Menhir


Menhir
Couchés sur le sol, les quatre morceaux du « Grand menhir brisé d'Er Grah », à Locmariaquer (Morbihan).
La « Pierre Plantée » de Lacaune, Tarn.
Un des menhirs du site de la Cham des Bondons, en Lozère.
Un menhir du groupe des « Géants de Kerzerho », à Erdeven, près de Carnac

Un menhir est une pierre dressée, plantée verticalement. Il constitue l'une des formes caractéristique du mégalithisme en Europe au Néolithique jusqu'à la fin du Chalcolithique. La plupart ont été érigés en Europe entre 4500 et 2500 ans avant notre ère.

La culture populaire a souvent associé les menhirs aux Celtes, la vérité étant tout autre puisque les menhirs existaient plusieurs milliers d'années avant l'arrivée des Celtes en Europe.

Certaines pierres plantées à la protohistoire sont plus des stèles que des menhirs mégalithiques. En France, c'est le cas notamment du menhir d'Ensérune dans l'Hérault.

Les menhirs peuvent être implantés de façon isolée ou en alignement. Plus rarement, plusieurs menhirs peuvent être disposés en cercle ; on parle alors de « cercle de pierres » ou de cromlec'h.

La pierre peut être taillée (en forme de colonne, d'amande, de dalle anthropomorphe, etc.) ou avoir été plantée telle quelle, plus ou moins brute.

Sommaire

Étymologie

Ce terme a été construit à partir du breton maen, « pierre », et hir, « longue ». Cependant, le terme le plus utilisé en breton au XIXe siècle serait peulven ou peulvan (« pieu de pierre »), mais le mot menhir était déjà attesté dans certains noms de lieux en Bretagne, comme Prajou-Menhir à Trébeurden. Cependant en Loire Atlantique, vers la région de Guérande où le breton était usité jusqu'à récemment, le terme était bien menhir. Il semble que ce terme viendrait du breton de Loire Atlantique, le breton le plus accessible, le plus proche, pour les scientifiques venant de Paris ou d'Europe, en général.

Auparavant, dans les autres régions de France, on utilisait les locutions « pierre fichée », « pierre plantée », « pierre levée », « pierre longue » (en haute Bretagne) ou leur équivalent en langue régionale, lesquels sont souvent présents dans la toponymie sur les cadastres (« Pierrefiche », « Pierrefitte », etc.).

Il semble que ce soit Théophile Malo Corret de la Tour d'Auvergne qui, le premier, officialise le terme « menhir », dans son ouvrage Origines gauloise. Celles des plus anciens peuples de l'Europe puisées dans leur vraie source ou recherche sur la langue, l'origine et les antiquités des Celto-bretons de l'Armorique, pour servir à l'histoire ancienne et moderne de ce peuple et à celle des Français, publié entre 1792 et 1796.

Son appellation « menhir » sera vite relayée par Pierre Jean-Baptiste Legrand d'Aussy (1737-1800).

Le 7 ventôse de l'an VII (25 février 1799), Legrand d'Aussy fait, à l'Institut, une lecture de son ouvrage, Des Sépultures nationales, publié par la suite en 1824, dont voici un extrait[note 1] :

« On m'a dit qu'en bas-breton ces obélisques bruts s'appellent ar-men-ir (1). J'adopte d'autant plus volontiers cette expression, qu'avec l'avantage de m'épargner des périphrases, elle m'offre encore celui d'appartenir à la France, et de présenter à l'esprit un sens précis et un mot dont la prononciation n'est pas trop désagréable. La nécessité où s'est vue la nation bretonne d'imaginer une expression pour désigner cette sorte de monument, semble annoncer qu'elle en avait chez elle une très grande quantité. […] (1) Ar-men-ir, littéralement la pierre longue. Ar, dans la langue bretonne, de même qu al dans la langue arabe, est l'article défini qui répond à notre le, la; le transporter dans notre langue en y joignant le nôtre, serait une faute, parce que ce serait employer deux articles au lieu d'un. Je dirai donc menir, et non l almenir; de même qu'on dit le Koran, et non l alkoran. »[1]

Description

Il existe des menhirs gravés, sculptés (France, Rouergue) et même peints (Espagne).

Les « statues-menhirs », érigées entre le Néolithique final et l'âge du bronze, sont remarquables car il s'agit de menhirs aux formes anthropomorphes gravés (parfois sur les deux faces) d'attributs en bas-relief (parfois sculptés en ronde-bosse) comme le visage, les seins, les bras avec les mains, les jambes et les pieds, mais aussi les parures (colliers, pendeloque, crosse, objet mystérieux), des armes, le baudrier, la ceinture, les plis des vêtements, les cheveux en tresse, etc.


Répartition

Ces monolithes sont présents un peu partout dans le monde.

On les retrouve à travers toute l'Europe, de la zone méridionale (Portugal, Espagne, Corse...) au pourtour de l'Atlantique (France, Irlande, Angleterre), et de l'Europe centrale (Suisse, Autriche, Allemagne) à la Scandinavie (Danemark et Suède), mais aussi sous des formes plus récentes en Afrique (Sénégal), en Asie (Inde, Indonésie, Corée) et même en Amérique du sud. On trouve des statues-menhirs dans plusieurs régions d'Europe ; en France on en a une forte concentration en Bretagne[2] avec plus de 500 menhirs, en Lozère, sur le site de la Cham des Bondons qui compte plus de 150 menhirs[3], en Rouergue[4] avec plus de 120 statues-menhirs, en Languedoc avec une vingtaine de statues, en Provence, à Sailly-en-Ostrevent dans le Pas-de-Calais. En Corse, plusieurs dizaines de statues-menhirs ont été inventoriées un peu partout dans l'île (sites mégalithiques de Filitosa et de Palaghju notamment).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bande dessinée

Dans les aventures d'Astérix et Obélix, Obélix exerce la profession de tailleur et livreur de menhirs : il est souvent représenté portant un menhir sur le dos. Cette activité est au centre du scénario de l'album Obélix et compagnie ; une allusion à l'aménagement d'un certain terrain à Carnac est également faite dans l'album Astérix en Hispanie. On notera l'anachronisme plaisant : la plupart des menhirs, y compris les alignements de Carnac, ont bien entendu été érigés plusieurs millénaires avant l'époque des aventures de ces intrépides Gaulois (autour de 50 av. J.-C.).

Annexes

Bibliographie

  • Actes des journées d'études des statues-menhirs à St Pons de thomières, 1984. Fédération Archéologique de l'Hérault, Parc régional du Haut-Languedoc, 1987.
  • Actes du 2e colloque international sur la statuaire mégalithique à St Pons de thomières, 1997. Fédération Archéologique de l'Hérault, Parc régional du Haut-Languedoc, 1998.

Notes

  1. L'orthographe de l'extrait est donnée telle quelle.

Références

  1. Maen est un substantif et hir un adjectif. En faisant un seul mot des deux, Legrand d'Aussy crée un mot aussi étrange pour le breton que s'il avait créé en français le mot « pierrelongue ».
  2. http://megalithes-breton.fr/accueil_dpt.html
  3. Page Préhistoire du site web du Parc national des Cévennes, consultée le 10 novembre 2009.
  4. [1]

Voir aussi

Articles connexes

Alignements

Généralités

Sur les autres projets Wikimedia :

Autres

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Menhir de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Menhir — Menhir …   Deutsch Wörterbuch

  • Menhir — ist eine ursprünglich bretonische Bezeichnung für einen aufgerichteten „mehr oder minder großen“ Monolithen und bedeutet „langer Stein“ (maen = Stein, hir = lang). Diese Bezeichnung fand bereits Ende des 18. Jahrhunderts Eingang in die… …   Deutsch Wikipedia

  • menhir — [ menir ] n. m. • 1807; mot bas bret., de men « pierre » et hir « longue » ♦ Monument mégalithique, pierre allongée dressée verticalement (cf. Pierre levée). Menhirs disposés en rangées (⇒ alignement) , en cercle (⇒ cromlech) . ● menhir nom… …   Encyclopédie Universelle

  • menhir — MENHÍR, menhire, s.n. Monument megalitic (funerar sau de cult, întâlnit mai ales în provincia Bretagne şi în sudul Angliei) de la sfârşitul epocii neolitice, construit dintr un bloc înalt de piatră necioplită, aşezat vertical, izolat sau în grup …   Dicționar Român

  • Menhir — Sm vorgeschichtlich aufgerichteter Stein per. Wortschatz fach. (20. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. menhir, dieses aus bret. maen hir, zu bret. maen Stein und bret. hir lang .    Ebenso nndl. menhir, ne. menhir, nfrz. menhir. Vgl. Dolmen.… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Menhir — (Penvénan,Франция) Категория отеля: Адрес: 16 rue du Menhir, 22710 Penvénan, Франция …   Каталог отелей

  • menhir — (Del fr. menhir, y este del bretón menhir, der. de men, piedra e hir, larga). m. Monumento megalítico que consiste en una piedra larga hincada verticalmente en el suelo …   Diccionario de la lengua española

  • menhir — (n.) upright monumental stone, 1834, lit. long stone, from Fr. menhir (19c.), from Breton men stone + hir long, from PIE *se ro , from root *se long, late (see SOIREE (Cf. soiree)). Cognate with Welsh maen hir, Cornish medn hir …   Etymology dictionary

  • Menhir — Men hir, n. [F. Armor. men stone + hir high.] A large stone set upright in olden times as a memorial or monument. Many, of unknown date, are found in Brittany and throughout Northern Europe. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • menhir — s. m. Ver menir …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • menhir — mènhīr m <G menhíra> DEFINICIJA prapovijesni grubo klesani uspravni kameni blok (u Cornwallu i Bretanji); megalit ETIMOLOGIJA bret. men hir ≃ men: kamen + hir: dugačak …   Hrvatski jezični portal


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.