Marie Ire d'Angleterre
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie, Marie Tudor et Marie d'Angleterre.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir : Tudor.
Marie Ire
Mary I of England.jpg
Marie Tudor

Titre
Reine d'Angleterre et d'Irlande
19 juillet 155317 novembre 1558
(&&&&&&&&&&&019475 ans, 3 mois et 28 jours)
En tandem avec Philippe (1554-1558)
Couronnement 30 octobre 1553 en l'Abbaye de Westminster
Prédécesseur Jeanne
Successeur Élisabeth Ire
Reine consort d'Espagne
25 juillet 155417 novembre 1558
Monarque Philippe II
Prédécesseur Isabelle de Portugal
Successeur Élisabeth de France
Biographie
Dynastie Maison Tudor
Date de naissance 18 février 1516
Lieu de naissance Flag of England.svg Palais de Placentia, Greenwich (Angleterre)
Date de décès 17 novembre 1558 (à 42 ans)
Lieu de décès Flag of England.svg Palais St. James, Londres (Angleterre)
Père Henri VIII d'Angleterre
Mère Catherine d'Aragon
Conjoint Philippe II d'Espagne
Héritier Lady Élisabeth Tudor (1553-1558)
Signature Mary Tudor sig.jpg

Coat of Arms of England (1554-1558).svg
Monarques de Grande-Bretagne

Marie Ire ou Marie Tudor (18 février 1516 - 17 novembre 1558) est la fille du roi Henri VIII et avant-dernière monarque anglaise de la dynastie Tudor. Reine d'Angleterre, d'Irlande de plein droit, elle fut aussi reine consort d'Espagne par son mariage avec le roi Philippe II. Elle est surnommée « Marie la Sanglante » (Bloody Mary) par les protestants anglicans, à cause des persécutions qu'elle mena contre eux pendant son règne de 1553 à 1558 afin de rétablir le catholicisme romain en Angleterre, le bien-fondé de ce surnom est cependant sujet à controverse.

Sommaire

Jeunesse

La princesse Marie en 1544
Catherine d'Aragon, la mère de Marie

Marie est la seule enfant du premier mariage d'Henri VIII avec Catherine d’Aragon qui ait survécu jusqu'à l'âge adulte. Née au palais de Placentia à Greenwich, près de Londres, elle a été précédée par une sœur mort-née et trois frères, dont Henri, duc de Cornouailles. Enfant chétive, son baptême a lieu le jeudi suivant sa naissance. Le cardinal Thomas Wolsey est son parrain[1].

En 1518, âgée de 2 ans, dans le cadre du Traité de Londres elle est promise au dauphin de France François III de Bretagne, alors nouveau-né, fils de François Ier de France.

Malgré sa mauvaise santé, Marie est une fille précoce. Sa mère consulte l’érudit espagnol Juan Luis Vives, qui a été désigné premier professeur de latin de la princesse héritière. Elle étudie aussi le grec, les sciences naturelles et la musique. Le roi Henri VIII l’adore et se vante en compagnie qu’elle « ne pleure jamais ». À l'âge de neuf ans, son père lui accorde sa propre cour au château de Ludlow ainsi que la plupart des prérogatives royales et le titre de « princesse de Galles » qui sont ordinairement réservées au prince héritier. En 1526, âgée de dix ans, Marie préside le conseil chargé de gouverner le Pays de Galles et l’ouest de l’Angleterre. Cependant, en dépit de son affection pour sa fille, Henri est déçu que Catherine d’Aragon ne puisse pas lui donner un fils.

Durant l’enfance de Marie, le roi négocie des mariages potentiels pour sa fille. On la désigne successivement comme la future épouse du Dauphin de France Henri II, de l'Empereur romain germanique Charles Quint et du Duc d'Orléans Charles II de France. Aucune de ces unions ne se réalisera.

Pendant ce temps, l'union du couple royal anglais est en difficulté à cause de l’incapacité de la reine à donner au roi un fils en bonne santé. Henri tente à plusieurs reprises de faire annuler son mariage, mais le pape Clément VII rejette toutes ses demandes. Sa décision pourrait avoir été influencée par Charles Quint, un neveu de Catherine d’Aragon et ancien fiancé de Marie. Le mobile officiel pour la requête d’annulation est le mariage éphémère entre Catherine et le frère du roi, Arthur Tudor, décédé en 1502. Catherine a toujours affirmé que l’union n'avait pas été consommée. En 1533, Henri épouse en cachette sa maîtresse Anne Boleyn avant que Thomas Cranmer, l’archevêque de Cantorbéry, ne déclare nul le mariage avec Catherine. L’annulation prive Marie de son titre de princesse et de sa revendication de devenir reine après le décès de son père. L'héritière de la couronne est désormais Élisabeth, la fille du roi et d’Anne Boleyn née le 7 septembre 1533.

En conséquence, Marie est exclue de la cour royale. Anne Boleyn, la nouvelle reine, l'oblige à servir Élisabeth comme dame d’honneur et lui interdit de visiter sa mère au château de Kimbolton dans le comté de Cambridgeshire. Quand Catherine d’Aragon meurt le 7 janvier 1536, Marie ne peut pas assister à l'enterrement. Après la décapitation d’Anne Boleyn en mai 1536, Marie tente de se réconcilier avec son père en reconnaissant sa propre illégitimité et l’autorité de l'Église anglicane.

Comme Marie auparavant, Élisabeth ne peut plus prendre la succession d’Henri VIII. Deux semaines après l’exécution de sa femme, le roi épouse Jeanne Seymour, qui meurt en couches en 1537 lors de la naissance d'un garçon, le prince, Édouard. Son père accorde alors à Marie, qui a été désignée comme marraine du prince, le droit de séjourner dans les palais royaux. Par la suite le roi épousera Anne de Clèves (dont le mariage est également annulé), Catherine Howard (qui trouve sa mort sur l'échafaud comme Anne Boleyn) et puis Catherine Parr, la sixième et dernière épouse d’Henri. Sur ses instances, le roi rend aux princesses Marie et Élisabeth la possibilité de lui succéder au cas où Édouard décéderait avant qu’il n'engendre un héritier.

Accession au trône

Marie et sa sœur Élisabeth lors de son entrée dans Londres

À la mort d'Henri VIII, en 1547, Édouard VI lui succède au trône. Édouard ne veut pas que la couronne passe à Marie, dont le catholicisme le répugne. En tentant d’exclure Marie de la succession, ses conseillers lui indiquent qu’il est impossible d’exclure Marie sans exclure la protestante Élisabeth. S'arrogeant un droit qui ne lui avait pas été accordé par le Parlement[2], il décide de les déshériter toutes les deux en désignant Jeanne Grey, une petite-nièce d'Henri VIII, comme son successeur. Après le décès d’Édouard en 1553, Jeanne Grey monte sur le trône. En même temps, Marie réussit à mobiliser le soutien des Anglais pour sa revendication du trône. Elle réussit à faire destituer Jeanne Grey neuf jours après son couronnement et la fait emprisonner à la tour de Londres. Le 1er octobre 1553, Marie est sacrée reine par Étienne Gardiner, l'évêque de Winchester.

Règne

Mariage

Philippe II d'Espagne, le consort de Marie par Titien

La nouvelle reine, qui a 37 ans en 1553, se concentre maintenant sur la question d’engendrer un héritier, qui doit prévenir l'hypothèse que la protestante Élisabeth puisse lui succéder au trône. Elle décline une offre de mariage d'Edward Courtenay, comte de Devon, après que Charles Quint lui a proposé d’épouser Philippe, futur roi d’Espagne.

Le mariage est célébré le 25 juillet 1554 à la cathédrale de Winchester, deux jours seulement après la première rencontre du couple royal. Ce mariage politique est profondément impopulaire parmi les Anglais, qui se méfient des Espagnols. La Chambre des Communes pétitionne en vain auprès de Marie pour la dissuader d’épouser un Espagnol, craignant pour l’Angleterre une relégation à la dépendance espagnole.

Quand Marie insiste pour épouser Philippe, des révoltes éclatent à travers le pays. Henri Grey, duc de Suffolk et père de Jane Grey, récidive et déclare une nouvelle fois que sa fille est reine. En même temps, Thomas Wyatt le Jeune dirige une force armée vers Londres qui soutient les prétentions d'Élisabeth. Marie écrase les insurrections puis fait exécuter Jane Grey et son beau-père John Dudley, duc de Northumberland. Élisabeth[3], qui proteste de son innocence dans l’affaire Wyatt, peine à réfuter ses accusateurs. Elle est emprisonnée successivement à Whitehall, à la Tour de Londres (2 mois), puis à Woodstock Palace dans le comté d'Oxfordshire. Mais Marie se refuse à l'exécuter.

Grossesse

En novembre 1554, Marie se croit enceinte pour la première fois. La supposée grossesse se révélera être un kyste de l'estomac. Philippe convainc sa femme de mettre fin à la résidence forcée d’Élisabeth, pour pouvoir gagner les faveurs de celle-ci au cas où Marie mourrait en couches. Après quatorze mois de mariage, Philippe quitte l'Angleterre pour les Pays-Bas.

Religion

Le règne de Marie marque un retour en force du catholicisme. Fervente catholique elle-même, elle n’a jamais approuvé le schisme provoqué par son père et l’établissement du protestantisme d’Édouard VI. En 1556, la reine réconcilie l’Angleterre avec l’Église catholique romaine en brûlant sur le bûcher l’archevêque de Cantorbéry, Thomas Cranmer. Son successeur, Reginald Pole devient l'un de ses plus importants conseillers.

En vertu d’une loi sur l’hérésie, Marie fait exécuter de nombreux protestants. Pendant son règne quinquennal, quelque 800 protestants riches choisissent l’exil pour échapper au bûcher. Les premières exécutions ont lieu en février 1555 ; l’évêque de Gloucester compte parmi les « hérétiques ». Les persécutions continuent jusqu’à la mort de Marie en 1558. Le nombre exact de victimes n’est pas connu, mais les Anglais commémorent toujours ces « persécutions mariales » chaque année, surtout à Lewes dans le Sussex de l'Est.

Politique étrangère

Henri II, roi de France en 1557

La création du royaume d'Irlande par Henri VIII en 1542 n’a pas été reconnue par les puissances catholiques européennes. Cependant, en 1555, Marie obtient une bulle pontificale la désignant comme monarque irlandais. Tout en continuant la reconquête de l'Irlande par les Tudors, les Anglais occupent les comtés de Laois et d’Offaly.

Philippe II, qui a succédé au trône espagnol en 1555, séjourne en Angleterre pendant quelques mois du printemps et de l’été de 1557, et réussit à convaincre son épouse de soutenir l’Espagne contre la France pendant les Guerres d'Italie. L’opinion publique se tourne cependant contre une offensive de l’Angleterre contre les Français, à cause de l’importance financière de la France pour l'Écosse et donc pour l'île de Grande-Bretagne dans sa totalité. Le 13 janvier 1558, les forces armées anglaises sont vaincues à Calais, la dernière possession anglaise sur le continent européen. La défaite infligée est de grande importance symbolique et inspire plus d'aversion encore pour les Espagnols.

Économie

La situation économique durant le règne de Marie est caractérisée par une diminution des échanges commerciaux internationaux, notamment à cause de l’étiolement du commerce textile à Anvers. Malgré le mariage de sa reine avec le roi d’Espagne, l’Angleterre ne peut non plus bénéficier du commerce espagnol dans le Nouveau Monde dont les Espagnols refusent de partager les gains. Marie tente de revitaliser l’économie anglaise en cherchant des ports au-dehors de l’Europe.

Décès

Entre 1553 et 1558, Marie souffre de deux grossesses nerveuses. Leur cause n’est pas connue, mais on a beaucoup spéculé sur l'hypothèse qu’elles furent une conséquence de la pression qu'elle subissait pour engendrer un héritier. Les symptômes rapportés par ses dames d’honneur, dont la lactation et une détérioration de la vue, mettent aussi en évidence la possibilité qu’elle ait souffert d’une anomalie hormonale comme une tumeur pituitaire.

Dans son testament, la reine décrète que Philippe lui succèdera comme régent jusqu’à ce que leur enfant atteigne la majorité. Marie meurt cependant sans enfant le 17 novembre 1558 au palais St. James à Londres. Sa demi-sœur Élisabeth lui succède. Malgré ses dispositions testamentaires, Marie n'est pas inhumée aux côtés de sa mère. Sa dépouille mortelle repose dans un tombeau de l'abbaye de Westminster, qu'elle partage maintenant avec Élisabeth Ire (bien que le gisant ne représente qu'Élisabeth). Après son accession au trône d'Angleterre en 1603, Jacques VI d'Écosse fait fixer sur le tombeau une plaque en marbre sur laquelle est gravé en latin : « Partenaires sur notre trône et dans notre tombe, ici nous reposons, deux sœurs, Élisabeth et Marie, dans l’espoir d’une seule résurrection ».

Ascendance

Titres

Titre complet

Armes de Marie Tudor en tant que princesse d'Angleterre

Marie fut reine d'Angleterre, d'Irlande et de France de plein droit mais aussi reine d'Espagne par son mariage avec Philippe II. Elle porta successivement les titres de :

  • Marie, par la grâce de Dieu, reine d'Angleterre, de France et d'Irlande, défenseur de la foi, et de l'Église d'Angleterre.
  • Philippe et Marie, par la grâce de Dieu, roi et reine d'Angleterre, de France, de Naples, de Jerusalem, et d'Irlande, défenseurs de la foi, princes des Asturies, de Gérone, de Viane, archiducs d'Autriche, ducs de Milan, de Bourgogne, de Brabant, de Montblanc et de Calabrie, comtes de Habsbourg, de Flandre et du Tyrol, sieurs de Balaguer.
  • Philippe et Marie, par la grâce de Dieu, roi et reine d'Angleterre, de Castille, de Leon, d'Aragon, de Valence, de Majorque, de Navarre, de Grenade, de France, de Naples, de Jerusalem, de Sicile et d'Irlande, défenseurs de la foi, archiducs d'Autriche, ducs de Bourgogne, de Milan et de Brabant, comtes de Habsbourg, de Flandre, du Tyrol et de Barcelone, sieurs de Biscaie et de Molina.

Titres successifs

Films

  • Elizabeth (1998) film américano-britannique, réalisé par Shekhar Kapur, avec Kathy Burke dans le rôle de la reine Marie Ier
  • Les Tudors, série TV canado-américano-irlandaise créé par Michael Hirst, avec Sarah Bolger dans le rôle de Lady Marie

Notes et références

  1. http://www.ljallamion.fr/16emesiecle/pers1612.htm
  2. Contrairement à son père Henri VIII
  3. Élisabeth semble être cependant passablement compromise dans l'affaire : échange de lettres avec les insurgés...
  4. http://www.imdb.com/character/ch0034666/

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Marie Ire d'Angleterre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marie I d'Angleterre — Marie Ire d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Marie, Marie Tudor et Marie d Angleterre.  Pour les autres membres de la famille, voir : Tudor …   Wikipédia en Français

  • Marie Ière d'Angleterre — Marie Ire d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Marie, Marie Tudor et Marie d Angleterre.  Pour les autres membres de la famille, voir : Tudor …   Wikipédia en Français

  • Marie II d'Angleterre — Pour les articles homonymes, voir Marie et Marie d Angleterre. Marie II La reine Marie II, Sir Peter Lely, 1662 …   Wikipédia en Français

  • Marie Ire d'Ecosse — Marie Ire d Écosse Pour les articles homonymes, voir Marie et Marie Stuart (homonymie). Marie I …   Wikipédia en Français

  • Marie Ire d'Écosse — Pour les articles homonymes, voir Marie et Marie Stuart (homonymie). Marie Ire Marie Stuart, reine …   Wikipédia en Français

  • Elisabeth Ire d'Angleterre — Élisabeth Ire d Angleterre  Pour les autres membres de cette famille, voir : Tudor et pour les homonymes, voir Élisabeth …   Wikipédia en Français

  • Élisabeth Ire d'Angleterre —  Pour les autres membres de cette famille, voir : Généalogie des Tudors et pour les homonymes, voir Élisabeth d Angleterre. Élisabeth Ire …   Wikipédia en Français

  • ÉLISABETH Ire D’ANGLETERRE — Sous Élisabeth Ire, le petit royaume d’Angleterre, cerné au nord par une Écosse indépendante et hostile, à l’ouest par une Irlande incontrôlée, sur le continent par l’essor des grandes monarchies absolutistes d’Espagne et de France, se révèle, au …   Encyclopédie Universelle

  • Anne Ire d'Angleterre — Anne de Grande Bretagne Anne Reine de Grande Bretagne …   Wikipédia en Français

  • Marie 1ère d'écosse — Marie Ire d Écosse Pour les articles homonymes, voir Marie et Marie Stuart (homonymie). Marie I …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”