Trets

43° 26′ 51″ N 5° 41′ 01″ E / 43.4475, 5.68361111111

Trets
Vue de Trets
Vue de Trets
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Canton Trets (Chef-lieu)
Code commune 13110
Code postal 13530
Maire
Mandat en cours
Jean-Claude Feraud (UMP)
2008 - 2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays d'Aix
Site web http://www.ville-de-trets.fr/
Démographie
Population 10 239 hab. (2008)
Densité 146 hab./km²
Gentilé Tretsois
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 51″ Nord
       5° 41′ 01″ Est
/ 43.4475, 5.68361111111
Altitudes mini. 217 m — maxi. 810 m
Superficie 70,31 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Trets (en occitan provençal Tretz selon la norme classique ou Tres selon la norme mistralienne) est une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Tretsois.

Sommaire

Géographie

Accès et transports

Chef-lieu de la Haute Vallée de l'Arc, Trets se situe au sud de la Montagne Sainte Victoire, au pied du Mont Olympe, dans la vallée de l'Arc. Il faut 25 minutes pour aller à Aix-en-Provence et 45 minutes pour aller à Marseille.

Relief

Géologie

Sismicité

Hydrographie

Climat

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la periode 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,2 12,6 15,3 17,7 22,2 26,1 29,5 29,2 25,3 20,3 14,7 12,0 19,7
Températures moyennes (°C) 7,1 8,3 10,7 13,1 17,4 21,1 24,1 24,0 20,4 16,0 10,8 8,1 15.1
Températures minimales (°C) 3,0 3,9 6,0 8,5 12,6 16,0 18,7 18,7 15,5 11,6 6,8 4,1 10,5
Précipitations (hauteur en mm) 54 44 40 58 41 25 13 31 61 85 51 52 554,5
Source: Météo France[1] / Station de Marignane

Histoire

Néolithique et protohistoire

Le territoire de Trets est occupé par l'Homme dès le Néolithique. Plusieurs stations existent sur des monticules naturels dans la plaine de l'Arc. Vers 4000 av. J.-C. (datations selon les dernières découvertes archéologiques à la station de Pierre Longue) se développe le faciès culturel du chasséen de Trets.

Durant la protohistoire, plusieurs sites sont occupés, comme la Baume de Onze Heure dans le Mont Olympe, ou encore l'oppidum de l'Olympe. Si les populations de l'âge du fer sont très probablement entrées en contact avec les Grecs de Massalia à partir du VIe s. av. J.-C., il n'y a aucune preuve matérielle de la fondation d'une colonie grecque à cette époque à Trets.

Antiquité et haut Moyen Âge

En 102 av. J.-C., 20 ans après l'arrivée des Romains dans la région, le général Marius arrête les Cimbres et les Teutons dans la Plaine de l'Arc, entre Aix-en-Provence et Pourrières. Dès le Ier s. av. J.-C., la Gaule narbonnaise est romanisée et apparait la civilisation dite gallo-romaine. Plusieurs villae s'implantent dans la plaine de l'Arc. Ces implantations sont favorisées par la proximité de la via aurelia, qui relie Rome à le Gaule narbonnaise.

L'Antiquité tardive et le haut Moyen Âge ne laissent que peu de traces. Quelques villae sont réoccupées entre les IVe et VIe siècles. Il faut aussi mentionner la légende de la fondation de l'ermitage de Saint-Jean-du-Puy à cette époque par Cassien, en lieu et place d'un ancien temple païen dédié à Diane, déesse de la chasse.

Moyen Âge

La ville de Trets apparait dans l'histoire au Xe siècle. En 950, le roi de Bourgogne-Provence Conrad dit le Pacifique (937-993) donne le fisc de Trets à l'un de ses proches, Arlulf, probablement fils du comte de Vienne. Ce fisc s'étend sur toute la haute Vallée de l'Arc, entre la Montagne Sainte Victoire et les Monts Auréliens, Olympe et Regagnas. Les descendants d'Arlulf de Marseille deviennent vicomtes de Marseille. Ils possèdent alors un immense domaine comprenant 21 communautés entre Sainte-Victoire et La Ciotat, sans compter Marseille, Toulon et leurs possessions de l'est de la Provence. Rapidement, les vicomtes donnent de nombreuses terres aux moines bénédictins de l'abbaye Saint-Victor de Marseille, qui devient l'une des principales puissances de la région, tant du point de vue temporel que spirituel.

Deux agglomérations existent alors sur le territoire de Trets. La première se développe autour du Château d'Arlulfe (ou Château-Arnoux, castrum arnulfo en latin), appelé aussi castrum de Saint-Michel. Cette fortification perchée sur une colline au pied de l'Olympe est le siège du pouvoir des vicomtes à Trets. Une chapelle, dédiée à saint Michel, y est consacrée en 1051. Plus bas, dans la plaine, et plus proche des terres cultivables et des voies commerciales, se trouve l'agglomération de Trets à proprement parlé, autour de l'église paroissiale Notre-Dame-de-Nazareth, peut-être bâtie à l'emplacement ou non loin d'un établissement antique ou paléochrétien. L'abbaye Saint-Victor de Marseille installe un couvent à l'ouest de cette agglomération vers 1056, année où est consacrée l'église de la Trinité.

A la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, une branche de la famille vicomtale obtient entre autres le fief de Trets. C'est à cette époque que sont construits les premiers bâtiments du château de Trets, qui sera agrandi plusieurs fois. C'est la construction militaire la plus importante de la haute Vallée de l'Arc au Moyen Âge. Le château possède encore des machicoulis et des archères, et était couronné d'une plateforme crènelée.

Les habitants de Trets forment rapidement une communauté. Cette institution, ancêtre de l'actuelle commune, est connue dès le début du XIIIe siècle, époque où le seigneur Burgondion d'Agoult confirme certains droits et privilèges aux habitants. Les chefs des familles de Trets se réunissent lors de l'assemblée générale de la communauté, pour désigner leurs représentants (syndics puis consuls). C'est à cette époque qu'est fondée la chapelle Saint-Martin de Vidols par les moines hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, sur la route de Peynier, à l'ouest de la ville. Un faubourg apparaît très vite autour de cette chapelle, et des conflits naissent entre les moines bénédictins du couvent de la Trinité et les Hospitaliers de Saint-Martin. Mais à la fin du Moyen Âge, le faubourg décline et les Hospitaliers délaissent la chapelle.

Au XIVe siècle, la fréquence des guerres et des conflits poussent les habitants à munir la ville d'un rempart. Il sera plusieurs fois remanié ou reconstruit. Sur les huit tours et les quatre portes qu'il comprenait, il ne reste que quatre tours et les portails de Saint-Jean (également appelé d'Amont ou de Notre-Dame de Nazareth) et de Pourrières. Le portail de Puyloubier et celui de Clastre ont été démolis au XIXe siècle. Fait exceptionnel, une partie du fossé, large de plusieurs mètres, est encore visible depuis le boulevard Vauban.

En 1363, le pape Urbain V, ancien abbé de Saint-Victor, fonde à Trets un studium (ou collège) pontifical destiné à former des juristes pour les institutions pontificales qui se trouvent alors à Avignon. Le studium accueille très vite une centaine d'étudiants. Mais deux ans plus tard, suite à une épidémie de peste en basse Provence, il est transféré à Manosque.

Trets est alors une des villes les plus importantes de Provence. Une communauté juive conséquente y vit également, dans la carreira judicaia, laquelle était dotée d'une synagogue. Dans cette carreira judicaia, actuelle rue Paul Bert, une grande maison romane du XIIe ou du XIIIe siècle est encore bien visible, avec trois portes à arcs brisés, et une baie de fenêtres géminées au premier étage. Si la tradition populaire fait de ce bâtiment la synagogue, il semble plutôt que ce soit la maison d'un riche notable de Trets.

Temps modernes

À partir du XVIe siècle, Trets connait une période de déclin. Au XVe siècle, le Château d'Arlulfe est définitivement abandonné tant par les seigneurs que par les habitants. Seule y subsiste une cellule d'ermitage qui continue à desservir la chapelle Saint-Michel. De même, le faubourg de Saint-Martin disparaît également. Il ne reste plus que la ville de Trets à proprement parler. En 1536, l'empereur Charles Quint envahit la Provence. François Ier, roi de France, n'ayant pas les moyens d'arrêter cette invasion, donne l'ordre de la retraite et demande aux habitants de détruire les récoltes et de vider leurs greniers pour empêcher l'ennemi de se ravitailler. Trets refuse d'obéir à cet ordre. Pour faire exécuter la volonté du roi, le maréchal de Bonneval fait pointer deux pièces d'artillerie sur les remparts. Les soldats pénètrent dans les maisons les unes après les autres, détruisent les récoltes, tuent le bétail, vident les greniers. Lorsque les Autrichiens arrivent, ils mettent le feu à quelques maisons. C'est le sac de Trets, appelé "Bassacagi de Tres".

En 1590, pendant les Guerres de Religion, Trets est de nouveau assiégée. Le seigneur d'Ampus, protestant, campe devant la ville. C'est le seigneur de Carcès, catholique, qui vient délivrer la ville. Les deux armées livrent bataille à Peynier dans la nuit du 29 juillet 1590.

C'est au milieu du XVIe siècle que les derniers descendants des vicomtes de Marseille vendent la baronnie de Trets à Christophe de Foresta, médecin du roi. Jusqu'au début du XVIIIe siècle, plusieurs coseigneurs se partagent les droits seigneuriaux sur Trets. Ces coseigneurs appartiennent aux familles de Foresta, de Covet ou de Gaufridy. Selon plusieurs historiens les Gaufridy, barons de Trets, descendraient d'ailleurs des vicomtes de Marseille.

Au XVIIe siècle, Trets se relève de ses ruines. Des tanneries et des manufactures de drap se développent et y prospèrent. Christophe Veyrier, sculpteur élève de Pierre Puget, fait ouvrir une carrière de marbre à Saint-Jean-du-Puy. Il est l'auteur du retable en marbre de Carrare de l'église paroissiale Notre-Dame-de-Nazareth.

Héraldique

Armes de Trets

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'argent, à trois trèfles de sinople 2 et 1.

Administration

Liste des maires de Trets
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Jean-Claude Feraud UMP  

Intercommunalité

Communauté d'agglomération du Pays d'Aix (CPA).

Jumelage

Population et société

Démographie

Évolution démographique
(Source : Ehess[2] et INSEE[3])

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 650 2 717 2 483 2 634 3 014 3 010 3 039 3 028 2 656
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 890 2 910 2 859 2 794 3 285 2 986 2 821 2 595 2 518
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 722 2 710 2 659 2 712 2 965 2 903 2 624 2 553 2 640
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007  
2 957 3 250 3 674 4 735 7 900 9 314 10 033 10 136[4]  

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Sport

On trouve sur la commune plusieurs club de sport comme : judo, box et football.

Éducation

Trois écoles maternelles :

- Les Colombes (Directrice : Mme Sablayrolles)

- Sainte Anne (Directrice : Mme Gola)

- Saint Jean (Directrice : Mme Jourdan)(Site web : http://www.em-saint-jean-trets.ac-aix-marseille.fr/spip/)

Quatre écoles élémentaires :

- Edmond Brun (Directrice : Mme Bouix)

- Jean Moulin (Directrice : Mme Cavailles)(Site web : http://www.ec-jean-moulin-trets.ac-aix-marseille.fr/spip/)

- Saint Jean (Directeur : M. Groff)(Site web : http://www.ec-saint-jean-trets.ac-aix-marseille.fr/spip/)

- Victor Hugo (Directeur : M. Fagot)(Site web : http://aixest.free.fr/elemhugo1/)

Horaires de garderie dans toutes les écoles : de 7h45 à 8h20 et de 16h30 à 18h00

Circonscription Garlaban

M. Pierre BLACHE - Inspecteur de l'Education Nationale

Ecole Jean Moulin - Avenue Fernand Chauvin

Tél. : 04.42.54.29.70 - Fax : 04.42.54.30.97

Secrétariat : Melle Muriel QUEYREL

Lundi-Mardi-Jeudi-Vendredi : de 8h00 à 17h00

Mercredi : de 8h00 à 12h00

Site web : http://www.garlaban.ien.13.ac-aix-marseille.fr/spip/

Un collège : Les Hauts de l'Arc (Principal : M. Keller)

Site web : http://www.clg-arc.ac-aix-marseille.fr/spip/

Santé

Cultes et religions

Trets appartient à l'unité pastorale des Monts Auréliens Sainte Victoire. http://saintevictoire.paroisse.fr/accueil/presentation/

Environnement

Manifestations culturelles et festivités

  • Marché tous les mercredis matin
  • Marché « paysan » le samedi matin d'avril à septembre
  • Foire de Printemps à la mi-mars (en général le deuxième week-end de mars)
  • Pèlerinage à Saint Jean du Puy le 1er mai
  • Fête de la musique au village de Trets le 21 juin
  • Fête et feu de la Saint Jean le 24 juin
  • Foire à la brocante au mois de juillet
  • Cavalcade Saint Eloi le 14 juillet
  • Foire de la Saint-Barthélémy au mois d'août
  • Messe de la nuit de Noël avec procession aux flambeaux

Personnalités liées à la commune

  • Raimbaud de Reillanne, archevêque d'Arles ;
  • Bertrand Bezaudun, archevêque de Gênes de 1349 à 1358 ;
  • Christophe Veyrier, né le 26 janvier 1637 à Trets, décédé en juin 1689 (sculpteur), neveu et élève de Pierre Puget ;
  • Jean-Jacques Clérion, né en 1639 à Trets, décédé à Paris le 28 août 1714 (sculpteur du roi) ;
  • Jean-Baptiste Cadry (1680-1736) prêtre et théologien ;
  • Victor Valérian, né le 29 mai 1854 à Trets, docteur en médecine de la Faculté de Paris, médecin de l'hôpital et du dispensaire de Salon-de-Provence ;
  • Urbain Dubois, né le 26 mai 1818 à Trets, décédé le 14 mars 1901 à Nice, cuisinier du roi de Prusse. Il a publié La cuisine classique, puis École des cuisinières en 1869 ;
  • Monseigneur Chaillan (1858-1937) auteur du livre Recherches archéologiques, historiques sur Trets et sa vallée en 1893, et de divers ouvrages scientifiques portant sur l'histoire et l'archéologie provençale ;
  • Fernand Chauvin, instituteur et directeur d'école, passionné d'archéologie, a écrit en 1958 un livre documentaire : Trets et sa région.

Économie

Culture et patrimoine

Le château féodal.
  • Le château féodal, ses remparts, ses quatre tours et ses deux tours-portes carrées.
  • L'église Notre-Dame-de-Nazareth, style roman provençal, l'église datant avant l'an 1000, est classée comme monument historique, dernier classement en 1945, ce qui a permis la restauration du clocher de 1952 à 1953 .
  • La chapelle de Saint-Jean du Puy, un ancien ermitage situé à 658 m d'altitude (site classé).
  • La cité médiévale, ses porches, ses ruelles, avec son ancienne synagogue, le trou de madame Lion, son passage à chicane, ses fenêtres géminées...(site classé)
  • Le Couvent des Minimes et sa génoise à cinq rangs. Une particularité très rare, témoin des richesses du seigneur
Tour de l'ermitage de St Jean du Puy.

Films liés à la commune

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Trets de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Trets — Trets …   Deutsch Wikipedia

  • Trets — País …   Wikipedia Español

  • TRETS — (Heb. טְריץ), town in the department of Bouchesdu Rhone, S. France. Jewish sources indicate that a Jewish community, which included some scholars, existed there at least from 1269. The non Jewish sources mention the protection given by the lords… …   Encyclopedia of Judaism

  • Trets — (spr. Träh). Stadt im Arrondissement Aix des französischen Departements Rhônemündungen, unweit der Arc; 3000 Ew. Hier Sieg des Marius über die Teutonen 102 n. Chr., meist Schlacht von Aquae Sextiae (Aix) benannt …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Trets — (spr. trǟ), Stadt im franz. Depart. Rhonemündungen, Arrond. Aix, 261 m ü. M., unweit des Arc und an der Mittelmeerbahn, hat eine Kirche aus dem 12.–14. Jahrh., alte Ringmauern mit Türmen, ein Schloß (17. Jahrh.), Braunkohlenbergbau, Marmorbrüche …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Trets — French commune nomcommune=Trets and vineyards, seen from the slope south of Trets région=Provence Alpes Côte d Azur département=Bouches du Rhône arrondissement=Aix en Provence canton=Trets insee=13110 cp=13530 maire=Roger Tassy mandat=2001 2008… …   Wikipedia

  • Trets — Original name in latin Trets Name in other language Tre, Trets, Tretz, te lei, Тре State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 43.44818 latitude 5.68328 altitude 247 Population 9734 Date 2011 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Trets — Tres n. de l. Trets Bouches du Rhône …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • Studium de Trets — Trets se blasonne D argent, à trois trèfles de sinople 2 et 1[1] Le studium de Trets est un collège fondé par Urbain V. Situé dans la vallée de l Arc, il reçut, entre le …   Wikipédia en Français

  • Canton De Trets — Situation du canton de Trets dans le département Bouches du Rhône Administration Pays France …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”