Jules Moch


Jules Moch
Jules Moch
Jules Moch (à droite) avec Levi Eshkol en Israël

Parlementaire français
Date de naissance 15 mars 1893
Date de décès 1er août 1985
Mandat Député 1928-1936
puis 1937-1940
puis 1945-1958
puis 1962-1967
Début du mandat 1928
Circonscription Drôme
puis Hérault
Groupe parlementaire SFIO
IIIe République-IVe république-Ve république

Jules Moch (prononcer ʒyl mɔk) est un homme politique français, né le 15 mars 1893 à Paris et décédé le 1er août 1985 à Cabris (Alpes-Maritimes). Il est le fils de Gaston Moch.

Sommaire

Biographie

Député de la Drôme (1932)

Polytechnicien (Promotion X 1912) et ingénieur de la Marine, il adhère à la SFIO en octobre 1924 et est élu député dès 1928, d'abord de la Drôme jusqu'en 1936, puis, lors d'une partielle, en 1937, de l'Hérault. Il s'impose comme un des meilleurs techniciens du Parti socialiste. Esprit anticonformiste, il n'hésite pas à écrire qu'une bonne partie de la doctrine marxiste est dépassée.

Secrétaire général du gouvernement dans le premier cabinet Blum, puis sous-secrétaire d'État à la présidence du Conseil (1937), il est ministre des Travaux publics et des Transports dans le second cabinet Blum (mars-avril 1938). Il organise l'aide aux républicains espagnols (ventes d'armes fictives vers d'autres pays, qui se retrouvent en Espagne). En octobre 1938, il s'oppose aux Accords de Munich, et ne les vote à la Chambre des députés que par discipline de parti. D'origine juive, il est ensuite, avec Léon Blum, un des animateurs de la tendance de la S.F.I.O. prônant la résistance à Hitler.

Le 10 juillet 1940, il fait partie des quatre-vingts parlementaires à voter contre les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Il est pour cette raison surveillé par Vichy, qui le fait même arrêter le 25 septembre 1940. Il est incarcéré à Pellevoisin (Indre), en compagnie de Vincent Auriol et de Marx Dormoy, puis transféré à Aubenas et à Vals.

Au début de 1941, il est libéré. Il entre alors dans la Résistance et crée le mouvement 1793, qui se livre à des sabotages dans l'Aude et l'Ardèche. Il rejoint de Gaulle en 1942. Peu enthousiasmé par le général, il préfère s'engager dans les forces navales de la France libre (1943). Lieutenant de vaisseau, il participe au débarquement en Provence, en août 1944.

Il est membre de l'Assemblée consultative à Alger et Paris (1944), puis des deux Assemblées nationales constituantes (1945-46) puis de l'Assemblée nationale (1946-1958 et 1962-67). À huit reprises, il est ministre pendant la IVe République : Travaux publics et transports (1945-47), Intérieur (1947-50), Défense (1950-51). Jules Moch est vice-président du conseil de 1949 à 1950.

Son dernier poste ministériel est l'Intérieur dans le gouvernement Pierre Pflimlin en mai 1958 : après le putsch d'Alger, il revient pour tenter de sauver la République, mais il constate que le noyautage de l'administration policière par les gaullistes et leurs alliés nationalistes gêne de manière rédhibitoire ses initiatives ; en effet, les CRS qu'il a envoyés échouent à reprendre la Corse aux putschistes.

Comme ministre des Transports, il contribue à la reconstruction des chemins de fer, des ports, des routes et de l'aviation. En tant que ministre de l'Intérieur en 1947, il est confronté aux grèves organisées par la CGT en novembre 1947 et il montre une grande fermeté. Le 9 octobre 1948, Henri Queuille, Président du conseil (de tendance radicale) depuis le 11 septembre 1948 - il forme le cinquième cabinet de la Troisième Force depuis l'éviction des ministres communistes en mars 1947 et la fin du tripartisme -, dénonce le “ caractère insurrectionnel ” des grèves en cours dans les mines. Ces grèves violentes, qui prirent des allures révolutionnaires notamment dans les charbonnages du Nord, furent déclenchées en octobre par la CGT en raison d'un retard des salaires sur les prix de plus de 30 %, l'inflation étant alors un mal chronique malgré l'aide américaine.

Elles furent sévèrement contrées par le ministre de l'Intérieur Jules Moch, qui mobilisa 60 000 CRS et soldats contre les 15 000 grévistes retranchés dans les puits, et imposa la reprise du travail fin novembre. À la faveur de la lassitude des travailleurs et des divisions des syndicats, la répression fut sévère, avec plus de 3 000 licenciements, six morts et de nombreux blessés[1]. Les communistes l'injurient avec une extrême violence. Le 10 mars 2011, la cour d’appel de Versailles a reconnu l’illégalité des licenciements de 17 mineurs pour fait de grève. Ils ont obtenu 30 000 euros d’indemnisation pour chacun[2],[3].

En outre, Jules Moch crée les inspecteurs généraux de l'administration en mission extraordinaire (Igames), les premiers préfets régionaux. Au ministère de la Défense, il contribue à la modernisation de l'armée, met sur pied la participation française à la guerre de Corée et contribue à la mise en œuvre de l'OTAN. Alors qu'il est rapporteur de la Commission des affaires étrangères, il s'oppose cependant à la Communauté européenne de défense, ce qui lui vaut d'être exclu de la SFIO le 31 août 1954.

Il combat à la fois les gaullistes (RPF) et les communistes (PCF) et est un des leaders de la Troisième force. Délégué de la France à la Commission du désarmement de l'ONU de 1951 à 1960.

Battu aux élections législatives de 1958, il redevient député en 1962 grâce au retrait du candidat communiste Raoul Calas (député de l'Hérault de 1946 à 1951 et de 1956 à 1958) arrivé en tête[4] au premier tour du scrutin[5]. En 1967, il ne se représente pas et se retire de la vie politique. Il se consacre notamment à ses livres, à des conférences internationales scientifiques et au projet de pont sur la Manche, plus coûteux mais plus rentable qu'un tunnel. Très marqué par son expérience ministérielle pendant la guerre froide, affecté par la mort de sa femme, il manifeste son opposition à l'Union de la Gauche, et démissionne du Parti socialiste le 1er janvier 1975.

Récapitulatif de ses fonctions

Fonctions gouvernementales

Députation

  • Député (SFIO) de la Drôme (1928-1936)
  • Député (SFIO) de l'Hérault (1937-1941, 1945-1958, 1962-1967)

Bibliographie

Ouvrages de Jules Moch

  • Socialisme et rationalisation, L'Eglantine, Bruxelles, 1927
  • L'Espagne républicaine : l'œuvre d'une révolution, éd. Rieder, 1933 (avec Germaine Picard-Moch)
  • Arguments socialistes, éd. de la Liberté, 1945
  • Le Communisme et la France, Société parisienne d'imprimerie, 1948
  • Confrontations (Doctrines - Déviations - Expériences - Espérances), éd. Gallimard, 1952 ; nouv. éd., Socialisme à l'ère atomique. Nouvelles confrontations, éd. Plon, 1974
  • Yougoslavie, terre d'expérience, éd. du Rocher, Monaco, 1953
  • Alerte, le problème crucial de la Communauté Européenne de défense, éd. Robert Laffont, 1954
  • La Folie des hommes (au sujet de la bombe atomique), éd. Robert Laffont, 1955
  • URSS, les yeux ouverts, éd. Robert Laffont, 1956
  • Washington D. Smith, banquier de Wall Street, éd. Robert Laffont, 1957
  • En retard d'une paix, éd. Robert Laffont, 1958
  • Socialisme vivant. Dix lettres à un jeune, éd. Robert Laffont, 1960
  • En 1961, paix en Algérie, éd. Robert Laffont, 1961
  • Le Pont sur la Manche, éd. Robert Laffont, 1962
  • Non à la force de frappe, éd. Robert Laffont, 1963
  • Histoire du réarmement allemand depuis 1950, éd. Robert Laffont, 1965
  • Rencontres avec Darlan et Eisenhower, éd. Plon, 1968
  • Destin de la paix, Le Mercure de France, 1969
  • Rencontres avec Léon Blum, éd. Plon, 1970
  • Le Front Populaire, grande espérance, éd. Perrin, 1971
  • Rencontres avec Charles de Gaulle, éd. Plon, 1971
  • Une si longue vie, éd. Robert Laffont, 1976
  • Le communisme, jamais !, éd. Plon 1977

Ouvrages sur Jules Moch

  • Fabienne Chabod, Jules Moch, un socialiste de gouvernement. 1945-1951, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1986
  • Claude Bagheriche Jules Moch et les communistes. 1947-1948, mémoire de maîtrise, Paris-XII, 1988
  • Béatrice Grand, Jules Moch, un polytechnicien socialiste. 1893-1985, mémoire de DEA, Paris-XII, 1992
  • Éric Méchoulan Jules Moch un socialiste dérangeant, Bruxelles, éd. Bruylant, et Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 2000.

Notes et références

  1. [PDF] La grève des mineurs de 1948, site CGT
  2. http://humanite.fr/21_03_2011-gr%C3%A8ve-de-1948-charbons-gagnants-467925
  3. Justice pour les mineurs grévistes de 1948, 2 avril 2011
  4. Notes sur le second tour des élections législatives de novembre 1962, in Revue française de science politique, année 1963, numéro 2, p. 320 [1]
  5. Dans l'interview qu'il accorde au quotidien communiste La Marseillaise entre les deux tours de scrutin (édition du 22 novembre 1962), Jules Moch déclare notamment : Si je veux remercier Calas et ses amis pour leur geste politique, ce ne sont pas ses conséquences locales immédiates qui doivent retenir notre attention. Peu importe ce qui se passe dans une circonscription : ce qui compte, c'est l'évolution sur le plan national. Or en de multiples coins du pays des ententes de formes d'ailleurs diverses se nouent qui ont toutes un trait commun : il s'agit de faire échec au plus grand nombre possible de candidats de l'U.N.R." (Cahiers du communisme, décembre 1962, p. 48)

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :

Précédé par Jules Moch Suivi par
Édouard Depreux
Maurice Faure
Ministre de l'Intérieur
Henri Queuille
Émile Pelletier
Robert Schuman
Ministre des Finances
René Mayer

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jules Moch de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jules Moch — Jules Salvador Moch (born in Paris on March 15, 1893 died on August 1, 1985 in Cabris of Alpes Maritimes) was a French politician.BiographyBorn in a renown French Jewish Military Family, The Son of Capt. Gaston Moch and Grandson of Col. Jules… …   Wikipedia

  • Jules Moch — (derecha) junto a Levi Eshkol. Jules Moch (Paris, 1893 – Cabris, Alpes Marítimos, 1985) fue un político francés, miembro de la SFIO. Hijo de oficial de artillería, después de estudiar ingeniería naval, se afilió al Partido Socialista francés… …   Wikipedia Español

  • Jules Moch (French Army officer) — Jules Moch (Born at Sarrelouis August 14, 1829 Died in Paris August 8, 1881) was a French officer. He was a colonel of the 130th. Regiment of Infantry. On the completion of his classical studies at the lycée of Metz, he then entered the military… …   Wikipedia

  • Col. Jules Moch — (Born at Sarrelouis Aug 14, 1829 Died in Paris Aug 8, 1881. French officer. He was a colonel of the 130th. Regiment of Infantry.On the completion of his classical studies at the lycee of Metz, he then entered the military school of Saint Cyr in… …   Wikipedia

  • MOCH (J.) — Jules MOCH 1893 1985 Homme de caractère et de courage, aux opinions tranchées, ne craignant pas de heurter ses amis pour défendre ses convictions, Jules Moch apparaît comme une grande figure du socialisme français du XXe siècle, auquel il… …   Encyclopédie Universelle

  • Moch — ist der Familienname folgender Personen: Gaston Moch (1859–1935), französischer Pazifist und Anhänger der Esperantobewegung Jules Moch (1893−1985), französischer Politiker und Sohn von Gaston Moch Robert Moch (1914–2005), US amerikanischer… …   Deutsch Wikipedia

  • Jules humbert-droz — Pour les articles homonymes, voir Humbert Droz. Jules Humbert Droz était un pasteur, journaliste, militant du mouvement communiste suisse et international, puis du Parti socialiste suisse, né et mort à La Chaux de Fonds (23 septembre 1891 16… …   Wikipédia en Français

  • Jules Humbert-Droz — fue un sacerdote protestante y periodista militante del Partido Comunista Suizo, nacido y fallecido en La Chaux de Fonds (23 de septiembre de 1891 16 de octubre de 1971). Nació en el seno de una familia obrera, nieto de un militante de la Primera …   Wikipedia Español

  • moch —   Pour moche, qu on trouve dans le passage de Féerie, mais aussi pour Jules Moch, homme politique français. Si l on prend en compte la seconde possibilité, Céline continue de jouer la carte de l ambiguïté : Moch est en effet connu pour ses faits… …   Dictionnaire Céline

  • Jules Humbert-Droz — Pour les articles homonymes, voir Humbert Droz. Jules Humbert Droz était un pasteur, journaliste, militant du parti communiste suisse et international, puis du Parti socialiste suisse, né et mort à La Chaux de Fonds (23 septembre 1891 16 octobre… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.