Massacre du bois du Thouraud


Massacre du bois du Thouraud
Vue globale du monument du bois du Thouraud.
Reconstitution de la sape ayant servi de refuge aux maquisards.
Détail centre monument.JPG

Le massacre du bois du Thouraud s'est situé à Maisonnisses, commune du département de la Creuse et de la région Limousin.

Sept jeunes maquisards seront tués, sept autres seront déportés dans les camps de la mort ainsi que deux paysans creusois qui aidaient le camp. Parmi ces neuf prisonniers, seul trois rescapés reviendront des camps.

Sommaire

Contexte

Pierre Laval instaure le 16  février 1943 le Service du travail obligatoire (STO). Le recrutement se fait désormais par classes d'âge entières. Les jeunes gens nés entre 1920 et 1922, c'est-à-dire ceux des classes 20, 21 et 22 sont obligés de travailler en Allemagne (ou en France) à titre de substitut de service militaire. Le STO provoqua le départ dans la clandestinité de près de 200 000 réfractaires, dont environ un quart gagnèrent les maquis en pleine formation. Le STO accentua la rupture de l'opinion avec le régime de Vichy, et constitua un apport considérable pour la Résistance.

Histoire

À partir du début de l'été 1943, un groupe de maquisards s'installe dans le bois du Thouraud. Il est composé de seize réfractaires au Service du travail obligatoire placés sous l’autorité du colonel Leduc. Ces jeunes ont l'appui d'une partie de la population, notamment pour leur fournir de la nourriture. Ils mènent quelques opérations de guérilla contre des collaborateurs. À la suite de la destruction d'une batteuse, une plainte est déposée contre eux auprès des services allemands, qui mènent alors une enquête. Ils envoient dans la région deux jeunes miliciens qui se font passer pour des réfractaires au STO et qui rentrent en contact avec le groupe de maquisards, le 24 aout 1943, par l'intermédiaire de deux paysans qui lui sert de ravitaillement. Ces deux jeunes hommes annoncent qu'ils vont revenir avec des armes.

Le 7 septembre, à l'aube, ils sont bien de retour mais avec une centaine de membres de la Gestapo et de soldats de la Wehrmacht. Ils arrêtent chez eux les deux paysans accusés de porter assistance au camp : Vincent André, 35 ans, et Julien Henry, 38 ans. Ils encerclent ensuite la sape qui sert d'abri aux seize jeunes dont seulement treize sont présents. Se voyant pris au piège, certains tentent de s'échapper, mais ils sont immédiatement fauchés par le feu des mitraillettes. Sept d'entre eux vont tomber : Gabriel Brunet, 23 ans, Georges Cavarnier, 23 ans, John Allan Colomb, 21 ans, Robert Janvier, 18 ans, Jean-Pierre Maitre Allain, 21 ans, Jacques Nouhaud, 19 ans et Bernard Verbeke, 22 ans. Leurs corps seront rassemblés sur le toit du refuge avant que les allemands ne le fasse sauter.

Trois jeunes étaient en permission ce jour là et échappèrent au massacre: François Petit, Jean Saint Marcou et Georges Vergnaud.

La déportation

Les six survivants sont fait prisonniers. Ils s'agit de Marcel Dubreuil, Marcel Guisard, Robert Van Den Eden, 21 ans, Henri Pollet, Emile Aureix, 24 ans, et Roger Riche.

Ils sont transférés, avec les deux paysans faits prisonniers plus tôt, dans la prison de Limoges le 7 septembre 1943 et interrogés par la Gestapo. Puis ils sont transférés vers la prison de Fresnes le 5 novembre 1943, ils y resteront jusqu'au 9 avril 1944. Le 15 avril 1944, ils sont regroupés à Compiègne. Le 27 avril 1944, c'est le départ vers l’Allemagne. Le 30 avril, ils arrivent à Auschwitz.

Seuls Marcel Guisard, Marcel Dubreuil et Roger Riche[1] reviendront des camps de la mort[2].

Mémoire

À l'entrée du bois sur la commune de Peyrabout, une stèle rappelant la tragédie a été érigée. Le monument, réalisé grâce à une souscription publique en 1947, se trouve à l'intérieur du bois à l'endroit où se tenait le camp des maquisards. En 2007, le Conseil général de la Creuse a acheté les terrains permettant la mise en valeur du site.

Pour approfondir

Articles connexes

  • Albert Fossey alias François était en 1943 le chef départemental adjoint des Mouvements unis de la Résistance (MUR) de la Creuse, puis le chef départemental des maquis de l'Armée secrète de la Creuse. En 1944, il devient chef départemental des FFI de la Creuse avec le grade de lieutenant-colonel. Le 7 juin 1944 il dirige la première libération de Guéret, puis les allemands reprennent la ville le 9 juin. Après une guérilla dans l'ensemble du département, Guéret est de nouveau libérée le 25 août 1944 par les maquisards du commandant François[3].
  • Roger Cerclier reçue la reddition de la garnison allemande de Guéret. Président du Comité départemental de Libération, il exerça ses fonctions avec sang froid et modération.

Source

Notes et références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Massacre du bois du Thouraud de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Monument du bois du Thouraud — Massacre du bois du Thouraud Vue globale du monument du bois du Thouraud …   Wikipédia en Français

  • Massacre d'Oradour-sur-Glane — Le massacre d’Oradour sur Glane désigne la destruction, le 10 juin 1944, de ce village de la Haute Vienne, situé à environ vingt kilomètres au nord ouest de Limoges, et le massacre de sa population (642 victimes), par un détachement du… …   Wikipédia en Français

  • Massacre de Tulle — Le massacre de Tulle désigne les crimes commis dans la ville de Tulle par la 2e division SS Das Reich le 9 juin 1944, 72 heures après le débarquement en Normandie. Après une offensive des FTP, les 7 et 8 juin 1944, au cours de laquelle les… …   Wikipédia en Français

  • Massacre de Combeauvert — Le massacre de Combeauvert s est situé le 9 juin 1944 à Janaillat, commune du département de la Creuse et de la région Limousin. Sommaire 1 Contexte historique 1.1 La division Das Reich 1.2 La répression alleman …   Wikipédia en Français

  • Libération de Guéret — Libération(s) de Guéret Tapisserie d Aubusson figurant la libération de Guéret le 7 juin 1944 Informations générales Date 7 juin …   Wikipédia en Français

  • Albert Fossey-François — Pour les articles homonymes, voir Fossey. Albert Fossey (alias François) Naissance 23 septembre 1909 Juaye Mondaye, France Décès 15 septembre 1958 (à 49 ans) Villenave d Ornon(Gironde) …   Wikipédia en Français

  • Maquis Du Limousin — Cet article fait partie de la série sur la 2de guerre mondiale en Limousin Les tragédies …   Wikipédia en Français

  • Maquis Limousin — Maquis du Limousin Cet article fait partie de la série sur la 2de guerre mondiale en Limousin Les tragédies …   Wikipédia en Français

  • Maquis du Limousin — Le maquis du Limousin était l un des plus grands et actifs maquis résistant de France pendant la Seconde Guerre mondiale. « Le maquis rouge en France. Suite à de récents actes de sabotage, une ins …   Wikipédia en Français

  • Maquis du limousin — Cet article fait partie de la série sur la 2de guerre mondiale en Limousin Les tragédies …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.