Henri De Régnier

Henri de Régnier

Henri de Régnier

Henri-François-Joseph de Régnier, né à Honfleur (Calvados) le 28 décembre 1864 et mort le 23 mai 1936, est un écrivain, romancier et poète français proche du symbolisme.

Sommaire

Biographie

Issu d'une famille aristocratique de Normandie, Henri de Régnier, après avoir fréquenté le collège Stanislas, fit son droit dans la perspective d’entrer dans la diplomatie. Mais rapidement, il préféra se consacrer aux lettres. À partir de 1885, il commença de publier des vers, en France et en Belgique, dans des revues symbolistes, en particulier dans la revue Lutèce.

Admirateur de Mallarmé, aux « mardis » duquel il assistait régulièrement dans sa jeunesse, il avait été d’abord influencé par Leconte de Lisle et surtout par José-Maria de Heredia dont il épousa, en 1896, l’une des filles, Marie, poète elle-même sous le pseudonyme de Gérard d'Houville. Ce mariage ne fut pas trop heureux: il parait que sa femme le trompa souvent, en entretenant une relation presque stable avec un de ses meilleurs amis, Pierre Louÿs.

Dès son premier recueil, Poèmes anciens et romanesques (1889), il acquit la notoriété. Ses nombreux volumes de poésie – Tel qu’en songe (1892), Aréthuse (1895), Les Jeux rustiques et divins (1897), Les Médailles d’argile (1900), La Cité des eaux (1902), La Sandale ailée (1905), Le Miroir des heures (1910) – demeurent fidèles à l'idéal classique avec toujours plus de liberté dans la forme, entre Verlaine et Valéry, à la rencontre entre le Parnasse et le Symbolisme. Sa poésie révèle l'influence de Jean Moréas, Gustave Kahn et Stéphane Mallarmé, et surtout celle de son beau-père, José-Maria de Heredia.

Il écrivit également des contes (Contes à soi même (1893) et des romans : son œuvre la plus connue, La Double maîtresse (1900), est un roman freudien avant l’heure ; il faut citer aussi Le Bon plaisir (1902), Le Mariage de minuit (1903), Les Vacances d’un jeune homme sage (1903), Les Rencontres de M. de Bréot (1904), Le Passé vivant (1905), La Peur de l’amour (1907), La Flambée (1909), La Pécheresse (1920), L’Escapade (1925), etc. Henri de Régnier avait une prédilection pour le XVIIIe siècle où il puisait volontiers ses sujets, parfois scabreux, et dont même il pastichait le style.

Critique littéraire également, il tint longtemps le feuilleton littéraire du Figaro.

L'élection de Henri de Régnier à l'Académie française

Portrait de Henri de Régnier
par Félix Valloton
paru dans Le Livre des masques
de Remy de Gourmont (1898).

En mars 1908, Henri de Régnier se présenta une première fois à l’Académie française, au fauteuil d’André Theuriet, mais c’est Jean Richepin qui enleva le siège, et l’on raconte que, rentré chez lui, le poète se laissa tomber dans un fauteuil en murmurant « José Maria ! » Il fut enfin élu, par dix-huit voix, le 9 février 1911, contre Pierre de Nolhac, au fauteuil de Melchior de Vogüé. C’est le comte Albert de Mun qui le reçut, le 18 janvier 1912. Le discours par lequel il s’acquitta de cette tâche, et qu’il prononça contre tous les usages, debout, prit les apparences d’un éreintement. Parlant des romans de Régnier, il déclara : « Je les ai lus, ces romans, je les ai tous lus et jusqu’au bout, car j’ai été capitaine de cuirassiers. Mais pour parler davantage, entre les graves images qui gardent notre Coupole, des aventures de vos Amants singuliers, des Rencontres de M. de Bréot et des Tentations de M. Nicolas de Galandot, convenez monsieur que je ne suis plus assez cuirassier... » Si les pointes à l’endroit du récipiendaire sont de coutume dans les réceptions académiques, on n’avait pas entendu de critique aussi ferme d’un nouvel élu depuis l’entrée d’Alfred de Vigny. Henri de Régnier devait recevoir à son tour Pierre de La Gorce en 1917, René Boylesve en 1919, Henry Bordeaux en 1920 et Pierre Benoit en 1932.

L'élection de Henri de Régnier à l'Académie vue par Remy de Gourmont

« 1er mars 1911

Henri de Régnier. — Puisque l'Académie française vit, il est préférable qu'elle ne se déshonore pas tous les jours et même parfois se hausse à quelque gloire. Le plus fâcheux pour elle est de faire de mauvais choix littéraires, de confondre avec un écrivain tel pauvre incontinent, qui n'a pu s'empêcher de rédiger un tas de choses en prose ou en vers en roman ou en dialogue. On lui passe au contraire très volontiers, comme bien dans sa tradition l'acquisition, pour la couleur, d'un cardinal ou d'un monsignor, pour la dorure, d'un général. Il est trop rare (ce n'est peut-être pas tout à fait de sa faute) qu'elle accueille un véritable écrivain pour qu'on ne lui en fasse pas son compliment. Je ne veux nommer personne, mais l'élection de Henri de Régnier, si elle ne les fait pas oublier, atténue quelques scandales récents et pourrait bien rallier à l'Académie certaines opinions désespérées. Elle est significative. Le Parnasse n'entra que tard à l'Académie, quand il n'était plus, avec Heredia. Ni Banville, ni Gautier n'y pénétrèrent, et Coppée, homme charmant, ne le représentait pas. Le symbolisme, au contraire, s'y avance presque du premier coup et avec lui toute la rénovation du vers français, la liberté du verbe et de la pensée, la tradition la plus ancienne et la tradition la plus récente. Ses contemporains, comme ses disciples, et tous ceux qui se sentent poètes toujours ou parfois sauront gré à Henri de Régnier de cette victoire. »

— Remy de Gourmont, Épilogues (volume complémentaire), Mercure de France, 1913

Jugements

« Les vers faibles, sans rythme ou sans couleur, sont extrêmement rares dans son œuvre; sa poésie, aux mouvements bien réglés, s'enroule d'un pas hiératique et mesuré autour d'une idée ou d'un sentiment, comme une procession autour d'une basilique. Et ce sont des lumières, des orfèvreries, des soies qui éclatent ou luisent, cependant qu'un chant profond assure la régularité des gestes et qu'une pensée divine pacifie les visages...
S'il n'est pas le plus « poète » de nos poètes, il est le plus parfait, celui qui représente le mieux à cette heure [1901] la tradition du vers français considéré comme la mesure du goût esthétique, de notre sensibilité verbale. »

— Remy de Gourmont, Promenades littéraires (Première série)

Le Voyageur

Autographe paru dans La Plume en 1904. Le poème fait partie du recueil Aréthuse publié en 1895.

Henri de Régnier - Aréthuse.jpg

Œuvres

Lettre de Henri de Régnier
  • Les lendemains. Apaisement (poésie) (1886)
  • Sites (poèmes, 1887)
  • Épisodes (poèmes, 1886-1888)
  • Poèmes anciens et romanesques, 2 vol. (1890-1895)
  • Tel qu'en songe (1892)
  • Contes à soi-même (1893)
  • Aréthuse (poésie) 1895)
  • Jeux rustiques et divins (poésie) (1897)
  • La canne de jaspe (1897)
  • Le trèfle blanc (1899)
  • La double maîtresse (1900). Réédité aux Aux Editions Arc-en-Ciel en 1945, illustré par Raoul Serres.
  • Les médailles d'argile (poésie) (1900)
  • Les amants singuliers (1901)
  • Figures et caractères (1901)
  • Le bon plaisir (1902)
  • Les vacances d'un jeune homme sage (1903)
  • Le mariage de minuit (1903)
  • Les rencontres de M. de Bréot (1904)
  • Le passé vivant (1905)
  • La sandale ailée, 1903-1905 (poésie) (1906)
  • L'amour et le plaisir (1906)
  • Esquisses vénitiennes (1906)
  • Sujets et paysages (1906)
  • La peur de l'amour (1907)
  • Couleur du temps (1909)
  • La Flambée (1909)
  • Le miroir des heures (poésie) (1910)
  • La cité des eaux (poésie) (1912)
  • Contes de France et d'Italie (1912)
  • L'amphisbène (1912)
  • Portraits et souvenirs (1913)
  • Le plateau de laque (1913)
  • Romaine Mirmault (1914)
  • L'illusion héroïque de Tito Bassi (1916)
  • 1914-1916, poésies (1918)
  • Histoires incertaines (1919)
  • La pécheresse, histoire d'amour (1920)
  • Vestigia flammae (poésie) (1921)
  • Les bonheurs perdus (1924)
  • Le divertissement provincial. L'entrevue. Proses datées. Baudelaire et les Fleurs du mal (1925)
  • Contes pour chacun de nous (1926)
  • L'escapade (1926)
  • Monsieur d'Armercœur (1927)
  • Le pavillon fermé (1927)
  • Contes vénitiens (1927)
  • L'Altana ou la vie vénitienne (1899-1924), 2 vol. (1928)
  • Flamma tenax, 1922-1928, poèmes (1928)
  • Lui, ou les femmes et l'amour (1928)
  • Le voyage d'amour ou l'initiation vénitienne (1930)
  • Nos rencontres. Escales en Méditerranée (1930)
  • Choix de poèmes (1931)
  • Airs pour l'écho (poésie) (1933)
  • Lettres diverses et curieuses, écrites par plusieurs à l'un d'entre eux (1933)
  • De mon temps (1933)
  • Le paradis retrouvé, contes choisis (posthume) (1937)

Liens externes


Précédé par
Eugène-Melchior de Vogüé
Fauteuil 39 de l’Académie française
1911-1936
Suivi par
Jacques de Lacretelle
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la poésie Portail de la poésie
Ce document provient de « Henri de R%C3%A9gnier ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Henri De Régnier de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Henri de Regnier — Henri de Régnier Henri de Régnier Henri François Joseph de Régnier, né à Honfleur (Calvados) le 28 décembre 1864 et mort le 23 mai 1936, est un écrivain, romancier et poète français proche du symbolisme …   Wikipédia en Français

  • Henri de régnier — Henri François Joseph de Régnier, né à Honfleur (Calvados) le 28 décembre 1864 et mort le 23 mai 1936, est un écrivain, romancier et poète français proche du symbolisme …   Wikipédia en Français

  • Henri de Régnier — Henri François Joseph de Régnier, Pseudonym Hugues Vignix (* 28. Dezember 1864 in Honfleur, Département Calvados; † 23. Mai 1936 in Paris) war ein französischer Schriftsteller. Seine Lyrik ist der Antike, der Natur und melancholischen Stimmungen… …   Deutsch Wikipedia

  • Henri de Régnier — Henri François Joseph de Régnier (December 28, 1864 May 23, 1936) was a French symbolist poet considered one of the foremost of France during the early 20th century. He was born at Honfleur (Calvados) on the 28th of December 1864, and was… …   Wikipedia

  • Henri de Régnier — Pour les articles homonymes, voir Régnier. Henri François Joseph de Régnier, né à Honfleur (Calvados) le 28 décembre 1864 et mort à Paris le 23 mai 1936, est un écrivain, romancier et poète français, proche du symbolisme.… …   Wikipédia en Français

  • Prix Henri de Regnier — Prix Henri de Régnier Le Prix Henri de Régnier de l Académie française est un prix annuel de soutien à la création littéraire créé en 1994 par regroupement des prix des fondations Aubry Vitet, Bonardi, Pierre de Régnier, Xavier Marnier, Monbinne …   Wikipédia en Français

  • Prix henri de régnier — Le Prix Henri de Régnier de l Académie française est un prix annuel de soutien à la création littéraire créé en 1994 par regroupement des prix des fondations Aubry Vitet, Bonardi, Pierre de Régnier, Xavier Marnier, Monbinne, Pierre Villey et de… …   Wikipédia en Français

  • Prix Henri de Régnier — Le Prix Henri de Régnier de l Académie française est un prix annuel de soutien à la création littéraire créé en 1994 par regroupement des prix des fondations Aubry Vitet, Bonardi, Pierre de Régnier, Xavier Marnier, Monbinne, Pierre Villey et de… …   Wikipédia en Français

  • Régnier, Henri de — ▪ French poet born Dec. 28, 1864, Honfleur, Fr. died May 23, 1936, Paris  foremost French poet of the first decade of the 20th century.       Born of an old Norman family, Régnier began to prepare for a career as a diplomat, but while studying… …   Universalium

  • Henri F. De Régnier — Amor El amor es eterno en tanto dura …   Diccionario de citas

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”