Emeutes de 2005 dans les banlieues francaises


Emeutes de 2005 dans les banlieues francaises

Émeutes de 2005 dans les banlieues françaises

Voiture en flammes à Strasbourg
Le matin du 6 novembre 2005 à Strasbourg

Les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises sont des violences urbaines qui ont commencé à Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005 puis se sont répandues dans un grand nombre de banlieues pauvres à travers la France. L'état d'urgence a été déclaré le 8 novembre 2005, puis prolongé pour une durée de 3 semaines. Au 17 novembre, la police déclare être revenue en situation normale.

Elles ont essentiellement pris la forme d'incendies criminels et de jets de pierres contre les forces de l'ordre. Dans certains cas, ces événements se sont transformés en émeutes opposant plusieurs centaines de personnes dans des quartiers de banlieues dits « sensibles » contre les forces de police françaises, avec parfois des tirs à balles réelles contre les policiers (exemple de Grigny).

Le 3 novembre au matin, on comptabilisait 315 véhicules brûlés et 29 arrestations à Clichy-sous-Bois et d'autres quartiers proches. Au soir du 4 novembre, les affrontements continuent et le climat est toujours aussi tendu avec un certain apaisement à Clichy-sous-Bois (93), point de départ de ces émeutes. Les émeutes se sont ensuite étendues à d'autres quartiers de la Seine-Saint-Denis, puis aux autres départements de l'Île-de-France. Des actes de vandalismes puis des émeutes sont ensuite apparus dans d'autres villes du pays (Rouen, Dijon, Aix-en-Provence, Nantes, Planoise, Montbéliard, Lille, Lyon (principalement à st fons), Toulouse, Strasbourg, Angers, Cholet, Pau, Rennes, Clermont-Ferrand et d'autres) et leurs banlieues. La nuit du dimanche 6 au lundi 7 novembre fut la plus active avec 1 408 véhicules brûlés, 395 personnes arrêtées et des agitations et vandalismes dans un nombre croissant d'agglomérations. À partir du mardi 8 novembre, le bilan des destructions de chaque nuit est régulièrement en baisse.

Ensemble, ces trois semaines de violence urbaine sont les plus importantes agitations en France depuis mai 1968.

Sommaire

Contexte historique

Violences
urbaines 2005

Débuts

L'élément déclencheur de ces événements est le décès de deux adolescents de Clichy-sous-Bois, Zyed Benna (17 ans), et Bouna Traoré (15 ans), morts par électrocution dans l'enceinte d'un poste source électrique alors qu'ils étaient poursuivis par la police[1], malgré les premières déclarations contraires du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy [2] qui a ensuite demandé un rapport de l'IGS [2]. À ce jour, les circonstances exactes de ce drame n'ont pas encore été éclaircies, notamment les raisons de la fuite de ces adolescents.

Vers 17:30, une dizaine de Clichois reviennent à pied du stade Marcel-Vincent de Livry-Gargan, où ils ont passé l’après-midi à jouer au football. En chemin, ils passent à proximité d’un grand chantier de construction. Un riverain signale par un appel téléphonique une tentative de vol[3] sur une baraque du chantier au commissariat de Livry-Gargan. Celui-ci dépêche un véhicule de la brigade anticriminalité. Les jeunes s’enfuient à la vue de la police. Six adolescents seront interpellés, dont quatre très rapidement dans le parc Vincent Auriol. Deux autres dans le cimetière qui jouxte le poste de transformation EDF où se sont réfugiés trois autres fuyards : Traoré, Benna, et Muhittin Altun, 17 ans. D'après les enregistrements des conversations radio, un gardien de la paix présent sur place, dit trois fois à ses collègues qu'il a vu les jeunes se diriger vers l'installation électrique et lance : « S'ils rentrent sur le site EDF, je ne donne pas cher de leur peau. » [4] À 18:12, alors que les policiers sont rentrés au commissariat, Traoré et Benna, cachés dans un recoin du poste de transformation, décèdent, touchés par un arc électrique. Le troisième est grièvement brûlé, mais parvient à regagner le quartier [5].

Le poste de transformation EDF de Clichy-sous-Bois où deux adolescents trouvèrent la mort le 27 octobre 2005.

Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin ont, dès le lendemain, parlé de tentative de cambriolage[6] ; d'après les premières constatations, les policiers avaient été appelés pour ce type de délit, mais aucun lien n'avait pu être prouvé entre les adolescents en question et l'affaire[7].

Une procédure judiciaire est en cours suite à la plainte déposée par les parents des jeunes. Deux policiers ont été mis en examen en février 2007[8]. Le 27 octobre 2007, à l'occasion du deuxième anniversaire de la mort des deux jeunes, le père de Benna a déclaré selon le Nouvel Observateur : « L'affaire prend du retard (...), il faut que ça avance et que les policiers soient jugés. »[9]

Des mouvements de rue ont débuté dans la soirée du 27, s'attaquant aux forces de l'ordre et aux sapeurs-pompiers de Paris.

Une grenade à gaz lacrymogène ayant appartenu aux forces de l'ordre a ensuite été lancée, pour des raisons encore inconnues, à proximité de la mosquée de Clichy-sous-Bois, ce qui a envenimé la situation alors que la communauté musulmane était encore en période de Ramadan. L'enquête administrative tend à montrer que la grenade a bien été jetée par les forces de l'ordre mais n'aurait pas pénétré l'enceinte de la mosquée, limitant son explosion à l'extérieur du bâtiment [10].

S'en suivent des agitations et destructions durant cinq nuits surtout localisées à Clichy-sous-Bois, puis qui s'étendent à Montfermeil, Aulnay-sous-Bois, Sevran et à d'autres villes de la Seine-Saint-Denis et à Paris à partir du 1er novembre.

Modes d'action et de contact des émeutiers

La plupart des premiers actes de vandalisme étaient des mouvements spontanés et isolés de jeunes dans les rues entourant les grands ensembles d'immeubles HLM. Ces actes se sont ensuite transformés en véritables émeutes avec notamment des combats contre les CRS.

D'après L'Express, nombre d'émeutiers auraient utilisés des téléphones mobiles pour rassembler des plus jeunes et les inciter à les suivre. Ils auraient également utilisé Internet au moyen de blogs pour envoyer des bulletins appelant à l'émeute. Certaines personnes ont été interpellées[11], la loi française interdisant les appels aux actes criminels, en vertu de l'article 23 de la loi du 29 juillet 1881 (modifié par loi n°2004-575 du 21 juin 2004 art. 2 II, JORF 22 juin 2004). :

Seront punis comme complices d'une action qualifiée crime ou délit ceux qui, soit par des discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics, soit par des écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images ou tout autre support de l'écrit, de la parole ou de l'image vendus ou distribués, mis en vente ou exposés dans des lieux ou réunions publics, soit par des placards ou des affiches exposés au regard du public, soit par tout moyen de communication au public par voie électronique, auront directement provoqué l'auteur ou les auteurs à commettre ladite action, si la provocation a été suivie d'effet.
Cette disposition sera également applicable lorsque la provocation n'aura été suivie que d'une tentative de crime prévue par l'article 2 du code pénal.

NB : la modification de 2004 a étendu la portée de l'article à « tout moyen de communication au public par voie électronique, » et non plus seulement les média écrits comme avant (cela inclut donc la radio, la télévision, les services d'information et d'échange par téléphone ou par Internet.)

Bilan

Évolution du nombre des véhicules incendiés (rouge) et des interpellations (bleu) lors des émeutes de 2005 (source : Ministère de l'intérieur)

Ce bilan concerne les atteintes aux personnes et les dégâts matériels lors des violences urbaines. Le tableau suivant montre la totalisation jour par jour du nombre de véhicules incendiés par vandalisme en France, du nombre d'interpellations procédées, du nombre de blessés parmi les forces de l'ordre et du nombre de décès directement liés aux émeutes. Ces chiffres sont issus des déclarations du ministère de l'Intérieur au lendemain de chaque nuit d'émeutes.

Bilan des émeutes de 2005
Bilan au matin du … Véhicules incendiés Interpellations Policiers blessés Morts Lieux touchés
Journée du 27 octobre 2005, 2 adolescents de 15 et 17 ans meurent électrocutés (Bouna et Zyed). Début des violences (23 véhicules incendiés).
28 octobre 2005 23 - - - Clichy-sous-Bois
29 octobre 2005 29 14 - - Clichy-sous-Bois
30 octobre 2005 20 19 - - Clichy-sous-Bois
31 octobre 2005 18[12] - - - Clichy-sous-Bois
1er novembre 2005 68 - - - Seine-Saint-Denis
2 novembre 2005 228 - - - France
3 novembre 2005 315 29 - 1 France
4 novembre 2005 519 78 - - France
5 novembre 2005 897 253 2 - France
6 novembre 2005 1 295 349 - - France
7 novembre 2005 1 408 395 35 1 France
8 novembre 2005 1 173 330 4 - France
9 novembre 2005 617[13] 280 1 - France
10 novembre 2005 482[13] 203 - - France
11 novembre 2005 463 201 8 - France
12 novembre 2005 502 206 2 - France
13 novembre 2005 374 212 2 - France
14 novembre 2005 284 115 5 - France
15 novembre 2005 215[14] 71 - - France
16 novembre 2005 165 44 - - France
17 novembre 2005 98 33 - - France
Total
21e nuit 9 193 2 921 56 2 (voir carte)
Source : déclarations du ministère de l'Intérieur. http://www.interieur.gouv.fr
¹ : Bilan provisoire

Le 9 novembre, le ministère de l'Intérieur annonce la suspension de huit policiers pour violences illégitimes sur un jeune homme interpellé le 7 novembre à La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

Au 14 novembre 2005, on comptait 597 incarcérations (dont 108 mineurs) sur les 2 734 personnes placées en garde à vue après 18 nuits consécutives de violences dans les banlieues françaises, a annoncé le ministère de la Justice. (chiffres officiels)

Au 21 novembre, selon un total établi par la DGPN, 9 071 véhicules avaient été brûlés depuis le début des émeutes. Par comparaison, environ 28 000 véhicules avaient été détruits entre le 1er janvier et le 30 septembre. Des dizaines d'édifices publics, écoles, gymnases, entrepôts, commerces, médiathèques ont également été incendiés, plaçant des centaines de personnes en « chômage technique ». Durant ces troubles, qui ont mobilisé plus de 11 000 policiers à leur pic, 2 921 fauteurs de troubles présumés ont été interpellés, dont un gros tiers de mineurs, selon des sources policières. 126 policiers et gendarmes ont été blessés durant ces affrontements. Au total, environ 600 personnes ont été écrouées, dont un peu plus d'une centaine de mineurs.

Coût des dégâts matériels liés à ces violences urbaines

La SMACL, assureur de nombreuses collectivités locales, estimait le jeudi 10 novembre 2005 à 55 millions d'euros l'ardoise des violences urbaines pour ses seuls clients. À défaut d'intervention de l'État, elle prédit une augmentation des cotisations, voire des municipalités sans assurance. [réf. souhaitée]

Autre coût potentiel, le dégât causé à l'image de la France dans le monde. Certains pays ont conseillé aux touristes d'éviter la France. Certaines entreprises étrangères ont émis des doutes concernant leurs investissements en France. Ces entreprises n'ont pas pris de décision immédiate, mais l'évolution des évènements pourraient les influencer dans leurs choix futurs. Au 3 décembre 2005, les assureurs évaluent les dégâts à 200 M€. [réf. souhaitée]

Suite à ces incidents, les primes d'assurance des collectivités en ZUS a fortement grimpé, générant des dépenses supplémentaires pour ces villes. D'où l'action juridique, pour l'instant sans succès, d'une vingtaine de collectivités locales de Seine-Saint-Denis pour faire reconnaître la responsabilité de l'État[15]

Les villes cibles de violences

Les violences ont eu lieu essentiellement dans les quartiers les plus défavorisés du pays qui concentrent dans de même zones urbaines, taux de chômage, de délinquance, d'échec scolaire, une grande densité de logements sociaux, de populations issues de l'immigration. Loin des centre-villes, des quartiers d'affaire et des quartiers touristiques. Ce qui n'a pas empêché certains médias étrangers, notamment américains de laisser planer la confusion en évoquant « des violences dans la plupart des grandes villes françaises ». Ce qui n'est certes pas faux mais une vision partielle de la réalité. Ce facteur est également à prendre en compte pour l'analyse et la compréhension du problème des violences urbaines.

Région Île-de-France

Dans les autres régions administratives françaises

Alsace 


Aquitaine 


Auvergne 


Bourgogne 


Bretagne 


Centre 


  • Indre-et-Loire :
    • Tours : peu d'incendies mais des agitations seront signalées pendant quelques nuits de novembre.
  • Loir-et-Cher :
    • Blois : une association de quartier et une crèche et plus de 48 véhicules seront brûlés seulement dans les quartiers nord, des attroupements seront a déplorer pendant certaines nuits chaudes, des couvre-feux et des restrictions pour l'approvisionnement dans les stations-services seront instaurés à Blois pendant une durée limitée.
    • Romorantin : environ 15 véhicules seront incendiés et des dégradations seront à déplorées.
    • Vendome : plusieurs véhicules seront brûlés et comme à Romorantin des dégradations seront à déplorées.
  • Loiret : Près de 74 véhicules ont été brûlés (Montargis, Orléans). Des couvre-feux ont été instaurés à Orléans, Pithiviers, Fleury-les-Aubrais, Saint-Jean-de-Braye, Saint-Jean-de-la-Ruelle, Ormes et Bondaroy.
  • Eure-et-Loir :
    • Chartres : 40 véhicules ont été brulés et un couvre-feu sera instauré durant le mois de novembre.


Champagne-Ardennes


Franche-Comté 


Haute-Normandie 


Midi-Pyrénées 


Nord-Pas-de-Calais 


Languedoc-Roussillon 


Lorraine 


Pays de la Loire 
  • Loire-Atlantique :
    • Nantes (plusieurs dizaines de voitures incendiées et des affrontements directs avec les forces de police, entre autres)
    • Saint-Herblain.
  • Mayenne : Laval.
  • Sarthe : Le Mans.
  • Maine-et-Loire :
    • Angers : 2 quartiers étaient réellement touchés :
      • à Monplaisir (braquages, abribus saccagés, poubelles incendiées, échanges de coups de feux avec les forces de l'ordre, incendie du poste de police et d'une vingtaine de voitures)
      • à La Roseraie (incendies d'une supérette par cocktails Molotov, d'une quinzaine de voitures et de plusieurs poubelles)
    • Trélazé (quelques dégradations)
    • Cholet (quelques voitures incendiés dans la cité Laurent Bonnevay).
  • Vendée : La Roche-sur-Yon (des voitures brûlées et une bibliothèque incendiée)


Picardie 


Provence-Alpes-Côte d'Azur 


Rhône-Alpes 

(source : http://www.nouvelobs.com)

En dehors de la France

Allemagne 


Belgique 


Danemark 
  • Aarhus (cas isolé dans un quartier populaire de la ville ; certainement pour imiter les émeutes en banlieues françaises)


Espagne 
  • Séville (cas isolé selon le gouvernement espagnol, certainement pour imiter les émeutes en banlieues françaises)
  • Barcelone (quartier de l'Hospitalet)


Grèce 
  • Athènes (plusieurs cocktails molotov lancés sur une usine française et un supermarché gréco-français[20].
  • Plusieurs manifestations d'anarchiste de « soutiens aux insurgés français » devant l'ambassade de France.


Italie 
  • Venise : Des militants de l'extrême gauche italienne occupent le consulat français à Venise pour montrer leur désaccord avec l'état d'urgence, la répression et la double peine.


Suisse (Romandes)

Couverture médiatique

En France, ces émeutes sont d'abord évoquées avec des mots tels qu'« incidents », « mouvements de rue » et « violences urbaines ». Au contraire, la presse étrangère, francophone (Canada, Suisse) ou non, ont immédiatement parlé d'émeutes dues aux problèmes d'intégration ethnique. Les politiciens français, voire la société française, ont été parfois très durement critiqués. La chaîne de télévision LCI a été accusée de censure parce qu'elle a décidé de ne pas diffuser d'images de voitures en feu afin de ne pas faire progresser l'extrême droite grâce aux images de violence et d'insécurité.

Le Royaume-Uni connaît également ce phénomène depuis au moins la fin des années 1970 mais avec parfois un caractère inter-ethnique (Jamaïcains, Pakistanais, Indiens) ou encore, sous forme d'émeutes racistes (le « Paki-Bashing » c'est-à-dire la « chasse aux Pakistanais », par exemple), comme les émeutes raciales de Brixton et de Bristol au début des années 1980, en plein mouvement skinhead. L'analyse de ces émeutes est controversée, à cause de la participation active de nombreux groupes « mixtes » - noirs et blancs ensemble - qui se battaient contre la police dans l'Angleterre de Margaret Thatcher à une époque où les conditions de vie des populations vulnérables connurent un déclin important. Un quart de la population anglaise vivait sous le seuil de pauvreté à l'époque du premier ministre John Major qui succéda à Margaret Thatcher. [réf. souhaitée]

Conséquences et déclarations politiques

Le 4 novembre, le Parti communiste, le député-maire PS de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, le député Vert de la Gironde, Noël Mamère, et le député de l'Isère et secrétaire national du PS chargé de la justice et de la sécurité André Vallini demandent la démission du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy.

Le gouvernement de Dominique de Villepin a annoncé toute une série de mesures, notamment la réservation aux quartiers difficiles de 20 000 contrats d'accompagnement pour l'emploi et contrats d'avenir.

Lors d'un Conseil des ministres le 8 novembre, le gouvernement a adopté un décret déclarant l'état d'urgence sur le territoire métropolitain, en application de la loi du 3 avril 1955 :

On peut consulter sur le site Web du Conseil constitutionnel la décision n° 85-187 DC du 25 janvier 1985, déclarant conforme à la Constitution la loi relative à l'état d'urgence en Nouvelle-Calédonie et dépendances, loi qui avait été déférée au Conseil le jour même par 67 députés (dont les anciens premiers ministres Jacques Chirac, Maurice Couve de Murville, Pierre Messmer, Michel Debré et Jacques Chaban-Delmas) et 62 sénateurs. Le Conseil constitutionnel avait à l'époque estimé que l'absence de mention de l'état d'urgence dans la constitution de 1958, jointe à diverses modifications de la loi de 1955 depuis 1958 (soit sous le régime introduit par la Constitution de 1958) et considérant qu'il appartiendrait « au législateur d'opérer la conciliation nécessaire entre le respect des libertés et la sauvegarde de l'ordre public sans lequel l'exercice des libertés ne saurait être assuré » n'impliquait pas que loi déférée devant lui puisse être non conforme à la Constitution.

Le préfet de Police de Paris a interdit tout rassemblement « de nature à provoquer ou entretenir le désordre sur la voie et dans les lieux publics » de samedi matin 10h à dimanche 8h.

Lilian Thuram, membre de l'équipe championne du monde de football en 1998 et membre du Haut conseil à l'intégration, a surpris les médias le mardi 8 novembre par sa déclaration offensive, « Moi aussi j'ai grandi en banlieue ». Il a critiqué les propos du ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, en expliquant que ces jeunes ne sont pas des racailles, « Avant de parler d'insécurité, il faut peut-être parler de justice sociale. » Le ministre a plus tard répliqué, affirmant que « Lilian Thuram ne vit plus en banlieue depuis longtemps. »

Lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le mardi 8 novembre, le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il avait « demandé aux préfets que les étrangers, qui sont en situation régulière ou irrégulière, qui ont fait l'objet d'une condamnation, soient expulsés sans délai de notre territoire, y compris ceux qui ont un titre de séjour. Quand on a l'honneur d'avoir un titre de séjour, le moins que l'on puisse dire c'est que l'on n'a pas à se faire arrêter en train de provoquer des violences urbaines ». De nombreuses personnalités de gauche l'ont alors accusé de renier ses engagements de l'abrogation de la « double peine ». Sur l'ensemble des condamnations judiciaires, suite aux « violences urbaines », les étrangers ne représenteraient que 6 % du total. Alors que M. Sarkozy lors de la première expulsion d'un étranger le 3 février parlait de « six dossiers à suivre », ce ne sont que deux personnes (un Malien et un Béninois). Pour les autres, les avis consultatifs négatifs des tribunaux ont été souvent suivis par les préfets, les intéressés n'ayant souvent aucune condamnation ni profil désocialisé. Fin août, seuls un ou deux cas resteraient en suspens. [21]

Pour le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, « le nombre d'étrangers expulsables ne dépasse pas la dizaine ». Le lundi 14 novembre, le ministre des affaires étrangères Philippe Douste-Blazy déclarait sur Europe 1 s'opposer à l'expulsion des délinquants en situation régulière : « Il ne peut pas y avoir un Français qui a fait un crime ou un délit en France et qui serait traité d'une certaine manière et un étranger en situation régulière qui serait traité d'une autre manière. C'est pas possible ».

Lors d'un Conseil des ministres anticipé de deux jours, le lundi 14 novembre, l'état d'urgence est prolongé de trois mois par le gouvernement. Pour le président de la République Jacques Chirac « c'est une mesure de protection et de précaution […] nécessaire pour donner aux forces de l'ordre tous les moyens dont elles ont besoin pour ramener définitivement le calme. Bien entendu c'est une mesure strictement temporaire et qui ne s'appliquera que là où elle est strictement nécessaire et en plein accord avec les élus. » Le parti socialiste et le parti communiste (PCF) ont immédiatement protesté ; le PCF demandant le retrait de la loi de 1955 (sur l'état d'urgence) alors remplacée par « l'état d'urgence sociale ». Ces deux partis de gauche ainsi que Les Verts ont d'ailleurs annoncé qu'ils voteront contre à l'Assemblée nationale et au Sénat.

Le 10 novembre, lors de la conférence de presse conjointe du 18e Sommet franco-espagnol, soit deux semaines après le début des violences, le président de la République Jacques Chirac s'exprime pour la première fois en public sur les évènements survenus dans les banlieues françaises. Il y explique que le préalable à toute autre action est le rétablissement de l'ordre public. À la double question « Comment vivez-vous les critiques à répétition sur votre quasi-silence ou votre extrême discrétion sur la crise des banlieues ? Deuxièmement, est-ce que vous approuvez la proposition du ministre de l'Intérieur concernant le renvoi potentiel des ressortissants étrangers dans leur pays en cas de faute, de délits dans les banlieues ? », il répond « Sur la première question, je vous ai répondu tout à l'heure, en vous disant qu'il y a le temps du rétablissement de l'ordre, qui était pour moi une priorité absolue -et j'ai tenu à consacrer la totalité de mes efforts à cet objectif, qui n'est pas encore atteint- et le temps de la réflexion que je consacrerai notamment à dire à nos compatriotes quel est mon sentiment sur cette crise et les moyens d'y remédier. Sur la deuxième question, je vous dirai d'une façon très très simple qu'il y a une loi en France et que cette loi doit être respectée. Il faut respecter la loi, toute la loi. »

Le président s'adresse ensuite pour la première fois directement aux Français via la télévision et la radio le lundi 14 novembre, à 20 heures. L'attente des Français sur cette question des émeutes dans les banlieues étaient fortes, puisque Jacques Chirac a été regardé par plus de 20 millions de télespectateurs, un record en politique. Pendant 14 minutes, il a rappelé les principes forts et les valeurs de la République et a proposé quelques mesures. Voici les extraits marquants de son intervention :

« Cette situation grave témoigne d’une crise de sens, une crise de repères, une crise d’identité, à laquelle nous répondrons en étant fermes, en étant justes, en étant fidèles aux valeurs de la France […]. Ces événements témoignent d’un malaise profond. […] Les enfants, les adolescents ont besoin de valeurs, de repères. Les familles doivent prendre toute leur responsabilité. […] Celles qui s’y refusent doivent être sanctionnées. Celles qui connaissent de grandes difficultés doivent en revanche être activement soutenues. […] Ce qui est en jeu c’est le respect de la loi mais aussi la réussite de notre politique d’intégration. Il faut être strict dans l’application des règles du regroupement - familial. Il faut renforcer la lutte contre l’immigration irrégulière et les trafics qu’elle génère. […] Je veux dire à tous les enfants qui vivent dans les quartiers difficiles que, quelle que soit leur origine, ils sont toutes et tous les fils et les filles de la République. […] Nous ne construirons rien de durable sans assumer la diversité de la société française. J’appelle tous les représentants des communes à respecter la loi qui leur impose d’avoir 20 % au moins de logements sociaux […] Les Françaises et les Français, particulièrement les plus jeunes, doivent être fiers d’appartenir à une nation qui fait siens les principes d’égalité et de solidarité. […] Les discriminations sapent les fondements mêmes de notre République. […] Mais il n’est pas question d’entrer dans la logique des quotas, qui montre du doigt ceux qui en bénéficient, et qui est injuste pour ceux qui n’en bénéficient pas. Il faut donner à tous les jeunes les mêmes chances face à l’emploi. […] Pour mieux aider les jeunes en difficulté à aller vers l’emploi, j’ai décidé de créer un Service civil volontaire, associant accompagnement et formation. Il concernera 50 000 jeunes en 2007. »

Dans un sondage Ipsos pour l'hebdomadaire Le Point (14 novembre 2005) ; la popularité de Nicolas Sarkozy fait un bond de onze points, pour s'établir à 63 % d'opinions favorables en novembre. Le ministre de l'Intérieur profite ainsi des événements et de ses déclarations sécuritaires. Le Premier ministre, Dominique de Villepin (+ 7 points) à 58 % et le président Jacques Chirac (+ 6 points) à 39 % bénéficient aussi de leur gestion de la crise.

Les mardi 15 et mercredi 16 novembre 2005, le ministre délégué à l'emploi, Gérard Larcher, et le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, affirment que la polygamie constitue l'une des causes de ces violences urbaines. Le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy avait déjà déclaré le 10 novembre précédent qu'« il y a plus de problèmes pour un enfant d'un immigré d'Afrique noire ou d'Afrique du Nord que pour un fils de Suédois, de Danois ou de Hongrois. Parce que la culture, parce que la polygamie, parce que les origines sociales font qu'il a plus de difficultés. » Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuelle de l'Académie française tient des propos similaires au journal Libération : « Tout le monde s'étonne : pourquoi les enfants africains sont dans la rue et pas à l'école ? Pourquoi leurs parents ne peuvent pas acheter un appartement ? C'est clair, pourquoi : beaucoup de ces Africains, je vous le dis, sont polygames. Dans un appartement, il y a trois ou quatre femmes et 25 enfants. Ils sont tellement bondés que ce ne sont plus des appartements, mais Dieu sait quoi ! On comprend pourquoi ces enfants courent dans les rues. » Ces déclarations ont suscité un tollé chez les personnalités associatives et les personnalités politiques de gauche. Pour le député-maire socialiste d'Évry (Essonne), Manuel Valls, « donner à penser que les problèmes actuels des banlieues seraient directement liés à la polygamie est gênant, voire insupportable. » D'après le député communiste Jean-Claude Sandrier, « les autorités cherchent des boucs émissaires […] Le principal problème pour l'intégration c'est l'emploi. » Les Verts dénoncent carrément les « relents racistes » de la droite et du gouvernement.

Fin novembre 2005, une autre polémique concerne les propos de l'intellectuel Alain Finkielkraut, notamment ceux de l'entretien donné au quotidien israélien Haaretz.

Contre-disant les propos de Nicolas Sarkozy (fait le 3 novembre 2005, quelques jours après le déclenchement des émeutes, à propos des violences de la nuit précédente où ce dernier affirmait que celles-ci n'avaient “rien de spontané” et étaient “parfaitement organisées”), un rapport de la direction centrale des renseignements généraux (DCRG) daté du 23 novembre et publié par le journal « Le Parisien » du 7 décembre tire les enseignements de la vague de violences urbaines qui a traversé le pays à partir du 27 octobre et précise que “La France a connu une forme d'insurrection non organisée avec l'émergence dans le temps et l'espace d'une révolte populaire des cités, sans leader et sans proposition de programme”. Le coût des violences est évalué à « plus de 250 millions d'euros ». Par ailleurs, dans ce même rapport, on peut lire que :

- “aucune solidarité n'a été observée entre les cités”, les jeunes s'identifiant “par leur appartenance à leur quartier d'origine et ne se reconnaiss(ant) pas dans ceux d'autres communes”. Les policiers affirment qu'“aucune manipulation n'a été décelée permettant d'accréditer la thèse d'un soulèvement généralisé et organisé”. Ainsi, les islamistes n'auraient joué “aucun rôle dans le déclenchement des violences et dans leur expansion”. Ils auraient au contraire eu “tout intérêt à un retour rapide au calme pour éviter les amalgames”. L'extrême gauche, de son côté, “n'a pas vu venir le coup et fulmine de ne pas avoir été à l'origine d'un tel mouvement”.
- les policiers assurent par ailleurs que “les jeunes des cités étaient habités d'un fort sentiment identitaire ne reposant pas uniquement sur leur origine ethnique ou géographique, mais sur leur condition sociale d'exclus de la société française”. Ils précisent que “les jeunes des quartiers sensibles se sentent pénalisés par leur pauvreté, la couleur de leur peau et leurs noms. Ceux qui ont saccagé les cités avaient en commun l'absence de perspectives et d'investissement par le travail dans la société française”.
- “Tout s'est passé comme si la confiance envers les institutions, mais aussi le secteur privé, source de convoitises, d'emplois et d'intégration économique, avait été perdue”.

A long terme

Il a fallu plusieurs années pour réparer les équipements incendiés ou même simplement raser les ruines comme celles du garage Renault d'Aulnay Sous Bois (93).

Utilisation politique d'internet lors des violences urbaines

Réactions internationales

Notes et références

  1. El Watan, Le Quotidien indépendant, édition du 21 décembre 2005[réf. incomplète]
  2. a  et b Les dérapages de Villepin et Sarkozy
  3. Tentative de vol constituée selon le rapport de l'IGS, cité par Le Progrès du 15 décembre 2006
  4. Vers un procès de l'affaire à l'origine des violences de 2005, Le Monde, vendredi 25 janvier 2008
  5. Imprimer :: Retour sur un mensonge d'État - l'Humanite
  6. Les dérapages de Villepin et Sarkozy, Libération, 31 octobre 2005, http://www.liberation.fr/dossiers/banlieues/evenements/2396.FR.php Voir aussi le dossier Acrimed http://www.acrimed.org/article2207.html
  7. Le lendemain, le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, a déclaré que la police était hors de cause et que les adolescents étaient impliqués dans un vol sur un chantier. L'IGS a effectivement relevé un vol sur un chantier sans pouvoir faire le lien avec les victimes. cité par Un procès pour Zyed et Bouna, Le journal du dimanche, Vendredi 25 janvier 2008, retiré le 25 janvier 2008
  8. Clichy : deux policiers mis en examen, Le Figaro, 9 février 2007
  9. Clichy rend hommage à Zyed et Bouna, Nouvel Observateur, consulté le 27 octobre 2007
  10. L'enquête de 90 mn de Canal+ démontrerait que la grenade a ricoché à l'intérieur de la mosquée dont les portes étaient ouvertes.
  11. (source : L'Express) (Archive, Wikiwix, que faire ?)
  12. LeMonde.fr : Clichy-sous-Bois cristallise les tensions politiques et sociales
  13. a  et b LeMonde.fr : Banlieues : couvre-feu appliqué dans cinq départements, la violence recule
  14. - L'Express (Archive, Wikiwix, que faire ?)
  15. 17 villes attaquent l'État pour alléger leurs factures, Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis, 24 février 2009, âge II.
  16. Compte-rendu du conseil municipal du 21 novembre
  17. Article de Radio France
  18. a  et b Le Soir en ligne
  19. Le Monde
  20. source nouvelobs.com
  21. Le Parisien, 10 août 2006, page 14
  22. Campagne publicitaire de l'UMP via google : Article des echosdunet.net et page de l'UMP "Affrontements dans les banlieues : Soutenons Nicolas Sarkozy", vers laquelle cette campagne dirigeait.

Voir aussi

Bibliographie

Ouvrages

  • Vincent Cespedes, Mélangeons-nous. Enquête sur l'alchimie humaine, Maren Sell, Paris, 2006.
  • S.Beaud, Y. Amrani, Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, La Découverte, 2005 (Actualite des livres)
  • David Dufresne, Maintien de l'ordre - L'enquête, Paris, Hachette Littératures, 2007
  • Gérard Mauger, L'Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique, Éditions du Croquant, 2006 (Jean Jacques Yvorel, «L’Émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, de Gérard Mauger», Sociétés et jeunesses en difficulté, 4, [lire en ligne].)
  • Véronique Le Goaziou, Laurent Mucchielli (dir.): Quand les banlieues brûlent... Retour sur les émeutes de novembre 2005 ,La Découverte, Paris, 2006.

Articles

  • Bernard Heckel, Economie et humanisme, titre Sécurité dans la ville : voter prévention, no 379, décembre 2006.
  • Michel Kokoreff, Odile Steinauer et Pierre Barron, « Les émeutes urbaines à l’épreuve des situations locales », SociologieS, Enquêter à chaud, [lire en ligne].

Films

Musique

  • Keny Arkana, avec "La rage" (http://because.tv/public/kenyarkana/ClipLaRage-medium.wmv), 2006
  • La Mafia k'1 Fry, avec "C'est la guerre"
  • Sniper (2006) avec la chanson "Brûle", qui retrace les évènements survenus dans les banlieues françaises et qui tente d'en expliquer la raison du point de vue des émeutiers.
  • Mort pour rien.2006 chanson réalisée en hommage à Zyed et Bouna chantée par Sniper, Diam's, Kery james...Les rappeurs deviennent tous plus ou moins porte-parole des émeutiers ,comme par exemple Sinik, Alpha 5.20 ou encore Sefyu.

Rapports officiels

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail des années 2000 Portail des années 2000
Ce document provient de « %C3%89meutes de 2005 dans les banlieues fran%C3%A7aises ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Emeutes de 2005 dans les banlieues francaises de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Emeutes de 2005 dans les banlieues françaises — Émeutes de 2005 dans les banlieues françaises Voiture en flammes à Strasbourg …   Wikipédia en Français

  • Émeutes de 2005 dans les banlieues françaises — Les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises sont des violences urbaines qui ont commencé à Clichy sous Bois le 27 octobre 2005 puis se sont répandues dans un grand nombre de banlieues à travers la France. L état d urgence a été… …   Wikipédia en Français

  • Violences urbaines de 2005 dans les banlieues françaises — Émeutes de 2005 dans les banlieues françaises Voiture en flammes à Strasbourg …   Wikipédia en Français

  • Émeutes de 2005 en France — Émeutes de 2005 dans les banlieues françaises Voiture en flammes à Strasbourg …   Wikipédia en Français

  • Émeutes de 2005 en banlieue française — Émeutes de 2005 dans les banlieues françaises Voiture en flammes à Strasbourg …   Wikipédia en Français

  • Émeutes de 2005 en banlieue parisienne — Émeutes de 2005 dans les banlieues françaises Voiture en flammes à Strasbourg …   Wikipédia en Français

  • Situation sociale des banlieues françaises — Violences urbaines Les violences urbaines sont des troubles à l ordre public relativement graves qui voient la violence s exprimer dans une ou plusieurs villes d un ou plusieurs pays. Sommaire 1 Tentative de définition 2 La ville comme lieu d… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie Des Émeutes De 2005 En France — Violences urbaines 2005 Article principal Clichy sous Bois Réactions Chronologie Contexte Sommaire 1 Évolution quotidienne …   Wikipédia en Français

  • Chronologie des emeutes de 2005 en France — Chronologie des émeutes de 2005 en France Violences urbaines 2005 Article principal Clichy sous Bois Réactions Chronologie Contexte Sommaire 1 Évolution quotidienne …   Wikipédia en Français

  • Chronologie des émeutes de 2005 en France — Violences urbaines 2005 Article principal Clichy sous Bois Réactions Chronologie Incendie de Planoise Contexte Sommaire 1 Évolution quotidienne …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.