Henri Queuille


Henri Queuille
Henri Queuille
Neuvic Henri Queuille.JPG
La statue présente sur la place Henri Queuille, à Neuvic.

Mandats
127e, 129e et 131e président du
Conseil des ministres français

(132e, 134e et 136e chef du gouvernement)
10 mars 195110 juillet 1951
Président Vincent Auriol
Gouvernement Queuille 3
Législature Ire législature
Prédécesseur René Pleven
Successeur René Pleven
2 juillet 19504 juillet 1950
Président Vincent Auriol
Gouvernement Queuille 2
Législature Ire législature
Prédécesseur Georges Bidault
Successeur René Pleven
11 septembre 19485 octobre 1949
Président Vincent Auriol
Gouvernement Queuille 1
Législature Ire législature
Prédécesseur Robert Schuman
Successeur Georges Bidault
Ministre de l'Intérieur
7 février 195011 août 1951
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Georges Bidault
Henri Queuille
René Pleven
Gouvernement Bidault, Queuille 2 et Pleven 1
Prédécesseur Jules Moch
Successeur Charles Brune
Ministre des Finances
11 septembre 194812 janvier 1949
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Henri Queille
Gouvernement Queuille 1
Prédécesseur Christian Pineau
Successeur Maurice Petsche
Député de la Corrèze
19141935
1946 - 1958
Sénateur de la Corrèze
19351941
Biographie
Nom de naissance Henri Queuille
Date de naissance 31 mars 1884
Lieu de naissance France Neuvic (France)
Date de décès 15 juin 1970 (à 86 ans)
Nationalité français
Parti politique radical-socialiste
Chefs du gouvernement français

Henri Queuille est un homme politique français, né le 31 mars 1884 à Neuvic (Corrèze) et mort le 15 juin 1970. Plusieurs fois ministre sous la Troisième République, notamment à l'agriculture, il fut trois fois président du Conseil sous la Quatrième République.

Sommaire

Biographie

Il étudie d'abord au lycée de Tulle puis fait ses études de médecine à Paris et s'installe comme généraliste à Neuvic en 1908. Il est élu Maire de Neuvic en 1912, Conseiller général du canton de Neuvic en 1913 et député de la circonscription d'Ussel (Corrèze) en 1914. Dès le début de la Première Guerre mondiale, il est affecté comme médecin aide-major à l'hôpital de Baccarat. En septembre 1916, lui est décerné la Croix de guerre, seule décoration qu'il portera. Il participe aux batailles de Verdun et à l'offensive dans la Somme.

Avant la Seconde guerre mondiale, ses mandats électifs sont : député radical-socialiste de la Corrèze de 1914 à 1935, puis sénateur de 1935 à 1940. Aux élections législatives qui donnent en 1936 la victoire au Front populaire, il refuse de se présenter. Les élections donnent alors Marius Vazeilles, membre du Parti communiste, gagnant dans la circonscription d'Ussel.

Henri Queuille est nommé secrétaire d'État ou ministre à plusieurs reprises : Agriculture en 1924-25, 1926-28, 1930, 1932-34, 1938-40, Santé publique (1930-31, 1934-35), PTT (1932), Travaux publics (1937-38). Au titre de cette dernière fonction, il met en œuvre et applique la nationalisation des chemins de fer amorcée antérieurement. La création sans heurt de la SNCF, dans des délais très courts, à l'issue de négociations délicates avec les compagnies, vaut à Queuille l'hommage public du Président du Conseil, Camille Chautemps, et les félicitations de Léon Blum. Il est Président de la Fédération Nationale de la Mutualité et de la Coopération Agricole de 1935 à 1959.

L'inamovible ministre de l'Agriculture durant l'Entre-Deux-Guerres, "n'en fut pas moins pris dans la tourmente, en 1933, de l’un des plus gros scandales politico - financiers de l’époque : « l’affaire Stavisky. »[1]

Ministre du Ravitaillement en 1940, dans le cabinet Paul Reynaud, il participe comme sénateur au congrès de Vichy le 10 juillet 1940. Il refuse alors l'octroi des pleins pouvoirs à Pétain par une abstention volontaire. Il se retire alors à Neuvic où il fonde une entreprise de charbon de bois destinée à alimenter les gazogènes.

Le 16 juillet 1941, il est révoqué de sa fonction de maire de Neuvic par Vichy. Lors d'une visite à Neuvic, Hettier de Boislambert l'informe que le général de Gaulle attache une grande importance à son ralliement. Après l'échec d'une première tentative d'exfiltration, il réussit, en avril 1943 à gagner Londres à bord d'un avion Lysander de la RAF. Quelques jours après son arrivée, il lance à la BBC un appel à la Résistance destiné aux paysans de France.

En novembre 1943, Henri Queuille est nommé commissaire d'État du Comité de Libération nationale. Il en assume également la vice-présidence. En juin 1944, il devient ministre d'État du premier gouvernement provisoire de la République et, à ce titre, assure l'intérim de la présidence pendant les absences du général de Gaulle.

Favorable au rétablissement des institutions républicaines, Henri Queuille se consacre, dans les mois qui suivent la Libération, au relèvement et à la réorganisation du Parti radical, durement éprouvé par la guerre et l'occupation.

Il retrouve son siège au Palais Bourbon de 1948 à 1956. Il est ministre d'État en 1948 (cabinet Marie) et en 1951-52 (cabinet Pleven), ministre des Travaux publics en 1948 (cabinet Schuman), ministre de l'Intérieur en 1950-51 (cabinet Pleven puis dans son propre gouvernement), vice-président du Conseil en 1949-50 (cabinet Bidault) et en 1952-54 (cabinets Pinay, Mayer, Laniel).

Il a exercé les fonctions de président du Conseil des ministres à trois reprises :

Alors qu'il est chef du gouvernement, la France signe le Pacte atlantique. Comme ministre de l'Intérieur, il fit voter la loi des apparentements destinée à freiner l'essor du R.P.F. et à réduire l'influence des communistes. Il avait acquis la réputation d'un sage en politique. Il fut aussi ministre du tourisme (voir la liste).

Ce sont des problèmes de santé qui ont pratiquement mis fin à sa carrière ministérielle au milieu des années 1950 ; mieux portant, il aurait facilement succédé à Vincent Auriol à la présidence de la République. En décembre 1953, alors qu'à Versailles l'élection du nouveau chef de l'État s'éternisait, beaucoup espéraient qu'il finirait par se présenter pour sortir l'Assemblée de l'impasse. Plus sage que les autres, il préféra s'abstenir et vécut encore plus de seize ans.

En 1956, en désaccord avec Pierre Mendès France, il quitte le Parti radical-socialiste et fonde, avec l'aile droite de ce dernier, le Centre républicain, dirigé par le maire de Nantes, André Morice.

Postérité

En raison de sa longue carrière politique, en particulier sous la IVe République, et des citations lapidaires qu'il a pu faire sur l'exercice du pouvoir, Henri Queuille (« le petit père Queuille », comme on le surnommait) a fini par devenir le symbole de l'inefficacité et du discrédit de la IVe République, empêtrée dans le régime des partis et, plus généralement, d'une certaine conception de la politique placée sous le sceau de l'impuissance fataliste et cynique.

Malgré les jugements politiques qui deviennent des vérités, il reste de Queuille : la SNCF, la première tentative d'homologation des pesticides, un soutien permanent à la mécanisation agricole et à l'électrification rurale, la création de ce qui deviendra la cinémathèque du ministère de l'Agriculture, la création de la caisse nationale de Crédit agricole, la création du génie rural, le grand développement de l'industrie du froid, le reboisement, l'essor du tourisme en Corrèze et, en hommage à la présidence de la Société nationale d'horticulture de France, une variété de roses (obtention Gaujard, 1952) qui se nomme Président Henri Queuille.

Il faut ajouter qu'il n'était nullement impopulaire auprès de l'opinion ; quand, avant l'élection présidentielle de 1953, l'Almanach du Combattant organisa un sondage auprès de ses lecteurs pour savoir quel homme politique ils souhaitaient voir à l'Élysée, Queuille arriva très largement en tête. Évidemment, beaucoup d'anciens combattants souhaitaient que fût élu un des leurs.

Henri Queuille présente la particularité d'avoir été le parrain en politique de deux hommes que l'histoire opposera à maintes reprises : en 1946 il conseille à François Mitterrand de se présenter dans la Nièvre et en 1965 il propose à Jacques Chirac de lui succéder deux ans plus tard dans sa circonscription de Corrèze.

Colloques scientifiques

  • "Henri Queuille et la Corrèze", Tulle le 18/06/1984, organisé par les Amitiés Henri-Queuille et par la Société d'histoire du radicalisme(Actes publiés, Limoges 1986)
  • "Henri Queuille et la République", Paris, 1984, sous la direction de Pierre Delivet et de Gilles Le Béguec. Journée organisée par les Amitiés Henri Queuille (Actes publiés à Limoges en 1987 et préfacés par le Président François Mitterrand)
  • "Henri Queuille, le radicalisme et le monde rural", journée organisée par la société des Lettres de la Corrèze, le Conseil général et le Musée départemental de la Résistance de Neuvic et qui se déroulera le 9 octobre 2010 à Tulle (Hôtel Marbot)

Fonctions gouvernementales

Citations

(Queuille est dans l'art de l'aphorisme en politique, le père spirituel d'Edgar Faure.)

  • « Il n'est aucun problème assez urgent en politique qu'une absence de décision ne puisse résoudre. »

Deux moutures de la même :

  • « Il n'est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout. »
  • « La politique n'est pas l'art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent. »

Repris par Charles Pasqua (discours de 1988), et Jacques Chirac (Le Monde - 22 Février 1988) :

  • « Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent. »

Notes et références

  1. Gilbert Beaubatie, Henri Queuille et l'affaire Stavisky, revue Arkheia, Montauban, 2008.

Bibliographie

  • Francis de Tarr, Henri Queuille en son temps (1884-1970) : biographie, éditions de La Table Ronde, 1995.

Chronologies

Précédé par Henri Queuille Suivi par
Robert Schuman
Président du Conseil
11 septembre 1948 - 5 octobre 1949
Georges Bidault
Georges Bidault
Président du Conseil
2 juillet 1950 - 4 juillet 1950
René Pleven
René Pleven
Président du Conseil
10 mars 1951 - 10 juillet 1951
René Pleven
Jules Moch
Ministre de l'Intérieur
7 février 1950 - 11 août 1951
Charles Brune
Christian Pineau
Ministre des Finances
Maurice Petsche

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Henri Queuille de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Henri Queuille — (* 31. März 1884 in Neuvic d Ussel (Corrèze); † am 15. Juni 1970 in Paris) war ein französischer Politiker der Radikalen Partei. Inhaltsverzeichnis 1 Biographie 2 Bedeutung 3 …   Deutsch Wikipedia

  • Henri Queuille — Infobox Prime Minister name=Henri Queuille order =Prime Minister of France term start =10 March 1951 term end =11 August 1951 predecessor =René Pleven successor =René Pleven term start2 =2 July 1950 term end2 =12 July 1950 predecessor2 =Georges… …   Wikipedia

  • Gouvernement henri queuille (1) — Régime Quatrième République Président du Conseil Henri Queuille Début 11 septembre 1948 …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement henri queuille (2) — Régime Quatrième République Président du Conseil Henri Queuille Début 2 juillet 1950 …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement henri queuille (3) — Régime Quatrième République Président du Conseil Henri Queuille Début 10 mars 1951 …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Henri Queuille (1) — Régime Quatrième République Président du Conseil Henri Queuille Début 11 septembre 1948 Fin 5 octobre 1949 Durée …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Henri Queuille (2) — Régime Quatrième République Président du Conseil Henri Queuille Début 2 juillet 1950 Fin 4 juillet 1950 Durée …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Henri Queuille (3) — Régime Quatrième République Président du Conseil Henri Queuille Début 10 mars 1951 Fin 10 juillet 1951 Durée …   Wikipédia en Français

  • Gouvernements Henri Queuille — Gouvernement Henri Queuille  Cette page d’homonymie répertorie les différents gouvernements portant le même nom. Gouvernement Henri Queuille (1), du 11 septembre 1948 au 5 octobre 1949 ; Gouvernement Henri Queuille (2), du 2 juillet… …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Henri Queuille —  Cette page d’homonymie répertorie différents gouvernements partageant un même nom. Gouvernement Henri Queuille (1), du 11 septembre 1948 au 5 octobre 1949 ; Gouvernement Henri Queuille (2), du 2 juillet 1950 au 4 juillet 1950 ;… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.