Charles II d'Angleterre


Charles II d'Angleterre
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles.
Charles II
Charles II of England Stuart by John Riley.JPG
La roi Charles II, John Riley, v.1680.

Titre
Roi d'Angleterre et d'Irlande
29 mai 16606 février 1685
&&&&&&&&&&&0901924 ans, 8 mois et 7 jours
Couronnement 23 avril 1661 en l'Abbaye de Westminster
Prédécesseur Charles Ier (indirectement)
Successeur Jacques II
Roi d'Écosse
29 mai 16606 février 1685
Prédécesseur Charles Ier (indirectement)
Successeur Jacques VII
Prince de Galles
mai 163830 janvier 1649
Prédécesseur Charles Stuart
Successeur Jacques François Stuart
Biographie
Dynastie Maison Stuart
Date de naissance 29 mai 1630
Lieu de naissance Flag of England.svg Palais St. James, Londres (Angleterre)
Date de décès 6 février 1685 (à 54 ans)
Lieu de décès Flag of England.svg Palais de Whitehall, Londres (Angleterre)
Père Charles Ier d'Angleterre
Mère Henriette de France
Conjoint Catherine de Bragance
Héritier Prince Jacques (1649-1685)
Signature CharlesIISig.svg

Coat of Arms of England (1660-1689).svg
Monarques de Grande-Bretagne

Charles II d'Angleterre (29 mai 1630[1], Londres6 février 1685, Palais de Whitehall, Londres), devient roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande le 29 mai 1660. Son règne met fin à la période républicaine du Commonwealth.

Sommaire

Biographie

Jeunesse

Le futur Charles II est le fils de Charles Ier et d'Henriette Marie de France, fille d'Henri IV de France et sœur de Louis XIII. À sa naissance, en tant que fils aîné survivant[2] de Charles Ier, il reçoit automatiquement le titre de duc de Cornouailles et duc de Rothesay, avant de recevoir peu de temps après celui de prince de Galles. Mais en raison de la guerre civile, il n'est jamais formellement investi.

Révolution et exil

Article détaillé : Première révolution anglaise.

Il a 19 ans à la mort de son père Charles Ier, exécuté le 30 janvier 1649 lors de la guerre civile. La monarchie est alors remplacée par la dictature militaire d'Oliver Cromwell. Il est alors réfugié en Hollande. Il prend aussitôt le titre de roi, débarque en Écosse où il trouve des partisans et se fait couronner à Scone en 1651. Mais, après les défaites de Dunbar et Worcester, il s'exile en France, où il vit dans le dénuement, avant d'être recueilli par son beau-frère, Guillaume II Prince d'Orange, à La Haye.

Le 9 octobre 1652, l'Angleterre entre en guerre avec les Provinces-Unies. Cromwell est nommé Lord Protecteur, le 16 décembre 1653. Il meurt le 3 septembre 1658, son fils Richard Cromwell lui succède alors, mais doit céder le pouvoir en mai de l'année suivante. Le général George Monck, gouverneur de l'Écosse, craint que la nation ne sombre dans l'anarchie et cherche à rétablir la monarchie. En février 1660, Monck et son armée marchent sur Londres et, avec le soutien populaire, il force le Parlement à se dissoudre.

Règne

Proclamation

Article détaillé : Restauration anglaise.

Le 25 mai 1660, Charles II débarque à Douvres. Le 29, jour de son trentième anniversaire, il rentre à Londres et est proclamé roi le jour même. Il accorde l'amnistie aux partisans de Cromwell, à l'exception de ceux impliqués dans l'exécution de son père. Certains des régicides sont exécutés en 1660, d'autres sont condamnés à l'emprisonnement à vie. Le corps d'Oliver Cromwell est soumis à l'indignité et à l'exécution post mortem en 1661. Le couronnement de Charles a lieu le 23 avril 1661 en l'abbaye de Westminster.

Profitant peu de l'exemple de son père, Charles II casse comme lui plusieurs parlements, voulant gouverner seul. Il s'entoure de ministres corrompus (voir Ministère de la cabale). Avide de plaisirs, il emploie toutes sortes de moyens pour se procurer de l'argent, vend Dunkerque à Louis XIV, et reçoit pendant longtemps une pension de ce monarque. Le mécontentement soulevé par sa conduite donne naissance au parti des whigs, opposé à celui des tories, et à plusieurs conspirations, qui deviennent à leur tour l'occasion d'exécutions sanglantes : on cite dans le nombre la conspiration de Rye-House, suivie du supplice de lord William Russell et d'Algernon Sydney.

La Grande peste de Londres en 1665 et le Grand incendie de Londres en 1666 ajoutent encore aux malheurs de l'époque. On doit à ce prince la fondation de la Royal Society en 1660. Son règne est marqué par les progrès de la littérature, mais plus encore par la dissolution des mœurs qui s'étend de la cour à toutes les classes de la société.

Politique étrangère

Premières décisions

En 1662, il vend Dunkerque à Louis XIV pour la somme de 40 000 livres sterling. En 1663, en reconnaissance de leur assistance dans sa lutte pour gagner le trône, Charles attribue l'Amérique du Nord (alors nommée Caroline) à huit nobles en la mémoire de son père.

Guerre avec les Pays-Bas

The Navigation Acts de 1651, déjà cause de la première guerre hollandaise (1652-1654), est également prétexte à un deuxième conflit (1665-1667). Celui-ci commence bien pour l'Angleterre, par la capture de la Nouvelle-Amsterdam (plus tard rebaptisée New York en l'honneur de Jacques, duc d'York, frère du roi et futur Jacques II d'Angleterre), mais en 1667, les Néerlandais lancent une attaque surprise en remontant la Tamise. Presque toute la flotte britannique alors à quai est coulée à l'exception du navire amiral, Charles royal, ramené en trophée aux Pays-Bas[3]. La deuxième guerre hollandaise prend fin avec la signature du traité de Breda en 1667.

Charles profite du conflit pour écarter le seigneur Clarendon de la Chambre des communes. Il le désigne comme responsable de la guerre. Convaincu de haute trahison, ce qui le condamne à la peine de mort, Clarendon se sauve en France. Le pouvoir est donné à un groupe de cinq politiciens (voir Ministère de la cabale) : Thomas Clifford, 1er baron Clifford de Chudleigh, Anthony Ashley-Cooper, 1er comte de Shaftesbury, George Villiers, 2e duc de Buckingham, Henry Bennet, 1er comte d'Arlington, et John Maitland, 1er duc de Lauderdale.

En 1668, l'Angleterre s'allie avec la Suède et son ancien ennemi les Provinces-Unies, afin de s'opposer à Louis XIV dans la guerre de Dévolution. Louis, forcé de faire la paix avec la triple alliance, continue à maintenir ses intentions agressives. En 1670, Charles, cherchant à résoudre ses ennuis financiers, accepte le Traité de Douvres, selon lequel Louis XIV doit lui verser 200 000 livres sterling tous les ans. En échange, Charles accepte de fournir à Louis des troupes et de se convertir au catholicisme. Louis doit également lui fournir 6 000 soldats pour remplacer ceux qui étaient opposés à la conversion. Charles essaie de s'assurer que le Traité - particulièrement la clause de conversion - reste secret. La conversion ne constitue pas une réelle intention de Charles.

Succession

Aucun enfant de son mariage avec Catherine de Bragance ne survécut et la succession revint donc à son frère cadet Jacques II d'Angleterre.

Mariage et descendance

Avec Catherine de Bragance

James Scott tenta de succéder à son père pour éviter l'avènement de son oncle catholique.

En 1662, Charles épouse l'infante de Portugal Catherine de Bragance (Vila Viçosa, ville du Portugal 1638 - † Lisbonne 1705) qui lui apporte en dot les territoires de Bombay et Tanger. La reine ne donne pas d'héritier légitime au roi.

Charles n'a pas eu d'héritiers légitimes mais il a eu de nombreux enfants illégitimes avant et pendant son mariage. Il en reconnaît 14, y compris Barbara Fitzroy, dont il n'était certainement pas le père. Petit-fils du "Vert Galant" et cousin germain des non moins sensuels Louis XIV de France et Victor-Amédée II de Savoie, son appétit sexuel lui vaudra le surnom de Merry Monarch[4].

Enfants illégitimes

Avec Lucy Walter

  • James Scott (1649-1685), duc de Monmouth en 1663.
  • Mary Crofts (1651-1693) non reconnue par le roi, épouse un irlandais nommé William Sarsfield.

Avec Elizabeth Killigrew

  • Charlotte Jemima Henrietta Maria Boyle Fitzcharles (1650-1684), elle épouse en premières noces James Howard, comte de Suffolk (mort en 1669), puis en 1672 à William Paston, 2e comte de Yarmouth (mort 1732) avec qui elle a quatre enfants.

Avec Catherine Pegge

  • Charles FitzCharles (1657-1680), connu sous le nom de « Don Carlos », futur comte de Plymouth (1675)
  • Catherine Fitzcharles (1658-1759) entra en religion sous le nom de sœur Cecilia dans un couvent à Dunkerque.

Avec Barbara Palmer

Avec Eleanor Gwynne

Avec Louise Renée de Penancoët de Keroual

Avec Mary Moll Davis

  • Mary Tudor (1673-1726)

Autres maîtresses

  • Hortense Mancini, duchesse de Mazarin
  • Winifred Wells, dame d'honneur de la reine
  • Jane Robets, fille d'un ecclésiastique
  • Mary Sackville, anciennement Berkeley, née Bagot, comtesse de Falmouth
  • Elizabeth Fitzgerald, comtesse de Kildare

Ascendance

Ascendance de Charles II
Charles II Père : Charles Ier d'Angleterre Grand-père paternel : Jacques Ier d'Angleterre Arrière-grand-père paternel : Lord Darnley
Arrière-grand-mère paternelle : Marie Ire d'Écosse
Grand-mère paternelle : Anne de Danemark Arrière-grand-père paternel : Frédéric II de Danemark
Arrière-grand-mère paternelle : Sophie de Mecklembourg-Gustrow
Mère : Henriette de France Grand-père maternel : Henri IV de France Arrière-grand-père maternel : Antoine de Bourbon
Arrière-grand-mère maternelle : Jeanne de Navarre
Grand-mère maternelle : Marie de Médicis Arrière-grand-père maternel : François Ier de Médicis
Arrière-grand-mère maternelle : Jeanne d'Autriche

Dans la culture

Notes et références

  1. Les dates sont données dans le calendrier julien, qui resta en usage en Angleterre jusqu'en 1752, où il fut remplacé par le calendrier grégorien.
  2. En fait, deuxième fils de Charles Ier
  3. la plaque signalétique du navire est toujours visible au Rijksmuseum d'Amsterdam
  4. Michel Duchein, Les derniers Stuarts Fayard 2006

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Sources


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Charles II d'Angleterre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Charles I d'Angleterre — Charles Ier d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Charles et Saint Charles. Charles …   Wikipédia en Français

  • Charles Ier d’Angleterre — Charles Ier d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Charles et Saint Charles. Charles …   Wikipédia en Français

  • Charles Ier d'Angleterre — Pour les articles homonymes, voir Charles et Saint Charles. Charles Ier Le roi Charles …   Wikipédia en Français

  • Charles 1er d angletere — Charles Ier d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Charles et Saint Charles. Charles …   Wikipédia en Français

  • Charles Ier Stuart — Charles Ier d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Charles et Saint Charles. Charles …   Wikipédia en Français

  • Charles FitzCharles, 1er comte de Plymouth — Charles FitzCharles Charles FitzCharles (1657 – 17 octobre 1680), 1er comte de Plymouth, était le fils du roi Charles II d Angleterre et de sa maîtresse Catherine Pegge. Son comportement plaisant et affable lui apporta à la cour d Angleterre le… …   Wikipédia en Français

  • Charles Fitzcharles — (1657 – 17 octobre 1680), 1er comte de Plymouth, était le fils du roi Charles II d Angleterre et de sa maîtresse Catherine Pegge. Son comportement plaisant et affable lui apporta à la cour d Angleterre le surnom …   Wikipédia en Français

  • Charles Jacques Fox — Charles James Fox Pour les articles homonymes, voir Fox. Charles James Fox …   Wikipédia en Français

  • Charles Lennox (1735-1806) — Charles Lennox (3e duc de Richmond) Pour les articles homonymes, voir Charles Lennox et Lennox. Cha …   Wikipédia en Français

  • Charles Lennox (3e Duc De Richmond) — Pour les articles homonymes, voir Charles Lennox et Lennox. Cha …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.