Edouard VI d'Angleterre

Édouard VI d'Angleterre

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir : Tudor.
Edouard VI
Roi d'Angleterre
Edward VI of England c. 1546.jpg
Edouard VI

Règne
28 janvier 1547 - 6 juillet 1553
Couronnement 28 janvier 1547
Dynastie Maison Tudor
Prédécesseur Henri VIII
Successeur lady Jeanne Grey

Autres fonctions
{{{fonction1}}}
Période
{{{début fonction1}}} - {{{fin fonction1}}}
Président {{{président1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république1}}}
Monarque {{{monarque1}}}
Gouverneur général {{{gouverneur1}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur1}}}
Successeur {{{successeur1}}}

{{{fonction2}}}
Période
{{{début fonction2}}} - {{{fin fonction2}}}
Président {{{président2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république2}}}
Monarque {{{monarque2}}}
Gouverneur général {{{gouverneur2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur2}}}
Successeur {{{successeur2}}}

{{{fonction3}}}
Période
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président {{{président3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république3}}}
Monarque {{{monarque3}}}
Gouverneur général {{{gouverneur3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur3}}}
Successeur {{{successeur3}}}

{{{fonction4}}}
Période
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président {{{président4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république4}}}
Monarque {{{monarque4}}}
Gouverneur général {{{gouverneur4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur4}}}
Successeur {{{successeur4}}}

{{{fonction5}}}
Période
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président {{{président5}}}
Président(s) de la République {{{président de la république5}}}
Monarque {{{monarque5}}}
Gouverneur général {{{gouverneur5}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur5}}}
Successeur {{{successeur5}}}

{{{fonction6}}}
Période
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président {{{président6}}}
Président(s) de la République {{{président de la république6}}}
Monarque {{{monarque6}}}
Gouverneur général {{{gouverneur6}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur6}}}
Successeur {{{successeur6}}}

{{{fonction7}}}
Période
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président {{{président7}}}
Président(s) de la République {{{président de la république7}}}
Monarque {{{monarque7}}}
Gouverneur général {{{gouverneur7}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur7}}}
Successeur {{{successeur7}}}

{{{fonction8}}}
Période
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président {{{président8}}}
Président(s) de la République {{{président de la république8}}}
Monarque {{{monarque8}}}
Gouverneur général {{{gouverneur8}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur8}}}
Successeur {{{successeur8}}}

{{{fonction9}}}
Période
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président {{{président9}}}
Président(s) de la République {{{président de la république9}}}
Monarque {{{monarque9}}}
Gouverneur général {{{gouverneur9}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur9}}}
Successeur {{{successeur9}}}

{{{fonction10}}}
Période
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président {{{président10}}}
Président(s) de la République {{{président de la république10}}}
Monarque {{{monarque10}}}
Gouverneur général {{{gouverneur10}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur10}}}
Successeur {{{successeur10}}}

Biographie
Naissance 12 octobre 1537
Décès 6 juillet 1553 (à 15 ans)
Père Henri VIII d'Angleterre
Mère Jeanne Seymour

England Arms 1405.svg
Monarques de Grande-Bretagne

Édouard VI (12 octobre 15376 juillet 1553) fut roi d'Angleterre et d'Irlande du 28 janvier 1547 jusqu’à sa mort, ainsi que le troisième monarque de la dynastie de Tudor. Âgé de seulement neuf ans à l’époque de son couronnement, il fut également l'un des plus jeunes souverains anglais.

Sommaire

Une enfance royale

Le prince Édouard en 1538

Édouard naît le 12 octobre 1537 au château de Hampton Court près de Londres. Il est le fils du roi Henri VIII et de sa troisième épouse Jeanne Seymour, qui succombe douze jours après son accouchement des suites d'une fièvre puerpérale. Le roi, bouleversé par cette disparition en même temps qu'extrêmement reconnaissant envers celle qui s'est montrée capable de lui donner un héritier mâle - qu'il espère depuis 28 ans -, pleure la compagne qu'il affirme avoir été sa « véritable épouse ».

Dès sa naissance, Édouard est duc de Cornouailles. Quelques jours après, le roi lui confère en outre le titre de prince de Galles, traditionnellement accordé à l'héritier du trône. En 1543, il obtient du parlement le droit de fixer lui-même l'ordre de sa succession : il rétablit ainsi les deux princesses issues de ses autres mariages, Marie et Élisabeth (toujours illégitimes) au deuxième et troisième rang dans l'ordre de succession au trône d'Angleterre.

Édouard est un enfant chétif, souffrant de plusieurs maladies durant les première années de son existence. La santé délicate de son héritier pousse Henri VIII à se remarier. Le roi épouse alors coup sur coup Anne de Clèves en 1540 (répudiée six mois plus tard), puis Catherine Howard la même année (décapitée deux ans après pour adultère) et enfin Catherine Parr en 1543 (qui lui survit un an), mais aucune de ces unions ne conduit à la naissance d'un autre fils.

Les affections dont il souffre n’empêchent nullement le jeune prince de se développer intellectuellement. À sept ans, il se montre notamment capable de s'exprimer en latin et en grec ancien. Formé par des humanistes réformés, Édouard s'affirme comme protestant sous l'influence de la Réforme, en marche sur le territoire allemand et celui des Pays-Bas.

La régence de Somerset

Edward Seymour régent pour son neveu

Henri VIII meurt le 28 janvier 1547. Son testament désigne seize exécuteurs, chargés de former un Conseil de Régence jusqu’à ce qu’Édouard atteigne la majorité. En excluant des conservateurs comme Thomas Howard, Henri, qui vient d'opérer un changement de stratégie politique, choisit de privilégier des exécuteurs susceptibles de poursuivre les réformes religieuses en cours. Le Conseil passe d'ailleurs aux actes immédiatement, installant Edward Seymour, son oncle maternel, comte de Hertford, en tant Lord Protecteur.

Le 20 février, Édouard est couronné en l’abbaye de Westminster. S’efforçant d’apaiser les doutes qui ne manquent pas de naître quant à la validité du testament d’Henri VIII[1], chacun des seize exécuteurs testamentaires prie le roi de le « renommer ». Le 13 mars 1547, Édouard crée donc un nouveau Conseil comprenant la plupart des fidèles de son défunt père et quelques autres personnes, soit un total de vingt-six membres.

Le duc de Somerset, qui ne siège pas officiellement au Conseil, parvient alors à persuader le roi de lui donner tout pouvoir afin d'en modifier la composition. Le Lord Protecteur Edward Seymour devient ainsi le souverain réel, reléguant le jeune Édouard à un rôle cérémoniel.

Une gouvernance sans effet

L’objectif essentiel du duc de Somerset est la création d’une union (de gré ou de force) entre l’Angleterre et l’Écosse. Durant l'automne 1547, l’armée anglaise se met ainsi en marche contre les Écossais et occupe les Lowlands. Cependant, la jeune reine d'Écosse Marie se fiance à François, dauphin de France, renforçant du même coup l’alliance déjà ancienne entre Écossais et Français. Cette nouvelle affaiblit la position du duc de Somerset puisque l’Angleterre n'est absolument pas en mesure de s’opposer simultanément aux deux pays.

Il lui faut en outre faire face à une tentative de coup d’état dirigé par Thomas Seymour, son propre frère, dont il parvient à déjouer les plans. Une loi unanimement adoptée par le parlement oblige Édouard à signer l’ordre d’exécution de Thomas. La décapitation de son « oncle préféré », qui a lieu le 20 mars 1549, suscite dès lors une certaine hostilité du roi envers son Lord Protecteur.

Après l'échec de son offensive contre l’Écosse, une insurrection en Cornouailles (dite « insurrection cornique ») écrasée par la force et la déclaration de guerre contre l’Angleterre par Henri II de France, le duc de Somerset est finalement destitué, puis exécuté à son tour.

La régence de Warwick

John Dudley, comte de Warwick, se proclame aussitôt Lord Président — en lieu et place du titre de Lord Protecteur — et encourage Édouard VI à se proclamer majeur dès l'âge de seize ans. En 1550, Warwick réconcilie en outre le royaume avec les Cornouailles et conclut la paix avec les Français, renonçant de façon inconditionnelle aux possessions anglaises sur le territoire écossais ainsi qu'à la ville de Boulogne-sur-Mer.

L’accession au pouvoir de Dudley, élevé au rang de 1er duc de Northumberland en 1551, s’accompagne du déclin décisif du catholicisme en Angleterre[2]. Sous son influence, les autorités imposent plus strictement encore qu'auparavant l’usage du livre de la prière commune et toute édition officielle de la Bible est augmentée d'annotations anti-catholiques. Durant les années 15501551, les symboles « papistes » sont déclarés iconoclastes et les cours de justice anglaises condamnent plusieurs dissidents religieux au bûcher. Dans le même temps, les personnalités catholiques les plus influentes telles que Edmund Bonner, évêque de Londres, Étienne Gardiner, évêque de Winchester et Nicholas Heath, évêque de Worcester, sont déposées et remplacées par des réformateurs protestants comme Nicholas Ridley. Le Conseil de régence confisque enfin les derniers territoires dont l'Église de Rome revendiquait la possession, parachevant la dissolution des monastères commencée par Henri VIII en 1538. Cette décision fait de Dudley le plus grand propriétaire terrien d'Angleterre.

La question de la succession

Allégorie de la succession Tudor

Pendant ce temps, Édouard mène une vie de château qui ne l'empêche pas de se sentir très isolé. S’efforçant de reconquérir une certaine liberté, il s'adonne aux jeux et aux sports. Au cours de l'hiver 1552, il tombe malade après avoir disputé une partie de raquettes par un froid glacial. Malgré les efforts de ses médecins traitants, l'affection dont souffre le roi — probablement la tuberculose — s’aggrave et en mai 1553, il devient évident qu’Édouard est mourant.

En sa qualité de protestant et manipulé par Dudley, il s’oppose avec véhémence à la possibilité pour sa première demi-sœur, la catholique Marie Tudor (fille de la première épouse de son père, Catherine d'Aragon) d'accéder au pouvoir. Ses conseillers lui précisent toutefois qu’il lui est impossible d’exclure Marie de sa succession sans que la protestante Élisabeth (fille de la seconde épouse Anne Boleyn), son autre demi-sœur, subisse le même sort.

Le jeune souverain décide au final de les déshériter toutes les deux en désignant Jeanne Grey (qui entretemps a épousé Guilford Dudley, le fils du Lord-Président), petite-nièce d'Henri VIII, comme future reine du pays.

Les circonstances du décès

Édouard s'éteint le 6 juillet 1553 au Palais de Greenwich, dans sa seizième année. La cause de sa mort n’est pas clairement établie, mais outre la tuberculose, on a avancé la possibilité qu'il ait pu souffrir de la syphilis ou de polyarthrite rhumatoïde.

À en croire la tradition, ses dernières paroles furent : « Mon Seigneur Dieu, défendez ce royaume du papisme et maintenez Votre vraie religion. » Sa dépouille mortelle repose au sein de l’Abbaye de Westminster à Londres.

La cour n’annonce pourtant pas son décès avant le 10 juillet afin de mener à bien les préparatifs de l'accession au pouvoir de la toute jeune Lady Jane, petite nièce d'Henri VIII. Cependant, celle-ci destituée au bout de neuf jours par l'énergique Marie Tudor et ses partisans.

Ce délai entre la mort du souverain et sa publication entraîne des rumeurs quant à la possible survie d’Édouard, plusieurs imposteurs se faisant passer pour le défunt durant le règne de Marie, puis celui d'Élisabeth.

Œuvres de fiction

Le Prince et le Pauvre, écrit par Mark Twain, s'inspire de la fin du règne d'Henri VIII et du tout début de celui d'Édouard VI. Le personnage du « prince » est ainsi calqué sur le jeune Édouard VI.

Notes

  1. Le Lord Protecteur est en effet très opportunément le détenteur du testament.
  2. Le catholicisme connaîtra un bref retour en grâce pendant le règne de Marie Ire.

Galerie

Commons-logo.svg


Précédé par Édouard VI d'Angleterre Suivi par
Henri VIII
England Arms 1405.svg
roi d'Angleterre
et d'Irlande
Jeanne

Ce document provient de « %C3%89douard VI d%27Angleterre ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Edouard VI d'Angleterre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Edouard III d'Angleterre — Édouard III d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Édouard Plantagenêt. Édouard III …   Wikipédia en Français

  • Edouard III d’Angleterre — Édouard III d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Édouard Plantagenêt. Édouard III …   Wikipédia en Français

  • Edouard II d'Angleterre — Édouard II d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Édouard Plantagenêt. Édouard II …   Wikipédia en Français

  • Édouard II d’Angleterre — Édouard II d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Édouard Plantagenêt. Édouard II …   Wikipédia en Français

  • Edouard Ier d'Angleterre — Édouard Ier d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Édouard Plantagenêt …   Wikipédia en Français

  • Édouard I d'Angleterre — Édouard Ier d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Édouard Plantagenêt …   Wikipédia en Français

  • Edouard V d'Angleterre — Édouard V d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Édouard Plantagenêt. Édouard V …   Wikipédia en Français

  • Edouard IV d'Angleterre — Édouard IV d Angleterre Pour les articles homonymes, voir Édouard Plantagenêt. Édouard IV …   Wikipédia en Français

  • Édouard III d'Angleterre — « Édouard III » redirige ici. Pour la pièce de théâtre que Shakespeare a tirée de la vie du présent monarque, voir Édouard III (Shakespeare). Pour les autres significations, voir Édouard III (homonymie). Pour les articles homonymes,… …   Wikipédia en Français

  • Édouard II d'Angleterre — Pour les articles homonymes, voir Édouard Plantagenêt et Édouard. Édouard II Édouard II d Angleterre (Histoire de l Angleterre de Cassel, 1902) …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”