Alexandre Vialatte
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vialatte.

Alexandre Vialatte, né le 22 avril 1901 à Magnac-Laval (Haute-Vienne) et mort le 3 mai 1971 à Paris, est un écrivain français.

Sommaire

Biographie

Installé une première fois à Ambert (Puy-de-Dôme) avec sa famille en 1915, il rencontre en 1916 les frères Paul et Henri Pourrat, auxquels le liera une longue amitié, surtout avec le dernier. Cette amitié, ponctuée de nombreuses randonnées pédestres dans les monts du Livradois et du Forez, et d'une abondante correspondance, sera un peu de nature « filiale ».

Germanophone, il est de 1922 à 1928 secrétaire de rédaction de La Revue Rhénane à Mayence [1], dans la zone occupée par les forces françaises. Il y découvre l'œuvre de Franz Kafka, dont il fut le premier traducteur de l'allemand en français[2].

En 1938, il est professeur de français au lycée franco-égyptien d'Héliopolis, près du Caire.

Il s'engage en 1939 et est fait prisonnier en Alsace en juin 1940, ce qui provoque en lui un effondrement psychologique qui le conduit à l'hôpital psychiatrique de Saint-Ylie, près de Dole. Après avoir tenté de s'y suicider, il en sort en 1941. Cette expérience est relatée dans Le Fidèle Berger, roman du soldat qui sombre dans la folie à force de marcher et sera sauvé en pensant à la femme aimée. Son ami Henri Pourrat mentionne[3] « ce bourg où Vialatte, en se retrempant chaque jour dans le limpide étang des Escures, écrivit en trois semaines Le Fidèle Berger, et, c'est le plus étonnant des livres de guerre parus durant la guerre, le plus profond. Celui où la colère, l'humour, la simplicité, la fidélité nous parle de plus près ».

En 1945, il est à nouveau correspondant en Allemagne, où il rend compte des procès de Nuremberg.

En 1948, il retourne à Ambert, puis s'installe à Paris (en face de la prison de la Santé). Il écrit, de 1952 jusqu'à sa mort, les 898 Chroniques publiées (sauf 10) dans le journal quotidien auvergnat La Montagne. Ses boutades témoignent de son goût du non-sens :

Plaque commémorative au n° 158 de la rue Léon-Maurice-Nordmann à Paris où habita Alexandre Vialatte de 1934 à 1966
  • « Le loup est appelé ainsi à cause de ses grandes dents. »
  • « Je suis un écrivain notoirement méconnu. »
  • « Pascal aimait tellement l'Auvergne qu'il naquit à Clermont-Ferrand. »
  • « En Auvergne, il y a plus de montées que de descentes. »
  • « L'homme n'est que poussière... c'est dire l'importance du plumeau ! »
  • « Sauf erreur, je ne me trompe jamais. »

Il finissait par ailleurs la plupart des articles qu'il rédigeait par la phrase : « Et c'est ainsi qu'Allah est grand », sans aucun rapport avec le sujet de l'article, mais témoignant parfaitement de son humour particulier et anticonventionnel.

Créateur de faux « proverbes bantous » (pami lesquels : « Qui rit sous l'oukoumé pleure sous l'acajou »), Vialatte s'est signalé par des formules demeurées célèbres, dont : « Dieu a créé le chat pour que l'homme puisse caresser le tigre. »

Il tenait également dans les années 1960 une chronique régulière dans le magazine Elle : Le Paris des Parisiennes.

Sans compter un essai, 13 recueils de chroniques (regroupées après sa mort dans le recueil en deux volumes des Chroniques de la Montagne), 2 recueils de poésie, plusieurs volumes de correspondance (avec Jean Paulhan et Henri Pourrat, Jean Dubuffet notamment), la traduction en français de 9 œuvres de Franz Kafka et de 19 autres œuvres d'auteurs divers, des chroniques illustrées.

Œuvres

  • Almanach des quatre saisons, Julliard, 10/1992
  • L'Auvergne absolue
  • Battling le ténébreux, ou La Mue périlleuse (1928). Réédition : Gallimard, Coll. L'Imaginaire, 1982. (ISBN 2-07-021362-5)
  • La Basse Auvergne J. de Gigord, Collection Gens et pays de chez nous, 1936
  • Badonce et les Créatures (1937). Réédition : Julliard, 2003. (ISBN 2-260-01655-3)
  • Eloge du homard et autres insectes utiles, Julliard, 11/1991
  • Le Fidèle Berger (1942). Réédition : Gallimard, Coll. L'Imaginaire, 2000. (ISBN 2-07-075782-X)
  • Les Fruits du Congo (1951). Réédition : Gallimard, Coll. L'Imaginaire, 1994. (ISBN 2-07-072298-8)
  • Le Roman des douze (œuvre collective, 1957)
  • Le Fluide rouge (1983)
  • La Maison du joueur de flûte (1986)
  • L'Auberge de Jérusalem (1986)
  • La Dame du Job (1987)
  • La Maison de M. Inhaber (1989)
  • Bananes de Königsberg, Julliard, 1991 (ISBN 2-266-04158-4)
  • Salomé, Les Belles Lettres, 1992
  • Camille et les Grands Hommes, Les Belles Lettres, 1994
  • Les proverbes Bantous, Au Signe de la Licorne, 1998
  • La Complainte des enfants frivoles'', Le Dilettante, 1999
  • Chroniques des Arts Ménagers, Au Signe de la Licorne, 2001
  • Chroniques de Flammes et Fumées, Au Signe de la Licorne, 2001
  • Les Amants de Mata Hari, Le Dilettante, 2005
  • Fred et Bérénice, Le Rocher, 2007
  • Lettres à Maricou, Au Signe de la Licorne, 2009
  • Critique littéraire, Arléa, 2010

Bibliographie

  • Alexandre Vialatte, éditions de l'Age d'Homme, « Les Dossiers H », 1997 (avec de nombreux textes de Vialatte).

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. Alexandre Vialatte - Henri Pourrat Correspondance : Tome 2, Lettres de Rhénanie I, Février 1922-avril 1924 Dany Hadjadj, et Catherine Milkovitch-Rioux par Pu Blaise Pascal (Taschenbuch - 1 avril 2003
  2. Jean-Claude Polet, Patrimoine littéraire européen: Mondilisation de l'Europe, 1885-1922 De Boeck, 20 septembre 2000, ISBN 2-8041-3161-0
  3. « Dans le haut pays avec Berthold Mahn », in L'Auvergne Littéraire, n°115, 1946, p. 21

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alexandre Vialatte de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Allée Alexandre-Vialatte — 13e arrt …   Wikipédia en Français

  • Vialatte —  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. Vialatte est un nom de famille notamment porté par : Alexandre Vialatte : écrivain français Charles Vialatte : médecin et… …   Wikipédia en Français

  • VIALATTE (A.) — VIALATTE ALEXANDRE (1901 1971) Né dans un village de la Haute Loire et chroniqueur à La Montagne , quotidien local auvergnat, Vialatte a longtemps été considéré, au mieux comme un journaliste doué, au pire comme un écrivain régionaliste, dans… …   Encyclopédie Universelle

  • Panado — Alexandre Vialatte Pour les articles homonymes, voir Vialatte. Alexandre Vialatte, né le 22 avril 1901 à Magnac Laval (Haute Vienne) et mort le 3 mai 1971 à Paris, était un écrivain français. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • L'Aérocrobe — est un roman de l écrivain français Paul Chaland publié en 1956. Le héros en est le prodigieux Jérôme Matin qui a su acquérir le pouvoir de s élever dans les airs (d où ce terme, mystérieux et inconnu des dictionnaires, d aérocrobe[1]). Synopsis… …   Wikipédia en Français

  • Henri Pourrat — Pour les autres membres de la famille, voir : Pourrat. Rayonnage de livres d Henri Pourrat Henri Pourrat, né à Ambert (Puy de Dôme) le 7 …   Wikipédia en Français

  • Roland Cailleux — Roland Cailleux, né le 4 décembre 1908 à Paris et mort le 12 mars 1980 à Antibes, est un écrivain français. Il a partagé sa vie entre l écriture et la médecine. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvres 3 Bibliographie …   Wikipédia en Français

  • Ambert — Pour les articles homonymes, voir Ambert (homonymie). 45° 33′ 01″ N 3° 44′ 33″ E …   Wikipédia en Français

  • Ambert-la-Campagne — Ambert Ambert Pays  France …   Wikipédia en Français

  • Association juridique internationale — L Association juridique internationale (AJI) a été créée suite à une conférence à Berlin en décembre 1929, suite à une proposition de l exécutif du Secours rouge international[1]. Le Congrès initial de fondation devait avoir lieu à Paris, mais… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”