinradszelle nach dem Tode des hl. Meinrad 44 Jahre lang unbewohnt geblieben war, ließ sich daselbst im J. 906 …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Carolus Caraffa, V. (5) — 5V. Carolus Caraffa, Fundator Congregationis piorum operariorum. (8. Sept.). Der ehrw. Carolus Caraffa, Priester und Sister der Congregation von Weltpriestern, die »frommen Arbeiter« genannt, stammte aus dem hohen Geschlechte der Herzoge von… …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Edmundus, V. (5) — 5V. Edmundus, (14. Aug.), Abt von Clairvaux, gestorben im J. 1552. (Buc. Suppl.) …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Emmanuel Trien, V. (5) — 5V. Emmanuel Trien, (17. Sept.), ein cochinchinesischer Priester und Martyrer, wurde im Anfange des Jahres 1755 von christlichen Eltern geboren. Anfangs widmete er sich dem Soldatenstande, in welchem er sich so sehr auszeichnete, daß ihm die… …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Fredericus, V. (5) — 5V. Fredericus, Mon. (6. Jan.) Dieser ehrw. Friedrich war ein geborner Graf von Verdun und verwandt mit dem Kaiser Heinrich dem Heiligen. Er schenkte sein ganzes Beßizthum an den bischöflichen Sitz der Stadt Verdun und trat mit dem Domdecan… …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Hildebertus, V. (5) — 5V. Hildebertus, (24. Mai, al. 2. 3. 31. Mai), Erzbischof von Mainz, welcher auch Hildibert, Hildibracht, Hiltiprecht, Hilperius, Hillibert, Hilwert und Heribert heißt, wird von einigen Schriftstellern »heilig«, von Andern dagegen »gottselig«… …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”