Guillaume le Conquérant

Guillaume le Conquérant
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume Ier et Guillaume de Normandie.
Guillaume le Conquérant
William1.jpg
Détail de Guillaume le Conquérant, Tapisserie de Bayeux.

Titre
Roi d'Angleterre
14 octobre 10669 septembre 1087
&&&&&&&&&&&0763520 ans, 10 mois et 25 jours
Couronnement 25 décembre 1066 en l'Abbaye de Westminster
Prédécesseur Harold II
Successeur Guillaume II
Duc de Normandie
10359 septembre 1087
Prédécesseur Robert le Magnifique
Successeur Robert II
Biographie
Dynastie Normands
Date de naissance v.1027
Lieu de naissance Falaise (Normandie)
Date de décès 9 septembre 1087
Lieu de décès Rouen (Normandie)
Père Robert le Magnifique
Mère Herleva
Conjoint Mathilde de Flandre
Enfants Robert Courteheuse
Guillaume le Roux
Adèle d'Angleterre
Henri Beauclerc
Héritier Robert Courteheuse
(1087)

Arms of William the Conqueror (1066-1087).svg
Monarques de Grande-Bretagne

Guillaume le Conquérant, dit également Guillaume le Bâtard, Guillaume II de Normandie et enfin Guillaume Ier d’Angleterre, né à Falaise vers 1027[1] et mort à Rouen le 9 septembre 1087, est duc de Normandie de 1035 à sa mort et roi d'Angleterre de 1066 à sa mort.

Fils illégitime de Robert le Magnifique et d’Arlette (ou « Herleva »), une « frilla » (épouse à la manière danoise), Guillaume devient duc de Normandie dès l’âge de huit ans suite au décès de son père. Après une période de forte instabilité, il parvient à reprendre la domination du duché à partir de la bataille du Val-ès-Dunes, en 1047. Il épouse Mathilde de Flandre vers 1053, et fait de la Normandie un duché puissant, craint du roi de France.

À la suite de la mort du roi Édouard le Confesseur, il sort vainqueur de la crise de succession d'Angleterre et s’empare de la couronne d’Angleterre après sa victoire à la bataille d'Hastings, en 1066. Cette conquête fait de lui l’un des plus puissants monarques de l’Europe occidentale et conduit à de très profonds changements dans la société anglaise, dont l'élite anglo-saxonne disparaît au profit des seigneurs normands.

Sommaire

Enfance et adolescence

Guillaume devient duc de Normandie à la mort de son père Robert le Magnifique en 1035. Il n’a alors que huit ans. Sa mère Arlette, qui n’avait pas épousé Robert, se marie avec Herluin de Conteville, et donne deux demi-frères à Guillaume : Odon de Bayeux et Robert de Mortain.

Guillaume est donc un enfant naturel, d’où son premier surnom de Guillaume le Bâtard. Sa bâtardise fournit un prétexte aux principaux barons de Normandie pour récuser son autorité. Autorité d’autant plus fragile que le duc est trop jeune. Le duché de Normandie traverse en conséquence plus d’une décennie de troubles. Des guerres éclatent entre les principales familles baronniales ; des châteaux se dressent dans le duché[2]. Des complots frappent jusqu’à l’entourage ducal : Guillaume perd trois de ses tuteurs ou protecteurs par assassinat : le sénéchal Osbern de Crépon, Gilbert de Brionne et Alain III de Bretagne[3]. Les descendants des anciens ducs, les Richardides, semblent impliqués dans ces meurtres. Aux troubles de la minorité de Guillaume vient s’ajouter le fléau de la famine, qui pèse sept ans sur la Normandie, et est accompagnée d’une épidémie fort meurtrière[4].

En 1046, Guillaume a dix-neuf ans. Un complot vise cette fois sa personne jusqu’alors épargnée. Une partie des seigneurs forment une coalition pour l'écarter au profit de Gui de Brionne (v. 1025-1069), un cousin de Guillaume, fils de Renaud Ier de Bourgogne et d’Adélaïde, fille de Richard II. Cette rébellion rassemble essentiellement des « vieux Normands » de l’Ouest (Bessin, Cotentin, Cinglais) traditionnellement indociles et hostiles à la politique d’assimilation menée par les ducs[5]. À Valognes, Guillaume échappe de peu à une tentative d’assassinat. Il s'enfuit et est accueilli par Hubert de Ryes qui le fait escorter en sécurité jusqu'à Falaise. Avec l'aide du roi de France Henri Ier, le jeune duc part en campagne contre les rebelles normands, qu’il parvient à défaire à la bataille du Val-ès-Dunes en 1047[6].

Croissance du pouvoir ducal

Plan du château de Guillaume à Caen.

La victoire du Val-ès-Dunes en 1047 est le premier tournant du règne. Guillaume reprend solidement en main le duché. À l’occasion d’un concile tenu à Caen la même année, il impose de lui-même la paix et la trêve de Dieu. Les difficultés ne sont pour autant pas écartées puisque le duc doit compter avec l’hostilité d’une partie de sa parentèle, les Richardides. Autour de 1050, il parvient à en éliminer plusieurs : le comte de Mortain Guillaume Werlenc est banni ; Guillaume d'Arques s’exile après l’échec de sa révolte contre le duc en 1054 et enfin l’archevêque de Rouen Mauger, fils de Richard II de Normandie, doit abandonner son siège métropolitain. Guillaume confisque les fiefs du comte d’Arques, rétablit l’ordre par une habile politique de distribution des terres et contrôle plus fermement les agents du pouvoir que sont les vicomtes. Le pouvoir du jeune duc s’appuie enfin sur un groupe de fidèles parmi lesquels figurent ses demi-frères, Odon de Conteville, évêque de Bayeux, Robert, comte de Mortain, un groupe de barons (Guillaume Fitz Osbern, Roger II de Montgommery, Guillaume Ier de Warenne, Roger de Beaumont…) et quelques ecclésiastiques (Lanfranc). Ils sont nommés à des fonctions importantes ou installés dans des territoires stratégiques.

Entre 1050 et 1056[7] il élargit son réseau de fidélité en épousant Mathilde de Flandre, fille de Baudouin V, comte de Flandre et nièce du roi de France Henri Ier, à Eu, en dépit de l’interdiction du pape Léon IX.

« Par cunseil de sa barunie
Prist une fame de haut lin,
En Flandres fille Balduin,
Niece Robert li rei de France,[8] »
« Sur le conseil de sa baronnie
Il prit une femme de haut lignage,
En Flandres, fille de Baudoin,
Nièce de Robert le roi de France »

Le mariage soude une alliance entre les deux plus puissantes principautés du nord de la France. Il faudra attendre le pontificat de Nicolas II pour que le couple soit absous, au prix toutefois d’une pénitence : celle de fonder deux monastères à Caen. L’abbaye dite « aux Hommes », dédiée à saint Étienne et l’abbaye dite « aux Dames », dédiée à la sainte Trinité seront ainsi élevées.

La montée en puissance du duc inquiète le roi de France. Après l’avoir aidé lors de la bataille du Val-ès-Dunes quelques années plus tôt, le capétien renverse finalement sa politique pour limiter l’expansion de son vassal normand. En 1053, il envoie une armée de secours à Guillaume d’Arques révolté contre le duc. En 1054 et en 1057, il envahit la Normandie conjointement avec les troupes du comte d’Anjou mais ces expéditions tournent court après les défaites de Mortemer puis bataille de Varaville. Guillaume s’avère un prince redoutable. Son ascension est favorisée en 1060 par la mort de ses deux principaux ennemis : le comte d’Anjou Geoffroi Martel et le roi de France. Il en profite pour conquérir le Maine, état tampon entre l’Anjou et la Normandie. L’héritière du comté soumis est mariée au fils de Guillaume, Robert Courteheuse[9]. La maîtrise du Maine garantit la protection du sud du duché.

Accession au trône d’Angleterre

Statue du Conquérant devant le château de Falaise

Les prétentions de Guillaume

Au milieu du XIe siècle, l’Angleterre est dirigée par le roi normanophile Édouard le Confesseur. Ce dernier avait trouvé refuge à la cour normande en 1013 lorsque son père Ethelred le Malavisé et sa mère Emma de Normandie, grande-tante paternelle de Guillaume, avaient été chassés du trône d’Angleterre par Sven Ier de Danemark. Il y était resté presque trente ans avant de revenir en Angleterre pour y être couronné roi en 1042. Dans son nouveau royaume, Édouard s’entoure de Normands. Mais il n’a pas de descendance. Il semble qu’en 1051 ou 1052, le roi Édouard le Confesseur aurait encouragé les vues de Guillaume sur sa succession[10]. Mais le duc de Normandie a alors d’autres soucis. Il semble également qu'Édouard le Confesseur, souverain affaibli, ait fait des promesses identiques à d'autres grands féodaux voisins[11], de manière à s'assurer de leur neutralité faute de pouvoir les contenir par la force.

Le sujet revient au premier plan quand Harold Godwinson, un grand aristocrate anglo-saxon et candidat possible à la succession d'Édouard, se rend en Normandie. Les motivations de cette visite restent incertaines. La tapisserie de Bayeux, dont on peut soupçonner la partialité, montre Harold prêter serment de fidélité à Guillaume et renoncer à la succession au trône anglais au profit du Duc de Normandie[12]. Cependant, quand Édouard le Confesseur meurt le 5 janvier 1066, l'aristocrate anglo-saxon lui succède. Son couronnement, approuvé par le Witenagemot (ou Witan), se fait le 6 janvier 1066. Harold oppose au duc de Normandie qu'il a été trompé sur la valeur du serment de Bayeux, qui n'aurait été qu'une vague promesse sur un simple missel posé sur un coffre qui masquait les reliques d'un saint.

Guillaume proteste contre cette usurpation et se prépare à une invasion du royaume anglo-saxon.

Voici un tableau généalogique permettant de comprendre les liens de parenté entre les principaux protagonistes (le détenteur du trône d'Angleterre - Édouard le Confesseur -, ainsi que Guillaume de Normandie, sont inscrit en gras ; ceux marqués d'un astérisque étant les prétendants au trône d'Angleterre, soit de manière présomptive, soit de manière officielle) :

Richard Ier
Sans-Peur
 
Gunnor
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Edgar d'Angleterre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Richard II l'Irascible
 
Judith
de Bretagne
 
Knut II de Danemark
 
Emma de Normandie
 
 
Ethelred II d'Angleterre
 
Ælgifu Gunnarsson
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Robert Ier le Magnifique
 
Arlette de Falaise
 
 
 
 
 
 
Alfred Aetheling
 
 
 
Edmond II d'Angleterre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Rois de Danemark
Rois de Norvège
(dont Harald III de Norvège*)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Godwin de Wessex
 
 
 
Édouard l'Exilé*
 
 
 
 
 
 
Guillaume le Conquérant*
 
Mathilde de Flandre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ducs de Normandie
Rois d'Angleterre
 
 
Harold Godwinson*
 
Édith de Wessex
 
Édouard le Confesseur
 
 
 
 

La conquête normande de l'Angleterre

Guillaume le Conquérant, accompagné de ses demi-frères, à sa droite Odon et à sa gauche Robert, tapisserie de Bayeux
Article détaillé : Conquête normande de l'Angleterre.

Guillaume le Conquérant parvient à convaincre les barons normands de participer à cette invasion. Il obtient même le soutien du pape Alexandre II qui lui envoie un étendard pontifical[13]. En quelques mois, l'armée normande est prête. À celle-ci viennent s'ajouter des Francs, des Flamands et des Bretons[14]. Embarqué à Dives et après avoir fait étape à Saint-Valery-sur-Somme, Guillaume débarque à Pevensey dans le Sussex de l'Est, le 28 septembre 1066. Le 14 octobre, il défait son compétiteur Harold à la bataille d'Hastings, durant laquelle ce dernier est tué, et reçoit la couronne anglo-saxonne le 25 décembre 1066 dans l'abbaye de Westminster[15]. Il doit en partie cette victoire à l'attaque d'un autre prétendant, Harald Hardrada de Norvège, qui avait déclenché, quelques semaines plus tôt, une attaque contre Harold. Ce dernier avait réussi à en triompher lors de la bataille de Stamford Bridge, mais son armée se trouvait affaiblie lorsqu'il fallut affronter l'armée normande quelques jours plus tard[16].

La Normandie et l'Angleterre sous Guillaume

Pièce représentant Guillaume Ier d'Angleterre

La conquête de 1066 ne créa pas un royaume anglo-normand. Normandie et Angleterre gardent leur spécificité à travers leur administration ou leurs coutumes[17].

La Normandie

Sous Guillaume le Conquérant, « l'organisation de la société normande est féodale »[18]. On retrouve en effet les caractéristiques de ce système que ce soit les fiefs, les tenures paysannes, le service militaire et la justice privée. Mais c'est un féodalisme qui est tempéré par un pouvoir ducal fort. Les barons, laïques mais aussi ecclésiastiques, doivent fournir au duc un contingent militaire lorsqu'il en a besoin. En Normandie, on ne peut construire de châteaux que par autorisation du duc et ils peuvent lui être remis sur sa simple demande. Les guerres privées sont restreintes et les justices privées sont limitées par les cas réservés au duc et par le maintien d'une administration locale publique. Le duc garde la main sur l'Église, en nommant les évêques et certains abbés et en dirigeant les conciles de la province. Il détient le monopole de frappe monétaire et est capable de collecter une part considérable de ses revenus en argent. L'administration s'appuie sur des officiers publics, les vicomtes.

L'Angleterre

Dans son nouveau royaume, Guillaume introduit de profonds changements, parmi lesquels une fusion du système légal anglo-saxon avec la loi normande. En 1085, il commande ce qu'on peut appeler un recensement au sens moderne, le « Livre du Jugement Dernier » ou Domesday Book, qui fait l'inventaire des hommes et richesses du royaume. Il fait aussi construire de nombreux bâtiments et châteaux, notamment la tour de Londres bâtie en pierre de Caen.

Les difficultés de la seconde partie de règne

Les possessions de Guillaume à sa mort en 1087

En 1066, Guillaume le Conquérant a bénéficié d'une heureuse conjoncture politique et diplomatique qui lui a permis de conquérir l'Angleterre sans être menacé ou attaqué sur ses arrières. Cette situation exceptionnelle change après son retour en Normandie en mars 1067. Durant les vingt dernières années de son règne, Guillaume doit faire face à plusieurs révoltes intérieures et au réveil des principautés voisines. Ses difficultés sont augmentées du fait de l'extension de son territoire : il ne peut pas intervenir partout, directement et rapidement.

D'abord, l'Angleterre ne se soumet pas facilement. Plusieurs révoltes éclatent (en 1067, en 1069, en 1075…), la plus importante étant celle de 1069, qui contraint Guillaume à une répression sauvage. La Normandie se tient tranquille.

À l'extérieur, Guillaume subit plusieurs échecs. La Flandre plonge dans une crise de succession après la mort du comte Baudouin VI et, malgré une intervention militaire, le duc de Normandie ne parvient pas à imposer le parti de la veuve, Richilde, sa belle-sœur[19]. Bien que nominalement possédé par le fils du Conquérant, le Maine se détache de l'influence normande. Si après une brève campagne militaire Guillaume réoccupe la région en 1073, il se trouve plus tard mis en échec par la révolte d'un seigneur local, Hubert de Saint-Suzanne : le château de Sainte-Suzanne n'est toujours pas pris après deux ans de siège (1084-1086). De même, en Bretagne, où la Normandie intervient traditionnellement, Guillaume doit reculer[20].

Derrière les difficultés du duc-roi dans le Maine et en Bretagne, se cachent les agissements de ses deux principaux ennemis, à savoir le comte d'Anjou Foulque le Réchin et le roi de France Philippe Ier. Ils soutiennent tous les révoltés contre le Normand. Même Robert Courteheuse, le fils aîné du Conquérant, qui se rebelle en 1078 contre son père[21] : il s'exile à la cour de France où le roi lui confie la forteresse de Gerberoy. Philippe Ier espère par tous les moyens rabaisser la trop grande puissance normande. Le règne de Guillaume marque d'ailleurs le début d'une guerre récurrente entre roi d'Angleterre et roi de France.

Tombe de Guillaume le Conquérant, abbaye aux Hommes, Caen

C'est justement contre ce dernier que le Conquérant livre son dernier combat. En 1087, il conduit son armée jusqu'à Mantes qu'il brûle. Alors que le duc-roi est handicapé à la fin de sa vie par une obésité[22], une blessure ou une maladie l'aurait, selon Orderic Vital, contraint à retourner dans sa capitale Rouen[23].

Il agonise quelques jours en toute lucidité au prieuré Saint-Gervais, aux portes de la ville. Avant de mourir le 9 septembre 1087[24], le duc-roi règle sa succession : il confie à son fils aîné Robert Courteheuse le duché de Normandie tandis que son deuxième fils Guillaume le Roux reçoit la couronne d'Angleterre. Son corps est ensuite transporté jusqu'à Caen, pour être inhumé en l'abbatiale Saint-Étienne.

En contant la triste fin de Guillaume, le chroniqueur Orderic Vital explique que lors de l'inhumation, le corps du défunt éclata et exhala une insupportable odeur de putréfaction. Ce point est en contradiction avec un paragraphe précédent où le moine évoque « les embaumeurs et les croque-morts » qui préparèrent le corps[25].

Pendant les guerres de religion, les protestants profanent, vandalisent et pillent son tombeau. Sa dépouille est exhumée, mise en pièce, et dispersée. Sous la dalle qui porte son épitaphe, il ne reste de son squelette qu'un fémur et une mâchoire qui ont été sauvegardés in extremis[réf. nécessaire]. Des scientifiques ont conclu à partir de la longueur de l'os de la jambe que Guillaume le Conquérant avait une taille d'environ 173/174 centimètres, ce qui dépassait certainement la moyenne de l'époque[réf. nécessaire].

Famille

Ascendants probables (en anglais)

Vers 1050, il épouse Mathilde de Flandre fille de Baudouin V, comte de Flandre à Eu. Ils auront au moins dix enfants dont quatre fils[26] :

  1. Robert dit Courteheuse (v. 1050/52-1134), duc de Normandie, il épousa Sybille de Conversano ;
  2. Cécile (v. 1054 – 30 juillet 1125), entre à l’abbaye aux Dames de Caen le 18 juin 1066, abbesse en 1112 ;
  3. Adelise de Saint-Léger (v. 1055 – avant 1066) ;
  4. Richard (1054 ou 1056 – 1075), entre dans les ordres à Caen en 1066. Trouva la mort en chassant dans la même forêt que son frère Guillaume ;
  5. Guillaume (v. 1060-1100), roi d’Angleterre de 1087 à 1100 ;
  6. Constance (1061-1090), épouse Alain IV Fergent de Cornouailles, duc de Bretagne et comte de Rennes. Elle meurt empoisonnée;
  7. Mathilde (1062-1112) ;
  8. Adèle (1062-1137), épouse Étienne-Henri, comte de Blois, de Chartres et de Meaux en 1084 ;
  9. Agathe (av. 1062-1080), fiancée à (1) Herbert, comte du Maine, (2) Harold de Wessex, (3) Alphonse VI de Castille ;
  10. Henri (1068/69-1135), roi d’Angleterre puis duc de Normandie. Il eut plusieurs épouses ou concubines ;

Remarques :

  • Gundrade (v. 1063-1085) a été faussement identifié comme une fille du Conquérant[27].
  • Pour certains auteurs, Agathe et Mathilde seraient la même personne.
  • Guillaume le Conquérant n'a pas de maîtresse ou de bâtard connu.

Voir aussi

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. L’année 1027 est celle retenue par Michel de Boüard (Guillaume le Conquérant), François Neveux (L'Aventure des Normands VIIIe-XIIIe siècle et La Normandie des ducs aux rois Xe-XIIe siècle) et Guillaume de Malmesbury, mais pour Orderic Vital il serait né en 1028.
  2. Guillaume de Jumièges, Histoire des ducs de Normandie, v. 1070, éd. Guizot, Mancel, 1826, avec annotations d’Orderic Vital et Robert de Torigni, livre VII, p. 167
  3. Guillaume de Jumièges, ibid, p. 168
  4. Léopold Delisle, Étude sur la condition de la classe agricole et l’état de l’agriculture en Normandie au Moyen Âge, Imprimerie Hérissey, Évreux, 1851.
  5. Depuis Guillaume Longue-Épée (933-942), on ne parlait déjà plus norrois à la cour, et le duc devait envoyer son fils l’apprendre à Bayeux où la francisation était moins avancée.
  6. Guillaume de Jumièges, op. cit., p. 190-191
  7. Aucun historien normand n’a jugé à propos d’indiquer l’époque du mariage du duc, et c’est dans la Chronique de Tours qu’il faut aller la chercher. On y apprend que ce mariage fut célébré en 1053, année où on a vu qu’il fallait pareillement placer la révolte de Guillaume d’Arques. Il était question de ce mariage depuis longtemps, puisque au concile de Reims, tenu en 1049, il fut fait défense à Baudouin de Flandres de donner sa fille à Guillaume, et à celui-ci de la recevoir. Wace, le Roman de Rou, éd. Auguste Le Prévost et Eustache-Hyacinthe Langlois, 1827.
  8. Wace, op. cit.
  9. Guillaume de Poitiers, Vie de Guillaume le Conquérant, v. 1073-1074, éd. Guizot, Mancel, 1826, p. 363-364
  10. Selon Guillaume de Jumièges et Guillaume de Poitiers, Édouard le Confesseur a envoyé l’archevêque de Canterbéry Robert de Jumièges auprès du duc pour l’avertir qu’il en faisait son héritier. Guillaume de Jumièges, op. cit., p. 220. Guillaume de Poitiers, Vie de Guillaume le Conquérant, v. 1073-1074, éd. Guizot, Mancel, 1826, p. 337
  11. Andrew Bridgeford (trad. Béatrice Vierne), 1066, l’histoire secrète de la tapisserie de Bayeux [détail des éditions] , p. 65
  12. Guillaume aurait extorqué cette promesse à Harold alors que jeté par une tempête sur la côte française, au printemps 1064, il avait été fait prisonnier par le comte de Ponthieu puis libéré sur la pression du duc. Lors de ce séjour en Normandie, Harold participe aux côtés de Guillaume à la campagne menée contre le duc Conan II de Bretagne, où il s’illustre par sa bravoure. De retour à Bayeux, Harold est adoubé chevalier et il prête serment à Guillaume se mettant ainsi officiellement au service du duc de Normandie. En gage d’amitié, Harold regagne l’Angleterre en emmenant avec lui son neveu Hakon, retenu en otage en Normandie depuis 1051.
  13. Guillaume de Poitiers, op. cit., p. 389
  14. Guillaume de Jumièges, op. cit., p. 224
  15. Guillaume de Jumièges, op. cit., p. 417
  16. François Neveux, La Normandie des ducs aux rois Xe-XIIe siècle, Ouest-France Université, Rennes, 1998, p. 153-156
  17. David Bates, « England and Normandy after 1066 », The English Historical Review, vol. 104, n°413, oct. 1989, p. 861-876.
  18. Charles Haskins, « Normandy under Williamthe Conqueror », The American Historical Review, vol. 14, n°3, avril 1909, p. 475
  19. Richilde était l'épouse du comte Baudouin VI, lui-même frère de Mathilde, la femme de Guillaume. Orderic Vital, Histoire de la Normandie, tome 2, livre IV, v. 1142, éd. Guizot, 1826, p. 225-226
  20. Orderic Vital, ibid, p. 282-284
  21. Orderic Vital, ibid, p. 286-289
  22. Orderic Vital, ibid, p. 195
  23. Orderic Vital explique que la chaleur de l'incendie de Mantes et les fatigues de l'expédition ont rendu Guillaume malade. Orderic Vital, Histoire de la Normandie, tome 3, livre VII, v. 1142, éd. Guizot, 1826, p. 195. Un autre auteur, Guillaume de Malmesbury, raconte que le duc-roi fut blessé au ventre par l'arçon de sa selle lors du pillage de la ville
  24. Orderic Vital, ibid, p. 213
  25. François Neveux, op. cit., p. 439
  26. François Neveux, La Normandie des ducs aux rois Xe-XIIe siècle, Ouest-France Université, Rennes, 1998, p.428
  27. Lors de son décès au château d'Acre (Norfolk), elle est dite épouse de Guillaume Ier de Warenne, futur 1er comte de Surrey, et dans un acte relevé au Vieux Sarum, Mathilde de Flandre parle de Gundrade sous le terme « ma fille » mais Orderic Vital spécifie qu'elle est la sœur de Gerbod le Flamand, officieux comte de Chester lors de son mariage. Voir Projet généalogique Medieval Lands.

Références

Sources historiques

Travaux contemporains

Liens externes


Précédé par Guillaume le Conquérant Suivi par
Edgar Ætheling
désigné par le Witan, non couronné

Harold II

roi d'Angleterre
1066-1087
Guillaume II le Roux
Robert le Magnifique
duc de Normandie
1035-1087
Robert Courteheuse
Blason duche fr Normandie.svg Chronologie des jarls et ducs de Normandie de 911 à 1204 Blason duche fr Normandie.svg
911 927 943 996 1026 1027 1035 1087
   Rollon Guillaume Ier Richard Ier Richard II Richard III Robert Ier Guillaume le Conquérant   
1087 1106 1135 1144 1150 1189 1199 1204
   Robert II Courteheuse Henri Ier Étienne Geoffroy Henri II Richard IV Jean Sans Terre   

Portail NormandieDuché de NormandieTraité de Saint-Clair-sur-EpteConquête de l'Angleterre


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Guillaume le Conquérant de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Guillaume Le Conquérant — Pour les articles homonymes, voir Guillaume Ier et Guillaume de Normandie. Guillaume le Conquérant …   Wikipédia en Français

  • Guillaume le Conquerant — Guillaume le Conquérant Pour les articles homonymes, voir Guillaume Ier et Guillaume de Normandie. Guillaume le Conquérant …   Wikipédia en Français

  • Guillaume le conquérant — Pour les articles homonymes, voir Guillaume Ier et Guillaume de Normandie. Guillaume le Conquérant …   Wikipédia en Français

  • GUILLAUME LE CONQUÉRANT — La vie et l’action politique de Guillaume le Conquérant, duc de Normandie (1035 1087) et roi d’Angleterre (1066 1087), conditionnent toute l’histoire de l’Angleterre dotée d’institutions assez souples pour évoluer en plusieurs siècles vers une… …   Encyclopédie Universelle

  • Guillaume Le Conquérant (téléfilm) —  Pour l’article homonyme, voir Guillaume le Conquérant.  Guillaume le Conquérant (1968) est un téléfilm français de Jean Herman, faisant partie de la collection Présence du passé. Distribution Jacques Harden : Robert Le Diable Lyne …   Wikipédia en Français

  • Guillaume le Conquerant (telefilm) — Guillaume le Conquérant (téléfilm)  Pour l’article homonyme, voir Guillaume le Conquérant.  Guillaume le Conquérant (1968) est un téléfilm français de Jean Herman, faisant partie de la collection Présence du passé. Distribution Jacques… …   Wikipédia en Français

  • Guillaume le conquérant (téléfilm) —  Pour l’article homonyme, voir Guillaume le Conquérant.  Guillaume le Conquérant (1968) est un téléfilm français de Jean Herman, faisant partie de la collection Présence du passé. Distribution Jacques Harden : Robert Le Diable Lyne …   Wikipédia en Français

  • Guillaume le conquérant (film) — Guillaume le conquérant est un film franco hélvetico roumain de Gilles Grangier et Sergiu Nicolaescu sorti en 1982. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution …   Wikipédia en Français

  • Guillaume le Conquérant (téléfilm) —  Pour l’article homonyme, voir Guillaume le Conquérant.  Guillaume le Conquérant (1968) est un téléfilm français de Jean Herman, faisant partie de la collection Présence du passé. Distribution Jacques Harden : Robert Le Diable Lyne …   Wikipédia en Français

  • Compagnon de Guillaume le Conquérant — Compagnons de Guillaume le Conquérant Le terme compagnons du Conquérant est une dénomination collective pour tous ceux qui planifièrent, organisèrent et se joignirent à Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, dans la grande aventure qu a été la… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.