Ambert
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ambert (homonymie).

45° 33′ 01″ N 3° 44′ 33″ E / 45.5503, 3.7425

Ambert
La mairie ronde
La mairie ronde
Armoiries
Administration
Pays France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Ambert (chef-lieu)
Canton Ambert (chef-lieu)
Code commune 63003
Code postal 63600
Maire
Mandat en cours
Christian Chevaleyre
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Ambert
Démographie
Population 7 016 hab. (2007)
Densité 116 hab./km²
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 01″ Nord
       3° 44′ 33″ Est
/ 45.5503, 3.7425
Altitudes mini. 514 m — maxi. 1365 m
Superficie 60,48 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Ambert est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme et la région d'Auvergne. En occitan, elle se nomme Embèrt, mais est prononcée Imbert.

Elle est l'une des quatre sous-préfectures du département avec Issoire, Riom et Thiers ainsi que le siège du Pays d’Ambert Livradois Dore Forez.

Ses habitants sont appelés les Ambertois.

Sommaire

Géographie

La commune est traversée, en dehors de la zone urbanisée, par le cours de la Dore, affluent de l'Allier. Ambert se situe dans la plaine d'Ambert entouré à l'est par les Monts du Forez et à l'ouest par les Monts du Livradois

La commune d'Ambert est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez.

Toponymie et étymologie

Dans son Guide de l'Auvergne mystérieuse[1], Annette Lauras-Pourrat (fille d'Henri Pourrat), rapporte que le nom d'Ambert dériverait d'Amberitus qui aurait signifié, à l'époque gallo-romaine, le « gué sur la rivière » (la Dore).

Lieux-dits et écarts

La ville d'Ambert s'étend au pied des monts du Livradois et du Forez.

Les Allées, Aubignat (suivant le côté du ruisseau, sinon SAint Ferréol des Côtes), la Barge, la Barrate, Beauvialle (anciennement Bostvial = le vieil bois), la Bégonie, la Besseyre, Bioras, Boisseyre, les Bordes, la Borie, le Bost, les Bracons, la Brugerette, les Bruyères, les Bruyères de Châtelet, Bunangues, les Caires, le Champ de la Jarrige, le Champ de Clure, Chanabert, la Chardie, Châtelet, Chaudabris, les Chaux, Cleurettes, la Collange, la Combe, Combrias, Combris, le Cros de Dore, le Cros de Montgolfier, Daragon, Étagnon, le Faveyrie, la Fougedoire, le Fournet, la Garde, la Gerle, Germanangues, Gonlaud, Goyes, le Grand Cheix, Grandsaigne, Gratarelles, Ladrye, Ligonne, les Loyes, Magnarot, Marcheval, le Mareynat, le Mas de la Farge, la Masse, Maufre, Meydat, le Monteix, le Montel, Montgolfier, Moulin de la Sagne, le Moulin du Lac, la Murette, Nouara, Paneton, Pellegrole, les Perriers de Valeyre, la Planche, Pomeyrolles, Pont de Chauttes, Pouteyre, le Poyet Marraud, le Poyet Valentin, Pradelles, Reveret, la Ribbe Basse, Richard de Bas, la Rodarie, la Roche, Rodde, la Sagne, Saint-Pardoux, Saint-Pierre, Saint-Roch, chez le Soldat (car un garçon de cette maison se faisait payer pour d'autres garçons durant leurs temps d'appelés militaires), Terre Rouge, la Tolle, Valeyre, la Vaure, les Vergnes sous Goye, la Vernadelle, Viallis, Villeneuve, le grand Vimal, le petit Vimal, les Virands, la Visseyre, Zol (anciennement : DAPZOL ou APZOL).

Liste incomplète : manquent les lieux-dits et écarts visibles sur les cartes IGN-Série bleue 2732 E (Saint-Georges-en-Couzan) et 2733 E (Saint-Anthème-Viverols)

Communes limitrophes

Histoire

Selon une thèse non attribuée citée par Annette Lauras-Pourrat[1], les Ambertois auraient pu être « les Ambivareti dont César rapporte la dissidence d'avec les Arvernes et qui, même après Alésia, demeurèrent insoumis », ajoutant que ce nom aurait pu signifier « ceux qui sont défendus de toute part » (par les montagnes) et termine en disant que « les tenants de cette thèse ne manquent pas de faire le rapprochement avec les sites d'Amberg en Bavière et d'Amber en Inde ». Les rapprochements phonétiques sont cependant hasardeux et n'ont souvent rien à voir avec l'étymologie. "Am Berg" signifie "du mont", toponyme et patronyme courant tant en allemand qu'en français. Il vaudrait mieux s'inspirer de la racine gauloise amb- que l'on retrouve souvent. Cf en particulier le territoire des Ambarres dans la plaine de l'Ain, pourvu d'une abondance de toponymes en amb-, dont Ambérieu.

Jusqu'au XVe siècle, le bourg d'Ambert était morcelé en trois quartiers spécifiques, correspondant à une division ternaire de la société : un quartier marchand, un quartier ecclésiastique et monastique, et un quartier « seigneurial », qui se « mélangèrent » à partir de la construction de l'enceinte fortifiée dite des 19 tours (aujourd'hui disparue).

Ambert fut très éprouvée par les suites du massacre de la Saint-Barthélemy. Une bande de Huguenots, commandée par le capitaine Merle, s'empara de la ville en 1574 et y fit subir pillages, massacres et autres sévices à une population majoritairement catholique. La ville fut ensuite reprise par les catholiques.

Dans un registre plus paisible, l'histoire d'Ambert et de toutes les communes environnantes est indissociable de la fabrication de la pâte à papier à base de chiffon d'origine végétale (chanvre et lin), à laquelle se consacraient plus de 300 moulins au XVe siècle. Les maîtres papetiers avaient reçu leur savoir-faire de maîtres italiens. Les premiers tirages de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d'Alembert, furent d'ailleurs imprimés sur de la pâte à papier d'Ambert.

Le brigand et contrebandier Mandrin fit un passage à Ambert le 12 octobre 1754 ; il existe toujours dans la ville une Tour Mandrin.

Le déclin progressif de l'industrie papetière, à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, fut partiellement compensé par la montée en puissance, dès le XVIIe siècle, des métiers du tissage, de la passementerie, de la tresse et du lacet, de la broderie et de la fabrication de chapelets.

Blason Blasonnement
D'azur, à la croix d'argent cantonnée de quatre trèfles d'or.
Commentaires : On rencontre cependant D’azur au gammadion d’argent, écartelé de trèfles de sinople.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini[2] et INSEE[3])

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 540 5 926 6 136 6 922 7 650 8 016 7 884 8 017 8 133
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7 703 7 661 7 446 7 625 7 789 7 727 8 211 7 907 7 709
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7 648 7 581 7 863 7 091 7 116 6 862 6 877 7 004 6 849
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007  
7 160 7 328 7 603 7 722 7 420 7 309 7 057 7 016  

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Christian Chevaleyre DVG Commerçant retraité, président de la communauté de communes
juin 1995 mars 2008 Jean Aulagnier UDF puis MoDem Universitaire, conseiller régional
1938 1940 Raymond Lachal AD Député
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Jumelages

Économie

La gare d'Ambert

Gastronomie

Célébrités

  • Les frères Angeli : Jean Angeli dit Jean l'Olagne (1886+1915) ami de Henri Pourrat avec lequel il écrit en 1912 La Colline Ronde dont son frère François Angeli (13/02/1890+30/05/1974) réalisa les illustrations.
  • Gabrielle Barnicaud (1888-1964), écrivain
  • Emmanuel Chabrier (1841-1894), compositeur, né à Ambert.
  • Adrien-Vital Farjon (1850 Ambert +1907), conseiller général de Viverols, député, participa à la création de la buvette de l'Assemblée nationale.
  • Théophile Gautier (fils) (1836-1904), littérateur français, sous-préfet d'Ambert.
  • Jeanne Lichnerowicz (1888-1957), écrivain-romancière (née à Ambert) dite Claude DRAVAINE.
  • Étienne Christophe Maignet (1758-1834) personnage de la Révolution française enterré à Ambert.
  • Jean-Claude Mourlevat (1952-), écrivain
  • Henri Pourrat (1887-1959), écrivain, né à Ambert où il passa presque toute sa vie.
  • Pierre Pourrat (1758-1835), sous-préfet (1800-1814 et 1830-1834), maire (1818-1826), conseiller général (1818-1830) et député (1821-1824) d'Ambert, à l'origine de la mairie ronde.
  • Pierre de Nolhac (1859-1936), écrivain et académicien, né à Ambert.
  • Michel Rolle (1652-1719), mathématicien et géomètre, né à Ambert.
  • Jules Romains (1885-1972) a choisi Ambert comme cadre pour Les Copains, en 1922. La première mention d'Ambert, dans le roman, est faite dans le chapitre chapitre initial, « Le Repas », dans les termes suivants :

« Mais la vue était soudain envahie par une carte de France. Le papier en semblait résistant. Deux barres de bois noir, une en haut, une en bas, lui donnaient de la rigidité. Une simple ficelle la suspendait à un clou. Bénin n’avait rien avancé que de vrai. Cette carte figurait quatre-vingt-six départements, et on ne sait combien de villes qui faisaient de l’œil. Les copains trouvèrent ça admirable.
— Des yeux ! cria Bénin, il y en a plus [ 27 ] que dans le bouillon du pauvre, plus que sur la queue du paon.. Il tendit le bras.
— Issoire ! Ambert !
Tous, au fond d’eux-mêmes, furent d’avis qu’effectivement Issoire et Ambert avaient un drôle d’air.
— Qu’allons-nous répondre, messieurs, à ce défi ? Issoire et Ambert narguent notre assemblée. La chose n’en restera pas là. »

  • Philippe Russias (Né à Ambert en 1952-), avocat et écrivain, auteur de La Maison du Gagarine, Auvergneskaya, La Rose de Ladaland...
  • Marguerite Soleillant (Née à Ambert en 1906 - décédée en 1999) poétesse
  • Alexandre Vialatte (1901-1971), chroniqueur et écrivain, Ambertois d'adoption.
  • Jean-Joseph Vimal-Flouvat (1737-1810), député du Puy-de-Dôme et maire d'Ambert
  • Claude Vorilhon (1946-) dit Raël, fondateur et chef spirituel du mouvement raëlien, a passé son enfance à Ambert.

Patrimoine

Patrimoine religieux

La tour de l'église St-Jean depuis le plan d'eau.
  • Église paroissiale Saint-Jean, de facture gothique, construite de 1471 à 1550. L'église possède un orgue construit par Joseph Merklin à Lyon (1879).

Patrimoine civil

  • Dolmen de Boisseyres
  • Monument Henri Pourrat
  • Monument Alexandre Vialatte

Architecture

  • Mairie ronde, à l'origine Halle aux grains, construite en 1816 pour libérer la nef de l'église où se faisait le commerce des céréales depuis la Révolution. En 1823 est décidée une extension verticale de l'édifice, pour héberger certains services (salle du Conseil, Contributions indirectes).
  • Caisse d'épargne et deux autres bâtiments du début du XXe siècle, construits dans un style inspiré de l'architecture des villes d'eaux, avec coupoles, etc.

Musées

Animation

  • Médiathèque Alexandre-Vialatte
  • Chaque année, la cyclosportive Les Copains a lieu à Ambert et dans sa région ; le départ se déroule au "coin" de sa mairie.
  • Chaque année également le festival de folklore La ronde des copains du Monde anime pendant une semaine la petite ville auvergnate
  • Tous les deux ans les Fourmofolies rassemblent les amoureux de la Fourme d'Ambert et des fromages AOP d'Auvergne.
  • Gare de la ligne touristique du Livradois-Forez, exploitée par AGRIVAP Les trains de la découverte, en saison.
  • Depuis 2008 la manifestation "Ambert côté jardin" se déroule en avril. Elle propose de faire découvrir le patrimoine jardiné de la ville avec un regard sur le développement durable.
  • Le Centre Culturel Le Bief - Programmation culturelle, une artothèque de multiple - Direction Lionel Zwenger

Randonnée sur la commune

  • Chemin des papetiers

Archives

  • Registres paroissiaux et d'état civil depuis :
  • Délibérations municipales depuis :

Ambert dans la littérature et au cinéma

Ambert est, avec Issoire, l'une des deux sous-préfectures victimes des canulars arbitraires et anarchisants des sept héros des Copains, roman de Jules Romains paru en 1913. Le choix s'était porté sur ces deux villes car, sur une carte de France, elles lorgnaient d'un mauvais œil les sept amis. Yves Robert en tira en 1964 un film du même nom (Les Copains), dont la musique fut le célèbre titre de Georges Brassens, Les Copains d'abord. Les copains y décident de se donner rendez-vous devant la façade de la mairie, chose difficile puisque la mairie est... ronde. Le réalisateur français Claude Berri réalisa en 1990 une partie du tournage du film Uranus dans la ville d'Ambert.

Références

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ambert de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ambert — Ambert …   Deutsch Wikipedia

  • Ambert — Saltar a navegación, búsqueda Ambert Embèrt Escudo …   Wikipedia Español

  • Ambert — Nom de personne d origine germanique, soit Amaberht (amal = zélé ? + berht = brillant), soit Ansberht (ans = nom de divinité). Ambert est aussi le nom d une commune du Puy de Dôme (gaulois Amberitus). C est dans l Ardèche que le patronyme est le… …   Noms de famille

  • Ambert — (spr. Angbär), 1) Bezirk im französischen Departement Puy de Dôme, 22 QM., 29,000 Ew.; 2) Stadt hier, an der Dore, Fabriken in Spitzen, Band, Wollenzeug, Nadeln, Fingerhüten, Karten, Papier; Handelsgericht; 4500 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Ambert — (spr. angbǟr), Arrondissementshauptstadt im franz. Depart. Puy de Dôme, an der Dore und der Lyoner Bahn, 531 m ü. M., hat ein Handelsgericht, Collège, Gewerbekammer und (1901) 4158 Einw., die Fabrikation von Papier, Schnüren und Bändern und… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Ambert — (spr. angbähr), Stadt im franz. Dep. Puyde Dôme, an der Dore, (1901) 7648 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Ambert — (frz., –bär), Stadt im franz. Depart. des Puy de Dome, 9000 E. Fabriken in Wolle und Papier. Spitzenklöppelei; der beste Käse der Auvergne …   Herders Conversations-Lexikon

  • Ambert — French commune nomcommune=Ambert Town hall of Ambert région=Auvergne département=Puy de Dôme arrondissement=Ambert canton=Ambert insee=63003 cp=63600 maire=Jean Aulagnier mandat=2001 2008 intercomm=Pays d Ambert longitude=3.7425… …   Wikipedia

  • Ambert — Original name in latin Ambert Name in other language Amber, Ambert, Embert, Embrt, anberu, ang bei er, Амбер State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 45.55 latitude 3.75 altitude 536 Population 7901 Date 2010 04 02 …   Cities with a population over 1000 database

  • Ambert-la-Campagne — Ambert Ambert Pays  France …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”