Salomé (fille d'Hérodiade)


Salomé (fille d'Hérodiade)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salomé.

Dans la Bible chrétienne, Salomé est l'héroïne d'un épisode des Évangiles de Matthieu (14:1-12) et Marc (6:14-29) qui a souvent inspiré les peintres, les écrivains et les auteurs lyriques : fille d'Hérodiade, elle danse devant Hérode Antipas, son beau-père. Charmé, celui-ci lui accorde ce qu'elle veut. Sur le conseil de sa mère, elle réclame alors la tête de Jean-Baptiste, qu'Hérode Antipas apporte sur un plateau.

Chez Flavius Josèphe Salomé est la fille d'Hérodiade et d'Hérode Philippe Ier. Elle épouse en première noces son oncle (le demi-frère de son père) Hérode Philippe II, puis Aristobule III roi de Petite Arménie.

Elle décéde vers 72.

Sommaire

Flavius Josèphe

Salomé n'est pas nommée dans les Évangiles, où elle est désignée simplement comme « la fille d'Hérodiade » (ou d'Hérodias selon les traductions).

C'est Flavius Josèphe qui parle de « Salomé », fille d'Hérodiade et d'Hérode Philippe Ier[1]. Sa mère quitte son mari Hérode Philippe Ier pour se marier avec le frère de celui-ci, Hérode Antipas, qui est tétrarque de Galilée. Flavius Josèphe évoque un comportement contraire aux lois nationales, sans dire exactement de quoi il s'agit. Il précise la généalogie de Salomé en ces termes :

Quant à Hérodiade leur sœur, elle épousa Hérode, qu'Hérode le Grand avait eu de Mariamne, la fille du grand-pontife Simon ; et ils eurent pour fille Salomé, après la naissance de laquelle Hérodiade, au mépris des lois nationales, épousa, après s'être séparée de son mari encore vivant, Hérode, frère consanguin de son premier mari qui possédait la tétrarchie de Galilée. Sa fille Salomé épousa Philippe, fils d'Hérode, tétrarque de Trachonitide, et comme il mourut sans laisser d'enfants, elle épousa Aristobule fils d'Hérode, frère d'Agrippa; elle en eut trois fils : Hérode, Agrippa, Aristobule.

Le récit évangélique

Dans les Évangiles, Jean-Baptiste dénonce le remariage d'Hérodiade avec Hérode Antipas et c'est pour cette raison qu'il est emprisonné.

L'Évangile selon Matthieu, 14:3-11 [2], indique :

Car Hérode, qui avait fait arrêter Jean, l’avait lié et mis en prison, à cause d’Hérodias, femme de Philippe, son frère, parce que Jean lui disait : « Il ne t’est pas permis de l’avoir pour femme. » Il voulait le faire mourir, mais il craignait la foule, parce qu’elle regardait Jean comme un prophète. Or, lorsqu’on célébra l’anniversaire de la naissance d’Hérode, la fille d’Hérodias dansa au milieu des convives, et plut à Hérode, de sorte qu’il promit avec serment de lui donner ce qu’elle demanderait. À l’instigation de sa mère, elle dit : « Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean-Baptiste. » Le roi fut attristé ; mais, à cause de ses serments et des convives, il commanda qu’on la lui donne, et il envoya décapiter Jean dans la prison. Sa tête fut apportée sur un plat, et donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère.


L'Évangile selon Marc, 6:17-28 [3], indique :

Car Hérode lui-même avait fait arrêter Jean, et l’avait fait lier en prison, à cause d’Hérodias, femme de Philippe, son frère, parce qu’il l’avait épousée, et que Jean lui disait : « Il ne t’est pas permis d’avoir la femme de ton frère. » Hérodias était irritée contre Jean, et voulait le faire mourir. [...] Un jour propice arriva, lorsque Hérode, à l’anniversaire de sa naissance, donna un festin à ses grands, aux chefs militaires et aux principaux de la Galilée. La fille d’Hérodias entra dans la salle ; elle dansa, et plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille : « Demande-moi ce que tu voudras, et je te le donnerai. » Il ajouta avec serment : « Ce que tu me demanderas, je te le donnerai, fût-ce la moitié de mon royaume. » Étant sortie, elle dit à sa mère : « Que demanderai-je ? » Et sa mère répondit : « La tête de Jean-Baptiste. » Elle s’empressa de rentrer aussitôt vers le roi, et lui fit cette demande : « Je veux que tu me donnes à l’instant, sur un plat, la tête de Jean-Baptiste. » Le roi [...] envoya sur-le-champ un garde, avec ordre d’apporter la tête de Jean-Baptiste. Le garde alla décapiter Jean dans la prison, et apporta la tête sur un plat. Il la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère.

Légendes

Selon un texte apocryphe, la Lettre d'Hérode à Pilate, Salomé mourut en passant sur un lac glacé : la glace se brisa et elle tomba jusqu'au cou dans l'eau. La glace se reforma autour de son cou, laissant apparaître sa tête comme posée sur un plateau d'argent. On situe généralement cette légende au lac de Barbazan (Haute-Garonne), près de Saint-Bertrand de Comminges. Selon Flavius Josèphe, Hérode aurait été exilé à Lugdunum près de l'Espagne[4], ce qui correspond à l'ancienne Lugdunum Convenarum. Hérodiade elle-même apparaît dans diverses légendes pyrénéennes comme un personnage maléfique[5].

Adaptations

Peinture

Au XVe siècle, le personnage de Salomé a inspiré plusieurs maîtres des écoles allemande et flamande, parmi lesquels Rogier van der Weyden, Memling et Cranach l'Ancien. L'école italienne reprend également ce thème, notamment Botticelli, Sebastiano del Piombo, le Titien, le Caravage, Battistello Caracciolo, Guido Reni, le Guerchin ou Carlo Dolci. Certains de ces artistes, en particulier le Titien et le Caravage, consacrent plusieurs toiles à Salomé.

Au XIXe siècle, Gustave Moreau consacre lui aussi plusieurs tableaux et dessins à Salomé, entre autres Salomé dansant devant Hérode, 1876, (Los Angeles, The Armand Hammer Museum of Art & Collection), Salomé au Jardin, 1878-1885, aquarelle, (Le Caire, musée Mahmoud-Khalil), Salomé en prison et L'Apparition. De même, Aubrey Beardsley réalise plusieurs illustrations lors de la parution de la pièce d'Oscar Wilde, Salomé. Parmi les autres artistes inspirés par ce thème, on pourra citer Gustave Doré, Henri Regnault, James Tissot, Maurycy Gottlieb, Lovis Corinth, Franz von Stuck ou Gustav-Adolf Mossa.

Littérature et musique

Si le personnage de Salomé reste une figure mineure du Nouveau Testament, sa postérité littéraire est importante. Au Moyen Âge, c'est essentiellement à des fins d'édification que la jeune fille apparaît dans les récits littéraires. Dans La légende dorée de Jacques de Voragine, par exemple, Salomé la pécheresse, qui a obtenu la tête de Jean Le Baptiste est sévèrement punie pour son acte indigne : elle meurt, soit engloutie par la terre, soit anéantie par le souffle de la bouche du saint qu'elle a fait tuer. Mais c'est essentiellement au XIXe siècle, sous l'influence allemande de Heinrich Heine, que Salomé va devenir véritablement un mythe littéraire, qui influence de nombreux auteurs. L'occurrence la plus fameuse se retrouve chez Flaubert, dans le troisième de ses contes, Hérodias. Mais la figure biblique fascina aussi Huysmans, qui évoque, au chapitre V de son romans A rebours, le célèbre tableau de Gustave Moreau, Apparition (1876). C'est donc plutôt en fin de siècle, associé à la littérature dite décadente, que le mythe prend de la force. Parmi les figures de Salomé célèbres en littérature, il faut compter avec celle de Mallarmé dans son poème inachevé Les Noces d’Hérodiade, celle deThéodore de Banville dans son poème Hérodiade, extrait du recueil Les Princesses (1874, celle, parodique, de Jules Laforgue, dans son ouvrage Moralités légendaires. Mais c'est sans doute l'anglais Oscar Wilde qui donne la figure la plus fameuse du mythe, dans sa pièce Salomé. Au XXe siècle, Apollinaire trouve dans le personnage évangélique un thème poétique majeur, tandis que Michel Leiris, dans son autobiographie L'Âge d'homme, rapproche la figure biblique de sa tante Lise, laquelle a interprété le rôle de Salomé dans l'opéra de Richard Strauss.

Salomé en littérature

Salomé en musique

Cinéma

Divers

Sources

Notes et références

  1. Antiquités judaïques, livre 18, V, 4
  2. Traduction de Louis Segond, disponible sur Wikisource.
  3. Traduction de Louis Segond, disponible sur Wikisource.
  4. Flavius Josèphe, Guerre des Juifs et Antiquités judaïques
  5. Bernard Duhourcau, Guide des Pyrénées mystérieuses, Tchou, éd. 1985.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Salomé (fille d'Hérodiade) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Salome aux sept voiles — Salomé (fille d Hérodiade) Pour les articles homonymes, voir Salomé. Lucas Cranach l Ancien Dans la Bible …   Wikipédia en Français

  • Salomé aux sept voiles — Salomé (fille d Hérodiade) Pour les articles homonymes, voir Salomé. Lucas Cranach l Ancien Dans la Bible …   Wikipédia en Français

  • Salome (film, 1953) — Salomé (film, 1953) Pour les articles homonymes, voir Salomé (homonymie). Salomé Titre original Salome Réalisation William Dieterle Acteurs principaux Rita Hayworth Stewart Granger …   Wikipédia en Français

  • Salome — Salomé Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Salomé (grec Σαλωμη, d après l hébreu שלומית Shlomit, à l exception de la reine Salomé, dont le nom hébraïque était Shlomtzion) est un prénom… …   Wikipédia en Français

  • Salomé (homonymie) — Salomé Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Salomé (grec Σαλωμη, d après l hébreu שלומית Shlomit, à l exception de la reine Salomé, dont le nom hébraïque était Shlomtzion) est un prénom… …   Wikipédia en Français

  • Salomé (film, 1953) — Pour les articles homonymes, voir Salomé (homonymie). Salomé Données clés Titre original Salome Réalisation William Dieterle Scénario …   Wikipédia en Français

  • Salomé — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Salomé (grec Σαλωμη, d après l hébreu שלומית Shlomit, à l exception de la reine Salomé, dont le nom hébraïque était Shlomtzion) est un prénom féminin qui… …   Wikipédia en Français

  • Salome (opera) — Salome (opéra) Salome Salomé Salomé avec la tête de saint Jean Baptiste, représentée par Le Titien …   Wikipédia en Français

  • Salome (opéra) — Salome Salomé Salomé avec la tête de saint Jean Baptiste, représentée par Le Titien (vers 1515), Galerie Doria Pamphilj, Rome …   Wikipédia en Français

  • Salomé (Richard Strauss) — Salome (opéra) Salome Salomé Salomé avec la tête de saint Jean Baptiste, représentée par Le Titien …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.