Arlulf de Marseille

Arlulfe de Marseille

Arlulfe de Marseille
Arlulfe
Dynastie Vicomtes de Marseille
Naissance Vers 920
Royaume d’Arles
Décès 964
Provence occidentale.
Pays Royaume d’Arles
Titre Seigneur de Marseille et de Trets
(949 - 964)
Successeur Pons de Marseille
Enfant de Thibert II d’Arles
et de
Aimenrade
Conjoint Odoara

Arlulfe de Marseille, ou Arlulf, est né vers 920 certainement dans le Viennois et mort vers 964 vraisemblablement en Provence occidentale.

Arlulf de Marseille vivant au Xe siècle est seigneur de Marseille et de Trets. Installé par le roi d’Arles, Conrad, avec l’accord d’Otton Ier du Saint-Empire. Il s’empare de l'évêché de Marseille et le donne au frère de son gendre, Honoratus de Marseille. Il allie ainsi les pouvoirs temporel et spirituel. Arlulf est l'un des ancêtres des vicomtes de Marseille et peut être considéré comme le premier d'entre eux, même s'il semble ne pas en avoir le titre.

Sommaire

Sa famille

D'après une historiographie ancienne, Arlulf est le fils du comte Thibert II d’Arles, seigneur de 925 à 942 et d’Aimenrade. La vie de son grand-père Thibert dit d’Avignon, comte d’Arles, est plus connue.

Arlulf appartient donc à l'aristocratie franque installée en Provence à l'époque carolingienne. Il est originaire du Viennois, où son arrière-grand-père, Arnoux de Vienne était comte[1].

Les derniers travaux sur la famille de Marseille[2] remettent en cause son ascendance comtale et attribuent son installation en Provence à l'influence du roi Conrad III de Bourgogne, dont Arlulf est l’homo, le vassal.

Biographie

Seigneur de Marseille

Arlulf vient en Provence avec Conrad dit le Pacifique.

La situation de Marseille et de la Provence est catastrophique avant que Conrad ne réorganise le sud de son royaume. Les derniers Carolingiens tout entier tournés vers l'Italie n'hésitent pas à traiter avec les bandes de Sarrasins lorsque leurs ambitions le nécessitent. Ces derniers, peu nombreux, n’ont rien à voir avec la brillante société d’Al-Andalus. Ils dévastent le sud de la France. Les populations urbaines se recroquevillent derrière de fragiles fortifications. Les marins et les marchands sont attaqués par des pirates ou des brigands. Les petits seigneurs locaux ne disposent pas d’une organisation militaire apte à se mesurer à l’envahisseur. Les populations locales après la fuite des ecclésiastiques connaissent un total désarroi et sont bien incapables de résister. Ils sont parfois vendus comme esclaves[3].

Dès 949, Conrad, dit le Pacifique, appuyé par Otton Ier du Saint-Empire[4], réussit à faire reconnaître sa suzeraineté sur l'ancien royaume de Provence. Conrad affirme son autorité en créant le marquisat de Provence et en nommant trois comtes et des vicomtes. Le roi Conrad, nouveau suzerain de Provence, installe trois comtes sur ses terres, un à Apt (Griffon), un à Avignon et un à Arles, En dessous d'eux, Conrad nomme deux vicomtes pour les seconder, Nivion à Cavaillon et Arlulfe à Marseille.

Arlulfe reçoit en 949, des mains du roi Conrad III de Bourgogne, la vicomté de Marseille, sous la condition de foi et hommage au comte d'Arles Rothbold [5]. Cela apparaît dans un précepte du 18 août 950, des donations des terres fiscales et des droits publics du val de Trets. Le roi ne qualifie pas Arlulfe, il n’est donc pas vicomte, contrairement à certaines légendes. Il lui concède seulement une dépendance de la manse comtale de Marseille, sise au comté d’Aix-en-Provence, c'est-à-dire le domaine de Trets avec la tour et tout ce qui en dépend [6]. Ce fisc s'étend sur toute la haute Vallée de l'Arc, entre la Montagne Sainte Victoire et les Monts Auréliens, Olympe et Regagnas. Toutefois il exerce des fonctions importantes et il est peut-être possible qu’il soit appelé vicomte à la fin de sa vie[7].

La ville de Trets apparaît donc dans l'histoire au Xe siècle. Arlulf fait restaurer la tour de Trets, mais également bâtir un château-fort et des maisons pour ses sujets et une chapelle dédiée à Saint-Michel.

Arlulfe est très présent à la cour d’Hugues d'Arles, son cousin[8], mais il n’est pas vicomte. Ses descendants au XIe siècle parlent de nobilissimus miles en parlant de lui et de son fils[9]. Ce sont des chevaliers qui mettent leur épée au service de Dieu, deviennent évêques et bénéficient donc d’un soutien total de l’Église.

L'évêché

Les deux tours de l’abbaye Saint-Victor de Marseille.

Dés son investiture en 948, Arlulf de Marseille, beau-père du premier vicomte de Marseille annexe l'évêché et le donne à un frère de son gendre, Honoratus de Marseille. Cet Honorat est nommé évêque dès le 7 octobre 948, dans un échange entre Theusinde, l'archevêque Manassès et le chapitre d'Arles[10].

L'évêque, alors, rentre en ville et s'applique à ressaisir les biens de son église. Il entreprend de reconstituer Saint-Victor, il lui rend les bâtiments qu'il a quittés et lui fait restituer par les comtes de Provence les biens usurpés jadis par les comtes francs. Honorat commence la reconstruction de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille détruite par les Sarrasins. Il y rétablit la vie monastique et donne des abbés aux religieux qu'il y introduit.

Arlulf de Marseille a donc un pouvoir temporel et spirituel sur Marseille et le pays de Trets. À une époque où l’idée de nation ou d’état provençal n’existe pas[11]. Cela va lui permettre de résister aux envahisseurs et surtout d’administrer la cité et sa terre, sans rencontrer trop d’oppositions.

Les Sarrasins

En 923 - Arlulf de Marseille vient de naître - les Sarrasins venant du Djabal al Kilal[12] dévastent l’abbaye Saint-Victor de Marseille et le territoire marseillais. Toutefois à partir de 950, la situation se stabilise.

Arlulf de Marseille ne semble pas avoir lutté, comme ses fils, contre les Sarrasins. En 953-955 l’empereur Otton essaie de débarrasser la Provence des Sarrasins par des négociations entreprises auprès du calife de Cordoue. Cette action diplomatique demeure sans effet[13]. Mais l'armée musulmane qui attaque les Alpes à cette époque épargne la Provence occidentale[14].

Néanmoins, vers 964, année de la mort d'Arlulf de Marseille, témoignage d’une certaine confiance revenue, l’on voit des négociants grecs s’installer auprès du port de Marseille, et ouvrir des magasins pour le commerce des laines[15].

Du fait de cette paix nouvelle qui règne entre les Provençaux à la mort d’Arlulf de Marseille, sa famille contribue à chasser les Sarrasins de la Provence et des Alpes, sous les ordres du comte de Provence, Guillaume le Libérateur.

Descendance

Arlulf de Marseille est à l'origine de la dynastie vicomtale de Marseille. Les descendants de sa fille seront pendant plusieurs générations soit évêque soit vicomtes de Marseille. Ils possèdent alors un immense domaine comprenant 21 communautés entre la Montagne Sainte-Victoire et La Ciotat, sans oublier Marseille, Toulon et leurs possessions de l'est de la Provence.

Arlulf de Marseille se marie avec Odoacre. Ils sont les parents de :

Notes et références de l'article

  1. Phantoms of Remembrance : memory and oblivion at the end of the first millennium / Patrick Geary J, p.76 et Olivier d’Hauthuille, Héraldique et généalogie 89.I.160, généalogie tirée des ouvrages de Georges de Manteyer, La Provence du premier au douzième siècle, études d'histoire et de géographie..., de Juigné de Lassigny, Généalogie des vicomtes de Marseille..., de Fernand Cortez, Les grands officiers royaux de Provence au moyen-âge listes chronologiques..., de Papon, de Louis Moréri, du marquis de Forbin, Monographie de la terre et du château de Saint-Marcel, près Marseille : du Xe au XIXe siècle..., du président J. Berge, Origines rectifiées des maisons féodales Comtes de Provence, Princes d'Orange..., de Poly, La Provence et la société féodale (879-1166), Paris, 1976, Saillot, Le Sang de Charlemagne... Sources également sur les vicomtes de Marseille : Édouard Baratier, Ernest Hildesheimer et Georges Duby, Atlas historique... et le tableau de Henry de Gérin-Ricard, Actes concernant les vicomtes de Marseille et leurs descendants...
  2. MAZEL, Florian, « Les Comtes, les grands et l'Église en Provence autour de l'an Mil », Le Royaume de Bourgogne autour de l'an Mil, Université de Savoie, 2008.
  3. Sénac Philippe, Musulmans et Sarrasins dans le sud de la Gaule du VIIIe au XIe siècle, Le Sycomore, p.49 et 50.
  4. Revue bénédictine, de Abbaye de Maredsous, p.320.
  5. Florian Mazel, La noblesse et l'Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle, pages 31,32.
  6. Mémoires et documents, de Société de l'école des chartes, p.200.
  7. Titre de courtoisie.
  8. Phantoms of Remembrance  : memory and oblivion at the end of the first millennium / Patrick Geary J, p.76.
  9. The Chivalrous Society, de Georges Duby, p.107 et 108.
  10. Albanès, Ev. de Mars. n° 65.
  11. Sénac Philippe, Musulmans et Sarrasins dans le sud de la Gaule du VIIIe au XIe siècle, Le Sycomore, p.49.
  12. Le djabal al-kilal (de l’an 880 a l’an 973)
  13. Raoul Busquet - Histoire de Marseille, 1948, p.68.
  14. Sénac Philippe, Musulmans et Sarrasins dans le sud de la Gaule du VIIIe au XIe siècle, Le Sycomore.
  15. Raoul Busquet - Histoire de Marseille, 1948, p.72.

Articles connexes

Liens et documents externes

  • Portail de Marseille Portail de Marseille
  • Portail de l’Occitanie Portail de l’Occitanie
  • Portail de la Provence Portail de la Provence
  • Portail du Moyen Âge ancien Portail du Moyen Âge ancien
Ce document provient de « Arlulfe de Marseille ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arlulf de Marseille de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Arlulfe de Marseille — Pays Royaume d’Arles Titre Seigneur de Marseille et de Trets (949 964) Successeur Pons de Marseille Biographie Dynastie Vicomtes de Marseille …   Wikipédia en Français

  • Vicomtes de Marseille — Les vicomtes de Marseille sont une famille vicomtale dont l origine remonte au milieu du Xe siècle avec Arlulf de Marseille. Cette famille s éteint en 1216 avec Roncelin de Marseille, abbé de l Abbaye Saint Victor de Marseille, puis vicomte… …   Wikipédia en Français

  • Vicomtes de marseille — Les vicomtes de Marseille sont une famille vicomtale dont l origine remonte au milieu du Xe siècle avec Arlulf de Marseille. Cette famille s éteint en 1216 avec Roncelin de Marseille, abbé de l Abbaye Saint Victor de Marseille, puis vicomte… …   Wikipédia en Français

  • Pons de Marseille — Pays Royaume d’Arles Titre Premier des vicomtes de Marseille. (965 979) Successeur Guillaume de Marseille Biographie Dynastie Vicomtes de Marseille Naissance …   Wikipédia en Français

  • Guillaume de Marseille — Pays Marseille Titre vicomte de Marseille (972 1004) Successeur Guillaume II de Marseille Autres fonctions Moine à la fin de sa vie Biographie Dynastie …   Wikipédia en Français

  • Honorat de Marseille — Nom de naissance Honorat de Marseille Naissance Vers 930 Vicomté de Marseille Décès 6 février 976 (à 46 ans) Vicomté de Marseille Nationalité Provence Profession …   Wikipédia en Français

  • Honoratus de Marseille — Honorat de Marseille Honorat de Marseille Nom de naissance Honorat de Marseille Naissance Vers 930 Vicomté de Marseille Décès 6 février 976 (à 46 ans) Vicomté de Marseille Nationalité Provence Profession(s) …   Wikipédia en Français

  • Guillaume II de Marseille — Pays Provence Titre vicomte de Marseille (1004 1031) Prédécesseur Guillaume de Marseille Successeur Guillaume III de Marseille Geoffroy Ier de Marseille Biographie …   Wikipédia en Français

  • Marseille — Pour les articles homonymes, voir Marseille (homonymie). 43° 17′ 47″ N 5° 22′ 12″ E …   Wikipédia en Français

  • Pons de Fos — Blason des seigneurs de Fos Pays Provence Titre Seigneur de Fos (960 1025 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”