Jude (Évangiles)


Jude (Évangiles)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jude.

Jude (Ἰούδα Juda) est cité parmi les frères ("frère" ou "cousin", voir l'article Frères de Jésus) de Jésus de Nazareth dans les Évangiles de Matthieu (Mt 13,55) et de Marc (Mc 6,3) de Luc ainsi que dans les évangiles apocryphes comme par exemple l'Évangile de Thomas. L'Évangile attribué à Jean parlant des frères de Jésus mais sans en donner les prénoms.

Selon les traditions de l'Église catholique romaine, il faut le distinguer de Juda Thaddée ainsi que de l'apôtre Jude, qui seraient deux autres personnages.

Dans la tradition orthodoxe, Jude est l'un des douze Apôtres ainsi que le frère de Jésus, les deux ayant le même père Saint Joseph. Il est mentionné qu'il s'appelle aussi Thaddeus (forme Latine de Thaddée), mais qu'il ne faut surtout pas le confondre avec l'Apôtre Thaddée, l'un des soixante-dix disciples.

Il est parfois identifié à l'apôtre Jude Thaddée, et à l'auteur de l'Épître de Jude, une des épîtres catholiques du Nouveau Testament, dont l'auteur se dit « Jude, serviteur de Jésus Christ, frère de Jacques (peut-être Jacques le Juste, autre frère de Jésus) » (Ju v 1).

Ce n'est naturellement pas le même personnage que le célébre Juda Iskariot, « l'un des douze », qui est donné comme ayant trahi Jésus dans la plupart des Évangiles.

Sommaire

Un, deux ou trois personnages ?

La notoriété de Jude semble avoir souffert de plusieurs des caractéristiques de ce personnage qui ont été embarrassantes pour l'Église de Rome, puis l'Église catholique romaine. Ainsi, il perd sa qualité de "frère de Jésus" au Ve siècle, lorsque l'Église se range à l'avis que saint Jérôme avait émis 80 ans auparavant avant de l'abandonner pour une thèse meilleure selon lui. Il devient alors un vague cousin de Jésus, il avait déjà perdu auparavant sa qualité d'apôtre. Même sa qualité de membre du groupe des douze était contestée dès la fin du IIe siècle, ainsi qu'en témoignent les écrits d'Irénée de Lyon qui le mentionne comme un membre du groupe des soixante dix disciples, sans dire qu'il est « apôtre », ni qu'il figure dans les listes des douze disciples les plus proches de Jésus.

Le protévangile de Jacques témoigne du fait que dès le IIe siècle la qualité des "frères de Jésus" a embarrassé certaines des communautés chrétiennes, puisque son auteur tient à préciser que ces frères ne sont que des demi-frères ayant le même père saint Joseph et ayant des mères différentes. Dans l'état d'incertitude où se trouve l'ensemble du débat sur les personnes de Jésus/Îsâ, de ses frères (et sœurs), de ses disciples et des apôtres, que Jacques, Joseph, Jude, Simon et Jésus soient frères ou demi-frères, cela ne fait pas une grosse différence. Toutefois, cette prise de position semble motivée par des considérations plus théologiques qu'historiques. Il s'agit de faire de la naissance de Jésus un événement unique, ayant lieu par l'intermédiaire d'une femme exceptionnelle: la vierge Marie.

Article détaillé : Zélotes.

De plus Jude, comme d'autres frères de Jésus, présentent un énorme inconvénient, ils ont une certaine célébrité dans l'empire romain, mais certains sont réputés être des Zélotes. Un nom par lequel Jude est appelé, jusqu'au VIe siècle, par certains textes de la grande église de Rome, comme en témoigne par exemple le décret du Pape Gélase[1]. Ce décret est l'un des nombreux textes qui depuis la fin du IIe siècle tentent de définir quels textes sont canoniques, quels sont ceux que l'on doit cacher (voire détruire) et quels sont ceux qui sont intermédiaires à ces deux catégories. Dans le Décret du pape Gélase, la lettre de « l'apôtre Jude le zélote » est déclarée canonique. Elle figure d'ailleurs aujourd'hui encore dans le Nouveau testament.

Toutes les traditions chrétiennes lui reconnaissent la qualité de « frère de Jacques » (identifié comme frère de Jésus dans de nombreux textes et plusieurs fois dans le Nouveau testament) et de frère de Simon le Zélote autre frère de Jésus, qualifié de Zélote lui aussi.

Les différentes traditions

Selon les traditions de l'Église catholique romaine, il serait l'auteur de l'Épître de Jude[2],[3], il faut le distinguer de l'apôtre Jude et de Juda Thaddée..

Dans la tradition orthodoxe, Jude est l'un des douze Apôtres ainsi que le frère de Jésus, les deux ayant le même père Saint Joseph. Il est mentionné qu'il s'appelle aussi Thaddeus (forme Latine de Thaddée), mais qu'il ne faut surtout pas le confondre avec l'Apôtre Thaddée, l'un des soixante-dix disciples[4].

Selon la Tradition de l'Église nestorienne et d'autres églises orientales, Juda Thaddée est l'un des soixante-deux disciples, membre du groupe des douze et mérite le titre d'Apôtre, comme plusieurs autres personnages, dont le nombre n'est pas précisé[5].

Juda Thaddée (Addaï) et les traditions orientales

Article détaillé : Thaddée d'Édesse.

Pour les traditions des églises orientales et des écrits comme la Doctrine d'Addaï, la Chronique d'Arbèle ou L'histoire d'Abgar de Léroubna d'Édesse, Juda Thaddée s'appelle aussi Addaï et c'est un membre du groupe des douze disciples de Jésus Christ. Il porte le titre d'apôtre, en accord d'ailleurs avec ce qui est écrit dans les évangiles de Marc et de Matthieu[6]. Juda Thaddée (ou Addaï) aurait évangélisé Édesse, l'Adiabène et le sud du royaume d'Arménie, dès les années 30 et avant sa mort, vers 45. Deux autres apôtres, sont mentionnés comme évangélisant les mêmes régions en collaboration avec lui durant la même période: Thomas qui poursuit son action jusque vers la fin des années 60 et Bar Tulmay (ou Bar Tolmay, probablement Barthélemy) dont la date de mort n'est pas donnée.

Articles détaillés : Izatès II, Hélène d'Adiabène et Monobaze II.

Il faut noter que les trois territoires évangélisés était probablement à cette époque sous l'autorité de l'Adiabène, et que son roi Izatès II et toute sa famille, ainsi que le roi d'Édesse, Abgar V (peut-être son vassal) s'étaient tous les deux convertis au judaïsme quelques années auparavant. Toutes ces sources indiquent que ces deux rois ont accueilli la prédication des trois apôtres de façon bienveillante.

Poursuite des « Davidiques » sous Domitien

Les descendants de Jude sont cités dans deux passages de l'Histoire ecclésiastique d'Eusèbe de Césarée :

  • HE 3, 19 et 20
« Le même Domitien ordonna de détruire tous les Juifs qui étaient de la race de David : une ancienne tradition raconte que des hérétiques dénoncèrent les descendants de Jude, qui était, selon la chair, frère du Sauveur, comme appartenant à la race de David et parents du Christ lui-même. C'est ce que montre Hégésippe quand il s'exprime en ces termes :
« II y avait encore de la race du Sauveur les petits- fils de Jude qui lui-même était appelé son frère selon la chair : on les dénonça comme descendants de David. l'evocatus les amena à Domitien ; celui-ci craignait la venue du Christ, comme Hérode. L'empereur leur demanda s'ils étaient de la race de David ; ils l'avouèrent ; il s'enquit alors de leurs biens et de leur fortune : ils dirent qu'ils ne possédaient ensemble l'un et l'autre que neuf mille deniers, dont chacun avait la moitié; ils ajoutèrent qu'ils n'avaient pas cette somme en numéraire, mais qu'elle était l'évaluation d'une terre de trente-neuf plèthres, pour laquelle ils payaient l'impôt et qu'ils cultivaient pour vivre.
Puis ils montrèrent leurs mains et, comme preuve qu'ils travaillaient eux-mêmes, ils alléguèrent la rudesse de leurs membres, et les durillons incrustés dans leurs propres mains, indice certain d'un labeur continu. Interrogés sur le Christ et son royaume, sur la nature de sa royauté, sur le lieu et l'époque de son apparition, ils firent cette réponse, que le règne du Christ n'était ni du monde ni de la terre, mais céleste et angélique, qu'il se réaliserait à la fin des temps, quand le Christ venant dans sa gloire jugerait les vivants et les morts et rendrait à chacun selon ses œuvres. Domitien ne vit rien là qui fût contre eux ; il les dédaigna comme des gens simples, les renvoya libres et un édit fit cesser la persécution contre l'Eglise. Une fois délivrés, ils dirigèrent les églises, à la fois comme martyrs et parents du Seigneur, et vécurent après la paix jusqu'au temps de Trajan. »
  • HE 3, 32
« Le même auteur (Hégésippe) nous apprend encore que d'autres descendants de Jude, l'un de ceux qu'on disait frères du Seigneur, vécurent jusqu'au temps du même règne de Trajan, après avoir, sous Domitien, rendu témoignage à la foi chrétienne ainsi que nous l'avons déjà noté. Voici ce que nous raconte cet écrivain :
« Ils vont donc servant de guides à chaque église en qualité de martyrs et de parents du Seigneur. Grâce à la paix profonde dont l'église entière jouissait alors, ils vivent jusqu'à Trajan. » »

Divers

Dans le Livre d'Urantia publié en 1955, il est dit que Jude est le 7ème enfant de Marie et Joseph. Né en l'an 5, il est donc à la fois frère de Jésus (aîné d'une famille de 8 enfants) et de Jacques, (puîné de Jésus)[7].

Notes et références

  1. Le « décret de Gélase » en traduction française
  2. cf. TOB : Introduction à l'épître de saint Jude
  3. Pour justifier cette position qui apparaît au IVe siècle, on analyse la lettre de Jude, en faisant remarquer que celui-ci ne se présente pas comme faisant partie des apôtres et s'en distingue au verset 17.
  4. Article « Apôtre Jude », sur orthodoxwiki.org
  5. Liste des patriarches, sur nestorian.org
  6. évangile attribué à Marc, III, 16s : « Il institua donc les Douze, et il donna à Simon le nom de (Kephas) Pierre, puis Jacques, le fils de Zébédée, et Jean, le frère de Jacques, (auxquels il donna le nom de Boanergès, c'est-à-dire fils du tonnerre); puis André, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques, le fils d'Alphée, Thaddée, Simon le Zélote, et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra. » La liste de l'évangile attribué à Matthieu 10:3 contient aussi Thaddée. Dans celle de l'évangile attribué à Luc, à la place de Thaddée, on trouve « Judas de Jacques ». Des traditions et des textes chrétiens anciens disent qu'il s'agit de Thaddée. Ce qui est cohérent puisque le prénom juif de celui-ci était Juda. La forme « Judas de Jacques » renvoyant probablement à l'épître de Jude dans laquelle celui-ci se définit comme « frère de Jacques ».
  7. "Dernière partie de l'enfance de Jésus", in le Livre d'Urantia

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jude (Évangiles) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jude, Frère De Jésus — Jude (Évangiles) Pour les articles homonymes, voir Jude. Jude (Ἰούδα) est cité parmi les frères ( frère ayant ici son sens typiquement oriental de cousins ) de Jésus de Nazareth dans les Évangiles de Matthieu (Mt 13,55) et de Marc (Mc 6,3). Pour… …   Wikipédia en Français

  • Jude, frere de Jesus — Jude (Évangiles) Pour les articles homonymes, voir Jude. Jude (Ἰούδα) est cité parmi les frères ( frère ayant ici son sens typiquement oriental de cousins ) de Jésus de Nazareth dans les Évangiles de Matthieu (Mt 13,55) et de Marc (Mc 6,3). Pour… …   Wikipédia en Français

  • Jude, frère de Jésus — Jude (Évangiles) Pour les articles homonymes, voir Jude. Jude (Ἰούδα) est cité parmi les frères ( frère ayant ici son sens typiquement oriental de cousins ) de Jésus de Nazareth dans les Évangiles de Matthieu (Mt 13,55) et de Marc (Mc 6,3). Pour… …   Wikipédia en Français

  • Jude, frère de jésus — Jude (Évangiles) Pour les articles homonymes, voir Jude. Jude (Ἰούδα) est cité parmi les frères ( frère ayant ici son sens typiquement oriental de cousins ) de Jésus de Nazareth dans les Évangiles de Matthieu (Mt 13,55) et de Marc (Mc 6,3). Pour… …   Wikipédia en Français

  • Jude (apôtre) — Pour les articles homonymes, voir Jude. Saint Jude Thaddée, par Georges de La Tour. Jude ou Juda (Ἰούδας Ἰακώβου, Judas d …   Wikipédia en Français

  • Jude, apôtre — Jude (apôtre) Pour les articles homonymes, voir Judas. Saint Jude Thaddée, par Georges de La Tour Jude, (Luc 6.16&# …   Wikipédia en Français

  • Jude, fils de Jacques — Jude (apôtre) Pour les articles homonymes, voir Judas. Saint Jude Thaddée, par Georges de La Tour Jude, (Luc 6.16&# …   Wikipédia en Français

  • Jude (Bible) — Jude (apôtre) Pour les articles homonymes, voir Judas. Saint Jude Thaddée, par Georges de La Tour Jude, (Luc 6.16&# …   Wikipédia en Français

  • Jude (apotre) — Jude (apôtre) Pour les articles homonymes, voir Judas. Saint Jude Thaddée, par Georges de La Tour Jude, (Luc 6.16&# …   Wikipédia en Français

  • Jude Barsabas — Jude Barsabas, ou Judas Barsabas est un personnage du Nouveau Testament mentionné dans les Actes des Apôtres. Envoyé par l assemblée de Jérusalem, Silas et lui accompagnent Paul et Barnabas à Antioche vers ceux qui avaient cru, pour les exhorter… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.