Francois Jacob

François Jacob

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacob (homonymie).
François Jacob
Naissance 17 juin 1920
Nancy (France)
Nationalité France française
Champs Médecine, biologie moléculaire
Institution Institut Pasteur
Célèbre pour Travaux les bactéries, la lysogénie et la transcription
Distinctions Prix Nobel de physiologie ou de médecine
Chancelier de l'Ordre de la Libération
Académicien français

François Jacob, né le 17 juin 1920 à Nancy, est un chercheur en biologie français. En 1965, il est récompensé du prix Nobel de physiologie ou médecine.

Depuis le 12 octobre 2007, il est chancelier de l’Ordre de la Libération pour une période de quatre ans, en remplacement de Pierre Messmer[1].

Sommaire

Biographie

Son engagement durant la Seconde Guerre mondiale

D'origine juive, François Jacob est le fils unique de Simon Jacob et de Thérèse Franck. Après sa scolarité au lycée Carnot à Paris, il s'inscrit à la Faculté de médecine de Paris avec l'intention de devenir chirurgien. Ses études de médecine sont interrompues avant la fin de sa deuxième année: en juin 1940, il quitte la France pour rejoindre les Forces Françaises Libres à Londres. C'est en qualité d'officier du Service de santé des armées qu'il participe aux opérations militaires au Fezzan et en Tripolitaine (Libye), ainsi qu'en Tunisie où il est blessé. Il passe ensuite dans la Deuxième DB. Lors de la campagne de Normandie en août 1944, il est à nouveau blessé, cette fois grièvement, et doit passer sept mois à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce.
Après la guerre, il termine ses études de médecine à Paris où il obtient son doctorat en 1947 avec une thèse consacrée aux propriétés de la tyrothricine, un antibiotique à usage local qui avait été isolé dès 1939 par René Dubos et qui fut le premier antibiotique commercialisé. La même année, il épouse la pianiste Lise Bloch qui lui donnera quatre enfants : Pierre , qui devint philosophe, les jumeaux Laurent et Odile (la future fondatrice des éditions Odile Jacob) et Henri.

Humaniste, il a notamment signé, avec d'autres lauréats du Prix Nobel, un appel demandant qu'une délégation du Comité des Droits de l'Enfant de l'ONU rende visite à un enfant tibétain en résidence surveillée depuis 1995 en Chine, Gendhun Choekyi Nyima, reconnu comme 11e Panchen Lama par le 14e Dalaï Lama, Tenzin Gyatso.

Sa carrière scientifique

Ses blessures de guerre étant trop graves pour lui permettre d'exercer la chirurgie, il travaille d'abord dans d'autres domaines jusqu'en 1950, année où il entre à l'Institut Pasteur sous la direction d'André Lwoff.
En 1956 il est nommé directeur de laboratoire et en 1960 chef du service de génétique cellulaire qui venait d'être installé à l'Institut Pasteur. En 1964 il se voit attribuer au Collège de France une chaire de génétique cellulaire créée pour lui.
Il est membre étranger de l’Académie royale des lettres et sciences du Danemark, de l’American Academy of Arts and Sciences, de la National Academy of Sciences des États-Unis, de l’American Philosophical Society, de la Royal Society (Londres), de l’Académie royale de médecine de Belgique, de la New York Academy of Sciences, de l’International Academy of the History of Science, de l’Académie des sciences de Hongrie, de l’Académie royale des sciences (Madrid). Il est docteur honoris causa des universités de Chicago, Michigan, The Mount Sinaï Medical Center (New York), Humboldt (Berlin), Bruxelles, Barcelone, The Weizmann Institute of Science, The Rockefeller University (New York), Oxford, Rome, Lisbonne, Bologne, Harvard, Athènes, Crète, Montréal, Valence, Madrid, Istanbul. Il est marié au Docteur Geneviève Barrier, fondatrice du SAMU à Paris.

Ses principaux travaux

C'est en 1951 qu'il achève ses études de biologie et en 1954 qu'il soutient à la Sorbonne une thèse de doctorat en biologie consacrée à la lysogénie bactérienne (c’est-à-dire l'état d'une bactérie ayant intégré une partie du matériel génétique d'un virus bactériophage) et au concept de provirus (un provirus ou prophage étant le nom donné au génome dormant du bactériophage une fois intégré à celui de la bactérie hôte). Dans ce travail il décrit notamment les conséquences biochimiques des mutations ponctuelles du génome bactérien. C'est ainsi qu'il parvient à expliquer la résistance des bactéries aux prophages par l'existence de mécanismes génétiques capables de freiner l'activité des gènes des prophages.
En 1954 commence avec Élie Wollman une collaboration féconde de plusieurs années qui leur permettra de mieux comprendre les liens et les relations entre le matériel génétique de la bactérie et celui de son prophage, ainsi que la conjugaison entre bactéries. Ils élaborent ensemble plusieurs théories nouvelles, pour expliquer l'échange de gènes entre bactéries au cours d'une conjugaison, pour démontrer la structure circulaire du chromosome des bactéries et l'existence des plasmides. Leurs résultats sont rassemblés dans l'ouvrage Sexualité et génétique des bactéries.

En 1958 les analogies remarquables entre la lysogénie et la possibilité d'induire chez certaines bactéries la synthèse de la lactase (l'enzyme permettant de décomposer le lactose) permettent à François Jacob et à Jacques Monod, d'élucider les mécanismes génétiques responsables de l'échange de gènes entre bactéries. Ces échanges confèrent aux bactéries des propriétés nouvelles en leur permettant, par exemple de synthétiser des protéines. Ces découvertes sont à l'origine de la révolution technologique du génie génétique. En conclusion de ce travail, Jacob et Monod ont mis au point un modèle décrivant l'interaction des différents types de gènes et des protéines lors de la transcription de l'ARN.

Distinctions et décorations

Œuvre littéraire

  • 1954 : Les Bactéries lysogènes et la Notion de provirus, éditions Masson.
  • 1961 : Sexuality and the genetics of bacteria, avec Élie Wollman, aux Academic Press
  • 1970 : La Logique du vivant, une histoire de l’hérédité , aux éditions Gallimard.
  • 1981 : Le Jeu des possibles, essai sur la diversité du vivant , aux éditions Fayard
  • 1987 : La Statue intérieure , aux éditions Odile Jacob, livre autobiographique.
  • 1997 : La Souris, la Mouche et l’Homme , éditions Odile Jacob.

Références

  1. Journal officiel de la République française du 14 octobre 2007

Liens externes

Précédé par François Jacob Suivi par
Pierre Messmer
Chancelier de l'Ordre de la Libération
2007-
-


Précédé par
Jean-Louis Curtis
Fauteuil 38 de l’Académie française
1996-
Suivi par
Membre actuel
  • Portail de la médecine Portail de la médecine
  • Portail de la biologie cellulaire et moléculaire Portail de la biologie cellulaire et moléculaire
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de Nancy Portail de Nancy
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Fran%C3%A7ois Jacob ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Francois Jacob de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Francois Jacob — François Jacob (* 17. Juni 1920 in Nancy, Frankreich) ist ein französischer Mediziner, Physiologe und Genetiker, der mit Jacques Lucien Monod das Operon entwickelt und den Begriff Operon geprägte hat. Sein Jacob Monod Modell erklärt, wie die… …   Deutsch Wikipedia

  • François Jacob — (* 17. Juni 1920 in Nancy, Frankreich) ist ein französischer Mediziner, Physiologe und Genetiker, der mit Jacques Monod das Operon Modell entwickelt und den Begriff Operon geprägt hat. Dieses Modell, auch Jacob Monod Modell genannt, beschreibt… …   Deutsch Wikipedia

  • François Jacob — Saltar a navegación, búsqueda François Jacob Nacimiento 17 de junio 1920 Nancy, Francia …   Wikipedia Español

  • François Jacob — Jacob, François Biólogo molecular francés nacido en 1920. Le otorgaron el Premio Nobel en Medicina y Fisiología en 1965, junto a Jaques Monod y André Lwoff, a raíz de los trabajos y descubrimientos realizados sobre los genes reguladores. Medical… …   Diccionario médico

  • François Jacob — nació en Nancy, Francia en 1920. Inició su carrera de Medicina que tuvo que abandonar tras la invasión alemana en la Segunda Guerra Mundial. Militó en las Fuerzas Francesas Libres que comandaba Charles de Gaulle. En 1950 pudo doctorarase en… …   Enciclopedia Universal

  • François Jacob — Infobox Scientist |name =François Jacob box width = image width = caption = birth date = Birth date and age|1920|6|17|df=yes birth place =Nancy, France death date = death place = residence = citizenship =French nationality = ethnicity = field =… …   Wikipedia

  • François Jacob — Pour les articles homonymes, voir Jacob (homonymie). François Jacob Naissance 17 juin 1920 (1920 06 17) (91 ans) Nancy (France) Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Francois Jacob — noun French biochemist who (with Jacques Monod) studied regulatory processes in cells (born in 1920) • Syn: ↑Jacob • Instance Hypernyms: ↑biochemist …   Useful english dictionary

  • Medizinnobelpreis 1965: François Jacob — André Lwoff — Jacques Monod —   Die drei französischen Wissenschaftler erhielten den Nobelpreis für Medizin oder Physiologie für »ihre Entdeckungen auf dem Gebiet der genetischen Kontrolle der Synthese von Enzymen und Viren«.    Biografien   François Jacob, * Nancy… …   Universal-Lexikon

  • LEFORT, FRANÇOIS JACOB —    Russian officer, born in Geneva, son of a merchant; after serving in France and Holland, in 1675 entered the service and gained the favour of Peter the Great, organised the army on the French model, laid the foundation of a navy, and died… …   The Nuttall Encyclopaedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”