Groupe Carrefour
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne Carrefour en tant que maison mère et groupe. Pour l’enseigne d’hypermarchés Carrefour, voir Carrefour (enseigne). Pour les autres significations, voir Carrefour (homonymie).
Groupe Carrefour.svg

Logo du groupe Carrefour
Création 1959
Dates clés 1999, fusion avec Promodès
Fondateurs Marcel Fournier
Denis Defforey
Jacques Defforey
Forme juridique Société anonyme à régime de Conseil d’administration (28/07/08)
Action Euronext : CA
Siège social Drapeau de France Boulogne-Billancourt[1] (France)
Direction Lars Olofsson
Actionnaires Blue Capital 11,09%
Autocontrôle 2,74%
Colony Blue Investors 2,23%
Salariés 1,05%
Groupe Arnault 0,74%
Autres actionnaires 82,66%(2009)[2]
Activité Grande Distribution
Filiales Carrefour, Carrefour Market, Ed, Dia, Shopi, Supermarchés GB, Carrefour Banque, Carrefour Voyages, toutes les enseignes.
Effectif 490 042 (2007)
Site web www.carrefour.com
Capitalisation 11,331 Mds (07 Septembre 2011)[3]
Fonds propres en augmentation 11,77 Mds (2007)
Dette en diminution 6,652 Mds (2007)
Chiffre d’affaires 101 Mds (2010)
Résultat net en diminution 327 millions d'euros (2009)

Carrefour est un groupe français du secteur de la grande distribution. En 2010, c'est le 2e groupe mondial de ce secteur en termes de chiffre d'affaires derrière l’américain Wal-Mart[4]. Créé en 1959 à Annecy, il est présent en Europe, en Amérique du Sud et en Asie, ainsi que dans d’autres zones du monde sous forme de partenariat local.

Pionnier du concept d’hypermarché en 1963[5], il est également présent dans d’autres formats de la grande distribution, essentiellement les supermarchés et le hard-discount. Hormis l'enseigne Carrefour, le groupe exploite d’autres enseignes, aussi bien internationales (Dia, Ed), que locales (GS, Supermarchés GB, Norte, Shopi, 8 à Huit). Aujourd'hui le groupe rassemble l'ensemble de ces enseignes sous un même nom, Carrefour (ex : Carrefour Market, Carrefour Express, Carrefour City, etc).

En 1999, l’entreprise a fusionné avec le groupe français Promodès, l’un de ses principaux concurrents, et est ainsi devenu le numéro 1 européen de la grande distribution.

Le Groupe Carrefour a publié en 2008 un chiffre d’affaires de 87 milliards d’euros HT. Fin 2008, il possédait 8 006 magasins en propre et 15 430 sous enseignes (en incluant les franchisés et les partenaires)[6]. En 2007 il employait plus de 490 000 salariés au niveau mondial, dont 140 000 en France, en faisant le premier employeur privé de France et le neuvième mondial[7],[8].

Sommaire

Historique

1959-1963 : les premiers pas

Carrefour à Punaauia, Tahiti

Carrefour est né d’une rencontre au sein de la « Gagmi » (Groupement d'achats des grands magasins indépendants), entre Marcel Fournier, dont la famille est propriétaire d’un grand magasin de nouveautés à Domloup et les frères Jacques et Denis Defforey, dont les familles Badin-Defforey sont propriétaires d’une maison de gros et petits succursalistes près de Lagnieu dans l’Ain[9]. Marcel Fournier est piqué au vif par les intentions de l’épicier de Landerneau Edouard Leclerc, venu à Annecy à la bourse du travail en novembre 1959 pour faire part de son expérience, qui a déclaré vouloir s’implanter dans la ville. Il prend rapidement contact avec la maison Badin-Defforey pour son approvisionnement en produits alimentaires et ouvre, dès janvier 1960 une épicerie dans le petit sous-sol de son magasin de mercerie rue Vaugelas. Son franc succès provoque le besoin de grandir, concrétisé par l’ouverture d’un supermarché, en juin 1960, au carrefour de l’Avenue Parmelan et de l’avenue André Theuriet, et par une association avec les familles Badin-Defforey pour leurs participations tant en savoir-faire qu’en capitaux. Ce magasin prend comme enseigne "Carrefour", du nom de l’immeuble dans lequel se trouve le magasin[10]. Au vu d'un tel succès un autre supermarché de 1 000 m2 est ouvert à proximité d'Annecy à Cran-Gevrier en janvier 1963[11].

Lors d'un séminaire de Bernardo Trujillo[12], le « pape de la distribution moderne », aux États-Unis, Marcel Fournier et Denis Defforey puisent leur inspiration. Le 15 juin 1963, Carrefour met en œuvre pour la première fois le concept d’hypermarché (bien que le terme ne soit créé qu’en 1966 par le fondateur de la revue Libre-Service Actualités) en ouvrant le premier[9] dans la région parisienne à Sainte-Geneviève-des-Bois. Celui-ci regroupe les préceptes du théoricien américain : vaste choix, large place à la voiture, dramatisation du lieu de vente, bas prix… Ainsi la superficie est de 2 500 m² et 400 places de parking. Ce concept novateur de magasin, jugé avec suspicion, se révèle vite un succès, parce que répondant à la consommation de masse qui se développe en France. Un autre magasin ouvert en mars 1964[13] est un supermarché à Villeurbanne en plein centre ville[14] (agrandi en hypermarché plus tard) et le suivant sera un hypermarché de 10 000 m2, aux dimensions démesurées pour 1966, dans la banlieue lyonnaise à Vénissieux[15].

Le concept du départ : « Un homme, un terrain »…[réf. souhaitée]

1963-1985 : le temps des entrepreneurs

Les premières années, celles de la création et des pionniers est maintenant passée et c’est le développement du concept qui s’impose, toujours sous le contrôle de leurs dirigeants-actionnaires, les Deforrey-Fournier. Pendant toute cette période de forte croissance de la grande distribution, ils vont faire croître leur entreprise en s’impliquant directement dans la gestion du groupe, en ce sens on peut alors parler du temps des entrepreneurs.

Profitant de l’engouement des consommateurs pour cette nouvelle forme de commerce, l’entreprise se développe rapidement, en se finançant notamment grâce à la trésorerie engrangée entre le passage en caisse - assez rapide - et le paiement à plusieurs semaines des fournisseurs. De PME elle devient vite un petit groupe, et le 16 juin 1970, Carrefour fait son entrée à la Bourse de Paris.

Le groupe croît donc vite, ce à l’image de la grande distribution en général en France. Et bientôt des voix s’élèvent contre le développement des grandes surfaces, notamment celles des petits commerçants, alors une importante force électorale, par la voix de leur syndicat (CIDUNATI)[16]. En 1973 est donc votée la loi Royer, qui limite les ouvertures de magasins, en les faisant valider par des commissions départementales d’urbanisme commercial. Parallèlement à son développement en France, la société explore de nouveaux marchés et implante des hypermarchés en Belgique en 1969, en Italie (Carugate) en 1972, en Espagne (Barcelone) en 1973, au Brésil en 1975 ou encore en Argentine en 1982. Un essai d'expansion de l'Allemagne (Mayence) 1977 a échoué, en dépit de l'attitude fondamentalement francophiles de la population de Mayence.

Le développement par ouverture de magasins est une chose mais Carrefour entend capitaliser sur son poids pour vendre ses propres produits, plus rentables. En 1976, il met dans ses rayons une ligne de produits dits libres, ne portant pas de marque, avec un packaging sobre et une promotion axée sur la composition avec des prix permanents. Ces produits prendront finalement la marque de distributeur Carrefour en 1985, suite à la mise sur le marché de produits concurrents sans marque par les magasins Continent respectant un cahier des charges différent et qui brouillaient l'image de ces produits. Le groupe développe par ailleurs une déclinaison de sa marque à d’autres métiers au cours des années suivantes. En 1981 est lancée la carte Pass, un moyen de paiement propre au groupe, en 1984 sont créées les Assurances Carrefour. Enfin en 1991 est créée la filiale Vacances Carrefour.

1985-1998 : d’une grosse entreprise familiale à un géant multinational

Carrefour, Bangkok

Après un ralentissement dans la croissance du groupe au début des années 1980, en partie à cause de désaccords au sein des familles historiques, il est décidé en 1985 de nommer pour la première fois un dirigeant extérieur au groupe, Michel Bon, alors l’un des principaux responsables du Crédit agricole, un énarque dans une famille d’entrepreneurs. Il devient le PDG en 1990. Le groupe s’implante à Taïwan dès 1989, et en Grèce et en Turquie en 1991. Carrefour change définitivement de profil : la grosse entreprise encore familiale devient grande société française.

Jusqu’alors focalisé essentiellement sur la croissance interne, Carrefour effectue en 1991 deux acquisitions d’importance en l’espace de quelques mois. En mars 1991, Carrefour rachète pour 1,05 milliard de francs (160 millions d’euros) le groupe languedocien Montlaur, suite à une décision du Tribunal de commerce de Montpellier[17], après un dépôt de bilan, consécutif à une gestion hasardeuse. Quelques mois plus tard, le 25 juin 1991, Carrefour déclare son intention de racheter son concurrent Euromarché (et notamment 77 hypermarchés) pour 5 milliards de francs[18], ce qu’il réalise dès l’année suivante. Euromarché avait elle-même participé à ce mouvement de concentration en ayant absorbé entre 1980 et 1992 de nombreuses enseignes régionales françaises : Escale, Berthier, Sabeco, Disque Bleu, SND, GEM, Sodima[19].

Michel Bon quitte le groupe fin 1992. Il est remplacé par Daniel Bernard (jusqu’ici PDG de Metro AG, le géant allemand du secteur), qui a fait toute sa carrière dans la grande distribution. Peu de temps après son arrivée, il solde les participations acquises dans Castorama et dans But, avec des plus-values respectivement de 1,9 milliard de francs et 225 millions (soit environ 290 millions € et 34 millions d’euros)[20], et met fin aux quelques diversifications du groupe pour mieux se consacrer au cœur de métier. Sous son mandat, le groupe prend véritablement sa dimension internationale, et s’implante :

  • En 1993, en Italie et en Turquie
  • En 1994, au Mexique et en Malaisie
  • En 1995, en Chine
  • En 1996, en Thaïlande, en Corée du Sud et à Hong Kong
  • En 1997, à Singapour et en Pologne
  • En 1998, en Colombie, au Chili et en Indonésie.

1998-2000 : croissance externe

En 1998, Carrefour rachète Comptoirs Modernes, dont il détenait 22,4 %, et met ainsi la main sur environ 500 supermarchés à l’enseigne Stoc, intègrant ainsi le format supermarché, dans lequel il était encore très peu présent[21]. Suite à cette opération de 19 milliards de francs français (environ 2,9 milliards d’euros), le groupe français passe de la sixième à la quatrième place mondiale, en devançant Metro et Sears.

Logo de Promodès

L’année suivante, en 1999, Carrefour et Promodès annoncent leur fusion pour donner naissance au premier groupe européen et au deuxième groupe mondial de distribution, après Wal-Mart; en partie par crainte d’une OPA hostile de ce groupe américain sur l’une des seules entreprises françaises du secteur dont le capital n’était pas entièrement verrouillé. À cette occasion, la famille de Paul-Louis Halley, patron de Promodès, devient le premier actionnaire du groupe avec 13 %. La société Promodis (future Promodès) avait été créée en 1961 par la fusion des entreprises de deux familles normandes de grossistes dirigées par Paul-Auguste Halley et Léonor Duval-Lemonnier.

Logo de Continent

Une rationalisation des enseignes est alors effectuée. Par exemple, les hypermarchés français Continent de Promodès prennent l’enseigne Carrefour. À l’inverse, les supermarchés Stoc de Carrefour deviennent des supermarchés Champion. Cette stratégie d’enseignes illustre à la fois la prééminence dans chacun des domaines (Carrefour pour l’Hyper, Champion pour le Super), et le fait que ce soit une fusion et non l’absorption de l’un par l’autre. Dans les faits, l’intégration et l’homogénéisation des deux groupes se révèlent un peu plus difficiles que prévu.

Clin d’œil de l’histoire, Promodès avait ouvert ses premiers hypers en franchise sous l’enseigne Carrefour, avant de créer sa propre enseigne Continent (tout comme Cora.).

En juillet 2000, Carrefour rachète, en Belgique, le groupe GB (Maxi et Super). Ce rachat se traduit par la création de la filiale belge du groupe (Carrefour Belgium). L'enseigne Maxi GB devient Carrefour (56 hypermarchés), quant à Super GB, l'enseigne et le concept sont dépoussiérés.

2001-2004 : un groupe dans la tourmente

D’une part occupé et grisé par une fusion effectuée au sommet des valorisations de la distribution et d’autre part accélérant son développement à l’étranger, Carrefour n’a pas vu une menace peser sur la zone France, principale contributrice à ses résultats. Du fait de prix peu compétitifs sur le marché français, le groupe a perdu des parts de marché et donc du chiffre d’affaires et de la marge. Ainsi, le groupe publie des résultats jugés peu attrayants et perd peu à peu la confiance des marchés financiers au cours des premières années de la décennie 2000.

De fait, le groupe perd de sa valorisation boursière, au point de faire l’objet de rumeurs d’OPA par son concurrent Tesco début 2005, qui s'ajoutent aux rumeurs récurrentes d’OPA de la part de Wal-Mart, d’autant plus persistantes que le capital de Carrefour est éclaté.

En 2005, Daniel Bernard est remplacé par José Luis Duran, sous la surveillance de Luc Vandevelde, lui-même alors homme de confiance de la famille Halley.

2005-2007 : la rationalisation

Dès 2005, le nouveau PDG annonce la cession de nombreuses activités situées dans des pays déficitaires, peu rentables ou pour lesquelles le groupe n’a pas de puissance suffisante - c'est-à-dire où il n'est pas dans les trois premiers. Ainsi, Carrefour quitte le Mexique, le Japon et la République tchèque. À l’inverse, le groupe doit se renforcer fortement dans certains pays, notamment la Chine, la Turquie ou le Brésil, où il accélère l’ouverture de nouveaux magasins. De cette manière, le groupe privilégie certains pays-cibles plutôt que disperser ses investissements.

Le 24 janvier 2007, dans une interview au Figaro, José-Luis Duran évoque l’avenir et la stratégie de Carrefour et reconnaît explorer des pistes en Russie et en Inde, ainsi que ne pas envisager d’opérations financières lourdes du type du rapprochement avec Promodès. Par ailleurs, il indique que le groupe souhaite développer son offre dans de nouveaux services.

En 2005, le groupe vend ses magasins au Japon et au Mexique.

En 2006, le groupe vend ses supermarchés Champion en Chine, mais pour concentrer ses efforts sur les hypermarchés et le hard-discount.

En 2007 :

  • Le 23 avril, renforcement au Brésil avec l'acquisition pour 825 millions € du groupe d’hypermarchés discompteurs Atacadão (34 magasins, dont 17 dans l’État de São Paulo), devenant leader de la distribution alimentaire dans le pays[22].
  • Le 28 avril, vente de la société Carrefour Corée en Corée du Sud.
  • Le 1er juin, vente des hypermarchés Carrefour en Slovaquie.
  • Le 29 juin, acquisition en Pologne de neuf hypermarchés Ahold.
  • Le 16 juillet, acquisition en Espagne de l'enseigne de hard-discountTengelmann.
  • Le 27 juillet, vente des hypermarchés au Portugal, mais le groupe conserve ses hard-discounturs.
  • Le 22 août, vente pour 287 millions € des douze hypermarchés en Suisse à Coop (Suisse) (CA : 504 millions € en 2006, 1,1 % de part de marché, 2 500 employés).

2008 : l'entrée au capital de nouveaux acteurs

  • 2008 :

Avec l’entrée en force au capital de Blue Capital, qui réunit la société du fonds américain Colony Capital et le groupe Arnault (10 % du capital), un vif débat stratégique naît sur l’opportunité d’externaliser ou non le patrimoine immobilier du groupe. Lors de l’assemblée générale, l'Inde et la Russie sont désignées comme nouvelles cibles d’implantation pour 2008[23].
Le 14 novembre 2008, Lars Olofsson est nommé directeur général par le conseil d'administration du Groupe Carrefour en remplacement de José Luis Duran à partir du 1er janvier 2009.

  • 2009 :
  • 2010 :
    • Lancement de Carrefour Planet un nouveau concept composé de 8 pôles (marché, bio, surgelés, beauté, mode, bébé, maison, loisirs-multimédia) qui sera déployé dans les magasins européens.
    • Carrefour lance plusieurs partenariats [25]:
      • En Indonésie avec Trans Corp ou Carrefour prend 60% de participation
      • En Turquie ou la filiale turque de Carrefour acquiert 100% d'Ipek qui exploite 27 supermarché à Istanbul sous l'enseigne Alpark. Les magasins seront converti en Carrefour Express et Carrefour Market.
      • En Chine Carrefour acquiert 51% de Baolongcang, une chaine de 11 hypermarchés dans la région d'Hebei, près de Pékin.
      • A Buenos-Aires, en Argentine, Carrefour ouvre le premier magasin écologique du pays. Ce magasin est conçu et équipé en tenant compte des critères de durabilité et de limitation de l'impact sur l'environnement. Il est équipé d'un système d'éclairage par LED.
      • En novembre 2010, la presse annonce [26] que le groupe Carrefour pourrait se séparer de ses filiales hard-discount Ed/Dia qui pourrait être dû au manque de succès du concept Carrefour Planet.
        Par ailleurs, le groupe a cédé au groupe Casino ses participations thaïlandaises pour 860 millions d'€uros afin de pouvoir se déployer en Malaisie[26]

Métiers du groupe

Carrefour intervient sur une grande partie des formats de la grande distribution[27] :

Hypermarché

Articles détaillés : Carrefour (enseigne), Hyper Champion et Atacadao.
Un hypermarché Carrefour à Johor Bahru en Malaisie

Le format hypermarché représente le cœur de métier historique du groupe et compte encore en 2006 pour près de 60 % du chiffre d’affaires total. Il est présent sur l’ensemble des pays du groupe sous l’enseigne unique Carrefour, et est représenté par plus de 1 000 magasins depuis fin 2006.

Les hypermarchés du groupe sont de dimension supérieure à 3 000 m2 pour atteindre jusqu’à 24 400 m2 (Carrefour Portet-sur-Garonne, en France), ceci pour une moyenne de 9 333 m2. Ils proposent de 20 000 à 80 000 références et emploient de 250 à 750 employés. Destinés à une zone de chalandise très large, ils représentent la conception du « tout sous le même toit » ainsi que la définition initiale de la grande distribution : nombreuses places de stationnement, spectacle permanent, bas prix…

Depuis 1998, date du 35e anniversaire des hypermarchés Carrefour, est organisée chaque année une opération commerciale simultanée dans le monde entier sous le nom du Mois Carrefour. Il s’agissait alors de la première opération transnationale de l’enseigne Carrefour et mettant en œuvre à grande échelle les moyens du groupe.

Fin 2006, le nombre du millier d’unités dans le monde a été atteint, avec l’ouverture d’un hypermarché à Tongzhou en Chine[28].

Fin 2008, 1302 magasins Carrefour existent dans le monde, dont 228 en France.

En 2010, Carrefour lance un nouveau concept d'hypermarchés : Carrefour Planet. A terme, c'est l'ensemble des hypermarchés Carrefour en Europe qui deviendront Carrefour Planet.

Supermarché

Un supermarché Champion

Magasins de taille inférieurs à la première catégorie, pour la plupart de moins de 2 500 m2, les supermarchés du groupe sont présents dans un nombre plus restreint de pays en Europe et en Amérique Latine. Pour le groupe, l’ancrage local et la notoriété sont déterminants pour ce type de formats, raison pour laquelle les enseignes historiques ont été conservées : c’est ainsi le cas de la marque Champion et depuis 2008 Carrefour market en France, de GB en Belgique, de GS en Italie, Gima et Endi en Turquie, Globi en Pologne ou de Norte en Argentine.

En Belgique, l'enseigne Champion n'est pas gérée par Carrefour Belgium. Le Groupe carolorégien Mestdagh possède la franchise de l'enseigne depuis 1996. Les supermarchés, essentiellement présents en Wallonie, s'appellent Champion Groupe Mestdagh. Carrefour y détient 49% du capital. Le siège du groupe se situe à Gosselies (Charleroi).

La marque Champion est également utilisée en Espagne, en Pologne, en Grèce ou au Brésil. Après quelques tests, les essais d’extension en Norvège et en Chine ont été abandonnés en 2005 et 2006.

Concernant cette même marque, elle a disparu dans ces derniers pays, et en France les magasins sont en cours de transformation, avec une disparition prévue fin octobre 2009. Les magasins Champion de Belgique ne sont pour le moment pas concerné par ce changement.

Cependant le groupe tend à unifier ses marques de supermarchés sous la bannière Carrefour, à l'encontre de la politique initiale qui réservait ce nom aux seuls hypers. Ainsi Carrefour Express est en développement, pour capitaliser sur la notoriété de l’enseigne Carrefour. Des tests sont actuellement en cours en Pologne et Turquie, alors que la nouvelle marque est déjà implantée en Espagne. De même en 2007, le groupe a aussi testé une nouvelle enseigne en remplacement des magasins Champion, Carrefour market[29]. 6 supermarchés bretons expérimentent ce concept. Il a pour but de fidéliser les clients grâce à une seule marque : Carrefour; tout comme son concurrent Casino. Ce passage sous enseigne Carrefour market des supermarchés Champion français devait être entériné au premier trimestre 2008 [30], après une période de test qui s'est révélée concluante. L'ensemble des Champion français passent donc sous l'enseigne Carrefour d'ici à fin 2009[31].

La stratégie commerciale pour les supermarchés du groupe consiste à la fidélisation du client; la carte IRIS pour les supermarchés Champion en étant une illustration.

Hard-discount

Articles détaillés : Dia (magasin), Ed (magasin) et Minipreço.

Développé initialement après la Seconde Guerre mondiale par les spécialistes allemands Aldi, le format dit hard-discount a été repris par Carrefour à la fin des années 1970.

Ce créneau représente un moteur de croissance pour le groupe, les consommateurs se tournant de plus en plus vers ces magasins proposant des produits à bas prix, notamment grâce à des coûts de structure et des frais de fonctionnement plus faibles que dans les magasins classiques.

Le groupe est présent sur l’activité de hard-discount via trois enseignes :

  • Dia comme enseigne internationale (en Espagne, Grèce, Turquie, Argentine et Chine)
  • les magasins Ed en France
  • les magasins Minipreço au Brésil et au Portugal.

Historiquement, l’enseigne Dia est issue de Promodès en Espagne en 1979, alors qu'Ed est une marque créée dans le giron de Carrefour en France en 1980.

Mais Carrefour a lancé en mai 2009 des tests sur ses magasins ED de Villeneuve-Saint-Georges et Mâcon afin qu'il passe sous l'enseigne Dia. À peine un mois plus tard, la direction confirme le changement, une vingtaine de magasins en France auront changé de nom d'ici la fin de l'année. Les magasins ED en France vont donc progressivement changer pour devenir des Dia.

Proximité, cash & carry et autres

Un ancien Shopi à Paris
Fichier:Nouveau Logo Carrefour City.gif
Logo des nouveaux Carrefour City

En parallèle des principaux métiers, le groupe intervient dans les activités suivantes :

  • Proximité : il s’agit de supérettes et petits magasins, souvent franchisés à des commerçants indépendants (à 93 % en 2005). Cette activité, implantée aussi bien en centre-ville que dans les campagnes, comporte des formats variés de 50 à 900 mètres carrés. Le commerce de proximité du groupe est implanté dans quelques pays européens, à la suite de rachats de concurrents, le métier historique de Carrefour étant l’exploitation de grands formats.
En France, le groupe est présent via des enseignes Shopi (magasins de 300 à 900 m2), 8 à Huit (magasins citadins de moins de 300 m2), Marché Plus et Proxi (commerces ruraux) dont les commerçants sont franchisés au groupe Carrefour via la société Prodim. Depuis début 2009 des tests sont fait sur Paris et d'autres villes pour deux nouvelles enseignes : Carrefour City et Carrefour Contact, avec la création de 4 Carrefour City et 2 Carrefour Contact. À l'automne 2009, décision est prise de développer ces concepts, fin 2010 près de 400 magasins ont été transformés[32]. Les petits magasins de montagne vont également être transformés en Carrefour Montagne.
En Belgique, il s’agissait des enseignes GB Express et Contact GB, passées en Carrefour Express.
En Italie de « Di per Di ».
En Grèce le format est représenté par 5'Marinoupoulos et Smile Market.
  • Cash & carry : cette activité de vente directe aux professionnels est exercée en France sous la marque Promocash (héritée de Promodès), en Tunisie avec Carrefour Cash & Carry[33] et en Italie avec Docks Market.
  • Services : Carrefour proposent à sa clientèle des services tels qu'assurances, voyages, produits financiers, spectacles. Ces services permettent de maximiser la rentabilité de ses installations. Le groupe possède également Carfuel assurant la distribution de carburant, produit d’appel classique dans la grande distribution.
  • Autres : Carrefour possède des activités de vente sur Internet dont Ooshop et Boostore.

Carrefour Banque - Services financiers et Assurances

Carrefour a lancé en France, en janvier 2011 la marque Carrefour Banque (anciennement S2P - Société des Paiements PASS et CARMA Carrefour Assurances). Filiale bancaire du groupe Carrefour, Carrefour Banque commercialise depuis 1980 des produits financiers et assurances :

  • La Carte PASS, distribuée à près de 2,8 millions exemplaires. Une gamme de cartes bancaires lancée en février 2009 en partenariat avec MasterCard.
  • Une offre de crédits à la consommation dont le rachat de crédits, représentant en 2009, un encours global de 2,5 milliards d’euros.
  • Des produits d’épargne avec près de 400 000 clients épargnants avec un encours géré de 1,74 milliard d’euros en 2009.
  • Des assurances Auto, assurances Habitation, Complémentaire Santé et Prévoyance.

En 2009, 405 collaborateurs au siège et 1300 conseillers dans les 221 Agences ou Espaces Services Financiers présents installés dans tous les hypermarchés Carrefour en France.

Le groupe dans le monde

Présence de Carrefour dans le monde (2007).
     Directement
     Sous franchise

Le groupe structure ses activités en quatre zones géographiques : la France, le reste de l’Europe, l’Amérique du Sud et l’Asie.

Il est également indirectement présent sous forme de partenariat et franchise auprès d’intervenants locaux dans certains pays (Moyen-Orient, Algérie, Japon pour les plus importants).

Que ce soit sous forme de franchise ou directement, Carrefour est présent à fin 2006 dans 29 pays. Il s’est désengagé par le passé d’autres pays comme les États-Unis, ou plus récemment le Chili et le Mexique.

France

Carrefour Mondeville

La France est le marché historique ainsi que la principale source de revenus du groupe Carrefour. Du fait de son poids dans le groupe, le pays est considéré comme une des quatre zones géographiques.

L’ensemble des métiers du groupe y est représenté.

Le groupe partage avec Auchan la plupart des places du top 100 des magasins[34] (avec 44 hypers contre 43 en 2006[35]), dont Carrefour Antibes numéro 2 de la liste avec 310 millions d’euros de chiffre d’affaires, derrière Auchan Vélizy 2. Carrefour Grenoble-Meylan est le plus rentable au mètre carré de la liste, avec 26 402 €/m² en 2006.

Depuis 1976 et les premiers produits libres, Carrefour a développé des marques de distributeur au sein des diverses enseignes du groupe. En France, et pour des raisons historiques, le groupe Carrefour coopère avec de nombreux franchisés ou affiliés exploitant des magasins. Ces franchisés sont pour la plupart hérités de la fusion avec le groupe Promodès :

  • Guyenne et Gascogne[36], premier franchisé Carrefour, est coté sur l’Eurolist d’Euronext et rentre dans la composition du CAC Mid 100. La société détient notamment 6 hypermarchés Carrefour et 27 supermarchés Carrefour Market.
    • Sogara est une société filiale détenue à 50 % par le groupe Carrefour et 50 % par Guyenne et Gascogne[37]. Elle possède une douzaine de grand hypermarché Carrefour dans le sud ouest de la France. Elle est par ailleurs actionnaire minoritaire à 8,23 % dans Centro Commerciales Carrefour exploitant des magasins en Espagne.
  • Coop Atlantique est une société coopérative de consommation basée à Saintes. Son principal actif est Carcoop, une société détenue à parité avec Carrefour[38]. Au 1er janvier 2012, Coop Atlantique mettra fin à son partenariat avec Carrefour pour rejoindre la centrale d'achats coopérative "Système U". 7 hypermarchés Carrefour prendront alors l'enseigne Hyper U, une quarantaine de Carrefour Market revêtiront les couleurs de Super U, un Carrefour City deviendra U express. Les magasins de proximité (Coop et EcoFrais) conserveront leurs dénominations mais distribueront les produits U. Le sort des magasins ED, de même que ceux détenus par Carcoop n'est pas encore réglé.
    • Carcoop est une société filiale détenue à 50 % par le groupe Carrefour et 50 % par Coop Atlantique, détenant 6 hypermarchés français.
  • Provencia est une société franchisée du groupe Carrefour dont les magasins sont principalement situé dans l’est de la région Rhône-Alpes[39].
  • Altis est une société franchisée Carrefour détenue à parité par le groupe Carrefour[40] et le groupe espagnol Eroski[41].
  • Corema est une société dans laquelle le groupe Carrefour participait à hauteur de 26 % entre 2003 et 2009. Il s’agit d’une filiale du groupe Sherpa spécialisé dans le format petit supermarché situé dans les stations de sport d’hiver des Alpes. Le groupe livre les 98 magasins de la chaîne[42]. Depuis le 1er décembre 2009, Sherpa a mis fin au partenariat avec Carrefour pour rejoindre la Centrale d'achat Casino.

Le groupe a racheté deux de ses franchisés français au cours des années 2000 :

  • Labruyère Eberlé est une société filiale de Carrefour[43].
  • Hyparlo, dont Carrefour détient 36,18 % directement et une autre partie au travers de Hofidis II - la holding de contrôle du groupe dont Carrefour détient 100 % des parts depuis 2006[44] -, exploite des hypermarchés en France et en Roumanie[45].

Europe (hors France)

Au sein de la zone européenne, trois pays font partie en plus de la France du G4, les quatre grands pays du groupe. À savoir la Belgique, l’Espagne et l’Italie. Carrefour est en plus présent dans sept autres pays.

Belgique

En 2000, le groupe rachète les 72,5 % de la société GB SA, entreprise leader de la distribution alimentaire en Belgique mais en difficultés financières. Carrefour avait par ailleurs hérité de 27,5 % de la société de droit belge suite à la fusion avec Promodès. Le Groupe GB exploitait [46]:

  • 60 hypermarchés Maxi GB et Bigg's Continent
  • 73 supermarchés intégrés Super GB et 350 supermarchés franchisés (Super GB Partner, Contact GB, Unic et Nopri)
  • 1 supermarché haut de gamme sous l’enseigne ROB
  • 7 magasins de proximité GB Express.
  • 27 supermarchés Globi en Pologne[47]. Ce rachat a fait l’objet d’un avis positif de la commission européenne.

Le 23 février 2010 Carrefour annonce la suppression de 1672 emplois et la fermeture de 21 magasins et la possibilité de rachat de 20 magasins par le Groupe Mestdagh (Champion Belgique)

Espagne

Arrivé en Espagne en 1973[48], Carrefour est le leader de la grande distribution dans ce pays après El Corte Inglés. Les magasins du groupe, créés à l’origine en partenariat 50/50 avec le groupe Radar y ont longtemps porté l’enseigne Pryca, pour PRecio Y CAlidad (prix et qualité). Carrefour reprend le contrôle total de cette entité (ainsi que de Ed en France), quand le groupe Radar (ex Docks Rémois) disparaît.

La fusion de Carrefour et Promodès en 1999, s’avère le moment propice pour regrouper les magasins Pryca et Continente sous le nom unique de Carrefour. En 2007, les hard-discounteurs Plus sont rachetés à l'allemand Tegelmann.

Italie

Le groupe est présent dans la péninsule à travers les hypermarchés Carrefour, les supermarchés Carrefour Market (préalablement GS') et les magasins de proximité Carrefour Express (préalablement Dí per Dí). Il possède également Docks Market et Grossiper, des enseignes de cash and carry. Carrefour est le deuxième distributeur du pays et possède plus de 1 500 points de vente[49].

Portugal

Historiquement, les premiers magasins ont été ouverts en 1990 sous l’enseigne Euromarché. En 2001, le groupe portera sa participation dans Carrefour Portugal à 99 % suite au rachat des parts d’Espírito Santo Resources[50]. Carrefour était en 2004 le quatrième intervenant du marché derrière Modelo-Continente (dont il détenait une participation héritée de Promodès jusqu’en 2004), Jerónimo Martins et Os Mosqueteiros (Intermarché et Ecomarché)[51]. Le groupe était présent via les hypermarchés à son nom et via l’enseigne hard-discount Minipreço. Le 27 juillet 2007, le groupe annonce la cession des activités de Carrefour Portugal au groupe Sonae, pour une valeur d'entreprise de 662 millions d'euros. Sont concernés les 12 hypermarchés Carrefour ainsi que huit stations services[52]. Les magasins Minipreço ne sont pas concernés par la transaction.

En avril 2010, le groupe Carrefour décide de vendre sa filière Minipreço au Portugal. Cette transaction va impliquer la disparition totale de Carrefour au Portugal[53].

Autres pays européens

  • Bulgarie : le groupe ouvre son premier magasin le 26 mars 2009 à Burgas sur les bords de la Mer Noire[54],[55].
  • Chypre: en 2005, Carrefour Marinopoulos s'implante lors du rachat de Chris Cash&Carry.
  • Grèce: Carrefour est historiquement présent en Grèce via un partenariat de Promodès avec Marinopoulos.
  • Pologne: après l'implantation de quelques hypermarchés dans les années 1990, Carrefour rachète en deux étapes en 2005 et 2007 tous les hypermarchés et supermarchés du groupe Ahold.
  • Roumanie: le développement en Roumanie a été initié par le franchisé Hyparlo à la fin des années 2000. Carrefour lance une OPA sur Hyparlo en 2006. L'année suivante, en octobre 2007, le groupe acquiert Artima, propriétaire de 21 supermarchés dans l'Ouest du pays[56].
  • Turquie: Carrefour s’implante en Turquie[57] en 1993 en s’alliant avec Sabanci, propriétaire de 40 % de la filiale turque du groupe français. Carrefour renforce sa position en mai 2005 en rachetant à Fiba Holdings la majorité des parts de l’enseigne Gima et de 82 % de celles de Endi pour cent millions d’euros.

Amérique du Sud

Le groupe concentre ses efforts sur le Brésil et sur deux pays secondaires, l'Argentine et sur la Colombie. Le groupe s'est retiré du Chili en 2003 et du Mexique en 2005. Le Groupe Carrefour occupe une place notable dans l’activité économique de chaque pays où elle il est implanté en Amérique du Sud. Ainsi, le groupe Carrefour est le premier employeur privé au Brésil, en Argentine et en Colombie . Centre-ville et périphéries ainsi que grandes et villages sont les lieux de tous les échanges. Le Groupe Carrefour déploie sa stratégie d’être au cœur de la ville. Elle développe ainsi une gamme d’offres adaptées au marché d’Amérique Latine en repensant les hypermarchés qui sont plutôt des mini-hypermarchés, en déployant la marque Carrefour dans ses supermarchés et en imaginant les magasins de proximité et de hard-discount de demain, renouant ainsi avec la politique d’innovation qui a fait la force du groupe jusqu’à présent.

Brésil

Carrefour à Brasília, Brésil

Implanté au Brésil depuis 1975, le groupe Carrefour est aujourd’hui la première entreprise de distribution du pays et le Brésil est le troisième contributeur en termes de résultat opérationnel derrière la France et l’Espagne, c' et un marché important pour le Groupe Carrefour avec 605 enseignes Carrefour en 2009: 172 hypermarchés, 49 supermarchés et 376 hard-discount. Carrefour est présent sur le segment des hypermarchés et supermarchés (Carrefour Bairro) et sur celui du hard-discount (Dia). Les enseignes du Groupe Carrefour se développent également au plus près des réalités locales et des besoins des clients. Ainsi, Carrefour exploite au Brésil un concept de magasins centré sur les produits essentiels à prix bas : Atacadão.En 2007, le groupe à racheté le distributeur brésilien Atacadao (34 hypermarchés et 4 % de part de marché de l’époque)[58]. Toutefois, des rumeurs sur le désengagement du Groupe en Amérique Latine circulent, même si elles ont été fortement démenties. Elles illustrent les interrogations stratégiques du Groupe dont la priorité reste le marché européen. A cela s’ajoutent des « erreurs de management » qui coûtent de plus en plus cher au Groupe et qui nuisent à son image de distributeur proche des producteurs locaux. En effet, un audit interne révèle que le management de Carrefour Brésil négociait directement des rabais avec les fournisseurs sans passer par les centrales d’achat du Groupe et aboutissait à des provisions pour charges exceptionnelles. Néanmoins, la filiale brésilienne de Carrefour reste la troisième en chiffre d’affaires et les ventes ainsi que le dynamisme du groupe dans ce pays restent un bol d’air pour Carrefour.

Argentine

Carrefour entre sur le marché argentin en 1982 avec un premier hypermarché. En 2000, Carrefour Argentine se rapproche de Norte, le numéro un local qui possède 26 hypermarchés et 40 supermarchés[59]. Dans le cadre de la fusion, suite à laquelle le groupe français détiendra 51 % des parts de la nouvelle structure, Carrefour s’est engagé auprès des autorités de la concurrence à céder 8 hypers et 26 supermarchés[60]. Les supermarchés du pays ont conservé la marque Norte alors que les hypers ont adopté la marque Carrefour.Aujourd’hui Carrefour Argentine possède un parc de 601 enseignes en 2009 (68 hypermarchés, 117 supermarchés, 416 hard-discount) . Le Groupe Carrefour a néanmoins entamé un processus de rénovation des enseignes du groupe à partir de janvier 2007. Au bout de 18 mois d’aménagements, 117 magasins sont passés sous enseigne Carrefour soit plus de 200 000 m2 rénovés. Cela permet à Carrefour Argentine de consolider son leadership sur le marché de la distribution et de fidéliser les consommateurs à une marque devenue omniprésente. Ce programme fut payant car on observa une nette progression des ventes dans les magasins rénovés . Le modèle des mini-hypermarchés et la valorisation des produits non alimentaires battent leur plein .

Colombie

Carrefour s'implante en Colombie en 1998 en association avec le groupe Bavaria (à hauteur de 35 %) et Sigla (10 %). En 2003, le groupe français rachète les participations minoritaires[61]. Les deux premiers Exito (partenaire de Casino) et Carulla-Vivero sont en janvier 2007 en phase de rapprochement, ce qui laisserait la place de numéro deux à Carrefour avec environ 6,3 % de part de marché[62]. Carrefour signe donc de bonnes performances en Colombie (69 hypermachés en 2009), avec pour conséquences l’ouverture de nouvelles structures jusqu’alors inconnues dans ce pays. Ainsi Carrefour a ouvert en 2009 son premier centre commercial à Limonar qui associe un hypermarché Carrefour à 170 boutiques de marques réputées. Pour compléter l’offre, Carrefour Colombie a ouvert son premier magasin Atacadão à Bogotá en mars 2010 basé sur le même concept hypercash qu’au Brésil . Toutefois, d’une manière globale, on s’aperçoit que la taille moyenne dans le monde en 2008 d’un hypermarché est de 5 400 m2 contre 8 100 m2 en 2004. Cependant en Colombie, qui fut un pays précurseur en la matière, le format de croissance d’un hypermarché était même inférieur à 3 000 m2 afin de répondre au mieux aux besoins de chaque zone de chalandise.

Asie

Chine

Carrefour en Chine populaire

Carrefour possède plus de 100 hypermarchés en Chine depuis mi-2007[63] et a cédé ses supermarchés pour se concentrer sur les hypermarchés et le hard-discount Dia (253 magasins en novembre 2006). L’enseigne est le 1er distributeur étranger en Chine et le 5e en incluant les groupes de distribution locaux avec 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires[64]. Le groupe emploie plus de 40 000 personnes en Chine. Le nombre de clients est estimé à 188 millions. Le nom chinois de Carrefour a été transcrit à partir de la prononciation française : 家乐福 (pinyin : jiā lè fú) ce qui signifie « Bonheur de la famille ».

Autres pays asiatiques

  • Indonésie : déjà présent dans ce pays avec 39 magasins, le groupe achète 75% du groupe Alfa Retailindo pour un montant de 49,3 millions d'euros[65]. Ce rachat permet de conforter sa place de leader avec 29 nouveaux magasins dont 13 à Jakarta.
  • Malaisie: le groupe est arrivé en 1994 sur ce marché qui compte comme autres principaux acteurs de la grande distribution : Giant, Makro, Parkson et Tesco[66].
  • Singapour : dans un marché dominé par le format supermarché, Carrefour et ses deux hypermarchés représentent 2 % de part de marché[67].
  • Taïwan : la part de marché du groupe était de 32 % en 2005[68].
  • Thaïlande : présent dans plusieurs grandes villes, forte concurrence avec Tesco, BigC (groupe Casino).

Afrique

Maroc

  • 19 janvier 2009[69]: Carrefour inaugure son premier hypermarché, sur 5 500 m2 et 250 employés, à Rabat-Salé à travers un accord de franchise avec Label'Vie[70], lequel permettrait à cette dernière d’ouvrir des hypermarchés portant l’enseigne française au sein du Royaume. Il en existe déjà 2 (Marrakech et Rabat/Salé) [71].

Tunisie

  • En 2001[72] carrefour s'installe pour la première fois en Tunisie avec un immense magasin à proximité de la Marsa, à travers un accord de franchise avec UTIC[73]. Par la suite, Carrefour lance une chaine de magasin, en octobre 2009, sous le nom de sa marque déposée : « Carrefour Market »[74].

Présence sous forme de partenariat

Carrefour Minoh Japon

Carrefour est présent dans certains pays sans pour autant contrôler les magasins directement[75],[76].

  • Moyen-Orient
    • Carrefour est implanté au Moyen-Orient en collaboration avec le groupe émirien, Majid Al Futtaim Group[77] (l'actionariat est divisé entre le groupe Majid Al Futtaim majoritaire et Carrefour), dans les Émirats arabes unis, au Qatar, en Oman, au Koweït, en Jordanie, en Égypte et en Arabie saoudite. MAF Hypermarkets, la société créée par les deux partenaires est le plus important franchisé Carrefour dans le monde en termes de chiffre d'affaires et de territoire. Le partenariat couvre la totalité du Moyen-Orient, l'Iran et le Pakistan. MAF Hypermarkets dont le siège régional est basé à Dubaï, aux Émirats arabes unis comptait vingt-cinq hypermarchés en 2007.

Activités et pays desquels Carrefour s’est retiré

Au fil des années, le groupe Carrefour, parallèlement à son expansion, a cédé certaines activités jugées peu rentables, peu stratégiques ou encore trop éloignées de l’activité principale du groupe.

Il est possible de distinguer trois grandes phases de cessions effectuées par le groupe :

  • La première représente des essais non concluants d’ouverture à certains pays, comme l’Allemagne ou les États-Unis.
  • Une phase immédiatement postérieure à la fusion avec Promodès en 1999, où certains actifs ont dû être cédés pour des raisons de concurrence. C’est le cas de certains hypermarchés français et espagnols ou encore les 42 % de détention dans Cora. Par ailleurs, un nettoyage sélectif dans le portefeuille d’activités a été effectué. Ce qui a amené les dirigeants à se séparer du Chili où Carrefour avait une position trop faible, des hypermarchés de Hong Kong ou encore de Carrefour Optique.
  • Enfin, la troisième phase et la plus importante dans l’histoire du groupe est initiée par José-Luis Duran, qui a engagé un désinvestissement dans les activités non rentables ou pour lesquelles la part de marché du groupe est trop faible, le groupe n'est pas dans les trois premières places au palmarès des distributeurs (comme le Japon, la République tchèque, la Suisse ou le Mexique par exemple). En outre, certaines ventes telles les activités coréennes ont été effectuées par simple opportunité financière. Une véritable gestion financière des actifs en fonction de leur contribution au groupe a donc été opérée.

Expansion géographique (Croissance)

Depuis la fusion avec Promodès en 1999, et ses conséquences sur la marche du groupe, Carrefour ne souhaite plus s’investir dans de grandes opérations financières, mais tend à privilégier le développement des marchés émergents, la consolidation locale et l’extension du périmètre à de nouveaux pays :

Le nombre d’ouvertures annuelles d’hypermarchés dans les pays non-G4 a presque doublé entre 2004 et 2006 (passant de 41 à 57)[78]. Ces pays dont la Chine, la Turquie et le Brésil, ne sont pas encore matures en termes de grande distribution et les bons emplacements sont donc encore à prendre.

Le rachat d’unités concurrentes dans les pays où Carrefour est déjà présent (acquisitions ciblées) fait également partie de la stratégie de croissance. Ces acquisitions permettent de faire immédiatement des gains de synergies (chaîne logistique, plus de volumes donc pression sur les prix des fournisseurs, coûts marketing locaux…). C’est exactement l’esprit du rachat du groupe brésilien Atacado annoncé le 23 avril 2005, et permettant au groupe de devenir numéro un au Brésil [79]. C’est également la même analyse qui a conduit à la signature du protocole d’acquisition des actifs polonais d’Ahold, annoncée en décembre 2006.

Direction de l’entreprise

Le 28 juillet 2008, l’assemblée générale mixte des actionnaires du groupe Carrefour vote le changement de mode de direction du groupe, par adoption du régime de conseil d’administration en lieu et place de celui de conseil de surveillance et directoire.

Conseil d'administration actuel

Le conseil d’administration du groupe est constitué de 12 membres[80] :

Anciens présidents du directoire

Employés et conditions de travail

Le Groupe Carrefour est le neuvième employeur privé mondial (409 092 salariés en 2007), le premier en France et en Grèce, ainsi que le troisième au Brésil[82]. Environ deux salariés du groupe sur trois travaillent en Europe. La répartition des salariés du Groupe Carrefour est la suivante : 68 % en Europe, 16 % dans les Amériques et 16 % en Asie.

Le Groupe Carrefour est reconnu comme un employeur dur sur les conditions de travail de ses employés par exemple en ce qui concerne les horaires, tels que le temps partiel des caissières ou bien les résultats tels que ceux demandés aux chefs de rayons, comme le démontre l’ouvrage de Grégoire Philonenko, ouvrage qui a eu une forte couverture médiatique en 1997 (voir bibliographie). En outre, il a été reproché au groupe une surveillance trop active et parfois proche de l’espionnage de ses employés[83], voire de s’en servir comme motif de licenciement[84].

L’enseigne Carrefour en France a été longtemps reconnue comme assurant à ses collaborateurs une meilleure rémunération que ne le faisait ses concurrents[20] et parfois même meilleure qu’ailleurs au sein du groupe (Champion, ex-Euromarché, établissements Sogara). Afin de préserver la paix sociale, Carrefour a privilégié historiquement le syndicat Force ouvrière à la CFDT et à la CGT[20]. Néanmoins, les magasins Carrefour connaissent des conflits sociaux (grèves) comme par exemple la journée nationale d'action dans la grande distribution du 1er février 2008 à l'appel de plusieurs syndicats. L'hypermarché Carrefour Grand Littoral est même devenu un symbole de ces revendications essentiellement salariales. Le magasin est resté bloqué 11 jours[85].

En octobre 2008, le Groupe Carrefour a été condamné à une amende de 1,287 million d'euros pour avoir pendant plusieurs années payés en-dessous du SMIC 400 employés de deux hypermarchés[86]. En novembre 2010, il a été condamné par les prud'hommes de Grenoble à payer près de 400 000 euros d'arriérés de salaires à plus d'une centaine de salariés d'un hypermarché Carrefour en Isère pour la même raison[87].

Indicateurs clés

Nombre de magasins

Le nombre de magasins à fin 2008 sous enseigne (c'est-à-dire détenu en direct par le groupe plus les magasins détenus par des franchisés) est le suivant :

Données financières

Le chiffre d’affaires 2007 de 82,1 milliards d’euros HT s’est réparti comme suit : 45,8 % en France, 37,5 % dans le reste de l’Europe, 10 % en Amérique et 6,7 % en Asie. Ce sont ces deux dernières zones qui ont cru le plus fortement sur l'année (respectivement +38% et +17.3% en ventes HT). À la fin 2007, le chiffre d’affaires par type de magasins se répartit comme suit : hypermarchés (60 %), supermarchés (17,4 %), magasins hard-discounts (9,2 %), autres (13,4 %). La part des hypers augmente d'un point en un an, au détriment des activités autres.

La marge opérationnelle 2007 des activités du groupe est de 4 % du chiffre d’affaires contre 4,1 % en 2007 (contre 5,7 % en 2006 pour son concurrent Tesco, l’un des plus rentables du secteur).

Données financières HT publiés, en millions d’euros
Années 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Chiffre d’affaires 68 728 70 486 72 668 74 497 77 901 82 148 86 967 85 963
Résultat d’exploitation 3 025 3 251 3 234 3 175 3 274 3 291
Résultat net 1 539 1 738 1 509 1 582 2 269 2 299
Capitaux propres 7 546 7 380 7 586 9 386 10 503 11 770
Endettement net[88] 9 021 7 892 6 794 6 790 6 309 7 357

Chiffre d’affaires publiés (hors taxe[89], en Milliards d’euros) :

Le saut de chiffre d’affaires est évident en 1991, 1999, 2000 et 2001, quatre années liées à une politique de croissance externe :

  • 1991 : impact des rachats de Montlaur et Euromarché.
  • 1999 : impact en année pleine du rachat de Comptoirs Modernes.
  • 2000 : impact de la fusion avec Promodès.
  • 2001 : impact du rachat en 2000 des activités belges et italiennes.

Données boursières

Carrefour est coté à la bourse de Paris depuis 1970 (code ISIN = FR0000120172) et entre dans la composition de l’indice CAC 40.

Le 7 mars 2007, Colony Capital et Groupe Arnault, réunis dans la structure Blue Capital, annoncent avoir acquis 9,1 % du capital de la société, auquel s’ajoute 0,7 % acquis de concert par Axon Capital. Ils se sont engagés à ne pas dépasser la barre des 20 % du capital d’ici au 30 juin 2008, sauf cession des parts de la famille Halley[90].

Au 7 mars 2007, le capital de la société composé de 704,9 millions de titres était réparti comme suit :

  • Flottant 74,59 %
  • Famille Halley 13,03 %
  • Blue Capital 10,7 %
  • Salariés 1,41 %
  • Axon Capital 0,74 %
  • Autocontrôle 0,14 %.

Le 5 mars 2008, La famille Halley annonce mettre fin à leur action de concert au sein du capital du groupe. Le bloc d'actions va donc disparaître à l'issue de l'assemblée générale du 15 avril 2008, et de fait les droits de vote double vont être perdus[91].

Cours de l’action Carrefour à la bourse de Paris de 1989 à 2008,
(cours de clôture en euros, retraités historiquement des opérations sur titres.
Source des données financières : fininfo.fr)

Le graphique ci-contre permet de distinguer cinq grandes phases de la vie boursière de Carrefour depuis 1989, qui reflètent assez bien les phases historiques de la société :

  • 1989-1997 : Le titre suit la croissance intrinsèque de la société et est bien valorisé par les marchés du fait de la récurrence de ses bons résultats et perspectives. Ce jusqu’aux résultats semestriels 1997 jugés décevants par les analystes financiers[92]. Cette baisse va être de plus accélérée sur la fin de l’année par la crise asiatique.
  • 1998-2000 : Le titre croit très fortement du fait d’un bon accueil de l’opération de fusion avec Promodès, d’une très forte valorisation des sociétés de grande distribution à la fin des années 1990, et d’une forte valorisation de la bourse en général.
  • 2000-2003 : Le titre subit la conjonction de la chute du CAC 40 et de la forte déception des marchés par rapport aux résultats de la fusion.
  • 2004-2007 : Le groupe est valorisé à moins de la moitié de sa valeur de 2000, ce qui entraînera le départ de Daniel Bernard. Les marchés restent attentistes face aux actions du nouveau directoire. Fin 2006, le titre entame une remontée : celle-ci est en partie basée sur des spéculations de prise de contrôle.
  • 2008 : Le titre subit la forte correction des valeurs cotées en bourse.

Notes et références

  1. "Infos légales." Groupe Carrefour. Consulté le 15 février 2011.
  2. Profile boursier de Carrefour, COFISEM, 6 janvier 2009. Consulté le 30 janvier 2009
  3. Profile boursier de Carrefour, COFISEM, 30 janvier 2009. Consulté le 30 janvier 2009
  4. (en) Personnel de rédaction, « Carrefour shares fall after profit warning », dans bbc, 17 juin 2011 [texte intégral (page consultée le 17 juillet 2011)] 
  5. D’après l’encyclopédie de la grande distribution Distripedie, 16/04/2007 [lire en ligne]
  6. http://www.carrefour.com/cdc/groupe/nos-activites/notre-parc-de-magasins/parc-sous-enseignes.html?table=1
  7. Communiqué de presse Carrefour du 28 février 2008
  8. Voir sur le site officiel
  9. a et b Hugues Joublin, L’aventure du premier hyper, L’Expansion, 06/05/1993 [lire en ligne], également sur l'histoire du groupe : Yves Soulabail, Carrefour Un combat pour la liberté, Le Loup Hurlant Editions, 2010
  10. Hélène Vermarre, Et le « commerce moderne » fut, Le Dauphiné, 07/09/2005, p.20 [lire en ligne]
  11. Étienne Thil, Les inventeurs du commerce moderne, Ed. Arthaud, 1966 (réédition ed. Jouwen, 2000, p.173) (ISBN 2-9510673-4-8)
  12. Contenu des séminaires MMM
  13. Carrefour Villeurbanne, le retour de flamme d'un vétéran, Points de vente, n°1035, 27/10/2008, p.48
  14. Jean-François Berlanger, Rhône-Alpes/Villeurbanne : Cure de rajeunissement pour Carrefour, Points de vente, n°1007, 3/09/2007, p.34
  15. Le 30 septembre 1966, Carrefour Vénissieux était avec ses 10 000 m2 l'hypermarché le plus grand d'Europe - J-F-B., Carrefour Vénissieux : la métamorphose d'une légende, Points de vente, n°1034, 13/10/2008, p.52
  16. Étude sous l’égide de l’École Normale Supérieure intitulée les soldes de la loi Raffarin, page 15
  17. Le raid de Carrefour, L’Humanité, 26/03/1991 [lire en ligne]
  18. (en)Reuters, Company news : Carrefour of France To Buy Euromarche, New York Times, 25/06/1991 [e lire en ligne]
  19. 1968-1992 Ci git Euromarché, Linéaires, n°59, avril 1992
  20. a, b et c La Vérité sur Carrefour, l’épicier planétaire aux 2 millions de clients par jour, voir bibliographie
  21. Article issu de la Tribune du 31 août 1998
  22. Groupe Carrefour, Le groupe Carrefour annonce une acquisition majeure au Brésil, www.carrefour.com, 23/04/2007 [lire en ligne]
  23. www.journaldunet.com
  24. La lettre aux actionnaire de mai 2009 page 4
  25. Les communiqués de presse
  26. a et b Que se passe-t-il chez Carrefour ?
  27. Les descriptions des métiers sont issues des rapports annuels du groupe Carrefour et du site internet institutionnel Carrefour.com
  28. Le figaro - En Chine, Carrefour ouvre son 1000e hyper
  29. « Carrefour market à l’heure des derniers préparatifs », Lineaires.com.
  30. Quentin Domart, L'Expansion - Article "Carrefour se met en ordre de marges"
  31. Carrefour se donne dix-huit mois pour enterrer l'enseigne Champion, La Tribune du 13 juin 2008.
  32. Claire Bader, Carrefour, Casino... bataille d’épiciers en centre-ville, www.capital.fr, 03/12/2010 [lire en ligne]
  33. Le cash & carry du « groupe Carrefour » se met en place à Tunis [lire en ligne]
  34. «  Carrefour et Auchan trustent les plus gros hypers », Dépêche de Ouest France du 4 mars 2008
  35. Tract CFDT page 7 reprenant le classement Lineaires 2006
  36. Voir le site de Guyenne et Gascogne
  37. Voir le site de Guyenne et Gascogne Présentation/Profil
  38. Voir le site de Coopérative Atlantique, à la page capital
  39. Voir le site de Provencia.
  40. Voir document AMF, Groupe Carrefour : Actualisation du document de référence 2005, 09/11/2006. Voir p.30. Pourcentage d’intérêt retenu en consolidation [lire en ligne]
  41. Activité au 30/9/2006 : un rythme de commande en forte croissance , www.ses-esl.fr, 21/11/2006 [lire en ligne]
  42. Coup d’œil : un sherpa au carrefour, www.Brefonline.com, n°1462, avril 2003 [lire en ligne]
  43. Voir un article sur le co-dirigeant Vincent Labruyère et la résolution n°3 p.8 de fusion avec le groupe Carrefour [PDF] du 27 avril 2004.
  44. Voir document AMF, « Groupe Carrefour : Actualisation du document de référence 2005 » [PDF], 9 décembre 2006. Voir p.11.
  45. Voir le site de Hyparlo et le rachat des parts de la famille Arlot [PDF] par Carrefour en 2006.
  46. CARREFOUR devient leader de la distribution en Belgique
  47. Décision de la Commission des Communautés Européennes du 28/09/2000[PDF]
  48. Christelle Magaud, Le nouveau temple européen de la distribution, Points de vente, 29/10/2007, n°1011, p.36
  49. Site Carrefour Italia
  50. Histoire du groupe sur le site Carrefour.pt (en portugais)
  51. Source fiche de marché Ubifrance
  52. Carrefour cède ses activités portugaises à Sonae, dépêche Reuters reprise sur Boursorama
  53. Carrefour vend Minipreço, page visitée le 11 avril 2010.
  54. Bulgarie-ouverture du 1er hypermarché Carrefour
  55. [1]
  56. Communiqué du rachat d'Artima publié le 29 octobre 2007
  57. Dans la répartition géographique de ses activités, Carrefour classe la Turquie en Europe
  58. Carrefour se renforce au Brésil, La Tribune, 23 avril 2007
  59. historique de Carrefour en Argentine sur carrefour.com.ar (en espagnol)
  60. Communiqué de presse Carrefour du 11 avril 2001
  61. fiche de synthèse de la mission économique de l’ambassade de France en Colombie[PDF]
  62. Article du journal LSA du 16 janvier 2007
  63. Article issu du magazine LSA
  64. Le succès de Carrefour en Chine, site internet Radio86
  65. Article de la Tribune du 20 janvier 2008
  66. Source fiche marché Ubrifrance « La distribution en Malasie »
  67. Fiche de synthèse distribution de la mission économique de l’ambassade de France à Singapour, datée du 20 février 2005[PDF]
  68. fiche marché Ubifrance Distribution à Taïwan
  69. Lettre aux actionnaires de mai 2009 page 4
  70. http://www.dev-export.com/detailsafrique.php?numafrique=1183
  71. http://www.lavieeco.com/en-direct/14173-carrefour-se-paie-la-corniche-de-casa.html
  72. http://www.jeuneafrique.com/Article/LIN23105engousinutt0/Engouement-Geant-a-Tunis-.html
  73. Kapitalis 'Tunisie. Manœuvres dans la grande distribution'
  74. http://www.investirentunisie.net/index.php?option=com_content&view=article&id=2813&joscclean=1&comment_id=1020&Itemid=175
  75. Liste des pays franchisés et partenaires Source site internet Carrefour.com
  76. Rapport Annuel 2004 2ème partie
  77. Voir le site (en) Carrefour UAE et de (en) Majid al futtaim Group.
  78. Rapport annuel Carrefour 2006[PDF]
  79. Le Groupe Carrefour annonce une acquisition majeure au Brésil : voir Atacadao_FR.pdf[PDF]
  80. Conseil d'administration du groupe Carrefour. Consulté le 7 février 2011
  81. Florent Vacheret, Denis Defforey : « Je ne crois absolument pas à la nécessité de grossir », www.Linéaire.com, 5 janvier 2004
  82. Informations issue du rapport annuel 2007, page 46 et 2006
  83. Voir le site bigbrothersawards
  84. Article issu de l’Humanité du 20/01/2006
  85. http://afp.google.com/article/ALeqM5jJBzFt-gQzyTqXAXlwx5oH-Y62PQ Dépeche AFP du 12 février 2008
  86. « Carrefour condamné pour avoir sous-payé ses employés », Le Figaro, 28 octobre 2008.
  87. « Carrefour condamné à payer 400.000 euros à une centaine de salariés », Libération, 9 novembre 2010.
  88. hors impacts IFRS 32-39 en 2004 et en deçà. Cette norme, impactant la dette des entreprises, ayant été mise en place en 2005.
  89. Le chiffre d’affaires commercial, correspondant aux facturations lors des passages en caisse, inclut la TVA et est donc supérieur au chiffre d’affaires hors taxe
  90. Arnault et Colony s’engagent à ne pas monter au-delà de 20 % de Carrefour d’ici mi-2008 sauf si…, La Tribune, 23 mars 2007
  91. Depeche du 5 mars 2008 sur le site Boursorama.com
  92. Voir l’article du 5 septembre 1997 dans La Tribune Carrefour plonge de 7,4 %

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • (fr) Yves Soulabail, Carrefour Un combat pour la liberté, Le Loup Hurlant Editions, 2010
  • (fr) F. Carluer-Lossouarn, L’Aventure des premiers supermarchés, un livre Linéaires, 2006
  • (fr) Christian Lhermie, Carrefour ou l’invention de l’hypermarché, 2e édition, Éditions Vuibert, 2003 (ISBN 2711778142)
  • (fr) Sylvain Courage, La Vérité sur Carrefour l’épicier planétaire aux 2 millions de clients par jour, Éditions Assouline, 1999 (ISBN 2843231108)
  • (fr) Claude Sordet, Jean-François Wantz, Paul-Louis Halley - De Promodès à Carrefour, Éditions VM, octobre 2004 (ISBN 270813227X)
  • (fr) Grégoire Philonenko, Véronique Guienne Au Carrefour de l’exploitation, Éditions Desclée, 1998 (ISBN 2220040704)

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Groupe Carrefour de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Groupe carrefour —  Cet article concerne Carrefour en tant que maison mère et groupe. Pour l’enseigne d’hypermarchés Carrefour, voir Carrefour (enseigne). Pour les autres significations, voir Carrefour (homonymie). Logo du groupe Carrefour …   Wikipédia en Français

  • Carrefour (groupe) — Groupe Carrefour  Cet article concerne Carrefour en tant que maison mère et groupe. Pour l’enseigne d’hypermarchés Carrefour, voir Carrefour (enseigne). Pour les autres significations, voir Carrefour (homonymie). Logo du groupe Carrefour …   Wikipédia en Français

  • Carrefour (société) — Groupe Carrefour  Cet article concerne Carrefour en tant que maison mère et groupe. Pour l’enseigne d’hypermarchés Carrefour, voir Carrefour (enseigne). Pour les autres significations, voir Carrefour (homonymie). Logo du groupe Carrefour …   Wikipédia en Français

  • Carrefour (Enseigne) — Pour les articles homonymes, voir Carrefour (homonymie). Logo de Carrefour Hypermarchés Création …   Wikipédia en Français

  • Carrefour city — Logo de CARREFOUR CITY Création 2009 …   Wikipédia en Français

  • Carrefour market — Logo de CARREFOUR MARKET Création 2007 …   Wikipédia en Français

  • Carrefour Contact — Logo de Carrefour Contact Création 2008 Forme juridique Société par a …   Wikipédia en Français

  • Carrefour Express — Logo de Carrefour Express Création 2007 …   Wikipédia en Français

  • Carrefour Montagne — Création 2009 Société mère Groupe Carrefour Sociétés sœurs Carrefour Contact …   Wikipédia en Français

  • Carrefour Discount — est une gamme de produits lancée par le Groupe Carrefour en France au mois de mai 2009. Les produits qui la composent se veulent meilleur marché que ceux proposés par certaines enseignes du hard discount. Carrefour dispose d une autre marque …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”