Rodez


Rodez

44° 21′ 02″ N 2° 34′ 30″ E / 44.3505555556, 2.575

Rodez
Image illustrative de l'article Rodez
Armoiries
Détail
logo
Détail
Administration
Pays France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron (préfecture)
Arrondissement Rodez (chef-lieu)
Canton Chef-lieu de trois cantons :
Rodez-Est
Rodez-Ouest
Rodez-Nord
Code commune 12202
Code postal 12000
Maire
Mandat en cours
Christian Teyssèdre
2008 - 2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Rodez (58 755 habitants)
Site web mairie-rodez.fr
Démographie
Population 24 540 hab. (2008[1])
Densité 2 195 hab./km²
Aire urbaine 69 200 habitants hab. ()
Gentilé Ruthénois
Géographie
Coordonnées 44° 21′ 02″ Nord
       2° 34′ 30″ Est
/ 44.3505555556, 2.575
Altitudes mini. 500 m — maxi. 640 m
Superficie 11,18 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Rodez est une commune française du sud-ouest située dans le midi de la France, au nord-est de Toulouse. Elle est la préfecture du département de l'Aveyron en Midi-Pyrénées, ancienne capitale du Rouergue[2] et siège de l'Archevêché.

Rodez est la commune la plus peuplée du département de l'Aveyron. La commune compte une population de 24 540 habitants[3],[4]. Elle est le siège de la Communauté d'agglomération du Grand Rodez regroupant près de 59 000 personnes. Son aire urbaine concentre 70 000 habitants. La population de Rodez augmente petit à petit, au fil des années[5],[6] sans encore retrouver son niveau maximal atteint en 1975. Rodez s'affirme d'un point de vue économique et touristique au centre d'un triangle formée au sud-ouest par Toulouse, Préfecture de Région située à 130 kilomètres du piton ruthénois, au sud-est par Montpellier à 180 kilomètres et au nord par Clermont-Ferrand cependant plus éloigné, situé à 260 kilomètres.

Ses habitants sont appelés les Ruthénois.[7] Ce nom vient de la peuplade Gauloise, les Rutènes.

Ville siège de la première circonscription de l'Aveyron et du Conseil général de l'Aveyron, depuis le 30 septembre 2011, le piton ruthénois est classé parmi les «grands sites» de Midi-Pyrénées[8] et, une commission de pilotage prépare la candidature de Rodez au label Villes et pays d'art et d'histoire ainsi qu'au Patrimoine mondial de l'UNESCO[9],[10].

Rodez est une cité deux fois millénaire : son existence remonterait au Ve siècle av. J.‑C., lorsqu'une peuplade celtique d'Europe centrale, les Rutènes, s’arrêtèrent dans le Massif central méridional pour fonder l'un de ces oppida caractéristiques de la civilisation gauloise[11]. La Cathédrale Notre-Dame de Rodez, remarquable pour son clocher, domine l'agglomération du haut de son piton.

Rodez et son agglomération concentre un large panel d'entreprises par l'équipement automobile avec le groupe Bosch, par la recherche de pointe sur les OGM et la distribution de semences pour l'agriculture avec le siège national du groupe RAGT au sein du groupement Biogemma, par l'aéronautique avec la Sofop, la santé avec son ensemble hospitalier, par l'informatique avec le groupe Sopra ou encore l'industrie agro-alimentaire etc... Cet ensemble de dynamiques place l'agglomération de Rodez à la seconde place de croissance économique de Midi-Pyrénées[12] après sa capitale régionale, Toulouse. Ces entreprises constituent l'un des maillons clés de la « Mecanic valley »[13].

L'écrivain américain Raymond Elias Feist a donné le nom de Rodez à l'une des villes du monde fantastique de Midkémia.

Sommaire


Géographie

Localisation

Située entre les vallées et hauts plateaux des Grands Causses et les collines humides du Ségala, la commune se situe à une altitude moyenne de 570 mètres[14] (minimum 500 mètres - maximum 640 mètres). Son territoire est situé dans le sud-ouest du Massif central. Sa position géographique fait de la commune de Rodez, un territoire se situant au cœur du triangle formée par Toulouse - Clermont-Ferrand - Montpellier. Les communes limitrophes le plus proches de Rodez sont Le Monastère, Olemps, Sainte-Radegonde, Onet-le-Château et Luc-la-Primaube. Le pays ruthénois s'organise autour de l'agglomération de Rodez représentant 85 500 habitants[15]. La ville chef-lieu de la commune est perchée sur une butte dominant à 120 mètres la rivière Aveyron, organisée autour d'une cathédrale (Cathédrale Notre-Dame de Rodez). Enfin, cette ville et son agglomération se situe au pied de la RN88, l'axe Toulouse-Lyon, outil indispensable à son développement économique et touristique.

Distances à vol d'oiseau entre Rodez et les grandes villes françaises :

Géologie, relief, sismicité

Le territoire de Rodez est un condensé d'une diversité géologique, à cheval sur le socle ancien du Ségala, les Rougiers caractéristique de maintes vallées voisines, et les calcaires et marnes des Causses et vallées. L’emplacement de la ville, dans un méandre de l’Aveyron, est le modèle d’un grand nombre de sites défensifs très précocement urbanisés du Rouergue, et de leurs relations avec leur environnement, tirant profit de la complémentarité économique des terroirs. Son architecture reflète, dans la variété des matériaux qu’elle met en œuvre et des appareillages qu’ils autorisent, la diversité de leurs origines, pourtant voisines. La sismicité de la ville se situe sur une échelle de 2/5, autrement dit à un niveau faible[16].

Hydrographie

La ville est traversée, en contrebas, par l'Aveyron, lieu de pêche important ou de balades grâce aux espaces verts que propose le quartier de Layoule.

Climat

Généralités

Le climat de Rodez fait partie de l'étage supra-méditerranéen. Sous l'influence d'un climat semi-continental en hiver, et méditerranéen en été, Rodez reste une ville froide par rapport aux autres villes du midi de la France. Les hivers y sont vifs tout comme les étés souvent très chauds et ensoleillés, dignes des villes du pourtour méditerranéen. En période hivernale, Rodez connait des épisodes neigeux assez ponctuels du fait de sa faible altitude (550 mètres environ) au contraire d'autres villes du nord du département, plus proches du plateau de l'Aubrac et donc plus élevées.

Avec près de 2 200 heures/an de soleil et 302 jours de soleil par an, Rodez est une des villes les plus ensoleillées de France[17] .

Climat annuel

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Rodez[18],[19] 2 200[20] 770 14 22 22
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74

Températures

Relevé des températures (Météo France)
mois jan. fév. mar. avr. mai jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 3,0 4,0 6,4 8,5 12,6 16,2 18,8 18,9 15,4 11,9 7,6 4,00
Température maximale moyenne (°C) 6,0 7,0 11 13 17 22 26 26 20 15 9,0 7,0
Source : Météo France


Records climatiques

Établies selon les données de Météo-France à la station de Millau Soulobres, à partir de 1965[21].

Température la plus basse -17,5 °C
Jour le plus froid 16 janvier 1985
Année la plus froide 1980
Température la plus élevée 37,5 °C
Jour le plus chaud 30 juillet 1983 et 16 août 1987
Année la plus chaude 1997
Hauteur maximale de pluie en 24 h 115 mm
Hauteur maximale de neige en 24 h 1,50 m
Jour le plus pluvieux 26 septembre 1992
Année la plus sèche 1967
Année la plus pluvieuse 1969

Le 28 janvier 2006, Rodez à connu un important épisode neigeux. Un mètre de neige poudreuse et très adhérente s'est abattu sur l'agglomération, paralysant pendant plusieurs jours l'économie et la vie du Piton[22].

Voies de communication et transports

Rodez se développe de jour en jour et affirme sa place prépondérante en Midi-Pyrénées depuis les années 2000. Cette ville joue un rôle de complémentarité avec les principales agglomérations de la région à savoir Toulouse, Albi et Castres avec lesquelles elles tiennent des liens de collaborations. De plus l'agglomération est au centre d'un vaste réseau de communication vers les autres villes de son département, de sa région, de son pays et est ouverte sur l'international dans un contexte de développement et désenclavement pour une économie et un tourisme prospère.

Transports routiers régional et national

Rodez se situe au pied de la RN88 (axe reliant Toulouse à Lyon), transformée dans le secteur de Rodez en boulevard urbain (doublement des voies, nombreuses bretelles d'entrées et de sorties, vitesse limitée entre 70 et 110 km/h) pour permettre la fluidité du trafic représentant 35 000[23] véhicules par jour. Des boucles de comptage y sont enfouis pour évaluer le trafic et le retranscrire par des cartes de trafic en temps réel[24]. La portion de cette route nationale, déclaré priorité nationale en 1993 entre Rodez et Albi est actuellement en cours de requalification avec le doublement des voies, après des décennies d'études et ce depuis le 18 octobre 2010, date du lancement officiel de ce vaste chantier.

À la fin de l'année 2015, la totalité du trajet entre Rodez et Toulouse sera alors en 2x2 voies (c'est déjà le cas entre Albi et Toulouse), réduisant ainsi considérablement le temps de trajet entre le piton ruthénois et Toulouse. À noter que cet axe est un des plus importants de Midi-Pyrénées en termes de trafic[25].

Cependant, un grand projet visait à réaliser un grand contournement de l'agglomération de Rodez pour désengorger le trafic de la RN88. Celui ci n'est plus d'actualité depuis l'annonce, par le Préfet de la Région en octobre 2011, que ce projet n'a pas été retenu dans le schéma national des infrastructures terrestres (SNIT), voté par le Parlement[26],[27]. D'autres alternatives seront donc étudiés.

Ville Temps de parcours
Toulouse par RN88 à 130 km 1 heure 40

En 2015 → 1 heure 15 par l'A68 (autoroute en construction)

Montpellier et premières plages à 160 km 2 heures
Clermont-Ferrand à 275 km 2 heures 50
Paris à 680 km 7 heures
Bordeaux à 385 km 3 heures 50
Marseille à 322 km 3 heures 15
Lyon à 475 km 5 heures

Avec la RN88 qui est la plus importante artère de l'agglomération, Rodez est le point-central de plusieurs routes venant de son propre département ou de départements limitrophes :

Transports en commun

Octobus, réseau de bus du Grand Rodez.
Article détaillé : Octobus.

Octobus est le nom du réseau de transport en commun qui dessert les huit communes de la Communauté d'agglomération du Grand Rodez, soit un total de 55 765 habitants. La SATAR (Société Anonyme des Transports Automobiles Ruthénois) exploite ce réseau de transports urbains composé de 26 lignes régulières avec un parcours d'environ 650 000 kilomètres annuels. La topographie de Rodez rend difficile la création de voies spécialement réservés pour les autobus. De ce fait, le réseau Octobus est équipé d'un système de priorisation aux feux tricolores comportant également une géolocalisation des bus. Ainsi de nombreux arrêts, notamment au centre-ville, seront équipés de panneaux d'affichage des temps d'attentes en temps réel, d'ici le premier trimestre 2012[28]. En parallèle, le réseau sera complètement restructuré, dans l'optique de privilégier les transports collectifs à la voiture au sein du centre-ville et de passer ainsi de 1 200 000 à 1 700 000 passagers[29].

Transports par autocars

Rodez est le point central de nombreuses lignes de bus venant de son département ou des départements limitrophes. En effet, il existe actuellement 54 lignes de bus[30].

Transports ferroviaires

Article détaillé : Gare de Rodez.

La gare de Rodez, se situant sur l'avenue du Maréchal Joffre, est la principale gare du département. Elle dessert Paris-Austerlitz (Lunéa), Toulouse-Matabiau (TER), Brive-la-Gaillarde (TER), Millau (TER et bus régional), Montpellier (bus régional) et d'autres gares du département ou départements limitrophes. De plus, il est à noter que de nombreuses autres grandes villes françaises peuvent être rejointes par le jeu des correspondances à Toulouse ou à Brive. Les lignes et infrastructures ferroviaires ont subi des rénovations de grande importance avec le changement intégral des rails, de la modernisation des installations techniques et des ouvrages d'art ainsi que de la mise en place de nouveaux systèmes de gestion du trafic. D'ici quelques années, le but recherché est de mettre Rodez à 1 h 45 de Toulouse et à 4 h 50 de Paris grâce notamment à la LGV Poitiers-Limoges[31],[32].

Le réseau ferroviaire ruthénois - et aveyronnais - fut intégré par le passé dans la Compagnie des Chemins de fer du Midi.

Transports aériens

Article détaillé : Aéroport de Rodez-Marcillac.
Modèle d'avion de la compagnie Air France utilisé pour la liaison Rodez/Marcillac-Paris/Orly

L'aéroport de Rodez-Marcillac est le 3e aéroport de la région Midi-Pyrénées après Toulouse et Tarbes et la principale plate-forme du sud du Massif central permettant de s'envoler, à raison de nombreuses rotations directes, vers Paris-Orly, Lyon-Saint-Éxupéry, Castres-Mazamet, Londres-Stansted, Porto-Francisco Sá Carneiro, Dublin-Airport, Palma de Mallorca. L'aérogare a subi un agrandissement avec la création de nouvelles salles d'embarquement.

Transports postaux

Rodez dispose d'un centre de tri opérationnel depuis juillet 2009. Celui-ci reçoit près de 400 000 lettres chaque jour et en traite 14 par seconde. La totalité des lettres déposées depuis Rodez à destination de son agglomération ou de sa propre région sont redistribuées le lendemain matin[33]. Des coursiers, transporteurs nationaux et internationaux sont également présents à Rodez.

La ville dispose de trois agences postale[34] dont son bureau-central est situé au centre-ville, Place Foch, près de la Cathédrale. Les autres antennes sont situés au Faubourg ainsi dans le quartier de Bourran. De plus, les autres communes constituant l'agglomération du Grand Rodez disposent également de leurs bureaux de postes dont notamment le centre de tri de l'Aveyron situé sur la commune d'Onet-le-Château.

Urbanisme

Quartiers

Article détaillé : Quartiers de Rodez.
Les 44 quartiers de Rodez

La commune de Rodez est divisée en cinq grands quartiers[35] :

Morphologie urbaine

Voirie ruthénoise

Architecture urbaine

Notre-Dame de Rodez et son parvis de la place d'Armes
Tour des Corbières - XVème siècle - avec une section des remparts au niveau du Boulevard d'Estourmel

Rodez est une ville ancienne, dans laquelle la voirie devient de plus en plus étroite au fur et à mesure que l'on se rapproche du Vieux-Rodez. Étant une ancienne ville forteresse, ses vestiges sont préservés et distinct lorsqu'on les parcourent. son hyper-centre est étendu et est composé pour la majeure partie de maisons de l'époque typiques. Au fil des nombreuses rues et ruelles piétonnes entre les places du Bourg, de l'Olmet, de la Cité ou de la Madeleine, on y découvre les maisons d'Armagnac, de l'Annonciation, Canionale et de Benoît, le palais épiscopal, l'hôtel Delhoro ou encore le Musée Fenailles. Le centre historique de la ville - ou Vieux-Rodez - est principalement organisé autour des places du Bourg, de la Madeleine et de la Cité, et est aujourd'hui un lieu de vie accompagné de nombreuses enseignes commerciales. Sur ces places se tiennent les marchés ou foires. De la rue du Touat, la rue Neuve à la rue Marie, en passant par les places de l'Olmet, Saint Étienne, Emma Calvé, d'Estaing, Foch ou Charles de Gaulle, le passage des Maçons ou du Mazel, la rue du Bal, les rues de l'Embergue ou de Bonald, les rues piétonnes et commerciales sont très concentrées dans le vieux-centre[36]. Au delà, L'avenue Victor-Hugo reprend plus ou moins le style des Champs-Élysées : une avenue rectiligne longée d'arbres, aboutissant sur un carrefour central, la place d'Armes, permettant d'accéder notamment aux boulevards situés à la périphérie du centre-ville. En effet, la circulation générale s'effectue tout au tour des remparts (boulevard d'Estourmel, Belle Isle, Denys Puech, Flaugergues) encerclant le centre historique et desservant par des rues parallèles ce cœur historique.

Au delà, du centre historique, la ville s'est étendu au cours du XXe siècle afin de répondre aux exigences de développement économique comme peuvent en témoigner les différents quartiers et zones économiques. En effet, l'après-guerre a fait de Rodez la ville moyenne qui a le plus bâti au-delà de ses boulevards circulaires ainsi que le viaduc de Bourran a permis l'extension de la ville au-delà de la vallée de l'Auterne[Note 1].

La ville de Rodez fait partie des Grands Sites de Midi-Pyrénées. Elle poursuit son travail pour obtenir le label Ville d'Arts et d'Histoire et souhaite déposer sa candidature au patrimoine mondial de l'Unesco. Ainsi, le centre historique - et les aménagements en lien - ont pour but de répondre aux critères de ces institutions.

Lieux remarquables du centre-ville

Le centre et la morphologie de Rodez fait ressortir de nombreux monuments et lieux historiques[37],[38]détaillés sous la forme d'une liste ci-contre [36].

Logements

Rodez dispose de nombreux logements locatifs. De plus, la moyenne des nouveaux logements est de quatre pièces. Son parc de logement reste assez jeune, 59 % des logements sont postérieurs à la Seconde Guerre mondiale. Malgré cela, l'urbanisme progresse de jour en jour et les habitations et autres locaux commerciaux augmentent de 23 % chaque année. En ce qui concerne le logement social et particulièrement la Loi SRU initiant un quota minimum de 20 % de logements sociaux pour les villes, Rodez était à 10 % en 2007, et stagne aux alentours des 12 % en 2011[39].

Aménagements du centre-ville (2010-2013)

Le Foirail, Paul Lignon, Combarel

Les projets d’aménagements s'inscrivent dans le cadre du plan visant à améliorer le tourisme et le cadre de vie des habitants de Rodez. C'est ainsi que le Jardin public du Foirail et l'esplanade du Foirail vont être restructurés afin de créer un climat plus actif dans le centre-ville et développer une «cité du XXIe siècle»[40]. Depuis octobre 2010, plusieurs édifices sont en cours de construction dont les livraisons sont prévues au premier trimestre 2013. Parmi ces infrastructures, on trouvera le Musée Pierre Soulages, construit en l'honneur du peintre[41]. Au cœur du musée sera intégré un espace de 500 mètres carré dédié à la cuisine de Sébastien et Michel Bras, grands cuisiniers français, dans le respect de l'œuvre de Pierre Soulages. De plus, un multiplex comprenant 10 salles de cinéma réparties sur deux niveaux comprenant un ensemble de 1700 fauteuils et dont la plus grande salle contiendra 450 places assises[42]. Un double accès (côté giratoire de l'Europe et avenue Victor Hugo) sera prévu. Un espace de restauration rapide ainsi qu'une brasserie de nuit seront intégrés dans l'enceinte du pôle cinématographique[43]. Un parking souterrain de 400 places sera creusé à 10 m de profondeur et sur deux niveaux, sous l'esplanade. Enfin, près des Haras et du stage Paul Lignon, une salle des fêtes de 2 800 m2 est en cours de construction.

L'esplanade du foirail laissera place à un grand parvis composés de diverses lumières et pourra accueillir certaines manifestations (concerts, diverses animations). Le jardin public situé à proximité gagnera 20% de surface en plus. La disposition des alignements d’allées et massifs sera reconsidérée pour prendre en compte le musée Soulages, l'avenue Victor Hugo sera également repensée.

Chacun de ces équipements va contribuer à enrichir la promenade urbaine entre la cathédrale et le stade Paul-Lignon en passant par l'Avenue Victor Hugo.

Enfin, face au jardin public, l'ancien hôpital Combarel désormais démoli sera remplacé par des logements et d'espaces verts. Depuis le XIXe siècle, l’hôpital Combarel jouit d’une situation privilégiée au cœur de la ville et au centre de l’agglomération. L’achat de l’ancien hôpital par l’agglomération du Grand Rodez a pour but d’imposer le site comme un pôle d’activité de la ville, comme il l’était jadis. Une opération de reconversion va redessiner l’ensemble du quartier et lui permettre de devenir un véritable quartier à vivre, afin de redynamiser le cœur de l’agglomération du grand Rodez. Le quartier se voudra un lieu arboré et vert dans lequel on trouvera aussi bien des logements que des activités tertiaires. L'ensemble de 30 000 m2 sera ainsi mi-résidentiel et mi-institutionnel avec probablement l'implantation d'un nouvel hôtel. Ce secteur s'inscrit dans le cadre d'une construction répondant à des normes écologiques. Le projet est basé sur le maintien, sur le haut du plateau, de l’ensemble du quadrilatère et de la chapelle ainsi que de la mise en valeur de l’ancien couvent des Capucins[44].

Le Vieux-Rodez

En parallèle de la politique de labellisation au Patrimoine Mondial de l’Unesco, le centre ville de Rodez sera complètement rénové à partir de 2013. Outre l’entretien courant des anciens réseaux d’eau potable et d’assainissement en sous sol, les revêtement de surface de la place de la cité, de la rue Frayssinous, de la place Emma-Calvé, de la rue du Touat, de la rue Neuve, de la place de la Cité, du Boulevard Gambetta et de la rue Louis-Blanc vont être entièrement rénovés. Ainsi, cette démarche entre dans une cohérence afin de renforcer le caractère piétonnier entre les différentes places et les rues du centre historique, afin de le délimiter de la circulation automobile. Le choix des matériaux et du mobilier urbain qui seront déployés seront en symphonie avec la cathédrale et les vestiges historiques de la cité[45]. De plus on trouve sur ce lieu l'îlot Bonald qui doit également subir une transformation en espace public[46],[47],[45].

Parvis de la Place d'Armes

Le projet de rénovation prévoit l’amélioration du confort autant pour la circulation automobile que pour l’ensemble des usagers de la place d'Armes. Le parvis de place sera étendu afin d’être plus accessible et plus facilement utilisable en termes d’animation. Elle deviendra à terme une grande place d'échanges, le point central de la ville de Rodez et donc de son département[48]. Elle sera complètement plane et pourra accueillir, elle aussi, diverses manifestations. Enfin, des passages à piétons seront dessinés de part et autre de la place afin d'y rejoindre les trottoirs adjacents. Et la circulation s’effectuera sur du bitume et non plus sur les « célèbres pavés ». Ces derniers seront réutilisés pour l’aménagement urbain[49].

Bourran

Le quartier des affaires de Bourran, quant à lui, maillon pour la ville, situé entre l'aéroport et le centre-ville, est l'un des principaux pôles économiques de la cité. En effet, dans les années 1990, la construction du viaduc de Bourran - nommé également viaduc de l'Europe - permet la création de ce nouveau secteur favorisant l'implantation de nouvelles entreprises technologiques, de l'hôpital Jacques Puel et l'installation d'antennes des universités de Toulouse.

Toponymie

L'origine du nom de Rodez remonte à l'Antiquité, sous l'occupation romaine. La cité était alors nommée Segodunum, le lieu fortifié, du gaulois "sego" fort et "dunum" forteresse[50]. Au Bas-Empire, la ville sera baptisée la Civitas Rutenorum, la ville des Rutènes. Puis, elle devint Ruteni et finalement Rodez. Rodez se prononce Rodèze, mais la plupart des aveyronnais, de par leur accent, prononcent souvent Rodèss. On trouve l'explication de cette prononciation locale en regardant l'orthographe de la ville en occitan : Rodès (qui se prononce Roudéss). Rodez a été graphié avec un z final à la place du s pour maintenir le e fermé de l'occitan et éviter qu'il ne devienne muet[50].

En Occitan-Languedocien, cette commune est nommée Rodés.

Histoire

Antiquité

Rodez est une ville deux fois millénaire : son existence remonterait au Ve siècle av. J.‑C., lorsqu'une peuplade celtique d'Europe centrale, les Rutènes, s’arrêta au sud de l'Auvergne pour fonder l'un de ces oppida caractéristiques de la civilisation gauloise, celui de Segodunum[11]. De nombreux éléments de patrimoines témoignent de la romanisation de Segodunum.

Alors que le christianisme se répandait dans la foulée de l'action évangélisatrice de Saint Amans, la ville n'échappa pas aux troubles des temps barbares qui suivirent la chute de l'Empire romain.

Moyen Âge et monarchies

Article connexe : Liste des comtes de Rodez.

Rodez a été successivement occupée par les Wisigoths, les Francs, les armées des ducs d'Aquitaine et des comtes de Toulouse, ainsi que par les Maures, qui l'investirent en 725 et mirent à bas l'église antique. Quelques années plus tard, ce seront les Anglais qui l'investiront lors de la guerre de Cent Ans. L'Histoire de la ville resta marquée durant longtemps par une intense rivalité entre les comtes de Rodez, maîtres du Bourg, et les évêques de Rodez, maîtres de la Cité. Une muraille délimitait les deux secteurs. Chaque communauté avait un hôtel de ville, ses consuls, une administration propre ; chacune rivalisant de puissance, de rayonnement. Au bourg, la célèbre dynastie des comtes d'Armagnac et de Rodez, finit par acquérir des privilèges régaliens : battre monnaie à la tour Martelenque, porter la couronne comtale et persister à reconnaître un temps l'antipape Benoit XIII et ses héritiers Bernard Garnier et Jean Carrier. Cela amena inévitablement l'affrontement avec le roi de France en 1443. Le Dauphin, futur Louis XI, vint occuper Rodez et soumettre le comte Jean IV. Plus tard son fils aura une idée séditieuse en essayant de trahir Louis XI. Cela lui vaudra d'être massacré à Lectoure, avec sa famille, lors de sa fuite[51].

Au début du XVIe siècle, Rodez fut marquée par l'évêque François d'Estaing (issu d'une des plus célèbres familles du Rouergue). Il termina les travaux de construction de la cathédrale Notre-Dame de Rodez. Lui ajoutant ce chef-d'œuvre architectural qu'est le clocher, culminant à 87 mètres, surmonté d'une Vierge. Les travaux furent achevés en quinze années de 1510 à 1526 et ce malgré la peste qui ravageait la ville[52].

Cette rivalité entre les deux pouvoirs a quelque peu desservi le développement de la cité ruthénoise. Malgré les témoignages que sont ses nombreux chefs-d'œuvre gothiques réalisés du XIIIe au XVIe siècle, la ville n'a pas vraiment connu de longues périodes de prospérité. En 1589, Henri IV, comte de Rodez, attache la destinée du comté de Rodez à la Couronne. L'histoire de Rodez se calque alors sur celle de la France. Au long des XVIIe et XVIIIe siècles, Rodez devient une cité marchande prospère.

Rodez était divisée en 6 paroisses :

  • Notre-Dame (cathédrale, faubourg)
  • Saint-Amans, comprenant le hameau de Pont-Viel, une grande partie du territoire de l'actuelle commune d'Olemps (Olemps, la Mouline, Toizac, Linars, Bénéchou) et une partie de la commune du Monastère (Foulhoubous)
  • Sainte-Catherine
  • la Madeleine (église démolie an l'an VI)
  • Saint-Martin-des-Prés (secteur de Layoule)
  • Saint-Félix : domaine de Saint-Félix, Calcomier, la Peyrinie, et toute la vallée du ruisseau de Fontanges située sur l'actuelle commune d'Onet-le-Château (Canaguet, Fontanges, Floyrac, Labro, Vabre, Puech Baurez, Flars)

Révolution

La Révolution ôtera à Villefranche-de-Rouergue, la vieille rivale de Rodez, son rôle de capitale administrative au profit de Rodez, qui devient préfecture et chef-lieu de district du nouveau département de l'Aveyron en raison de sa position centrale. Le patrimoine religieux de la ville n'est que partiellement dégradé.

En juin 1792, les scientifiques de l'époque se soucient de connaître la mesure exacte du mètre. Rodez va être un élément "central" pour accomplir cette mesure. En effet, Jean-Baptiste Joseph Delambre est chargé de mesurer la distance entre Dunkerque et Rodez pendant que Pierre Méchain mesure celle entre Barcelone et Rodez. Ils devaient se retrouver à Rodez pour mettre en commun leurs mesures et déterminer la valeur du mètre. En 1793, à Montjouy à Barcelone, Méchain détecta une incohérence entre les longueurs relevées et le relevé astronomique de la position des étoiles. La guerre franco-espagnole l'empêcha de réitérer ses mesures. Cet écart (qui n'était en fait pas dû à une erreur de manipulation mais à l'incertitude des instruments utilisés) le plonge dans un profond trouble et il met tout en œuvre pour éviter de devoir rendre compte de ses travaux à Paris. En 1799, il se résigne à se rendre à une conférence internationale qui salue son œuvre scientifique.

En 1798, est créée la Société centrale d'Agriculture de l'Aveyron.

Restauration

Sous la Restauration, l'affaire Fualdès défraye la chronique judiciaire, donnant lieu à de très controversés procès et exécutions capitales. Rodez a reçu à cette occasion de nombreux journalistes qui décriront les mœurs ruthénoises sous un aspect très subjectif.

Période moderne

Développement foncier, économique et culturel

Fontaine du jardin public
La nouvelle mairie de Rodez. Sous la place est aménagé un parking. A droite en arrière-plan: le clocher de la cathédrale.

Le XIXe siècle connaît également un renouveau culturel. En 1836, est fondée sur l'initiative d'Hippolyte de Barrau, la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron. Les principaux notables du département s'investissent dans le vie culturelle de la province. La modernisation de Rodez s'effectue très lentement au cours du XIXe siècle. Peu à peu, Rodez évolue en affirmant et développant son rôle de chef-lieu du département de l'Aveyron à partir du XXIe siècle, créant sa propre économie et son indépendance, tout en restant en lien avec Toulouse. C'est ainsi qu'à partir de cette période, de nombreux équipements sont apparus tels que l'hôpital Jacques Puel, le développement de la plate forme aéroportuaire de Marcillac, la connexion de Rodez au très haut débit, l'esplanade du foirail avec son multiplexe de cinémas, son musée Pierre Soulages ou sa salle des fêtes[53].

Développement des axes de communication

À partir de 2005, le département de l'Aveyron poursuit son désenclavement routier. Aujourd'hui on constate :

  • un boulevard urbain sur l'agglomération du Grand Rodez à l'allure d'un mini-périphérique 2 x 2 voies ceinturant son territoire permettant de desservir les lieux stratégiques. Un projet de contournement autoroutier est toujours à l'étude par les autorités politiques. En effet, d'ici quelques années ce tronçon pourrait être complètement saturé.
  • l'autoroute A68 Rodez - Albi - Toulouse d'une longueur de 130 kilomètres environ ouvrira au premier trimestre 2016 après les travaux débutés en octobre 2010, mettant la ville à un peu plus d'une heure de sa capitale régionale.
  • l'autoroute A68 entre Rodez et Sévérac-le-château, dernier maillon manquant, dont les travaux de doublement devraient être terminés en 2021. À l'issue de ces travaux, la totalité du trajet sera sur autoroute entre Rodez et Montpellier via le Viaduc de Millau.
  • le tronçon Rodez - Espalion (D988) sera complètement requalifié d'ici quelques années avec le barreau de Saint-Mayme, la déviation de Curlande, Bozouls et Espalion apportant plus de sécurité et un temps de parcours plus réduit entre Espalion et le chef-lieu[54],[54],[55].

En 2009, le réseau ferroviaire a subi des travaux avec le changement intégral des rails et la réfection des ouvrages d'art sur les lignes Rodez-Toulouse et Rodez-Paris. Enfin en 2010, l'aéroport de Rodez-Marcillac a connu une mutation avec l'agrandissement de son aérogare et l'ouverture de nouvelles destinations régulières.

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Élections municipales de mars 2008
Liste d'Union de la Gauche PS - PRG - PC - Verts - MRC

Tête de liste : Christian Teyssèdre

Majorité - Maire : Christian Teyssèdre - 10 adjoints au maire - 5 conseillers municipaux délégués - 12 conseillers municipaux 52,50 %
Liste Démocrate - Sociale - Européenne - Sans étiquette - Société civile - Rassemblement

Tête de liste : Jean-Louis Chauzy

3 élus d'opposition : Jean-Louis Chauzy, Maïté Laur et Jean-Philippe Murat 19,30 %
Liste UMP

Tête de liste : Régine Taussat

2 élus d'opposition : Régine Taussat et Bernard Saules 15,50 %
Liste Divers droite - MPF

Tête de liste : Frédéric Soulié

2 élus d'opposition : Frédéric Soulié et Hélène Boulet 12,70 %
Référendum sur la constitution européenne (2005)
OUI NON
56,40 % 43,60 %

Administration municipale

Mairie de Rodez : son conseil municipal, construit en hémicycle et refait à neuf, comporte 35 sièges dont 28 sont occupés par la majorité d'union de la gauche, dont le chef de file est Christian Teyssèdre.

Liste des maires

Article détaillé : Liste des maires de Rodez.
Les maires depuis 1983
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2008 Marc Censi UDF puis UMP Maire
2008 en cours Christian Teyssèdre PS Maire

Cantons de Rodez

Rodez est le chef-lieu de trois cantons :

Les cantons de Rodez
Rodez-Est Rodez-Nord Rodez-Ouest
Autres cantons de l'Aveyron


Conseiller général Canton Code cantonal Population Communes
  Bernard Saules Rodez-Est 1228 14 500 hab. 3
  Jean-Louis Roussel Rodez-Nord 1246 15 200 hab. 3
  Nicole Laromiguière Rodez-Ouest 1245 21 600 hab. 4

Bleu → Divers droite (Majorité départementale) Rose → Groupe Socialiste

Instances judiciaires et administratives

La ville de Rodez est le siège du Conseil général de l'Aveyron (préfecture du département), du conseil de la communauté du Grand Rodez et de la Première circonscription de l'Aveyron. La municipalité dispose d'une caserne de sapeurs-pompiers, d'une police municipale, d'un SAMU, d'un Centre antipoison et d'une maison d'arrêt tandis que l'État administre la brigade de gendarmerie [56]. Enfin, toutes les administrations de l'État sont présentes (hôtel des impôts, banque de France, sécurité-sociale, la Caf etc...).

Pour les juridictions, elle possède un tribunal d'instance, un tribunal de grande instance doté des assises, d'un tribunal de commerce, d'un conseil des prud'hommes et d'un tribunal pour enfants[57].

Intercommunalité

Rodez est le chef lieu de la Communauté d'agglomération du Grand Rodez dont le siège est au 1 place Adrien Rozier. Créée en 1962 et d'abord constituée en district, elle est ensuite devenue communauté d'agglomération le 20 décembre 1999. Aujourd'hui, elle compte huit communes.

La commune, maillon important du sud du Massif central, est également proche d'autres villes situées au Sud-Ouest comme Toulouse ou Albi, ainsi que dans le centre et le nord du Massif central telles que Aurillac et Mende avec lesquelles elle forme le réseau de ville Estelle[58]. Enfin, on note l'existence de L'Espace urbain Rodez-Decazeville.

Jumelages

Au 1er janvier 2011, Rodez est jumelée avec :

Population et société

Démographie

Évolution démographique

En 2008, Rodez comptait 24 540 habitants (soit une augmentation de 3 % par rapport à 1999). La commune occupait le 348e rang au niveau national, alors qu'elle était au 342e en 1999, le 7e au niveau régional et là 1er au niveau départemental sur 304 communes[3]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Rodez depuis 1793.

Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi du 27 février 2002, dite loi de démocratie de proximité[60], afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006[61].

Enfin, selon les statistiques de l'Insee, le département devrait gagner plusieurs dizaines de milliers d'habitants d'ici 2030. Compte tenu que l'étude cerne une migration de populations vers les pôles urbains, la population de Rodez augmentera par conséquence[62].

Le maximum de la population a été atteint en 1975 avec 25 550 habitants.

Années 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
Population 5 592 6 233 6 613 7 352 8 240 9 685 9 272 10 936 10 280
Années 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 10 877 11 856 12 037 12 111 13 375 15 333 15 375 16 122 16 303
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 16 105 15 502 15 386 14 201 15 150 16 195 18 450 20 437 20 383
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
Population 20 924 23 328 25 550 24 368 24 701 23 734 24 028 24 289 24 540
Notes, sources, ... Sources : base Cassini de l'EHESS pour les nombres retenus jusqu'en 1962[63], base Insee à partir de 1968 (population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006)[64],[65]

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (29,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,5 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,2 %, 15 à 29 ans = 26,7 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 18,8 %) ;
  • 53,5 % de femmes (0 à 14 ans = 12,5 %, 15 à 29 ans = 22,9 %, 30 à 44 ans = 17,5 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 27 %).
Pyramide des âges à Rodez en 2007 en pourcentage[66]
Hommes Classe d'âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,9 
7,2 
75 à 89 ans
11,8 
11,0 
60 à 74 ans
13,3 
20,1 
45 à 59 ans
20,1 
20,2 
30 à 44 ans
17,5 
26,7 
15 à 29 ans
22,9 
14,2 
0 à 14 ans
12,5 
Pyramide des âges du département de l'Aveyron en 2007 en pourcentage[67]
Hommes Classe d'âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
1,9 
9,7 
75 à 89 ans
13,7 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,8 
45 à 59 ans
20,4 
19,6 
30 à 44 ans
18,4 
15,3 
15 à 29 ans
13,6 
16,5 
0 à 14 ans
15,0 

Enseignement

La commune est située dans l'Académie de Toulouse. La ville administre cinq écoles maternelles et six écoles élémentaires communales. Le département gère deux collèges et la région trois lycées[68].

Écoles

Collèges

Lycées

Supérieur

  • Rodez compte à ce jour plus de 2500 étudiants sur son agglomération[69],[53]

Associations éducatives

Manifestations culturelles et festivités

Cette liste non exhaustive présente les principales manifestations culturelles et festivités de la ville de Rodez[70] :

Manifestations culturelles et festivités
Printemps En mai, a lieu la remise du prix Antonin-Artaud, écrivain et célèbre patient de l'ancien hôpital psychiatrique de Rodez

Nuit des musées

Été
  • En juin, le festival Skabazac rassemble pendant deux jours plus de 20 000 personnes chaque année. Bien que la mairie de Rodez participe à son financement, le festival a lieu à Onet-le-Château)[71].
  • Mi-juin, grande fête foraine.
  • Le 21 juin, Rodez déploient des scènes aux quatre coins de la ville à l'occasion de la fête de la musique.
  • Le 14 juillet, festivités au centre-ville et feu d'artifice à l'occasion de la fête Nationale.
  • En juillet, a lieu un marché médiéval. En effets, de nombreux artisans, comédiens, jongleurs et musiciens costumés interviennent[70].
  • A cette même période, le rallye du Rouergue[72]
  • En juillet également, l'Estivada (mot languedocien prononcé [esti'βaδo]), festival de l'Occitanie, est la vitrine de la création occitane durant quatre jours, aux travers de musique, contes, théâtre, danse, cinéma et convivialité. Cet évènement rassemble 35 000 personnes[73].
  • Cit'équestre
  • En août, le jardin public du Foirail accueille Rodez plage[70].
  • A la même période, des cinémas ambulants parcourent la ville ou encore des spectacles de théâtre en plein-air.
  • Fin-août, festival Ramazick
  • Début septembre, Au bord de l’Aveyron, vide grenier, apéritif musical, concours de pêche et animations diverses à l'occasion du Vuoto.
Automne
  • Les journées du patrimoine
  • Les Photosfolies
  • En automne, salon du livre ancien, salon du chocolat[74]
  • Amphithéâtre : une programmation culturelle des spectacles qui draine chaque année plus de 15 000 spectateurs avec un taux de remplissage record de 90% depuis 6 ans. Elle accueille très régulièrement des artistes de grande envergure[75]
Hivers
  • En décembre, un marché de Noël et une patinoire sont installés durant toute la période sur la place Foch[70].
Toute l'Année
  • Amphithéâtre : une programmation culturelle des spectacles qui draine chaque année plus de 15 000 spectateurs avec un taux de remplissage record de 90% depuis 6 ans. Elle accueille très régulièrement des artistes de grande envergure[75]

Enfin, Rodez a été récompensée par trois fleurs[76] du concours des villes et villages fleuris, la 1re ayant été décernée en 1996, et la 3e en 2007 ainsi que Rodez le label "Ville amie des enfants" par l'UNICEF.

Santé

Hôpital Jacques Puel

Article détaillé : Hôpital Jacques Puel.

Cet hôpital est le deuxième[77] plateau technique régional après le CHU de Purpan situé à Toulouse. Il est le siège du SAMU et SMUR de l'Aveyron, et possède près de 60 services médicaux et chirurgicaux. Spécialisé et ultra-spécialisé dans les disciplines de médecine, pédiatrie, néonatalogie, cancérologie et chirurgie, il détient des équipements médicaux de dernière génération.

Hôpital Les Peyrières

Cette structure est en corrélation et en complémentarité avec l'hôpital Jacques Puel. Situé sur un site agréable de la commune d'Olemps, à 5 kilomètres de l'hôpital Jacques Puel, avec une très belle vue sur Rodez et sa cathédrale, l'établissement des Peyrières, spécialisé dans les consultations en gérontologie et gériatrie a fait l'objet d'importants travaux de rénovation pour améliorer le confort et le cadre de vie des résidents. La cuisine centrale hospitalière construite en 2006 au sous-sol de l'aile sud du bâtiment produit les repas du centre hospitalier dans sa totalité.
Il est doté de 40 lits de moyen séjour, soins de suite et de réadaptation qui permettent d'assurer un traitement ou une surveillance médicale à des malades requérant des soins continus, dans un but de réinsertion, de 135 lits de long séjour dont 55 chambres individuelles et 40 chambres doubles. L'Unité de Soins de Longue Durée (USLD) accueille des personnes n'ayant pas leur autonomie de vie et dont l'état nécessite une surveillance médicale constante. Ajoutons à cela, 40 lits de maison de retraite (EHPAD) dont 15 chambres individuelles et 12 chambres doubles.

Clinique des Spécialités Chirurgicales Saint-Louis

La clinique Saint-Louis a subi entre 2007 et 2010 une restructuration. Aujourd'hui, il s'agit d'un vaste bâtiment se situant entre le Boulevard d'Estournel, la rue Cabrière et le no 22 de la rue Béteille. Les deux bâtiments communiquent par un souterrain et des tunnels en hauteur. Cette construction s'implante sur une parcelle longue de 40 mètres. Elle s'étale sur une superficie totale de 6 000 m2 et comprend trois niveaux et deux étages de parking. Cette clinique est dotée d'un laboratoire d'analyses médicales, d'une plate-forme radiologique dotée d'un IRM et d'un scanner. Chaque plateau s'étend sur 900 m2 et le dernier étage, avec ses 24 lits, est consacré aux soins postopératoires spécialisés en cardio-pneumologie[78]. 100 lits, toutes disciplines confondues, sont opérationnels dans cet établissement chirurgical. Les spécialités chirurgicales dispensées dans cette clinique sont[79] :

Hôpital Sainte-Marie

Cet hôpital est un établissement de psychiatrie. Il a remplacé l'asile départemental d'aliénés de Paraire à Rodez en 1838[80]. Il est situé à Cayssiols, sur la commune d'Olemps. Des antennes associés avec des spécialités médicales sont situées à différents endroits de la ville dont une à Bourran (remarquable pour son architecture).

Sports

Le gymnase Dojo.

La ville dispose de nombreux équipements sportifs. La plupart de ces équipements ont été réunis dans ce que l'on appelle le Vallon des Sports, au niveau de Pré Lamarque dans le quartier ouest. Ce Vallon des Sports est composé du gymnase-dojo, des salles de sports de l'amphithéâtre (escrime, handball, basket) et du centre aquatique Aquavallon. Le stade Paul-Lignon est situé non loin de ce Vallon.

De plus, nombreux complexes sportifs (stade Louis Polonia à Saint-Éloi, à La Roque, le Trauc, boulodrome, skate-park, etc...) présents sur l'agglomération. Tous ces aménagements ont pour but d'améliorer l'accueil des clubs sportifs de la ville, qu'ils soient fédérés en association comme le Stade Rodez Omnisports ou indépendants. L'ensemble des équipements ruthénois étant détaillés ci-contre[81].

Le domaine de Combelles est un haut lieu de l'équitation[82]

Plus de 70 clubs (R.A.F. (football), S.R.A. (rugby), R.O.C. (handball), escrime, etc...) en bénéficient régulièrement, sans compter les nombreuses compétitions locales, départementales, régionales et internationales qui s'y déroulent régulièrement[81]. Les clubs de basket Stade Rodez Aveyron Basket évoluant en Nationale masculine 3, de football Rodez Aveyron Football évoluant en National pour l'équipe masculine et en Division 1 pour l'équipe féminine, et de rugby Stade Rodez Aveyron évoluant en Fédérale 2, sont les principaux clubs de sports collectifs de la commune. Le Club Badminton de Rodez (CBR) organise chaque année un tournoi d'envergure nationale à l'amphithéâtre. Le Vélo Club Rodez, fondé en 1891, est le plus ancien club sportif de la ville[83].

Enfin, la ville de Rodez a accueilli le Jumping international de France en 2009, le Top 12 du SRA[84] en 2009, le championnat international de gymnastique aérobic en 2010, le Championnat du monde de basket-ball masculin des 17 ans et moins en 2010 et le Tour de France 2010.

Médias

Presse écrite locale et régionale

Rodez est le siège du journal Centre Presse. Il fait partie du Groupe Les Journaux du Midi. Le groupe se situe dans de vastes locaux, avenue Victor Hugo, au pied de la Cathédrale de Rodez. En effet, il existe trois quotidiens concernant l'actualité locale et régionale étant édités chaque jour, à savoir le Centre Presse, La Dépêche du Midi et le Midi-Libre. De plus, un hebdomadaire ruthénois basé sur l'actualité de l'agglomération du Grand Rodez paraît sur le piton, à savoir Le Ruthénois[85]. Des mensuels sont édités par le Conseil général de l'Aveyron chaque mois relate l'actualité de l'institution, de même pour la ville de Rodez qui à son propre mensuel dénommé «Rodez, notre ville»[86]. Enfin, un trimestriel édité par la Région Midi-Pyrénées est distribué dans la boîte aux lettres de chaque ruthénois[87]. En ce qui concerne l'histoire de la presse ruthénoise, certains journaux ont disparu à savoir La Gazette du Rouergue (1832-1835), L'Écho de l'Aveyron et Le Peuple.

Presse nationale et internationale

La ville dispose dans ses kiosques de la presse nationale et internationale. Pour faciliter le travail sur des articles de presses, la Médiathèque de Rodez contient de nombreuses archives, tout comme les Archives départementales ou encore la maison de la presse.

Radios

Hormis toutes les grandes stations nationales auxquelles la cité ruthénoise peut avoir accès, d'autres radios locales sont également disponibles telles que Totem dont le siège social est à la Primaube, Radio cent pour cent, Radio Menergy, CFM (107.9FM), qui a ses studios à Rodez. Enfin, Radio Temps (107 FM) est née au lycée Louis Querbes.

Télévision

La commune dispose des chaînes de la Télévision Numérique Terrestre depuis le 1er juin 2008. De plus, une antenne de France 3 Sud, pour France 3 Quercy-Rouergue, siège à Bourran et permet ainsi de rapprocher l'actualité ruthénoise à la télévision[88]. Un studio de télévision y est installé afin de présenter les journaux télévisés Quercy-Rouergue Aveyron-Lot. Enfin, l'idée d'instaurer une chaîne continue dédiée à l'agglomération de Rodez est née[89]. Depuis le 8 novembre 2011, l'agglomération de Rodez diffuse les chaînes de télévision en numérique en remplacement de l'analogique[90].

Internet et téléphonie

Rodez dispose du très haut débit Internet grâce à la technique filaire et wifi ainsi qu'à la mise en service, en 2008, de plusieurs kilomètres de fibre optique couplé à des antennes-relais WIMAX et UMTS sur tout le Grand Rodez et notamment vers les zones d'échanges tel qu'à l'aéroport international, la gare, le quartier de Bourran, le centre-ville[91]. Le réseau est classé 3e et 4e génération (visioconférence, internet très haut débit). Ainsi, toutes ces technologies en constante évolution permettent le désenclavement numérique de la ville de Rodez. Les différents travaux de voiries, au centre ville - et plus particulièrement dans le cœur historique - ont permis de poser de nouvelles boucles internet de très haut débit entre 2011 et 2012.

Cultes, associations philosophiques et humanistes

Culte catholique

La ville de Rodez, siège de l'évêché, fait partie de la paroisse Notre-Dame de l'Assomption, qui comprend 6 relais : Cathédrale ND de Rodez, Saint Amans, Gourgan, Le Monastère, La Mouline, le Sacré-Coeur. François Fonlupt est l'évêque de Rodez depuis 2011. Horaires des messes :

  • du lundi au vendredi

- Cathédrale : 8h30 (sauf veille des fêtes) - Sacré-Coeur : 18h30 (sauf les jeudis, où cette messe est remplacée par la messe à 18h à la chapelle de la résidence Jean XXIII)

  • samedi & veille des fêtes

- Sacré-Coeur : 18h30 - Sœurs Franciscaines:17h30

  • dimanche & fêtes

- Saint Amans : 9h00 - La Mouline : 11h00 - 2e et 4 ème dimanche - Gourgan : 9h45 - Cathédrale : 10h30 & 18h30 (horaire de juin à août : 19h30) - Sacré-Coeur : 10h30 - Le Monastère : 11h - 1er et 3e dimanche

Culte protestant

Le temple protestant de Rodez (Église réformée de France) a été édifié en 1947, rue Louis Lacombe.

Culte évangélique

L'Église Réformée Evangélique de Rodez est implantée route de Séverac à Onet le Château.

Culte musulman

La mosquée de Rodez, édifiée avenue de Bamberg entre 2000 et 2002, a été inaugurée en mai 2003.

Loges maçonniques

Rodez accueille plusieurs loges maçonniques :

Économie

Rodez forme aujourd'hui le principal bassin d'emploi d'Aveyron avec des secteurs en forte expansion comme la santé, la formation, le commerce, l'agroalimentaire (laiterie, fromagerie, transformation de la viande), la filière bois-meuble, la mécanique, l'informatique, le tertiaire, les industries, l'aviation, la recherche. Rodez est la deuxième économie de Midi-Pyrénées et la 13e de France, juste après la région parisienne. De plus c'est la 2e ville de province de plus de 20 000 habitants, la plus prospère en France en 2010 derrière Blagnac dans la banlieue Toulousaine. C'est la 28e ville de France où il y a le plus d'emplois et la 9e où il y a le plus "d'emplois sur place". Rodez est aussi la 91e ville de France en terme de jeunes entreprises viables par habitants (1 pour 116 hab.) et la 157e en terme de part des foyers imposés soit 58% (nettement supérieur à la moyenne nationale).[95]. Ce résultat peut s'expliquer par deux mécanismes. Premièrement, la diversité du tissu économique fait que les entreprises de Rodez touchent à de nombreux domaines aujourd'hui, et d'autre part Rodez fut pendant de nombreuses années enclavés des grandes économies nationales. Pour cela, elle s'est débrouillée par ses propres moyens à produire et construire son propre panel d'entreprises.

Revenus de la population et fiscalité

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 18 678 €, ce qui plaçait Rodez au 10 042e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[96].

Emploi

Selon les résultats du recensement de 2008[97], la population active (15-64 ans) de la commune compte 12 028 personnes, soit 72,6 %, ce taux est de 73,0 % au niveau départemental[98]. Les 15-64 ans représentent 6,0 % de chômeurs, 66,6 % de personnes ayant un emploi et 27,4 % d'inactifs. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : les retraités ou préretraités représentent 7,9 % de la population active, les scolarisés 12,7 %, les autres inactifs 6,8 %. Le taux de chômage de Rodez est un des plus bas de France. En effet, d'après l'Insee, il se situe à 5,2 % de la population active en 2011, juste après la technopole d'Orsay (4,9 %) située à 19 km de Paris[99]. Cependant, les demandeurs de RSA sont en légère augmentation. À noter qu'avant la crise économique de 2008, la ville enregistrait un taux de chômage voisin des 4,5 %. Cette consolidation s'explique d'une part par l'augmentation de 4,3 % du nombre d'actifs, dans la zone d'emploi entre 1990 et 2000[Note 2]. Enfin, il est à noter qu'à ce jour, certaines entreprises manquent de main d'œuvre, particulièrement en informatique[100].

Répartition des plus de 15 ans selon le secteur d'activité en France

  Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Rodez 0,8 % 8,5 % 5,6 % 44,2 % 40,8 %
Comparaison avec le département 11,1 % 15,4 % 8,2 % 34,9 % 30,4 %
Sources des données : INSEE[97],[98]

Entreprises et établissements

Rodez est le siège de la Chambre du Commerce et de l'Industrie de l'Aveyron situé au centre-ville et dans le quartier de Bourran[101]. Le Grand Rodez est la deuxième économie de la région Midi-Pyrénées où l'on dénombre 2 700 entreprises sur le Grand Rodez et 1 500 sur Rodez intramuros. Enfin, on relève une augmentation de 14,5 % pour la création d'entreprises sur Rodez et sa région entre 2000 et 2006. Le taux de survie des entreprises est de 71,5 %, trois ans après leur ouverture[53]. Parmi les pôles majeurs, on trouve :

  • Le Groupe hospitalier de Rodez avec ses 2000 salariés est la seconde plate-forme de santé de la Région Midi-Pyrénées.
  • Robert Bosch Rodez avec 1980 salariés est le plus gros employeur industriel du département de l'Aveyron. Désigné site référence en ce qui concerne les bougies de préchauffage, l'injecteur « common rail », devenu le standard sur les systèmes diesel, est le « produit phare », selon le directeur du groupe Albert Weitten. L'entreprise à pour projet d'en produire 1 800 000 pour 2011[102].
  • Le siège national de la RAGT, situé dans le quartier des affaires de Bourran, regroupe 250 chercheurs sur un total de 1 000 salariés.
  • SOPRA Group Inforsud avec 400 employés (ingénierie informatique).
  • Groupe Verdié Voyages emploie 250 salariés et de nombreux saisonniers (voyagiste) ou encore le groupe CLC NACEL, 150 employés et de nombreux saisonniers (voyagiste).

Au 1er janvier 2010, 490 entreprises ont été créées sur le territoire.

Répartition des établissements par domaines d'activité

  Ensemble Industrie Construction Commerce et services divers Secteur public
Nombre d'établissements 3 026 171 207 2 143 505
% 100 % 5,7 % 6,8 % 70,8 % 16,7 %
Sources des données : INSEE[97]

Répartition des créations d'entreprises par secteur d'activité en 2009

  Ensemble Industrie Construction Commerce et services divers Secteur public
Nombre d'établissements 490 25 61 355 49
% 100 % 5,1 % 12,4 % 72,4 % 10,0 %
Sources des données : INSEE[97]

Pôles économiques du territoire

Viaduc de l'Europe : Passerelle de l'économie ruthénoise entre le centre-ville et le quartier de Bourran.

Les pôles économiques présents sur Rodez et/ou sur son agglomération sont étroitement en liens avec le chef-lieu[103]. On trouve :

  • Zone du Comtal : Avec plusieurs dizaines d'enseignes commerciales nationales ou d'enseignes locales, le tout établis sur 55 hectares, elle est la première zone commerciale de son département et une des plus importantes de sa région.
  • Quartiers des affaires de Bourran : Services et administrations de l'État, entreprises privés, santé.
  • Zone de Bel Air : Proche de l'aéroport international de Rodez, c'est le premier parc d’activités du Grand Rodez. Étendu sur près de 200 hectares et dotée d’entreprises structurantes pour tout le territoire, Bel Air est reconnu Zone d’Intérêt Régional par Midi-Pyrénées[104]. 160 entreprises y sont installés.
  • Zone de La Gineste : Avec ses 10 hectares au cœur de Rodez, elle se concentre dans les activités de commerce et de service à dominante pour les nouvelles technologies. Une dizaine d'entreprises y sont installées dont RM Ingénierie, ETI, RDS, D’Médica.
  • Zone des Balquières : Pôle automobile du Grand Rodez, situé juste avant Rodez. Plusieurs concessions y sont présentes dont Peugeot, Citroën, Ford, Volvo, Land Rover, Mercedes etc.
  • Zone de Cantaranne : L’une des zones d’activités «historiques» dédiée à l’industrie, l’artisanat et le commerce de gros, sur les communes d’Onet-le-Château et Rodez. Quarante entreprises sont déjà installées sur 68 hectares, parmi lesquelles : Bosch (1700 salariés), Lactalis, Drimmer, Bonneviale, Mathou, Thermatic, Garrigues SA, etc.
  • Zone d'Arsac : Zone agroalimentaire de 47 hectares sur la commune de Sainte-Radegonde
  • Zone de Naujac : Parc d’activités de 20 hectares, sur la commune de Luc-La Primaube, dédié à l’artisanat et à l’industrie. 25 entreprises y sont installées dont Eiffage-construction.
  • Zone de Montvert : Situé à Luc-La Primaube. Dédié à l’artisanat et à la petite logistique (en bordure de la RN 88).
  • Zone de Malan : Artisanat et industrie. Parc des expositions en 2014.

Agriculture

La ville est siège de l'agriculture aveyronaise grâce à sa chambre départementale d'agriculture[105]. Cependant, Rodez intramuros ne dispose pas ou peu d'exploitations agricoles (0,8 % de la répartition d'emplois). En revanche, elle concentre ce domaine dans la recherche, dont par exemple la RAGT ou encore le Lycée La Roque. Au-delà de la cité et de l'agglomération, l'activité agricole est présente. Lors de la session de 2011 du Congrès des jeunes agriculteurs se déroulant à Rodez[106], Bruno Le Maire, alors Ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, ainsi que de la Ruralité et l'Aménagement, est venu clôturer ce congrès[107].

Commerce

Rodez et son agglomération ont développé au cours du XXIe siècle le commerce local et les grandes enseignes nationales afin d'éviter "l'exode commercial" vers les grands pôles comme Toulouse ou Montpellier. Pour cela elle à développé les commerces dans son hypercentre[108] et sur les abords de la ville grâce notamment au pôle commercial du Comtal situé à Sébazac-Concourès.

Le marché de la ville se tient chaque mercredi et samedi matin ainsi que les vendredi après-midi[109]. Enfin, une grande foire est disponible chaque trimestre sur le piton ruthénois.

Tourisme

De par la situation géographique de Rodez, entre le Viaduc de Millau et Conques, mais également à proximité de grandes métropoles du midi telles que Toulouse et Montpellier, son passé historique vieux de 2 000 ans, son offre culturelle avec ses musées dont le futur Musée Soulages, le développement des transports routier, ferroviaire et aérien ou encore sa candidature pour le patrimoine mondial de l'Unesco concourt à une dynamique touristique positive de l'agglomération (300 000 touristes chaque année à la Cathédrale de Rodez[110]). Enfin, l'office de tourisme de Rodez effectue des visites guidés des monuments et lieux emblématiques de la cité[111]. Cependant, au-delà de la cité ruthénoise, les touristes sont également tournés vers les centres majeurs du département tels que les lacs du Lévézou, Conques, Laguiole au nord du département, le Viaduc de Millau, au sud assurant la jonction de l'A75 vers la Méditerranée ou encore les plus beaux villages de France qui placent le département de l'Aveyron au premier rang des départements français hébergeant les plus beaux villages[112]. Enfin, Rodez dispose de deux clips de promotion de la ville émis par le Grand-Rodez[113] et par le groupe des « Grands Sites de Midi-Pyrénées »[114].

Insertion professionnelle (MCEF)

La Maison Commune Emploi-Formation ouvrira ses portes à l’automne 2012. Cet espace de 4 000 m2 comptrendra le Pôle emploi et sa plateforme de service, la mission locale pour l’emploi des jeunes, le Centre inter-institutionnel de Bilan de Compétences personnelles et professionnelles (CIBC), le Centre d’Information et d’Orientation (inspection académique), le Bureau territorial Aveyron[Note 3], Cap Emploi[Note 4], l’AFIJ (jeunes diplômés) et l’antenne aveyronnaise de l’ADEFPAT[Note 5] qui est une structure régionale ayant pour mission de conforter les stratégies de développement territorial[116]

Culture locale et patrimoine

La plupart des édifices importants de la ville sont situés dans ce que l'on appelle le Vieux-Rodez.

Patrimoine civil

Patrimoine religieux

Sur la ville, plusieurs édifices religieux sont présents :

Front ouest de la cathédrale de Rodez dominant la place d’Armes
  • Cathédrale Notre-Dame de Rodez classée aux monuments historiques[118], elle est le principal édifice religieux du département. Brûlée, endommagée au cours des siècles, la cathédrale de Rodez constitue un remarquable condensé des styles architecturaux du XIIIe siècle au XVIIe siècle : gothique, renaissance et éléments de décoration intérieure baroques. Elle possède des dimensions imposantes ; la nef centrale, assez étroite, se développe sur 102 m de long et possède une élévation particulièrement gracieuse (30 mètres). L'édifice est doté d'un superbe clocher, véritable dentelle de pierre de grès rose, repérable de loin, dominant le sommet de la cité de ses 87 mètres. La nuit, elle est illuminée de l'intérieur.
  • Le diocèse de Rodez[119]
  • L'Église Saint-Amans inscrit aux monuments historiques[120] Bâtie au XIIe siècle, elle fut entièrement reconstruite de 1758 à 1761 avec les matériaux récupérés de l'ancien édifice. L'extérieur est de style baroque mais l'intérieur a conservé la pureté du roman. La coupole fut décorée au XVIIIe siècle par Salinier. Des tapisseries du VIe siècle ornent le chœur et représentent les miracles de saint Amans. On y conserve une pietà du XVe siècle, une statue de la Trinité (XVIe siècle) et un coffret reliquaire en émail de Limoges.
  • L'église du Sacré-Cœur inscrit aux monuments historiques[121], dont la construction fut inspirée de l'Abbatiale Sainte-Foy de Conques avec des influences notables des grandes églises périgourdines.
La chapelle Paraire à Rodez (avril 2008)
  • La chapelle Paraire, dernier vestige de l'asile d'aliénés de Paraire où l'écrivain et poète Antonin Artaud a été interné. Elle abrite aujourd'hui un « espace Antonin Artaud ».
  • La chapelle Saint-Martin, elle était située à mi-pente en surplomb de Layoule. Avant 1789, elle servait de paroisse Ruthénoise, puis avant la Seconde Guerre mondiale, de dépôt d'ordures et de terrains de jeux pour les enfants. En ruine depuis la guerre, elle fut entièrement démolie en 1966.
  • L'évêché (Palais), ses tours et ses remparts. Ces derniers reconstituent bien l'allure de la cité d'antan.
  • Chapelle de l'Ancien Collège Royal (ancien Collège des Jésuites, fondé par la Compagnie de Jésus à Rodez, devenu ultérieurement Collège Royal), rue Louis-Blanc. Site classé monument historique XVIIe siècle, de style gothique et baroque, édifiée en grès rose, avec décor peint de la Renaissance.
  • La Mosquée de Rodez[122], inauguré en mai 2003 et remarquable pour son architecture, se situe au niveau de l'Avenue Bamberg.

Immeubles protégés et Monuments Historiques de Rodez

De nombreux édifices, maisons, places, lieux de cultes, châteaux sont inscrits et protégés par l'État[123].

Patrimoine culturel

Rodez, siège de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, possède également une médiathèque riche en ouvrages anciens comme actuels. On y trouve par ailleurs la Maison des Jeunes et de la Culture et l'Amphithéâtre, qui regroupent scènes de spectacles, concerts d'artistes et clubs d'activités sportives et culturelles. On trouve également sur la place du Foirail le multiplexe de 10 salles de cinéma représentant un total de 1 700 places (ouverture mi-2013)[124]. L'été, la ville propose de nombreuses animations et évènements festifs. Enfin côté jeunes, des associations d'étudiants du Grand Rodez sont présentes et, de plus, tout au long de l'année, de nombreux bars-restaurants et bars-discothèques présents sur la ville participent à l'animation du piton ruthénois (« terrasses en fêtes »[70], par exemple). La ville dispose d'un théâtre situé sur la commune d'Onet-le-Château.

Patrimoine naturel

Le Parc de loisirs de Combelles, situé sur la commune du Monastère, à quelques kilomètres du centre-ville est au cœur d’un parc de 120 hectares. C’est un lieu dédié aux activités de son centre équestre et de l’hébergement de son village-vacances. De plus, le parc de Vabre propose des activités pour les enfants avec des jeux de plein air. Rodez dispose d'un golf 18 trous situé plus exactement sur la commune d’Onet-le-Château. Layoule, situé au bord de la rivière l’Aveyron, propose un parcours aménagé pour les piétons ou pour les vélos. Il existe également un guide "Les Belles Balades de l’Aveyron"[125].

Musées

Édifices
Statue-menhir conservée au Conseil Général de l'Aveyron.

Rodez compte 3 musées :

  • Musée Fenaille - Musée d'histoire et d'archéologie possédant une collection unique de statues menhirs du Rouergue. Ses collections comprennent aussi des sculptures d'autres périodes : Antiquité, Moyen Âge, Renaissance et époque moderne.
  • Musée des Beaux-Arts Denys-Puech - Musée d'art contemporain dans lequel les sculptures et tableaux de Denys Puech sont exposés et accueille de nombreuses expositions temporaires.
  • Musée Soulages - musée en cours de construction dont l'ouverture est prévu pour le printemps 2013 dans lequel sera exposé une grande partie des œuvres de Pierre Soulages et de nombreuses expositions d'envergures internationales[126],[127].
Fréquentation

En 2007, la fréquentation muséale de Rodez s'est élevée à 39 336 visites dont 27 527 gratuites contre 29 147 en 2003 dont 17 686 gratuites[128].

Galerie d'art

Archives départementales

Occitanie

Croix Occitane.

La cité de Rodés (en occitan) fut l'un des derniers hauts lieux de l'Occitanie, avec de nombreux trabadours qui y trouvèrent refuge et tentèrent d'y perpétuer la culture occitane. Aujourd'hui, l'Occitania et la lenga d'oc revivent grâce à l'Estivada de Rodez et la présence de nombreuses manifestations festives et culturelles, cette langue devenant au fil des ans, un véritable carrefour culturel des pays d'Oc au service du renouveau de la culture occitane.

Vie militaire

Siège de l'Armée de Terre de l'Aveyron situé à Rodez, près de Bourran.

Les régiments dont le casernement fut à Rodez :

Éléments non endivisionnés :

Personnalités liées à la commune

Héraldique, logotype et devise

Héraldique

Blason de la ville

Malte-Brun, dans la France illustrée (1882), rapporte deux blasonnements différents :

  • «  De gueules, à trois besants d'or. »
  • «  De gueules, à trois roues d'or, deux en chef et une en pointe ; au chef d'azur, chargé de trois fleurs de lis d'or, » et pour devise :
« « CIVITAS RUTHENA DEO FIDELIS ET REGI SEMPER. » » (La cité Ruthénoise de la fidélité éternelle à Dieu et au Roi.)

Les roues (rodas) des armes parlantes de Rodez, ressemblent à des besants, d'où la confusion du blasonnement. Le chef de "France" (d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or) correspond à une augmentation concédée par le roi Henri IV en 1596, et donc n'est pas en contradiction avec le premier blasonnement, plus ancien (il faudrait d'ailleurs le dire « cousu »). La précision deux en chef et une en pointe pour la position des roues est inutile (c'est la position par défaut) et n'apporte donc pas de différence entre les deux blasonnements.

Un blasonnement plus correct serait : « De gueules, à trois roues d'or ; au chef cousu d'azur, chargé de trois fleurs de lis aussi d'or »

Logotype

Logo de Rodez

Le logotype de Rodez est composé d'un petit dessin jaune représentant la branche du bas de la croix occitane -croix présente sur le drapeau de Midi-Pyrénées- et du nom Rodez en capitales rouges. La partie haute du logo, quant à elle, représente la cathédrale de Rodez perchée sur son "piton". Le slogan : « Rodez, un art de ville » est parfois ajouté au logo.

Pour approfondir

Bibliographie

  • Henri Enjalbert, Histoire de Rodez, Éd. Privat, collection pays et villes de France, 1981

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

Notes

  1. Magazine "Rodez Notre Ville - juin 2011
  2. Le Point no 1785)
  3. Service du conseil régional chargé de la formation professionnelle
  4. Association œuvrant pour l’emploi des personnes handicapées
  5. Association pour le développement par la formation des pays de l’Aveyron, du Tarn, du Lot et du Tarn-et-Garonne

Références

  1. Populations légales 2008 de la commune : Rodez sur le site de l'Insee
  2. ViaMichelin Voyages.Rodez Le Guide Vert Michelin
  3. a et b Ville de Rodez - La Commune, la Mairie de Rodez et sa ville en France, Midi-Pyrénées. Consulté le 10 octobre 2011
  4. INSEE-Populations légales 2008-Rodez. Consulté le 10 octobre 2011
  5. Le grand Rodez attire, Decazeville chute - Aveyron : Ladépêche.fr
  6. <http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=7&ref_id=15580
  7. Nom des habitants des communes françaises, Rodez sur le site habitants.fr de la SARL Patagos. Consulté le 20 juillet 2011
  8. Rodez officiellement "Grand site" régional
  9. Rodez. Patrimoine riche cherche label Unesco - Aveyron : Ladépêche.fr
  10. Après Albi, Rodez veut être inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco - Le Point
  11. a et b Rodez dans l'Antiquité, site de l'amicale Ruthénoise
  12. a et b Dynamique et atouts du Grand Rodez | L'EC(H)O du Grand Rodez
  13. Mecanic Vallée
  14. Ville de Rodez - La Commune, la Mairie de Rodez et sa ville en France, Midi-Pyrénées
  15. http://www.insee.fr/fr/insee_regions/midi-pyrenees/actualites/act_presse/com_presse_6pages111.pdf
  16. Zonage sismique de la France - Le Plan Séisme
  17. 15. Millau - Classement villes ensoleillées en France - L'Internaute Actualite
  18. Météo France, « Prévisions météo de Météo France : Normales : Rodez » sur http://france.meteofrance.com/. Consulté le 2 juillet 2010
  19. L'Internaute des Villes, « Climat de Rodez » sur http://www.linternaute.com. Consulté le 2 juillet 2010
  20. Carte de l'ensoleillement en France
  21. (fr) Données climatiques Météo-France sur le climat de l’Aveyron.
  22. le blog neige-rodez-12
  23. Rodez. Rocade : Teyssèdre fustige la "démagogie" de Luche - Aveyron : Ladépêche.fr
  24. Direction Interdépartementale des Routes du Sud-Ouest (DIRSO) - Les Centres d’Ingénierie et de Gestion du Trafic
  25. http://www.ortmidipyrenees.com/IMG/pdf/plaquette_trafics_juin_2010_ECRAN_cle071517-1.pdf
  26. Rodez. Barreau de Saint-Mayme : seul l'Aveyron va payer - Aveyron : Ladépêche.fr
  27. Pas de grand contournement
  28. Rodez. Les bus, bientôt prioritaires aux feux - Aveyron : Ladépêche.fr
  29. Rodez. Prenez le bus pour 20 centimes - Aveyron : Ladépêche.fr
  30. Lignes de bus de l'Aveyron, site du Conseil général de l'Aveyron
  31. LGV Poitiers Limoges RFF
  32. http://www.midi-pyrenees.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/fiches_2010_aout_cle139a9b-1.pdf
  33. Onet-le-Château. La Poste se modernise
  34. La Poste Rodez - horaires, bureau de poste, téléphone et agence
  35. Les quartiers de Rodez sur le site de la mairie de Rodez
  36. a et b Visite du Vieux Rodez sur netAveyron.net
  37. Office de Tourisme du Grand Rodez – Aveyron (12) – France
  38. http://www.ot-rodez.fr/imclient/telecharger/groupe_115_fichier_129.pdf
  39. http://www3.midi-pyrenees.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/bilan_2007_Aveyron_cle55ddc8.pdf
  40. Rodez. Le Foirail doit redevenir le lieu de vie et de rencontres sur La Dépêche du Midi. Mis en ligne le 22 septembre 2009, consulté le 20 juillet 2011
  41. Le Musée Soulages - Communauté d'agglomération du Grand Rodez
  42. Rodez. Multiplexe du Foirail : « Un plus pour la ville » - Aveyron : Ladépêche.fr
  43. Multiplexe à Rodez : le bon coût de la mairie - Aveyron : Ladépêche.fr
  44. Combarel | Travaux Rodez Pratique
  45. a et b Place de la Cité sur Travaux-Rodez pratique
  46. Rodez. Le maire s'explique sur l'îlot Bonald - Aveyron : Ladépêche.fr
  47. RodeZ. îlot Bonald : tout reste à faire - Aveyron : Ladépêche.fr
  48. Deux ans de travaux pour “relooker” le centre-ville
  49. Place d’Armes | Travaux Rodez Pratique
  50. a et b Jacques Astor, Dictionnaire des noms de familles et noms de lieux du Midi de la France, Éditions du Beffroi, décembre 2002, broché, 20×27 cm, 1300 p. (ISBN 2-908123-95-2), p. 680 
  51. Rodez au Moyen Âge, site de l'amicale Ruthénoise
  52. Rodez à la Renaissance, site de l'amicale Ruthénoise
  53. a, b et c La communauté d'agglomération du Grand Rodez à vos côtés pour entreprendre
  54. a et b Curlande en phase de terrassement - Aveyron : Ladépêche.fr
  55. Un pont et 3,8 km de route pour contourner Espalion - Aveyron : Ladépêche.fr
  56. Annuaire Pages jaunes, [lire en ligne]
  57. Annuaire des juridictions sur le site du ministère de la justice. Consulté le 21 juillet 2011
  58. La convention du réseau de villes Estelle
  59. a et b Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures sur Ministère des affaires étrangères. Consulté le 21 juillet 2011
  60. Loi no 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V "des opérations de recensement".
  61. Par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de 5 ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee. Dans le graphique sont par contre représentés l’ensemble des populations légales connues.
  62. Insee - Population - Rodez, moteur du renouveau démographique de l’Aveyron
  63. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur site de l'École des hautes études en sciences sociales. Consulté le 20 juillet 2011
  64. Évolution et structure de la population (de 1968 à 2007) sur Insee. Consulté le 20 juillet 2011
  65. Recensement de la population au 1er janvier 2008 sur Insee. Consulté le 20 juillet 2011
  66. Évolution et structure de la population à Rodez en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 20 juillet 2011
  67. Résultats du recensement de la population de l'Aveyron en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 20 juillet 2011
  68. Résultats de recherche sur le site du ministère de l'Éducation nationale. Consulté le 20 juillet 2011
  69. Être étudiant à Rodez
  70. a, b, c, d et e Les rendez-vous culturels de la ville de Rodez - Aveyron
  71. Festival Skabazac
  72. Rouergue 2011 | Le Rallye du Rouergue
  73. Estivada: Festival interrégional des cultures occitanes
  74. Salon du chocolat
  75. a et b Amphithéâtre de Rodez
  76. Les espaces verts, site de la mairie de Rodez
  77. Hôpital de Bourran sur la Dépêche
  78. Clinique Saint Louis sur la Dépêche
  79. a et b Clinique 'Saint-Louis et Saint-Michel' à Rodez - Annuaire des établissements de santé - Le Guide Santé
  80. Création du Centre Hospitalier Sainte Marie
  81. a et b Pratiquer un sport à Rodez sur mairie de Rodez
  82. Equitation Aveyron : centre équestre de Combelles
  83. Vélo Club Ruthénois
  84. TOP 12 : actualités
  85. Rodez. Et voilà « Le Ruthénois » - Télé - médias : Ladépêche.fr
  86. Le magazine municipal de la ville de Rodez
  87. Région Midi-Pyrénées - Midi-Pyrénées Info
  88. Siège de France 3 Quercy-Rouergue
  89. Une télé locale pour le grand Rodez - Télé - médias : Ladépêche.fr
  90. Midi Pyrénées - Ma région - Tous Au Numérique
  91. AveyronADSL - [Maj] Wimax : le Grand Rodez arrosé début 2009
  92. La Dépêche du Midi du 8 février 2008. Consulté le 17 septembre 2011
  93. Blog Maçonnique www.hiram.be du 25 octobre 2009. Consulté le 17 septembre 2011
  94. Ordre Maçonnique Mixte International le Droit Humain. Consulté le 17 septembre 2011
  95. 13e : Rodez (12) - Villes prospères - Journal du Net Economie
  96. CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl sur le site de l'Insee. Consulté le 24 juillet 2011
  97. a, b, c et d Résultats du recensement de la population - 2008 sur le site de l'Insee. Consulté le 24 juillet 2011
  98. a et b Résultats du recensement de la population pour l’Aveyron sur le site de l'Insee. Consulté le 24 juillet 2011
  99. Demandeurs d'emploi de catégorie ABC inscrits à Pôle emploi - D'après Pôle emploi, Dares, et Statistiques du marché du travail + Carte du top 15 des zonez d'emploi
  100. Reportage pour le journal télévisé de TF1 du 25 mai 2011, consulté le 24 juillet 2011
  101. CCI de l'Aveyron
  102. Rodez. Bosch fête ses 125 ans - Aveyron : Ladépêche.fr
  103. http://blogeco.grand-rodez.com/wp-content/uploads/2009/11/GR_ECO_ZONES_DEF.pdf
  104. Requalification Du Parc D’Activites De Bel Air (Rodez) | L'Ec(H)O Du Grand Rodez
  105. Bienvenue ! - Chambre d'agriculture de l'Aveyron
  106. Site du Congrès National 2011 des Jeunes Agriculteurs
  107. Note aux rédactions : Discours de clôture de Bruno LE MAIRE au Congrès des Jeunes agriculteurs - Jeudi 9 juin 2011 à Rodez - Ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de ...
  108. Grand Rodez Shopping
  109. Les marchés de la ville de Rodez en Aveyron
  110. Le tourisme, compétence du Grand Rodez - Communauté d'agglomération du Grand Rodez
  111. Office de Tourisme du Grand Rodez – Aveyron (12) – France
  112. Les plus beaux villages de France en Aveyron (12), Midi-Pyrénées, France
  113. Les 8 communes du Grand Rodez - Communauté d'agglomération du Grand Rodez
  114. Grands Sites de Midi-Pyrénées - Les sites touristiques incontournables
  115. Le camping municipal de Rodez - Aveyron
  116. Localisation des MCEF - Maisons Communes Emploi Formation en Midi-Pyrénées
  117. Préfecture, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  118. Cathédrale Notre-Dame, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  119. Diocèse de Rodez en Aveyron > Bienvenue sur la Page d'accueil
  120. Église Saint-Amans, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  121. Église du Sacré-Cœur, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  122. Mosquee de Rodez
  123. Monument Historique Rodez - La Commune, la Mairie de Rodez et sa ville en France, Midi-Pyrénées
  124. Site de Bourran
  125. Patrimoine en Aveyron
  126. Musée Soulages, projet du Grand Rodez
  127. Musée Soulages, Rodez, Aveyron
  128. Fréquentation des musées sur veilleinfotourisme.fr, p. 129
Blason Rouergue.svg Portail Aveyron
Accédez directement aux articles de Wikipédia concernant l'Aveyron.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Rodez de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Rodez — Saltar a navegación, búsqueda Rodez Rodés Escudo …   Wikipedia Español

  • Rodez — • The Diocese of Rodez was united to the Diocese of Cahors by the Concordat of 1802, and again became an episcopal see by the Concordat of 1817 and Bull of 1822 Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Rodez     Rodez …   Catholic encyclopedia

  • Rodez — Rodez …   Deutsch Wikipedia

  • Rodez AF — Rodez Aveyron Football Pour les articles homonymes, voir RAF. Rodez AF …   Wikipédia en Français

  • Rodez AF — Saltar a navegación, búsqueda Rodez AF Nombre completo Rodez Aveyron Football Apodo(s) xxx Fundación 1929 Est …   Wikipedia Español

  • Rodez —   [rɔ dɛːz, rɔ dɛs], Stadt im Zentralmassiv, Verwaltungssitz des Départements Aveyron, Frankreich, auf einem Hügel über dem Aveyron, 24 700 Einwohner; katholischer Bischofssitz; Kunst und archäologisches Museum; Marktzentrum eines weiten… …   Universal-Lexikon

  • Rodez — (spr. däs), Hauptstadt des franz. Depart. Aveyron, auf einer vom Aveyron umflossenen Anhöhe, 633 m ü. M., Knotenpunkt der Orléans und der Südbahn, hat eine gotische Kathedrale Notre Dame (13.–16. Jahrh.) mit einem 77 m hohen Turm (1510–26),… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Rodez — Rodez, so v.w. Rhodez …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Rodez — (spr. däß), Hauptstadt des franz. Dep. Aveyron, (1901) 16.105 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Rodez — French commune nomcommune=Rodez The western façade of Rodez Cathedral image coat of arms=Rodez F 120.jpg image coat of arms size=80 région=Midi Pyrénées département=Aveyron (préfecture ) arrondissement=Rodez canton=Chief town of 3 cantons… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.