Raymond Poincare

Raymond Poincare

Raymond Poincaré

Raymond Poincaré
10e président de la République française
Raymond Poincaré 1914.jpg
Raymond Poincaré en 1914

Actuellement en fonction
Mandat
18 février 1913 - 18 février 1920
Depuis le 18 février 1913
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Élu(e) le 17 janvier 1913
Parti politique PRD - ARD (centre-droit)
République IIIe République
Constitution Lois constitutionnelles de 1875
Président(s) du
Conseil
Aristide Briand
Louis Barthou
Gaston Doumergue
Alexandre Ribot
René Viviani
Aristide Briand
Alexandre Ribot
Paul Painlevé
Georges Clemenceau
Alexandre Millerand
Prédécesseur Armand Fallières
Successeur Paul Deschanel
Élu(e) le {{{élection2}}}
Élu(e) le {{{élection3}}}
Élu(e) le {{{élection4}}}

Autres fonctions
79e,92e & 98e
Président du Conseil des ministres
Mandat
14 janvier 1912 - 21 janvier 1913
Président {{{président1}}}
Président de la République Armand Fallières
Chef de l’État {{{chef de l'etat1}}}
Monarque {{{monarque1}}}
Gouverneur général {{{gouverneur1}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil1}}}
Premier ministre {{{premier ministre1}}}
Chancelier {{{chancelier1}}}
Gouvernement Raymond Poincaré (1)
Prédécesseur Joseph Caillaux
Successeur Aristide Briand

{{{fonction2}}}
Mandat
15 janvier 1922 - 1er juin 1924
Président {{{président2}}}
Président de la République Alexandre Millerand
Chef de l’État {{{chef de l'etat2}}}
Monarque {{{monarque2}}}
Gouverneur général {{{gouverneur2}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil2}}}
Premier ministre {{{premier ministre2}}}
Chancelier {{{chancelier2}}}
Gouvernement Raymond Poincaré (2)
Raymond Poincaré (3)
Prédécesseur Aristide Briand
Successeur Frédéric François-Marsal

{{{fonction3}}}
Mandat
23 juillet 1926 - 26 juillet 1929
Président {{{président3}}}
Président de la République Gaston Doumergue
Chef de l’État {{{chef de l'etat3}}}
Monarque {{{monarque3}}}
Gouverneur général {{{gouverneur3}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil3}}}
Premier ministre {{{premier ministre3}}}
Chancelier {{{chancelier3}}}
Gouvernement Raymond Poincaré (4)
Raymond Poincaré (5)
Prédécesseur Édouard Herriot
Successeur Aristide Briand

Ministre des Finances
Mandat
23 juillet 1926 - 11 novembre 1928
Président {{{président4}}}
Président de la République Gaston Doumergue
Chef de l’État {{{chef de l'etat4}}}
Monarque {{{monarque4}}}
Gouverneur général {{{gouverneur4}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil4}}}
Premier ministre {{{premier ministre4}}}
Chancelier {{{chancelier4}}}
Gouvernement Raymond Poincaré (4)
Prédécesseur Anatole de Monzie
Successeur Henry Chéron

{{{fonction5}}}
Mandat
14 mars - 25 octobre 1906
Président {{{président5}}}
Président de la République Armand Fallières
Chef de l’État {{{chef de l'etat5}}}
Monarque {{{monarque5}}}
Gouverneur général {{{gouverneur5}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil5}}}
Premier ministre {{{premier ministre5}}}
Chancelier {{{chancelier5}}}
Gouvernement Gouvernement Sarrien
Prédécesseur Pierre Merlou
Successeur Joseph Caillaux

{{{fonction6}}}
Mandat
30 mai 1894 - 26 janvier 1895
Président {{{président6}}}
Président de la République Sadi Carnot
Jean Casimir-Perier
Chef de l’État {{{chef de l'etat6}}}
Monarque {{{monarque6}}}
Gouverneur général {{{gouverneur6}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil6}}}
Premier ministre {{{premier ministre6}}}
Chancelier {{{chancelier6}}}
Gouvernement Gouvernement Dupuy (2) et (3)
Prédécesseur Auguste Burdeau
Successeur Alexandre Ribot

Ministre des Affaires étrangères
Mandat
15 janvier 1922 - 8 juin 1924
Président {{{président7}}}
Président de la République Alexandre Millerand
Chef de l’État {{{chef de l'etat7}}}
Monarque {{{monarque7}}}
Gouverneur général {{{gouverneur7}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil7}}}
Premier ministre {{{premier ministre7}}}
Chancelier {{{chancelier7}}}
Gouvernement Gouvernements Poincaré (2) et (3)
Prédécesseur Aristide Briand
Successeur Edmond Lefebvre du Prey

{{{fonction8}}}
Mandat
14 janvier 1912 - 21 janvier 1913
Président {{{président8}}}
Président de la République Armand Fallières
Chef de l’État {{{chef de l'etat8}}}
Monarque {{{monarque8}}}
Gouverneur général {{{gouverneur8}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil8}}}
Premier ministre {{{premier ministre8}}}
Chancelier {{{chancelier8}}}
Gouvernement Gouvernements Poincaré (1)
Prédécesseur Justin de Selves
Successeur Charles Jonnart

Ministre de l'Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes
Mandat
26 janvier - 1er novembre 1895
Président {{{président9}}}
Président de la République Félix Faure
Chef de l’État {{{chef de l'etat9}}}
Monarque {{{monarque9}}}
Gouverneur général {{{gouverneur9}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil9}}}
Premier ministre {{{premier ministre9}}}
Chancelier {{{chancelier9}}}
Gouvernement Gouvernements Ribot (3)
Prédécesseur Georges Leygues
Successeur Émile Combes

{{{fonction10}}}
Mandat
4 avril - 3 décembre 1893
Président {{{président10}}}
Président de la République Sadi Carnot
Chef de l’État {{{chef de l'etat10}}}
Monarque {{{monarque10}}}
Gouverneur général {{{gouverneur10}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil10}}}
Premier ministre {{{premier ministre10}}}
Chancelier {{{chancelier10}}}
Gouvernement Gouvernements Dupuy (1)
Prédécesseur Charles Dupuy
Successeur Eugène Spuller

Titulaire du fauteuil 34 de l'Académie française
Mandat
18 mars 1909 - 15 octobre 1934
Président {{{président11}}}
Président de la République {{{président de la république11}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat11}}}
Monarque {{{monarque11}}}
Gouverneur général {{{gouverneur11}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil11}}}
Premier ministre {{{premier ministre11}}}
Chancelier {{{chancelier11}}}
Gouvernement {{{gouvernement11}}}
Prédécesseur Émile Gebhart
Successeur Jacques Bainville

Biographie
Nom de naissance Raymond Nicolas Landry Poincaré
Naissance 20 août 1860
France Bar-le-Duc, Meuse (France)
Décès 15 octobre 1934
France Paris 16e (France)
Nature du décès Embolie
Nationalité {{{nationalité}}}
Conjoint(s) Henriette Benucci
Enfant(s) {{{enfants}}}
Diplômé Facultés de droit des universités de Paris et Nancy
Profession Avocat, journaliste
Occupations {{{occupation}}}
Résidence(s) {{{résidence}}}
Religion Athée
Signature {{{signature}}}

Francecoatofarms1898-2.png
Présidents de la République française
Présidents du Conseil des ministres français

Raymond Poincaré, né le 20 août 1860 à Bar-le-Duc (Meuse) et mort le 15 octobre 1934 à Paris, est un homme d'État français, cousin du mathématicien Henri Poincaré.

Sommaire

Biographie

Ses débuts

Formé à la politique par Jules Develle dont il est 18 mois directeur de cabinet au Ministère de l'Agriculture en 1886, élu ensuite conseiller général dans la Meuse, Poincaré se forge une réputation d'homme politique modéré et conciliant dès son premier mandat de député de la Meuse en 1887. Cela n'empêche pas ce fils de polytechnicien, entré avec réticence sur la scène politique, de s'y imposer rapidement.

Après des études à Nancy puis à la faculté de droit de Paris, il entre au barreau de Paris en tant que stagiaire en 1879 ; il est nommé premier secrétaire de la Conférence et devient secrétaire de Me Du Buit, célèbre avocats d'affaires. En 1883, il prononce un discours à l'ouverture de la Conférence des Avocats dans lequel il fait l'éloge de Jules Dufaure, ancien bâtonnier et ancien président du Conseil décédé deux ans auparavant : « S'il est à souhaiter que l'éloge d'un mort illustre éveille chez nous le désir de l'imiter, le simple récit de la vie de Dufaure contiendra, je crois, pour notre génération, un précieux exemple de travail, d'indépendance et de dignité ». En 1895, il ouvre son propre cabinet, qui obtient rapidement un grand succès et détient une clientèle très prestigieuse pour les affaires de presse, les affaires littéraires — il est notamment l'avocat de l'écrivain Jules Verne — et le droit des sociétés — Poincaré a parmi ses clients les plus grandes entreprises industrielles et financières du moment.

Carrière politique

Raymond Poincaré.

Il entre en politique en 1887, en étant élu député de la Meuse. En 1892, il est rapporteur de la commission des Finances, au moment du Scandale de Panamá.

À trente-six ans, il a déjà été trois fois ministre : de l'Instruction publique (1893), sous Dupuy, puis des Finances 1894-1895 après la victoire électorale des modérés, et de nouveau chargé de l'Instruction publique en 1895. Il est partisan de la laïcité mais à condition que celle-ci soit dégagée de tout anticléricalisme, ce qui l'éloigne naturellement des radicaux et des socialistes. En effet, Poincaré prône une « école neutre », dont la vocation aurait été de produire de vrais patriotes. Il peut être considéré comme le leader des modérés, qui arborent souvent l'étiquette « progressiste » et qui évoluent au fil du temps du centre gauche vers la droite républicaine, selon le phénomène du sinistrisme.

Durant l’affaire Dreyfus, il adopte une attitude prudente. Il fait d'abord partie de ceux qui souhaitent étouffer un scandale qu'ils jugent contraire à la raison d'État. Il se rallie finalement au camp dreyfusard, plus par légalisme que par conviction. Cela ne le rapproche pour autant pas de la gauche, avec laquelle il garde ses distances. Il ne soutient absolument pas la politique de Waldeck-Rousseau et encore moins celle d’Émile Combes. Il préfère ensuite le Sénat à la Chambre où il représente la Meuse entre 1903 et 1913 puis entre 1920 et 1934. Belle consécration, il est élu à l’Académie française en 1909, et est également professeur aux écoles HEI-HEP.

Du 6 au 12 août 1912, il est en visite officielle en Russie dans le cadre de l'alliance franco-russe et assiste à des revues militaires.

Président de la République

Poincaré au front

Élu président de la République le 17 janvier 1913, il présidera la France jusqu'en 1920, durant une période marquée par la Première Guerre mondiale, pendant laquelle il est l'artisan de l'Union Sacrée politique et sociale, aux côtés de René Viviani ou Georges Clemenceau.

Déjà, du 13 au 23 juillet 1914, il effectue un voyage officiel en Russie pour renforcer les alliances deux semaines après l'attentat de Sarajevo. Le 4 août, son message est communiqué aux Chambres par Viviani : la France « sera héroïquement défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera devant l’ennemi, l'Union sacrée, et qui sont aujourd’hui fraternellement assemblés dans une même indignation contre l’agresseur, et dans une même foi patriotique ».

Il n'hésite pas, parfois au péril de sa vie, à venir au front (essentiellement dans la Meuse et dans la Somme) afin de juger du moral des troupes et des populations déplacées. Il visite à plusieurs reprises la partie de l'Alsace redevenue française dès le 7 août 1914 : au Col de la Schlucht, à Thann, Masevaux, Saint-Amarin et Dannemarie entre le 11 février 1915 et le 10 avril 1916.

Cependant, après la nomination de Clemenceau comme président du Conseil en 1917, son rôle devient plus discret.

Après sa présidence

Tract pour les élections législatives de 1932 faisant référence à la « prophétie » de Raymond Poincaré

Dès 1920, alors que son mandat n'est pas achevé, il se fait élire sénateur de la Meuse. Très vite, il accepte de redevenir président du conseil, à la place d'Aristide Briand qu'Alexandre Millerand, président nouvellement élu en 1920, a démis de ses fonctions, n’approuvant pas la façon dont il mène sa politique étrangère. Face à l’Allemagne qui refuse de payer les « réparations de guerre », il a recours à la force, faisant occuper la Ruhr ; mais sa politique de rigueur budgétaire le rend impopulaire et, en 1924, après la victoire du Cartel des gauches, il doit présenter sa démission, tout comme le président Millerand.

On le rappelle en 1926 devant l’ampleur de la crise financière. Il forme alors un ministère d’union, en conservant Briand aux Affaires étrangères, et en revenant à une politique d’austérité financière ; le franc Germinal est remplacé par le franc Poincaré d’une valeur cinq fois moindre, dévaluation qui se borne à entériner le change réel. Malade et fatigué, il démissionne et se retire de la scène publique en 1929. Mort à Paris en 1934, il est inhumé à Nubécourt, dans son département natal.

Mandats électifs

  • Député de la Meuse (1887-1903)
  • Sénateur de la Meuse (1903-1913 puis 1920-1934)
  • Conseiller général de la Meuse

Fonctions gouvernementales

  • Ministre de l'Instruction publique en 1893 puis en 1895.
  • Ministre des Finances en 1894.

Il fut cinq fois président du Conseil :

Oeuvres de Raymond Poincaré

  • Du droit de suite dans la propriété mobilière, 1883.
  • Idées contemporaines, 1906.
  • Questions et figures politiques, 1907.
  • Messages, discours, allocutions, lettres et télégrammes (1914-1919), 1919.
  • Histoire politique, chroniques de quinzaine, 4 vol., 1921-22.
  • Au service de la France, neuf années de souvenirs, 1926-1934.

Bibliographie

  • Raymond Poincaré, de l'Académie française, L'Invasion 1914, Paris, Plon (livre tiré à 100 exemplaires qui retrace le septennat du président).
  • Henry Girard, Raymond Poincaré, chez lui, au Parlement, à l'Elysée, A. Méricant 1913
  • René Dumesnil, Poincaré, Flammarion, vers 1930
  • Gaston Gros, Mr. Poincaré mémorialiste (sa psychologie), Ed. Baudinière 1930
  • Dr. Georges Samné, Raymond Poincaré, Politique et personnel de la IIIe République, Les oeuvres représentatives, 1933
  • Fernand Payen, Raymond Poincaré, chez lui, au Parlement, au Palais, Grasset 1936
  • Jacques Chastenet, Raymond Poincaré, Julliard, 1948
  • Pierre Miquel, Poincaré, Paris, Fayard, 1961
  • S. Jeannesson, Poincaré, la France et la Ruhr (1922-1924), histoire d'une occupation, Presses universitaires de Strasbourg, 1998
  • Daniel Amson, Raymond Pöincaré, l'acharné de la politique, Tallandier, 1997
  • John Keiger, Raymond Poincaré, Cambridge, Cambridge University Press, 1997
  • François Roth, Raymond Poincaré, Paris, Fayard, 2000
  • Benoît Yvert(dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 916 p.

Source

  • Nicolas Honecker, Les Visites des chefs d'État français en Lorraine, Éditions Lacour, 2006

Voir aussi

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Chronologies

Précédé par Raymond Poincaré Suivi par
Justin de Selves
Ministre des Affaires étrangères
1912-1913
Charles Jonnart
Aristide Briand
Ministre des Affaires étrangères
1922-1924
Edmond Lefebvre du Prey


Précédé par
Émile Gebhart
Fauteuil 34 de l’Académie française
1909-1934
Suivi par
Jacques Bainville
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de la Lorraine Portail de la Lorraine
Ce document provient de « Raymond Poincar%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Raymond Poincare de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Raymond Poincare — Raymond Poincaré Raymond Poincaré (* 20. August 1860 in Bar le Duc; † 15. Oktober 1934 in Paris) war ein französischer Politiker. Er war mehrmals Ministerpräsident Frankreichs. Von 18. Februar 1913 bis 17. Februar 1920 war er der Präsident Frank …   Deutsch Wikipedia

  • Raymond Poincaré — Nikolaus II. und Poincaré im Sommer 1914 …   Deutsch Wikipedia

  • Raymond Poincaré — Saltar a navegación, búsqueda Raymond Poincaré Raymond Poincaré (Bar le Duc, 20 de agosto de 1860 París, 15 de octubre de 1934). Político francés, Presidente de la República durante la …   Wikipedia Español

  • Raymond Poincaré — Pour les articles homonymes, voir Poincaré. Raymond Poincaré Raymond Poincaré en 1914 …   Wikipédia en Français

  • Raymond Poincaré — Infobox Prime Minister name=Raymond Poincaré order=76th Prime Minister of France term start =21 January 1912 term end =21 January 1913 predecessor =Joseph Caillaux successor =Aristide Briand order2=10th President of the French Republic Co Prince… …   Wikipedia

  • Gouvernement Raymond Poincaré (2) — Régime Troisième République Président du Conseil Raymond Poincaré Début 15 janvier 1922 Fin 29 mars 1924 Durée …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Raymond Poincaré (4) — Régime Troisième République Président du Conseil Raymond Poincaré Début 23 juillet 1926 Fin 6 novembre 1928 Durée …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Raymond Poincaré (1) — Régime Troisième République Président du Conseil Raymond Poincaré Début 14 janvier 1912 Fin 21 janvier 1913 Durée …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Raymond Poincaré (3) — Régime Troisième République Président du Conseil Raymond Poincaré Début 29 mars 1924 Fin 1er juin 1924 …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Raymond Poincaré (5) — Régime Troisième République Président du Conseil Raymond Poincaré Début 11 novembre 1928 Fin 26 juillet 1929 Durée …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.