Charles Nicolle
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolle.
Charles Nicolle
Image illustrative de l'article Charles Nicolle
Charles Nicolle dans son laboratoire
Naissance 21 septembre 1866
Rouen (France)
Décès 28 février 1936
Tunis (Tunisie)
Nationalité Drapeau : France française
Champs Médecine, microbiologie
Institution Institut Pasteur de Tunis
Diplômé de Institut Pasteur
Renommé pour Travaux sur le typhus
Distinctions Prix Nobel de physiologie ou de médecine

Charles Jules Henri Nicolle (21 septembre 1866 à Rouen, France - 28 février 1936 à Tunis) est un médecin et microbiologiste français. Il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine de 1928[1].

Sommaire

Biographie

Charles Nicolle est né à Rouen et y a passé son enfance. Il est le fils de Eugène Nicolle (1832-1884), médecin rouennais, et d'Aline Louvrier (1839-1925). Il est le frère du microbiologiste Maurice Nicolle (1862-1932) et du critique d'art Marcel Nicolle (1871-1934).

Après une formation à l’Institut Pasteur de Paris, il retourne à Rouen. Là, il travaille à l’Hôpital et à l’École de Médecine, où il se consacre surtout à la dermatologie et à la syphiligraphie ; il ouvre également un cours de microbiologie.

Bientôt, son ouïe commence à baisser, et sa surdité l’empêche de pratiquer la moindre auscultation, ce qui l’oblige à se consacrer à des manipulations en laboratoire.

En 1903, il prend la direction de l’Institut Pasteur de Tunis, qu’il dirige jusqu’à sa mort ; son départ a été motivé par des tensions avec l’administration de l’hôpital de Rouen. Il y arrive à un moment propice : la médecine commence à bien comprendre le rôle des agents infectieux dans les maladies et leur transmission, et Nicolle trouve à Tunis beaucoup de maladies africaines peu connues en Europe. Il effectue des recherches sur diverses maladies infectieuses, dont le typhus et la brucellose, et sur le rôle des animaux dans leur propagation. Il travaille avec Ernest Conseil et Charles Comte sur une épidémie de typhus exanthématique qui sévit dans Tunis. L’équipe démontre en 1909 que l’agent vecteur de la maladie est le pou. En effet, les médecins notent qu’à l’hôpital Sadiki, le personnel ne contracte jamais le typhus, à part celui qui reçoit les malades et change leurs vêtements (le règlement de cette institution imposait aux malades de ne porter que les habits de l’hôpital). L’hôpital Sadiki, ancienne caserne, avait un bain maure. Le malade y était rasé et débarrassé de ses poux ; il n’était plus contagieux. À partir de cette constatation, l’équipe conclut que des actes simples d’hygiène et la suppression du parasite suffisent à assurer la prophylaxie du fléau et sauver des vies. Nicolle reçoit le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1928 « pour ses travaux sur le typhus[1] », et est élu membre de l’Académie des sciences en 1929.

Il a cette phrase prophétique concernant l’apparition de nouvelles maladies :

« Il y aura donc des maladies nouvelles. C’est un fait fatal. Un autre fait, aussi fatal, est que nous ne saurons jamais les dépister dès leur origine. Lorsque nous aurons notion de ces maladies, elles seront déjà toutes formées, adultes pourrait-on dire. Elles apparaîtront comme Athéna parut, sortant toute armée du cerveau de Zeus. Comment les reconnaîtrons-nous, ces maladies nouvelles, comment soupçonnerions-nous leur existence avant qu’elles n’aient revêtu leurs costumes de symptômes ? Il faut bien se résigner à l’ignorance des premiers cas évidents. Ils seront méconnus, confondus avec des maladies déjà existantes et ce n’est qu’après une longue période de tâtonnements que l’on dégagera le nouveau type pathologique du tableau des affections déjà classées. »

Charles Nicolle est resté très attaché à sa Normandie natale, mais il a aussi beaucoup aimé la Tunisie, qui l’a adopté.

Il est enterré à l’Institut Pasteur de Tunis. Sur sa tombe, on peut voir deux rameaux entrelacés, pommier et olivier, symboles de la Normandie et de la Tunisie. L’ancien hôpital civil français de Tunis porte son nom depuis 1946. En 1953, l’Hôpital général de Rouen décide également, en reconnaissance de ses travaux, de prendre son nom.

Distinctions

Œuvres

En plus de nombreux articles scientifiques, Charles Nicolle a écrit tout au long de sa vie des ouvrages de fiction et de philosophie.

Œuvre littéraire
  • La Chronique de Maitre Guillaume Heurtebise (signé C.A***) Imprimerie Lecerf Fils, Rouen, 1903.
  • Le Pâtissier de Bellone, Calmann-Lévy, Paris 1913
  • Les Feuilles de la sagittaire, Calmann-Lévy, Paris 1920.
  • La Narquoise, Calmann-Lévy, Paris, 1922.
  • Les Menus Plaisirs de l’ennui, Rieder, Paris 1924.
  • Marmouse et ses hôtes, Rieder, Paris, 1927.
  • Les Deux Larrons, Calmann-Lévy, 1929.
Œuvre de philosophie biologique et médicale
  • Naissance, vie et mort des maladies infectieuses, Félix Alcan, Paris, 1930.
  • Biologie de l’invention, Félix Alcan, Paris, 1932.
  • La Nature, Félix Alcan, Paris, 1934.
Leçons au Collège de France
  • Introduction à la carrière de la médecine expérimentales, Félix Alcan, Paris, 1932.
  • Destin des maladies infectieuses, Félix Alcan, Paris, 1933.
  • L’Expérimentation en médecine, Félix Alcan, Paris, 1934.
  • Responsabilités de la médecine (1 et 2), Félix Alcan, Paris 1935 et 1936.

Rues portant son nom

  • Béziers : rue Charles Nicolle (ZI du Capiscol).

Notes et références

  1. a et b (en) « for his work on typhus » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1928 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 25 novembre 2010

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Jacques Debray, Charles Nicolle. Enfant de Rouen. Médecin. Savant. Écrivain, Amis des monuments rouennais, Rouen, 1993.
  • Maurice Huet, Le Pommier et l’Olivier. Charles Nicolle. Une biographie. 1866-1936, Sauramps Médical, Montpellier, 1995.
  • Fernand Lot, Charles Nicolle : Un Grand Biologiste, Paris, éd. de la Liberté, 1946.
  • Germaine Lot, Charles Nicolle et la biologie conquérante, Seghers, Paris, 1961.
  • Mélanie Mataud et Pierre-Albert Martin, La Médecine rouennaise à l’époque de Charles Nicolle. De la fin du XIXe aux années 1930, Bertout, Luneray, 2003 (ISBN 2867434882).

Lien externe



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Charles Nicolle de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Charles Nicolle — Charles Jules Henry Nicolle Born 21 September 1866 Rouen, France …   Wikipedia

  • Charles Nicolle — Nombre Charles Jules Henri Nicolle …   Wikipedia Español

  • Charles Nicolle — Charles Jules Henri Nicolle (* 21. September 1866 in Rouen, Frankreich; † 28. Februar 1936 in Tunis, Tunesien) war ein französischer Arzt und Mikrobiologe. Nicolle lieferte wesentliche Arbeiten über …   Deutsch Wikipedia

  • Charles Nicolle — Charles Jules Henri Nicolle (Ruán, 21 de septiembre de 1866 Túnez, 28 de febrero de 1936) fue un médico francés, especialista en microbiología. Trabajo primero en el hospital de Ruán en dónde participó en la elaboración de un suero contra la… …   Enciclopedia Universal

  • Charles Nicolle — Azar El azar sólo favorece a quien sabe cortejarlo …   Diccionario de citas

  • Hopital Charles-Nicolle — Hôpital Charles Nicolle Entrée de l hôpital en 2008 …   Wikipédia en Français

  • Hôpital Charles Nicolle — Entrée de l hôpital en 2008 …   Wikipédia en Français

  • Hôpital Charles Nicolle (Tunis) — Hôpital Charles Nicolle Entrée de l hôpital en 2008 …   Wikipédia en Français

  • Medizinnobelpreis 1928: Charles Nicolle —   Der französische Arzt und Wissenschaftler erhielt den Nobelpreis für seine Arbeiten über Typhus.    Biografie   Charles Nicolle, * Rouen 21. 2. 1866, ✝ Tunis 28. 2. 1936; 1893 Promotion, anschließend Professor für Pathologie in Rouen, 1896… …   Universal-Lexikon

  • Hôpital Charles-Nicolle — Entrée de l hôpital en 2008 Vue de l hôpit …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”