Saint-Malo


Saint-Malo
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Malo (homonymie).

48° 38′ 53″ N 2° 00′ 27″ W / 48.6480555556, -2.0075

Saint-Malo
La ville close
La ville close
Armoiries
Détail
logo
Administration
Pays France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine (sous-préfecture)
Arrondissement Saint-Malo (chef-lieu)
Canton Saint-Malo Nord (chef-lieu)
Saint-Malo Sud (chef-lieu)
Code commune 35288
Code postal 35400
Maire
Mandat en cours
René Couanau
2008-2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Malo
Site web www.ville-saint-malo.fr
Démographie
Population 48 211 hab. (2008)
Densité 1 318 hab./km²
Aire urbaine 81 962 hab. (2008)
Gentilé Malouin
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 53″ Nord
       2° 00′ 27″ Ouest
/ 48.6480555556, -2.0075
Altitudes mini. 0 m — maxi. 51 m
Superficie 36,58 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Saint-Malo, est une commune de France métropolitaine, située en Bretagne, dans le département d'Ille-et-Vilaine.

Ses habitants, les Malouins et les Malouines étaient 48 211 en 2008[1].

Station balnéaire connue pour sa ville close et son rapport à la mer, la ville est l'une des plus visitées de Bretagne et sa population augmente à 200 000 habitants en été[2]. Elle est classée première dans le classement des destinations préférées des Européens en France[3]. Fruit d'une riche histoire maritime, elle demeure un port important (plaisance, pêche, commerce et voyageurs) et un centre économique.

Sommaire

Géographie

Situation

La commune de Saint-Malo est située sur le littoral de la Manche et sur la rive droite de l'estuaire de la Rance, à 18 km au nord de Dinan et à 75 km au nord de Rennes.

Saint-Malo constitue la partie nord-ouest du Clos-Poulet, une large presqu'île délimitée par la Rance, la Manche et la dépression de Châteauneuf. A l'extrémité nord-est du Clos-Poulet, se trouve Cancale, qui regarde vers la baie du Mont-Saint-Michel. Le littoral du Clos-Poulet fait partie de la Côte d'Émeraude, qui s'étend de Cancale au cap Fréhel.

Les communes limitrophes de Saint-Malo sont, à l'est, Saint-Coulomb et Saint-Méloir-des-Ondes, au sud, Saint-Jouan-des-Guérets, à l'ouest, sur la rive gauche de la Rance, Dinard, La Richardais et Pleurtuit.

L'actuelle commune a été formée par la fusion en 1967 des anciennes communes de Saint-Malo, alors de faible superficie, de Paramé et de Saint-Servan[4].

Relief

La commune s'étend sur un plateau littoral de faible altitude.

Le littoral maritime, d'une dizaine de kilomètres, est formé d'ensembles rocheux entrecoupés de plages à l'est de la pointe de la Varde (secteurs du Pont, de Minihic, de Rothéneuf et de la Guimorais) et d'une longue plage entre la base de la pointe de la Varde et la Ville close (plage longée par la digue de Rochebonne).

Le premier franchissement de la Rance est assuré par le barrage de l'usine marémotrice de la Rance entre Saint-Malo (quartier de la Briantais) et Dinard.

Le site du centre ville avec la Ville close (le vieux Saint-Malo), la Cité (ancien Alet) et le port est formé par un littoral complexe, avec de nombreux récifs et brisants immergés à marée haute, des tombolos sous-marins, visibles aux marées basses de vives eaux, par des îles ou îlots dont beaucoup ont été fortifiés aux XVIIe et XVIIIe siècles (Cézembre, Fort Harbour, le fort de la Conchée, le Grand Bé et le Petit Bé, l'île du Fort National).

Histoire géologique

La Ville close a d'abord été construite sur une île rocheuse située entre la pointe du Naye au sud et les prairies de Cézembre, devenu une presqu'île suite à ce que la légende présente comme le raz de marée de 709[5].

Une particularité des remparts de Saint-Malo est qu'ils sont posés sans fondation sur le rocher et tiennent par le poids des pierres empilées.

Les marées à Saint-Malo

Plage de l'Éventail vue des remparts, recouverte par une marée de coefficient 106.

Les marées de la baie de Saint-Malo sont parmi les plus importantes en Europe. Elles sont provoquées par la concentration des eaux au cœur d'une baie triangulaire entre Bretagne et Cotentin.

Au maximum, le marnage (amplitude entre marée basse et marée haute) peut y atteindre 14 mètres, soit plus du double du marnage ordinaire en Atlantique. C'est pour cette raison que le barrage de l'usine marémotrice fut construit sur l'estuaire de la Rance, en amont de l'intra-muros de Saint-Malo (l'autre option étant la baie du mont Saint-Michel) au début des années 1960.

La chaussée du Sillon par une marée de coefficient 106

La prudence est de rigueur en bord de mer. Avant de s'aventurer sur les bancs de sable ou sur les rochers à marée basse, il convient de se renseigner sur les horaires des marées, au risque de se retrouver piégé par la mer (horaires des marées disponibles dans les offices de tourisme). Il n'est pas recommandé de se promener en bord de mer les jours de grandes marées et de grands vents quand ils se conjuguent. Les risques de se voir emporté par la mer et de mourir noyé sont réels.

Climat

La baie de Saint-Malo jouit d'un climat tempéré très océanique. Les températures sont adoucies par le Gulf Stream et l'amplitude des températures entre hivers et été est très faible (de 5,4 °C en février à 17,3 °C en juillet) avec une moyenne à 11,3 °C[6].

Températures moyennes de la baie de Saint-Malo entre 1981 et 1990[6]
Janvier Février Mars Avril Mai Juin
Températures (⁰C) 6,2 5,4 7,8 9,0 12,3 14,8
Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
Températures (⁰C) 17,3 17,2 15,6 12,6 8,7 7,0

Flore et faune

Du point de vue de la richesse de la flore, Saint-Malo est à la cinquième place des communes du département possédant dans leurs différents biotopes le plus de taxons, sa voisine Saint-Coulomb étant en tête, soit 618 pour une moyenne communale de 348 taxons et un total départemental de 1 373 taxons (118 familles). On compte notamment 81 taxons à forte valeur patrimoniale (total de 207) ; 60 taxons protégés et 30 appartenant à la liste rouge du Massif armoricain (total départemental de 237) [7].

Toponymie

La ville de Saint-Malo doit son nom à Malo (Mac Low[réf. nécessaire]), un saint irlandais qui débarqua au VIe siècle à Cézembre.

Le nom du Clos-Poulet vient de « Pou-Alet », dérivant soit du latin Pagus Aleti (« le pays d'Alet »), soit du breton Plou Alet (« paroisse d'Alet »).

Durant la Révolution, la commune est rebaptisée Port-Malo, puis Commune-de-la-Victoire, puis Mont-Mamet[8]. En gallo la commune se nomme Saent-Malo, et en breton Sant-Maloù.

Histoire

Carte de Saint-Malo probablement du XVIIIe siècle.

Vue d'ensemble

Article détaillé : Histoire de Saint-Malo.

L'histoire de Saint-Malo remonte à l'antiquité celtique, où cette région correspond à l'ancien centre maritime du peuple gaulois des Ambibarii[9] : « Ambibares », appelés « Abrincatuii » (Abrincates) par Ptolémée, peuple de l'Avranchin, fraction des Unelles du Cotentin[10], dont le domaine s'étendait jusqu'à la cité d'Aleth (actuel Saint-Servan). Sous l'influence des Romains, la ville de Corseul, dans les terres, se développe aux dépens de la cité d'Aleth. Aleth reste un port important et à la fin du IIIe siècle les Romains choisissent de le fortifier. À cette époque, face à Aleth, l'île de la future Saint-Malo est encore inhabitée.

Lors du retrait de l'armée romaine (le 16 janvier 423), Aleth subit de nombreuses attaques venues du Nord. C'est ensuite que saint Maclow, venant de l'actuel Pays de Galles, s'installe sur le rocher qui prendra le nom de rocher de Saint-Malo en 541[11].

Aleth continue de se développer jusqu'à la fin du premier millénaire où, après plusieurs attaques des Normands, la ville est durablement affaiblie. Au milieu de XIIe siècle, le siège épiscopal d'Aleth est déplacé sur le rocher de Saint-Malo, mais on ne sait si l'arrivée de l'évêque précède ou suit la première urbanisation de Saint-Malo. Cet événement marque néanmoins la fin de la grandeur d'Aleth. Désormais, la position stratégique du port est l'objet de conflits entre la Bretagne et le royaume de France. En 1590, la ville en profite pour proclamer son indépendance et devient une cité-état pendant quatre ans. Après un bref passage aux mains du roi de France au début du XVe siècle, Saint-Malo est définitivement annexée de la Bretagne à la France en 1593[12].

Des soldats américains tirant avec un canon M1 sur un blockhaus de l'île du Grand Bé tenu par la Wehrmacht, 1944.

C'est avec la découverte des Amériques et le développement des échanges commerciaux avec les Indes que Saint-Malo prend son envol économique et s'enhardit considérablement. Les armateurs deviennent plus nombreux et des personnages de cette époque font la renommée de la ville. Jacques Cartier découvre et explore le Canada, les corsaires harcèlent les marines marchandes et militaires ennemies, tels Duguay-Trouin, puis un peu plus tard Surcouf. D'autres s'illustrent dans les sciences, tel Maupertuis, ou dans les lettres et la politique comme Chateaubriand. Modification du style de vie, les armateurs se font construire de belles demeures particulières appelées Malouinières[13].

L'essor de Saint-Malo trébuche à la Révolution française qui ne l'épargne pas. Saint-Malo continue cependant de développer la pêche, en particulier la Grande Pêche vers Terre-Neuve. À la fin du XIXe et au XXe siècle, Saint-Malo développe son tourisme, notamment grâce à ses plages. Lors de la Seconde Guerre mondiale, Saint-Malo est particulièrement touchée. Les Alliés, mal renseignés sur les effectifs restreints de la garnison locale, bombardent massivement le centre historique de la ville en 1944. La ville est dévastée à 80 % par des bombes incendiaires. Reconstruite selon un style historicisant (et non à l'identique), Saint-Malo est aujourd'hui un important centre touristique estival, également port de commerce, de pêche et de plaisance[14].

Devises

  • Au Moyen Âge la devise de la ville est « Cave canem » (« Prends garde au chien », en latin), en référence aux chiens du guet, des dogues lâchés la nuit dans la ville et sur la grève.
  • Une autre devise est « Semper Fidelis » (« Toujours Fidèle(s) »), symbolisée sur ses armoiries par la présence de l'hermine (que l'on retrouve également sur le drapeau breton sous sa forme stylisée). Elle parle de la fidélité réciproque de la ville envers soi et ses habitants.
  • Une autre devise locale culte : « Ni Français, ni Breton, Malouin suis, Malouin je reste », dont l'origine reste floue (peut-être en référence à la « république » malouine de 1590 à 1594).

Saint-Malo a pour code :

Héraldique

Blason de la ville de Saint-Malo, redessiné en 1949 par Robert Louis

De gueules à la herse d'or, sommée d'une hermine au naturel, lampassée de sable, colletée et bouclée aussi d'or, cravatée d'une écharpe d'hermine voletant sur son dos.

L'hermine, symbole des remparts, marche sur la herse, symbole de la ville. Au XVIIe siècle, le blason de Saint-Malo a pour principal motif un dogue (« De gueules à un dogue d'argent »), faisant référence aux fameux « chiens du guet », qu'on lâchait le soir sur la grève, pour préserver la ville des pillages de navires, et ce jusqu'en 1777.

Le drapeau bleu à croix blanche était celui de la marine marchande française. On y a ajouté un quartier rouge avec l'hermine marchant vers la gauche pour personnaliser les navires de Saint-Malo. Un autre drapeau identique mais avec un quartier rouge opposé en diagonale à celui de l'hermine, serait celui des corsaires malouins.

Démographie

Évolution de la population depuis 1793

La population de Saint-Malo est comptée pour Saint-Malo seulement jusqu'en 1967, et pour l'ensemble de la commune après la fusion avec Saint-Servan et Paramé en 1967.

Évolution démographique
(Source : Cassini[15] et INSEE[16])

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
10 730 9 147 9 934 9 949 9 981 9 744 10 053 10 076 9 997
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
10 809 10 886 10 693 12 316 10 295 11 212 10 500 11 896 11 476
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
11 486 10 647 12 371 12 390 13 137 12 864 13 836 11 311 14 339
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
17 137 42 297 (1) 45 030 46 347 48 057 50 675 49 661 48 563 48 211

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

(1) Fusion des trois communes : Saint-Malo, Saint-Servan (14 963 habitants en 1962) et Paramé (8 811 habitants en 1962).

Logement

La ville compte 63 074 logements principaux et 19 919 résidences secondaires[17]. De nombreux projets immobiliers voient le jour sur la commune. La mairie de Saint Malo soutient la construction de nouveaux logements en se fixant l'objectif de construire 400 nouveaux logements par an d'ici dix ans[18]. Elle favorise et encourage la mixité sociale et la diversité des offres de la part des promoteurs immobiliers.

Économie

Saint-Malo est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie du Pays de Saint-Malo. Elle gère le port de commerce, de pêche et de plaisance de Saint-Malo ainsi que le port de pêche de Cancale, la cale du Bec de la Vallée et l’aéroport de Dinard Pleurtuit Saint-Malo. Elle gère aussi l'espace Duguay-Trouin qui permet d'organiser des salons.

Entreprises

Le pays de Saint-Malo conserve une activité exportatrice développée[19].

Les plus grosses entreprises de la ville sont :

  • Groupe Roullier, 1re entreprise privée française en agrofourniture, 6 300 salariés, chiffre d'affaires de 2 000 M€ en 2008.
  • Timac, engrais et amendements, 660 salariés, chiffre d'affaires de 166 M€.
  • Groupe Beaumanoir, commerce de prêt-à-porter, contrôle 850 magasins en France et 1 660 dans le monde (enseignes Cache-Cache, Bonobo, Patrice Bréal), chiffre d'affaires de 858 M€ en 2009.
  • Sanden, constructeur de compresseurs de climatisation à destination du secteur automobile, 760 salariés, chiffre d'affaires de 129,3 M€.
  • Silverwood-Pinault Bretagne, 1er centre national d’importation et de transformation de bois résineux. 180 salariés, chiffre d'affaires de 85 M€.
  • Laiterie de Saint-Malo, 150 salariés, chiffre d'affaires de 60 M€[19].

Centres commerciaux et marchés

Sur Saint-Malo, il existe 5 centres commerciaux :

  • Le Centre commercial La Madeleine (50 commerces)
  • Le Centre commercial La Découverte (24 commerces)
  • Le Centre commercial Grand Mât (12 commerces)
  • Le Centre commercial Le Cézembre (12 commerces)
  • Le Centre commercial Bellevue 2 actuellement en cours de réhabilitation avec de nouveaux commerces et habitations.

Les marchés ont lieu tous les jours de la semaine de 8h00 à 13h00[20].

  • Lundi dans le quartier de Rocabey
  • Mardi dans le quartier d'Intra-Muros ainsi que de Saint-Servan
  • Mercredi dans le quartier de Paramé
  • Jeudi dans le quartier de Rocabey
  • Vendredi dans le quartier d'Intra-Muros ainsi que de Saint-Servan
  • Samedi dans le quartier de Rocabey et de Paramé
  • Dimanche dans le quartier de la Gare (Place de l'Hermine)

Le port

Article détaillé : Port de Saint-Malo.
Caboteur quittant le bassin Duguay-Trouin.
Terminal du Naye avec un ferry de Condor Ferries.

Saint-Malo est un port de commerce actif, deuxième port de commerce de Bretagne[19]. Il est composé de quatre bassins, le bassin Vauban, le bassin Duguay-Trouin, le bassin Jacques-Cartier ainsi que le bassin Bouvet[21]. Les engrais et le bois forment une part importante des exportations[22] du port de Saint-Malo, mais de nombreux autres produits y transitent. Le port de Saint-Malo est un des premiers ports français d'importation de granit[22]. Les produits agro-alimentaires sont également très exportés en raison de l'importance de la production alimentaire et agricole en Bretagne.

Le trafic est de plus en plus important et ceci grâce aux liaisons avec la Grande-Bretagne et l'Irlande mais aussi avec les îles Anglo-Normandes[22].

Chaque année, c'est plus d'un million de passagers qui transitent par le port de Saint-Malo à destination ou en provenance de Grande-Bretagne, d'Irlande, de Jersey ou de Guernesey. L'avant-port de Saint-Malo est doté de deux terminaux ferries récents et performants, le terminal Ferry du Naye puis le terminal de La Bourse. Le nombre de passagers à travers la Manche s'est nettement développé depuis quelques années grâce en particulier aux liaisons régulières avec l'Angleterre : Portsmouth et Poole. Le port de Saint-Malo réalise un trafic important avec les îles de Jersey et Guernesey, autant en passagers qu'en marchandises. C'est l'activité touristique de ces îles qui est très développée et donc qui procure un flux continu. Le port de Saint-Malo, grâce à deux rampes RO/RO bien adaptées, est le principal site français d'acheminement de produits, de groupage et de conteneurisation vers Jersey et Guernesey[23].

Cependant l'accès au port est aussi rendu difficile par l'amplitude des marées.

Administration

Article détaillé : Administration de Saint-Malo.

L'administration municipale de Saint-Malo est dirigée depuis 1989 par René Couanau qui exerce la fonction de maire.

La stagnation du nombre de ses habitants après la guerre a amené Saint-Malo, Paramé et Saint-Servan-sur-Mer, limitrophes, à fusionner en 1967, malgré la vieille rivalité entre Saint-Servan et Saint-Malo. Le nom « Saint-Malo » a été appliqué à l'ensemble des trois localités ainsi réunies.

La ville est le chef-lieu de deux cantons :

  • Le canton de Saint-Malo-Nord formé d'une partie de Saint-Malo (29 137 habitants) ;
  • Le canton de Saint-Malo-Sud (autrefois canton de Saint-Servan-sur-Mer) formé d'une partie de Saint-Malo et des communes de La Gouesnière et Saint-Jouan-des-Guérets (25 090 habitants).

Saint-Malo forme désormais une communauté d'agglomérations regroupant 18 communes et fait aussi partie du pays de Saint-Malo, regroupant 71 communes : Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Malo.

Saint-Malo est jumelée avec Port-Louis, capitale de l'Ile Maurice, en 1999[24].

Au Canada:
Saint-Malo entretient des liens étroits avec Gaspé, capitale de la Gaspésie, en 2009[25].
Saint-Malo a aussi un lien d'amitié avec deux villages du même nom au Québec et au Manitoba. (Drapeau : Québec / Flag of Manitoba.svg)

Vie à Saint-Malo

Santé

La ville regroupe plus d'une soixantaine de médecins généralistes, plus d'une centaine de médecins spécialisés, une trentaine de pharmacies. Elle possède deux hôpitaux dont l'un est un centre hospitalier, une clinique, alliée de dix maisons de retraite (publiques et privées confondues) et de quatre laboratoires d'analyses médicales[26].

Cultes

Le clocher de la cathédrale Saint-Vincent
Le vitrail de l'abside de la cathédrale Saint-Vincent.

Le culte catholique est principalement représenté par la cathédrale Saint-Vincent, monument historique de style roman et gothique. Elle a été l'ancien siège de l'évêché de Saint-Malo jusqu'en 1801.

  • Autres lieux de culte catholique : la chapelle Sainte-Anne, l'église de Saint-Ideuc, la chapelle Saint-Louis, Saint-Jean-l'Évangéliste, l'église Saint-Malo (de Paramé), l'église Sainte-Croix, l'église Notre-Dame-des-Grèves, et l'église Saint-François-Xavier ;
  • Lieu de culte protestant : l'église réformée de la Côte d'Émeraude.

La commune possède plusieurs cimetières : le cimetière de la Vigne au chapitre, le cimetière de Lorette, celui de Paramé, le cimetière du Rosais...

Enseignement

Article détaillé : Enseignement à Saint-Malo.

L'enseignement à Saint-Malo est représentatif de l'activité économique régionale, mettant notamment l'accent sur les métiers en relation avec la mer, le tourisme et l'agriculture.

Ainsi, on peut citer dans le domaine maritime l'école de la Marine marchande, un lycée professionnel maritime proposant des formations de marine marchande et d'aquaculture ainsi que le lycée Les Rimains nouvellement installé à côté de la nouvelle gare ferroviaire, préparant aux concours de la marine marchande.

Le tourisme est lui représenté par un lycée hôtelier dans la ville voisine de Dinard, mais aussi par le lycée La Providence à Saint-Malo (intra-muros) qui propose de nombreuses formations dans le domaine de la vente, du commerce ainsi que du service et de l'accueil. On trouve aussi une École nationale de police.

Parmi les enseignements moins liés à l'activité régionale :

  • Une formation d'infirmiers avec l'IFSI (Institut de formation en soins infirmiers), qui se situe juste à côté du centre hospitalier Broussais.
  • Un IUT proposant quatre départements: réseaux et télécommunications (Formation initiale classique et formation initiale par alternance), carrières juridiques, génie industriel et maintenance ainsi que gestion des entreprises et des administrations.
  • Le lycée Maupertuis, spécialisé dans le développement des énergies et du matériel technologique.

L'enseignement secondaire général est réparti dans trois lycées : deux publics, le lycée Jacques-Cartier et le lycée Maupertuis, ainsi que l'établissement privé l'Institution-La Providence.

Transports

Les Tramways Bretons, avant la Première Guerre mondiale, sur le Sillon

Saint-Malo est relié au réseau ferroviaire depuis 1864. Il disposait de deux réseaux de tramways, les Tramways Bretons et le Tramway de Rothéneuf, qui circulèrent jusqu'en 1947, et qui sont les ancêtres de l'actuel réseau d'autobus urbain.

Bus

Article détaillé : Réseau de bus de Saint-Malo.

La Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Malo organise un réseau de transport en commun, actuellement exploité par la société Kéolis dans le cadre d'une délégation de service public de six ans, jusqu'en 2012[27], qui dessert notamment Saint-Malo. 137 000 personnes ont accès au réseau de transport en commun, qui est composé de 16 lignes de bus ou cars[28].

En saison, lors des grands week-ends et des grands événements, une navette gratuite est mise en place entre le parking Paul Féval, situé à l'entrée de la ville, et l'Intra Muros (avec parking et services camping-cars à proximité immédiate). Dans quelques années, la mairie prévoit de remplacer cette navette par un Transport en Commun en Site Propre (TCSP)[29],[30].

Train

Article détaillé : Gare de Saint-Malo.

Dotée d'une nouvelle gare depuis juin 2005, St Malo est reliée à Rennes (Environ 20 trains par jour, temps de parcours : 45 min à 1 h) et à Paris (3 à 4 A/R par jour, temps de parcours : 2 h 45 à 3 h 20). En saison s'ajoutent des liaisons avec Granville (2 A/R par jour, 1 h 15) et Lille Europe (le week-end seulement).

De nombreux Malouins partent chaque matin travailler à Rennes et rentrent le soir, bénéficiant des deux gares de la capitale régionale ; outre celle de Rennes, la gare de Pontchaillou dessert le CHU, des établissements scolaires et le campus universitaire de Villejean.
De nombreux lycéens de Dol et de Combourg utilisent le train pour se rendre aux lycées de Saint-Malo qui offrent un large choix de cours dans les métiers du tourisme et dans l'enseignement général et technologique.
À l'inverse, les Rennais viennent parfois l'été ou les dimanches profiter de la mer à Saint-Malo.

Aéroport

Terminal de l'aéroport de Dinard, Pleurtuit et Saint-Malo

La ville voisine de Pleurtuit possède un aéroport sur son territoire.

Il est géré par la CCI de Rennes, la CCI de Saint Malo et le groupe Vinci Airports[31]. En 2007, environ 180 000 passagers[32] ont été transportés par les deux compagnies Ryanair et Aurigny Air Service. L'aéroport propose des liaisons avec Londres Stansted, Nottingham, Bristol, Birmingham et Guernesey.

Urbanisme

La nouvelle gare, inaugurée en 2005

Saint-Malo est en plein renouvellement urbain[Quand ?]. Les projets fleurissent sur toute la commune et dans tous les quartiers. Chaque chantier va contribuer à modifier la physionomie globale de la ville. Le point, chantier par chantier :

  • Le quartier de la Gare : le projet le plus important. Après l'inauguration de la nouvelle gare accueillant TER et TGV, du parvis et de la nouvelle gare routière en 2005, place à la construction de 355 logements, avec une identité commune : lignes architecturales modernes, même hauteur de faîtage, mêmes matériaux de construction, etc. Le projet inclut aussi un hôtel trois étoiles de 60 chambres, une supérette, une médiathèque, un cinéma (3 salles), des bureaux, et des commerces dont l'offre devrait compléter celle déjà apportée dans le quartier[33].

Le projet, hormis le pôle culturel, est en cours de finition...

  • L'esplanade Saint-Vincent : le projet consiste à réaliser sur le parking souterrain aux pieds des remparts de Saint-Malo intra muros une esplanade, afin de rendre l'espace accessible aux circulations douces. L'esplanade accueillera une petite gare routière pour les bus et les cars et à terme un TCSP[34]. Les études sont en cours.
  • ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) La Découverte : Un grand projet de renouvellement social et urbain est en cours[Quand ?] au cœur des quartiers de la Découverte et de L'Espérance. Le projet porte sur la restructuration de l'ensemble de la voirie au niveau de l'avenue du Général de Gaulle, mais aussi sur la résidentialisation des quartiers.

Quelques chiffres : - 217 logements déconstruits, - entre 200 et 250 logements construits sur le quartier (accession sociale, accession libre et locatif libre), - 66 logemetns reconstruits en dehors du quartier, - 645 logements réhabilités, - 615 logements résidentialisés. Coût du projet : 57 millions d’euros

  • Le musée d'Histoire maritime : ce musée sera un espace historique de 4000 à 6 000 m² au cœur de la ville, sur le site des anciens silos à grains au fond du bassin Duguay-Trouin dans le port. Sa mission sera de mettre en valeur l’histoire maritime de Saint-Malo et des communes environnantes. Il comprendra des salles de conférences et d’expositions temporaires, accessibles à tous, ainsi que certaines collections du musée d’histoire, un espace scénographié pour les collections de la Natière, des espaces thématiques tels La grande pêche à Terre-Neuve, etc.
  • Le multiplexe : construction d'un cinéma de 7 à 8 salles dans le nouveau quartier malouin de la Haize - La Bastille. Etudes en cours.
  • Le port des Sablons : Le port de plaisance des Sablons est fortement sollicité en demandes de mouillage et les projets à venir vont encore renforcer son attraction. Premièrement, un élargissement de la cale de mise à l’eau et du terre-plein est prévu. La largeur de la cale passera de 8 à 14 mètres ; le terre-plein accueillera de nouvelles possibilités de stationnement pour les bateaux et leurs remorques. Deuxèmement, des études pour le dragage des sédiments, pour la mise en place d’une aire de carénage écologique ainsi que pour optimiser les places d'accueil sur le littoral malouin sont en cours.
  • Le Pôle Mère-Enfant, au centre hospitalier Broussais : il a ouvert ses portes début 2011. Il regroupe désormais le secteur obstétrique, la chirurgie gynécologique, la pédiatrie et la néonatalogie[35].
  • Réhabilitation du quartier Bellevue : le site de Bellevue, au milieu du boulevard Léonce Demalvillain, va être[Quand ?] complètement rénové. 131 nouveaux logements et des commerces vont y être reconstruits. Le début de ce vaste chantier, qui devrait durer quatre ans, a commencé en 2009. Le nouvel ensemble sera composé de quatre îlots distincts qui abriteront 112 logements destinés à l’accession libre. L’ensemble bénéficiera d’une architecture très contemporaine, avec des toitures en zinc, des balcons équipés de vitres pare-soleil et des couleurs vives… Au pied de chaque immeuble, des commerces prendront place[36].

Sport

Article détaillé : Sport à Saint-Malo.

Le sport à Saint-Malo est diversifié avec une tendance importante pour les sports nautiques. Étape du Tour de France 2008, événements nautiques et médiatiques, grands rassemblements, compétitions nationales et internationales.

Équipements sportifs

6,8 hectares sont dédiés au sport à St Malo.

Voici la liste du patrimoine sportif :

  • 1 piscine : 173 740 entrées en 2007
  • 5 centres nautiques développant : voile et kayak + aviron + Planche, surf, char à voile + plongée
  • Bellevue : 1 plateau omnisport de 920 m² + 1 gymnase de 120 m²(tennis de table)+ 1 gymnase de 100 m²(boxe)+ 1 salle de 80 m²(salle de musculation)+ 1 terrain de football de 6000 m²
  • Charcot : 1 salle de 300 m² volley ball + handball + basket
  • Grand Domaine : 1 aire de tir à l'arc 8500 m²
  • Les cottages : 1 gymnase de 300 m²
  • La découverte : 1 gymnase de 250 m² + deux terrain de foot de 6000 m² chacun.
  • Duguay Trouin : 1 plateau omnisport 920 m² + 1 salle de gymnastique 300 m² + 1 court de tennis couvert
  • Henri Lemarié : 1 terrain de foot honneur 6000 m² + 1 terrain de foot stabilisé 6000 m² + 2 terrain de foot à 9 + 8 terrains de ffot à 5 et 7 un peu moins de 39 600 m² + 1 skate park
  • Ernest Renan : 1 salle de 140 m² (haltérophilie)
  • Gentillerie : 1 salle de gymnastique de 300 m²
  • L'islet : 1 salle de gymnase de 300 m² + court de tennis
  • Hippodrome : 1 hippodrome + 1 terrain de foot 6000 m² + 1 terrain de rugby 9000 m² + 1 terrain de foot annexe 7500 m²
  • La Gilbardais : 1 salle de tir ( 10m/20m/50m)
  • Surcouf : 1 salle omnisport 1600m² + 1 dojo 400m² + 1 plateau omnisports 920 m² + 1 plateau extérieur basket et handball
  • Le Naye : 1 court de tennis + 1 salle omnisport 1030m² (handball + basket) + 1 gymnase 200m²
  • Rocabey : 1 plateau omnisport (handball + football)
  • Trianon : 1 salle de gymnastique et d'escrime 400m²
  • Les Acadiens : 1 piste anneau cycliste 200 m + 1 terrain football d'entrainement + 2 terrain de foot à 7.

Clubs sportifs

  • US Saint-Malo, club de football de la ville qui évolue en division d'Honneur.
  • UP Saint-Malo, club de tennis de table dont l'équipe féminine a disputé l'élite dans les années 80
  • Association sportive Jeanne d'Arc
  • Cercle Jules Ferry
  • Société Nautique de la Baie de Saint-Malo
  • Surf School, association de voile de Saint-Malo
  • St Malo Rugby (CJF), le club de rugby de Saint-Malo. Champion de Bretagne de division d'honneur.

Courses nautiques

Les événements ayant pour cadre la ville de Saint-Malo les plus connus sont associés aux courses nautiques : le départ de La Route du Rhum, course de voiliers transatlantique en solitaire, a lieu tous les quatre ans, et l'arrivée de la Transat Québec-Saint-Malo en équipage qui a également lieu tous les 4 ans. Saint-Malo accueille également des évènements nautiques occasionnels comme un départ de la Course des Grands Voiliers (anciennement la Cutty Sark) en 2006 ou d'envergure plus modestes comme le Raid des Corsaires dans la baie de Saint-Malo. Dans le domaine, on notera également un salon du nautisme d'occasion, Saint-Malo à la Hune.

Culture

Évènements culturels

Dans le domaine musical, Saint-Malo présente chaque année le festival de La Route du Rock (été et hiver), en association avec la proche commune de Saint-Père. La ville organise également le festival de musique Classique au Large, au printemps.

Parmi les évènements culturels importants figurent le Quai des Bulles, festival de la bande dessinée et de l'image projetée, qui a lieu à l'automne, ainsi que le festival littéraire des Étonnants voyageurs, au printemps. D'autres évènements animent aussi la ville, tel le Festival européen du théâtre lycéen francophone. Un carnaval haut en couleur a eu lieu le 28 mars 2010[37].

Depuis 2009, tous les jeudis de l'été, le festival Renc'arts, permet à des artistes (de rues, de cabarets et de scènes) d'envahir les rues pour proposer gratuitement leurs prestations[38]. Sont également proposés au public en été : les Mardis zicos (2 concerts au pied du château), les Mercredis des Douves (animations ludiques également au pied du Château) et les Vendredis de la Hoguette (animations sportives sur la plage).

Enfin, le festival Folklores du monde (en été), auparavant réservé à la culture bretonne, s'est aujourd'hui élargi en accueillant chaque année de nombreux groupes de musique et danse venus des cinq continents. La cité malouine est, lors de cet évènement, représentée par les Corsaires Malouins (groupe de chant de marins), l'association folklorique Gwik Alet ainsi que le groupe Quic-en-Groigne, ensemble traditionnel breton, composé d'un bagad classé en 1ère catégorie de la fédération Bodadeg ar Sonerion et d'un cercle celtique, champion de Bretagne 2004, 2005, 2006, 2008, 2009, 2010 et 2011 de la fédération de danse bretonne War'l leur.

Salles de spectacles

La plus grande salle de concerts est l'Omnibus. C'est une structure originale composée d'une salle de spectacle de 920 places qui présente toute l'année de nombreux concerts (rock, électro, reggae, musique bretonne, jazz…) ainsi que de salles de répétitions et d'enregistrements.

Deux théâtres sont présents dans la ville de Saint-Malo. L'un se situe intra-muros (Chateaubriand) et l'autre à Saint-Servan (place Bouvet). Chacun accueille des spectacles pour adultes ou enfants avec des programmations variées et orientées vers tous les publics.

Il existe en 2009 un seul complexe de cinéma, Le Vauban, à Rocabey près du quartier de la gare. Cependant, deux autres devraient voir le jour[39]. L'un au cœur de la future médiathèque (3 salles), et l'autre du côté de l'IUT (7 salles).

Médias locaux

Presse 
  • Le Pays Malouin : c'est un hebdomadaire que l'on trouve seulement dans le pays de Saint-Malo. On le trouve facilement dans les bars-tabacs ou bien les maisons de la presse, les supermarchés et boulangeries. Il relate une certaine catégorie de faits d'actualité qui se produisent sur la ville de Saint-Malo et dans les localités voisines.
  • Saint-Malo Magazine[40] : c'est un bimestriel produit et distribué par la mairie de Saint-Malo. Tous les deux mois, la totalité des habitants de Saint-Malo ont accès à ce magazine qui permet de se mettre au courant de tous les projets en cours sur la commune.
Média télévisuel et sonores 

Lieux et monuments

L'intra muros de Saint-Malo

Saint-Malo abrite 81 Monuments historiques et 169 bâtiments inventoriés [41].

Les plus connus (les plus emblématiques, selon la formule consacrée), sont situés dans la ville close :

Ville close de Saint-Malo

Statue de Surcouf, par Alfred Caravaniez (fin XIXe siècle).
Le château de Saint-Malo qui abrite aujourd'hui la mairie.

Le tour des remparts est sans doute la première attraction touristique de Saint-Malo. Ces remparts ceignent entièrement la ville. Ils longent le château de Saint-Malo, qui héberge aujourd'hui la mairie. On peut en faire le tour virtuellement sur le site de l'office du tourisme malouin.

Le château a été construit par les ducs de Bretagne puis aménagé et modernisé par Siméon Garangeau, disciple de Vauban. Son donjon abrite le musée d’Histoire de la Ville et du Pays Malouin.

Au centre de la ville close se dresse la cathédrale Saint-Vincent de Saint-Malo, dédiée à saint Vincent de Saragosse, repérable à son clocher dominant les toits.

Sur le tour des remparts et dans la ville, on trouve disséminées les statues de Jacques Cartier, Duguay-Trouin, Surcouf, Chateaubriand ou de Mahé de la Bourdonnais.

Toujours à l'intérieur des remparts, les visiteurs intéressés par l'histoire de Saint-Malo trouveront l'hôtel d'Asfeld, dernier hôtel d'armateur (les Magon) préservé des destructions de la Seconde Guerre mondiale.

Comme autres points d'attraction permanents aux abords des remparts, le Fort National, au nord de la ville close, est accessible à marée basse, tout comme le fort du Petit Bé, et la tombe de Chateaubriand sur l'île du Grand Bé.

Ville et remparts depuis la mer

Saint-Servan

Article détaillé : Saint-Servan.

Commune de Saint-Malo

  • les rochers sculptés de Rothéneuf ;
  • le manoir de Jacques Cartier, près de Rothéneuf ;
  • l' île de Cézembre, accessible par bateau depuis Saint-Malo ;
  • le grand aquarium Saint-Malo, avec son anneau à requins, situé aux abords de la ville. C'est le second établissement touristique privé le plus visité de Bretagne[44] ;
  • le labyrinthe des corsaires dans le quartier de Quelmer non loin du barrage de la Rance.

Distinctions

Saint Malo est [45]:

  • Ville fleurie quatre fleurs en 1987.
  • Prix national de l’arbre en 1992.
  • Prix national de mise en valeur du patrimoine historique en 1995 .
  • Grand prix national en 1999, 2002 et 2005.
  • Nombreux prix régionaux.

Personnalités liées à Saint-Malo

La statue de Robert Surcouf à Saint-Malo, réalisée par le sculpteur Alfred Caravaniez fin XIXe siècle.

Galerie

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Saint-Malo dans la littérature et l'audiovisuel

Ouvrages liés à Saint-Malo

  • Ces messieurs de Saint-Malo, roman de Bernard Simiot, 1990
  • Le Trésor des Chevrets, bande dessinée des Aventures de Vick et Vicky de Bruno Bertin aux Éditions P'tit Louis, 1995
  • Saint-Malo au temps des négriers, livre politique d'Alain Roman, 2001
  • La Terreur à Port-Malo par Étienne Maignen, bulletin et mémoires, SAHIV, tome CVIII, pages 141 à 152, 2004
  • Éclats d'Emeraude, roman historique de Carole Lavoie, qui relate les débuts du tourisme sur la Côte d'Emeraude. Prix Jackie Bouquin « la Femme dans l'histoire ». Éditions Prologue 2007.

Films et séries tournées à Saint-Malo

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

  • S. et J. Beaulieu, Saint-Malo et l'histoire, éditions Marc-Aurèle, 1993, 119 p.
  • Ouvrage collectif sous la direction d'André Lespagnol, Histoire de Saint-Malo et du pays malouin, édition Privat Toulouse, 1984. (ISBN 2 708982303)
  • Gilles Foucqueron, Saint-Malo 2000 ans d'histoire, 1999. (ISBN 2 95003042 4)
  • François Tuloup, Histoire générale de Saint-Malo, éditions Klincksieck Paris, 1970.
  • François Tuloup, Histoire religieuse de Saint-Malo, éditions Klincksieck Paris, 1975. (ISBN 2 25201693 0)
  • André Lespagnol, Ces Messieurs de Saint-Malo : une élite négociante au temps de Louis XIV, éditions des Presses universitaires de Rennes, 1997. (ISBN 2 86847229 X)
  • Eugène Herpin, Histoire de la ville de Saint-Malo - Depuis son origine jusqu'à la Révolution, réédition La Découvrance Eds, 1927. (ISBN 2 842652002)
  • Eugène Herpin, Saint-Malo sous la Révolution - 1789-1800, réédition La Découvrance Eds, 1931.
  • Eugène Herpin, Souvenirs d'un bourgeois de Saint-Malo, réédition La Découvrance Eds, 2001. (ISBN 2 842651693)
  • Roger Vercel, Saint-Malo et l'âme malouine, éditions Albin Michel, 1948.
  • Ernest Le Barzic, À Saint-Malo les Magon !, éditions La Découvrance Eds, 2002. (ISBN 2 84265202 9)
  • Étienne Dupont, Le vieux Saint-Malo, éditions La Découvrance Eds, 2004. (ISBN 2 910452867)
  • Philippe Petout Hôtels et maisons de Saint-Malo XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles Picard (1985) (ISBN 2708401335)
  • François Tuloup De Viris Illustribus Urbis Macloviensis Les Nouvelles de Bretagne. Rennes (1966).
  • Mickael Gendry, L'immunité du « monastère de Saint-Méen et de l'île de Malo, à l'origine de la création de l'évêché d'Alet, Dossiers du Centre de Recherche et d'Archélogie d'Alet, volume 38-2010, p.63-86.

Notes et références

  1. Populations légales 2008 de la commune : Saint-Malo sur le site de l'Insee
  2. Chiffres Office du tourisme
  3. http://fr.voyage.yahoo.com/p-promotions-3311889 Top 10 des destinations préférées des Européens en France
  4. « Ni français ni breton, malouin suis » sur le site de lL'Express, propos de Gilles Foucqueron
  5. Cette légende correspondrait à une montée des eaux continue sur un laps de temps très important
  6. a et b Températures moyennes relevées à Dinard entre 1981 et 1990, depuis WorldClimate.com, avec les données du GHCN1 www.worldclimate.com
  7. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, carte p. 170.
  8. Source : Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)
  9. Les Ambibrii, mentionnés par Jules César dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules, appartiennent à la Confédération armoricaine, mais leur territoire n'est pas exactement localisé. Voir Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, page 408, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000, (ISBN 2-7028-6261-6).
  10. P. 45 Histoire Illustrée de La France , du: Vicomte de Caix & Albert Lacroix, tome 2 La Gaule Romaine, Paris, éditions Littéraires et Artistiques 1900
  11. S. et J. Beaulieu, Saint Malo et l'histoire, p 3 à 9.
  12. S. et J. Beaulieu, op. cit., p 10 à 32.
  13. S. et J. Beaulieu, op. cit., p 32 à 73.
  14. S. et J. Beaulieu, op. cit., p 73 à 108.
  15. http://cassini.ehess.fr/ Population avant le recensement de 1962 sur cassini.ehess.fr
  16. INSEE: Population depuis le recensement de 1962 sur /www.insee.fr
  17. Habitat logement sur www.ville-saint-malo.fr. Consulté le 7 août 2010.
  18. Urbanisme sur www.ville-saint-malo.fr. Consulté le 7 août 2010.
  19. a, b et c Économie sur www.ville-saint-malo.fr. Consulté le 7 août 2010.
  20. Les marchés sur www.ville-saint-malo.fr. Consulté le 7 août 2010.
  21. Principales caractéristiques du Port de Saint-Malo, sur le site de la CCI de Saint-Malo
  22. a, b et c Principales filières du port de Saint-Malo en 2004, sur le site de la CCI de Saint-Malo
  23. Plus d'1 million de passagers par an 22/04/2009 sur www.saint-malo.cci.fr. Consulté le 7 août 2010.
  24. Jumelage avec Port-Louis sur www.ville-saint-malo.fr
  25. de Gaspé en 2009 sur www.ville.gaspe.qc.ca
  26. Historique des hôpitaux de Saint-Malo, sur le site du centre hospitalier
  27. Qui sommes-nous sur http://www.ksma.fr. Consulté le 2 janvier 2011
  28. Site officiel de Keolis Saint-Malo Agglomération
  29. Le transport en commun fait débat au conseil sur www.saint-malo.maville.com. Consulté le 7 août 2010.
  30. L'esplanade Saint-Vincent bientôt sans voitures ? sur www.saint-malo.maville.com. Consulté le 7 août 2010.
  31. L'aéroport prépare son nouvel envol sur www.ouest-france.fr. Consulté le 7 août 2010.
  32. Chiffres sur le port et l'aéroport sur le site de Saint-Malo agglomération
  33. Grands projets sur www.ville-saint-malo.fr. Consulté le 7 août 2010.
  34. P.L.U. de Saint-Malo sur www.malouins.com. Consulté le 7 août 2010.
  35. Pôle Mère-Enfant sur etablissements.fhf.fr. Consulté le 7 août 2010.
  36. Site de la ville de Saint-Malo sur www.ville-saint-malo.fr. Consulté le 7 août 2010.
  37. Le carnaval de Saint-Malo sur www.ville-saint-malo.fr. Consulté le 7 août 2010.
  38. Rent'arts sur v.calameo.com. Consulté le 7 août 2010.
  39. Détail des grands projets de la ville de Saint-Malo, sur le site de la mairie
  40. Saint-Malo Magazine
  41. Liste des notices pour la commune de Saint-Malo, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  42. Notice no PA00090798, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  43. Notice no PA00090801, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  44. Le grand aquarium de Saint-Malo sur www.aquarium-st-malo.com. Consulté le 7 août 2010.
  45. Parcs et jardins sur www.ville-saint-malo.fr. Consulté le 7 août 2010.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-Malo de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Saint-malo — Pour les articles homonymes, voir Saint Malo (homonymie). Saint Malo vu depuis l île du Grand Bé …   Wikipédia en Français

  • Saint Malo — (Sant Maloù) …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-Malo — (Sant Maloù) …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-Malo — Saltar a navegación, búsqueda Saint Malo Escudo …   Wikipedia Español

  • SAINT-MALO — SAINT MAL Située sur la côte nord de la Bretagne, dans l’actuel département d’Ille et Vilaine, Saint Malo offre le curieux exemple de la création d’une capitale d’un petit pays en trois étapes. À la veille de la conquête romaine, la civitas des… …   Encyclopédie Universelle

  • Saint-Malo — Saint Ma·lo (săɴ mə lōʹ) A town of northwest France northwest of Nantes on the Gulf of Saint Malo, an inlet of the English Channel. Founded on the site of a 6th century A.D. monastery, it was a base for French pirates in the 17th and 18th… …   Universalium

  • Saint-Malo —   [sɛ̃ma lo], Name von geographischen Objekten:    1) Saint Malo, Hafenstadt im Département Ille et Vilaine, in der Bretagne, Frankreich, an der Mündung der Rance, 48 000 Einwohner; nationale Schule der Handelsmarine, Segelschifffahrtsmuseum; Pfe …   Universal-Lexikon

  • Saint-Malo — es una ciudad portuaria en la Bretaña francesa en el Canal de la Mancha. Saint Malo tiene 53.000 habitantes, pero ese número sube a 200.000 en verano. * * * Saint Malo, golfo de ► C. del NO de Francia, en Bretaña, departamento de Ille et Vilaine …   Enciclopedia Universal

  • Saint-Malo — (spr. ßäng ), Arrondissementshauptstadt im franz. Depart. Ille et Vilaine, liegt malerisch auf einer in die Mündungsbucht der Rance gegen W. vorspringenden Felsenhalbinsel, die durch einen Damm (Sillon) mit dem Festland verbunden ist. An die Anse …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Saint-Malo — (spr. ßäng), Stadt im franz. Dep. Ille et Vilaine, (1901) 11.486 E., fünf Außenforts, Schloß, hydrogr. Schule, Hafen, Seebad …   Kleines Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.